Partagez | .
 

 N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur
Message
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Lun 18 Jan 2016 - 0:09

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

C’était assez drôle. Juliane fonctionnait comme Ziggy l’avait prédit. Quoi que, la petite pique qu’elle lui avait lancé lui donnerait presque l’envie de lui rétorquait qu’elle semblait presque amoureuse de ce grand dadais, mais il se ravisa. Le but n’était pas non plus d’être mesquin, juste taquin. Il préféra arquer un sourcil en la toison du haut de son mètre quasi quatre-vingt dix. Juste après, elle se décida, peut-être à contrecœur, de s’excuser auprès du magicien. Il savait très bien que Juliane n’avait pas un mauvais fond, on pouvait le lire dans ses yeux, contrairement à ceux de Selene dans lesquels Ziggy avait eu l’impression de comprendre une recherche de rédemption, quelque chose de plus sombre. Il ne pourrait pas l’empêcher de quitter cet appartement, mais il préférait la voir en sécurité plutôt que de devoir expliquer à un Bobby plein d’espoir que sa copine s’était fait la malle.

Peut-être aussi parce qu’il l’aimait bien. C’était bien vrai, ça il ne pouvait pas le cacher. Cette fille était drôle, plutôt jolie et assez intelligente. Le genre de fréquentation qui l’aurait beaucoup plus s’ils n’étaient pas plongés en pleine Apocalypse. Dans tous les cas, le coup des chaussures avait bien marché. Ziggy continuait de jouer avec alors qu’elle se débattait pour les récupérer. Ziggy pouvait tout aussi bien lui faire un petit tour de passe-passe. Mais pour le moment, son but était de la convaincre de rester ici. Est-ce qu’il préférait rester les bras croisés ? À vrai dire, non. Mais c’était de la logique que d’attendre leur retour. Evidemment, si cela prenait plus de quelques jours, il faudrait pour eux, trouver une autre solution. La première était de former un binôme. Un petit duo, rien que le magicien et la dure à cuire. La seconde était de partir les chercher, ce qui serait plutôt casse-gueule. Juliane se planta devant lui avec les mains sur les hanches en espérant qu’il ne les fasse pas disparaître.

Au final, Juliane se résigna à se rasseoir, chaussures en main. Elle était taquine, ce qui n’était pas quelque chose de désagréable. Au contraire. Ziggy se mit à l’aise et lui cogna l’épaule avec la sienne d’un nouveau mouvement de balancier, en souriant un peu bêtement. « Eh, si ils viennent pas j’te jette dehors, pas la peau du cul s’il le faut. » Il tenta une voix plus rauque qu’à la normale, avant de rire pour lui-même. « Ouais non, c’est vraiment pas très convainquant. Tu ressembles à un chaton abandonné, c’est pas crédible. » Rectifia-t-il en observant son visage résigné. Elle était aussi habile que lui à jouer avec le côté taquin, ce qui laisserait entendre qu’ils pourraient cohabiter ensemble sans trop de soucis. Mais le jeu était terminé, Juliane s’inquiétait réellement du temps que cela prendrait avant que Selene et Bobby refassent surface. Ce qu’elle voulait, c’était partir d’ici.

« Eh, moi j’me barre pas comme ça, je reste dans l’secteur poussin. » Ziggy fronça les sourcils. Même s’il était capable de quitter l’endroit quelques jours, même s’il avait déserté les lieux au début de l’épidémie, il n’avait pas réussit à ne plus revoir cette boutique. Il s’en sentait incapable. Parce que cet appartement et ce magasin semblaient être une réincarnation de ce que Betty avait envie d’offrir au magicien : Un avenir. Il voulut placer une remarque cinglante, quelque chose pour parler d’autres choses, mais il baissa les épaules comme un enfant et baissa la tête à son tour. « J’peux pas faire ça. » Il fixa le sol comme si ce dernier allait lui donner une réponse à ses questions. Ziggy sorti alors une balle de jonglage d’on ne sait où avant de la faire tourner entre ses doigts.

« Si cette épidémie dure des plombs, ça va pas le faire. Je peux pas laisser la boutique toute seule trop longtemps. Quelques semaines à la limite, mais pas quelques mois. Pas quelques années enfin… J’y ai jamais vraiment pensé. » Pour la première fois depuis des mois, Ziggy se mettait à paniquer à l’idée d’un futur qu’il ne pouvait pas prévoir. Avant, il faisait avec, mais là, il y avait véritablement un os. Il secoua la tête et essaya de se ressaisir. « Putain bon… Faut réfléchir à un plan. Un super plan. »



"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Lun 18 Jan 2016 - 10:40




Keep calm... And never lose hope...




