Partagez | .
 

 End of an Era

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: End of an Era    Sam 9 Jan 2016 - 21:16

Le supplice reprenait alors qu'il venait enfin de récupérer un semblant de respiration stable. Au moins, il s'était préparé psychologiquement à avoir mal puisque la demoiselle avait eu la décence de le prévenir. Peut-être bien qu'il eut moins mal que si on l'avait prit au dépourvu. Leroy serra néanmoins les dents puisque le liquide lui brûlait la plaie et mettait sa chair à vif d'autant que la pression pour l'essuyer le faisait tout autant mourir intérieurement de douleur. Le maçon ferma les yeux pour empêcher les larmes de souffrance de couler le long de ses joues. Même au plus bas, il refusait de montrer sa vulnérabilité. Pourtant, les deux minutes qu'avait prit la soigneuse semblèrent être une éternité pour le blessé. L'épreuve se voulait tellement éprouvante que lorsqu'il relâcha sa respiration, il était haletant comme s'il avait tenu un 200 mètres. Sa main valide, crispée sur son genou, indiquait à quel point il était tendu. Finalement, il ouvrit les yeux quand les douleurs se calmèrent et en profita pour tenter de bloquer son regard sur le visage de la blonde face à lui, qui lui répondait enfin.

- Izzy, hein ? C'est moins long qu'Isabel, mais ça reste un joli prénom, j'trouve et ça sonne bien.

Il avait parlé d'une voix rauque, la gorge toujours nouée par le mal qui lui tenait tenaillait l'épaule. Il se surprenait lui même à être d'une nature aussi... Sympathique. Évidemment, quiconque le connaissant savait qu'il pouvait être autre chose qu'un enfoiré en puissance, autre chose qu'un autoritaire menaçant. Il savait être reconnaissant et pour le coup, il l'était vraiment. Sans les femmes, qu'il avait, certes, effrayé, il se serait certainement vidé de son sang. Et même s'il n'était pas mort de cette façon, sans doute que la plaie aurait pu s'infecter et il en serait mort après. L'un comme l'autre étant très peu enviable, il ne pouvait bénir que le Dieu de sa mère. Puis une lueur scintilla dans l'esprit de l'homme, prenant conscience qu'elle lui avait retourné sa question. Reniflant par réflexe, l'ouvrier se redressa et grimaça légèrement. Merde, ça tirait légèrement sur les tissus. Alors il inspira longuement, soupira pareillement et tenta de fixer du regard, avec un sourire, sa bonne samaritaine, lui tendant sa main valide.

- Leroy, enchanté. Ou juste Roy. Comme vous l'sentez. Cela dit...

Cela dit, ça servirait à rien de qu'ils se donnent leur nom puisqu'ils ne se reverraient sans doute jamais. L'idée que le duo de femmes puissent mourir chagrina le maçon. C'est vrai, il leur devait beaucoup, même à Elyse qui ne semblait toujours pas l'apprécier, ce qui était tout à fait normal en soit. Puis finalement, Leroy secoua la tête légèrement. Nah. Fallait pas penser comme ça. Pas pour elles en tout cas.

- Cela dit... Oh, j'me souviens plus de ce que je voulais dire.

"Cela dit, quand on se quittera, faites attention à vous. Faudrait pas que vous fassiez une rencontre plus désagréable que la mienne." Mouais. Un petit mensonge pour ne pas dire le fond de sa pensée. Non, vraiment, fallait pas penser à mal. Tous ne penseraient pas à mal, dans ce nouveau monde. Beaucoup seraient encore trop étonnés de ce qui arrivent pour révéler leur vraie nature. Tandis qu'on lui faisait enfin son pansement, Leroy tourna son regard vers la compagne de la blonde. Elle n'appréciait vraiment pas la présence de l'homme et c'est un sourire narquois que lui offrit le chef de chantier. Il se sentait légèrement mieux, depuis qu'on appuyait plus sur sa blessure mais l'engourdissement et le sommeil venaient toujours frapper à la porte de sa conscience aussi, à plusieurs reprises il se mordit l'intérieur de la joue pour rester éveillé. Se raclant alors la gorge, il tenta une nouvelle fois de communiquer.

- Pourquoi vous-êtes ici que toutes les deux ? Vous pourriez faire de sales rencontres. Oui Elyse, pire que la mienne.

