Partagez | .
 

 Le monde change mais pas les hommes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Le monde change mais pas les hommes...   Lun 7 Déc 2015 - 14:49


Finley Hoggerty
38ans • Américaine, origines suédoise • Acrobate • Travelers

i've got a war in my mind

Finley est avant tout quelqu'un de responsable. Depuis tout jeune, il a appris à respecter ses engagements et à être fort et solide pour ses proches. Parfois même au point de porter trop de poids sur ses épaules. Petit à petit, ça a fait de lui une personne plus indépendante que la moyenne. C'est en partie à cause de ça que sa vie sentimentale n'a jamais été très épanouie. Finley avait toujours quelque chose de plus important en tête ou tout simplement peu de temps à consacrer à ces gens. Il n'a jamais réellement su s'ouvrir à eux comme ils l'attendaient. Il a été souvent qualifié de secret, mais lui, il estime juste ne pas pouvoir s'ouvrir à tout le monde de la même manière. Ses amis les plus proches, notamment, n'ont jamais tout connu de lui, mais ça ne l'aurait pas empêché de donner sa vie pour eux.

Malgré ça, Finley reste quelqu'un de dévoué et fidèle à ceux qu’il aime. L’acrobate est constant dans ses sentiments et dans ses liens affectifs. Quand il aime, c'est pour le meilleur, pour le pire et pour le long terme ; il se battra autant qu'il le faut, aussi fort qu'il le faut pour ses proches malgré les situations de merde. Il agit selon sa conscience et ses principes ; se détourner de ce chemin est presque impossible. Son entêtement en a d'ailleurs énervé plus d'un. Il lui arrive même d'être un peu monomaniaque sur les bords : dans ces cas-là, c'est encore pire.

Finley a l'esprit pratique et il vit dans le concret. L’acrobate tente au maximum de considérer la vie avec réalisme, quitte à paraître insensible aux yeux de certains. Ses instincts sont ses meilleurs alliés même si, dans certains cas, ils le font aller à l'encontre du bon sens. La marge d'erreur est donc là, mais il l'assumera quoiqu'il arrive. Finley n'a pas peur des conséquences et son intrépidité se mêle à tout ça pour renforcer sa solidité morale et physique.

Depuis que l'épidémie a croisé son chemin, sa méfiance à l'égard du genre humain s'est accrue. Il sait qu’il ne pourra plus faire preuve de la même bienveillance qu'avant. À vrai dire, à l'heure actuelle, il n'attend plus grand-chose de la vie, l’acrobate ne sait plus vraiment quoi en faire. Il est seul avec un moral bancal et il ne peut qu'espérer trouver un but à tout ça. Par bien des aspects, son métier lui a apporté beaucoup de choses pour pouvoir survivre dans cette apocalypse. Tout d'abord, sa capacité d'adaptation. Il a passé des mois et des mois dans des chapiteaux à s’entraîner dans des conditions difficiles. Finley ne compte plus le nombre de nuits qu’il a passé à même le sol ou sur une paillasse fine. Les conditions de vie presque primitives ne lui font pas peur. Il a acquis quelques connaissances qui pourraient s'avérer utiles en terme de fuite le moment venu et sa résistance s'en est trouvée assez développée.

Enfin, son point fort sera sans hésitation la discrétion. Tant de fois l’acrobate a dû se fondre dans le décor pendant ses phases d'observation du public ou même de communautés occidentalisées. Finley a appris à faire oublier sa présence et à se déplacer le plus silencieusement possible. Il serait utile en tant qu'éclaireur si besoin était.


and blood on my hands


Finley possède une mâchoire dont la dureté est atténuée par une barbe soigneusement taillée. Les traits de son visage restent doux et assez marqués, ce qui lui donne une apparence un peu plus âgée que ce qu’il est en réalité. Ses yeux marron-noir obscure surplombent une bouche fine et bien souvent crispée. Le timbre de sa voix est un peu rauque et franc ; les émotions les plus vives y transparaissent sans difficulté. Quand il parle, on perçoit un léger accent suédois dû à ses origines.

