Partagez | .
 

 End of an Era

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Isabel G. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 199
Age IRL : 28

MessageSujet: End of an Era    Sam 5 Déc 2015 - 23:47





L’espoir se meurt un peu plus chaque jour. Tout s’écroule, là, dehors. L’avenir de notre monde semble bien flou à présent. Au départ, j’étais optimiste. J’avais peur évidemment, mais je m’étais dit qu’ils trouveraient une solution au problème, que cette histoire de virus ou je ne sais quoi, serait rapidement éradiqué. Visiblement je me suis trompée. La situation empire. J’aimerais pouvoir penser le contraire mais depuis qu’Arthur n’est plus là je tombe peu à peu dans une sorte de fatalisme. J’ai la sensation que ce n’est que le début du chaos, qu’il n’y aucune échappatoire possible. J’aimerais être positive, continuer d’y croire, que tout ça n’est qu’un mauvais rêve. Malheureusement, je ne peux pas. Sans lui, c’est difficile. Son rire me manque, son sourire aussi… J’espère qu’il va bien, qu’il est en sécurité. Parce qu’Elyse et moi, c’est loin d’être le cas. Nous avons dû quitter précipitamment le petit appartement où nous nous étions refugiés, dans le centre de la ville. Les gens sont devenus fous, et quand je dis ça je ne parle pas des personnes infectées… Certains pillent et saccagent les environs. Nous n’étions pas en sécurité là-bas, c’est pour ça que nous avons dû partir. Il fallait rejoindre le stade, à l’ouest… Je suis certaine qu’Arthur s’y trouve. C’était notre idée première quand il était encore avec nous. Mais nous n’avons pas eu d’autres choix que d’aller vers le nord, à cause de tout ça. Pour l’instant, la seule chose à faire… C’est fuir…

Cela faisait longtemps qu’Isabel n’avait pas écrit quelques lignes dans son carnet. Depuis une dizaine de jours, il fallait avouer qu’elles se déplaçaient souvent avec Elyse, évitant soigneusement d’approcher de trop près les personnes infectées. Elle avait été tellement choquée, la première fois, quand Arthur était toujours avec elles. C’était un homme, plutôt jeune… Il s’était avancé vers eux, la démarche titubante et lente. Une silhouette d’apparence tout à fait humaine mais à mesure qu’il progressait, Isabel avait découvert l’horreur. Elle avait tenté de lui parler pour savoir s’il allait bien mais elle n’avait eu pour réponses qu’une once de râles sourds. Depuis, elle en avait croisé d’autres… Et elle avait pu se rendre compte que leur seule préoccupation était de se nourrir… De sang et de chairs humaines… Elle avait même failli se faire prendre une fois, heureusement qu’Elyse avait été là pour la secourir…

Elles avaient fini par trouver un endroit sûr, enfin c’était ce qu’Isabel pensait… Une petite maison pavillonnaire. Tout laissait croire que ses anciens occupants étaient partis. Une bonne partie des armoires et commodes avaient été vidées, tout comme les placards de la cuisine. Plus de voitures dans l’allée. Anciens occupants ou pillards ? A vrai dire, la jeune femme ne s’était pas vraiment posé la question. Elles s’étaient assurées qu’il n’y avait personne dans la maison, elles avaient barricadés les entrées… Cela faisait quelques jours, qu’elles étaient là maintenant. Et Izzy semblait déjà prête à repartir. Elle n’avait qu’Arthur en tête. Il fallait le retrouver, il fallait rejoindre le stade… Il y serait… Elle en était persuadée.