Elle, c'était clair et net qu'elle finirait par ne plus du tout pouvoir le blairer mais il s'en fichait pas mal, c'était pas la plus sympa des deux après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Isabel G. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 199
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: End of an Era    Dim 24 Jan 2016 - 20:12


Le plus gros du travail avait été fait. Il ne restait plus qu’à faire le bandage et elle aurait terminé. Désinfecter la plaie n’avait pas été une partie de plaisir pour l’homme. Izzy avait fait tout son possible pour que ce ne soit pas trop douloureux, mais bien évidemment elle n’avait pas pu faire de miracle. Il avait déjà beaucoup de chance… Il ne devrait pas avoir de séquelles trop importantes, une belle cicatrice sûrement mais il vivrait. Et c’était tout ce qui comptait. Une fois la blessure nettoyée, Isabel avait fini par se présenter. Elle n’avait pu s’empêcher de sourire en l’entendant dire qu’elle avait un beau prénom. Elyse, quant à elle, s’était contentée de lever les yeux vers le ciel une fois de plus. Décidément, elle n’arrivait pas à se détendre, contrairement à Isabel. Au final, cet homme n’avait rien de méchant. Certes il aurait pu venir demander poliment de l’aide sans les menacer, elle et sa belle-sœur, mais vu le contexte… Il était tout excusé. Pour Izzy seulement, évidemment…

Il se présenta à son tour. Isabel attrapa la main qu’il tendait vers elle, la serrant un instant, toujours souriante. « Leroy ? C’est original comme prénom. » Déclara-t-elle, étirant un peu plus ses lèvres. Leroy continua alors mais il ne sembla pas se souvenir de ce qu’il voulait dire. Isabel arqua légèrement un sourcil, espérant que ce n’était pas la perte de sang qui le rendait ainsi confus. Elle reprit alors « Bon, je n’ai plus que le pansement à faire. Je vais faire attention de ne pas vous faire trop mal. Ça ne devrait pas prendre trop de temps… » Elle s’exécuta alors, réalisant tout d’abord un pansement compressif pour ensuite placer les bandages, ce qui n’était pas tellement évident vu l’emplacement de la blessure… Elle allait faire de son mieux pour que ça tienne.

Occupée à placer les bandes correctement, elle ne prêta pas attention aux regards échangés par Leroy et Elyse. Cette dernière s’était placée à l’écart, elle paraissait tendue. L’homme leur demanda alors ce qu’elles faisaient ici, seules. Isabel s’apprêta à répondre mais ce fut Elyse qui répondit la première, d’une voix sèche. « On cherche mon frère ! C’est son mari ! » Elyse avait pointé Isabel du doigt comme pour lui indiquer qu’il fallait qu’il arrête son petit manège… Oui, elle se faisait sûrement des films, mais elle n’appréciait pas tellement les manières de ce type. Isabel détourna alors les yeux vers sa belle-sœur lui faisant comprendre que ça ne servait à rien de s’énerver. Elle reprit alors calmement, expliquant à Leroy ce qu’elles faisaient ici. « Oui, nous recherchons mon mari, Arthur. Elyse est ma belle-sœur, nous avons été séparés il y a plusieurs semaines maintenant. Nous devons rejoindre le Century Link, c’est là que nous devions aller quand il était toujours là… Nous nous sommes installés dans une maison, un peu plus loin, pour nous reposer un peu… » Termina-t-elle alors qu’elle finissait également le bandage, l’accrochant avec une bande adhésive qu’Elyse avait trouvé. « Voilà, j’ai fini ! » Elle vérifia une dernière fois les bandages avant d’ajouter. « Et vous ? Vous êtes seul ? Enfin, je veux dire… Avec votre blessure, ça risque d’être compliqué. Il va falloir changer le pansement tous les jours pour éviter que ça ne s’infecte. Vous pouvez rester ici le temps que ça cicatrise un peu. » Les yeux d’Elyse avaient dû s’écarquiller d’un coup en entendant la proposition d’Izzy. Mais l’ancienne logisticienne ne pouvait décidément pas laisser un homme blessé repartir seul… Ce n’était qu’une simple proposition, c’était comme il voulait. Dans tous les cas, elle espérait que quelqu’un pourrait s’occuper de la blessure, une fois qu’il serait parti.






