Partagez | .
 

 Bitch Brew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Bitch Brew   Sam 12 Déc 2015 - 23:33

Il s'est passé quoi avec maman ?
Elle t'en a pas parlé ?

ça faisait plusieurs jours qu'il n'avait pas croisé Rose, ni de près, ni de loin. Elle l'évitait pour de bon, et sans doute qu'il l'avait mérité, c'était dommage que ça soit pas pour les bonnes raisons. Pour lui, c'était injuste. Mais aller faire comprendre ça à une femme comme elle, puis maintenant à son propre fils, c'était un coup clairement dur. Surtout à son fils.

Nan, fit timidement le garçon.
Me mens pas.
Un peu.

Le gosse baissa timidement la tête, honteux de s'être fait si facilement voir par son père. Mais il le savait. Lui mentir, c'était une sorte d'exploit en soit, parce qu'il savait. Et s'il ne disait rien parfois, il savait simplement. Croisant les bras sur son buste, il pinça les lèvres comme pour s'empêcher de dire quelque chose, mais ne réussit pas à se retenir très longtemps :

Tu m'as demandé d'être avec elle, d'être fort pour elle, papa. Mais c'était pas facile quand t'étais pas là. T'aurais du revenir, elle avait besoin de toi.

Gary poussa un long soupir, posant sa main sur l'épaule de son môme. Si Rose avait souffert de la séparation, elle n'était clairement pas la seule. Norman s'était retrouvé malgré tout sous des tirs d'obus, jusqu'à la mort de son grand père, le seul qu'il avait jamais connu parmi les parents de ses propres parents. Devoir se reconstruire quelque part où l'on avait pas ses racines, c'était toujours compliqué. Et pour Gary... Perdre sa famille, la seule chose qu'il estimait sincèrement, ça n'avait pas été simple non plus. Combien de fois avait-il eut envie de défoncer la porte de Rose pour la reprendre, elle comme lui ? Des centaines. Et cent fois il avait fait demi-tour au volant de son pick up en se sachant fou.

Elle en avait besoin, mais elle voulait pas. Je pouvais pas la forcer.

Là, c'était différent. Là, on lui sautait à la gorge pour des fautes qu'il n'avait pas commis.

Maman a dit à Lara que tu étais avec une autre femme, une très jeune, plus jeune qu'elle. Il leva ses grands yeux bleus vers ceux de son père et demandant franchement :C'est vrai ? Tu l'as remplacé ?
Non.

La réponse de Gary fut aussi franche, sans trace d'hésitation. Norman poussa un soupir soulagé d'entendre ça, en sachant parfaitement que son père ne lui mentirait jamais sur ça. Sur sa famille. Il s'était fait monter la tête par deux femmes qui souffraient, dont une qui était la première femme de sa vie.

Ta maman se fait des idées, Crapaud. Je l'ai jamais remplacé, avec quiconque. Il poussa un long soupir : Trouver quelqu'un à son niveau, c'est pas facile, tu le sais.
Oui.
J'en ai jamais eu l'idée, pas une seule seconde.


Le gosse se passa une main dans les cheveux :

Tu l'as attendu ?
Je voulais revenir avec elle.
Et maintenant tu veux plus ?
C'est elle qui veut plus.

Norman eut un sourire triste, puis il posa sa main sur l'épaule massive de son paternel.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Bitch Brew   Dim 13 Déc 2015 - 9:11


Partir avait été difficile, et le revivre dans le stade de Century Link relevait tout simplement du calvaire. Par chance, Michaela était là pour elle, quand Hope et Lara étaient occupées avec leurs propres familles. Discuter chaussures et sac à main Prada avait quelque chose de foncièrement agréable, jusqu'à ce qu'elle ne se rendre compte que ses cigarettes étaient parties à une vitesse ahurissante. Ok, non, pas possible. Lara lui avait dit qu'il lui restait une cartouche dans son sac, et tant pis si ça la condamnait à croiser son ex mari. Pour le coup, l'appel de la nicotine relevait d'un cas de crise, et si elle voulait continuer à survivre dans ce camp sans finir par arracher les yeux de quelqu'un, mieux valait qu'elle continue de s'intoxiquer dans son coin.