Occupée à scruter son reflet dans le miroir de la salle de bain, Izzy soupira bruyamment. Ses traits étaient tirés, elle avait des poches sous les yeux. Elle en avait assez. Cette maison la rendait mal à l’aise. Les photos de famille, les dessins d’enfants aimantés sur le réfrigérateur, les souvenirs d’autres personnes… Elle se sentait coupable d’être là. Mais elle ne pouvait nier le fait que ça faisait du bien de pouvoir se poser un peu au même endroit, en lieu sûr. Mais elle songeait déjà à leur prochaine sortie, celle qui les rapprocherait d’Arthur…

« On doit trouver une voiture, Elyse… A pied, on y mettra trop de temps… On s’est déjà trop éloignée du stade, faut vraiment qu’on se rapproche. » Sa belle-sœur acquiesça d’un signe de tête. « Je n’ai pas vraiment envie de faire ça mais… Peut-être qu’en entrant dans une des maisons voisines, on trouverait des clés… Ou avec un peu de chance, une voiture avec les clés toujours sur le contact… » Autant dire qu’elle ne croyait pas vraiment en la deuxième option. Et puis pénétrer chez des gens pour « emprunter » leur voiture… Franchement ça ne lui plaisait pas du tout. Une légère moue s’afficha sur ses lèvres avant qu’elle n’aille jeter un œil dehors, par la fenêtre de la chambre. De là, elle avait une vue assez importante sur les alentours. Tout semblait calme… « Il faut aller voir dans les maisons qui sont un peu plus loin dans la rue, depuis qu’on est là, on a vu personne… »  

Quelques minutes plus tard, les deux blondes sortirent de la maison. Prenant soin d’observer attentivement les alentours, elles progressèrent rapidement jusqu’à une des maisons. Elles s’avancèrent jusqu’à la porte d’entrée, qui évidemment était verrouillée. « On fait le tour de la maison, j’vais par là et toi, là ? » Elyse partit alors dans l’autre sens. Isabel, s’avança vers l’une des fenêtres pour jeter un coup d’œil à l’intérieur de la maison. L’intérieur semblait impeccable. Elle tenta de l’ouvrir mais elle n’y parvint pas non plus. Puis elle continua vers le garage et se mit sur la pointe des pieds pour essayer de regarder à l’intérieur par l’une des petites lucarnes. Il y avait bien une voiture à l’intérieur. Alors qu’elle allait rejoindre Elyse, un bruit l’interpella dans son dos. Elle se retourna alors…






Revenir en haut Aller en bas
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: End of an Era    Dim 6 Déc 2015 - 15:38

Si ce jour là, Leroy avait insisté pour partir seul, c'est parce qu'il commençait à en avoir ras le cul de gérer le groupe. Alors oui, certes, il en avait prit la tête parce que Luke n'était pas du genre à être le grand manitou, et parce qu'il fallait l'avouer, le maçon s'était imposé en mâle dominant. Mais il était tellement indépendant qu'il était inconcevable pour lui de rester avec eux, sans pouvoir faire son loup solitaire. Après une longue heure de marche, l'homme s'était arrêté dans un quartier plutôt agité, une bande de pillards y faisant régner son joug puisque les membres cassaient et brutalisaient les quelques infectés ou membres normaux.

Naturellement, en sous nombre, l'homme contourna au mieux les rues investies par les bandits. Au bout du quartier, il passe le nez à l'angle d'une maison, cherchant à voir si la voie était libre. Malheureusement pour le mastodonte, une fulgurante douleur le prit à l'omoplate. Il sentait le sang couler abondamment le long de son dos et il serra les dents pour ne pas hurler, préférant asséné un coup de coude à son assaillant, le tout en se retournant. Son agresseur se retrouva surpris par l'attaque et recula brusquement, cherchant à reprendre son équilibre. Sans crainte, Leroy plaqua l'inconnu au sol, de tout son poids et lui frappa la tête contre le sol avant de s'enfuir en courant. Les amis du mec arriveraient sans doute pour lui faire payer son geste.

C'est en courant à toute allure que le géant s'échappa. Le sang souillait son haut et il ne doutait pas du fait qu'elle était suffisamment profonde. S'il ne la faisait pas traiter rapidement, elle s'infecterait et... Et il deviendrait sans doute un de ses monstres, un monstre comme Bob, le mec qu'il avait rencontré quelques jours plutôt. Ou pas, puisqu'il avait été mordu, lui. Non, mais il mourrait de l'infection, lui. Finalement, Leroy s'arrêta dans un nouveau quartier résidentiel. La plaie le faisait souffrir et il commençait à se sentir faible. Quel con. Il aurait dû prendre son kit de secours, il aurait au moins pu nettoyer autant que possible. Même si panser ça, c'était mission impossible puisque situé sur l'omoplate. Levé le bras l'aurait fait souffrir. Fallait trouver quelqu'un.