Revenir en haut Aller en bas
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: End of an Era    Mar 26 Jan 2016 - 21:04

Leroy avait accepter sans broncher la remarque sur son prénom. Original, ça, c'était clair que ça l'était. De ce qu'il savait, c'est son grand-père qui l'avait choisit. Grand-père qu'il n'a plus jamais revu depuis que son paternel s'était fait la malle. D'ailleurs, est-ce que ce connard avait survécu ? Sans doute à cause de la perte d'hémoglobine, le maçon s'était mis à se poser des tonnes de questions. Des questions qui resteraient sans réponses. Au final, il s'en foutait pas mal de ce qu'il pourrait advenir de son géniteur. Cet enculé les avait abandonné dès qu'il avait pu. S'il se faisait buter ou mordre, ça lui ferait bien les pieds. Enfin. Leroy se laissa faire quand on finalisait ses soins. Izzy, la blonde était très agréable et pas seulement à regarder. Étrangement, le maçon en vint à se dire que possiblement, dans une autre vie, une autre dimension, ces deux là auraient pu être amis. Ouais, juste des amis. Puis, finalement, Elyse ramena le colosse à la réalité, répondant à la question qu'il avait posé avant. Ah oui ! C'est vrai qu'il avait demandé pourquoi elles traînaient seules.

Leroy n'avait pas pu s'empêcher de rire aux dires de la belle-soeur puis tenta de reprendre son sérieux en écoutant attentivement la demoiselle blonde. Rejoindre les groupes ? Oh la la, elle imaginait pas dans quel pétrin ils se foutaient. Mais devait-il brisé les espoirs de cette petite femme qui, finalement, semblait assez fragile. De sa main valide, l'homme vint gratter sa joue lentement puis caressa sa barbe naissante sur son menton en fermant les yeux. Enfin, il lâcha un profond soupir de désapprobation.

- J'me doute qu'Elyse en a rien à foutre de mon avis mais... Izzy, c'est une mauvaise idée de rejoindre ce camp. Il a l'air sûr, avec les militaires et tout. Ok. Mais, c'est une mauvaise idée. Penses-y. Un seul de ces machins et... C'est la fin. Donc si j'ai un conseil, choppez ton mec et barrez vous.

L'image de Bob revint à l'esprit de Leroy. Ce mec avait été mordu et avait raconté la transformation de son frangin. Si le chef de chantier avait préféré entraîné Luke loin de ces conneries, c'était bien pour les raisons évoqués aux femmes. Il suffisait que d'un monstre. Un seul et c'était la fin pour tout le groupe. Il était certain que ça finirait ainsi. En hécatombe. C'était la loi du plus fort. Même armés, les militaires ne feraient sans doute pas le poids face aux infectés et encore moins s'ils viennent de l'intérieur. Les grands groupes, c'était le pire moyen de détruire une colonie. C'est d'ailleurs bien pour ça qu'avec la bande à Jenna, Leroy avait préféré rester dans son coin. Encore perdu dans ses pensées, l'homme sursauta quand la jeune femme lui demanda proposa de rester avec elles, si jamais il était seul. Sans mouvement brusque, le colosse pivota pour faire face à la blonde, lui offrant un sourire reconnaissant tout en lui posant la main valide sur son avant-bras.

- Je ne suis pas seul et je pense qu'un membre de mon équipe sera capable de me soigner mais c'est gentil de proposer. Je pense que je partirai une fois que je me sentirai capable de bouger sans trop de peine. En attendant...

L'homme se leva lentement mais tangua encore un instant. Non, trop tôt pour essayer de marcher ou de se débrouiller par lui-même. Il avait présumé de ses forces. Dommage. Il ne pourrait pas jouer l'homme dangereux. Ou il ne pourrait pas être suffisamment désagréable pour faire enrager Elyse. Vraiment dommage, parce que c'était une pratique qui l'amuserait sans doute. Qu'importe. Ouvrant la bouche pour parler, il inspira trop vite et fut prit d'une quinte de toux. La chose se calma peu à peu. Le karma sans doute. Puis, il se râcla la gorge.

