anipassion.com
Partagez | .
 

 Suicide Mission - October 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Mer 9 Déc 2015 - 14:36

Il fit un pas en avant en direction de la sortie de l'épicerie se contentant d'un simple « Je te laisse vérifier par toi même » lorsque Meg dit qu'il avait sûrement un gilet par balle. Comme si un simple civil allait se balader avec un gilet par balle sous sa chemise. Et le sang viendrait d’où ? Ça m'étonnerait qu'il doit aller foutre sa langue entre les jambes d'une fille indisposée. Après chacun ses goûts. Un pas puis deux en direction de la sortie, le lieutenant fit enfin le premier pas dehors et aperçut ses hommes au loin. Pour l'instant aucun infecté dans les environs, mais ils n'allaient sûrement pas tarder. Meg elle prenait quelques secondes le temps de ramasser quelques vivres.

Putain mais quel caractère de merde celle là. Après c'est limite compréhensible, elle se retrouve dans une situation de merde sans être briefée. Sans entraînement et sans arme, bien sûr que ça semble iréel et tout droit sorti d'un film d'horreur. Mais cette merde est bien réelle et cette maladie l'est tout autant. Autant chopper la chiasse ou la grippe n'a jamais vraiment dérangé le militaire, autant ce truc il préfère le laisser aux contaminés et s'en tenir très loin.

Il fit un signe à ses hommes comme pour leurs dire d'attendre qu'il finisse de gérer avec Meg. Celle-ci sortit en furie en annonçant que si son frère n'était pas dans le camp elle n'y resterait pas. Calme toi juste deux minutes putain t'as enfin un peu de sécurité et de la bouffe et tu continue à crier, en fait c'est elle qui va attirer les infectés, pas les coups de feu. Les collègues de Drew s'approchèrent du lieutenant qui leurs expliqua brièvement la situation. Il garda pour lui le passage ou elle faillit lui mettre une bonne droite pour fuir. Sinon ils se mettraient à hésiter pour la ramener. Drew est persuadé qu'elle n'est pas méchante au fond mais bien choquée par les événements récents. Et ce qui est sûr c'est que seule elle ne survivra pas à tout ça.

L'un des hommes se proposa pour accompagne Meg afin d'être sûre qu'elle ne prenne pas la poudre d'escampette. Esquissant un léger sourire, Drew demanda simplement à ses hommes de rouler jusqu'au camp. C'est lui qui irait avec elle. Il avait encore deux trois trucs à lui dire et aimerait bien qu'elle se calme un peu. Visiblement elle est mal informée sur tout ce qui se passe et prend ça trop à la légère. Retournant vers Meg au moment ou elle prit la parole pour gueuler à nouveau, les suivre ? Non il allait faire mieux il allait monter avec elle.


« Bon je sais que je ne suis pas le bienvenue mais je monte avec toi. Ils voulaient prendre ma place mais je t'assure que c'est mieux que ce soit moi. »

S'asseyant à côté de la belle conductrice, il attrapa son flingue et retira le chargeur afin de faire le point sur les balles qu'il lui restait. Seulement quelques unes dans le chargeur. Mais normalement il n'allait pas devoir utiliser son flingue, il le rechargera une fois arrivé au camp. Le rangeant a nouveau dans son holster sur sa cuisse, Drew tourna la tête vers la fenêtre alors que la Jeep face à eux démarra.

Meg prit également la route derrière le véhicule militaire. Toujours le regard pensif à travers la fenêtre. Drew se demandait comment tout avait pu dégénérer. On pouvait voir parfois des traces de sang au sol. Des cadavres d'infectés déjà éliminés par l'armée. On pouvait voir parfois de la fumée s'élever dans le ciel de Seattle. Des véhicules abandonnés. Des maisons aux portes ouvertes, des jouets d'enfants sur le sol. Comme si tout le monde avait quitté son chez soi sur un coup de tête en quelques minutes.

Tournant à nouveau sa tête il posa son regard sur Megara qu'il regarda quelques secondes, puis il se décida enfin à briser le silence qui persistait depuis bien trois minutes.


« Pour revenir à ce que tu disais dans l'épicerie. Je t'assure qu'il n'avait pas de gilet par balle. Et je comprendrait le fait que tu ne veuille pas spécialement venir dans le camp. Mais je te demandais simplement de monter avec nous le temps qu'on s'éloigne de cet endroit. »

Drew soupira doucement, il parlait cette fois-ci sur un ton calme. Même un ton légèrement blasé. Elle voyait seulement les choses à la surface. Elle devait regarder un peu plus en profondeur pour comprendre qu'au fond il ne lui voulait pas de mal, bien au contraire et que tout ce qu'il avait fait depuis le début c'était pour lui faire comprendre que le danger est bien présent. Et que seule elle ne s'en sortira pas. Pourquoi s'amuserait-il à lui mentir ?

