Partagez | .
 

 I hope you always find a reason to smile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Kendale J. Barnett
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 194
Age IRL : 28

MessageSujet: I hope you always find a reason to smile.   Dim 22 Nov - 22:03


Marre. Y’en a franchement marre de tous ces putains de soldats qui s’prenne pour les rois du monde, où je ne sais quoi. Ils commencent sérieusement à me taper sur le système. Faut dire qu’avec ce qu’il s’est passé dernièrement, l’idée d’aller exploser la tronche de l’un d’eux à coups de poings me démange sérieusement. Et si ça pouvait être ce connard qui s’en est pris à ce pauvre gamin, ça serait encore mieux. D’accord il y a des règles à suivre, à respecter, des choses à ne pas faire… Sauf que ce p’tit gars s’est juste montré trop curieux comme la plupart des morveux de son âge. Rien de grave en somme. Il ne méritait pas une telle réprimande… Heureusement, je n’étais pas là quand cela est arrivé… J’crois que je n’aurais pas pu garder mon calme. Quoi qu’il en soit si je croise ce première classe, il a intérêt de ne pas trop m’chercher. J’sais même pas quelle tronche il peut avoir ce type. M’enfin un connard pareil, ça ne doit pas être difficile à reconnaître. J’supporte pas que l’on s’en prenne aux enfants…  

Du coup, je n’ai pas pu m’empêcher de demander à Kaycee de ne pas faire de bêtises. Je la connais suffisamment pour savoir qu’elle aurait pu être à la place de ce p’tit. Je sais qu’elle est plutôt du genre intrépide, comme moi… Et ça ne me plairait pas trop qu’elle se fasse taper sur les doigts par un de ces militaires.

Encore allongé sur mon lit, je referme un vieux bouquin récupéré par Kaycee, je ne sais où. Comme tous les jours, je cherche un moyen de tuer le temps. Kaycee doit encore être avec quelques jeunes de son âge à trainer dehors. C’est de son âge après tout non ? En tout cas, c’est ce que dirait Emerson si elle était là. Oui, j’essaye de penser comme ma femme quand il s’agit de Kaycee. Ce n’est pas simple mais je tente de faire du mieux que je peux pour ne pas me disputer avec elle.

Je n’en peux plus de rester là. Il faut que je bouge. Je décide d’aller prendre l’air, courir un peu me fera le plus grand bien. Faire du sport, c’est sûrement la seule chose qui me défoule ici à défaut de pouvoir coller des baffes aux soldats… Je vais courir dès que je peux, enfin c’est surtout en fonction du roulement pour les douches, tous les deux jours environ… Voire trois, ça dépend. Avec les gens qui continuent d’affluer ici, il se pourrait que ça augmente encore…

Alors que je me dirige vers l’extérieur, par l’un des couloirs du stade, je suis interpellé par des cris et des rires un peu plus loin. Devant moi j’aperçois trois ou quatre jeunes en train de courir. Sûrement en train de faire la course ou quelque chose comme ça. Pour eux aussi ça ne doit pas être évident d’être contraint à être enfermé ici. Néanmoins, il ne semble pas du tout faire attention aux autres personnes présentes dans le couloir. Plusieurs personnes sont bousculées, d’autres grondent… Puis c’est au tour d’une petite fille d’être déséquilibrée par l’un des jeunes. Je fronce les sourcils, ils pourraient faire attention tout de même. Alors qu’ils passent à côté de moi, j’attrape l’un deux par le col de son pull « Oh ! Doucement ! T’es pas tout seul ici, mon grand ! Alors fait plus attention, ok ? » Bon, je n’ai pas été très tendre… M’enfin, vaut mieux que ce soit moi qu’un des soldats non ? N’empêche que les gros yeux ça marche plutôt bien puisque la petite bande continue son chemin bien plus calmement et avec une mine embarrassée. Mon regard dérive de nouveau sur la petite fille, apparemment seule. Je m’approche alors. La pauvre a les lèvres qui tremblent et quelques larmes coulent le long de ses joues. Je passe mes mains sous ses bras pour l’aider à ses relever. Elle a l’air assez jeune, pas plus de cinq ans. Je lui souris « Alors mademoiselle ? Ça va ? Où est-ce que tu as mal ? » Elle me fait un timide oui de la tête avant de me montrer sa main. Je fais mine de l’examiner, je souffle légèrement dessus puis je reprends « Ne t’inquiètes pas, tu n’as rien. Ça va peut-être faire un peu mal à cause de la chute mais ça ira vite mieux. Comment tu t’appelles ? » - « Catherine. » - « C’est un très joli prénom ça. Mais dis-moi ? Tu es avec tes parents ? Tu sais où ils sont ? » Le petite me fait un signe négatif de la tête mais ne semble pas être si triste que ça. Au contraire, elle affiche même un beau sourire. « Bien, on va les chercher ensemble alors. Tu es d’accord ? » - « Oui. Et tu t’appelles comment toi ? » Catherine n’a pas l’air timide, elle me ferait presque penser à Kaycee, avec cet air malicieux. « Moi c’est Kendale. Et j’ai une fille aussi… Mais elle est bien plus grande que toi ! »