- Je ne mourrai pas. Autre conseil de survivants, rassemblez toutes les denrées importantes. Gardez les trucs de secours, fouillez le maison de fond en comble, qui sait quelles trouvailles vous pourrez dégoter. Par exemple, Elyse.... Fais pas cette tronche, c'pas ma faute si t'es le seul exemple hein ! ... Si tu trouves une pile et un emballage de chewing-gum, tu pourrais faire du feu. Enfin, j'suppose que vous savez comment vous démerder mais j'préfère être certain que vous vous en sortirez.

Leroy se redressa un peu et grimaça à cause de la sensibilité de sa blessure. Putain, fallait que ça lui arrive à lui. Mais au moins... Il était pas mourant, c'était déjà un bon début. Allant sur le canapé, le maçon se cala au mieux pour observer les deux femelles.

- Bon, on fait quoi ? Un monopoly ? Un scrabble ? Un uno peut-être ? Non parce que le temps va être long jusqu'à ce que je me sente prêt à vous laisser.



Revenir en haut Aller en bas
Isabel G. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 199
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: End of an Era    Dim 31 Jan 2016 - 19:44


Une légère tension était perceptible entre Elyse et Leroy. Isabel, elle, n’en avait pas grand-chose à faire… Elle trouvait même ça plutôt amusant. Bon, cet homme lui avait fait peur lorsqu’il l’avait menacée avec son arme mais… Elle était certaine qu’il s’agissait surtout d’un geste désespéré et qu’il n’était pas si méchant qu’il avait voulu le montrer. Et maintenant qu’elle avait presque terminé les soins et qu’ils discutaient tranquillement, elle avait la certitude que c’était quelqu’un de sympathique. Elle lui avait alors expliqué qu’elles étaient à la recherche d’Arthur et qu’elles devaient rejoindre le stade. Et Leroy, tout en lançant une nouvelle pique à Elyse, l’avait mise en garde. Elle l’avait écouté, sagement. Peut-être qu’il avait raison. Peut-être qu’il avait tort. Peu importe, il fallait qu’elle le retrouve, ils aviseraient ensemble une fois réunis… Mais le retrouver était la priorité…

Isabel afficha une mine soulagée en l’entendant dire qu’il n’était pas seul. Bien, c’était rassurant. Il expliqua qu’il repartirait une fois qu’il irait mieux. Cette annonce allait sûrement plaire à Elyse, elle n’aurait pas à le supporter très longtemps. A cette pensée, Izzy sourit, amusée. Elle s’était toujours très bien entendue avec sa belle-sœur, elle l’adorait même. Mais parfois, elles n’avaient clairement pas la même façon de faire ou de penser. Cette situation en était le parfait exemple. Heureusement, elle trouvait toujours un compromis pour que les choses s’arrangent... Sans se disputer, sans crier… Et ça, c’était quand même un sacré avantage vu le bordel qu’il y avait dehors…

Leroy réussit à se lever, péniblement mais c’était déjà ça. Normalement, après un peu de repos il ne devrait pas avoir trop de mal à rejoindre son groupe. Il toussa légèrement avant de reprendre, conseillant aux deux jeunes femmes de chercher tout ce qu’il pouvait être utile dans la maison. Encore une fois, il trouva le moyen de faire tiquer Elyse… Rien de bien méchant, mais ça fonctionnait plutôt bien. Il termina en proposant quelques idées pour trouver de quoi s’occuper, tout en s’installant sur le canapé. « Nan… J’vais aller voir ce qu’il y a à l’étage… Je reviens… » Elle lâcha un soupir et s’éclipsa.

Attendant quelques secondes, Isabel détourna de nouveau le regard vers Leroy puis elle lui répondit « Excuse la… C’est pas facile pour elle depuis qu’on a perdu Arthur. » Sans s’en rendre compte, elle s’était mise à le tutoyer à son tour. « Tu sais elle est très attachée à lui, même s’ils se disputent souvent comme chien et chat… Dans d’autres circonstances, je pense qu’elle t’aurait sûrement apprécié. » Elle sourit de nouveau.