Les épaules de l’acrobate sont larges et il est doté d'une musculature suffisamment développée pour survivre dans cette nouvelle vie : sa graisse a fondu en bonne partie, mais ses muscles continuent de travailler au quotidien. Ses grandes jambes et ses doigts plus osseux qu'auparavant contribuent à l'élancement de sa silhouette. Les mouvements de Finley en ressortent fluides et bien souvent silencieux quoiqu'un brin nerveux selon les moments.

Plus généralement, il possède une température corporelle plus élevée que la moyenne. Sa peau, à présent bronzée, est bien épaisse à force d'entraînement, il possède une légère cicatrice sur la joue gauche juste au-dessous de l’oeil. Plusieurs tatouages décorent son corps : l'un à l'épaule gauche, l'autre à l’épaule droite et deux autres sur le torse ainsi qu’un dernier sur l’omoplate. Tous ces tatouages ont effectivement une signification qu'il gardes volontairement pour lui.

Son style vestimentaire était simple avant tout ça : principalement Converses, tee-shirts, chemises, jeans et vestes. L'acrobate a été habillé comme ça un temps durant son trajet depuis Washington, plus un manteau, des mitaines et une écharpe. Plus récemment, il a pu troquer tout ça contre des habits plus pratiques : pantalon beige en toile, tee-shirt à manches longues violet au nom des Raiders d'Oakland, une veste à capuche grise et des chaussures de marche surmontées de chaussettes de ski. Il a également trouver un couteau de qualité militaire lors d'une recherche de vivre.

a storm is coming


Un père pas vraiment présent, une mère nerveuse et angoissée. Finley ne comprend pas réellement ce qu'il se passe entre eux, mais, haut comme trois pommes, il sait déjà qu’il déteste la manière dont elle est prête à tout pour satisfaire son géniteur quand il daigne les honorer de sa présence. Il voit que quelque chose cloche chez elle. Elle peut parfois sourire, rire et lui raconter des histoires pour l'aider à s'endormir comme lui hurler de ranger ses jouets ou le bazar qu’il a mis alors même que la pièce est en ordre.
Quand son mari la quitte, Finley a un peu moins de six ans, mais il réalise que la situation est beaucoup trop dure à supporter pour elle. Sasha, sa petite sœur, a un peu plus d'un an et elle pleure beaucoup. Leur mère ne le supporte pas. Heureusement, Granny les accueille chez elle et se met à prendre soin de la Maman et des petits. Les choses s'améliorent pour elle, mais Finley voit qu'elle reste différente des autres mères qu’il croise dans la rue. Sa grand-mère lui explique finalement un jour que sa mère est malade, mais qu'elle est là pour s'occuper d’eux.
Finley se dis que Granny, déjà fatiguée, va l'être encore plus.

Il comprend très tôt l'importance de ne pas compter sur les autres, à moins de ne pouvoir l'éviter. Son père, censé être l'un de ses piliers, n'est qu'un lâche, coureur de jupons. Il les a trahis et les a laissés à la charge d'une vieille dame censée profiter de sa retraite. Son départ lui laisse un goût amer dans la bouche ; une amertume qui ne le quittera jamais. Même s’il n'en a pas encore conscience à l'époque, il se jure de ne jamais lui ressembler.

Le temps passant, Finley mûri sûrement trop vite pour son âge. Sa mère n'est pas capable de s'occuper d'elle-même la moitié du temps, alors de sa sœur et lui ? Granny est là pour rééquilibrer les choses, mais Finley prend très tôt sur lui. Il assume ce qu’il peut en fonction de ses capacités et de ses possibilités. Il se charge notamment d'aller chercher, chaque semaine, les médicaments nécessaires à sa Maman – en quantité parfois effrayante, pour être honnête.
Granny lui a expliqué qu'elle souffrait d'un trouble schizoaffectif, mais il ne saisit pas encore tout ce que cela implique. Il comprend simplement que parfois, c'est sa mère qui a besoin d'être à la place de l'enfant et que Granny doit reprendre son rôle de mère dans ces moments-là. Il comprend surtout qu’il doit être un grand garçon, car sa Maman a besoin de lui.