Après c'est sûr, Emerald n'est pas le coin le plus fameux qui existe sur Terre. Les civils ne vivent pas forcément dans de bonnes conditions mais peut-être que c'est temporaire et que quand l'armée aura stabilisée la situation, Anthony Moore décidera de leurs offrir un petit peu plus de confort. Et peut-être qu'ils pourront dans quelques semaines reprendre leurs vies d'antan. Mais pour l'instant tout est récent, il faut laisser un temps pour s'adapter. Mais ce qui est sûr c'est qu'on est toujours mieux dans ce camp qu'en dehors. Même Drew qui a reçu un entraînement militaire complet et difficile n'apprécie pas encore le fait de sortir.

Le bout de ses doigts tapotant son genou gauche, il n'avait pas peur dans cette voiture. Même s'il ne connaissait pas Megara il se sentait à l'aise et était persuadé qu'elle ne tenterait rien de stupide. Vu la facilitée avec laquelle il l'a maitrisée plus tôt, elle n'osera sûrement même plus de lever la main sur lui.


« Alors maintenant je vais parler un peu plus sérieusement. Ce nom là, Shepard c'est ça ? Ça me dit vaguement un truc donc ça vaut le coup que tu vienne jeter un oeil. »
Il marque une pause de quelques secondes avant de reprendre
« Et je t'assure que je peux comprendre ce que tu ressens actuellement. Tu crois que j'ai eu des nouvelles de mes parents ? Non, car mon boulot m'empêche d'aller les voir. Car je dois protéger 800 putains de personnes. Mais d'un côté c'est mon boulot et je ne peux les laisser dans une telle situation. »

Tournant son regard vers la jeune femme une fois de plus, il avait décider de parler sérieusement et d'aborder le sujet une nouvelle fois. Maintenant qu'elle avait été confrontée à un infecté de prêt elle serait peut-être plus apte à comprendre. Et puis il ne ment pas pour l'attendrir. Il a eu des news de ses parents lorsque tout a commencé pour savoir si tout se passait bien pour lui qui est militaire. Et depuis plus rien. Peut-être sont-ils en cavale, peut-être sont-ils morts. Megara n'est pas la seule à vivre ce genre de choses.

Le contraire avec elle c'est que lui garde la tête froide et ne ferait rien de stupide qui pourrait compromettre sa sécurité. Des gens ont besoin de lui, et certains ont sûrement aussi besoin de Meg. Ce serait une réaction vraiment égoïste de partir seule comme ça alors que la mort semble rôder aux alentours en ce moment.


« T'as vue la même chose que moi. C'est dingue comme situation je suis d'accord et peut-être que tu comprendra mieux quand tu verras quelqu'un se faire arracher la nuque devant toi sous les morsures de ces saloperies. Mais tu vois, si je m'acharne autant pour te ramener c'est pour plusieurs raisons » dit-il avant de marquer une pause de quelques secondes comme pour reprendre son souffle. « Au fond je pourrais n'en avoir rien à foutre, te laisser partir. Mais si je garde un minimum d'humanité c'est parce que des gens en ont besoin. Ces centaines de civils dans le camp. Ils ont besoin de se sentir en sécurité. Ces vieillards, ces enfants. Et je pense que quelqu'un a besoin de toi. Tes parents ont besoin de toi et ton frère également. »

Il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire pour lui même. Voila qu'il se mettait en plus à devoir discuter sérieusement et sortir des arguments pour lui faire comprendre que son idée pue clairement la merde. La jeep roulait toujours d'une allure moyenne. Parfois en tournant la tête sur le côté on pouvait voir certains de ces infectés rôder sans but précis. Ils se contentaient simplement de marcher. Parfois on pouvait les voir en train de bouffer un animal ou pire un homme. Mais généralement on détourne le regard face à une telle situation, du moins les premiers temps. Puis on finit par s'habituer.

C'est un peu comme la guerre sur ce point également. Au début on ose pas trop appuyer sur la gâchette, prendre une vie, détruire une famille. Mais au final on finit par s'habituer. Et si on ne le fait pas alors l'ennemi le fera et c'est votre vie qui s'arrêtera. C'est horrible dit comme ça mais c'est la triste réalité. Certains sont prêt à tout même à se faire sauter pour détruire des vies.

