Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 I will not die, i'll wait here for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I will not die, i'll wait here for you   Dim 29 Nov 2015 - 15:43

Je sais...

Gary comprenait parfaitement l'inquiétude de Rose, parce que lui aussi était inquiet. Et si la conversation avec Norman était venue sur le tapis sans qu'il puisse faire quoique ce soit, le biker savait que ça n'était pas le moment de mettre ça sur la table avec son fils. Il voulait le revoir, le retrouver, le prendre dans ses bras, et bientôt se présenterait le bon instant pour lui parler de tout ça et lui permettre de se préparer au pire, au dehors. Gary était juste impatient de pouvoir le voir, là, tout de suite, il voulait qu'ils se dépèchent de retrouver leur tente, ou ce qui y ressemblait, qu'importait.

L'homme talonna son ex-femme de près, l'attendant un temps en sifflant Clint. Le chien vint dans sa direction, jusqu'ici resté en dehors de l'infirmerie, obéissant calmement au substitue de son maitre lorsque ce dernier n'était pas dans le coin. Le croisé husky s'approcha de lui et vint se mettre dans ses jambes, secouant vivement la queue en attendant la suite. Rose reprit les devants, et tous se mirent en route.

Le temps lui parut long. S'étirant alors qu'il gagnait le stade et cet endroit atypique ou des centaines de personnes vivaient. Les uns sur les autres, les uns avec les autres, de tout âge et de tout horizon, un mélange, un brassage inhabituel mais effectif qui se maintenait par une cohésion toute particulière. Le temps continua à s'étirer encore, s'allongeant toujours plus alors qu'il manquait de percuter quelqu'un. Ses yeux bleus rivés sur le dos de sa femme, au point de la brûler à force de la fixer, le cœur s'emballant à l'idée de retrouver la chair de sa chair.
Rose lui demanda d'attendre, il s'exécuta, et il entendit la voix de Lara. Clint s'aventura jusqu'aux jambes de la brune pour regarder à l'intérieur

C'est qui ? Demanda le jeune garçon avec une petite voix renfrognée, avant d'apercevoir la bouille levée de son compagnon à quatre pattes et l'aboiement qui suivit de celui-ci : Clint ?!

Il sauta sur lui, sans pouvoir se priver, tandis que son chien lui faisait la fête. Et l'association de pensées se fit presque immédiatement : Si Clint était là, alors il y avait forcément quelqu'un d'autre avec lui. S'extirpant de la tente en vitesse, son compagnon sur les talons, il courut en dépassant sa mère en direction de son père :

Papa ! Hurla-t-il avant de lui sauter dans les bras sans pouvoir s'abstenir de répéter : PAPA !

Gary referma sa prise sur son fils, lui faisant quitter le sol. Clint tournait autour d'eux en aboyant toujours, secouant la queue comme un fou en tentant de grimper sur son maitre pour le récupérer. Il ne le lâcha pas. Il ne pouvait pas. Sentir son enfant contre lui, ses bras autour de son cou, malgré sa barbe qui avait bien poussé ces derniers jours, c'était impossible pour lui, insurmontable, improbable. Rouvrant les yeux, le biker aperçut la tête blonde de Lara sortir de la tente, la saluant d'un signe de la tête.

Hey crapaud, désolé du retard...

Son fils se blottit un peu plus, riant dans son oreille :

C'est pas grave papa, t'es là maintenant.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I will not die, i'll wait here for you   Dim 29 Nov 2015 - 18:31


Elle ne put s'empêcher de se sentir émue en réalisant qu'enfin, père et fils se retrouvaient dans cet enfer. Lui permettant dans un sens, de pouvoir lâcher prise. Elle s'effaça un instant, laissant le duo se retrouver, resserrant les pans de sa veste pour se protéger du froid.
Un instant, Lara vint à ses côtés en posant une main apaisante contre son bras, échangeant un sourire avec sa meilleure amie.

Ca doit t'enlever un poids...
Assez oui. D'ailleurs, Joey est dans l'coin de ce que j'ai compris si tu veux aller le voir.