« Est-ce que tu as faim ? J’ai cru voir quelques conserves dans la cuisine… Ça te fera certainement beaucoup de bien de manger un peu. Pour reprendre des forces… » Elle quitta le séjour durant un instant, totalement confiante. Il n’allait pas leur faire de mauvais coup, elle en était persuadée. Elle ouvrit alors les placards de la cuisine avant de trouver une boîte de raviolis ou quelque chose dans le genre. A vrai dire, elle n’était pas très regardante et mangeait tout ce qu’il pouvait passer devant elle. Durant ses missions, elle avait appris à ne pas être tellement exigeante… Elle versa le contenu de la boîte dans une casserole avant de la déposer sur le feu d’une vieille cuisinière à gaz. Elle alluma puis elle se mit à fouiller la cuisine. Elle sortit de quoi faire trois couverts et retourna dans le séjour en portant le tout et elle le déposa sur la table du salon. « Bon… Ça sera pas de la grande cuisine… Y’avait pas grand-chose… »






Revenir en haut Aller en bas
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: End of an Era    Lun 1 Fév 2016 - 20:07

Faire fuir Elyse, ce fût la fierté de Leroy. C'était cool d'avoir le don de taper sur les nerfs d'une femme qui était aussi nerveuse qu'elle. Certes, il n'avait pas non plus fait bonne impression mais il s'en foutait pas mal. Il savait une chose, c'est que la blonde était quand même la plus sympa des deux et ça se voyait. D'ailleurs, Isabel s'excusait du comportement de sa belle-sœur, cherchant à expliquer les pourquoi du comment, finissant par dire que dans d'autres circonstances, elle aurait probablement apprécié le maçon. L'homme haussa son épaule valide avec un sourire en coin avant de répondre à la remarque.

- Oh t'inquiète, je la préfère maintenant, c'est bien plus drôle de la voir retenir chacune de ses insultes.

Puis vint le moment de parler du repas. Izzy proposa à l'homme un petit casse-dalle pour recouvrer ses forces et il accepta d'un sourire charmant et amical. Il l'aimait vraiment bien cette petite. Tout en joie de vivre, toute en bonne volonté. Il était certain que ces qualités se feraient rares à mesure que la fin du monde s'aggravait, et s'il devait arriver malheur à cette femme, bon dieu, ce serait quasiment sûr que le peu de survivants restants ne chercheraient pas à faire le bien comme elle. Attendant patiemment que la jeune femme revienne avec ce qui leur servirait de repas du jour, Leroy se mit à regarder le salon. Pas dégueu comme endroit. Franchement, ç'aurait été stylé de vivre dans c'coin là. Combien de chambre ? Trois, grands max, avec la possibilité de transformer une en bureau ? Ah, c'est possible, s'il s'agissait d'un type d'habitation lambda, comme chaque citoyen américain aimait avoir. The American Dream, hein, comme dans les films et séries à la con. Tiens, est-ce que quelqu'un s'était déjà lancé dans un projet aussi fou que leur réalité ? Genre, faire une série apocalyptique, ou un film, parlant des goules, des pillards et ainsi de suite ? A tous les coups, ç'aurait fonctionné du tonnerre ! Malheureusement pour tous, et heureusement pour certains, ils étaient en plein dans cette série. C'était con quand même.

L'homme se redressa quand la blonde revint avec les rations. La table étant un peu éloignée de lui, Roy dû se redresser en prenant appuie sur son coude afin de ménager au maximum sa blessure. S'approchant du bord du canapé, il sourit à la demoiselle, écoutant sa remarque et hocha la tête.

- Oh, tu sais. Je suis un homme, je me contente de peu ! ... Ah, oui, euh... ELYSE ! A taaaable !

Emmerder Elyse ? Done. Putain que c'était bon d'être lourd par moment. Reposant son regard sur sa jeune amie, Roy lui laissait le plaisir de constater que ça l'éclatait de casser les pieds à la brune.

- Bon appétit, ma belle. Et merci pour ce repas.

Sans plus attendre le colosse se mit à manger à une allure correcte, pour ne pas faire le sauvage devant sa sauveuse, bien qu'il soit affamé. Perdre pas mal de sang et souffrir le martyr, ça ouvrait l'appétit mine de rien. Ayant fini sa part, le chef de chantier vint se replacer correctement sur le canapé et sortit lentement ses armes. Toujours avec des gestes lents, il désarma les objets et rangea les munitions dans ses poches avec un sourire en coin. Il poussa enfin les flingue plus loin, à la vue des femmes, et à leur portée par la même occasion, pour finalement se caler contre un coussin.