Je prends la petite dans mes bras, puis je me dirige vers l’intérieur du stade, bien décidé à retrouver ses parents. J’ignore depuis combien de temps elle traîne toute seule dans les couloirs mais il doit sûrement avoir une maman morte d’inquiétude quelque part dans ce gymnase.






Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Lun 23 Nov - 18:29

Ça aurait pu être Catherine, ou Jane.

Plus Catherine, ceci dit. Reese poussa un long soupir, sa fille aînée à côté d'elle qui feuilletait un livre sans se soucier du reste. Elle passa une main dans la longue chevelure brune de sa progéniture, poussant un long soupir soulagé de la savoir encore à côté d'elle.

William et elle avaient eu une longue discussion. Ce campement n'était pas tout à fait comme ils l'espéraient. La loi martiale était éprouvante, pour tout le monde, mais était sans doute moins pire que ce qu'il se passait en dehors de ces murs. Sauf quand les militaires eux-même se sentaient éprouvés par ce qu'ils vivaient, et abusaient à outrance de leurs droits. Reese ne savait plus vraiment quoi en penser, et les derniers événements, dont la violence gratuite exercée sur un jeune garçon à peine plus âgé que ses filles lui laissaient songer que peut-être ils devraient partir trouver un abri ailleurs...

Elle le pensait, sans envisager vraiment de franchir le pas. William n'avait de cesse de lui répéter que l'essentiel était leur sécurité, à elles trois. Sauf qu'au sein de ce lycée, Reese ne se sentait pas vraiment en sécurité, et ses filles le sentaient. Elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour rester intègre, droite, ferme,... Mais vivre en communauté, ainsi, c'était tout bonnement épuisant pour tout le monde, et elle ne se voyait pas continuer longtemps.

Combien de temps encore avant de maîtriser cette épidémie ? Quelques jours ? Quelques semaines ? Quelques mois... Elle mourrait d'envie de rentrer dans leur maison, celle qu'ils avaient mis des années à se construire et à aménager comme ils le voulaient. L'endroit où William et elle s'étaient follement aimés. Elle n'en avait plus que des photos, qu'elle racontait à ses filles pour les endormir parce qu'elle n'avait pas pensé à prendre des livres d'histoire, et parce que les bouquins en question étaient distribués entre différentes familles qui en avaient autant besoin.
Jane tira la couverture dans laquelle elle était emmitouflée, lançant un petit sourire à sa mère. Cette dernière le lui rendit. Et quand elle tourna sur elle-même, pour essayer d'apercevoir sa petite dernière, Reese fut à moitié surprise de ne pas la voir :

Oh non, c'est pas vrai...

La brune se releva, sommant à son aînée de rester là où elle était depuis le début. Elle hocha la tête pour affirmer, lui demandant néanmoins où elle se rendait avec une petite voix angoissée. Pas loin. A la recherche de sa sœur, qui avait encore filé en douce sans lui demander la permission.

Catherine était cette intrépide aventurière que sa grande sœur n'était pas. Deux caractères très opposés qui se complétaient pourtant si bien. Reese les aimait autant l'une et l'autre, mais elle devait admettre que Catherine était une sacrée tête de mule digne de son père. Avec la curiosité aussi vivace que lui, qui n'écoutait que lorsque ça lui chantait. Jane, dans le genre, était bien plus sage, observatrice, érudit. Timide ? Oui, sans doute. Au contact l'une de l'autre, elles s'accordaient. Mais individuellement, c'était souvent dur de les suivre...

Catherine ? Appela-t-elle en sortant de sa zone de confort.

Et dans son champ de vision, aucune trace de sa gamine. L'angoisse la prit au ventre, surtout en se tournant vers ses voisins qui ne semblaient pas savoir où elle était. L'un d'eux lui souffla qu'elle avait pris une certaine direction, et Reese ne tarda pas à lui emboiter le pas...