Finley ne lui reproche pas son comportement parfois excessif et irrationnel. Il sait que la vie n'a pas été facile pour elle et il sait qu’il doit être le plus fort possible pour aider tout le monde. Elle ne contrôle pas ses crises et s'excuse toujours quand elle a dépassé les bornes. C'est dur pour Finley et sa soeur, mais lui, il n’a qu’une grande peur, c'est qu'elle soit envoyée à l'hôpital. Les choses vont mieux depuis leur arrivée chez Granny, mais elle dérape encore parfois. Il craint le jour où elle atteindra un point de non-retour. En attendant,  tout ça n'a pas d'importance : il préfère largement qu'elle fasse des rechutes tant qu'elle continue de lui lire des histoires avant de dormir.

Finley a toujours senti que sa Maman était une personne triste malgré les bonnes choses qui lui arrivent. C'est comme si elle s'accrochait au passé sans le réaliser. Comme si elle était engluée dedans. Comme si elle manquait d'air par moments, jusqu'à ce qu'elle refasse surface dans le présent, parmi eux. Il se demande aussi parfois si elle souhaite réellement s'en sortir, si c'est vraiment la maladie qui parle quand elle refuse d'avaler les pilules jaunes ou bleues et ça lui fait peur.
En tout cas, il fait son maximum pour voir le bon côté des choses. Parce qu'il y a Sasha à côté, sa petite perle. Presque blonde, une bouille angélique, des joues rondes et un sourire désarmant. Depuis tout petit, malgré leur plus de quatre ans de différence d'âge, ils s’entendaient comme larrons en foire. Elle est un peu son roc dans cette situation qui le dépasse et le perd par moments. À ce moment il fait également la promesse à Granny de faire de longue étude pour ne pas ressembler à son père.

Finley se rappelle encore de leur premier jour à l'école ensemble.
Ils arrivaient tous les deux, main dans la main. Plus tard, il ira rejoindre la classe des 5ème années – ce sera sa dernière année avant le collège, car on l'a fait sauter une classe l'an passé –, elle celle des 1res années. Elle ne connaît encore personne. Pourtant, elle se tient droite, le port fier et la tête haute, prête à remballer quiconque tentera de lui marcher sur les pieds ou de lui faire avaler des couleuvres. Il sait à ce moment-là qu’il n'a pas à s'inquiéter pour elle, qu’ils sont faits de la même étoffe solide. Les enseignants informe Granny d'un problème oculaire sur Finley, celle-ci décide de voir un spécialiste qui leur annonce forte heureusement que ce n'est pas grave, juste une myopie légère qui ne généra pas Finley sauf pour voir au-delà de 2 mètres lorsque la luminosité et faible ou qu'il fait nuit.

Cette année-là, il rencontre Simon, celui qui devient rapidement son meilleur ami.
Fraîchement arrivé du Minnesota, il lui montre tout ce qu’il connaît de la ville d'Oakland pour qu'il se sente comme chez lui. Il le présente à ses autres copains et à sa famille. Finley l'aime beaucoup, Simon. Parfois, il se demande s’il ne l'aime justement pas un peu trop. Enfin, il ne se pose pas tant de questions : quand il lui demande s'il peut prendre sa main, il accepte sans hésiter et lui sourit de toutes ses dents.

Tout se passe dans une innocence touchante jusqu'à ce qu’ils soient surpris à l'école en train de se donner la main. Autant Finley ne cille pas et leur dis d'aller voir ailleurs s’il y est, autant Simon n'a pas la même résistance. Il finit par arracher sa main à la sienne, comme s’il le forçait, et par lui hurler de ne plus jamais l'approcher. Finley garde la tête haute toute la journée, mais, le soir, il craque dans les bras de Granny. Parce que ce qu'il s'est passé est injuste et hypocrite.
Elle finit par l'apaiser à force de mots rassurants et pleins de véracité. Il comprend qu’il n'a pas à avoir honte de qui il est ni de qui il adore, que ce soient les autres qui devraient avoir honte d'eux-mêmes, de leur nature mauvaise et faible. Elle lui assure qu’il n'a rien d'anormal et qu'en temps voulu, il trouvera quelqu'un qui lui conviendra. D'après elle, il a la vie devant lui... et il la croit. Il la croira à chacune des étapes de sa vie future.