Sauf que, avec sa chance légendaire, elle s'était attendue à devoir croiser celui qu'elle esquivait depuis quelques jours déjà, mais sans doute pas plongé dans une grande conversation avec Norman. Son fils, c'était bien la seule chose qui la faisait culpabiliser dans cette histoire, alors qu'il devait vivre une nouvelle séparation forcée entre ses parents. Qui dans sa tête devaient être complètements fous, mais bon... Restait juste à espérer qu'il ne cherche pas à en savoir plus. Forcément, Norman avait posé des questions et malgré toute sa haine envers Gary et ses derniers propos, elle s'était contentée de rester laconique sur le sujet. Son père avait une copine, point.
Pourtant, elle se dit qu'elle aurait mieux fait de ne pas aller chercher le reste de ses affaires quand elle tomba sur son fils et son père discutant d'elle justement. Pour le coup, elle eut le réflexe un peu stupide de tourner le dos et simuler de ne pas être Rose, et n'importe quel civil cherchant une personne du coin, tout en entendant des bribes de discussion.
Non, il ne l'avait jamais remplacé, et il avait voulu revenir avec elle, sauf qu'elle ne le voulait plus.

Pour le coup, elle ne put s'empêcher de se sentir sacrément conne. Sans doute qu'elle s'était un peu emportée en voyant l'autre pétasse rousse tourner autour de son ex mari, et peut-être que les mots avaient dépassé sa pensée plusieurs fois, mais entendre ces aveux de la bouche de Gary eurent le don de la faire culpabiliser un peu, quand bien même sa colère ne s'était pas totalement envolée.
Et puis, elle n'allait pas rester plantée là toute la sainte journée sous prétexte que Norman et Gary discutaient. C'aurait été encore plus con, si ils se rendaient compte que c'était elle qui attendait le dos tourné.
Mû par un effort surhumain, elle fit enfin volte face, s'approchant du petit duo en se raclant légèrement la gorge pour signaler sa présence et éviter de nouvelles révélations.

J'viens récupérer des clopes. Annonça t-elle en guise de bonjour à Gary tandis que son fils lui sautait dans les bras, et qu'elle venait resserrer son étreinte sur lui en fermant un instant les yeux. J'ai pas eu l'temps de tout emporter la dernière fois.

Reposant Norman au sol, elle parvint à accrocher le regard de son ex mari un court instant avant de demander avec sa fierté mal placée.

Ca te pose problème ? J'resterai pas longtemps de toute manière.

Pourquoi ne parvenait-elle pas à tout simplement reconnaître ses torts ? C'aurait été tellement plus simple, et ça lui aurait évité bien des excès cardiaques. Seulement, il semblait que le fait de se retrouver trop proche de son ex mari avait le don de mettre ses nerfs à rude épreuve. Encore plus quand Norman annonça qu'il revenait, s'éclipsant pour éviter de risquer une nouvelle tornade parentale.
Enfonçant ses mains dans les poches de son pantalon noir, les yeux résoluments fixés sur le sol, Rose rajouta à nouveau.

Alors ? C'est mieux depuis que je me suis éclipsée ?


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Bitch Brew   Dim 13 Déc 2015 - 11:36

La conversation s'était sensiblement poursuivie. Son fils compatissait au chagrin caché de son père, comprenant que les histoires des adultes n'étaient qu'un tissu de bêtises : des non-dits, des cachotteries, des mésinterprétations de tout et de rien prenant des proportions énormes systématiquement. Parce que passer un certain âge, les hommes comme les femmes gardaient jalousement leurs sentiments pour s'éviter probablement bien des peines en pensant agir de la bonne manière. Sans comprendre qu'en faisant ça, c'était tout l'inverse du but recherché qui leur tombait sur le museau. Personne ne lisait dans les pensées, personne ne voyait le futur, et c'était pourtant régulièrement ce qu'on demandait à notre compagnon, à celui qui partageait notre vie. Prévoir, prédire, savoir tout.

Être un adulte, c'était à l'évidence très nul. Et Norman fut bien désemparé en comprenant qu'il avait atteint l'âge de raison depuis quelques mois maintenant, et que peut-être, un jour, il en viendrait à faire les mêmes stupidités que ses parents. Comment s'éviter ça ?

