Partagez | .
 

 Suicide Mission - October 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Suicide Mission - October 2015    Mer 2 Déc 2015 - 15:28


Regroupez-vous. Trouvez un endroit sécurisé. Ne sortez pas seuls. Ne restez pas seuls. Regroupez-vous. Trouvez un endroit sécurisé. Ne sortez pas seuls. Ne restez pas seuls. Regroupez-vous. Trouvez un endroit sécurisé. Ne sortez pas seuls. Ne restez pas seuls.

La radio ne cessait de diffuser le même message, à tel point qu'elle finit par couper le son, soupirant; Si on croyait ce message, elle ne risquait pas de faire long feu. Elle n'avait cessé de conduire depuis son départ de l'hôtel, recrachant sa bouffée de nicotine avec dépit. Ou pouvait-elle aller désormais ? Son smartphone indiquait toujours que le réseau était inexistant, et malgré ses nombreuses tentatives, personne ne répondait nulle part. Coupant le moteur dans une petite ruelle, elle passa une main dans ses cheveux ébouriffés, songeuse. Il y avait longtemps qu'elle n'avait pas mangé quelque chose, et la faim commençait à se faire sentir malgré son noeud à l'estomac. Se mordant un instant la lèvre, elle observa les bâtiments, reconnaissant une petite épicerie ouverte 7/7 à la vitrine éclatée en milles morceaux. Elle hésita. N'importe qui pouvait se trouver là, et le peu de personnes qu'elle avait pu apercevoir dans les rues ne lui avait pas inspirée grande confiance. Oh, il y avait bien les gens à leurs balcons qui se terraient en observant la rue, mais personne qui ne fit réellement attention à elle tandis qu'elle sortait de l'Impala, claquant la portière en enfonçant ses clés dans la poche de sa veste en cuir. Un pas après l'autre. Voilà, ce serait très bien.

Le silence avait quelque chose d'oppressant, tandis qu'elle enjambait le rebord de la vitrine, ses bottes crissant sous les tessons de verre. Il faisait sombre, mais au moins parvenait t-elle à apercevoir les rayonnages dans la semi pénombre.

Ohé... Y'a du monde ?

Elle se sentit complètement con sur le moment. Comme si quelqu'un allait lui répondre que oui, si il ne voulait pas la croiser.

Désolée, j'aurais b'soin de faire des courses là en fait, mais j'ai juste une carte de crédit...

Elle avait l'air fine, avec pour seule défense ses poings et ses clés de voiture tiens. Meg fit à nouveau quelques pas dans l'épicerie, notant que la plupart des produits consommables immédiatement avaient disparus, ainsi que certaines conserves. Elle ne put s'empêcher de froncer le nez en voyant l'eau dégorger des rayons surgelés. Sans doute que l'électricité sautait de temps à autre dans ce quartier, avec tous les problèmes qui leur étaient tombés sur la gueule.
Rapidement, elle commença à mettre de côté quelques paquets de biscuits. Elle n'avait rien pour faire chauffer les conserves, et la simple idée de sucre lui faisait plus envie que n'importe quelle boîte de raviolis italiens en boîte. Et puis, ils étaient les proprios ? Est-ce qu'elle devait laisser du fric sur le comptoir, au cas ou ils reviendraient ? Elle n'avait que sa carte sur elle, et doutait fortement qu'elle puisse lui être utile...
Elle aurait pu continuer à discuter avec elle même encore longtemps si seulement, un bruit de moteur dans la rue ne l'avait pas tirée de ses pensées, tandis qu'elle se plaquait contre une des étagères, entendant des éclats de voix. Super. Des potes qui allaient se pointer, pile au moment ou elle espérait ne croiser personne. Et si il s'agissait de militaires, encore moins. Du peu qu'elle avait compris, ils se permettaient de tirer à vue sur les civils alors...
Elle retint son souffle, alors que quelqu'un entrait dans la pièce. Elle ferma les yeux un instant, priant pour que ce soit un cauchemar, avant de se reprendre. Elle devait réagir bordel de merde.

Sauf que s'enfuir par la seule issue possible, avec un inconnu dans le même endroit qu'elle relevait tout bonnement du films d'horreur à l'état pur. Cogner, elle savait faire. Connor lui avait donné suffisamment de dérouillées dans son enfance pour qu'elle sache donner un coup de poing digne de ce nom, mais elle doutait fortement que les poings servent à quelque chose face à une véritable arme. Sauf que pour le coup, elle réfléchissait avec elle même, et le type qui était toujours dans la même pièce se rapprochait un peu de trop de sa cachette improvisée alors....
Alors, fallait bien agir un jour. Un peu sur le coup des nerfs, et le plus silencieusement possible, elle attendit la dernière seconde tandis que l'individu se trouvait à sa hauteur, pour sortir de son coin et refermer les phalanges en visant la mâchoire de l'inconnu. Elle eut tout juste le temps de constater qu'il ressemblait à un militaire, avant de prier pour que son coup atteigne sa cible. Ensuite, direction la voiture, démarrage, et retour sur les routes.

Voilà. C'était pas si dégueulasse comme plan au final.






RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Mer 2 Déc 2015 - 20:57

Mesdames et messieurs nous vous demandons de garder votre calme. L'armée contrôle la situation et assure votre sécurité. Ne sortez pas seul. Restez en groupe et barricadez vous.

Le genre de phrase à la con qu'il devait balancer une bonne dizaine de fois par jours. Actuellement c'est le bordel. Un putain de gros bordel de merde. L'armée était sur le coup et le gouvernement aussi, mais certains sauvages ne se retenaient pas de défoncer la vitrine des magasins pour se barrer avec des consoles. D'autres eux ne se retenaient pas de défoncer la gueule à quelqu'un parce que c'est un peu le chaos. Et au final c'est les militaires qui passent pour les méchants. Pour ceux qui tirent sur des innocents. Des innocents infectés qui transmettent cette maladie bizarre.