Granny est comme ça. Elle a le don de l'apaiser en un claquement de ses doigts de fée. Elle lui a inculqué un respect des gens et de la vie précieuse. Elle lui a appris à se respecter lui-même et à croire en lui et en ses désirs. Elle l'a aidé à intégrer le fait qu'il y a avait de bonnes personnes et d'autres, moins sympathiques, qu'il fallait faire un tri, parfois pour son propre bien-être. Grâce à cet épisode, mais aussi aux nombreux autres qui suivront.

Puis vient le temps du collège. Il rencontre de nouvelles personnes dans un nouvel environnement. Oublier l'image du « pédé » qui lui collait à la peau à cause de ses anciens camarades. Il se constitue un groupe d'amis solide au fur et à mesure de cette année, amis qu’il gardera pour la plupart lors du lycée.
Il n'y a pas grand-chose de notable à relater lors de cette période, pour être honnête. Finley mène un train de vie très quotidienne, le même depuis des années. Sa mère oscille toujours entre ses différentes phases. Granny vieillit, mais reste leur pilier à tous les trois. Sasha grandit et s'affirme malgré leur vie familiale compliquée. Si, il y a une chose notable finalement, Finley se passionne pour les acrobaties en allant dans un cirque avec Granny. Au même moment, Finley prend des cours de gym grâce à sa grand-mère qui se sacrifie un peu financièrement pour lui faire vivre sa passion.

C'est au lycée qu’il connaît plusieurs de ses premières fois.
D'abord, celle de quitter la Californie lors d'un voyage scolaire. Il n'en a jamais eu l'occasion à cause de leurs finances délicates. Les traitements de sa mère ne sont pas entièrement remboursés par l'assurance maladie et la retraite de Granny n'est pas extensible. Pourtant, il profite de chaque instant lors de ce périple. Avec le recul, il réalisera que c'est à ce moment-là qu'est née sa curiosité presque obsessionnelle pour tout ce qui est étranger, différent de son environnement.
Il connaît aussi sa première fois avec l'une des filles de son groupe d'amis. Ils s’entendent à merveille et il se dit que c'est peut-être ça, l'amour... Après coup, impossible de décrire cette expérience autrement que par « catastrophiquement gênante et mortifiante », pourtant. Inutile de préciser que leur amitié en a pris un sacré coup par la suite.
La cerise sur le gâteau, c'est sûrement le fait que, quelques semaines plus tard, Finley se met en « couple » avec l'une de leurs amies communes. Bizarrement, son ex-copine n'apprécie pas la blague. À sa décharge, il n'a pas pensé qu'elle entretenait tant de sentiments à son égard...  Son groupe d'amis éclate suite à ça. Peut-être est-ce le signe qu’il va galérer dans sa vie sentimentale par la suite ? Finley ne le sait pas encore, mais c'est le cas. À ce moment, il ne retient qu'une chose : il est définitivement attiré par le sexe féminin et ça lui suffit sur le coup.

Dès qu’il est en âge de travailler, il se fait embaucher à l’art du cirque de son quartier. Non seulement il peut à présent participer à la vie financière de la famille, mais, en plus, quel endroit plus merveilleux pour étancher sa soif de connaissances ? Il est d'ailleurs plus d'une fois surprise en train d’observer les coutumes et le langage des étrangers dans son groupe au lieu d'être à l'entraînement. Heureusement pour lui, la responsable est une amie de sa grand-mère, elle l'aurait viré plus vite sinon. Car oui, la patience humaine a ses limites et Mrs Elliot finit forcément par atteindre la sienne. Il n'a d'autres choix que de partir lui-même à la recherche d'un nouveau petit boulot. Que Finley trouve dans un autre cirque non loin de chez lui, par le plus heureux des hasards. Il se retrouve affecté à la section « Acrobate ».
Soyons clairs : sa curiosité était déjà bien présente avant, mais c'est dans cette section que naît sa passion pour le spectacle, les exercices physiques, le travail d’équipe et les costumes « exotiques ». C'est à cette époque qu’il se décide sur son avenir, plus ou moins consciemment.
Nous passerons sous silence le nombre d'entraînements dans son quartier sur les toits. Ainsi que les soirs de fermeture, en toute illégalité, sur des sites de chantier.

