Partagez | .
 

 I hope you always find a reason to smile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Dim 6 Déc 2015 - 20:42

Vous voulez dire que mes petites filles ne resteront pas adorables et petites toutes leurs vies ? Fit-elle avec de grands yeux brillants et une mine confuse. Zut !

Elle eut ensuite un petit rire en jetant un coup d'oeil derrière elle, voir si ses filles étaient toujours au même endroit. Et vu les voix qui s'élevaient de leur couche, elle n'en doutait pas. Reese revint vers le pompier, qui avait déjà une belle expérience en matière d'enfant. La brune se doutait que l'adolescence n'était pas du tout une période facile quand on était parents, avec une fille surtout. Alors avec deux, elle se doutait qu'elle allait s'en arracher les cheveux.
Ceci étant dit, elle était aussi persuadée que William se ferait des cheveux blancs bien avant elle, et qu'il craindrait encore plus pour la suite des événements. Sans se vanter, ils avaient réussi à faire deux merveilles, qui avaient toutes les deux les yeux de leur papa. Autant dire que des cœurs, elles allaient en faire chavirer. La douceur de Jane, la spontanéité de Catherine... Même si la situation d'aujourd'hui laissait craindre d'autres choses...

Leur père aussi va être déçu quand je vais lui annoncer ça...

La conversation dévia finalement, et Reese pinça les lèvres. Le sujet de sa femme, de la mère de sa fille, vint sur le tapis par sa faute, et la brune comprit que c'était sensible. Le visage de Kendale se referma, sa voix se fit plus ferme également, et il n'y avait pas à dire : ça n'était pas bon. Ainsi donc, cette dernière avait été réquisitionné par des militaires pour des blessés, et ça ne devait pas être de tout repos. Pas de nouvelles d'elle. L'attitude des forces de l'ordre lui faisait froid dans le dos, en plus de la mettre en colère. Se rendaient-ils compte du mal qu'ils faisaient ?

Vraiment aucunes nouvelles d'elle ? Demanda la jeune mère de famille en croisant les bras de sa poitrine.

Elle fronça légèrement les sourcils, comme pour tenter de se rassurer, en attendant une bonne réponse de la part de son vis-à-vis. Mais il fallait se rendre à l'évidence, il n'y en avait pas. Tout n'était pas simple. D'ailleurs, plus rien ne l'était.

Si les militaires l'ont réquisitionné sur un autre camp, il y a moyen qu'ils soient toujours en contact, vous savez... Fit-elle avec un peu d'hésitation.

Incertaine de savoir si c'était une bonne chose de s'aventurer sur ce terrain glissant. Elle ne voulait pas donner de faux espoirs, même si c'était mieux d'en avoir encore quand il s'agissait d'une personne qu'on aimait. Reese ne se voyait pas évoluer quelque part sans William, pas après toutes ces années ensemble. Il était un élément essentiel à sa survie, son opposé indispensable.

Mon mari était formateur dans l'armée, je pourrais lui demander de vous établir une liaison, voir s'il peut faire quelque chose pour vous rassurer au moins ?

Son anglais pouvait s'en sortir avec ça, elle en était presque persuadée. Une petite tape amicale sur l'épaule, un coup de main en échange. Même elle était prête à le faire si ça pouvait aider.

Il doit peut-être y avoir moyen de négocier... Porter un message par exemple, même court, ça devrait s'envisager.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Kendale J. Barnett
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 194
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Mer 23 Déc 2015 - 2:04


« Malheureusement… Non… » J’ignore depuis combien de temps nous n’avons pas eu de nouvelles. Cela commence à dater maintenant. Mais maintenant que les communications deviennent difficiles, cela est devenu impossible d’avoir des informations supplémentaires. La dernière fois que j’ai pu parler à Emy, elle avait l’air en sécurité. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Avec le chaos qui règne à l’extérieur, je ne peux que m’inquiéter pour elle… Sans compter qu’elle travaille aux côtés des malades… Cela doit sûrement impliquer des infectés, je n’avais pas tellement pris conscience de ça au départ… Mais plus les jours passent et plus je me fais des films. Je vais devenir complètement parano à force… Mais il y a de quoi, non ? J’espère vraiment que tout va bien pour elle…

Reese tente de me rassurer en me disant qu’il y a de grandes chances que les militaires se trouvant avec elle, soient toujours en communication avec ceux se trouvant ici. Malheureusement, ils n’ont jamais voulu répondre à mes questions… Malgré mes nombreuses tentatives je n’ai pas réussi à en savoir plus. Et pourtant j’ai grandement insisté… Mais ça les a visiblement agacés, et ils me l’ont fait comprendre… Je ne peux pas compter sur eux, ils n’ont rien à faire de mes problèmes… Ils sont trop occupés à assurer la sécurité du camp évidemment… Mais bon… S’ils étaient à ma place, ils chercheraient certainement des solutions…