Il n'était pas rare de croiser des civils dans les rues. Certains semblaient vachement louche tandis que d'autres semblaient bien plus normaux. Mais presque tous avaient la même réaction : Se casser en courant lorsqu'ils aperçoivent quelque chose ressemblant vaguement à un militaire de loin. Du coup il passe pour un infecté, du coup il est pas très malin. Mais Drew interdit toujours à certains des hommes de son équipe de partir en courant derrière les types louches. Ils ont autre chose à foutre, notamment protéger et sécuriser les civils. Ceux qui fuient ne peuvent s'en prendre qu'à eux même. Bien qu'il comprenne plus ou moins cette réaction. Merci les médias et les conneries qu'ils ont racontés avant de tous se mettre à diffuser le même message.

La Jeep roulait rapidement dans les rues de Seattle. Par chance il n'y avait pas vraiment d'embouteillages, les habitants souhaitant fuir l'ayant déjà fait les rues sont donc pour le moment dégagées. Drew et ses hommes avaient aujourd'hui pour mission de récupérer de quoi assurer le confort et la vie des habitants d'Emerald tout en voyant s'ils peuvent trouver quelques autres « survivants » si on peut les appeler ainsi. Le lieutenant vérifiait les balles dans son chargeur tandis que le chauffeur roulait dans les rues qu'il connaissait bien. Drew n'avait pas forcément l'impression d'être aux Etats Unis ou encore à Seattle, mais bien l'impression d'être en guerre. Il faisait légèrement frais et gris. Triste temps en plus d'une triste période.

Drew aperçut au bout de la rue une petite épicerie, avec autour quelques boutiques sympa qui pouvaient offrir un peu de matériel. Ce n'est pas du vol, disons que l'armée réquisitionne pour qu'ils puissent mener à bien leurs missions. C'est un emprunt qui permet d'assurer de bonnes conditions de vie pour ceux ayant choisi Emerald. Drew ne s'attardera pas aujourd'hui sur la politique de ce camp. Mais pour l'instant il se contente d'obéir aux ordres.

« Arrête toi dans le coin vers la petite épicerie, j'ai la dalle j'vais voir si je peux trouver des trucs intéressants. Vu la gueule du machin ça m'étonnerait qu'il reçoive beaucoup de clients ou encore même qu'il assure son poste. On se sépare ça a l'air tranquille, chacun dans un bâtiment différent. Au premier coup de feu tout le monde rapplique. »

Le chauffeur ne contesta pas l'ordre de Drew et acquiesca simplement, garant la voiture non loin de l'épicerie. Sa M16 accrochée sur son épaule, son M9 dans le holster et son couteau bien rangé le militaire avança sans crainte vers la petite épicerie. Personne n'allait l'empêcher de prendre un petit truc à manger. Et puis on trouve parfois de petits trucs sympa dans les épiceries même si généralement ça coûte une blinde obligeant au final les clients à vendre un rein pour s'acheter trois canettes de boisson énergisante. Ils étaient trois en tout. Le chauffeur et soldat par la même occasion entra dans une petite boutique de vêtement très bon marché afin de voir si certains vêtements peuvent être récupéré pour les civils ou même pour les militaires. L'autre dans un magasin de bricolage. Le quartier des bonnes affaires Youh !

Drew fit un pas dans l'épicerie, puis un deuxième. Scrutant les coins et les recoins pour prévoir un éventuel mouvement suspect. Il se préparait à tout surtout depuis que les militaires ont cette image de merde. Eux qui étaient autrefois vu comme des héros. Triste monde. Mais au final visiblement tout semblait bien calme. Glissant sa main le long d'une des étagères sa main s'arrêta sur un petit carton encore plein de barres chocolatées. En attrapant deux, il en porta une directement à sa bouche et glissa l'autre dans sa poche.  Drew la mangea vachement rapidement tout en continuant son tour dans la petite épicerie.

Au moment de tourner pour entrer dans un nouveau rayon, le lieutenant eu le temps d'apercevoir une forme. Puis un poing s'approchant dangereusement de sa mâchoire. Ayant déjà prit plusieurs balles et un coup de couteau il avait encore par chance toutes ses dents et ne souhaitait pas en perdre une maintenant. Ni une ni deux il donna une légère tape sur le poing pour le dévier. L'agrippant par la suite pour faire une bonne prise de Judo à son assaillant. La faisant basculer en avant, celui-ci s'écrasa au sol sur le dos. Drew tenant toujours son bras plaça sa rangers au niveau de la nuque de.... Cette femme ? Haussant un peu les sourcils comme s'il ne comprenait pas l'action qui venait de se dérouler, il avait réussit à s'en sortir plutôt par réflexe et par habitude de voir un poing s'approcher de son visage.

« Salut moi c'est Drew enchanté. Désolé je tiens à mes dents. J'ai réussi à n'en perdre aucune même après deux guerres, alors je refuse d'en perdre une maintenant.»

Esquissant un léger sourire amusé il avait envie de se foutre un peu de sa gueule. Après ceux qui partent en courant, ceux qui frappent avant même de savoir si la personne est une menace. Et elle n'avait sûrement pas eu le temps de voir qu'il était militaire avant même de frapper vu ou elle était cachée. Serrant un peu moins au niveau de la nuque de la jeune femme il finit par retirer son pied, s'accroupissant face à elle alors que celle-ci était toujours au sol. Drew portant sa tenue de militaire, elle ne pouvait pas avoir de doute sur le métier de celui-ci.

Elle n'était pas loin de le toucher, mais c'est un comportement stupide. Au pire elle l'aurait surprit quelques secondes mais elle n'aurait pas pu l’assommer ou l'empêcher de la poursuivre. Surtout que deux de ses hommes sont juste à côté. Elle l'ignore certes mais elle serait passée pour une belle conne si son plan avait fonctionné. Ce qu'il faut c'est utiliser sa tête. Surtout avec ce qui se passe actuellement, utiliser ses poings c'est bien mais face à quelqu'un qui utilise sa tête c'est perdu d'avance.

