Partagez | .
 

 I'm friend with the monster, that's under my bed.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: I'm friend with the monster, that's under my bed.    Jeu 3 Déc 2015 - 11:21


La venue de Gary Joey et Max au camp avait eu le don de rendre le sourire à tout le monde. A commencer par Lara, qui ne se gênait pour sous entendre qu'elle s'amusait bien avec l'ami de son mari. Max restait distant, tentant sans doute de reprendre ses marques après la mort de ses parents. Gary et Norman passaient le plus clair de leur journée ensembles, tout semblait commencer à aller mieux. Enfin, mieux... Tout était relatif. Les choses iraient réellement mieux quand ils pourraient rentrer chez eux, et qu'elle pourrait prendre une vraie douche digne de ce nom avec ses savons issus de l'agriculture biologique, et se maquiller. Là, les choses iraient mieux.
Néanmoins, un doute l'assaillait constamment depuis sa discussion nocturne avec son ex mari, concernant les infectés. Ni morts, ni vivants. Elle avait refusé de croire à ce qu'il avait maintenu concernant le fait que les morts se relevaient, cherchant une explication rationnelle. Mais des années de médecines et de chirurgie ne lui donnaient aucune réponse à ses questions, la rongeant de l'intérieur.

Le sujet l'avait tellement travaillé, qu'elle avait fini par supplier un des soldats de l'accompagner aux grilles. Elle devait savoir. Qu'importe les conséquences, elle devait être au courant. Si Malcolm avait d'abord refusé catégoriquement de l'accompagner, sa tempête en espagnole lui rappelant qu'elle lui avait sauvé la vie à peine arrivée au campement. A force de supplications et caprices, le soldat avait finalement capitulé, lui ordonnant sèchement de la suivre aux grilles en restant à ses côtés.
Et ce qu'elle y vit lui glaça le sang, plus violemment encore que dans ses cauchemars.
Au loin, elle avait vu une silhouette tituber vers eux, comme blessée à la jambe. Puis, la silhouette s'était rapprochée, au fur et à mesure que la chirurgienne pouvait observer son visage, puis son corps. Une jeune femme brune, les cheveux longs et sales. Ses yeux étaient d'un blanc laiteux, et sa peau bien trop pâle pour être un signe de bonne santé. Mais ce qui la glaça plus que tout le reste, fût le reste du corps. Les avant bras parcourus de blessures, les genoux écorchés, et une immonde morsure au niveau de la gorge.
Comment pouvait-elle encore avancer, alors que sa carotide devait être vidée de son sang, et pourquoi parvenait-elle encore à émettre un râle vers leur direction ?

Un instant, elle entendit Malcolm lui souffler qu'un infecté ressemblait à ça, avant qu'un des snipers du toit ne vienne abattre sa cible, cette dernière s'écroulant après une balle dans la tête. Rose en revanche, avait la désagréable impression de se retrouver sur une autre planète. Les yeux dans le vague, alors que Malcolm l'incitait à rentrer chez elle maintenant qu'elle avait pu voir un malade. Murmurant un bref remerciement en laissant le militaire reprendre son travail, elle erra un instant dans le stade sans but précis, ne pouvant s'empêcher de ressasser la scène en boucle dans sa tête. Elle avait beau n'avoir duré que quelques secondes, chaque détail lui revenait en mémoire, du regard vide la jeune femme à ses habits noircis de sang séché.
Elle avait du mal à respirer, alors qu'elle posait une main contre son flanc, stoppant un début de crise de panique du mieux qu'elle le pouvait. Elle devait s'asseoir, et reprendre ses esprits, mais certainement pas aller dans cet état voir Gary, ou Norman, ou qui que ce soit.