Puis, elle reprend, m’expliquant alors que son mari pourrait peut-être trouver une solution. D’après ce qu’elle me dit, il aurait travaillé dans l’armé avant tout ça. « Oh… Je… Je n’ai pas envie de vous embêter avec ça… C’est vraiment très gentil de votre part. Mais… » Pour la première fois depuis que je suis ici, je me retrouve face à quelqu’un prêt à m’aider et ça me fait chaud au cœur. Subitement, une lueur d’espoir se ranime en moins. Et si c’était la seule solution pour la retrouver ? Ou du moins… Avoir des nouvelles rassurantes ? De savoir où elle se trouve ou si elle est en sécurité ? J’hésite un instant, puis je finis par reprendre « Ecoutez… Je dois avouer que cela semble être le seul moyen qui pourrait m’aider. Enfin... Nous aider... Cela fait tellement longtemps que je tourne en rond ici… A tenter d’avoir des nouvelles et à rassurer Kaycee, sans vraiment savoir ce qu’il en est… Alors… Oui, ça serait vraiment gentil si vous pouviez nous aider… » Je n’ai jamais été du genre à profiter ainsi des autres… Je ne suis pas du genre opportuniste mais vu qu’elle me propose d’en parler à son mari… Je ne vais pas refuser. Je ne peux pas. J’ai vraiment besoin d’avoir des nouvelles, de savoir si elle est toujours en vie… Oui, je voudrais être optimiste. Il faut que je le sois, pour Kaycee, pour ne pas sombrer… Mais je dois avouer que le pire m’a déjà traversé l’esprit quelque fois… Mais là, cette possibilité me redonne envie d’y croire et je compte bien faire le nécessaire pour avoir de ses nouvelles.






Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Jeu 7 Jan 2016 - 22:12

Après cette entrevue avec Kendale, Reese avait fait le nécessaire pour lui. Le soir-même, alors qu'elle préparait Jane et Catherine a aller rejoindre Morphée, après l'histoire, elle avait touché un mot à son époux à propos de la rencontre qu'elle avait faite quelques heures plus tôt. Elle lui avait tout raconter : De la bêtise de Catherine à peine disparue qui s'était faite bousculer dans les couloirs, au fait que le père de famille cherchait par tous les moyens à joindre sa femme à l'extérieur.

Sans doute que l'histoire avait suffisamment touché William, qui, serviable comme à son habitude, avait fait son possible pour trouver une solution à ce problème. Les relations avec les militaires du camp n'avaient rien de simple, rien d'évidentes, il était souvent difficile de communiquer. Excepté pour William, lui-même militaire, ancien SAS des forces britanniques, qui avait longtemps exercé pour l'armée Américaine. Il avait ses relations, connaissait les codes, et savait surtout à qui parler.

Trois jours plus tard, Reese pressa l'allure jusqu'à la tente éphémère de Kendale et de sa famille. Elle gratta à celle-ci avant d'y rentrer, et appela d'une voix douce :

Kendale...

Elle n'eut pas le temps d'en dire plus, surveillant par-dessus son épaule. William attendait à la porte, lui demandant de presser l'allure d'un petit geste de la main, avant que les filles ne viennent l'envahir en lui sautant dans les bras. La brune hocha la tête, et lança d'une voix autoritaire :

Suis-moi.

Sans lui laisser l'opportunité de réfléchir, elle prit la direction de la sortie pour rejoindre le lycée, laissant le gymnase derrière elle. Une fois cela fait, ils arrivèrent tous ensemble vers l'une des salles de classe désertée, exceptée la présence d'un grand blond en tenue de l'armée, planté devant la porte qui les vit venir à des kilomètres. Clive Fitzgerald eut le souffle coupé par l'excitation et l'impatience, et quand ils furent à porter de voix, il n'hésita pas à demander froidement :

C'est lui?
Oui, répondit Reese simplement.

Elle lança un regard en coin à Kendale, comme pour l'inviter à s'avancer vers le militaire. L'autre n'avait pas l'air commode, mais on voyait sur son visage que ses intentions étaient loin d'être mauvaises. Il fit passer le pompier et sa fille dans la pièce, se mit dans l'encadrement, et ajouta fermement :

Vous avez cinq minutes, pas plus.