Plus en avant de lui, au loin, l'homme pu apercevoir deux silhouettes se faufiler dans le coin d'une baraque. A pas lent, sortant son glock, il s'approcha au mieux, serrant les dents pour étouffer sa douleur. Il trouva une des deux ombres, une femme, blonde et pour faire remarquer sa présence, le blessé frappa dans un pot en terre cuite qui se brisa sous le coup. Dans un souffle rauque, il se mit à parler.

- J'te veux pas d'mal, okay ? J'ai juste besoin de soins. Avance, on entre dans la maison, j'ai pas très envie de rester ici.

Alors ouais, il avait été encore aimable, les soins, c'est tout ce qu'il voulait. Puis, même. Clairement, là, sa priorité, c'était quand même de pouvoir rentrer en vie pour se reposer. Rien à foutre des gens qu'il rencontrait. S'ils cherchaient à l'emmerder parce qu'il était faible, il montrerait qu'il est encore suffisamment fort pour pouvoir s'en sortir. Mais bon, là, c'était pas la question. Avançant un peu plus son arme, Leroy lui fit un mouvement de tête pour la faire marcher.

- Allez. Pas d'entourloupes.



Revenir en haut Aller en bas
Isabel G. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 199
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: End of an Era    Dim 6 Déc 2015 - 23:27


Elle s’était retournée brusquement, après avoir certainement fait un sacré bond. Là, elle aperçut un homme qui était en train de s’approcher. Elle détourna son regard vers les débris d’un pot de fleur, cela lui prit à peine un centième de seconde… Mais lorsqu’elle reporta son attention vers l’homme, il était déjà presque face à elle. Il ne lui voulait pas de mal ? Pourtant, l’expression de son visage semblait dégager le contraire. Sans compter l’arme qu’il pointait sur elle. Isabel se figea alors, tétanisée. Ses mains s’étaient levées par pure réflexe, pour lui faire comprendre qu’elle ne tenterait rien.Des soins ? C’était ce qu’il voulait ? A vrai dire, elle n’avait pas trop compris à cause de la peur qui la prenait à présent aux tripes. Il fallait qu’elle se calme. Elle n’osait pas bouger. Et ça ne plut pas tellement à l’homme qui lui intima de nouveau l’ordre de le suivre jusqu’à la maison. Elle prit alors une profonde inspiration et fit exactement ce que cet étranger voulait.

« Izzy ? C’était quoi ce bruit ? Qu’est-ce qui se pas… » Elyse venait de refaire son apparition précipitamment, visiblement affolée. Elle s’était stoppée net, en voyant cet homme, son arme toujours braquée sur Isabel. Et évidemment, elle ne put s’empêcher de s’en prendre verbalement à celui qui les menaçait, elle et sa belle-sœur. « Qu’est-ce tu veux ? Laisse là, tranquille… » - « Elyse ! Calme-toi ! Ça va aller. Il est blessé. Il veut juste qu’on le soigne… » Isabel avait levé légèrement les mains, les paumes tournées vers l’autre femme accompagnant ainsi ses dires. Elle la fixait maintenant avec insistance, lui faisant bien comprendre qu’elle gérait la situation. « Bien. On va rentrer dans la maison pour vous soigner d’accord ? » Sa voix était calme et assurée. Elyse ne semblait pas du tout apprécier, cependant il était inconcevable pour Isabel de ne pas aider cet homme. Qu’il soit bon ou mauvais. Peu importe, il était blessé et elle comptait bien faire ce qu’il demandait. Après tout, aider les gens faisait partie de son quotidien…