Juliane c’était une gentille fille. Pleine de vie, pleine d’envie… Il y avait ce petit on ne sait quoi en elle qui lui permettait de prendre des décisions sans même peser le pour et le contre. Heureusement pour elle, il y avait toujours eu à ses côtés, que se soit son père ou un ami, quelqu’un capable de lui faire entendre raison, de lui ramener les pieds sur terre. Aujourd’hui, cette personne c’était Ziggy. Et même s’ils ne se connaissaient pas encore beaucoup, il semblait avoir très bien cerné la personnalité de la jeune femme. Il avait trouvé le moyen, ce petit geste de provocation mélangé à son humour, pour désamorcer l’idée qu’elle avait de quitter l’appartement.

Parce que pour Juliane, ce n’était pas une idée folle de partir à la recherche de Selene et Robert. C’était presque une obligation. Si jamais ils ne se pointaient pas bientôt, que Ziggy le veuille ou non, elle partirait. Impossible pour elle de ne pas savoir. A situation désespérée, mesure désespérée ! Elle savait qu’elle serait incapable de passer à autre chose, de poursuivre son chemin, sans vraiment savoir si Robert était mort ou pas. Il lui fallait une réponse.

Résignée, elle était venue récupérer ses chaussures. Assise à côté du magicien, elle lui adressa un regard fade lorsqu’il lui donna un petit coup d’épaule. « -je ressemble pas à un chaton… " Répliqua-t-elle. Et elle n’avait pas grand-chose de comparable à un chaton… Enfin peut-être dans certaine situation, mais ça Ziggy ne le serait sans doute jamais.

Juliane fronça les sourcils, ne comprenant pas vraiment pourquoi il revenait sur ses mots. Quelques minutes plus tôt, il lui disait qu’il ne comptait pas moisir ici, et maintenant il lui annonçait qu’il ne partirait pas. D’accord, elle n’avait pas beaucoup dormi, mais là, il fallait reconnaitre qu’elle avait du mal à comprendre. Lorsqu’il baissa les épaules, se déclarant incapable de laisser sa boutique derrière lui, Juliane laissa passer quelques secondes avant de lâcher : « -rappelle toi de m’appeler la prochaine fois que tu veux te plomber le moral… » Ouais, parce que là… Bien joué miss ! Il semblait bien dans ses baskets ce matin, et grâce à ses conneries, voilà qu’il était en mode déprime aussi. Alors tant qu’on y était, Juliane demanda : « -pourquoi ? » Oui, pourquoi était la bonne question. Elle pouvait comprendre qu’ici c’était chez lui, qu’il y avait des souvenirs, que c’était SA boutique. Mais vu ce qui se passait en ville, c’était tout de même fou de vouloir rester ici. Même si pour l’instant l’endroit était sécurisé. Cela ne durerait surement pas.

Jill était consciente que sa question allait peut-être engendrer une réponse douloureuse, soulevé ce voile qu’on déposait sur le passé et qu’au jour d’aujourd’hui, avec le monde actuel, chaque personne avait bien du mal à lever sans avoir mal. Elle espérait vraiment qu’il allait quand même lui répondre, lui expliquer. Ainsi elle pourrait sans doute mieux comprendre ce qu’il était. Mais elle ne pouvait pas l’obliger à se livrer.

Un plan ? Ouais ça c’était une bonne idée. Mais genre de plan ? Oh un super plan ! « -je t’écoute géni ! » lança-t-elle en se levant pour aller prendre une biscotte, sur laquelle elle étala de la confiture. Juliane prit place sur la table, les deux pieds balan dans le vide. Assise en face de Ziggy, elle prit une bouchée - oui elle mourrait de faim – et elle ajouta avant d’avoir tout avalée : « -tu ch'ais… » Les bonnes manières Juliane Lyndey ! Hurla la voix de sa chère maman dans sa tête. Elle avala sa bouchée avant de reprendre : « -tu sais, je pense que t’es pas obligé d’abandonner l’endroit. » La jeune femme fixa la tartine qu’elle avait dans une main, la saisissant de l’autre parce que de la confiture lui coulait dessus. Jill porta le bout de son doigt à la bouche, avant de reprendre : « -imagine on trouve un spot en dehors de la ville. La bouffe devient rare. Sans parler des autres trucs. Il faudra bien qu’on revienne en ville de temps en temps pour faire du réapro. Donc…  Elle est trop liquide cette confiture… » Enfin non c’était pas ça la conclusion de l’exposé qu’elle venait de faire. La jeune femme avala ce qui restait de la biscotte, histoire d’être tranquille, et elle ajouta en se laissant glisser de la table : « -donc on pourrait s’en servir de refuge quand on vient en ville. »