« Tu sais dans cette situation tout le monde est capable d'utiliser ses poings, une arme à feu ou un couteau. Ce que tu dois faire pour sortir des situations merdiques c'est utiliser ta tête. Parce que pour le coup c'était bien con. »

Soupirant doucement il finit par attraper la deuxième barre chocolatée se trouvant dans sa poche. L'ouvrant et croquant dedans il avait terminé sa phrase en mâchant tranquillement ce biscuit qu'il adorait. Il n'avait maintenant plus aucune emprise sur la femme se trouvant devant lui. Il se contentait juste de la regarder, toujours accroupi face à elle en bouffant sa barre chocolatée. Puis quelques secondes plus tard il finit par se relever en jetant un coup d’œil vers l'entrée pour voir si aucune menace n'approchait. Rien. Ni ses hommes ni un quelconque infecté ne semblait vouloir venir déranger cette rencontre pour le moins étrange.

Mais d'un côté c'est pardonnable. Si certains volent, si certains frappent ou tuent. Drew n'ose même pas imaginer ce qu'il peut arriver à une femme seule. Alors certes c'est la merde mais rien n'est encore décidé pour l'avenir de l'humanité. Mais il suffit d'octroyer un peu de liberté aux gens ou que le chaos pointe un peu le bout de son nez pour que certains commencent à faire n'importe quoi. Les flics et l'armée sont occupés. Certains pensent pouvoir agir comme des cons et s'en sortir.

« Mais bon ça va j'suis pas rancunier. De toute façon on est pointé du doigt comme étant les enfoirés de service en ce moment. Peut-être qu'on sera même tous décorés de la médaille des enculés une fois toute cette merde finie. Donc c'est limite compréhensible un tel agissement »

S'étirant doucement, il s'adossa à l 'étagère contre laquelle était cachée la jeune femme. Glissant sa main gauche dans la poche de son pantalon il en sortit son paquet de clope, l'ouvrit et porta une cigarette à sa bouche. L'allumant avec son zippo d'un geste rapide et habile montrant qu'il avait l'habitude de s'en servir.
Revenir en haut Aller en bas
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Jeu 3 Déc 2015 - 10:12


Elle s'était attendue à de la résistance, mais certainement pas à se retrouvée maitrisée à même le sol sans comprendre à quel instant elle était passée de l'offensive à malmenée comme une hooligan à la sortie d'un match de foot. Mêmes dans ses plus vieux souvenirs, elle ne se rappelait pas que Connor lui ait collé une dérouillée pareille, même à l'époque ou elle s'amusait à lui faire des prises de catch en se jetant du haut de l'escalier pour le plaquer au sol. Non, là, c'était de la sacrée maitrise et malgré la douleur, elle aurait volontier creusé un trou dans un coin pour mourir de honte en paix.
Passant le bonjour au sol tandis que sa nuque restait coincée, elle entendit l'inconnu se présenter tandis qu'elle serrait les dents pour ne pas montrer à quel point il pouvait lui faire mal.

Bah moi, c'est Eva. Articula t-elle en serrant les dents. Comme dans "Et va niquer ta mère."

Voilà, les présentations étaient faites, ils démarraient du bon pied. Enfin, presque. Parce qu'en plus il se permettait de lui faire la morale ? Non mais c'était un monde ! Elle grogna à peine tandis qu'il relâchait enfin sa prise, se relevant à la force des bras en marmonnant dans son coin, assez fort pour qu'il puisse entendre à quel point elle pouvait se montrer provocante quand on la foutait par terre sans raisons valables.

Et bah enfonce ta tête bien profondément dans ton cul, et lâche moi ! Putain d'merde, ça fout des leçons et ça maintient une fille au sol quoi !On t'apprends pas les bonnes manières dans ton bled ?

Bon, elle avait tenté de le frapper, soit. Mais. C'était de la légitime défense, ou presque !
Elle releva enfin le regard sur son agresseur, le foudroyant du regard tandis qu'elle époussetait sa veste en cuir, alors que ce dernier s'allumait une cigarette l'air de rien. Un militaire. Pas étonnant qu'il lui ait fait exécuter un vol plané... Soupirant, Meg passa une main pour tenter de remettre ses cheveux en place, se remettant debout péniblement. Foutu militaire à la con putain. Fallait que ça tombe sur sa gueule.

Hm. Répliqua t-elle tandis qu'il fumait sa clope en excusant presque son comportement. Elle haussa les épaules, vérifiant dans la poche de sa veste que son paquet n'avait pas été massacré par sa chute au sol. L'emballage était bien un peu froissé, mais pas suffisamment pour ruiner sa dose de nicotine. Observant Drew avec hésitation, elle finit néanmoins par coincer une cigarette entre ses lèvres à son tour.
Il était militaire, pas une espèce de taré qu'elle avait vu défoncer les vitrines de magasin en ville. Dans un sens, l'uniforme était plus rassurant quand bien même elle les avaient évité tout le long. Et puis, si vraiment il aurait voulu lui nuire, il ne se serait jamais permis de relâcher sa prise sur elle.
Tirant sur sa propre cigarette, elle l'observa en coin un instant sans mot dire, avant de finalement se décider à reprendre la parole.

J'cherchais juste des vivres, j'ai rien fais d'mal. Ca fais au moins trois jours que j'ai pas mangé, j'suis paumée dans une ville inconnue. J'ai eu peur. Avoua t-elle à demi mot, observant le reste des étagères en se refusant à garder le regard sur lui. La mine boudeuse et les bras croisés, elle ne put s'empêcher de rajouter. En même temps, quelle idée de s'pointer sans prévenir ! Moi j'ai au moins dis bonjour en arrivant là ! Ou j'sais pas, frappe à la porte ou chante une chanson mais débarque pas comme ça !

Ce qui était en soi, une idée complètement con. Mais quand il s'agissait de justifier des actes stupides, elle était capable de trouver 10 arguments aussi cons les uns que les autres à la seconde pour appuyer ses actes.
En attendant, elle connaissait son nom, son grade, et elle même n'avait toujours rien dis. Il avait quand même été assez sympa pour la relâcher rapidement alors qu'il aurait pu lui casser un bras dans le feu de l'action.