La jeune femme eut un petit sourire en coin avant d'hocher la tête, saluant une dernière fois Gary avant de s'éclipser, les laissant tous les trois. L'après midi se déroula étonnamment vite, alors que le sujet de l'extérieur était habilement évité quand Norman posait des questions. Joey et Max les rejoignirent un instant, parlant d'avantage du campement que de leur périple depuis Phoenix, et pour une fois, la chirurgienne eut l'impression de passer un semblant de soirée normale, entourée de ses proches. Néanmoins, un sergent vint la déloger du repas pour s'occuper d'un blessé revenu de l'extérieur, tandis qu'elle laissait Norman aux bons soins de son père, s'éclipsant vers la zone médicale à contre coeur.
L'air était gelé, quand elle fût enfin libre de retourner en direction de sa tente, dépassant les abris de fortune des civils plongés dans un silence total.
Ce ne fût qu'une fois arrivé à destination qu'elle nota que tout le monde était parti se coucher, ou du moins, quasiment. Caressant la tête de Clint qui somnolait non loin de la tente, elle vint s'asseoir avec douceur aux côtés de son ex mari, faisant le moins de bruit possible tandis qu'elle sortait les deux dernières cigarettes de son paquet pour lui en offrir une, les allumant d'un coup de briquet.

J'ai pas pu me libérer avant, désolée. Il s'est endormi il y a longtemps ?

Bien qu'elle aurait préféré assister au coucher de son fils, elle se doutait qu'au vu des émotions qu'il avait dû ressentir au cours de la journée, il ne risquait pas de faire une nuit blanche. Tirant un instant sur sa cigarette en laissant la fumée s'échapper de ses lèvres, elle rajouta à voix basse pour ne pas éveiller les personnes endormies autour de leur abri;

Dors avec lui ce soir si tu veux. Ca lui fera plaisir tu sais. Et puis, Lara dort seule depuis le début, elle pourra bien se permettre de me faire une place sans ouvrir sa gueule...

Un fin sourire naquit sur ses traits tirés, imaginant la tête que ferait la blonde en la voyant débarquer en pleine nuit. Mais après tout ce temps loin de son fils, il était grand temps que son mari puisse en profiter à son tour, au vu du nombre de fois ou Norman parlait de lui par jour, bien avant qu'il n'arrive. Ce b'était qu'au dernier moment, qu'elle s'était rendue compte de l'erreur qu'elle avait faite de vouloir emmener son fils avec elle, réalisant à quel point son propre fils avait dû lui en vouloir, et comme son père avait pu lui manquer. A défaut de ne pas pouvoir remonter le temps, elle pouvait toujours essayer de réparer ses erreurs à sa manière, avec le présent. Ramenant ses cheveux en arrière en soupirant, la chirurgienne ramena un instant son regard vers Gary, avant de reprendre la parole.

C'est rassurant de savoir que tu es là maintenant. Ca m'fait plaisir, de te revoir.

Souriant à nouveau, elle tira sur sa cigarette avant de réfléchir à leurs discussion précédente, juste avant les retrouvailles avec leurs fils. Il lui était arrivé de voir des blessés mis à l'écart des autres, qu'elle ne revoyait jamais. Elle ne s'y était jamais vraiment intéressée, avant d'entendre parler de l'enfer de l'extérieur. Songeuse, elle laissa la cendre tomber à ses pieds, avant de demander.

On fait comment alors pour Norman ? Tu as bien vu, il se doute de quelque chose... Et, même si je préférerais éviter de lui dire clairement ce qu'il se passe on ne pourra pas lui cacher éternellement.

Un voila assombrit son regard, alors qu'elle expirait une nouvelle bouffée de nicotine, se rappelant du regard de Max quand elle l'avait recroisé. Il lui avait semblé que l'adolescent avait vieillit de 10 ans, tant son regard s'était refroidi. Soupirant à nouveau, Rose leva les yeux vers le ciel, ne faisant plus attention aux coups de feu qui perturbaient la soirée par instant.

Tu en as croisé beaucoup sur la route ? Des... Malade, si on peut vraiment les appeler comme ça ?

Qu'importe que la vérité ne l'achève un peu plus, elle devait savoir. Elle avait besoin de comprendre absolument tout ce qu'elle n'avait pas eu le temps de croiser lors de son débarquement à Century. Jouant avec son alliance pour occuper ses mains gelées, elle se tut enfin après son avalanche de question, alors que Clint venait près d'eux, réclamant à nouveau de l'attention.