« C'est ça ton but non ? Les retrouver. Alors crève pas en route et prend le temps de réfléchir. »

Dit-il sur un ton calme avant de tourner à nouveau la tête vers la fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Ven 11 Déc 2015 - 16:10


Retour à la voiture, enfin.

Ou du moins, avec un invité indésirable qu'elle n'avait absolument pas invité à entrer dans SA voiture à ELLE. Meg fixa le militaire avec un regard noir sans dire un mot, démarrant le moteur pour se lancer ssur la route à la suite de la jeep sans grande envie d'y aller.
Le silence de mort dans la voiture dura un bon moment, avant que Drew ne reprenne la parole, l'incitant à détourner un instant ses yeux de la route pour l'observer.
Au moins cette fois, aucun d'eux ne se hurlait dessus, c'était toujours plus agréable que danss l'épicerie... Elle haussa les épaules, ne répondant rien. Elle ne l'admettrait jamais à Drew, mais elle avait bien vu les fleurs de sang naître sur la chemise du malade avant qu'il ne touche le sol. Et même si elle n'y connaissait rien en matière d'armes ou de protection, elle doutait qu'un gilet pare balle permette ce genre de choses. Le nom Shepard la fit tiquer alors qu'il en parlait, lui accordant plus d'intérêt, avant que la discussion en dérive sur ses propres obligations.

Tes parents... Ca fait longtemps que t'as plus de nouvelles d'eux ?

Il était peut-être un peu plus humain qu'elle ne l'avait imaginé finalement. Elle se tut à nouveau, écoutant ses arguments, tout en admettant en elle même que dans le fond, il n'avait peut-être pas entièrement tort.
La situation était critique, du peu qu'elle l'avait vue. Peut-être que Connor avait abandonné son délire de chasseur de tempête pour se diriger vers ce lycée dont il parlait.
Peut-être que ses parents avaient réussis à trouver un endroit sûr, quelque part.
Ne pas mourir, et retrouver sa famille. Le conseil donné par Drew.
Ses mains se crispèrent un instant sur le volant, avant qu'elle ne décide de s'allumer une cigarette pour faire redescendre la pression. La première bouffée lui fit du bien, avant qu'elle ne se décide enfin à reprendre la parole.

Mes parents... Ils sont pas sur Seattle, ils sont sur la côte Ouest. Quand à mon frère, y'a plus qu'à espérer que tu ais raison. J'ai juste l'impression de me retrouver propulsée dans un foutu cauchemar, et... J'suis pas habituée à tout ça.

Elle soupira, hésitant une seconde avant de lui tendre son paquet de cigarette pour l'inviter à se servir. Une sorte de façon d'enterrer la hache de guerre au moins. Prenant le virage que fit la jeep, ne pouvant s'empêcher d'observer les rues qu'elle ne connaissait pas. Elle ne put s'empêcher de soupirer, avant de rajouter.

J'suppose que je dois te dire merci pour tout à l'heure ? Par rapport au malade dans l'épicerie, tout ça ?

Un infime sourire naquit sur ses lèvres crispées par l'angoisse. Peut-être que les choses finiraient par s'arranger, dans ce campement. Peut-être que les militaires n'étaient pas tous des fous dangereux, et qu'ils faisaient vraiment le maximum pour les civils.

Tu viens de Seattle, ou tu as été rapatrié ici pour t'occuper du camp ?

Ils allaient rouler un bon moment visiblement. Autant en profiter pour en apprendre un peu plus sur lui, arrêter de le voir comme un fou dangereux qui lui avait fait une prise de catch en guise de bonjour. Et puis, quitte à se pointer dans un endroit inconnu, autant pouvoir y croieer une tête connue. Ce serait toujours mieux que rien.




RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Mer 16 Déc 2015 - 14:30

La situation entre les deux semblait se calmer dans la voiture. Au moins elle arrêtait de gueuler et elle ne tentait pas de foncer dans un arbre juste pour se venger de la prise de judo. De plus conduire en étant énervé c'est pas la meilleure des choses à faire. Toujours le regard posé à travers la fenêtre, ça le déprimait presque de voir l'évolution de cette saloperie d'épidémie. Lui qui connaissait bien Seattle voyait déjà des changements flagrants. Les rues n'étaient plus animées. Les parcs et aires de jeu étaient vides, plus de voitures sur les routes ou presque, et des infectés qui deviennent de plus en plus nombreux. C'est clairement pire que la peste ce truc.