Megara. Dit-elle sans le regarder, boudant toujours à moitié, mais ayant au moins la décence de lui dire son vrai prénom. Du coup j'peux m'barrer Captain America ? Parce que c'est cool de taper la causette, mais j'ai la route à reprendre moi, et j'aimerai bien sortir de la ville alors qu'une monstruosité me tombe sur le coin de la gueule parce que je discute avec un inconnu.

Tout en gentillesse, franchement. Sans doute que si il ne l'avait pas balancé au sol comme un sac de blé, elle aurait pris le temps de s'attarder sur son physique ou même de sympathiser un peu. Sauf que là, son égo était toujours au fond du trou, et creusait avec un tractopelle pour s'enfoncer un peu plus dans la honte et le déni d'avoir été malmené.






RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Jeu 3 Déc 2015 - 19:53

Bon d'accord il n'y était pas allé de main morte. Mais suite à ses nombreux entraînements il avait appris à maîtriser un agresseur. Et cette fois-ci il n'avait pas prit le temps d'évaluer la menace. La pauvre, elle était toute fine en plus. Généralement quand ils s’entraînent ils font ça sur des tapis mais c'est sûr que contre le sol ça doit pas être très agréable. Mais bon il faut réfléchir avant d'élancer son poing comme Goldorak. Si les filles s'y mettent aussi, bientôt il va se faire attaquer par une armée de gosses en rogne. Au moment ou il retira légèrement son pied, elle avait fait une blague assez mauvaise à l'encontre de la mère du lieutenant. Esquissant un grand sourire amusé à son « Et vas niquer ta mère » il lui répondit dans le plus grand des calme

« Ou comme : Et vas-y ferme ta gueule. »

C'était méchant, vachement méchant même. Mais bon il entrait dans son jeu. Au moins ça prouvait qu'il avait quand même pas mal d'humour, certains militaires n'auraient même pas répondu à une insulte comme celles-ci. Vu le contexte actuel il pouvait se permettre de faire une petite blague, pour une fois qu'il ne bute pas des infectés.

Tandis qu'elle se releva tout en dépoussiérant sa veste en cuir. Drew lui tirait sur sa clope qu'il venait d'allumer, prenant un peu plus de temps cette fois-ci pour l'observer. Visiblement ça semblait l'avoir calmée. Tant mieux il n'aurait pas à l'humilier une seconde fois. Ouais elle était fine, assez jolie d'ailleurs. Mais visiblement sauvage également. Ca devait être le genre de fille à sauter sur le dos de son copain pour lui arracher l'oreille avec les dents s'il avait malencontreusement oublié de vider le lave vaisselle. Esquissant un très léger sourire avant de tirer à nouveau sur sa clope. Eva attrapa également un paquet de clope en portant une à sa bouche.

Puis elle se mit à raconter sa vie et à expliquer pourquoi elle avait tenté de lui mettre une bonne grosse patate dans les dents. Comme si elle voulait se faire pardonner. Ce n'est pas comme s'il venait de dire qu'il n'était pas rancunier. Et puis il s'en tape un peu, si vraiment il était énervé il l'aurait attaché et l'aurait jeté dans la Jeep pour la ramener au camp de force. Mais d'un côté c'était plus ou moins humble de sa part. Elle ne prononça pas clairement un « Je m'excuse » mais elle semblait tout de même le penser un peu.

Drew ne put s'empêcher de rire lorsqu'elle évoqua la chanson. Il est vrai qu'entrer dans un bâtiment sans rien dire peut faire peur, mais le fait d'entendre une voix pour quelqu'un à l'intérieur lui donne envie de se planquer encore plus vite. Et s'il est armé ça lui donne encore plus de temps pour se préparer.

« Ouais comme ça si je tombe sur un sauvage la prochaine fois il m'entendra arriver de loin avec ma chanson, il ne me mettra pas une droite dans la gueule mais bien une balle dans la tête »

Esquissant un sourire amusé en regardant la jeune femme, le militaire laissa tomber sa clope au sol avant de l'écraser à l'aide de sa botte. Jetant un œil aux articles se trouvant derrière lui sur l'étagère contre laquelle était cachée la jeune femme. Rien de bien intéressant à vrai dire, quelques bouteilles de jus de carotte. Mais c'est dégueulasse le jus de carotte, il ne peut pas se permettre de ramener des trucs comme ça au camp.

Concentré dans sa petite recherche aux alentours il jeta un nouveau coup d'oeil vers la porte, mais toujours personne ne semblait approcher. Il fut alors coupé par la jeune femme qu'il avait presque oublié. Celle-ci brisa le silence avec un silence « Megara ». Drew ne put s'empêcher d'esquisser un léger sourire qu'elle ne vit pas avant de se retourner vers elle. Elle avait donc menti sur son prénom tout ça pour faire un jeu de mot à la con. Un comportement plutôt réfléchit pour une jeune femme seule, ne sachant pas sur qui elle peut tomber. Car rappelons le, Drew a déjà vu une femme se faire agresser gratuitement un jour. Il en a même payé les frais puisqu'il c'est fait poignarder en la sauvant. Mais bon au fond il ne regrette pas vraiment, c'est un peu un super héros des femmes.

« Megara donc... C'est moins drôle y'a moins de jeux de mots. »

Puis il se tut quelques secondes pour réfléchir à ce qu'elle venait de dire. Quitter la ville n'était vraiment pas une bonne idée. Ici l'armée s'assurait au moins de la sécurité des habitants. Si jamais elle s'éloigne ou se perd rien ne garantira sa sécurité et vraiment elle se retrouvera livrée à elle même. Et une femme seule livrée à elle même avec la merde actuelle c'est vraiment pas une bonne idée. Déjà que lorsque tout allait bien une femme seule à une certaine heure dans la rue c'était parfois chaud.