La vie suit son cours et Finley entre à l'école du cirque le plus renommé grâce à une bourse, la School of Acrobatics and New circus Arts. Leur programme d'entraînement lui fait de l’œil depuis bientôt deux ans et son admission à ce cursus est l'un des plus beaux jours de sa vie. Il s'immerge rapidement dans les entrainement sans regret. Pour continuer de soutenir sa famille, il obtient un travail à mi-temps dans un chapiteau fixe non loin du domicile. De ce fait, il fait rapidement partie de ces élèves qui ne font pas vraiment la fête et n'expérimentent pas l'ambiance festive après spectacle. Il s'en fiche, à vrai dire. Ça ne l'intéresse pas plus que ça. Il a des objectifs en tête et des responsabilités bien plus importantes qui l'attendent. Les rares fois où il sort, c'est lors d'occasions spéciales – celles auxquelles on le traîne.

Il entame sa deuxième année dans la même lignée, mais la fin du premier semestre met à mal une bonne partie de ses plans et bouleverse considérablement sa vie. Peu après Noël, il retrouve Granny éteinte dans son lit. Autant dire que les choses ne vont pas en s'améliorant par la suite. Sasha et Finley deviennent vite dépassés par les événements.
Sans personne pour vraiment s'occuper d'elle et sous le coup de la perte que la famille venais de subir, le trouble de la Maman s'aggrave. Elle fait une tentative de suicide exactement trois semaines après le départ de Granny et Finley n'a d'autres choix que de la placer dans une structure adaptée – payée en partie grâce à l'assurance vie laissée par sa grand-mère qui a visiblement d'eu se restreindre encore plus que ce qu'il pensait. Sa sœur se retrouve placée dans une famille d'accueil malgré ses tentatives pour récupérer l'adolescente de 15 ans. Il comprend cette décision bien que cela leur fasse beaucoup de mal à tous les deux.

Finley se retrouve donc seul, à rendre visite à sa mère et à sa sœur dès qu’il en a l'occasion. Autant les visites à cette dernière sont toujours un plaisir, autant celles à sa Maman sont assez douloureuses. Malgré les traitements et la thérapie, son trouble ne s'arrange pas et ça lui est de plus en plus difficile de la voir dans cet état. Il finit par vendre l'appartement familial et aller s'installer à Berkeley, plus près de l'école de cirque qui lui promet un job sur place.

Quelques semaines après le début de sa troisième année, il rencontre sa deuxième « relation sérieuse » – si la première expérience de cinq mois au lycée compte réellement. Lydie, une étudiante française, venue passer deux ans à Berkeley, de trois ans son aîné. Sans parler de coup de foudre, l'entente entre eux est immédiate et puissante. Après deux mois à se tourner autour, ils franchissent le cap pendant les vacances de Noël et ça lui paraît aussi naturel que prendre un petit-déjeuner au réveil.

Si les choses se passent bien les premiers mois, Finley finit par constater à quel point son indépendance lui tient à cœur et combien une relation sérieuse demande d'investissement et de temps. Habituée à décider de sa vie comme il l'entend et à être « en charge », une tension s'installe peu à peu entre les deux à mesure du temps. Il est pris par ses entrainements et ses évaluations, son boulot et sa famille. Il sait ce qu’il veut faire dans la vie. Au final, il laisse peu de place à Lydie dans la sienne et la situation les rend tous les deux malheureux. Peut-être qu’il ne l'aime pas assez pour faire certains sacrifices ou peut-être qu’il n'est tout simplement pas fait pour ce genre de relation. Il ne sait pas et, à vrai dire, ce n'est pas sa préoccupation première.

Sans grand étonnement, ils se séparent durant l'été précédant sa quatrième année, la plus décisive dans l'obtention de son titre de formateur, et il n'a aucun regret. Pendant les années qui suivront, Finley ne s'engagera dans aucune autre relation, leur préférant les amourettes sans importance et les aventures d'un soir quand elles se présenteront. Toujours en périphérie de ce qu’il considère « sa vraie vie ».

Il obtient son titre l'année de ses 23 ans puis enchaîne avec un second titre de maitre acrobate, toujours dans la même école. Rien de bien notable dans sa vie jusqu'à l'été suivant où Sasha atteint sa majorité. Impossible de décrire son bonheur quand ils emménagent dans un appartement plus grand, rien qu’eux deux, après trois ans passés séparés. Elle décide d'entamer un cursus en Sciences de l'environnement tandis que Finley entame sa deuxième année de formation avec les meilleurs qui se soldera d'ailleurs par son obtention.