Meg réagit au moment ou Drew évoqua ses parents. Avec une question qui offrait enfin une piste de discussion. Comme si celle-ci venait de comprendre qu'au final il était comme elle, qu'au final elle n'était pas seule dans ce cas, pas seule à n'avoir plus de nouvelles de ses proches. Alors certes contrairement à elle, il n'avait ni frère ni sœur et ne connaissait donc pas ce lien qui pouvait unir Megara et son frère mais d'autres au camp sont sûrement dans le même cas. Tandis que d'autres ont clairement vu leurs proches se faire dévorer par les infectés ce qui doit être encore plus dur.

« J'ai eu des nouvelles trois jours après le début de cette merde. Enfin des nouvelles, ils m'ont surtout appelés pour savoir comment ça se passait pour moi. Parce qu'on a été les premiers à être envoyés pour affronter ces merdes. » Dit-il avant de porter une main dans ses cheveux en soupirant légèrement « J'ai plus rien depuis, et je ne peux quitter mon poste pour aller leurs rendre visite. »

Et là ou certains auraient tout plaqués et refusé les ordres d'Anthony Moore simplement pour retrouver leurs parents et qui plus est peut-être déjà morts. D'autres comme Drew acceptèrent la lourde tâche qui leurs a été confiée. Il c'est parfois demandé si ce n'était pas égoïste comme choix. Ses parents ayant tout fait pour lui lorsqu'il était plus jeune, voilà que lui refuse d'aller voir comment ils vont. Mais au fond il veille à la sécurité de 800 personnes et il est persuadé que pour ça ils ne lui en veulent pas.

Il serra doucement les poings aux phrases de Megara, comme quoi elle avait l'impression d'avoir été propulsée dans un monde de fou, dans un cauchemar. C'est un peu ce qui est malheureusement arrivé à tout le monde. C'est pour ça que Drew a été si insistant avec elle un peu plus tôt, parce qu'il sait que certaines personnes ne peuvent du moins pas pour l'instant faire face à ces saloperies. Tout le monde est choqué, troublé, déprimé, terrorisé. Certains ne seront jamais en mesure d'affronter les infectés. Tandis que d'autres mettront du temps avant d'oser.

Et c'est pour ça que l'opération Emerald Freedom a vue le jour, c'est pour protéger tout ceux qui ne peuvent se protéger seuls. Car l'armée ne viendra pas vous mettre derrière les barreaux si vous tirez sur un infecté. La loi martiale étant déclarée, l'armée et la police n'a même plus le temps de s'occuper de ceux qui tirent sur des vivants par peur qu'ils soient infectés ou parce qu'ils trouvent ça drôle. Mais de toute façon ça leurs retombera dessus un jour ou l'autre.

« Tu sais on a tous été propulsés dans ce cauchemar. Nous militaires un peu moins que d'autres car on a déjà vécu l'horreur de la guerre. On sait comment se défendre et défendre la population. C'est pour ça que j'ai tant insisté pour que tu nous suive. Dés ta première réaction, celle de me frapper ça se voyait que t'étais perdue et effrayée. »

Il ne se prenait pas pour un psychologue, loin de la. Disons qu'il avait prit l'habitude depuis le début de l'épidémie à voir des gens réagir d'une drôle de manière sous l'effet de la peur. Ou tout simplement parce qu'ils ne savent pas comment réagir autrement. C'est après tout totalement humain comme réaction. C'est pour ça qu'il ne peut lui en vouloir pour ce qu'elle a tentée, bon elle lui aurait tiré une balle dans la jambe il lui en aurait peut-être mit une bonne dans la gueule mais ça ne c'est pas passé comme ça.

Suite à ça elle tendit son paquet de clope en direction du militaire. Un peu surprit par cette initiative il mit quelques secondes avant de s'en servir, portant la clope à sa bouche et l'allumant une nouvelle fois à l'aide de son zippo. Il avait hésité à en prendre une en entrant dans la voiture car il ignorait si elle n'allait pas encore lui gueuler dessus en lui demandant d'éteindre sa clope dans la voiture. Lui offrant un grand sourire et un geste de la tête en guise de remerciement, celle-ci reprit la parole en lui demandant si elle devait lui dire merci pour tout à l'heure.