« Et si ça peut te rassurer j'ai deux collègues en train de fouiller à côté. Y'aura pas d'abomination qui te tombera dessus comme tu dis. Pose toi cinq minutes bouffe un truc surtout si t'as pas mangée depuis trois jours. »

Ah son côté protecteur qui sortait à nouveau. Ça venait sûrement un peu de son métier de militaire, jamais il ne laisserait quelqu'un repartir sur la route comme ça après 3 jours sans bouffer et des cannibales qui rôdent à chaque coin de rue. Ce serait un peu comme l'envoyer à l'abattoir. Surtout qu'elle ne semble pas armée. Et elle ne risque pas de les arrêter avec une droite, même Drew ne pourrait en arrêter un avec une droite. Lui en ayant affronté il sait à quel point c'est la merde pour venir à bout de ces infectés. Comme s'ils étaient sous drogue. Comme s'ils ne sentaient pas la douleur des balles leurs traversant le corps. Et les médias s'acharnant sur les militaires. Ces saloperies ne sont pas innocentes, et ces saloperies ne sont pas normales non plus. Généralement un homme se prenant une balle ne peut se relever d'une manière aussi neutre.

« Et puis tu vas faire quoi ? Quitter la ville, quitter la protection de l'armée pour au final finir toute seule avec encore moins de bouffe, encore moins de sécurité et encore plus de danger ? Je t'assure que c'est une très mauvaise idée. »

Et autant dire que lui contrairement à certains sait de quoi il parle.
Revenir en haut Aller en bas
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Ven 4 Déc 2015 - 16:51


Au moins, l'ambiance s'apaisait un petit peu entre eux. Ils étaient juste partis sur une rencontre un peu... brutale, par sa faute. Mais pour un militaire, il semblait relativement serein. Calme, presque amical. Le genre d'homme sur qui on pouvait s'épauler alors qu'on le connaissait depuis 10 minutes. Rien à voir avec les dingues qu'elle avait pu croiser en cours de route. Elle haussa les épaules quand il lui fit remarquer que témoigner sa présence risquer d'empirer la situation.

J'sais pas. J'ai évité les rencontre depuis que tout ça à commencé.

Tout ça. Certains parlaient d'épidémie, d'autre d'apocalypse, de colère divine. Elle, elle appelait ça un gros merdier. Quand il répéta son surnom, sa langue fourcha à nouveau immédiatement.

Megara ma main dans ta gueule. Répliqua t-elle avec son éternel air boudeur face à sa petite réflexion. Du moins, une rapide esquisse de sourire s'y dessina, fière de sa répartie à toute épreuve.

Si il croyait qu'elle n'en trouverait pas des surnoms qui lui rappelleraient qu'il ne fallait pas trop la faire chier. Tsss.... Elle était la reine des surnoms.
Elle ne put s'empêcher de l'observer avec étonnement quand il l'invita à souffler un peu, lui annonçant que d'autres militaires étaient dans le coin. Génial. Il avait fallu qu'elle tombe sur un pique nique party d'uniformes. C'était quoi la prochaine étape ? Elle fronça légèrement les sourcils, attrapant tout de même un paquet de biscuits en observant Drew d'un air méfiant. Est-ce qu'il était capable de trouver un prétexte bidon pour la coffrer pour vol de gâteaux ? Non, quand même pas, tout se cassait la gueule. Et avec cette histoire de loi martiale...
Elle tiqua quand il lui sous entendit que son plan était, en gros, un sacré bordel Thaïlandais. Elle leva les yeux au ciel, soupirant en faisant clairement comprendre que sa remarque la gonflait au plus haut point, rajoutant.

Ecoute Bruce Lee, aux dernières nouvelles j'suis majeure et vaccinée, j'crois que je peux me débrouiller. J'ai survécu à des conditions extrêmes dans le désert de Gobi, j'pense que j'peux gérer une survie en bagnole. Et puis, tu vas me proposer quoi, de rester en ville en attendant que les choses se tassent ? Nan, parce que les cinglés que j'ai vu piller des magasins m'ont pas particulièrement donné envie de m'inviter à la fête hein...

Le peu qu'elle avait vu lui avait donné envie de dégager fissa de cette ville de cinglés. La simple idée d'y rester lui donnait le tournis. Machonnant rapidement un bouchée de gateau, elle rajouta encore.

Puis j'y connais rien à Seattle, ça fais des années que j'y ai pas mis les pieds. J'préfère être en territoire connu tu vois...

Genre le désert de Gobi. Un peu loin, mais assez rassurant vu que personne n'y vivait. S'adossant à l'étagère aux côtés du militaire, elle ne put s'empêcher de rajouter à nouveau, attisée par la curiosité.

D'ailleurs... Tu sors d'ou toi avec tes potes ?

Elle avait bien entendu que certains campements avaient été mis en place, mais de là à les avoir trouvé et connaître leur emplacement exact, sans doute pas. Plantant son regard bleu dans le sien un instant, elle attendit la réponse avant de faire remarquer.

Et puis l'armée... C'pas que j'ai regardé beaucoup de films catastrophes, mais j'ai toujours trouvé les militaires un peu ... vicieux, voilà, désolée pour toi. Genre rappelle toi dans Independance Day, ils servent pas à grand chose. 'Fin, pas tout de suite tout de suite. ET SURTOUT quand ils me font une prise de catch. J'ai un peu tendance à jouer la carte méfiance que héro national. Rappela t-elle en martelant ses derniers mots, oubliant totalement qui avait lancé l'offensive. Le déni ultime, la mauvaise foi par excellence. Se prendre une dérouillée avait le don de la mettre en rogne.

C'est qu'il avait l'air d'avoir réponse à tout en plus. Elle était pas partie si ils commençaient à se prendre la tête pour savoir qui avait raison entre s'enterrer à Seattle ou vivre la vida loca sur les routes avec l'Impala tiens. Croisant les bras contre sa poitrine un instant en observant le reste de la pièce, elle ne put s'empêcher de poser tout de même une nouvelle question que lui brûlaient les lèvres.