Deux ans passent à la vitesse de la lumière et il obtient son poste de professeur dans la même enseigne qu'il refuse quand elle obtient son Bachelor, la promesse faite à sa grand-mère étant enfin tenu il allait pouvoir faire ce qui lui plaît. Ils entrent dans le monde du travail au même moment. Elle est par contre la première à être chanceuse dans ce domaine. Elle se voit offrir un poste à Seattle, Washington. Il n'hésite pas vraiment avant de la suivre et de trouver un cirque pour l'embaucher sur place. Ils laissent leur mère derrière eux, puisqu'elle la structure lui correspond, et comptent lui rendre visite dès que ça sera possible. Son état ne s'améliore pas de toute façon : elle refuse maintenant de les voir une fois sur deux.

Finley part pour une tournée de plusieurs mois en novembre de cette même année, direction un coin reculé de l'Asie. Le choc culturel est immense et il a besoin d'un temps d'adaptation à ce nouveau mode de vie, mais il en ressort tellement enrichi grâce à ses études que, s’il avait encore des doutes sur sa vocation, il serait sûr à ce moment-là de l'avoir trouvée.
Les tournées s'enchaînent dans des endroits tous plus variés les uns que les autres. Dans des pays étrangers, parfois. Dans des coins vides de toute civilisation occidentale ou carrément en plein dedans. Parfois aux États-Unis, dans la banlieue de New York ou dans une secte du Colorado. Finley apprend tellement de choses et côtoie tellement de cultures différentes qu’il ne sait plus trop où donner de la tête. Puis, entre ces semaines, voire mois, intenses, il y a les périodes calmes qui marquent son retour chez lui, dans l'appartement qu’il partage avec sa sœur. Elles lui permettent de se ressourcer comme rien d'autre ne le peut.

Le destin décide pourtant de s'amuser un peu plus avec Sasha et lui.
Alors que Finley se trouve en tournée en Inde pendant l'été, Sasha lui apprend au téléphone qu'elle est atteinte d'un cancer en stade 1. Finley l'informes qu’il rentre par le prochain avion, mais elle le convainc de terminer sa tournée : ils allaient en avoir besoin financièrement parlant. Ils ont toujours une partie de la vente de l'appartement de Granny, mais ils l'utilisent petit à petit, sans faire d'excès. Il y a également la structure dans laquelle réside leur Maman qu'ils ont fait venir à Seattle pour pouvoir lui rendre visite car elle leur manquer. L'assurance maladie de Sasha couvrira une partie des frais médicaux, mais ça ne sera pas suffisant. Les prochaines années vont être rudes donc Finley reste et termine tant bien que mal ses acrobaties sur place. Il s'arrange dès son retour pour être affecté à des tournées locales à l'avenir.
Heureusement pour lui, la femme à la tête de son cirque est conciliante.

Les années qui suivent ne sont pas faciles. Les jours oscillent entre bonne humeur et morosité. Finley a du mal à accepter que quelqu'un de si jeune doive déjà passer par ce genre d'épreuve. Ça lui paraît impossible et injuste, et pourtant, il n'y peut pas grand-chose.
Sasha demande l'avis de différents médecins. Elle tente différents traitements. L'évolution n'est franchement pas prometteuse et Finley craint de perdre l'une des deux personnes les plus chères à son cœur encore en vie. Jusqu'à ce qu’ils tombent sur cet essai clinique qui aura lieu à Seattle – ironie du sort ? Là, il reprend espoir. Certes, c'est expérimental, mais c'est tellement plus que ce qui a été offert à sa sœur depuis qu'elle a appris pour sa maladie. Ils ont d’ailleurs du mal à y croire, mais elle est sélectionnée pour y participer, en septembre de l'année d'après.