« Elyse ? Est-ce tu as trouvé un moyen d’entrer ? » La blonde acquiesça et leur montra le chemin à suivre. Quelques minutes plus tard, ils étaient à l’intérieur, Isabel allait pouvoir se mettre à l’œuvre pour soigner la blessure. Jouer aux infirmières n’avait jamais été sa fonction première lors des missions humanitaires. Elle, elle était là pour tout ce qui était d’ordre organisationnel, elle coordonnait généralement les missions, gérait les stocks, les équipes humanitaires, les déplacements… Mais elle avait déjà porté mains fortes dans quelques centres médicaux de fortune durant ses débuts, lorsqu’elle n’était pas encore chef de missions. Le sang et le reste, ça ne la rebutait pas. Elle avait vu des choses atroces, horribles… Alors ça ne devrait pas être trop difficile…

Une fois qu’ils s’étaient assurés qu’ils étaient seuls dans cette maison, elle interpella Elyse « Il faudrait que tu me trouves de quoi soigner la blessure. Désinfectant, compresses, pansements ou bandages… ‘fin tout ce qui peut être utile. Ok ? » Elle avait fini de parler en jetant un œil vers le blessé. Une façon de lui demander également son avis. Une fois qu’il eut donné son accord, en faisant bien comprendre qu’il ne voulait pas de coups foireux, Isabel le fit également comprendre à Elyse. Elle savait que sa belle-sœur ne tenterait rien d’idiot mais elle préférait tout de même le lui rappeler. Non pas qu’elle n’avait pas confiance, mais surtout parce que ça ne servirait à rien.

Isabel regarda Elyse disparaître avant de s’intéresser de nouveau à l’homme. « Alors, dites-moi ? Que vous est-il arrivé ? » Elle ne montrait aucun signe qui pouvait trahir la peur qu’elle ressentait pourtant. Son expérience lui avait appris à garder son sang-froid, bien qu’émotive. Bon… Il lui était souvent arrivé de paniquer, tout de même. Mais pour le moment, elle arrivait à gérer ses émotions. Il fallait espérer que ça dure. Elle s’avança alors en demandant « Où avez-vous mal ? Montrez-moi. » Elle avait bien vu que le vêtement était ensanglanté dans son dos. Mais elle voulait être certaine de ne rien louper. Elle termina par lui demander « Par contre… Pourriez-vous ramasser votre arme ? Je… On ne fera rien de stupide, je vous le promets… » Bon ça… Elle aurait peut-être pu éviter…  






Revenir en haut Aller en bas
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: End of an Era    Mar 8 Déc 2015 - 17:35

Leroy les avait suivit de près, les bonnes femmes. A la fois pour s'assurer qu'elles ne feraient vraiment pas de conneries mais aussi et surtout parce que plus vite ils rentraient, mieux il se sentirait. Avec le sang qui coulait le long de son corps et la douleur qui le tiraillait, pas question de rester dehors. Une fois à l'intérieur, il attendit patiemment que les dames se mettent d'accord sur ce qu'il fallait faire. Heureusement, elles étaient plutôt malignes et comprenaient bien qu'il ne fallait pas jouer avec le feu.

Tandis qu'une des deux s'en alla trouver de quoi nettoyer la plaie, au moins, l'autre prit son rôle plutôt au sérieux, cherchant à se renseigner au maximum sur les soins à apporter. Et sa dernière demande, soit celle de ranger son arme, fit sourire le maçon. De bonne foi et surtout ayant trop mal pour garder le bras levé plus longtemps, Roy abaissa enfin sa réplique. Décidément, ce truc était vraiment très très trèèèès pratique quand il s'agissait d'effrayer les gens.

Lentement, cependant, il posa son regard bleu sur la blonde face à lui, d'un air sérieux avant de l'interpeller, sourcils froncés à cause de la douleur.

- En arrivant ici, un mec m'a enfoncé son couteau, sans raison, dans l'dos. Et comme vous pouvez le remarquer, je suis un peu.. En train de me vider de mon sang.