Et puis, les malades là. Si j'm'en approche pas, ça devrait aller. Non ?

C'était plus pour se rassurer qu'avoir une vraie réponse en soi de toute manière. Elle ne put s'empêcher de penser à Connor et ses parents, perdus n'importe ou dans le pays. Ou au reste de son équipe, paumé en plein désert. Est-ce qu'ils allaient bien ? AVaient-ils seulement entendu parler de ces conneries de virus, ou étaient-ils encore en train de répondre aux questions à la con de l'instructeur sur "Comment réagir si votre vaisseau risque de se crasher" ? Elle soupira à nouveau, passant une main contre son front pour y dégager le peu de poussière qu'il restait suite à sa chute au sol.

J'ai... Une équipe, de la famille. Un frère. Et aucune nouvelle. Et ça me rend dingue de rester seule dans mon coin sans savoir ou ils sont, et si ils vont bien.

Sans doute comprendrait-il d'avantage sa volonté de partir de là. Sans doute pas...





RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Sam 5 Déc 2015 - 14:31


Pourquoi s’obstinait-elle à vouloir quitter la ville ? Pourquoi voulait-elle affronter elle même ces créatures, sans arme, sans plan de défense, sans murs. Simplement une voiture retenant les infectés pour quelques minutes, quelques heures ou quelques jours. Drew pouvait comprendre que pour certains partir semble être la meilleure solution, fuir vers une destination ou toute cette merde n'existe pas. Mais rien ne garantit qu'elle n'arrivera pas à rattraper les fuyards. Rien ne garantit qu'ils ne sont pas déjà infectés. Soupirant doucement s'il pouvait il lui aurait sûrement tiré une balle dans la jambe pour l'empêcher de dégager de la ville. Mais ce n'est clairement pas la meilleure des solutions.

Une pensée alla directement à tout ceux sur la route, tout ceux ayant abandonné leurs maisons, leurs véhicules. A tout ceux qui tentaient de survivre aussi bien en famille qu'en solitaire, à tout ceux qui ont perdu tout espoir aussi bien en l'armée que l'espoir qu'ils avaient autrefois pour le gouvernement américain. Ces patriotes désemparés qui se mettent à fuir vers une destination inconnue. L'instinc primaire de l'homme : La survie. Ils ne réflechissent plus, ils n'approuvent plus et ne font plus confiance. Ils se contentent juste de vivre. Ou plutôt de survivre. Putain personne ne semblait comprendre la gravité de la situation.

Elle avait peut-être survécu à des situations extrêmes dans le désert de Gobi, et après tout il s'en tape. Lui aussi avait survécu à des situations extrêmes en Irak et en Lybie. Lui aussi avait frôlé la mort à plusieurs reprises, lui aussi avait prit deux balles et un coup de couteau. Pourtant il était également le premier à répéter à ses hommes de faire attention à tout. Il était le premier à répéter que même si l'ennemi n'est pas armé il n'en reste pas moins dangereux. Peut-être même plus dangereux que tout les autres de part le fait qu'il se relève sans cesse. De part le fait qu'il aille jusqu'au bout. Comme un kamikaze qui ne tombe jamais vraiment. Si seulement tout le monde avait pu rester calme, si seulement les pillards n'avaient pas profité de la loi martiale. Si seulement les tarés n'avaient pas commencé à vouloir s'affirmer et se mettre au dessus des autres. Putain.

Elle annonça également ne rien connaître à Seattle. Sur ce coup elle marque un point, mais connait-elle les alentours de Seattle ? Car elle risque de mettre du temps avant de rejoindre un endroit qu'elle connaît. Surtout si les routes sont bouchées. Et elle risque de rencontrer encore plus de survivants sur la route, encore plus de tarés. Encore plus d'infectés. Un putain de bordel sans fin, c'est leurs décision de partir à tous qui nous mettra encore plus dans la merde. Drew aussi avait des parents, mais il ne peut quitter son poste. Environ 800 civils ont trouvé refuge grâce à l'opération Emerald Freedom. Il ne peut partir maintenant.

« Donc tu veux partir, faire des heures d'embouteillages parce que tout le monde a eu la même idée à la con. Côtoyer encore plus de tarés, faire face aux infectés sans arme, et en plus t'as pas de bouffe. J'en ai rien à foutre de passer pour un vieux con ou un rabat joie. Je te demande simplement de bien réfléchir à tout ça. »

Hésitant quelques secondes, il ne savait toujours pas s'il pouvait faire confiance à 100% à cette fille suite à la droite mais après tout. S'ils ont été envoyés dans ce quartier aujourd'hui c'est avant tout pour faire de la reconnaissance mais également pour voir s'ils tombent sur des survivants ou des gens dans le besoin. Et cette fille a clairement besoin d'aide. Passant une main dans ses cheveux, le lieutenant porta une seconde clope à sa bouche. Comment pouvait-il s'y prendre pour la faire changer d'avis.

Jamais un militaire ne laissera quelqu'un mourir sous ses yeux. Ou du moins il fera tout pour empêcher que cela se produise. Drew ne peut clairement pas la laisser prendre la route sans même tenter de l'en dissuader. Après tout ils s'occupent d'environ 800 personnes. Une de plus ou une de moins... Mais acceptera t-elle s'il lui propose ? Elle qui semble fermée à toute discussion et braquée sur son plan à la con ? Tirant un peu sur sa clope, le lieutenant finit par prendre la parole une nouvelle fois.

« Garfield High School. Quartier général de l'opération Emerald Freedom. Celle-ci visant à protéger la population de cette menace encore inconnue. Nous nous occupons de centaines de survivants comme toi. De centaines de personnes qui ne savent ou aller mais qui ne se sentent plus en sécurité dans les rues. »

Et même s'il ne cautionne pas tout les choix d'Anthony Moore, jamais il ne dira que cette opération. Tout d'abord parce qu'il ne le pense pas. Mais surtout parce que des centaines de vies sont en jeu. Alors certes ils abandonnent un peu leurs intimité et leurs confort, chose que Drew ne tolère pas vraiment. Mais ils accèdent à la sécurité et évitent de traîner trop près de ces enfoirés d'infectés. Le militaire ne put s'empêcher d'esquisser un léger sourire lorsqu'elle demanda s'il suffisait simplement de ne pas les approcher. Preuve de plus qu'elle ignorait la gravité de la situation.