Une semaine avant la date du début de l'essai, Finley apprend qu’il va être envoyé en tournée à quelques kilomètres de Seattle pour une période approximative à deux mois. Pendant cette période il lui sera impossible de la contacter, pour rester concentré, avant son retour, en novembre. Il essaie de marchander, mais la directrice ne lui laisse pas le choix : il n'y a que lui de disponible à ce moment-là et de compétent voir très doué dans le domaine. Sa sœur le rassure et l'encourage à y aller quand il envisage de démissionner. Elle achève de le raisonner en soulignant le fait qu’ils n’auraient, de toute façon, pas le droit de se contacter pendant l'essai et qu’ils avaient besoin qu’il conserve son emploi.  

Finley et Sasha se disent au revoir le 11 septembre au soir à l'aéroport sans savoir que c'est la dernière fois qu’ils se voient.

on the highway to hell


26 septembre → Finley est en pleine tournée. Dès que possible, il craque et appelle l'hôpital de Seattle pour avoir des nouvelles de Sasha. Il ne réussit pas à les joindre, car ça sonne tout le temps occupé. Il n'arrive pas non plus à la joindre sur son portable. Alors, il va voir sur le net s’il peut trouver des informations. Ça parle d'aile d'hôpital ayant des difficultés. Il tombe sur des vidéos étranges sur les réseaux sociaux auxquelles il a du mal à croire, ça parle de terrorisme. Tout ça date de plus d'une semaine et il a le pressentiment que ce ne sont que des montages.

09 Octobre → Après s'être occupé de la paperasse amassée pendant son absence et préparé à un long trajet en voiture, il quitte la campagne, direction Seattle.

10 octobre → Dans Seattle Finley rentre à son appartement en attendant de pouvoir rendre visite à sa soeur à l'hôpital. La date du départ de la troupe de cirques pour la prochaine tournée est prévue pour le 20 octobre.

11 octobre → Finley décide de s’entretenir un peu et passe toute la journée au parc pour faire des exercices. En rentrant chez lui, il regarde la télévision et apprend qu’une enquête est en cours sur une affaire de drogue visiblement.

12 octobre → Finley passe la journée au cirque et tente de rassurer les gars, car ils croient à la fin du monde depuis qu’ils ont vu sur internet que l’affaire est plus grave qu’il n’y parait. Finley ne croit pas un seul instant que cela soit si grave que cela, de plus il ne fait que penser à sa jeune soeur.

13 octobre → Finley n'est pas au bout de ses surprises. En s'entrainant dans la rue, il manque de mourir pour la première fois en sautant sur un muret, il trébuche et tombe nez à nez avec ce qu’il croit être un SDF lorsque celui-ci se jette sur lui pour essayer de le manger. Heureusement, un groupe vient à sa rescousse. Finley se met à couvert avec eux pour la nuit. Ils sont du coin et peuvent lui raconter ce qu'il s'est passé – du moins, ce qu'ils en savent.
Finley apprend que c'est depuis l'hôpital que l'épidémie s'est répandue, qu'une des ailes, visiblement la morgue, a était victime d’un virus étrange et dangereux. Pour permettre aux vivants toujours en quarantaine de sortir de là, la police fit un raid, laissant s'échapper les morts en même temps. Ses espoirs de retrouver Sasha, déjà maigres, s'amenuisent davantage. Ils lui déconseillent de retourner dans la zone, mais il s'entête : il doit faire son maximum pour la retrouver. Il décide donc de rentrer pour mettre au point un plan de récupéré sa jeune soeur.

14 au 18 octobre → Finley essaye toujours de rester positif avec sa bande de cirques, ils sont barricadés dans l’appartement de Finley qui leur a demander de venir lui prêter main forte pour récupérer sa soeur. La présence de l’armée fait peur à pas mal de gens de la troupe. Durant 4 jours ils mettent un plan en place, le lendemain se serra le grand jour.

19 au 24 octobre → Finley essaye de positiver, mais la situation lui échappe lorsque les émeutiers s’en prennent à son immeuble. La troupe de cirques se sépare sous la panique et Finley décide de rejoindre l’aéroport après avoir récupéré sa soeur comme prévue, tant pis il ferait tout seul. Il arrive aux abords de l'hôpital, mais il doit se rendre à l'évidence : il y a tellement de morts-vivants qui grouillent dans la zone, et des patrouilles de police et militaire qui font des allers-retours entre l'intérieur et l'extérieur du bâtiment, que, si sa sœur est encore là-dedans, elle est soit morte de faim, soit déjà transformée. Si elle a réussi à en réchapper, il n'a aucun moyen de la retrouver. Il continue donc sa route jusqu'à l’aéroport avec un certaine lenteur et un morale faiblissant.