So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I will not die, i'll wait here for you   Dim 29 Nov 2015 - 19:14

Y'a une bonne heure, souffla-t-il après avoir tiré sur sa cigarette, jetant un regard à sa voisine.

Ils avaient passé la soirée ensemble, avec Joey, Lara puis Max qui les avaient retrouvé. Et tous les quatre avaient joué au tarot africain en attendant que Rose ne revienne. Finalement, l'heure défilant et la médecin ne pointant pas le bout de son nez, Norman avait été mis au lit, les autres s'étaient progressivement éclipsé pour aller se coucher. Les fortes émotions des retrouvailles plus la bonne soirée qu'ils avaient passé malgré la disette les avait tous éreinté, et une bonne nuit de sommeil n'était clairement pas de trop.

Mais pas pour Gary, dont le sommeil faisait défaut depuis bien longtemps. Bien que les cernes marqués ses yeux clairs, il n'arrivait presque jamais à trouver le repos, et les derniers événements ne l'aidaient pas à simplement vouloir fermer les yeux et dormir sur ses deux oreilles.

Flattant le flanc de Clint, Gary poussa un soupir quand son ex femme remit sur la table le sujet qu'ils avaient réussi à esquiver jusqu'ici. En parler à Norman. Du monde extérieur. Et le faire assez tôt, car il savait que son fils n'allait pas se gêner de poser ses questions à Max, et Max n'allait pas se gêner pour y répondre d'une manière ou d'une autre. Et vu l'humeur de l'adolescent ces derniers jours, Gary était sûr que ça serait cru, violent, et sanglant, à l'instar de ce qu'il avait pu voir sous son propre toit. Il comprenait, ne pouvait pas l'en blâmer. Parce qu'il avait vu, il comprenait.

Demain.

Gary avait sorti ça en tirant sur la cigarette qu'il fumait, les yeux dans le vide. Clint poussa lui un long soupir en venant se frotter contre le genou de Rose, attendant d'autres caresses, participant à l'ambiance un peu lourde sous la tente. L'homme resta silencieux. Il voulait que son fils profite quelques heures de plus de sa naïveté déjà entamée par la vie. Il avait des doutes, sur le monde à l'extérieur, mais pas assez pour oublier qu'il était encore un enfant. Alors, « demain », ça semblait bien.

On lui expliquera. Tout. Je lui raconterais ce qu'il s'est passé, et on lui dira que le monde a changé, et qu'on sait pas s'il reviendra à la normale un jour.

Il se tourna vers Rose avec le regard lourd :

Faudra lui faire aucune promesse. Et le préparer au pire. Parce que aucun de nous n'est sûr de s'en sortir.

Il savait que ce qu'il disait était parfaitement effrayant, que ça ferait peur à un enfant comme Norman, mais c'était la vérité. Gary était prêt à lui raconter l'histoire de Graam et sa fin surtout, la manière dont il était mort, et le pourquoi cette épidémie était une parfaite saloperie qu'il devrait affronter avec eux à un moment. Norman subirait le même sort que Max. Il grandirait d'un coup, violemment, en se prenant cette claque de la vie en plein visage. Mais l'un comme l'autre étaient solides, ou le deviendraient par la force des choses, et ça, Gary n'en doutait pas...

La question de son ex-femme lui arracha un petit rictus, et l'homme laissa planer un petit silence.

T'en as jamais vu ? Ils vous laissent pas les voir ? Je sais pas... Genre... au moins aux grilles pour vous préparer à tout ça ? Gary était un peu inquiet de ces manœuvres, en rajoutant : T'as jamais vu un mordu changer, pas vrai ?

Lui non plus. Mais il avait vu les morsures, il avait vu les morts, il avait écouté les informations sans se lasser de le faire. Jusqu'à ce que la radio se coupe.

Dans les villes, c'est là où ils sont le plus nombreux. A Phoenix, y'en avait plein. Sur la route, on en a quasiment pas croisé, et on a fait en sorte d'éviter les bourgades. Fallait qu'on puisse chasser donc les cités c'était pas le pied. Puis à Seattle, on a recommencé à en voir beaucoup. Plus qu'à Phoenix... Ils vont, ils viennent. Selon les bruits, les odeurs... Je pourrais pas t'expliquer...