Ouais, il sentait déjà les effets des pertes de sang. Tant bien que mal, l'homme grimaça en enlevant son haut, laissa à la jeune femme le temps de percevoir la plaie. Un truc bien ouvert sans doute. Ne pouvant pas l'observer il regarda son infirmière improvisée pour lui demander silencieusement à quoi cela ressemblait. Il l'écoutait distraitement, cherchant à fixer son attention sur quelque chose. Putain que ça faisait mal quand il bougeait ! Aussi, il vit qu'un miroir tronait sur une porte de placard. Lentement, il leva la main et montra l'objet.

- Hey, il est hors de questions que je vous laisse me toucher si je ne peux pas voir ce que vous faites. Tournez légèrement la porte. Comme ça je vous aurais à l'oeil, vous et votre amie.

L'observant faire, Leroy se redressa et grimaça fortement, retenant de justesse un râle de douleur. Quel con ! Il venait  d'aggraver la douleur et le sang tambourinait violemment contre ses tempes, lui faisant quasiment tourner de l'oeil. Non. Ne pas craquer. Putain de sa mère à la... Non. Non. Zen. Il devait serrer les dents, c'est pas comme si on allait lui sortir une balle de l'épaule. Et puis, là encore, ça allait. Il sentait encore son bras et ses doigts, donc techniquement, c'est qu'il n'était pas en train de perdre les fonctions motrices. Souffler. Oui, Souffler. Souffler...

- Soignez moi putain !

Ah bah non. Raté.
Revenir en haut Aller en bas
Isabel G. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 199
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: End of an Era    Sam 12 Déc 2015 - 19:29


Ce type avait l’air plutôt amoché. Pour le moment, Izzy ne pouvait rien voir à cause du t-shirt qu’il portait. Néanmoins, le tissu était déjà empourpré d’une large tâche d’hémoglobine et elle semblait s’élargir à vue d’œil. Elle avait aussi remarqué une petite entaille. Ce détail interpella la jeune femme, il fallait agir rapidement. Les dires du blessé confirmèrent ses craintes, blessure par arme blanche. Elle ne posa pas d’autres questions, elle avait eu les informations nécessaires. Et à vrai dire, l’homme n’apprécierait pas vraiment une trop grande curiosité de sa part. Ce n’était pas du tout son genre de toute façon.

Il retira alors son haut afin qu’elle puisse regarder la blessure. Elle s’approcha encore un peu plus, soulagée lorsqu’il abaissa son arme. Une pression en moins, ce n’était pas plus mal. Cependant une légère moue s’afficha sur ses lèvres. Observant l’entaille avec attention, elle put constater que cette dernière semblait assez profonde. « Bon. La plaie n’est pas très large mais elle me paraît assez profonde. Ça saigne pas mal. » Heureusement pour lui, il avait été touché au niveau de l’omoplate. Cela aurait pu être plus grave… Mais Izzy savait qu’elle ne devait pas traîner. Alors qu’elle allait saisir le t-shirt pour commencer à compresser la plaie, l’homme lui expliqua qu’elle ne pourrait le faire seulement s’il pouvait voir ce qu’elle faisait. Il lui ordonna de tourner la porte d’un placard où se trouvait un miroir afin qu’il puisse l’observer durant les soins. L’homme était sur les nerfs. Il voulait qu’on le soigne. Izzy, quant à elle, resta calme. Des situations comme celle-là, elle en avait déjà vécue de nombreuses fois. Tout se passerait bien.

Comme il lui avait demandé, elle tourna la porte pour qu’il puisse voir ce qu’elle allait faire. Au même moment, Elyse arriva. Elle posa plusieurs choses sur la table basse, une bouteille d’eau, des serviettes de toilettes et une petite trousse de premiers soins. Pansements, compresses, désinfectant, et même des bandages ainsi qu'une petite paire de ciseaux. Par chance, sa belle-sœur avait trouvé tout ce qu’il fallait pour soigner cette vilaine blessure. Même plus que ce qu’elle aurait pu espérer. Attrapant une serviette, elle l’humidifia légèrement puis la déposa sur la blessure « Elyse, ouvre moi les compresses. Je vais devoir nettoyer la plaie. » Elle appuya fortement sur la blessure, cela allait sûrement être douloureux mais elle n’avait pas le choix. Il fallait absolument stopper l’hémorragie.