Elle se lava les mains en serrant les dents à cause de la température de l’eau, puis elle revint en direction de Ziggy. « -enfin… » Elle leva les yeux au ciel en disant cela et s’avança près de lui un sourire sur les lèvres. Elle lui présenta ses mains propres, et lorsqu’il les eut saisit, elle demanda en tentant de ne pas rire : « -Ziggy, si jamais… Enfin tu sais quoi, veux tu vivre avec moi ? Sera tu près à me supporter et à m’apprendre tes tours de magie, jusqu’à ce que les morts nous séparent ? » Magnifique déclaration, qui s’était terminée avec un immense sourire qui enlevait pas mal de crédibilité à tout cela. Mais dans le fond, elle était sincère, si jamais… Elle voulait savoir s’ils pouvaient compter l’un sur l’autre.    

AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Lun 18 Jan 2016 - 13:55

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

  Juliane et Ziggy étaient compatibles. Peut-être pas pour des milliers d’années, mais assez pour pouvoir cohabiter, devenir complices et s’entraider dans cette situation qui en aurait décourager plus d’un. Mais Ziggy, qui pouvait agir comme une soupape, ne pourrait pas empêcher Juliane de le quitter si elle voulait vraiment tenter de retrouver son colosse au cœur d’or. Il serait peut-être tout prêt, dans ce cas son geste aurait été sensé et logique, mais si elle ne le trouverait pas, elle se jetterait toute seule dans la gueule du loup. Après l’épisode du centre commercial, Ziggy n’était plus aussi sûr de lui. Il avait toujours envie de parcourir la vie avec la rapidité et la fluidité d’un écureuil, mais il fallait désormais faire plus attention qu’à l’origine.

La petite remarque du magicien fit mouche en octroyant à Juliane une petite frimousse qui la faisait définitivement ressembler à un chaton. Ziggy eu un petit sourire en coin avant de lui donner un nouveau coup d’épaule avant de s’avachir un peu plus dans le canapé. Ses grandes jambes tapaient contre la table basse qu’il avait poussé pour détendre le canapé en un lit. Juliane ne sembla pas comprendre tout de suite à quel point cette boutique était précieuse pour Ziggy. Elle demanda pourquoi finalement, sans pour autant prendre la peine d’observer ce qui l’entourait. L’appartement était décoré avec soin, mais il était surtout rangé et bien entretenu. Ziggy ne malmenait pas un endroit qui pour lui était comme un sanctuaire. Allez expliquer ça à une invitée, elle vous prendrait pour un psychopathe. Ziggy tapotait le coin de table avec son pied en se mordant l’intérieur de la joue.

« Bon. Cet appartement j’ai chié pour l’avoir. La boutique aussi. Et… J’peux pas tout laisser en plan tu vois. » Il redressa la tête et tenta de reprendre une mine bien assurée. « Ouais bon j’peux pas être parfait. J’suis déjà mignon et super drôle, j’ai le droit d’avoir mes tares non ? » Il appuya avec son doigt sur le flan de Juliane pour la chatouiller, avant de lui sourire pendant qu’elle se levait pour manger un morceau. Ziggy se passa les mains sur le visage comme s’il n’avait pas dormit depuis des jours ; rien que l’idée de perdre la boutique le paniquait. « Ce serait un peu con à expliquer. L’argent… Pour cet endroit. Il vient de quelqu’un qui m’est très cher et je… Sans elle je ferais encore des spectacles dans des goûters d’anniversaire tu vois ? » En même temps qu’il expliquait tout ça à Juliane, il se rendait bien compte tout ça n’avait plus d’importance avec l’épidémie.