Péniblement, elle se laissa tomber sur un des bancs du stade, tentant de reprendre une respiration normale. Elle savait très bien à qui elle pouvait parler, qui accepterait de l'écouter sans mots dire.
Presque automatiquement, elle e dirigea jusqu'à la tente de Hope, constatant que Emily avait dû rejoindre son amoureux transi. Parfait. Daryl lui fit bien signe avec un grand sourire, ce à quoi elle parvint à répondre d'un signe de tête, avant de rentrer dans la tente de son amie. Sans doute qu'elle devait faire peur, avec son teint blême et son regard traumatisé.
Elle ne parvint même pas à dire quelque chose alors que son amie l'observait sans réellement comprendre.

J'en ai vu un. Un malade...

Gary avait raison finalement. Sauf que la vérité lui donnait juste envie de disparaître de cet endroit...
Lentement, elle parvint à jeter sa veste épaisse dans un coin pour se laisser tomber non loin de Hope, remettant en place les manches de son pull noir.

J'sais pas c'qui m'a pris, j'aurais jamais dû.

Pourquoi ne se contentait-elle pas de dire d'accord quand on lui demandait quelque chose ? Pourquoi fallait-il absolument qu'elle voit la chose de ses propres yeux ? Elle n'était qu'une abrutie fini.


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Hope S. Arlington
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 16/12/2014
Messages : 633
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I'm friend with the monster, that's under my bed.    Jeu 3 Déc 2015 - 22:13

Hope s'était occupée de sa nièce toute la matinée, lui faisant la lecture et l'étude pour la distraire un peu. Et la petite blonde s'était montrée très soucieuse de s'instruire encore, appréciant surtout le moment qu'elle partageait avec sa tante. Quand la matinée s'acheva, la petite retourna s'amuser ailleurs et disparu de son champ de vision pendant plusieurs heures.

La brune ne s'en inquiéta pas, puisque Daryl était sur le coup. Elle lui passa le relais pour prendre soin de la tente, discuter un peu avec sa meilleure amie de l'ambiance du campement, de leur manière de s'y habituer, toutes ces petites choses qui changeaient depuis leur arrivée. L'atmosphère s'était refroidie comme alourdie. Déjà que l'humeur n'était pas ce qu'on pouvait appeler d'au beau fixe, la disette n'aidait pas à maintenir le sourire, et les coups de feu qui résonnaient jusqu'au petit matin non plus.

Pour dire la vérité, la cadette Cooper s'inquiétait vraiment de voir un jour cette épidémie s'arrêtait et le monde revenir à la normale. Elle en avait touché deux mots à Daryl un soir, autour d'un feu de camp, en tentant de se réchauffer, et son frère lui confia que lui même n'était pas certain que ça se termine, et ne se voyait pas non plus rester là à jamais. Devaient-ils repartir du stade, se trouver un refuge ? Parviendraient-ils à survivre dehors ? Lorsqu'il avait envisagé l'idée, Hope l'avait immédiatement arrêté.
Il n'était pas question que lui, ou Emily se retrouvent dehors. Quand à Sally, elle pouvait bien aller courir au milieu d'une horde remplie de morts vivants que la brune s'en moquait éperdument. Mais pour les deux autres, elle ne pouvait même pas envisager l'idée. Et puis, surtout... Même si ça n'était que récent, une vie commençait à se construire ici, au milieu de tous ces gens, avec tous ces militaires. Une vie étrange, qui ne lui manquerait pas, mais apprendre à connaître des personnes à qui elle n'aurait jamais adressé la parole en temps normal, ça faisait presque du bien. Surtout de voir la solidarité et l'amitié qui se créaient malgré tout.

Et d'ailleurs, l'une de ces personnes perça dans sa tente, pour se planter pile devant elle.
Rose, la médecin du campement, ou l'une des médecins en tout cas, la fixait avec des yeux cernés, le teint pâle, comme si elle avait vu un fantôme. Et ce fut l'une des premières questions que se posa Hope :

Rose, ça va ? Tu as l'air...

Mais elle fut interrompue dans la foulée par la jeune femme qui lui souffla alors qu'elle en avait vu un. Un mort. Un des êtres du dehors, et Hope comprit alors ce qu'il se passait. Rose venait de comprendre que le monde avait irrémédiablement et intrinsèquement changé, à jamais.