« Pas forcément besoin de me dire merci, j'allais pas te laisser te faire bouffer. Après j'ai fais traîner la chose pour que tu comprenne. Après si tu veux me remercier libre à toi de le faire ! »

Il n'avait pas vraiment pensé que ça pourrait la traumatiser ou lui faire encore plus peur sur le coup, mais visiblement ça n'avait pas été le cas et tant mieux. Tirant un peu sur sa clope, Drew relacha la fumée face à lui tout en ouvrant légèrement la fenêtre. A peine pour ne pas qu'ils aient froid tout les deux et pour que la fumée puisse s'échapper doucement vers l'extérieur. La jeep roulait toujours devant eux et prenait parfois quelques virages. Pour l'instant le trajet se passait bien, heureusement que la situation c'est un peu calmée dans la voiture.

Tirant une nouvelle fois sur sa clope regardant cette fois-ci devant lui, il fut à nouveau sortit de ses pensées par Meg qui lui demanda s'il venait de Seattle ou s'il avait été rapatrié pour participer à l'opération Emerald Freedom.

« Je suis de Seattle. Mes parents sont d'Everett un peu plus haut, il suffit de suivre la route 5. Donc je connais bien le coin. » Dit-il en esquissant un léger sourire amusé « J'aurais du partir en Irak normalement quand l'armée a été à nouveau envoyée là bas. Mais suite à deux balles que j'ai pris précédemment ils ont décidé de me laisser souffler un peu. Au final j'ai pas soufflé longtemps. »

Il rit doucement, c'est vrai que pour le coup il n'avait pas vraiment de chance. Car la situation ici est sûrement pire qu'elle ne l'est en Irak. Au moins sur le front on sait quel genre d'adversaire on affronte. Ici personne ne sait qui il affronte ou plutôt ce qu'il affronte. Une maladie bizarre, certains chercheurs sont déjà morts tandis que d'autres effectuent sûrement des recherches quelques part dans un coin paumé du pays. Mais comment sauver ceux qui sont déjà infectés et comment empêcher la maladie de se propager ?

Parfois il pensait aux gens dans le reste du monde. La maladie avait-elle touchée d'autres pays ? Ses camarades en Irak avait-ils également été touchés ? Ce qui leurs ferait affronter aussi bien des infectés et une maladie bizarre que des terroristes prêts à tout. Drew tira une nouvelle taffe sur sa clope avant de faire tomber la cendre par la fenêtre. Posant son regard sur Megara quelques secondes.

« Et toi, tu viens d’où ? Tu faisais quoi avant tout ça ? T'as parlée du désert de Gobi un peu plus tôt donc ça m'a intrigué. »

C'est vrai, que foutait-elle dans le désert de Gobi ? Peut-être a t-elle plus de ressources qu'elle ne le montre. Des questions il en avait un tas, mais autant commencer par quelque chose de classique afin de la connaître un peu mieux. Il n'allait pas lui demander son âge tout de suite, vu la situation actuelle ça allait faire un peu bizarre comme question. Depuis quelques semaines ce n'est plus ce qu'on demande directement.
Revenir en haut Aller en bas
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Mer 16 Déc 2015 - 21:31


T'as aucun moyen de communication dans ton camp là ?

Elle avait bien au l'espoir une demi seconde que des moyens de communication soient à dispositions mais en réfléchissant bien... Elle doutait fortement que 800 personnes puissent permettre ce genre de petits miracles. Si, de base, elle n'avait jamais été particulièrement accro à son portable, depuis que ces histoires d'épidémie avaient démarré, elle voyait ce dernier comme le saint Graal. Un petit bijou de modernité qui permettait au début de joindre sa famille, avant que les réseaux ne soient saturés, transformant le portable en un objet diabolique qui jouait avec ses nerfs.
Elle ne put s'empêcher de tiquer quand il lui fit remarquer qu'il avait compris sa peur lors de leur rencontre. Pinçant les lèvres un instant, elle finit par répliquer en lui jetant un regard en coin.

Tu sais, j'ai pas parlé à beaucoup de gens ici. Les derniers que j'ai vu à l'hôtel, ils se barraient avec leurs valises et des regards effrayés. Ca m'a pas forcément donné confiance pour la suite des événements. Quand j'ai vu que mêmes le personnel de l'hôtel commençait à plus tellement se pointer, j'ai pas cherché à comprendre, j'ai suivi le mouvement.

La cigarette doublée de leur discussion avait le don de calmer les tensions, tandis qu'elle rejetait une nouvelle bouffée de nicotine, écoutant Drew expliquer son parcours. Au moins avait-il été taillé un peu plus sur la survie qu'elle même. Les situations étaient drastiquement différentes, il y avait une sacrée marge entre la guerre et simuler un crash de vaisseau. Et puis comme il venait de faire remarquer, il n'avait pas vraiment eu le temps de souffler. Cette remarque eut le don de faire sourire un instant Meg, avant qu'elle ne baisse le regard pour se concentrer à nouveau sur la route.
Et elle dans tout ça ? Un petit silence se fit dans l'habitacle avant qu'elle ne prenne à son tour la parole.