Désignant du doigt une radio militaire branchée sur la fréquence du Kindred Hospital, un grésillement entêtant prenant place dans la pièce, il ajouta peu après :

Je vais surveiller qu'il n'y a personne, chargez vous de l'autre côté, fit le militaire en s'adressant à Reese. Quand je vous demande de raccrocher et de couper, vous le faites.

La mère de famille hocha la tête, l'homme ferma derrière lui. Il y eut comme un silence dans le bureau étroit, long, pesant, rythmé par les parasites sur la ligne, jusqu'à ce qu'une petite voix timide émerge à l'autre bout :

... Kendale ?




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Kendale J. Barnett
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 194
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Dim 10 Jan 2016 - 1:12


L’espoir était revenu avec Reese. D’après elle, son mari allait peut-être pouvoir trouver un moyen de contacter Emerson. Si j’avais été enthousiaste durant les heures qui avaient suivies notre avec la mère de famille… J’avais vite refreiné mon emballement. Après tout, il y avait de grandes chances pour que cela foire une fois de plus. Alors, j’avais fait preuve de patience, espérant que Reese reviendrait me voir avec de bonnes nouvelles… Le premier jour, j’avais attendu qu’elle se manifeste mais évidemment ce n’avait pas été le cas. Puis ensuite, j’avais très mal dormir les nuits suivantes, n’ayant qu’Emy en tête. Et si elle n’était plus à l’hôpital ? Si elle avait dû fuir ? Si elle était dehors ?

***

Quelques jours plus tard, une vois familière m’interpelle alors que je suis en train de discuter avec Kaycee, dans notre tente de fortune. Je me retrouve alors face à Reese qui me demande de la suivre. Kaycee me lance un regard interrogateur. Moi-même je ne sais pas trop quoi penser de tout ça. Je me contente de faire ce qu’elle m’a dit. J’invite ma fille à sortir également et nous nous rendons tous les trois jusqu’au lycée. Silencieux, je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Est-ce en rapport avec Emerson ? A-t-elle trouvé un moyen de la contacter ? Quelques questions parcourent mes pensées mais je n’ai pas le temps de trop cogiter, ni même de les poser à la mère de Catherine car nous arrivons rapidement près d’une salle de classe. Là, un militaire semble nous attendre. Il échange quelques mots avec Reese puis nous invite à entrer dans la classe.

Là, il me désigne quelque chose un peu plus loin et m’indique que j’ai peu de temps. Puis il quitte la pièce. Une sorte de crépitement me parvient alors aux oreilles, je peux alors remarquer que l’objet en question est une radio. Je m’en approche avec Kaycee. Alors que j’hésite à parler, une voix résonne dans la pièce. D’un coup mes poils se hérissent, mon corps est alors parcouru de nombreux frissons. Mon cœur se met à tambouriner violemment dans ma poitrine. C’est sa voix… Depuis combien de temps ne l’ai-je pas entendue ? Bien trop longtemps pour ne pas être chamboulé. Ma gorge se serre, tandis que mes yeux semblent se faire pétillants. « Emy ? Emy ! C’est bien toi ? » Bien évidemment je l’ai reconnue mais j’ai tellement peur d’être en train de rêver. Tellement que la communication soit coupée… Je me mets à parler avec une légère précipitation. « Je n’ai pas beaucoup de temps… Je… Tu vas bien ? Tu es en sécurité ? Et euh… Kaycee est là aussi, à côté. » J’ai du mal à y croire. Mais je suis soulagé de l’entendre après tout ce temps. Et jamais, je ne pourrais trouver les mots pour remercier Reese et William d’avoir fait ça pour nous. Cependant, ce n’est pas vraiment ce qui me préoccupe à cet instant. J’ai envie de l’entendre… Encore… Je veux la savoir en sécurité, à l’abri de tout ce qui se passe à l’extérieur…

Je détourne le regard vers Kaycee, lui souriant légèrement. J’attrape ensuite sa main pour la serrer dans la mienne. J’essaye de contenir la joie qui commence à m’animer, attendant qu’elle me dise que tout va bien.






Revenir en haut Aller en bas
Emerson R. Barnett
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/12/2015
Messages : 154
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Dim 10 Jan 2016 - 11:35

Carter était venu la chercher, la mine renfrognée, un peu comme s'il avait un couteau sous la gorge ou l'obligation d'en avaler un. Ses traits tirés inquiétèrent immédiatement la blonde, qui se mit instinctivement sur ses gardes. Avec Carter, elle s'attendait à tout, surtout au pire, et là, elle envisageait un drame sans précédent dans les couloirs de cet hôpital. Crispée comme jamais, elle patienta un temps qui lui parrut très long, le nez relevé de sur son livre, ses yeux bleus plantés dans le regard brun du soldat, qui fit une grimace à peine dissimulée en ajoutant :

Viens avec moi.