Juliane, au lieu de le juger, s’occupa plutôt de chercher une alternative à l’abandon complet de cette boutique. Ce qu’elle disait n’était pas vraiment bête, bien au contraire. Ziggy eu un sourire satisfait en l’entendant faire sa proposition. « C’est pas une mauvaise idée. J’ai bien protégé l’endroit. Celui qui connaît la boutique est en sécurité à l’intérieur. » Affirma-t-il en la voyant se laver les mains. Il se trémoussa sur le canapé pour se redresser. Mais Juliane, fidèle à elle-même, s’avança vers lui et lui tendit ses mains, désormais frigorifié. Il les prit et les frictionna doucement pour les réchauffer, pendant qu’elle articulait une espèce de demande de partenariat qui se méprendrait avec une sympathique demande en mariage. Ziggy eu un petit sourire avant de se racler la gorge pour lui répondre. « Compte pas sur moi pour te révéler mes tours. Mais tu pourras être mon assistante ! » Il se mit à rire avant de hocher la tête.

« J’aurais pu tomber sur pire comme partenaire de survie. » Il acquiesça de nouveau sans pour autant lui lâcher les mains, ses longues mains fines toujours aussi froides. « Nan vraiment j’déconne pas. C’est important pour moi, cet endroit. Et pourtant, rien n’était plus vraiment important pour moi tu vois. » Expliqua alors Ziggy en lui frictionnant gentiment la paume des mains avant de les lui lâcher.


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Mar 19 Jan 2016 - 18:51




Keep calm... And never lose hope...




 Oui, il fallait bien l’avouer, il était cute. Et drôle aussi. Mais ce n’était pas les seules qualités que Juliane était prête à accorder. Bon pour la modestie, c’était pas tout à fait ça. Enfin, avec ses bêtises il avait la capacité de faire sourire la jeune femme. Elle avait bien vu qu’il semblait presque gêné de lui avouer le pourquoi du comment il voulait à tout prix garder cet endroit debout. Tout en préparant sa tartine, Juliane écoutait Ziggy tenter de lui donner une explication, et s’efforcer de rester digne. Elle trouva ça un peu bête comme réaction. C’était chez lui ici, alors c’était tout à fait compréhensible qu’il n’ait pas envie de voir ce qui lui restait de sa vie d’avant partir en fumé. Jill n’était pas passée par ce stade. Pas de perte matérielle. Elle n’était pas chez elle lorsque les morts avaient décidé de venir faire la fête parmi les vivants. C’était comme un deuil à faire. Et elle comprenait qu’il n’avait pas envi, ou qu’il n’était pas près à le faire. Lorsqu’il parla de la personne qui lui avait donné l’argent pour sa boutique, la jeune femme avait relevé les yeux sur le magicien, esquissant un petit sourire compréhensif. Ça prenait encore plus de sens avec les explications. Oui, elle voyait très bien.

Voyant bien que ça semblait compliqué, et peut-être même un peu douloureux pour lui, et ne voulant pas creuser plus loin, par respect, Juliane énonça sa proposition. Faire de cet endroit une sorte d’avant poste, de planque lorsqu’il y aurait besoin de venir en ville. Au moins, ils n’auraient pas à chercher un  endroit pour dormir si jamais ils devaient passer deux ou trois jours au cœur de la ville. Ça pouvait également être un point de ralliement, comme c’était censé l’être pour Robert et Selene. Le point de repère au milieu du chaos.

La jeune femme adressa un magnifique sourire presque énigmatique à Ziggy tout en lui tendant les mains. Elle leva le menton afin de le regarder et de lui faire sa jolie déclaration. Humour se mêlait avec sincérité. Ce n’était pas pour rire qu’elle demandait ça. Si jamais Robert ne revenait pas, elle se retrouverait à nouveau seule au monde. Et ça, elle n’en avait aucune envie. A mesure que les temps passaient et qu’elle croisait la route de rodeurs, Juliane prenait de plus en plus conscience qu’en solo, la survit était impossible. Et puis, ils s’entendaient bien tous les deux. Enfin pour le moment, il n’était pas au courant des dons inexistants de la jeune femme en cuisine… « -t’es pas cool ! » répliqua Juliane avant d’ajouter : « -et comptes pas sur moi pour les trucs moulant à paillettes ! » Elle l’accompagna dans son rire. Oui… Ils s’entendaient bien.