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Kendale J. Barnett
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 194
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Lun 23 Nov - 23:28


« Comment qu’elle s’appelle ta fille ? » - « Kaycee. » - « C’est joli Kaycee ! Moi j’ai une grande sœur qui s’appelle Jane ! Elle a… Euh… Comme ça ! » La petite ouvre sa main entièrement pour me désigner l’âge de sa sœur. « Cinq ans !! » s’exclame-t-elle alors après quelques secondes de réflexion. Je ne peux m’empêcher de rire, elle est vraiment adorable. Toujours dans mes bras, je continue d’avancer vers l’intérieur du gymnase. Il y a de grande chance pour que sa famille s’y trouve et surtout qu’elle soit en train de la chercher. Il ne faut pas perdre de temps, sa mère et son père doivent être terriblement inquiets. Pour ce qui est de la demoiselle, elle n’a pas l’air de s’y faire. Elle n’arrête pas de parler, me racontant tout un tas de chose sur elle et sa famille.

Arrivés dans ce qui sert de dortoir aux réfugiés, je m’arrête puis je scrute les environs. Sa famille doit sûrement être là, quelque part. Je parcours l’immense salle du regard, il y a tellement de monde… Je décide alors de m’avancer dans les allées continuant à chercher. Puis, au bout de quelques minutes, la voix de la petite s’élève de nouveau « Maman ! Là ! » Elle tend son bras pour m’indiquer la direction à prendre. J’aperçois alors une femme qui semble inquiète, visiblement à la recherche de quelque chose. Je sais tellement ce que ça fait… Ça me rappelle ce jour, où j’avais perdu Kaycee au supermarché. Elle avait échappé à ma surveillance et j’avais fini par entendre une voix retentir dans tout le magasin, pour me prévenir que ma fille m’attendait à l’accueil. Puis il avait fallu supporter le regard des gens, pas de doute que j’avais dû passer pour le pire des pères ce jour-là. Je n’en ai jamais parlé à Emerson d’ailleurs, elle n’aurait vraiment pas aimé apprendre ça… Il faut que je me dépêche de rendre cette petite fille à sa mère. Vu ce que nous vivons tous depuis le début de l’épidémie et les évènements récents, elle doit être d’autant plus inquiète.

J’accélère le pas. La femme ne m’a pas encore vu, je m’approche alors d’elle et je l’interpelle d’une voix qui se veut rassurante. « Excusez-moi madame ! Je crois que cette adorable petite fille est à vous ! » La femme fait volte-face, j’affiche alors un sourire et je dépose la gamine par terre pour qu’elle puisse rejoindre sa mère. Je pose ma main sur la tête de Catherine avant de reprendre « Allez, dépêche-toi d’aller voir ta maman ! » Elle se met alors à courir vers sa mère. J’attends quelques instants, leur laissant le temps de partager ce moment toutes les deux. Je finis par m’avancer ensuite pour me présenter « Kendale Barnett. Je l’ai trouvé dans le couloir, là-bas. » Je me retourne légèrement, pointant la porte menant au couloir du doigt. « Elle a été légèrement bousculée par un jeune homme un peu trop pressé mais elle n’a rien. Ne vous inquiétez pas. » J’essaye de dédramatiser la situation, pas la peine de faire davantage peur à la femme qui se tient devant moi. La petite a retrouvé sa maman, et c’est le principal. Et je ne compte pas lui sortir un quelconque discours moralisateur, comme quoi il faut être prudente… Blablabla… Non, ça c’est plutôt le style des militaires. Moi ce n’est pas dans mes habitudes de m’en prendre aux enfants… « En tout cas, on ne peut pas dire qu'elle soit timide ! »






Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Mar 24 Nov - 10:03

Catherine !

Après ces minutes fabuleuses de recherche, une petite voix derrière attira son attention. Une pression sur son épaule aussi. Reese fit volte-face pour voir son vis-à-vis, un homme pas très grand, plutôt fin, les cheveux tirant sur le roux, des yeux clairs... Et qui tenait sa petite fille entre ses bras. Catherine lui fit un signe de la main pour lui dire bonjour, comme si de rien n'était, comme si elle n'était pas morte d'inquiétude en pensant qu'elle avait pu mettre le nez dehors...

Cath ! Bon sang ! Mais tu étais où !