25 au 27 octobre → Finley reste deux jours dans une cachette sur place près de l’aéroport. Il est obligé de voir les choses en face et la douleur est bien trop vive pour qu’il bouge de suite. Il décide finalement de tenter de retrouver la seule personne importante pour lui encore en vie : sa mère. Envolé son espoir de quitter le pays.

27 au 31 octobre → Finley tombe sur un groupe de survivants, en se dirigeant vers la centre de sa maman, peu commodes cette fois. Il prends pas mal de coups et manques de se faire dépouiller de ses possessions. Des morts-vivants apparaissent et lui sauvent la vie sans le savoir – ironie du sort. Il attrapes ce qu’il peut et cours se mettre à l'abri pour échapper aux hommes. Il va avoir besoin de quelque temps pour se remettre un minimum de ses blessures.

01 novembre → Finley repart au matin, encore contusionné, mais en meilleure forme malgré tout. Ses pas le mènent non loin du zoo de woodland, ou du moins, ce qu'il en reste. Il tombe nez à nez avec le corps pourrissant d'une girafe et entends un éléphant barrir dans les environs.  

02 Novembre → il arrives dans l'établissement de Wallingford où était internée sa mère et il trouve toutes les portes ouvertes, les lieux en grande partie désertés. Il tue quelques morts-vivants avec difficulté, dont sa mère, mais il sait désormais comment les tuer. Il prend le temps de l'enterrer dans le jardin et passe la nuit dans l'une des ailes vides qu’il sécurise comme il peut.

03 Novembre à aujourd’hui → il récupère les vivres qu’il trouve et renforce son arme prise sur les survivants peu commodes. À présent réellement seul, il ne sait pas où aller ni quoi faire. Il décide de prendre la direction de l'Aurora Ave N et de se diriger vers le centre pour commencer. Il ira là où ses pieds le porteront.

time to meet the devil

• pseudo › Killian
• âge › 23

• comment as-tu découvert le forum ? › top-site
• Ton ancien personnage ?  › Aucun
• et tu le trouves comment ? › J'adore, vivement de pouvoir Jouer.
• présence › Au moin 3 fois par semaine et les week end. 

• code du règlement › Ok by Jay
• crédit › gif-tif
:
 

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Le monde change mais pas les hommes...   Lun 7 Déc 2015 - 14:52

Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Le monde change mais pas les hommes...   Lun 7 Déc 2015 - 15:04

Bienvenue et courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Le monde change mais pas les hommes...   Lun 7 Déc 2015 - 16:10

Tout d'abord merci beaucoup et je vais essayer de finir au plus vite Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Le monde change mais pas les hommes...   Lun 7 Déc 2015 - 16:12

Bienvenue et courage pour la fiche^^

JJ
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3310
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Le monde change mais pas les hommes...   Lun 7 Déc 2015 - 17:06

Bienvenue, sympa ton avatar je le connaissait pas du tout.

Bon courage pour finir ta fiche.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Maxine Preston
Fondatrice à la retraite
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/11/2013
Messages : 6195
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Le monde change mais pas les hommes...   Lun 7 Déc 2015 - 20:39

Bienvenue sur le forum !

Comme pour Brogan, mais cette fois vu que la fiche n'est pas terminée il ne s'agira que d'un petit avertissement :MisterGreen: Nous n'acceptons plus les Irlandais ou gens d'origines Irlandaises. Il faudra donc le retirer !

Aussi, si tu pouvais redimensionner un peu ta signature, elle est énorme o_o.

Bon courage pour le reste de ta fiche, si tu as des questions n'hésite pas !



- But I can't compete with the she-wolf,
What do you see in those yellow eyes ? -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Le monde change mais pas les hommes...   Aujourd'hui à 10:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Le monde change mais pas les hommes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le monde change mais pas les hommes...
» Quand le monde change (pvAlban Chaos,Conrart et Nero)
» Le petits stand que tout le monde ignore, mais qui est bien vivant... (Restauration de la galerie des mirroirs)
» Le monde change [Zoe]
» Notre monde change de visage [MAJ 25/01/15]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-