Juliane répondit en baissant les yeux sur leurs mains jointes « -je te retourne le compliment très cher. » Ses yeux remontèrent sur le visage de Ziggy un peu plus haut. Elle lui adressa un sourire tendre tout en serrant un peu les mains du jeune homme. « - et sincèrement, j’déconne pas quand je te dis que je comprends. » Bon… La seconde phrase était-elle une sorte de perche tendue ? Ou bien devait-elle faire l’autruche et ne pas poser plus de question que ça. En même temps elle était curieuse… Penchant légèrement la tête sur le côté, elle soufflant : « -non là j’vois pas… » Option une, elle s’engouffrait dans la brèche, cherchant ainsi à le connaitre un peu mieux. Avant qu’il réponde quoi que soit, elle ajouta : « -sérieux, quand on parle, c’est mieux assis, ou allongé - cherche pas de sous entendu, y'en a pas, parce que là, j’vais prendre un torticolis ! » Non parce qu’elle, elle ne faisait qu’un petit mètre soixante six ! En gros elle était bien naine à coté de lui. Elle avait le même souci avec Robert.

Du bout des doigts, elle poussa gentiment Ziggy au niveau des abdos afin qu’il pose à nouveau ses fesses sur le canapé. « -oui voilà beaucoup mieux ! » claironna-t-elle en portant une main à sa nuque. Geste inutile, juste là pour appuyer ce qu’elle venait de dire. Bien plus sérieusement, elle ajouta en regardant le magicien : « -tu sais Ziggy, t’es pas obligé de me parler en détail de tout ça. Ici c’est important pour toi, c’est noté. Je suis ni ta psy, ni ta nana… » Conclusion, il n’était en aucun cas obligé de se justifier. Les confidences persos, il les ferait à Selene, lorsqu’ils seraient réunit et en couple. « -par contre, si jamais on forme un « groupe », faudra établir des règles ! Du genre : hors de questions que vous vous bécotiez à longueur de temps avec la future madame Magic. » Juliane se laissa tomber à côté de Ziggy, et ajouta avec un sourire en coin : « -tu pense qu’une histoire d’amour ça peut marcher dans le monde actuel ? » THE question ! Elle s’éloignait grave du sujet de base, mais elle souhaitait voir disparaître du visage du magicien cette petite pointe de panique qui était apparue lorsqu’elle avait parlé de quitter l’endroit.    


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Mar 19 Jan 2016 - 22:03

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

Il est exacte que Juliane et Ziggy s’étaient bien trouvé. Et après réflexion il n’avait peut-être pas besoin de raconter sa vie à Juliane. Est-ce que Betty avait besoin d’exister dans l’esprit d’autres personnes pour rester en vie ? Certainement pas. Betty était morte. Aussi morte que toutes ces victimes des infectés. Mais grâce à une divinité mystérieuse que Ziggy remerciait vraiment, Betty n’était pas revenue d’entre les morts pour le croquer. Heureusement. Il n’aurait pas pu lui dire au revoir une dernière fois. La première fois avait été trop difficile. Désormais, le magicien n’était plus seul à ressasser tout cela. Il avait Juliane qui était là et bien décidé à ne pas lâcher notre grand dadais. Il en était quand même touché, parce qu’à la base, il n’avait rien fait pour mériter ça. Il avait juste suivit ce groupe de survivant dans ce centre commercial, d’abord pour sauver sa peau mais aussi parce qu’il avait été bizarrement attiré par cette nana, Selene, qui aurait pu faire partie des milliers de victimes de l’épidémie. Il avait trouvé ça assez exceptionnel d’ailleurs.

Mais il avait, grâce à tout ça, rencontré Juliane, qui était une petite femme avec un caractère bien trempée. Elle ne se dégonflait pas et n’hésitait pas à répondre du tac-au-tac, elle ne se laissait pas faire par les taquineries de Ziggy. D’ailleurs, elle précisait ne pas s’en faire et comprendre ce que ressentait Ziggy. Mais d’un côté, elle paraissait assez curieuse quant à la raison d’un tel attachement à la boutique par le magicien, et usa une fois de plus de l’humour pour instaurer ce climat de confiance déjà bien présent entre eux deux. « Ben pose-toi et j’te raconte ! » Rectifia-t-il en attirant la Juliane sur le canapé à ses côtés. L’assise rebondie légèrement sous leur poids avant que l’ambiance ne devienne plus feutrée.