Voix sèche, il tourna les talons et Emy prit sa suite sans poser des questions. Elle bondit presque de sa chaise, attrapant sa blouse blanche au passage en pensant en avoir l'utilité. Mais Carter l'arrêta d'un regard, sans qu'elle ne comprenne pour autant ce qu'il lui voulait. Ne pouvait-il pas parler ? Mettre des mots ? L'informer ? Ça la rendait folle de ne pas savoir, de ne pas saisir son comportement. Et elle ne manqua pas de lui poser la question :

Qu'est-ce qu'il y a ?
Ton mari, la coupa-t-il froidement.

Kendale ?

L'évocation de son homme la fit se figer, un frisson lui remontant l'échine. Une angoisse sourde lui montant dans le ventre, attrapant sa gorge pour la serrer. Est-ce qu'ils avaient trouvé Kendale ? Est-ce qu'il allait bien ? Il y avait-il un problème avec lui ? Et si oui, dans quel état allait-elle le voir ? Kaycee était-elle avec lui ? Étaient-ils tous les deux à l'hôpital, étaient-ils venus la chercher enfin pour la ramener dans leur campement ?

Elle avait tant de questions, de doutes et d'espoir. Le mélange était détonnant dans son petit corps amaigri par les derniers mois passés ici, à travailler d'arrache pied, à traverser des moments de vides et de confusions. A admirer par la fenêtre sans comprendre ce qu'elle y voyait. Carter lui montra la radio posée sur la table dans son « bureau » improvisé. Il lui dit alors que son mari attendait à l'autre bout, qu'une conversation avait été organisé, mais qu'elle avait peu de temps. Il referma derrière elle sans manquer de soupirer de mécontentement. Avec un peu de chance, quelqu'un à l'autre bout l'avait obligé à venir la chercher, sans doute que sinon, il n'aurait pas bougé le petit doigt pour elle.

La blonde tomba, les jambes tremblantes, sur le siège, et attrapa le talkie d'une main incertaine. Et elle prononça le nom de son homme, sans savoir si quelqu'un l'entendrait. Suivi alors un silence lourd qui pesa sur ses petites épaules... Jusqu'à entendre cette voix qui la bouscula totalement.

Elle sentit les larmes lui monter aux yeux, sans chercher à les stopper. Kendale était là. Kendale lui parlait. Elle l'entendait enfin après des semaines à espérer seulement une petite discussion. Son cœur fut comme soulagé de le savoir en vie. Et à peine s'étaient ils « retrouvés » qu'il lui posait déjà cent questions auxquelles elle ne répondit pas. A la place, un rire sortit de sa gorge, couplé aux larmes de joie qui perlaient sur ses joues rosées :

Ça va, ça va, réussit-elle à articuler péniblement entre deux sanglots : Je suis si contente de t'entendre ! Et dans sa lancée, elle eut tellement de choses à dire que toutes sortirent en même temps, sans priorité ni distinction : Et vous, vous allez bien ? Vous n'avez pas eu de problèmes, hein ? Vous êtes bien, pas vrai ? Toutes ces questions, tout ça pour entendre leurs voix : Kaycee, ma chérie, tu es là ? Vous me manquez tellement...


So close no matter how far, couldn't be much more from the heart; Forever trusting who we are and nothing else matters ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Kaycee Barnett
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/10/2014
Messages : 623
Age IRL : 15

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Jeu 14 Jan 2016 - 17:49

Pour ne pas donner de faux espoirs à sa fille, Kendale n’avait pas mentionné la proposition de Reese à Kaycee. Il savait qu’elle lui reprochait de temps en temps de ne pas assez s’affirmer avec les militaires et il craignait probablement qu’elle lui en veuille si ça n’aboutissait pas. Pour tout dire, elle-même réfléchissait parfois à la possibilité de tenter un pseudo putsch pour forcer les militaires à les laisser appeler Emerson, dans l’hôpital où elle était censée être. Mais cela restait au stade de fantasme et le projet n’était clairement pas abouti. Elle rêvait d’ailleurs parfois qu’ils arrivaient à appeler, mais que personne ne décrochait au bout du fil et elle se réveillait alors généralement avec la boule au ventre.

- Je sais pas, mais je vois pas comment ça peut s’améliorer… disait-elle à son père, en parlant des rations de nourriture, quand Reese fit son apparition dans leur champ de vision. Kaycee haussa un sourcil. Elle ne connaissait pas la femme plus que ça, et ignorait que Ken la connaissait. Qu’est-ce que c’est ? demanda l’adolescente à son père, quand ils partirent à la suite de la bibliothécaire.