C'est drôle tout de même de voir que personne n'écoute les militaires alors que ce sont eux qui depuis le début de cette merde affrontent principalement les infectés. Eux qui sont passé pour des connards. Mais également eux qui savent comment les tuer mais également eux qui savent qu'ils se relèveront si vous faites mal le boulot. Alors certes comme Megara l'a dit, l'armée ne sert jamais ou pratiquement jamais à rien dans les films. Sauf dans les vieux films catastrophe du genre « Sauvez la Terre d'un astéroïde » mais cette fois-ci c'est vrai. Tout est vrai, et partir de son côté n'aidera en rien.

« Peut-être que ta famille se trouve au camp que j'ai évoqué plus t... »

Le militaire se tut, comme alerté par un bruit. Regardant par dessus l'étagère il ne vit d'abord rien. Un second bruit qui semblait cette fois-ci plus proche. Puis une silhouette. Celle-ci semblait tenir difficilement sur ses jambes. Elle semblait avoir du mal à marcher mais elle semblait également chercher quelque chose. Putain de merde. Encore l'une de ces saloperies. Un homme d'environt vingt cinq ans. Celui-ci portait une chemise blanche tachée de sang. Il en avait également au coin de la bouche.

Le plus dur c'est de tirer sur des personnes sans armes. Mais au final c'est eux qui perdent la tête et se mettent à attaquer les survivants, eux qui transportent au sein même de leurs corps une arme encore inconnue. Ce putain de virus. Drew agrippa son M9 en se mettant devant Megara. Il savait que s'il tirait une balle ses hommes allaient rappliquer. Mais ça allait être une bonne démonstration pour la jeune femme qui n'avait sûrement encore jamais vue ça.

« Tu ne bouge pas et tu regarde. » lui dit-il avant de braquer son flingue vers l'infecté. « Monsieur, je vous demanderais de ne pas avancer plus. »

Un pas, deux pas. Celui-ci semblant complètement ignorer les avertissements du militaire, comme s'il s'en foutait d'avoir un flingue braqué sur lui. Comme s'il était sourd ou qu'il n'était plus maître de son corps. Drew recula de deux pas, faisant également reculer Megara par la même occasion. Un autre pas de l'infecté, il approchait.

Une balle, deux balles, trois balles. Drew visait le torse. Les balles venant se loger dans la poitrine de l'infecté qu'il tomba au sol. S'il avait tiré seulement trois balles c'était pour ne pas vider son chargeur. Mais il aurait très bien pu en tirer plus, le résultat aurait été le même. Après quelques secondes de répit l'infecté se releva et se remit à marcher comme si de rien n'était vers les deux qui étaient il y a encore quelques secondes en train de discuter tranquillement.

« C'est ça que tu veux ? Partir seule et affronter des putains d'infectés de merde qui se relèvent même après trois balles dans le torse ? Partir seule et affronter des infectés qui même si tu les évite et tente de rester loin viendront à toi et s'en prendront à toi ? »

Deux nouvelles balles dans la torse. Il continuait d'avancer. Si Drew prenait tant de temps c'était avant tout pour faire comprendre à Meg que sa décision n'était pas bonne. Qu'elle n'était pas prête.
Pan. Une dernière balle vint se loger dans le crâne de l'infecté qui tomba au sol sans vie. Drew donna un grand chassé dans une étagère branlante qu'il fit tomber au sol au passage. Énervé de devoir en venir la pour que les gens comprennent le danger qui rôde.

« C'est ça que tu veux putain de merde ?! »

Rangeant son flingue dans son holster, deux hommes arrivèrent en courant au niveau de l'entrée de l'épicerie. Drew leva son pouce en les regardant comme pour signaler que tout allait bien. Ils comprirent au moment ou ils croisèrent le regard de Megara. Drew était déjà sur le coup. Les deux hommes partirent en direction de la voiture. Ils savaient qu'ils n'avaient plus beaucoup de temps avant que d'autres rappliquent.

Drew tira à nouveau sur sa clope, la cendre tombant au sol. Il s'approcha du cadavre pour vérifier tout de même, une marque de morsure sur l'intérieur du bras gauche. C'était donc bien un putain d'infecté. Dos à Megara il laissa s'échapper la fumée vers le plafond avant de prendre la parole une ultime fois.

« Ces enfoirés rappliquent au bruit. On a plus le temps de discuter. Prend a bouffer, tu monte avec nous dans la Jeep, et ce n'est pas une question. On te déposera plus loin ou si jamais tu change d'avis tu viendra avec nous. Bienvenue dans ce merdier. Au moins t'as pu voir ça de plus prêt de tes propres yeux. »

Puis sans même se retourner il se mit à marcher vers la sortie de l'épicerie, donnant un petit coup de pied dans l'infecté au passage. Si jamais elle tentait de fuir il se contentera simplement de la maîtriser à nouveau. Et s'il devait l'attacher pour la jeter dans la Jeep il le fera. D'autres vont rappliquer en nombre, elle ne peut rester dans le coin.
Revenir en haut Aller en bas
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Lun 7 Déc 2015 - 19:20


Elle avait bien tenté d'ouvrir la bouche pour dire quelque chose, répliquer au soldat que c'était un gros con qui se croyait plus fort que les autres en treillis et arme à feu. Sauf qu'elle n'eut pas le loisir de dire quoi que ce soit quand il lui fit signe de se taire, alors qu'une silhouette déambulait non loin d'eux. Le sang de l'astronaute sembla se figer dans ses veines alors que l'individu se dirigeait vers eux malgré les ordres de Drew.
Et étrangement, voir les effets de la maladie sur une personne lui fit la sensation d'une gifle violente sur le coin de la joue.