Après plusieurs minutes, elle souleva le linge tâché de sang. Elle scruta de nouveau la blessure avant d’ajouter. « Bien. J’ai l’impression que ça saigne moins. » C’était plutôt bon signe. Elle essuya alors tout le sang qui avait coulé autour de la blessure et dans le dos de l’homme. « Elyse, passe moi l’eau. » Elle rinça la plaie, puis elle l’essuya de nouveau. A présent, elle y voyait bien plus clair. « Je pense qu’il n’y a pas besoin de suturer. Un pansement compressif suffira. » Cette constatation la soulagea. Recoudre une plaie, c’était bien plus compliqué… Elle avait déjà vu faire mais elle était loin d’être une experte dans ce domaine. Et surtout, ça éviterait à cet homme des douleurs supplémentaires… Recoudre une plaie à vif, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus agréable. « Je vais devoir désinfecter la plaie maintenant. Elyse, tu peux me donner le désinfectant et les compresses ? » Elle remarqua une nouvelle fois, que tout ça ne l’enchantait pas, mais elle s’exécuta sans trop broncher. « Ça va ? Vous vous sentez bien ? » Une simple vérification pour voir si la perte de tout ce sang ne l’avait pas trop affaibli.






Revenir en haut Aller en bas
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: End of an Era    Dim 13 Déc 2015 - 22:15

Alors que la femme avait suivi des instructions, Leroy se demandait combien de litres de sang contenait le corps humain et combien venait de couler le long de son dos pour qu'il se sente aussi faible. Est-ce que c'était grave ? Pourtant s'il y a bien une chose qui l'empêchait de fermer les yeux, c'était la voix de la blonde. Il se concentrait dessus pour ne pas sombrer dans le néant le plus total. Elle donnait des ordres à la dénommée Elyse ou lui expliquait ce qu'elle faisait. Au moins elle s'assurait qu'il ne clamsait pas entre ses doigts. Remarque, selon Leroy, si elle avait été maligne, elle l'aurait laissé se vider de son sang pour qu'il s'écroule pendant que les deux femmes sauvaient leur peau.

Un instant, un sursaut le prit puis une douleur fulgurante. Il ouvrit la bouche et serra les poings, s'empêchant d'hurler à la mort tant il souffrait. Oui, ça il le savait qu'il fallait compresser les plaies pour stopper au mieux les hémorragies mais là, fallait dire que le retour à la vie réelle s'était fait à grand coup de pompes dans la gueule. Durant les minutes qui lui semblèrent des heures, le maçon évita au mieux de bouger et serra les dents, yeux fermés, tremblant de tout son corps. Putain heureusement qu'on lui soignait pas cette merde à l'ancienne, genre du whisky directement sur la plaie.

Au bout du compte, quand la femme cessa de presser la serviette contre son omoplate et entreprit de nettoyer, l'homme pu enfin respirer normalement. Son coeur battait plus fort que jamais. Il se souvenait pas de la dernière fois qu'il avait souffert mais c'était sans doute moins douloureux qu'actuellement.

Ah super, v'la l'étape qu'il redoutait, désinfecter la plaie. Il ne pu retenir sa moue mécontente, le Leroy mais il savait parfaitement qu'il n'avait pas le choix. Finalement, la blonde lui posa directement sa question. Hum... Il n'avait que l'embarras du choix pour y répondre. Il souffrait, il s'était vidé de son sang et c'était pas fini... Finalement il offrit un sourire alors qu'il se sentait à demi conscient. Répondant d'une voix étouffée. Bon sang, il pouvait à peine parler, il se faisait pitié à lui même.

- Eh bah... Je suis encore vivant. Elyse, vous... Vous auriez pas trouvé les... Comment on appelle ça...? S'avez, les poches de sang, là, quand on doit faire la perf, 'fin, v'voyez ? Je crois que j'en aurais bientôt besoin...