Elle n’obtint aucune réponse. Ils traversèrent une partie du lycée, jusqu’à une salle de classe. Là, un type dévisagea clairement Kendale avant de poser son regard sur la gamine. Il choisit de l’ignorer. Pas le temps. Il les fit entrer et leur donna quelques recommandations. Quand il pointa la radio, Kaycee sentit son cœur rebondir dans sa poitrine et ses yeux s’écarquillèrent, avant même que la voix d’Emerson se fasse entendre dans la pièce.

Et Emy parla. La blondinette aurait voulu crier sa présence, mais sa gorge s’était serrée et deux grosses larmes coulaient sur ses joues. Elle l’avait cru morte. Réellement. La main de Kendale vint serrer la sienne. Elle sourit, béate, et écouta ensuite son père tenter de glaner quelques informations, incapable d’émettre un son. Elle laissa son père répondre aux questions élémentaires, puis prit la parole :

- Je suis là oui, tout va bien. Il était étonnant de voir comment certaines choses étaient occultés ! Mais ils n’avaient pas le temps de se raconter leurs expériences en détails ! Tu nous manques trop aussi, ajouta-t-elle. Quand est-ce que tu viens ?

Car c’était bien la question, non ? Et qu’elle ne s’avise pas de répondre à côté !


~ Kaycee,

Easy as a kiss we'll find an answer
Put all your fears back in the shade
Don't become a ghost without no colour
Cause you're the best paint life ever made
Revenir en haut Aller en bas
Kendale J. Barnett
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 194
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Dim 24 Jan 2016 - 22:08


Suis-je en train de rêver ? Non. Pour la première fois depuis très longtemps, je peux réentendre la voix d’Emerson. A cet instant, je dois être l’homme le plus heureux du monde. « Moi aussi, je suis content de t’entendre. » Elle me manque tellement. Que j’aimerais pouvoir la prendre dans mes bras, laisser mes lèvres s’emparer des siennes… Malheureusement, ce n’est pas possible. Mais peut-être que bientôt ? Oui, je suis sûr que l’on trouvera un moyen de la faire venir ici. Il faut juste être patient. Et même si c’est loin d’être une qualité chez moi… Je n’ai pas le choix…

Kaycee partage la même joie que moi. Elle ne peut retenir ces larmes, tout comme Emy. Elle aussi, sa mère lui manque. Et après tout ce qu’il s’est passé ces derniers temps. Nos disputes et le reste… Cela me fait un bien fou de pouvoir partager cet instant avec elle. Je lui souris une nouvelle fois puis je la prends dans mes bras alors qu’elle demande à sa mère si elle pourra bientôt être avec nous. Si seulement, elle pouvait nous rejoindre rapidement… « Oui, ça va pour nous. C’est pas simple tous les jours, mais ça va, on est en sécurité ici… Et toi ? Tu tiens le coup ? » L’émotion est trop forte, brusquement ma voix s’enraille et à mon tour les larmes perlent le long de mes joues. Dans mon esprit, je peux entendre la voix lointaine de mon père… Celle qui me répétait constamment qu’un homme ne doit pas pleurer. Au diable ses sermons ! Je balaye rapidement sa voix, me reconcentrant sur celle d’Emy. « Mon amour… Ecoute-moi. Je… Je vais trouver... Je… Je trouverais un moyen de te faire venir jusqu’ici. Tu me manques… Tu nous manques… » J’essuie mes larmes du revers de la main, tentant de faire mon possible pour ne pas qu’elle entende que je pleure… Mais elle doit s’en douter parce que je n’arrive pas à contenir les sanglots.

« On n’a plus beaucoup de temps… Mais je te promets, Emy… S’il le faut je viendrais te chercher… » Encore des promesses… Mais là, je ne compte pas me défiler. Elle est la chose la plus importe à mes yeux, avec Kaycee. L’entendre de nouveau me redonne la force d’avancer, de tout faire pour la retrouver. Pour que l’on soit enfin réuni, tous les trois… Les larmes continuent de couler, silencieusement. Je resserre l’étreinte autour de Kaycee. Je me tais, pour la laisser parler à sa mère… Et aussi, pour profiter encore la voix d’Emerson… Profiter des quelques minutes qu’il nous reste…






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Aujourd'hui à 16:56

Revenir en haut Aller en bas
 

I hope you always find a reason to smile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bailee - I hope you'll always find a reason to smile
» If hope could only find me out ▬ Version 10
» Alcide (+) Find another way to smile
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-