Aucune réponse ne lui parvint puisque Rose débarqua dans la seconde en s'annonçant d'un raclement de gorge. Gary releva un regard froid vers elle, attendant patiemment ce qu'il avait demandé. Si elle devait revenir, ça n'était pas sans s'excuser de son comportement de la dernière fois, et s'il fallait ne plus lui parler pour qu'elle crache le morceau, il était tout à fait près à le faire.

Alors, il eut droit à quelques phrases aussi sèches lancées à la volée, avant qu'un ambiance polaire ne tombe dans la tente qu'il squattait depuis quelques minutes avec son fils. Norman, d'ailleurs, s'éclipsa avec un pretexte que Gary savait comme un prétexte, laissant les deux adultes à leurs problèmes existentiels. L'homme ne trouva rien à répondre à la latina tout juste arrivé, car il n'avait ni l'envie d'esquisser un seul mouvement vers elle, ni celle de lui rendre la parole.

Si c'était pour repartir dans une dispute, ça ne servait à rien. Et vu l'agressivité latente dans sa voix qui n'attendait qu'à lui éclater encore en plein visage, Gary n'avait pas non plus envie de se la jouer démineur de bombe extrêmement sensible pour finir éclater en dix milles morceaux. Il avait un instinct de survie, un très aiguisé, prononcé, prenant très souvent l'ascendant sur ses réflexes. Et là, son instinct lui hurlait de la jouer finement et de fermer sa gueule.

Choix extrêmement stratégique donc, même si au fond il savait que ça agacerait la brunette dans sa tente. Elle le haïssait lorsqu'il ne parlait pas, lorsqu'il ne la calculait pas, encore plus lorsqu'il le faisait consciemment. Ça faisait monter en elle des envies incroyables de meurtres sauvages et sanguinaires, à base de morsures, d'arrachage de trachée, et d'autres trucs pas très propre.

Du coup, Gary lui retrouva sa cartouche de cigarette, fouillant dans des affaires laissées en vrac, s'assura de n'en avoir pris aucune, se tourna ensuite vers Rose et la lui tendit tout simplement sans esquisser une parole ou quoique ce soit pouvant renchérir la discussion. Il lui avait demandé UNE chose en la virant la dernière fois, et ça lui avait valut une bonne grosse baffe. Lui aussi pouvait être têtu, borné, et incroyablement con. Mais là, c'était de respect dont il parlait, et Rose lui avait suffisamment craché à la gueule ces derniers jours.

Si elle tenait à s'enfoncer, libre à elle. Mais la balance pencherait forcément de l'autre côté. Les excuses devront être plus conséquentes. La réponse plus violente le cas échéant. Et Gary se connaissait assez pour savoir que sa patience avait des limites, même si avec Rose, il s'en était découvert une bonne dose.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Bitch Brew   Mer 16 Déc 2015 - 22:52


L'ambiance dans la pièce, aurait très certainement été sujette à la ré insertion d'ours polaire. Glacé, voilà comment était l'atmosphère, alors que son ex mari ne lui accordait pas un regard, se contentant de chercher dans la tente pour récupérer son paquet de cigarette et le lui tendre, à nouveau sans un mot. Mais avec un regard qui en disait long. Après des années passées sous le même toit, elle n'avait pas besoin qu'il articule un seul mot pour comprendre tout le mépris qui découlait de ses yeux. Elle se contenta de rester muette aussi, récupérant son bien sans le remercier, le rangeant lentement dans sa poche avant de finalement tourner le dos pour être prête à partir.
Bon, peut être pas aussi vite finalement. Sans doute qu'il ne devait pas s'attendre à ce qu'elle fasse volte face aussi vite, mais qu'importait.

J'ai entendu ce que tu disais à Norman tout à l'heure.

Déjà, pour commencer. Maintenant, s'excuser platement.

Et du coup, j'ai peut-être un peu exagéré quand on s'est vus la dernière fois. MAIS. Il n'empêche que ta pote est vraiment une grognasse.

C'était tout de même important de souligner la chose après tout. Elle ne se serait pas énervée comme ça si elle l'avait croisé avec Lara par exemple. Là, elle serait restée parfaitement calme, et conciliante; Nul doute que c'était de la jalousie pure et dure, mais de là à l'admettre. Même pas en rêve.

Et si je dois reconnaître mes torts, tu ferais bien de faire de même. Parce qu'il me semble bien que tu as été particulièrement odieux aussi sur la question.