« C’est une plus belle histoire d’amour que le Journal de Bridget Jones, Coup de Foudre à Pétaouchnock ou je ne sais quel autre machin niais que tu regardais enroulée dans un peignoir en pilou. » Peut-être qu’elle était ce genre de fille. Peut-être pas. Dans le doute, Ziggy lui accorda un petit coup de coude taquin avant de rectifier le tir d’un clin d’œil complice. « Non en fait c’est une histoire toute bête. J’avais 20 ans même pas. Je faisais des tours de magie à l’Hôpital des Enfants de Seattle. Y avait une fille, Betty. Récidiviste du cancer. Mais elle était tellement belle. Elle avait 17 ans quand je l’ai rencontré. On est sorti 2 ans ensemble puis ben… T’imagines très bien la suite. »

Ziggy eu un petit sourire. Bizarrement, cela semblait moins pénible d’en parler de manière décontracté avec Juliane avec qui il se sentait bien que d’y penser tout seul dans son coin. Bien sûr, il ne pouvait pas expliquer à quel point la perte de Betty avait été un traumatisme. La voir dépérir, abandonner les traitements, commencer les soins palliatifs, les arrêter, les malaises, la maigreur… Toutes ses choses, il les avait supporté alors que Betty contestait le choix de son petit ami. Elle se sentait coupable d’infliger ça à un pauvre garçon qui n’avait rien fait d’autre que de faire des tours de magie. « Il lui avait fait une deuxième abblation occulaire, mais il y avait des métastases partout, au niveau des ganglions, puis après dans les poumons, le foie, les reins… Bon après y en avait partout donc on avait tout comprit ce que ça voulait dire. » Ziggy renifla bruyamment sans changer d’expression, avant d’avoir un grand sourire.

« Ce sont les parents de Betty qui m’ont offert l’argent pour la boutique. Ils savaient que j’étais paumé, que j’avais pas d’attache. Que tout ce que j’avais, c’était les spectacles de magie et Betty. J’avais plus Betty alors j’ai eu le droit à un peu plus de magie. » Il aurait pu raconter en détail, que l’argent venait du compte épargne de Betty, qu’elle avait suggéré cette idée à ses parents avant de mourir mais que la décision leur revenait. Ses parents étaient si gentils que Ziggy les aurait bien voulut comme famille. Désormais, il n’avait plus personne. « Alors tu vois, c’est tout ce que j’ai. DONC ! » Il éleva la voix et se leva d’un bond du canapé avant de se mettre en plein milieu de la pièce. « PAS de bécotage intensif, PAS de sarcasmes non plus ! » Il se pencha sur Juliane pour venir lui attraper les deux mains et la lever du canapé, la soulevant presque du sol. « Et on pourra remercier ses parents de nous offrir un poste de choix, hyyyper classe ! » Ziggy avait un sourire franc. Il ne jouait pas la comédie pour ne pas avoir à verser une larme concernant cet histoire, il en avait déjà trop versé.

Si Juliane voulait rester ici, elle était la bienvenue. Selene et Bobby le seraient aussi. La question de Juliane vint interrompre son petit discours optimiste. Il redescendit les bras le long de son corps en faisant la moue. « T’as pourrit mon groove. » Plaisanta-t-il en faisant une fausse mine boudeuse, croisant les bras soudainement. Puis, il relâcha la pression et finit par avoir une expression interrogative en haussant les épaules. « J’ai pas dit que je voulais me marier ni avoir cinq gosses. Je sais pas si je suis amoureux de qui que ce soit. » Il lui adressa un clin d’œil mais revint vite sur le sujet. « Si des gens veulent exprimer leur sentiment, au risque de mourir le lendemain, pourquoi pas ? Ca fait de mal à personne. Dans un contexte comme celui-ci, rien ne sera jamais facile de toutes façons. »


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Ven 22 Jan 2016 - 10:21




Keep calm... And never lose hope...




Pour le moment, Juliane pouvait vraiment s’avouer chanceuse. C’était la merde partout autour d’elle, et pourtant elle parvenait à tomber sur des gens bien. Justin lui avait été d’un grand soutien les premiers jours, l’aidant à prendre pleinement conscience de ce qui était en train de se produire. Et puis Robert avait débarqué, devenant tout simplement son sauveur. Sans lui, elle serait morte, elle le savait. Il avait prit soin d’elle jusqu’à ce qu’elle soit complètement rétablit, s’épuisant à la veiller chaque nuit. Et puis voilà qu’au milieu d’une horde de rodeurs, elle croisait Ziggy. Et sans lui, la jeune femme aurait sans doute finit dévorée en s’étant précipité sans réfléchir, pour rejoindre Bob. Il lui avait offert un toit, à manger, un matelas pour dormir… Elle ne savait pas encore si elle pouvait le qualifier d’ami, parce qu’il était trop tôt, mais il était en train de naitre une sorte de confiance mutuelle entre eux qui faisait du bien.