Oh, souffla la jeune Cooper en pinçant ensuite les lèvres.

Ce que Hope cachait depuis des jours à ses proches, ce qu'elle gardait pour elle, pour n'en parler qu'à Heather, c'était ça. Parce qu'elle ne voulait pas que ses amis perdent espoir, encore moins, elle-même, oublier ce que ça faisait d'y croire encore un peu. Mais au vu de l'air perdu et apeuré de Rose, la Cooper comprit que l'espoir s'amenuisait, pour se réduire à peau de chagrin.

Raconte moi tout...

Elle se tourna vers la latina, avec un sourire doux. Elle avait besoin d'extériorisé son expérience, c'était certain. Comme Hope l'avait fait avec Heather dans la voiture, sans que ni l'une ni l'autre ne puissent vraiment comprendre ce qu'il se tramait. L'avaient-elles accepté ? Probablement que non. Pas encore. Mais elles en étaient plus loin dans l'assimilation que Rose, qui débutait tout juste cette étape.




No it isn't
Please understand, this isn't just goodbye... This is I can't stand you, this is where the road crashed into the ocean, it rises all around me and now we're barely breathing a thousand faces we'll choose to ignore ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I'm friend with the monster, that's under my bed.    Ven 4 Déc 2015 - 22:19


L'air de quoi ? Malade, angoissée, à deux doigts de s'évanouir ou de fondre en larme ? En toute honnêteté, sans doute qu'elle était en train de vivre un subtil mélange de toutes ces émotions là, sans en prendre réellement compte. Elle se serait retrouvée nez à nez avec un tricératops qu'elle aurait sans doute mieux vécu la chose que ... ça.
Mais au moins, elle n'eut pas besoin de dire grand chose qu'Hope sembla comprendre rapidement d'ou venait le problème.
Son corps tremblait, sans qu'elle n'ait vraiment la possibilité de se calmer. Frictionnant ses bras, elle inspira un instant en fermant les yeux, tentant de calmer cette décharge d'adrénaline qui bloquait sa respiration. Récupérant son paquet de cigarette en tremblant légèrement, elle parvint tout de même à en allumer une et aspirer une profonde bouffée de nicotine avant de reprendre tout depuis le début.

Il y à quelques jours, j'ai retrouvé mon mar... Mon ex mari. Il nous à rejoint, et il, il... M'a parlé des malades. Au début je voulais pas y croire, je me disais qu'il délirait ou qu'il était retombé dans ses travers, mais j'ppouvais pas m'empêcher de me dire qu'il ne m'aurait pas menti sur un truc d'une telle ampleur. Du coup, j'ai eu besoin de comprendre, d'en avoir plus...

Inspirer, expirer. Ne pas s'évanouir. Elle n'allait pas vomir à même le sol devant Hope, elle devait se reprendre.

J'ai d'mandé à un soldat de m'emmener près des grilles. J'ai tempêté jusqu'à ce qu'il accepte, et là, j'en ai vue une de malade. Et... C'était pas logique. Elle devait avoir mon âge, peut-être moins, et sa gorge, elle était. Hope, elle aurait jamais du se traîner comme ça. Elle avait une blessure qui aurait dû la vider de son sang en trois minutes, et elle tenait encore debout, même si elle galérait à avancer. Et puis ses yeux...

Rose se prit la tête dans les mains un instant. Ce n'était pas possible, et pourtant, c'était arrivé.

C'est pas logique, c'est juste scientifiquement impossible qu'elle ait pu être encore debout. Et pourtant je l'ai vu, alors que je suis médecin. J'ai l'impression de devenir complètement cinglée si tu savais...

Sans doute qu'elle le devenait. Sans doute que ses dernières années passées à Phoenix avaient jouer sur sa santé mentale, et qu'elle commençait à perdre la boule, ou qu'Alzheimer venait squatter son cerveau plus tôt que prévu. Elle se retint de fondre en larme comme une gamine apeurée, se contentant de resserrer un peu plus ses bras autour d'elle.

J'sais plus quoi penser. Je sais même plus si je veux encore rester ici...