- Voilà, je suis désarmé. Les armes sont face à vous, les munitions dans mes poches. Personne est en danger. Maintenant, si vous le voulez bien, je vais me reposer.

Oui, il était temps de se reposer, pour lui. Ça recommençait à tanguer sous lui, sa tête pesait autant qu'un boulet à la cheville d'un prisonnier et ses paupières ne parvenaient pas à rester ouvertes. Il était épuisé et il prenait enfin compte de l'ampleur de la chose. Si jusque là, il avait lutter pour s'obliger à attendre la fin des soins, là, il avait tenu plus encore que prévu. Et ça l'avait vidé, vidé de ses forces et de son énergie. Faisait chié d'être aussi cadavre quand dehors le monde partait en couilles. Il se mettrait pas sur pause, ce con, il aurait aucune pitié pour eux si, d'ici à quelques secondes, il envoyait des infectés ou des bandits pour les agresser. C'est dans ce genre de moments qu'Hooker avait envie de rire. Ce qu'il fit d'ailleurs. Ses yeux étant clos, il ne pouvait voir le regard interrogateur des femmes à ses côtés. Elles finiraient par le prendre pour un fou à rire seul. Ou elles penseraient qu'il délirait à cause de sa perte de sang. L'un dans l'autre il s'en tapait mais ça le faisait marrer, de se dire que pleins de gens qui croyaient en Dieu penserait qu'il s'agissait là du Jugement Dernier. Les crétins... Ils mourraient tous. Sur ces pensées, il s'endormi profondément.

A son réveil, une ou deux heures s'étaient écoulées. La blonde fut celle qu'il vit en premier. Pas tout à fait réveillé, il lui fallut un temps avant de pouvoir lui sourire et lui adresser quelques mots. Puis vint le tour de voir la belle-soeur et Leroy la salua d'une geste de tête. Oh non, pas envie d'être casse-burnes maintenant. En se mettant en position assise, il attendit d'avoir entièrement reprit ses esprits pour s'étirer. Du moins, autant que possible sans se défoncer à nouveau l'omoplate blessée. Enfin sortit des nuages, il se leva lentement et marcha lentement, le temps de retrouver toutes ses sensations. Au final, il n'avait aucun problème moteur et était suffisamment en forme pour pouvoir tenter le chemin retour vers sa planque. D'ailleurs, il entendait déjà la rousse de son clan râler comme une furie parce qu'il avait été absent longtemps. Probablement qu'elle serait déçu de ne pas le recroiser en monstre.

Après avoir reprit ses armes et les ayant rechargé, Leroy les rangea à sa ceinture et s'approcha de la porte, regardant à l'extérieur. Enfin, il remit son t-shirt tâché de son hémoglobine et se tourna vers sa soigneuse, s'approchant d'un pas tranquille pour la serrer contre lui.

- Merci pour ton aide. Vraiment. J'espère que vous retrouverez ton époux. Il a vraiment de la chance de t'avoir. Faites attention à vous et n'oublie pas mon conseil. Ne restez pas dans ce berceau de mort, ça pourrait être dangereux.

Après lui avoir chuchoter ces quelques mots, Leroy s'écarta et tendit sa paluche à Elyse qui l'ignora. Dommage, elle refusait de faire la paix. Qu'importe, il ne la reverrait certainement pas de sitôt et elle pourrait se vanter d'être tomber sur un mec hyper sexy mais putain de chieur. Un baiser sur le front de la petite blonde et Leroy quitta la bâtisse pour rejoindre le monde extérieur, où la sécurité n'était qu'un rêve. En un regard derrière lui, il offrit un sourire plein d'espoir. Elle s'en sortirait, à tous les coups, elle s'en sortirait. Il le fallait. Et puis, la vérité, il devait la voir en face. Elle avait obtenu de lui les reste de bonté qu'il portait encore et sans doute que si le monde avait été différemment foutu, ils auraient pu être amis.

Un regard vers le ciel et un profond soupir. Valait mieux rentrer avant la nuit. Et voilà Hooker sur les pas du retour à son combat. Être un survivant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: End of an Era    Aujourd'hui à 5:17

Revenir en haut Aller en bas
 

End of an Era

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-