J'suis née à Seattle, mais j'y suis pas restée très longtemps. Mes parents avaient la bougeotte, ils étaient médecins dans l'humanitaire, et j'ai passé plus du temps un peu partout dans le monde à tout découvrir qu'aux Etats Unis.

Elle ne put s'empêcher de sourire en se rappelant les vacances en famille au Brésil ou en Russie, alors que Connor s'emmerdait dans son mariage avec sa femme stupide. Suivant la petite route signalée par la Jeep, elle tira à nouveau sur sa cigarette avant de poursuivre.

Le truc, c'est qu'une fois que t'as fais le tour du monde, tu veux voir autre chose. J'ai fais des études assez poussées, histoire de devenir astronaute. J'ai été retenue pour une possible mission, et avant tout ça, j'étais sur Gobi justement pour les mises en conditions réelles. Rien que le terme la fit rire légèrement. Les conditions réelles ne lui avaient servis strictement à rien. Niet, nada. Que dalle. Ca faisait 1 mois et demi environ que j'y étais quand j'ai eu le droit de souffler un peu, c'est pour ça que je me suis retrouvée à Seattle. J'voulais faire une surprise à des amis d'enfance, tenter de voir mon abruti de frangin si il traînait dans le coin et... J'suis tombée sur tout ça. C'est fou comme quand tu es à l'autre bout du monde, tu t'rends pas compte de la gravité de certaines situations. J'aurai su, j'aurais pris un peu plus de nouvelles...

Elle ne put s'empêcher de se mordre la lèvre en y repensant, rongée par le remords. Mais préférant éviter de plomber l'ambiance, elle préféra rajouter en lui jetant un regard amusé.

Enfin, c'est pas aussi palpitant que d'se prendre deux balles dans l'corps quoi. Le plus dur qui m'soit arrivée c'était p'têt les test psychologiques ou on te demande à peu près tous les jours comment tu vas faire pour garder ton calme si tu t'retrouve dan un fusée qui va exploser quoi. Autant t'dire que ça m'aura servi à rien, j'suis pas prête d'aller dans l'espace.

En y repensant, ça aurait été cool l'espace. Elle aurait pu bouffer son steack lyophilisé pendant que c'était la merde sur terre. Quoi qu'en y repensant, elle aurait certainement pété les plombs finalement. Observant du coin de l'oeil les habitations sur le bord de la route, elle jeta son mégot par la fenêtre avant de faire remarquer au militaire.

Et à part l'Irak, t'as eu l'occasion de bouger un peu pour autre chose que te faire oneshot par des soldats ennemis ?





RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Mer 23 Déc 2015 - 18:08

Des moyens de communication ? Il fit un non de la tête. Il n'y en avait plus vraiment, avant ils pouvaient encore contacter leurs proches, leurs supérieurs ou les autres bases mais entre les trucs qui pètent et les réseaux qui saturent c'est plutôt la merde en ce moment. Plus les actes de vandalismes, les accidents qui arrachent certains câbles électriques... La joie du coup. Drew tira une nouvelle taffe sur sa clope alors que Meg commença à parler d'elle. Contrairement à lui, elle avait eu la chance de bouger un peu partout dans le monde. Lui généralement quand il bougeait c'était pour aller faire la guerre. Il aurait rêvé de faire le tour du monde, prendre un sac et partir, marcher, faire du stop. Découvrir un tas d'endroits magnifiques et partager un tas d'instants avec des gens de culture différentes. Mais ça ne se fera malheureusement jamais.

Il aurait peut-être pu réaliser son rêve s'il ne c'était pas engagé dans l'armée. Mais au fond c'est ce qu'il souhaitait. Se battre pour les autres, risquer sa vie pour les autres, affronter les problèmes qui menacent la population et parfois même le monde entier. Et ça il ne le regrettera jamais. Un mal pour un bien. Et il ne regrette pas non plus de s'être prit deux balles dans le corps, ça aurait pu être pire. Il aurait pu s'en prendre une dans la tête, la il n'aurait pas la chance de pouvoir discuter avec une femme qui a tentée de lui mettre une bonne patate dans les dents.