Comme sur le fait de la dégager de la tente par exemple. Croisant les bras contre sa poitrine, elle ne put s'empêcher de vider à nouveau son sac.

Et c'qui m'énerve le plus dans cette histoire, c'est que si les rôles avaient été inversés, je suis persuadée que tu aurais réagi de la même manière. Surtout, SURTOUT après ce que j'ai entendu tout à l'heure.

De l'attachement, de la possessivité... Elle ne savait plus tellement ce qu'elle ressentait, mais elle aurait mis sa main à couper que Gary ne serait pas restée parfaitement placide dans une situation semblable. Il aurait beau le nier en bloc, elle resterait persuadée du contraire.

Et j'ai jamais dis que je voulais plus me remettre avec toi, de un. J'ai juste dit que c'était plus possible comme vie de te voir te détruire avec toutes les conneries que tu buvais et consommais ! Ce qui me prouve encore une fois que t'écoute vraiment RIEN quand je parle, et ça m'énerve deux fois plus putain !

NOn, en fait, c'était une mauvaise idée que de relancer le dialogue avec lui. Elle aurait mieux fait de se taire et de se retourner dans sa tente en boudant, ç'aurait été nettement plus constructif que de crever l'abcès comme elle le faisait, et amenait très certainement des éléments pour d'autres raisons de s'engueuler.


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Bitch Brew   Jeu 17 Déc 2015 - 10:35

Le silence était un élément dans lequel Gary se sentait à l'aise. Ne pas parler, ne pas communiquer, c'était son truc à lui. A l'inverse, c'était avec les mots dont il avait du mal, beaucoup. Il ne les utilisait jamais comme il fallait les trois quarts du temps, c'était à croire qu'entre ses mains, une peluche innocente se transformait en arme tranchante. Et l'inverse marchait : la plupart des paroles des autres sonnait comme des attaques à son encontre.

Ce fut pour cette raison que lorsque Rose se braqua, fit volte face et lui lança avec fermeté qu'elle avait entendu la discussion privée qu'il avait eu avec son fils dans un moment d'intimité, Gary lui-même se sentit agressé. Il ne réussit même pas à articuler quoique ce soit sur le moment, fixant plutôt sa vis-à-vis avec une mine mi-fâchée mi-honteuse, en sentant la colère monter. Elle enchaîna avec bien des mots qu'il n'entendit que d'une oreille distraite, se tendant au fur et à mesure qu'elle continuait.

Gary détestait ça.

Cette conversation était privée, Rose. Privée, insista-t-il lourdement.

Ça eut même le mérite de couper Rose dans sa lancée. Elle avait quand même un sacrée culot. Il aimait bien ça, parce qu'elle lui tenait tête les trois quarts du temps, et puis le fait qu'elle soit têtue l'avait fait changé, l'avait rendu plus patient peut-être, plus compréhensive vis à vis des autres. Sauf que là, bah il était clairement pas content du comportement de la latina, surtout l'écoute totalement intrusive de la discussion avec Norman.

T'écoutes ce qui te regarde pas, tu respectes même pas c'que je t'ai demandé, à savoir t'excuser avant de m'adresser à nouveau la parole, tu OSES retourner ça contre moi en exigeant un « désolé » que tu mérites absolument pas vu TON comportement et tu t'énerves ? Il grogna, essayant de ne pas éclater comme la dernière fois, gardant les éclats de voix à l'intérieur de sa gorge : J'ai pas entendu un « je suis désolée », Rose. J'ai entendu « je pourrais reconnaître mes torts MAIS FAIS EN AUTANT HEIN PARCE QUE OH ». C'est pas des excuses ça. C'est de l'égo mal placé. Et tu peux très bien aller le mal placé dehors.

Elle qui avait été farouchement blessé qu'il ait voulu la mettre dehors quelques jours avant, voilà qu'il recommençait sans penser plus loin. C'était dingue quand même...