Il marqua une brève pause :

Faudrait que t'en vois pour mieux comprendre. Parce que là, j'sais que je te parle chinois, je sais que tu comprends pas ce que c'est pour de vrai.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I will not die, i'll wait here for you   Dim 29 Nov 2015 - 19:57


Demain. Demain, son fils allait se prendre la même gifle magistrale qu'elle même avait reçu, quand Gary étaiit arrivé au stade. Elle hocha la tête, écrasant son megot en rejetant la dernière bouffée de fumée de ses poumons, alors que son sang se glaçait dans ses veines en entendant son ex mari dire clairement qu'ils n'étaient pas sûrs de s'en sortir indemnes. Le teint de l'hispanique blêmit, alors qu'elle sentait son corps trembler sans que le froid n'y soit pour quelque chose.

Tu pense vraiment qu'on risque de tous y passer ?

La vie, la mort, c'étaient des choses bien abstraites pour elle, de par son boulot et ses études. Mais là... Tout était différent. Etrangement, elle ne se sentit jamais aussi vivante que là, en apprenant qu'il y avait un risque conséquent qu'elle y laisse sa peau. Elle ferma les yeux un instant, inspirant longuement sans répondre à la remarque de Gary, préférant garder sa peur pour elle même. C'était un cauchemar sans fin, et elle ne risquait pas de se réveiller avant longtemps, bien qu'elle passa ses mains glacées contre son visage pour s'assurer qu'elle était bel et bien alerte.
La voix de l'homme à ses côtés l'intima à le regarder à nouveau, alors qu'il posait une question qui la troubla tout autant que l'énormité de ses informations. Un mordu ?

Non je... En général, ils ne les laissent pas approcher des grilles, d'ou les coups de feu qu'on entend par instant. J'en sais c'que la radio disait. Ne pas s'en approcher, éviter les personnes présentant des blessures aux membres et voilà...

Et puis en toute honnêteté, elle avait surtout chercher à éloigner son fils du danger de l'extérieur, sans prendre le temps de voir à quoi pouvait bien ressembler un mordu, ou un malade, peu importe le nom qu'ils leur donnait. Elle s'en moquait pas mal de ça, dès l'instant ou on lui assurait que la situation était sous contrôle et que son fils pouvait vivre sa vie d'enfant sans avoir à se soucier des problèmes d'adultes.
Les malades erraient sans but précis, plus nombreux dans les grandes villes que sur les routes. Sans doute par rapport à la concentration de civils, ne put-elle s'empêcher de songer alors qu'elle restait concentrée sur les dires de Gary.
Elle devait les voir, qu'il disait. Elle haussa les épaules, secouant légèrement la tête.

Gary, je peux gérer beaucoup de choses. Annoncer la mort d'un patient, mettre mes mains dans un abdomen pour replacer un organe, suturer une artère. Mais... Je sais pas si j'ai vraiment envie de savoir à quoi ils peuvent ressembler. Et je doute fortement qu'un militaire du coin accepterait de me montrer à quoi peut ressembler les cibles mouvantes qu'ils visent tu sais.

Elle avait déjà imaginé Isabelle dévorant Graam, elle n'avait pas besoin en prime d'un dessin sur le sujet. Elle avait eu beaucoup trop d'information sur un sujet plus que sensible, et elle n'était pas sûre d'être capable d'en supporter encore d'avantage au vu du nombre de détails auxquelles elle venait d'avoir droit.

J'sais pas quoi te dire. Quand t'en parles, j'ai l'impression que tu fais un bad trip, comme à Phoenix et en même temps, je sais que c'est pas le cas, et que tu ne dirais pas tout ça sans raisons.

Qu'est-ce qui leur arrivait... A quel instant le monde avait-il arrêté de tourner rond, sans qu'on ne lui donne les informations suffisantes pour lui expliquer la réalité de ce qui se déroulait à l'extérieur ? A nouveau, elle eut envie de fondre en larme. Entre la fatigue, la peur, le soulagement et les aveux de son mari, ça commençait à faire un peu trop à supporter pour une seule et même personne. Lara avait bien tenté de lui poser des questions, auxquelles elle avait refusé de répondre. Fermant les yeux pour les empêcher de s'embuer d'avantage, elle préféra plutôt reprendre ses dires.