Cette dernière vint se coller à ses jambes en riant, passant entre elle sans se laisser attraper alors que sa mère était furieuse. Après le sang d'encre... Elle avait besoin d'évacuer. Comme à chaque fois avec Catherine. Lui faisant les gros yeux, elle lui désigna la tente du doigt, et lui souffla froidement :

Tu vas rejoindre ta sœur tout de suite et tu ne bouges plus !

Catherine s'exécuta en trottinant, faisant un signe de la main à Kendale sans manquer de rire. Encore un peu et elle allait penser qu'il s'agissait d'un jeu de cache cache. Se tournant vers le dernier arrivé, Reese poussa un long soupir en se passant la main sur le visage. Elle était épuisée, et maintenant que l'inquiétude retombait brutalement. Posant le poing sur la hanche, elle lui dit avec l'air reconnaissant :

Merci beaucoup... Elle court partout, elle visite, j'ai l'impression qu'elle se croit en vacances améliorées depuis qu'on est ici... Et elle perturbait la vie d'un peu tout le monde en se collant dans leur patte. Combien de temps avant que la prochaine victime de ce première classe chépaki ne vienne s'en prendre à sa fille ? C'était la hantise de Reese depuis qu'elle était au courant de cette histoire, et elle avait beau en parler avec William, c'était très compliqué d'évacuer sa frustration : Vraiment désolée du dérangement. Elle est intenable, elle...

Reese poussa un long soupir désespéré par le comportement de sa fille. Intenable, c'était un mot assez bas pour la qualifier. Une véritable chipie. Elle devait tenir ça de sa mère, très probablement. Elle se reconnaissait assez dans ses traits. Couplé au caractère de cochon de son père, ça avait fait Catherine...

Elle n'est pas timide, non, clairement. Mais ça me cause beaucoup trop de soucis ces derniers jours. Désolée, je m'appelle Reese. Il y a Jane, mon aînée aussi et William, mon époux qui est parti faire dieu sait quoi dans le campement... Et avec l'angoisse des jours d'avant, et le cas du gamin, et les militaires...

Voilà, c'était encore sorti. Au pied d'un illustre inconnu qui avait à peine eu le temps de se présenter. Ce cher Kendale qui avait ramené sa fille en vie allait avoir le droit probablement dans les prochaines minutes à un long discours sur toute l'angoisse que c'était d'être maman à côté de gens qui ne savait pas gérer leur colère...

Autant dire une véritable colloque sur le sujet.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Kendale J. Barnett
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 194
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Dim 29 Nov - 2:08


Comme je l’imaginais, cette mère est complètement paniquée. Mais je peux rapidement apercevoir une pointe de soulagement lorsqu’elle me voit avec la petite dans les bras. Et évidemment, elle semble en colère. Catherine, elle, ne paraît pas chagrinée par la situation. Ça l’amuse même. Je prends une mine désolée, cette petite a vraiment l’air d’être une vraie pile électrique. Je retiens un sourire lorsque la fillette se retourne pour me dire au revoir d’un signe de la main. Je lui réponds d’un mouvement de la tête, pour lui faire comprendre qu’elle doit aller là où sa maman lui a demandé. Quelques rires me parviennent aux oreilles, puis je retourne mon attention vers sa mère. Cette dernière me remercie avant de s’excuser. La pauvre, elle a l’air dépassée par tout ça. Elever des gamins dans de telles conditions ne doit pas être simple, d’autant plus à cet âge-là. Ils  sont trop jeunes pour comprendre ce qu’ils leur arrivent, trop petits pour qu’on leur explique les choses sans trop les inquiéter. Alors si en plus, ils n’en font qu’à leur tête, j’imagine bien les craintes de cette maman.

Elle laisse échapper un profond soupir avant de reprendre, s’excusant une nouvelle fois en se rendant compte qu’elle ne s’est pas présentée. Je peux comprendre l’angoisse qui la tiraille et je la laisse continuer. Elle a apparemment besoin de parler de tout ça, de laisser sortir tout ce qui l’inquiète. J’ai toujours été plutôt doué pour écouter les gens… Cela fait partie de mon boulot après tout. Les rassurer aussi… Et c’est ce que je dois faire avec Reese visiblement. « C’est normal de s’en faire avec ce qu’il se passe dehors. Et même ici, à l’intérieur… Mais vous n’avez pas à vous excuser, si je peux donner un coup de main, il n’y a pas de problème. »