Candice, c'est pas mon ami. Joey, si. Tu la sens la nuance ? Là, tu me dois des excuses pour penser que je pourrais me taper des nanas qui pourraient être ma fille. Tu me prends pour un connard abusif sans vergognes et tu te pointes devant moi avec tes belles paroles ? Sérieux. T'es pas croyable. Il eut un petit rire ironique en la fixant dans les yeux : Si les rôles avaient été inversé, ça m'aurait soûlé, ouais. Mais j'aurais fermé ma gueule, parce que c'qui compte c'est que tu sois heureuse avec qui tu veux. Par contre, s'il avait fait un pas de travers, j'lui aurais volontiers pété la gueule, sans soucis. Marquant une pause, il serra les dents. Maintenant qu'elle le lançait sur des sujets plus vieux, sur la fin de sa consommation de drogues en tout genre, sur le manque constant qu'il ressentait à l'intérieur, il fit grise mine : Enfin, ça fait depuis la mort de mon père que j'suis clean, Rose. Que j'me permets un verre de temps en temps. Et oui tiens, dernièrement, j'ai quand même largement pensé à retomber dans la bouteille parce que faut dire que l'ambiance dehors donne pas envie d'être lucide. Donc continue à pousser si tu veux me présenter un torrent d'excuses, j'en jubile.

Raide comme un piquet, il leva le bras vers la sortie et ajouta :

Maintenant si tu permets, j'ai pas envie d'te voir. J'en aurais envie quand tu t'seras décidée à plus agir comme une enfant et à avoir le courage de faire un vrai premier pas vers moi.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Bitch Brew   Jeu 17 Déc 2015 - 22:46


Conversation privée. Bah voyons. Elle ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel, mais préféra tout de même rester silencieuse alors que Gary sortait enfin de son mutisme pour rentrer dans son combat verbal. Bon, il fallait bien l'admettre dans un coin de son cerveau, il avait raison sur pas mal de points. Son comportement odieux aveuglé par de la possessivité mal placée, ses insultes, ses remarques acerbes et peut-être même la gifle qu'elle avait fini par lui mettre en pleine tête sur la fin, quand iil venait de la foutre dehors. PEUT-ÊTRE qu'elle avait un peu abusé, et mal joué son coup pour une fois dans sa vie.
Alors, elle garda les lèvres résolument scellées, le laissant argumenter combien elle pouvait se montrer odieuse et cruelle par instants, et que si elle même avait été en couple, il se serait contenté d'être heureux pour elle.

Pardon ? S'étrangla t-elle à moitié sans qu'il ne réalise à quel point ses paroles allaient être mal interprétées. Rien pour dire limite qu'il s'en serait foutu, elle aurait dû sortir de la tente fissa et aller rouler une pelle au premier soldat venu. Sauf qu'avec Norman dans le coin, elle se tiendrait à carreau, et ne traumatiserait pas son fils. C'était un coup à ce qu'il vienne la supplier d'apprendre qu'il avait été adopté plutôt que d'être leur enfant biologique toutes leur connerie de parents divorcés...
Elle fronça les sourcils, le fixant de son regard courroucé alors qu'il lui indiquait la porte en martelant encore une fois qu'elle lui devait des excuses.
Rose prenait sur elle, sans grand succès. Elle aurait dû se contenter de partir la tête hauute en refusant d'ouvrir la bouche, mais sans doute que ses nerfs durent lâcher prise avant qu'elle ne transmette l'information à ses neurones, puisqu'elle se mit à parler aussi fort que lui.

Mais tu m'soules putain ! Bah voilà, je m'excuse. J'suis une connasse imbue de sa personne et c'est pas maintenant que ça va changer ! Et puis, j'faisais comment pour savoir que t'avais une discussion privée hein ? Tu l'as indiqué quelque part peut-être ? Parce que j'pouvais pas déduire que c'était du domaine privé merde ! Alors ouais, j'me suis emportée et j't'ai mal jugée, parce que ça me viendrait pas à l'esprit de refaire ma vie alors que toi ... Limite tu t'en foutrais au final ! J'sais pas, le jour ou tu te trouve une femme je ferai de sa vie un enfer, j'arriverais pas à être juste "heureuse pour toi", ça m'paraît inconcevable, appelle ça de la possessivité j'm'en tape. Donc oui, j'ai merdé j'aurais pas dû t'accuser à tort, et encore moins te hurler dessus devant le camp entier, sauf que c'est pas pour autant que je reviendrais poser un pied ici.

Enfin, elle s'arrêta pour reprendre son souffle, fermant les yeux pour tenter de se calmer un minimum.

Parce que, j'ai peut-être mon lot de faux-pas sur le dos, mais t'as pas été tendre non plus la dernière fois. Et si à chaque fois qu'on se retrouve à cohabiter ensemble on prend le risque de s'entretuer, j'en ai pas envie. J'suis trop vieille pour ces conneries putain.