Admettons que les choses tournent mal. J'veux que tu fasse en sorte que Norman sache se défendre. Qu'il soit pas terrorisé comme je le suis là tout de suite. Parce qu'on va pas se mentir. Entre toi et moi, je doute avoir assez de trempe pour tenir la route. Lâcha t-elle avec un rire sans joie, jetant son paquet vide sous l'estrade sur laquelles ils étaient encore assis. Jure le moi.

A chacun son tour de promettre quelque chose, bien qu'ils ne soient plus un couple. Ramenant une mèche de cheveux pour la malmener entre ses doigts tremblants, Rose baissa le regard au sol, esquivant son regard comme elle le pouvait.



So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I will not die, i'll wait here for you   Dim 29 Nov 2015 - 20:56

Je...

La cigarette se consuma entre ses doigts, il la regarda en espérant en tirer des réponses évidentes. Mais il n'eut rien à dire sur le moment, se contentant de ravaler les quelques mots qu'il avait et qui ne répondrait pas aux attentes de Rose. Est-ce que c'était si terrible dehors ? Est-ce qu'il pensait sérieusement que tout le monde ne s'en sortirait pas ? En regardant son ex-femme et la silhouette endormie de son fils, Gary eut le cœur serré. Il le pensait, et c'était terrible à dire, même pour un sale type dans son genre :

Je suis pas sûr qu'on soit tous fait pour ce monde.

C'était le mieux qu'il avait à dire, alors que son ex commençait à lui dire qu'elle avait l'impression qu'il faisait un bad trip sans pouvoir s'empêcher de le croire. Elle ne se rendait pas compte à quel point les phrases qu'il lançait pour lui expliquer tout ça lui brûlaient le fond de la gorge. Elle n'avait jamais vu les mordus, les morts qui se tassaient près des grilles ou contre les portes, ceux presque conscients certaines nuits qui tentaient d'ouvrir des serrures en tournant des poignets. Moins humains, plus mécaniques, comme des animaux. Des heures entière à scrutés le chambranle, l'arbalète au poing pendant que Joey et Max dormaient dans un coin en attendant le lendemain...
C'était complètement fou, et ça ne prendrait pas sens dans l'immédiat, il le savait.

J'ai aussi l'impression d'être dingue, Rose. Mais c'est vrai. C'est vraiment ça qu'il y a dehors. Il se racla la gorge péniblement, écrasant son mégot entre ses doigts en ajoutant : Y'a des morts qui tuent des vivants.

Il pouvait pas résumé ça mieux. Le cadavre d'Isabelle avait tué le Graam bien vivant qui avait été dans sa vie pendant trop longtemps. De ce bon gars à la carrure large, il ne lui restait que l'image d'un tas de chair hurlant et s'effondrant dans son sang avant de suffoquer en s'étouffant dans son hémoglobine. Et des choses horribles, Gary en avait vu pourtant. Mais jamais de cet acabit là.

Rose attira son attention, et il releva les yeux vers elle pour l'écouter. Elle avait besoin d'une promesse, et l'homme hocha la tête avant de reporter son regard sur Norman qui se tournait sur son lit de camp. Le froid gagnait la tente progressivement, et l'homme vit de la condensation s'échapper de ses lèvres. Ses pupilles se posèrent sur sa compagne lorsqu'il ajouta à voix basse :

Juré. Je lui apprendrais à se défendre. Je sais pas encore comment mais je le ferais. Il attrapa la main de la jeune femme en ajoutant : Et toi, tu écouteras aussi attentivement tout ce qu'il y aura à apprendre.

Il lui désigna l'enfant de la tête et poursuivit avec conviction :

Il a besoin de sa mère, surtout à sept ans.