Le regard vide, les vêtements abîmés... Un type qui semblait complètement défoncé après 48h de Rave Party. Eventuellement, elle aurait pu s'en moquer, si elle n'avait pas remarquer le sang au coin de ses lèvres, ou le râle qui s'échappa de sa gorge. Un râle qui eu le don de sentir ses entrailles se glacer sous la peur, alors qu'elle reculait d'un pas, hypnotisée par la scène qui se déroulait devant ses yeux. Pour un peu, elle se serait presque cachée dans un coin en attendant que les choses se tassent. Sauf que les trois premières balles qui atteignirent la poitrine de l'inconnu la firent sursauter, alors qu'elle sentait son tympan tambouriner dangereusement dans son crâne, sonnée par la décharge.
C'était tout bonnement impossible Il devait y avoir une explication rationnelle à tout ça, personne ne se relevait l'air de rien après trois balles dans le poumon. Im-po-ssible. Elle resta muette face à la colère de Drew, jusqu'à ce qu'il ne lui hurle à nouveau dessus, la faisant sortir de ses gonds. En temps normal, elle aurait peut-être accepté son idée de campement. Il n'avait pas tort, peut-être que Connor avait atterrit là-bas. Peut-être que ses parents étaient en vie quelque part, et que l'équipe survivait à merveille en plein désert. Mais le voir avec son petit air suffisant du soldat qui veut sauver le monde entier, là tout de suite, ça ne passait pas.

Alors quoi, c'est ça ta façon de sauver les gens ? Trois balles dans l'torse et headshot ? Et EN PLUS, tu crois que ça me donne envie de vous rejoindre ?Nan parce que là c'est plutôt l'inverse tu vois ! Et puis j'en ai rien à foutre moi, de tes pétages de plomb, j'ai pas b'soin de supporter tes crises de nerfs j'suis pas ton psy putain ! Ce... Ce truc là ! Il devait avoir un gilet par balle j'en sais rien, mais c'est pas possible qu'il se soit relevé. C'est pas réel ! Ca ne peut pas l'être. C'est juste... Pas possible, voilà.

C'était un cauchemar dont elle allait finir par se réveiller. L'espace d'une seconde, elle referma ses doigts le long de ses cheveux, prenant sa tête entre ses mains. C'était juste impossible, un malentendu, une blague. Tout, pas mais la réalité. Elle sentit une seconde ses yeux la brûler, mais s'interdit de pleurer, étranglant un début de sanglot. Elle devait se concentrer sur sa colère plutôt que son désarroi de voir un homme mourir sous ses yeux, après une rafale de balle. Penser à un truc opposé. Se dire que ce n'était pas son problème à elle si son sauveur disjonctait parce qu'elle ne voulait pas l'écouter. Si elle avait commencé à écouter tout le monde, il y aurait eu bien longtemps qu'elle aurait terminé médecin sans frontière quelque part au fond de l'Amazonie ou à Lipo Lipo, mariée à un autochtone alors hein. Voilà. C'était toujours mieux que de ressasser en boucle l'image de cet homme s'affaissant au sol, le regard vide, alors qu'il ne devait avoir que quelques années d'écart avec elle. S'interdire d'imaginer le visage de Yuri, Connor, ou de qui que ce soit à sa place. Ne pas s'imaginer le pire, avancer et oublier.

Il ne semblait pas vraiment plaisanter en exigeant d'elle qu'elle ne monte dans sa jeep. Elle resta silencieuse un instant, pesant rapidement le pour et le contre, observant la vitre brisée, le corps tendu et prête à courir jusqu'à la voiture. Sauf que les deux militaires, elle avait eu le temps de les croiser, et quelque chose lui disait que Drew n'avait pas l'air d'être le genre de personne à plaisanter en annonçant qu'il la forcerait à monter de force dans la Jeep. Et puis merde, elle le connaissait pas ce mec. Rien à foutre qu'il porte un uniforme et un flingue.

Et si j'le fais pas, tu vas faire quoi ? M'attacher de force avec la ceinture de sécurité ?

Elle l'avait regardé avec défi, mais une pointe de conscience au fond d'elle lui soufflait que oui, il en était parfaitement capable, et qu'il valait mieux éviter au jeu qui aurait le dernier mot. La logique des choses voulait qu'elle continue sur sa lancée mais avec ce qu'elle venait de voir, elle doutait que ce soit fort raisonnable.

Hors de questions que j'monte dans ta Jeep à la con. J'ai ma voiture, j'la laisse pas ici.

Lui tournant le dos pour observer les rayonnages, elle finit par attraper à contre coeur quelques vivres et conserves, ainsi qu'une bouteille d'eau. C'était toujours mieux que rien et si son camp était si parfait qu'il le prétendait, elle pourrait manger quelque chose de chaud.

Si y'a pas de Connor Shepard dans ton campement, j'me casse. Comme ça, tu pourras pas dire que j't'ai pris au dépourvu, et ce s'ra pas la peine de me demander de rester.

Nouveau regard noir. Ca allait bien commencer ces histoire tiens. Ignorant le regard des deux collègues de Drew, elle jeta ses réserves dans le coffre de la voiture, refermant ce dernier un peu trop sèchement pour montrer qu'elle les suivrait de son plein gré. Gros cons de militaire sans déconner. Rallumant son portable, elle constata encore une fois que le réseau n'avait pas cessé d'être saturé. Drew non loin d'elle, Meg finit par se rapprocher en maugréant, jetant sa veste en cuir à l'interieur de l'Impala, faisant signe au soldat.

On y va comment à ta planque là ? J'me mets derrière vous et j'vous suis ?

Manquerait plus qu'il monte dans sa voiture pour s'assurer qu'elle allait pas s'enfuir. Mais si le militaire était un minimum intelligent, il verrait clairement à sa tête de blasée qu'il n'y serait jamais le bienvenue dans le pire des cas.




RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Suicide Mission - October 2015    Aujourd'hui à 23:08

Revenir en haut Aller en bas
 

Suicide Mission - October 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-