De toute manière, depuis qu'elle avait vu l'autre rousse toute pimpante de jeunesse, elle avait l'impression d'être passée de 30 à 60 ans, et se découvrait des rides imaginaires alors bon... Elle pouvait bien se permettre de dire qu'elle était trop âgée pour endurer tout ça.
La chirurgienne haussa les épaules, soupirant. Dans un sens, s'excuser à peu près lui avait retiré un poids, mais un fond de rancoeur subsistait néanmoins.

Donc... Voilà. T'as eu tes excuses, t'es content, t'as c'que tu voulais. C'est bon ?



So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Bitch Brew   Dim 20 Déc 2015 - 12:43

Ce qu'elle pouvait le saouler, bon sang. C'était dingue d'être à ce point doué pour blablater et dire de la merde ! Bon, après toutes ces années de mariage et un môme de sept ans, Gary aurait dû être habitué à ce qu'elle soit chiante à ce point. Il le savait, c'était carrément pas nouveau. Mais là, allez savoir pourquoi, il avait la patience largement usé à force de l'entendre jacter comme une pie puis gueuler comme un putois. C'était vraiment super casse-couille qu'elle fasse à chaque fois tout pour avoir le dernier mot.

Surtout que merde, dire « je suis désolée », c'était quand même pas la mer à boire. Et c'était à croire que pour Rose, pour arriver à prononcer trois mots en carton, fallait d'abord qu'elle déballe sa vie de long en large pour ensuite lui expliquer qu'il était qu'un con ayant tout fait de travers sur tous les sujets. Quand elle lui balança à la gueule qu'elle s'excusait, en donnant l'impression qu'il était en train de lui arracher une molaire avec une pince à outil, Gary poussa un long soupir en se passant la main sur le visage.

Et elle continuait à causer pour étaler tout plein de choses sans aucun rapport dans sa tente, lui donnant l'impression d'une rivière de vomi lui arrivant aux genoux. C'était dingue quoi ! Elle avait changé à ce point en un an ? Pourquoi elle pétait son câble à la moindre occase, et surtout, SURTOUT quand il faisait rien pour mériter ça ? C'était le karma, hein ? Le retour de baton, pour équilibrer les forces. Maintenant qu'il était plus sous drogue, il se rendait compte d'à quel point la réalité était pourrie, et il avait la réponse de pourquoi il avait commencé à en prendre.

Parce que la réalité, ça puait du cul sévère, et Rose qui lui chiait une pendule, c'était du même acabit. On infligeait même pas ça à un criminel sur le point d'être exécuté, c'était de l'ordre de l'inhumain.

Quand elle termina enfin de déblatérer, Gary lui lança un regard assassin. Ok, elle s'était excusée après moult efforts, il allait pas faire la fine bouche parce qu'obtenir mieux, ç'aurait été pousser le bouchon trop loin avec une bombe sur le point d'exploser et suffisamment sensible comme ça. A la place, il attrapa le bras de Rose et la tira à lui, l'enlaçant de son autre bras. Collée à lui, contre sa silhouette sèche, il se baissa légèrement pour saisir ses lèvres et l'embrasser avec force.

C'était bien tout ce qu'elle méritait, cette harpie. Il avait plus envie de lui parler, et elle pouvait bien refaire un caca nerveux qu'il serait de toute façon très fier de son geste, qui satisfaisait bien des envies. Un an qu'il en avait pas profité, un an qu'il faisait la fine bouche. Sérieux, ça commençait à faire. Il s'était tenu à carreau tout ce temps, et c'était pas forcément un baiser plein de promesse comme dans les films niais qu'elle adorait regarder, et que lui détestait par-dessus tout, mais au moins, ça la faisait taire pour de vrai.

Lorsqu'il s'en sépara, il planta ses yeux bleus dans ceux noirs de sa vis-à-vis, esquissa un rictus qui aurait pu ressembler à un sourire, et lâcha :

Y'a un truc qui a pas changé.

« C'est toujours aussi cool de te rouler une pelle » ?
Que nenni.

T'es toujours aussi casse-couille.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Bitch Brew   Aujourd'hui à 2:49

Revenir en haut Aller en bas
 

Bitch Brew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-