Rose savait ce qu'il voulait dire. Lui n'avait quasiment jamais connu la sienne, et elle savait à quel point la présence de cette femme avait pu manquer à son ex-mari. Sa confiance en lui en avait pâti, sa vision du monde également, sa relation avec son propre père... Il était sérieux dans ses propos, plus que quiconque. Il se redressa finalement, s'étendant presque de toute sa longueur, son crâne frôlant la toile, en ajoutant :

Et tu ferais bien de te coucher, j'vais en faire autant bijou doré. Ce mois a été long.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I will not die, i'll wait here for you   Dim 29 Nov 2015 - 23:12


Peut-être qu'ils n'étaient pas tous fais dans ce monde. Enserrant ses genoux à l'aide ses bras, Rose hésita sur la remarque. Cela faisait presque penser à une histoire de selection naturelle. La terre avait connue bien des cycles, mais de là à tenter de foutre l'humanité en l'air avec un virus de ce genre... Elle s'en serait bien passée.

T'as peut-être raison... Murmura t-elle à contre cœur, dégoutée de voir les choses de la sorte. Au final, ça ne faisait que d'avantage la conforter dans l'idée que ce monde n'était peut-être pas fait pour elle. Mais elle s'abstint d'en dire quoi que ce soit, préférant garder cette remarque pour elle, plutôt que de se lamenter devant son ex mari. Elle avait encore un semblant de fierté dans ce stade. Ce qui était rassurant dans un sens, c'est que Gary lui même avait du mal à croire à ses propres propos. Au moins, elle n'était pas complètement à l'ouest, même lui semblait presque déboussolé. Des morts. C'était inconcevable. Peut-être que la maladie rongeait leur nerfs ou leur donnait une apparence spectrale, ou encore qu'elle annihilait une partie de leur cerveau, mais en aucun cas elle ne pouvait accepter l'idée qu'il s'agisse de cadavres ambulants. La science l'interdisait, tout le cycle de la vie l'interdisait.
Et puis, à défaut d'avoir peur pour sa propre vie, la plus importante restait celle de Norman. Et bien qu'il ne s'agissait que d'une promesse, elle sentit son coeur s'alléger d'un poids quand l'homme à ses côtés lui promit qu'il s'occuperait d'aider Norman à se défendre.

En revanche, elle ne put s'empêcher de frissonner en sentant le contact de sa main contre la sienne, alors qu'il maintenant qu'elle devait aussi apprendre à se défendre. Un sourire triste sur le visage, elle se contenta d'hocher vaguement la tête, serrant sa main dans la sienne. C'était stupide de ne plus vouloir le lâcher là, tout de suite après la conversation morbide qu'ils venaient d'avoir.

Il à surtout besoin de profiter de son père pour l'instant. Le coupa t-elle avec douceur en observant son fils dormir comme un bienheureux. Et de rattraper le temps perdu avec toi.

Evidemment qu'elle serait toujours présente pour son fils. Mais pour l'instant, c'était surtout à Norman et Gary de se retrouver un minimum, après un mois de silence radio et d'angoisse.
Elle le laissa s'étirer tandis qu'elle retirait sa veste dans l'idée d'aller s'allonger, ne pouvant néanmoins s'empêcher de tiquer en entendant le surnom qu'il venait de lui donner. Bijou Doré. Ca faisait au bas mot, une éternité qu'il ne l'avait plus appelé comme tel tiens.

Tu ressors ce vieux surnom, sérieusement ?

Elle n'avait pas pu s'empêcher de rire légèrement en l'entendant, se rappelant de bons souvenirs, d'une époque ou tout allait bien dans le meilleur des mondes. Il était grand temps pour eux d'aller se reposer, oui. Elle n'était pas à l'abri d'un réveil surprise de la part des soldats, et il se faisait déjà bien assez tard pour qu'elle continue de veiller.

Repose toi. Tu pourras d'avantage profiter demain.

Relâchant enfin la main de son ex mari, elle vint déposer un baiser sur sa joue avant de se décaler, poussant ses affaires afin qu'il puisse se sentir plus à l'aise dans la tente.

Je suis contente que tu sois avec moi. Sincèrement. Lâcha t-elle avant de se détourner, récupérant ses affaire pour la nuit.