« Et t'as bien fait de suivre le mouvement, tu te serais très vite retrouvée seule dans cet hôtel. C'est un peu triste un hôtel vide. »

Il esquissa un léger sourire comme pour détendre une fois de plus l'atmosphère. Il est vrai qu'étant présent depuis le début du déploiement des forces armées, lui aussi a remarqué que tout le monde prenait la route sans vraiment réfléchir. Comme s'ils étaient tous prit de panique suite aux premières images dévoilées. Comme s'ils croyaient les rumeurs d'internet. Ils pensaient peut-être ne plus pouvoir faire confiance à l'armée et pouvoir se débrouiller seuls ou simplement avec leurs proches. Tout ça à cause de rumeurs à la con.

Tirant une dernière taffe sur sa clope offerte par Meg, il jeta le mégot par la fenêtre. Relâchant la fumée un peu plus doucement que d'habitude, la regardant partir avant de disparaître à tout jamais. Ils croisaient parfois de nouveaux infectés. Mais aucune situation vraiment exceptionnelle. De plus ils avaient fait environ la moitié du chemin, parfois il fallait rouler assez doucement pour pouvoir éviter des voitures garés ou elles ne doivent pas l'être ou pour éviter un animal ou un infecté au milieu de la route.

Drew écarquilla doucement les yeux lorsqu'elle évoqua le fait qu'elle était à deux doigts d'être envoyée dans l'espace ! Ca aussi ça devait être sympa, se retrouver dans un endroit que pratiquement personne ne connait et n'a la chance de voir. Un peu comme les fonds marins, sauf que les fonds marins y'a des créatures dégueulasses et que ça fait peur.

« Ouais mais ça doit être génial de beaucoup bouger ! J'aurais adoré faire le tour du monde ! Et du coup comment t'as réagie ? Ca va, pas trop dégouté pour l'espace ? » Dit-il bien qu'il connaisse sûrement la réponse « En tout cas ouais on est deux à avoir pensé qu'on pourrait souffler un peu... Puis la merde. »

La jeep se permit d'accélérer un peu, ils sont cools les militaires mais parfois ils s'amusent à faire les beaufs quand ils ont une voiture entre les mains. Tant qu'ils ne se mettent pas à déraper dans tout les virages, Drew ne dira rien. Si par contre il commencent à abuser il leurs mettra une bonne mandale. Le militaire ferma la fenêtre, plus besoin de la laisser ouverte maintenant qu'ils ne fument plus.

Il se mit à rire doucement lorsqu'elle évoqua les deux balles dans le corps. C'est clair que sur le coup ça fait mal mais c'est tout de même assez sympa comme histoire à raconter à ses gosses. Ca fait genre un peu « badass » de se prendre deux balles dans le corps et d'être encore là pour le raconter. Ouais sur le coup il a gueulé comme une merde et a galéré à marcher, ouais ça fait aussi un mal de chien quand le médecin retire la balle qui est restée coincée. Mais une fois tout ça fini ça va mieux. C'est un peu comme quand on est constipé en fait.

Puis c'est les risques du métier, quand on est militaire on se retrouve rapidement avec de sales cicatrices dégueulasses. Ceux qui ont encore moins de chance perdent une jambe en marchant sur une mine, ça c'est moins drôle. Surtout quand on voit ça de ses propres yeux, et qu'on voit le type qui semble ne pas comprendre. Drew sortit de ses pensées, s'il se perdait dans les pensées de la guerre il pourrait y rester des heures vu toutes les atrocités qu'il a vu.

« C'est clair que c'est palpitant, j'ai aussi pris un coup de couteau à 17 ans en sauvant une femme en train de se faire agresser... J'ai beaucoup de chance dans ma vie » Dit-il avant de se marrer, il en avait prit plein la gueule mais il était au moins toujours en vie « J'ai pas beaucoup bougé, j'ai fais la Libye aussi. Après mes parents étaient pas trop du genre voyage, donc j'ai pas mal squatté Seattle et ses alentours. »

Et heureusement ! Avec ce qu'il se passe actuellement autant dire qu'il est bien content de connaître Seattle et ses environs, il lui arrive parfois de passer dans certains quartier qu'il squattait plus jeunes. Devant des boutiques qu'il adorait. C'est assez triste de voir tout ça vide et sans vie maintenant.