Même si elle était curieuse de savoir, Juliane n’avait pas insisté. La jeune photographe savait que chaque personne avait son jardin secret. Et depuis que leurs vies avaient été mises sans dessus dessous, tout ce qui touchait au passé devenait encore plus douloureux. Pourtant le magicien se décida à lui conter son histoire, et ce fut avec un sourire doux qu’elle écouta le début de récit, assise à côté de lui. Elle leva les yeux sur le plafond lorsqu’il parla des films à l’eau de rose. Elle n’avait jamais été ce type de femme. Même si à mesure qu’il lui parlait de son histoire d’amour avec Betty, elle ne pouvait s’empêcher de penser à « un automne à New York ». Film qu’elle avait vu et revue parce qu’elle adorait l’actrice.

Jill se doutait que Ziggy n’avait pas envi de voir de la compassion dans son regard, encore moins de la pitié. Son histoire, sa première histoire d’amour avait été autant douloureuse que belle… Et maintenant elle comprenait mieux pourquoi il lui avait confié qu’il n’avait pas vraiment eut de relation intime avec d’autres femmes. On ne se remet pas d’une romance pareille en un claquement de doigts. Lorsqu’il renifla, elle se contenta de posa sa main sur le genou du jeune homme. Pas besoin de mot pour lui dire qu’elle comprenait maintenant.

Lorsqu’il se leva d’un bon, Juliane ne put que sourire avec douceur. Elle aimait cette partie de lui capable de rebondir si facilement, même si c’était sensiblement une façade pour ne pas trop dévoiler ce qui se passait à l’intérieur de lui. Elle ne pouvait rien dire, parce qu’elle avait elle aussi sa méthode pour éviter de parler d’elle ou des sentiments douloureux qu’elle pouvait ressentir. Après tout, elle avait passé la plus part de la nuit à pleurer en silence pour ne pas qu’il soit témoin de ça. Un petit rire sorti de la gorge de la jeune femme lorsqu’il l’entraina avec lui à une vitesse folle, sa main prisonnière de la sienne, levé en l’air.

Aller savoir pourquoi elle avait posé sa question maintenant… Mais ce qu’il lui répliqua la fit rire aux éclats avant qu’elle ne supplie : « ne me jette pas par la fenêtre je t’en pris ! » Il était chou avec sa petite mine boudeuse. Machinalement, elle passa sa main gauche dans ses cheveux, les coiffant ou les mettant un peu plus en bataille, à chacun sa vision de la chose. Penchant la tête sur le côté, elle esquissa un petit sourire en coin. Les enfants… C’était sans doute pas recommencer dans le monde actuel…

Exprimer ses sentiments d’accord… Mais construire quelque chose ? Une vraie relation… Est-ce que tenir à quelqu’un ne causait pas un risque pour votre propre survit… Hum… ça faisait bien trop de questions compliqué alors qu’elle n’était levée que depuis une heure environ. Une petite moue sur les lèvres, elle souffla un petit : « mouais… T’as peut-être raison… » Enfin de toute façon, le grand amour allait pas lui tomber dessus demain. Et apocalypse ou non, elle ne se sentait toujours pas assez posée et sereine pour construire quoi que soit de toute façon. Elle allait ajouter quelque chose lorsqu’un hurlement se fit entendre. Cri qui glaça le sang de la jeune femme alors que ses yeux s’écarquillaient sans quitter Ziggy du regard. Et si…

Et s’il s’agissait de Robert ou de Selene ? Juliane se précipita à la fenêtre pour chercher, si jamais c’était visible d’ici, celui ou celle qui avait hurlé. Lorsque ses yeux croisèrent l’image d’un homme en train de se faire dévorer par trois rodeurs, la jeune femme tourna le dos à la scène, une main devant la bouche fermant les yeux. Est-ce qu’un jour elle s’habituerait ? Si c’était le cas, cela voudrait-il dire qu’elle avait perdu son humanité ? Juliane se laissa glisser le long du mur, les dents serrées, les mains tremblantes.    

AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Ven 22 Jan 2016 - 13:52

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

Ziggy pouvait soulever le corps de Juliane sans trop de difficulté. Elle était moins menue que Selene mais l’Apocalypse s’était chargée de la rendre un peu plus mince qu’elle ne devait l’être avant l’épidémie. Il pouvait sentir ses doigts fins entre les siens et appréciait tout particulièrement ce genre de moments. S’il n’y avait pas l’Apocalypse, s’il n’y avait pas tout cela, peut-être qu’il aurait finit par sortir avec Selene. Peut-être aussi que, par la force des choses, il n’aurait jamais rencontré Juliane. Il ne savait pas s’il regrettait la première ou la seconde hypothèse. Néanmoins, le magicien avait de la chance. Il allait pouvoir retrouver réunir tout le monde au sain de son magasin qui comptait tant pour lui. Peut-être que Betty avait tout prévu depuis le début ? Ca aurait été le cas si Ziggy aurait été un poil superstitieux, mais ça ne semblait pas être le cas. Il ria à gorge déployée lorsque Juliane le supplia de ne pas la jeter par la fenêtre. Il finit par la lâcher de son emprise comme si il délivrait un oiseau d’entre ses mains.

Juliane avait l’air presque déçue de la réponse de Ziggy. Ce dernier haussa les épaules pas vraiment convaincu lui-même de ce qu’il disait. Après tout, si deux personnes se plaisaient, rien ne les empêchaient de consommer, de se fréquenter et/ou de se soutenir. Ziggy devait l’avouer, la solitude avait du bon, mais parfois, elle pouvait peser sur le moral. Il n’était pas du genre solitaire à la base, mais il savait se débrouiller seul, il l’avait toujours fait. Avoir de la compagnie, surtout une charmante personne comme Juliane, était quelque chose d’agréable. En même temps, cela forçait Ziggy à agir un peu moins pour sa personne et davantage pour une communauté. Le magicien n’avait pas l’habitude de ça, et surtout il ne savait pas s’il en serait capable pendant des mois, des années. Il réagissait comme un électron libre : Il pouvait lui arriver de se poser un moment contre un congénère, mais au final, la vie lui avait fait comprendre qu’il était seul. Être avec Juliane pour le moment lui suffisait. Il avait hâte de retrouver Bob et Selene pour voir la suite des évènements.

Juliane se dirigea vers la fenêtre lorsqu’elle entendit un cri. Ziggy regardait par-dessus son épaule, la mine tout de suite plus concentrée, agrippant sa longue vue pour tenter de percevoir le visage de cette personne. En même temps, il passait son bras autour de Juliane qui détournait le regard, horrifiée par la scène. D’ici quelques temps, cette personne deviendrait un infecté. Ziggy l’avait déjà vu. « Ca va… T’en fais pas. » Murmura-t-il alors à Juliane pour tenter de la rassurer. Mais Juliane glissa le long du mur, trop effrayée pour soutenir son poids plume. Ziggy posa sa lunette et s’agenouilla près d’elle.

« Hey hey hey hey… » Ziggy s’approcha un peu plus de Juliane pour la prendre dans ses bras. C’était aussi peut-être ça qui faisait que le feeling passait plus que bien entre eux. Si Juliane pouvait paraître aussi détachée et enthousiaste que lui, elle n’en restait pas moins une jeune femme qui avait souffert de cette épidémie, son esprit atteignait parfois la limite du supportable. Ziggy l’embrassa au sommet du crâne, la tête penchée sur ses cheveux ébouriffés et ondulés qui sentaient le savon de la veille. « Calme-toi… Ca va aller. Regarde moi. » Il lui leva le menton d’un doigt et esquissa un petit sourire, les yeux pétillants, son visage à quelques centimètres du sien. « J’suis là okay ? Selene et Bobby sont deux et ils vont bientôt nous rejoindre. Et j’laisserais pas ces trucs dégueulasses poser leurs sales pattes sur toi. J’te l’jure sur la tête d’Houdini ! »

Il pensait vraiment ce qu’il disait. Bien que Ziggy soit un arriviste, parfois égoïste et carrément mégalo, il ne pouvait pas rester insensible à la réaction de la jolie Juliane. Peut-être que l’Apocalypse le ferait changer, par la force des choses et la difficulté de la survie.
 


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Aujourd'hui à 11:37

Revenir en haut Aller en bas
 

N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Jude { Un cœur qui aime vraiment n'oublie jamais. »
» N'oublie jamais d'ou tu viens [Mermaid's]
» Parce qu'on oublie jamais ses premières fois •• Seis'
» Oublie ce qui t'a blessé dans le passé, mais n'oublie jamais ce que cela t'a appris. [ Théo ]
» Je n'oublie jamais personne ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-