S'en aller à l'autre bout du monde. Ca, ça lui donnait envie. Même Guantanamo Bay lui semblait une destination de reve, comparée à l'endroit ou elle se trouvait.



So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Hope S. Arlington
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 16/12/2014
Messages : 633
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I'm friend with the monster, that's under my bed.    Dim 6 Déc 2015 - 11:34

J'aurais pu t'en parler aussi, t'aurais pas eu à t'infliger tout ça, Rose.

Hope réussit à articuler ça à la fin du discours de Rose, l'ayant laissé parler tout du long sans l'interrompre. Posant une main sur son épaule, doucement pressante, elle lui fit un sourire presque tendre pour tenter de la rassurer un minimum. Mais elle ne pouvait pas faire mieux, pas maintenant que la médecin savait ce qu'il se tramait hors de ces murs. Elle avait été mise à l'abri pendant des semaines, elle s'était évitée bien des nuits de cauchemar ou des nuits simplement blanches... Maintenant, elle allait devoir dormir avec ça sur la conscience, et Hope n'était pas sûre qu'on s'en remette un jour.

D'ailleurs... T'aurais juste pas du le faire. Tant que c'est pas nécessaire, obligé, on devrait tous s'éviter ça.

Heather et elle n'avaient pas eu ce luxe, et elles auraient pourtant aimé. Haussant les épaules doucement, elle relâcha celle de Rose pour rajouter d'une voix timide :

J'en parle pas avec Daryl ou Emily, parce que je sais qu'ils auront du mal. Mon frère me prend déjà pour une folle même s'il sait que j'ai raison, que c'est comme ça maintenant. Que l'épidémie nous fait faire des choses dingues. Y'a bien que Heather pour savoir ce que ça fait, et même là, on évite d'en discuter parce que c'est...

La brune chercha un temps, un mot qui pouvait parfaitement convenir à tout ça. Mais elle n'en trouva pas, seulement des flous qui n'exprimaient pas la moitié de ce que c'était vraiment. Le langage n'avait plus aucun sens de toute façon, il atteignait lui même ses limites :

C'est dur à expliquer, fit-elle d'une voix douce avant de se glisser devant Rose et de lui attraper les mains pour les tenir dans les siennes : Mais crois moi, tu es mieux ici que dehors.

De la route depuis Chicago, Hope s'était vue mourir cent fois. En approchant des grosses agglomérations, au milieu des embouteillages. En sortant de la grande ville et de la région des lacs. L'objectif était Seattle, mais elle avait constaté que les campagnes étaient bien plus calmes, et l'horreur se concentrait là où les hommes se concentraient aussi avant :

Chicago est tombée, en moins de temps que Seattle. Ici, il y a des camps qui tiennent, des militaires qui gardent l'endroit. Là-bas, c'est l'enfer. Il n'y a plus personne de vivant dans ces rues...

Du moins, elle n'en avait pas vu. Esquissant un sourire triste, la petite brune souffla un coup, en essayant d'oublier tous les gens qu'elle connaissait là-bas. Une pensée pour Harvey qui fut rapidement effacé :

Et c'est la même chose, partout ailleurs, de ce qu'en disent les infos. Suffit de voir ceux qui viennent d'autres bleds, ceux qui ont vu les villes et les routes...

Rose n'avait vu qu'une femme morte, qui marchait. Mais il y en avait des milliers dehors qui sortaient de dieu savait où et qui tuaient à tour de bras. Et elle ne pourrait pas toujours les éviter. Et il n'y avait pas de traitement.

N'envisage pas de partir, Rose. Pas avec ta famille. Préserve les du mieux que tu peux...




No it isn't
Please understand, this isn't just goodbye... This is I can't stand you, this is where the road crashed into the ocean, it rises all around me and now we're barely breathing a thousand faces we'll choose to ignore ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I'm friend with the monster, that's under my bed.    Aujourd'hui à 4:11

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm friend with the monster, that's under my bed.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FRIEND WITH THE MONSTER || Nikolline
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-