Si ça avait été Kaycee, ma réaction aurait été identique, sûrement. Bon… Kaycee n’a plus quatre ans, et c’est d’ailleurs pour ça que j’évite d’être trop sur son dos. Néanmoins, tout cela m’inquiète énormément. « Vous savez, j’ai une fille aussi, Kaycee. Elle a quatorze ans et j’peux vous dire qu’une ado ce n’est pas simple non plus… Elle ne comprend pas trop pourquoi nous devons rester ici. J’essaye de ne pas trop l’inquiéter, mais ce n’est pas simple… Et puis, j’ai beau lui demander d’être prudente, elle ne supporte pas ça. Elle a l’impression que je la prends pour une gamine… Enfin… Je crois qu’en tant que parents, on a tous peur pour nos enfants… Mais qui ne le serait pas ? Le contexte n’arrange en rien les choses… » Je le montre certainement moins que Reese mais je suis inquiet également. Il a Kaycee, bien sûr, et l’absence d’Emy également qui n’arrange en rien les choses. Cela aurait été bien plus simple avec elle à mes côtés ici. Elle aurait très certainement trouvé les mots justes avec notre fille…

Oui, ça commence à grogner. Les gens en ont assez d’être coincé ici, de devoir supporter l’autorité militaire. Moi le premier. J’essaye de me contenir mais j’ai la désagréable sensation que cela ne va pas durer. L’impatience me gagne un peu plus chaque jour, toujours pas de nouvelles d’Emerson. Je suis en train de devenir fou. Je ne vais pas le supporter encore très longtemps. Ah ça ! Ils sont doués pour s’en prendre à un pauvre mioche sans défense… Mais s’bouger le cul pour essayer d’avoir des nouvelles de ma femme, ça… Ils n’en ont rien à faire. Ok, c’est sûrement égoïste de ma part… Il doit y avoir de nombreuses personnes dans mon cas, à la recherche d’un proche. Mais dans ce genre de situation, cela me semble normal de réagir ainsi… Et voilà que je sens de nouveau de la colère en moi. Je soupire…

« En tous cas, si jamais je vois Catherine traîner de nouveau seule, je sais où la ramener. » J’avais dit ça sur le ton de l’humour, pour essayer d’apaiser les tensions perceptibles, pour ne pas laisser mon mécontentement prendre le dessus…






Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Dim 29 Nov - 17:06

Oui, le contexte, soupira la jeune mère de famille en baissant les yeux au sol.

Elle ne pouvait rien dire d'autres. En temps normal, elle n'aurait jamais eu de mal à laisser sa fille courir où elle le voulait s'il n'y avait pas eu tout ce bruit dehors. Si le danger n'était pas omniprésent autour de leurs murs... Et puis avec l'histoire du jeune garçon qui avait eu des ennuis, c'était encore pire. Son sang de maman inquiète ne faisait qu'un tour systématiquement et des frissons d'horreurs lui remontaient l'échine à chaque fois. Elle avait peur pour Catherine, elle avait peur pour Jane, elle avait peur pour William. Mais pas pour elle. En fait, Reese n'avait pas le temps d'avoir peur pour elle même dans ces conditions.

Elle hocha finalement la tête en fixant son vis-à-vis, l'écoutant avec attention. Il se montrait serviable et souriant, de quoi la détendre un peu. Tout ce stress qui s'accumulait, entre les filles et le mari qui n'en faisait qu'à sa tête, c'était difficile d'avoir une conversation suivie avec une personne aimable, qui s'accommodait presque de sa vivacité.

En tout cas, merci beaucoup ! Si vous avez besoin de quoique ce soit... Je ne sais pas ce que j'aurais fait si cette chipie était allée se fourrer dieu sait où. Elle est minuscule, et ici c'est tellement grand, je la perds dans ses propres draps...

La brune eut un petit rire, croisant les bras sur sa poitrine en se tournant légèrement vers leur coin à eux. Catherine venait de passer la tête pour les regarder, affichant un petit sourire avant de rire, et Jane venait d'en faire autant pour voir à qui sa mère parlait. Elle leur envoya un petit clin d'oeil complice pour les rassurer, et elles s'éclipsèrent toutes les deux sans faire plus d'histoire, quand Jane proposa à sa cadette un petit jeu pour passer le temps. Une chanson d'enfant s'éleva derrière la toile tendue, et Reese revint vers Kendale.

Une adolescente ? Reprit-elle simplement en fronçant un sourcil : Vous avez l'habitude des enfants ?

L'homme semblait avoir déjà affronté cette période que Reese traversait. Elle avait souvent l'impression d'être un capitaine en mer sur un navire qui prenait l'eau, avec un équipage qui n'écoutait rien, et un objectif pressant, celui de tenir la barre pour arriver à bon port. Heureusement que son second tenait la route dans l'histoire, second comme navigateur, parce que sinon, elle deviendrait simplement chèvre.