« Si un jour t'as la chance de partir dans l'espace, emmène moi ça doit être cool ! » Dit-il avant de sourire en regardant la jeune femme qui semblait toujours concentrée sur la route « Sur ce... On va pas tarder à arriver, prépare toi à halluciner. »

Plongeant à nouveau son regard sur la route, ça fait toujours bizarre aux nouveaux arrivants de voir un camp si gros avec tant de militaires et de civils.
Revenir en haut Aller en bas
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Mer 30 Déc 2015 - 14:53


Il n'y avait pas qu'un hôtel vide de triste. Le quartier de Seattle dans lequel les militaires la faisait rouler aussi l'était. La vie semblait avoir quitté le quartier, et bien qu'il lui sembla par instant entre apercevoir quelques silhouettes, elle préféra ne pas s'y attarder de peur de voir un quelconque malade qui lui rappellerait à quel point le monde avait changé.
Parler de sa vie lui décrocha enfin un sourire sincère, tandis que le militaire semblait y accorder de l'intérêt. Sans réellement s'en rendre compte, elle lui adressa un regard reconnaissant de lui tenir autant la conversation. Ca avait le don de lui changer les idées, voir autre chose. Penser à autre chose, et se rassurer un peu malgré l'angoisse qui lui tenait le ventre à l'idée d'aller en territoire inconnu.
Meg fronça les sourcils un instant en voyant la Jeep accélerer alors qu'elle s'apprêtait à lui répondre. Accélérant à son tour, elle dépassa un instant les militaires par pure provocation, leur faisant quelques appels de phare avant que la Jeep ne la double à nouveau.

J'ai l'impression que tes potes se prennent pour Vin Diesel dans fast and furious la... Mais sinon oui, un peu blasée j'avoue. Ca avait quelque chose d'attrayant, l'idée de voir autre chose que la Terre. Dit-elle avec un sourire timide, ayant l'impression de passer pour une perchée finie.

En tout cas une chose était sûre, Drew était largement plus taillée qu'elle pour la survie. A 17 ans, elle jouait plus aux jeux vidéos qu'à se battre dans la rue. Sauf avec Connor, quand il passait de temps à autre en Californie pour les fêtes de noël, sous le regard désespéré de son ex femme. Mais ça ne comptait pas vraiment finalement...
Joignant son rire au sien, elle contourna avec douceur une voiture abandonnée sur la route, avant de répondre à son tour.

Dans un sens, c'est plus ... Palpitant que ma vie. La pire bagarre que j'ai eu, c'était avec mon frère quoi. Et une fois au lycée quand j'ai jeté un bouquin dans la gueule d'un mec qui m'avait mal parlé, mais jamais plus. Ajouta t-elle avec innocence, un petit sourire aux coin des lèvres. Et ouais, si t'as pas peur un jour je t'emmènerai. On simulera que t'es astronaute, et on ira crécher sur Mars loin des emmerdes. Ce s'ra cool. Assura t-elle avec applomb, entrant dans son jeu alors que le lycée se dessinait à l'horizon.

Au premier coup d'oeil, elle fût rassurée de voir que Drew lui avait dit la vérité. Mais elle déchanta rapidement quand à peine sortie de la voiture, les militaires l'accompagnèrent en direction d'un point de contrôle ou on lui ordonna de se déshabiller pour s'assurer qu'elle n'était pas malade, l'auscultant un peu trop longtemps à son goût tout en lui demandant nom, prénom, âge et profession. Encore moins quand on jaugea ses vêtements, vivres, et cartouches de cigarettes et qu'on ne lui en rendit que la moitié, prétextant qu'elle n'aurait pas besoin de plus. Mais alors, quand elle se retrouva consignée dans un coin avec d'autres familles entassées les unes sur les autres, elle tira carrément la gueule.
Drew allait l'entendre, avec ses idées de merde à la con. A lui vanter les mérites d'un camp pour la coller au goulag. D'ailleurs, elle le chercha bien du regard mais à peine avait-elle descendue de sa voiture qu'elle l'avait perdue de vue.

Son regard noir accompagné de mutisme incita les autres civils à ne pas s'approcher d'elle. C'était déjà ça... En tailleur dans un coin, elle se permit de rallumer une cigarette, maugréant sur ce nouvel endroit qu'elle commençait déjà à détester. Pas de traces de Connor à l'horizon en prime, aucune remarque sur son nom, en dehors d'un haussement de sourcils de la part du toubib qui l'auscultait.
Finalement, ça aurait carrément été du luxe de survivre seule dans sa caisse. Là, elle avait juste l'impression de s'appeler Rachel Cohen et d'être dans un putain de train déportation.

C'était décidé. Drew allait subir sa colère, et regretter amèrement de l'avoir emmené dans ce foutoir monumental.





RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Aujourd'hui à 21:36

Revenir en haut Aller en bas
 

Suicide Mission - October 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-