Hm, niveau  com' c'était pas tout à fait ça mais au moins il faisait preuve d'humour, ça prouvait bien qu'il n'était pas si mal que ça en fait. Par contre, fallait qu'il reste éveillé, là, l'etat végétal, l'effrayait plus que jamais.

- Hey, j'connais Elyse du coup, même si elle a pas l'air de m'aimer. Et vous, c'quoi votre p'tit nom ?

Mouais, c'était pas ça encore mais c'était déjà carrément mieux de son point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Isabel G. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 199
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: End of an Era    Mer 23 Déc 2015 - 1:16


Bien, l’hémorragie semblait s’être arrêtée. Seuls quelques minces filets de sang continuaient de couler légèrement mais ce n’était rien comparé aux minutes précédentes. Izzy espérait seulement que l’homme n’ait pas perdu trop de sang, néanmoins, quelques signes lui laissaient penser que ça l’avait affaibli. Il semblait divaguer légèrement, ses paroles n’étant pas tellement cohérentes. Il demanda à Elyse, si elle n’aurait pas trouvé de quoi lui perfuser du sang. Malheureusement ils n’étaient pas dans un hôpital, et même dans les hôpitaux… Cela devait être impossible vu la situation. Elyse soupira avant de hausser les épaules. Elle ne répondit rien et se contenta d’adresser un regard lourd de sens vers Izzy. Apparemment, elle ne devait pas comprendre la bonté de sa belle-sœur, qui elle ne bronchait pas…

Izzy était relativement confiante, visiblement elle l’avait soigné à temps et il allait surtout lui falloir du repos pour se remettre de tout ça. Un ou deux jours et il irait sûrement mieux, il allait devoir faire attention à ce que la plaie cicatrise correctement cependant… Il fallait éviter l’infection…

Bon, pour le moment, elle devait désinfecter tout ça… L’homme s’intéressa alors à elle, lui demandant comment elle s’appelait. Isabel ne put s’empêcher de sourire alors qu’elle attrapait la bouteille de désinfectant et de nouvelles compresses. Elle ne répondit pas à la question de cet homme, et continua simplement ses explications.  « Ne vous inquiétez pas, je pense que l’hémorragie a été stoppée à temps. Vous allez sûrement vous sentir faible durant plusieurs jours… Maintenant je désinfecte d’accord ? Ça risque de piquer un peu… » Sans attendre, elle versa un peu de désinfectant sur la blessure. Bien évidemment, comme elle l’avait expliqué, cela ne devait pas du tout être agréable. Elle essuya de nouveau la plaie, tapotant légèrement pour éponger le trop plein de désinfectant et les quelques coulées de sang. Elle répéta la même opération une deuxième fois, histoire d’être sûre que toute la blessure soit nettoyée. Elle posa sa main sur l’épaule de l’homme tout en lui expliquant « Bien, c’est fini. Ça risque de faire mal quelques minutes mais ça passera. Il faut faire le pansement maintenant. »

Elle se mit alors  préparer tout le nécessaire pour protéger la plaie s’installant en face de lui. Elle croisa son regard, il semblait souffrir à cause de la douleur mais malgré ça il semblait aller plutôt bien. Toujours affairée à préparer une compresse et les bandes, elle finit par répondre à la question que lui avait posée le blessé quelques minutes plus tôt. « Sinon, pour vous répondre. Je m’appelle Isabel. Mais vous pouvez m’appeler Izzy si vous voulez. » Elle avait toujours ce ton calme et posé. Elyse avait sûrement levé les yeux vers le ciel en l’entendant dire son prénom. L’ancienne chef de mission allait sûrement lui devoir des explications une fois que tout cela serait terminé. Qu’importe. Isabel n’aurait jamais laissé quelqu’un se vider de son sang…

A son tour, elle retourna la question à cet homme, histoire de le faire réagir. Il fallait qu’il reste éveillé, qu’il parle… « Et vous ? Comment vous appelez vous ? » Elle se redressa et s’avança de nouveau vers lui avec tout ce qu’il lui fallait pour réaliser le pansement.






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: End of an Era    Aujourd'hui à 5:17

Revenir en haut Aller en bas
 

End of an Era

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-