La votre était aussi aventurière ? Demanda Reese poliment, avec un petit sourire en coin.

Mais une question la tracassait. L'homme ne parlait que de sa petite fille, devenue adolescente, pas de son épouse. Pourtant, il portait une alliance, et elle le vit presque immédiatement. Instinctivement, Reese porta la main à la sienne, comme pour se rassurer, et se permit de demander :

Vous n'êtes là qu'avec elle ? Sa mère, elle... ?

Va bien ? Mais ne terminant pas sa phrase, elle laissa planer un petit silence.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Kendale J. Barnett
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 194
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Dim 6 Déc - 19:00


La vie ici n’est pas simple. Cela commence à devenir de plus en plus insupportable chaque jour. Etre entouré d’autant de gens, je n’y arrive plus. J’ai l’impression que je vais exploser à tout instant depuis quelques jours. Néanmoins, cette rencontre avec Reese et ses filles me fait du bien. Peut-être parce que je prends le temps de parler un peu de mes problèmes à cette femme ? Qui est pourtant une inconnue… Mais, je sais pas, j’ai la sensation que je peux lui faire confiance. Et elle semble faire la même chose. Apparemment, elle ne se fait pas non plus à cette vie ici. Qui s’y accommoderait après tout ? C’est loin d’être un palace cinq étoiles, avec la piscine et le spa qui irait avec… Loin de là…

Ça me fait du bien d’extérioriser ce qui me tracasse depuis quelques temps. Oui voilà, extérioriser… C’est ce qu’Emerson me rabâche tout le temps. Parce que j’ai la fichue manie de tout garder pour moi. Décidément, je ne peux m’empêcher de penser à aller encore une fois. Je lâche un nouveau soupir pendant que Reese jette un œil vers ses filles. Je peux alors apercevoir Jane, la grande sœur de Catherine qui semble effectivement bien plus calme que sa cadette.

Reese reporte ensuite son attention vers moi, cherchant à en savoir plus sur Kaycee. « Oui, Kaycee a eu quatorze ans, il y a peu. » C’est difficile d’y croire d’ailleurs. J’ai toujours l’impression de la voir à l’âge de Catherine, tellement adorable. « Et comme avec les jeunes enfants, il y a des jours avec et des jours sans… C’est tout aussi difficile à gérer… » Et parfois, je dois avouer que je ne m’en sors pas du tout… Mais ça, Reese n’a pas besoin de le savoir… « Oh… Je ne peux pas dire que j’ai l’habitude des enfants. Disons, que je me n’en sors pas trop mal… J’ai dû en côtoyer pas mal pour le boulot. Je suis pompier. Mais ce n’est pas pareil évidemment, qu’avec ma propre fille. »

La question suivante me fait sourire et je ne peux m’empêcher d’étirer les lèvres davantage en répondant à Reese. « Ah ça oui ! Elle ne tenait pas en place, toujours à explorer le monde qui l’entoure. Curieuse de tout ! Mais si je peux vous rassurer, ça s’est calmé en grandissant ! » Je me mets à rire en repensant à toutes ces fois où Kaycee nous avait rendu presque fous, moi et Emy. Enfin, surtout Emy, il fallait avouer !

Puis voilà qu’une autre question parvient à mes oreilles. Celle que je redoute, celle que j’ai du mal à accepter. Brusquement, mon sourire disparaît, mon visage se fige puis mes lèvres forment un « o », ne sachant quoi répondre spontanément. Le silence revient, il n’y a plus que le brouhaha environnant de cet immense gymnase. Je finis par me ressaisir et réponds finalement. « Non… Ma femme n’est pas là. » Je m’aperçois alors que j’ai été un peu trop sec dans mes propos. Je dois me reprendre, Reese n’a pas besoin de supporter ça… J’explique alors, tentant de garder un ton agréable « Elle est médecin à l’hôpital. Pédiatre, plus exactement. Elle a été réquisitionnée par les militaires y’a quelques temps… Pour aider les malades… » Je n’aime pas parler de ça. Surtout depuis que je suis sans nouvelle d’elle…






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I hope you always find a reason to smile.   Aujourd'hui à 3:02

Revenir en haut Aller en bas
 

I hope you always find a reason to smile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bailee - I hope you'll always find a reason to smile
» If hope could only find me out ▬ Version 10
» Alcide (+) Find another way to smile
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-