Leur séparation avait été douloureuse. Mais avec tout ce qu'il se passait, l'idée de le savoir à ses côtés avait quelque chose de fondamentalement rassurant pour le futur à venir. Pour la première fois depuis son arrivée au camp, l'idée d'aller dormir ne lui fit pas peur à l'idée de cauchemarder durant des heures.


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I will not die, i'll wait here for you   Jeu 3 Déc 2015 - 10:14

Lui aussi était content d'être là.

Même si Gary n'avait jamais été du genre à exprimer ses sentiments, retrouver sa famille, ça faisait quelque chose. C'était agréable. Et ne plus se trouver dehors à tenir compagnie à des morts, c'était autrement plus appréciable. Rose ne s'en rendait pas encore compte, mais si un jour elle mettait le pied sans Seattle et qu'elle observait ce monde, elle aussi serait parfaitement heureuse d'y revenir. Il n'esquissa pour autant pas de sourire, se contentant de poser un baiser sur le front de son ex-femme avant de se tourner vers le lit de son fils. Il n'y en avait qu'un, assez grand pour deux.

Elle s'esquiva en les saluant une dernière fois, et Gary se retrouva seul avec son gamin. Silencieux. Il renifla un peu avant de pousser un soupir, et gagna sa couche simplement. A peine fut-il installé que Norman se retourna pour venir se blottir contre lui et gagner un peu de chaleur. Il comprenait. A l'intérieur, il ne faisait pas bien chaud malgré les dispositifs mis en place pour assurer un minimum de confort. C'était loin d'être agréable, loin d'être génial. Mais c'était toujours mieux que rien.

Du coup, il se laissa faire.
Et sa nuit commença pour ne jamais vraiment le faire. Ses insomnies le rongeaient toujours. Ça avait ses avantages ces derniers temps, quand on avait besoin d'une personne pour rester vigilante. C'était à lui qu'on demandait, parce qu'il pouvait le faire. Mais à force, il avait l'impression de ressembler à ces gens morts qu'ils croisaient dehors et qu'ils évitaient comme la peste.

Le matin arriva. Gary se leva en premier, tenta de faire à manger quelque chose pour son fils, se contenta d'une boite de gâteau qu'il lui laissa intégralement. Le soleil gagna le ciel, et son môme émerga. Ce petit déjeuner fut l'un des plus joyeux depuis longtemps, surtout quand Rose les retrouva, suivi par Lara, Max et Joey finalement. Les deux adultes bien complices après la nuit qu'ils venaient de passer, et l'adolescent, un peu sur les rotules et à peine reposé. Ils partagèrent ce qu'ils avaient, discutèrent, et chacun partit finalement à sa tâche au bout d'une heure et d'un café peu ragoûtant. Même Norman sortit en annonçant qu'il allait retrouver Emily.

Qui était Emily ? Demanda du regard Gary. Une petite fille d'un couple proche de leur tente que son fils appréciait énormément, appuya Rose avec un petit sourire mi-complice mi-frustré de ce constat. Finalement, il laissa la matinée s'écouler, et sortit de la tente pour aller chercher Norman, sans demander son avis à Rose :

Hey Crapaud, fit-il alors qu'il venait à peine de gagner l'extérieur, cherchant du regard le garçon qui s'amusait avec les moyens du bord : Ta mère et moi, on doit te parler.

Norman lâcha le manche à balai qu'il tenait comme une épée, le regard soudainement blême :

Vous allez encore vous séparer ? demanda-t-il d'une voix blanche.
Hein ? Non, c'est... Attend, quoi ? Mais qu'est-ce qu'il allait imaginer ? Y'avait bien des choses à mettre au clair : Rien à voir, Crapaud.

C'était comme si, pour lui, la vie au camp avait un petit côté délicieux. Les enfants avaient un instinct d'adaptation formidable et enviable.

Rien à voir, répéta l'homme. Lâche ta copine. Viens deux minutes.

Norman hocha la tête et fit un signe à la petite blonde à côté :

Je reviens.
D'accord, je t'attends là.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I will not die, i'll wait here for you   Aujourd'hui à 2:54

Revenir en haut Aller en bas
 

I will not die, i'll wait here for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» It's Gonna Be Legen..wait for it..Dairy ! (or not)
» Down there, you still wait for me ...
» ▪✻ i wait for light like water from the sky.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet