Partagez | .
 

 Présentation de Colleen Brennan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Présentation de Colleen Brennan   Dim 22 Nov 2015 - 0:01


Colleen Brennan
22 ans • Américaine • Etudiante en multimédia • Pour l'instant, Centurylink Field

Mes liens
Mes chroniques


i've got a war in my mind

Avant toute chose, Colleen se définie elle-même comme une geek. Pour elle, ce terme n'est pas forcément négatif, et elle l'assume complètement. Quand elle avait à peine 5 ans, elle était déjà très précoce pour son âge. Ses parents l'ont donc emmené faire un test de QI, et celui-ci a révélé que Colleen est en fait bien plus intelligente que la moyenne. Elle aurait donc pu devenir médecin ou avocate, mais la jeune fille a préféré se tourner vers un métier créatif qui lui plaisait vraiment : la création de jeux vidéos. En effet, elle aime s'inventer un monde à part, où tout est possible. Elle aime aussi jouer à toutes sortes de consoles (elle a une collection démente!) et passe BEAUCOUP de temps sur des forums. Elle a donc de nombreuses connaissances en informatique, entre autres. Son rêve ? Travailler au Japon, un pays dont elle tombé amoureuse durant son adolescence. Ayant une capacité d'apprentissage rapide,  elle parle d’ailleurs très bien le japonais ainsi que l’espagnol. Colleen est très ouverte sur pleins de sujets, très compréhensive et à l'écoute. On se confie à elle facilement, car on sait qu’elle ne jugera jamais quelqu’un sur son apparence ou ses actes passés. Elle s’occupe tellement de régler les problèmes des autres qu’elle se confie très rarement, et évite de parler de ses sentiments. Elle communique assez peu. Elle a pas mal l'impression que personne ne la comprend, autant au niveau de ses sentiments que de ses idées. C'est comme si son cerveau allait trop vite et que la plupart des gens n'arrivaient pas à suivre. Ses parents n'arrêtant pas de lui dire qu'elle valait mieux que les autres, elle a finit par y croire et peut parfois se montrer orgueilleuse et même un peu méprisante envers les autres. Elle ne pense pas qu'elle est plus intelligente que les autres, elle le sait, et cherche toujours a avoir raison. Elle ne supporte pas qu'on puisse avoir une opinion divergente de la sienne. Parfois, comme elle a déjà trois coups d'avance, les autres mettent un peu plus longtemps à réagir, et cela peut vite énerver Colleen, qui est très impatiente, voire lunatique. Si elle est énervée contre quelque chose, elle est capable de passer des heures à râler et à remballer les gens. Elle peut souvent se montrer imprévisible, du bon comme du mauvais côté.
Colleen a tendance à tout analyser, à chaque problème elle cherche toutes les solutions pour le résoudre, et agit ensuite. Elle n'est donc pas très impulsive, mais tout va tellement vite dans sa tête qu'elle n'a pas pour autant de quoi se reposer sur ses lauriers. S'il y a  bien une chose que Colleen ne filtre pas, c'est bien ses paroles. En effet, c'est quelqu'un de très franc, ce qui peut s'avérer aussi bien être une qualité qu'un incroyable défaut. La jeune fille ne mesure pas toujours l'étendu de ce qu'elle dit, elle ne pense pas vraiment à l'impact que ses paroles ont sur les gens, elle a juste besoin de sortir ce qu'elle a sur le cœur.

Avec l'épidémie, Colleen, aussi difficile à vivre qu'elle puisse être, est une bonne alliée. Tout d'abord, c'est une geek, et quel geek n'a jamais imaginé une situation post-apocalyptique ? Elle n'a bien sûr jamais pensé que ça pourrait vraiment arriver, mais elle aimait imaginer un monde où elle devrait se battre pour survivre. Elle hésite encore à savoir si elle veut quitter Seattle seule ou avec un groupe de quelques personnes. D'un côté, Colleen est indépendante et un peu insupportable par moments, et elle ne veut pas dépendre d'autres personnes, mais elle se dit également que voyager seule avec l'épidémie est dangereux et que si elle trouvait quelques personnes avec un minimum de capacités pour servir à quelque chose, elle pourrait bien les embarquer avec elle.


and blood on my hands

Colleen mesure environ 1 mètre 70 pour 55 kilos. Elle a une silhouette plutôt svelte voire osseuse, mais contrairement à ce que l'on peut croire, elle est du genre (ou du moins l'était avant l'épidémie) à se gaver à longueur de journée sans prendre un gramme. Oui, la vie est parfois injuste. Avec ses cheveux pastel, blonds platine tirant sur le rose fushia, Colleen est loin de passer inaperçue. Elle a de beaux yeux bleus/gris, un petit nez rond et légèrement retroussé, une belle bouche charnue et bien dessinée, et des sourcils courbés qui lui donnent un air sérieux et même un peu "méchant".

Niveau équipement, Colleen a quelques réserves de nourriture en conserve, un purificateur d'eau, tout le matériel de scout tel que des cartes et une boussole, un poignard et son katana, qui servait surtout à décorer son appartement mais qui s’était finalement avéré utile.

a storm is coming

Brennan. Un nom assez répandu, d’origine irlandaise probablement. Colleen. Juste un joli prénom.
Colleen a grandi dans une grande villa de Madison Park, à l’est de Seattle, principalement entourée des femmes de ménage, du jardinier et de sa gouvernante. Pas facile tous les jours d’être la fille d’Harvey Brennan, PDG d’une grande industrie pharmaceutique et de Charity Brennan, née Bones, avocate et femme politique réputée. Ses parents, toujours occupés par leur travail, était très peu souvent à la maison, et sa mère estimant que les écoles étaient des lieux de dépravation et ayant préféré faire étudier sa fille chérie à domicile avec une gouvernante compétente, Colleen n’avait pas non plus beaucoup d’amis. Cependant, il faut croire que même si sa fille ne connaissait pas le mot sociabilité (elle assistait à de nombreuses soirées mondaines, ce qui selon Charity suffisait amplement à régler ce problème), la méthode d’éducation drastique de l’avocate fonctionna plutôt bien, car à cinq ans à peine, Colleen lisait, écrivait et comptait parfaitement, et pratiquait déjà un peu l'espagnol avec une domestique mexicaine du nom de Carmen. Ses parents, quelque peu intrigués par ses capacités, étaient allés voir un spécialiste, qui les avait rassurés.

"Bonjour Colleen", avait dit l'homme en lui souriant.

Il n'était pas bien vieux, la quarantaine à tout casser, mais la vieillesse commençait à se faire sentir, autant au niveau de ses cheveux qui partaient petit à petit au niveau des tempes, sûrement poivres et sels qu'il essayait tant bien que mal de dissimuler sous une coloration brune, qu'aux petites rides aux coins de ses yeux et sur son front et à sa posture un peu moins droite qu'avant. Il portait de grosses lunettes aux verres épais, mais c'était sans aucun doute pour traiter sa myopie et non pas une presbytie due à l'âge. Il était plutôt bronzé pour un mois d'octobre, et les démarcations au niveau du col montraient clairement qu'il revenait de vacances pendant lesquelles il ne s'était pas amusé, sans quoi il n'aurait pas porté de chemise tout le long. Il transpirait légèrement, Colleen l'avait senti quand il lui avait tendu sa main moite, qu'elle avait serrée avec regret sous le regard insistant de ses parents. De plus, son visage brillait un peu trop au goût de la petite fille, et de très charmantes auréoles commençaient à se créer au niveau de ses aisselles. Oui, le docteur Hopkins était définitivement un homme stressé.

"Je vais te poser une série de questions, et tu devras me répondre le plus rapidement possible, tu as compris ?"

Colleen acquiesça. Finalement, ce docteur Hopkins allait peut-être se montrer plus intéressant qu'il n'y paraissait. La petite fille adorait qu'on mette son esprit au défi.
Elle répondit à toutes les questions d'un ton calme et posé. Finalement, elle s'était fait des illusions. Le docteur était bel et bien aussi ennuyeux qu'elle le pensait. Les questions étaient trop simples et pas assez intéressantes. Colleen ne voyait absolument pas pourquoi ce cher docteur affichait donc une expression aussi déconcertée.

"Alors docteur, s'enquit sa mère, que se passe-t-il ?

-Rassurez-vous, votre enfant n'a aucune maladie ou trouble du comportement, la rassura le docteur en question. Elle a seulement un QI beaucoup plus élevé qu'un enfant moyen de son âge. Elle est précoce, voilà tout.

-Rien de grave alors, insista son père.

-Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles. Votre fille ira sûrement dans une école prestigieuse et sera, que sais-je, une chercheuse ou une politicienne importante !"


Mais tout ne se passa pas comme prévu. Colleen s’ennuyait dans sa grande maison vide, et découvrit l’univers de la technologie et des jeux vidéo. Très vite, elle accumula pc, télévision dans sa chambre, tablette, consoles et jeux, que ses parents lui offrirent sans rechigner, pensant que tous ces biens matériaux feraient oublier à leur fille leur absence permanente. Colleen se passionna rapidement pour l'informatique. Elle voulait comprendre comment ça marchait, comment on concevait le graphisme des jeux vidéos, qu’est-ce qu’étaient les programmes, comment on avait inventé internet… A quinze ans, elle s’amusait déjà à créer des forums et des jeux vidéo, et elle devait avouer qu’à défaut d’être bons au point de pouvoir être mis sur le marché, elle et les quelques personnes à qui elle l’avait fait tester avait des retours plutôt positifs.
Depuis toute petite, Colleen n’ayant jamais vu autre chose que Seattle et quelques autres villes des Etats-Unis, en particulier New-York et Los Angeles, où elle se rendait parfois avec ses parents pour des cocktails ou pendant les vacances, ainsi que les forêts et campagnes environnantes dans laquelle elle passait ses étés avec le camp scout. La jeune fille était très curieuse et rêvait de voyager partout dans le monde. Elle voulait particulièrement voir le Japon depuis qu’elle se passionnait pour les mangas et les jeux vidéo du pays du soleil levant. Elle s’était même inscrite à des cours de kendo, malgré la réticence de sa mère qui trouvait ce sport étrange et dangereux. Ce fut pour ses seize ans que son père lui fit la surprise. Quelques semaines après l’anniversaire de sa fille, Harvey Brennan devait se rendre à Tokyo pour rencontrer de potentiels acheteurs, afin de signer un contrat très important, qui lui rapporterait plusieurs millions de dollars. Pour l’occasion, il proposa pour la première fois à Colleen de l’accompagner lors d’un de ses voyages d’affaires. Bien sûr, ils se virent très peu pendant le séjour, mais Harvey avait engagé une guide qui fit visiter la capitale japonaise à sa fille, et elle passa les deux semaines à crapahuter dans les endroits les plus incongrus de Tokyo accompagnée de sa guide, qui lui racontait toutes sortes d’anecdotes sur les mœurs japonaises.
Après avoir fini ses années de lycée à la Franklin High School, Colleen, qui ne s’intéressait pas spécialement aux études malgré son intelligence, voulait s’arrêter avec une simple licence, mais après de nombreuses disputes avec ses parents, qui ne voulaient pas qu’elle travaille dans le jeu vidéo en premier lieu, la jeune femme avait essayé de les convaincre en faisant un compromis. Elle les avait réunis dans le salon, un soir miraculeux où ils étaient tous les deux présents à Seattle.

« Bon. C’est pas compliqué. Je vais pas faire médecine ou droit comme vous le voudriez. Je veux travailler dans le jeu vidéo, un point c’est tout. Je voulais m’arrêter à la licence, mais puisque vous insistez je veux bien faire des concessions. Je vais aller jusqu’au diplôme d’ingénieur en multimédia afin de devenir conceptrice de jeux vidéo. Ils proposent ce cursus à l’Université de Seattle. Certes, c’est pas Harvard ou Yale, mais c’est une bonne université et comme ça je reste dans le coin.

-On ne veut pas t’empêcher de vivre tes rêves Colleen, avait dit doucement son père, on se fait seulement du souci pour toi et ton avenir.

-Vous n’avez pas à vous en faire ! La conception de jeux vidéo ça peut rapporter gros : regardez Satoru Iwata, il est devenu célèbre grâce à Nintendo par exemple.

Après cela, bien qu’ils eurent laissé de la liberté à leur fille, Charity et Harvey Brennan restaient inquiets de savoir si Colleen avait fait le bon choix et n’allait pas le regretter, mais ne dirent rien, comme toujours. Colleen entra donc à l’université, où elle se sentait épanouie. Bien que ses parents ne se trouvaient pas souvent chez eux, elle demanda à avoir son propre appartement, plus près de la fac, et son père lui offrit un immense duplex de style moderne en plein cœur de Capitol Hill. Au bout de quelques temps, Colleen se rendit compte qu’elle n’avait pas besoin d’assister à tous les cours pour continuer d’avoir de bons résultats, et elle se rendait donc à l'université seulement si elle avait un examen ou qu’elle pensait pouvoir apprendre quelque chose d’intéressant. Sinon, elle prenait du temps pour faire la grasse matinée, geeker, lire, dessiner, jouer de la guitare, sortir avec des amis, bref profiter de la vie. Elle passait surtout pas mal de temps avec Alan, un grand type barbu qui portait tout le temps des chemises à carreaux ou des t-shirts Marvel qui suivait le même cursus qu’elle et avec qui elle s’entendait à merveille. Ils s’étaient tous les deux donné le même objectif : trouver un stage dans une grande entreprise, ce qui ne manquerait pas d’être remarqué sur leur CV. Mais pour cela, il leur fallait présenter un projet. Ils s’étaient donc mis en tête de créer une ébauche de jeu en quelques mois. Pour ce faire, ils avaient recruté quelques personnes qui étaient eux aussi en multimédia ou bien qu’ils connaissaient autrement mais qui étaient eux-aussi fans de jeux vidéo, ils s’étaient répartis les rôles et Colleen avait même loué un petit studio dans lequel ils se retrouvaient tous les week-ends pour bosser sur leur projet. Colleen supervisait les opérations avec Alan, mais elle travaillait aussi sur le graphisme et le scénario, les parties qu’elle préférait. Elle avait donc pris la routine : la semaine, elle se divertissait ou voyait des amis et allait parfois en cours, et le week-end, elle se rendait au « bureau » à environ 200 mètres de chez elle et bossait sur le projet avec son équipe.

Le réveil sonna. Beaucoup trop tôt, comme d'habitude. Colleen poussa un long râle et enfouis sa tête sous ses couvertures. Encore cinq petites minutes. C’était illégal de devoir se lever aussi tôt un samedi. Elle se rendormait presque lorsque son portable sonna à son tour. Putain mais qu'est-ce qu'ils ont tous, ce matin ?!, se demanda la jeune fille avant d'attraper son Smartphone dernier cri que ses parents lui avaient offert…pour strictement aucune raison. Elle regarda l'écran en clignant des yeux. Alan. Elle soupira et répondit.

"Alan, je peux savoir pour quelle putain de raison tu m'appelles à 6 h 30 du matin ?!

-Bonjour à toi aussi Colleen, rit son ami à l'autre bout du fil. Ça urge, je te rappelle qu'on a plus qu’un mois pour terminer le projet, et on en est même pas à la moitié. Ce stage est super important pour notre future carrière je te rappelle ! Et comme je savais que tu allais éteindre ton réveil, je me suis dit qu'il te fallait un peu d'aide pour te lever...

-Raaah, oui, je sais. Mais c'est pas en me mettant de mauvaise humeur dès le matin que je vais faire des merveilles ! Bon, je bouffe mes Cheerios, je prends une douche et j'arrive.

-Ok, à plus."


Elle raccrocha et s'extirpa tant bien que mal de son lit. Elle embrassa du regard son immense chambre, en bordel comme d'habitude. Sa mère serait furieuse si elle voyait ça. Elle n'y fit pas attention et se rendit dans la salle de bain adjacente, se plongeant sous une douche bien chaude. Une fois sortie, elle s'habilla en vitesse sans même s'être totalement séchée, descendit les escaliers quatre à quatre et se rua dans la cuisine. Elle attrapa sa boîte de céréales, un bol, du lait et une cuillère et mangea en vitesse, accoudée au bar. Elle mit le bol dans le lave-vaisselle. Autant ses amis se foutaient qu’elle soit riche et qu’elle ait un appart’ immense, autant ils étaient jaloux de son lave-vaisselle, et certains flemmards profitaient même de lui rendre une petite visite pour apporter leurs assiettes sales avec eux. Elle s'empara de son manteau, son écharpe et son bonnet et sortit dans le froid humide de Seattle.

Son bureau était à peine à 200 mètres de son appartement, et elle s'y rendait à pieds tous les week-ends. Même si Alan était pessimiste, Colleen trouvait que leur projet commençait à ressembler à quelque chose, mieux il commençait à ressembler à quelque chose de génial. Ils avaient imaginé un Seattle post-apocalyptique, où la société aurait sauté. Si elle avait su.

on the highway to hell


Jour 2

Il était aux alentours de 20 heures, et l’estomac de Colleen commençait à se rebeller. Elle laissa donc tomber sa dissertation le temps d’avaler quelque chose. Elle se rendit dans la cuisine et fouilla dans son frigo. Quasiment vide. Ces jours-ci, elle avait plutôt tendance à aller manger à droite à gauche, chez des amis ou au resto. Elle ouvrit un placard et dénicha tout de même une boîte de raviolis. Elle aimait les raviolis. Elle mit le tout dans une assiette et le réchauffa au micro-onde. Pendant qu’elle attendait, elle en profita pour mettre la main sur la télécommande de l’écran qui se trouvait dans la salle à manger juste en face. Elle l’alluma sur la même chaîne que d’habitude. Depuis qu’elle avait emménagé à Capitol Hill, Colleen avait pris pas mal de petites habitudes, et l’une d’entre elles était de regarder les informations. Cela lui valait pas mal de moqueries de la part de son entourage, comme quoi elle aurait mieux fait de profiter de sa jeunesse et de son insouciance plutôt que de regarder les horreurs qui se produisaient dans le monde. Mais Colleen trouvait important de s’informer, sans quoi on deviendrait ignorant et stupide. Elle prit son assiette de raviolis et s’installa à table, devant l’écran. Il s’agissait d’un flash info de la télévision locale.

« …Une étrange affaire. Depuis quelques jours, Seattle est au cœur de crimes étranges : des civils parfaitement normaux se mettent à devenir fous et à agresser à mains nus de pauvres innocents, leur infligeant de graves blessures à l’aide de leurs ongles et de leurs dents. La police pense qu’il s’agit d’intoxications alimentaires : un trafic de stupéfiants sillonnerait Seattle et ferait passer la marchandise via l’alimentation. Une enquête a été ouverte dans ce sens. Ce matin encore, un jeune lycéen de la Northwest School a agressé le personnel de l’école sans raison apparente après avoir été emmené à l’infirmerie. Affaire à suivre. »

Cette histoire était mystérieuse et étrange, mais Colleen ne s’en préoccupa pas outre mesure, même si elle savait que si la théorie du trafic de stupéfiants via l’alimentation était vraie, elle pourrait être aussi touchée que les autres. Elle se dit juste qu’elle allait faire un peu plus attention à ce qu’elle mangerait à l’avenir.

Jour 4

C'était lundi, et le lundi, Colleen n’avait aucun cours important et passait la plupart de la journée à se détendre, ce qui consistait principalement à manger, dormir et geeker. La veille, elle avait convenu avec son ami Alan qu’ils se retrouveraient chez elle vers deux heures pour tester le nouveau Fall Out sur sa Xbox One toute neuve. Colleen s’était levée vers midi, avait pris sa douche et s’était directement installée sur son ordi. Pile à l’heure convenue, elle fut interrompue par la sonnette de l’entrée. Elle alla ouvrir à son ami, qui lui brandit des plats japonais à emporter sous le nez d’un air victorieux.
« J’étais sûre que tu allais te lever tard, te mettre sur ton ordi et totalement oublier de manger ! », se justifia-t-il en entrant dans l’appartement.
Ils décidèrent de manger leurs sushis en traînant sur la toile puis d’enfin inaugurer le nouveau jeu de Colleen. Cette dernière était occupée à lire les news sur les prochaines sorties de mangas quand Alan interpella. Il était sur un forum qui était principalement composé de geek et de gamers, où ils pouvaient parler de tout et de rien. Alan pointait du doigt un article publié par un pote de la fac, intitulé « affaire de trafic de stup’ sur Seattle ». Intriguée, Colleen cliqua sur le sujet et lut.
« J’imagine que si vous lisez ce sujet, c’est que vous êtes au courant de cette affaire de soi-disant trafic de stupéfiants via l’alimentation ici, à Seattle. Comme vous le savez peut-être aussi, les corps des victimes des attaques ont été emmenés au Swedish Medical Center pour des autopsies. J’ai une amie qui est infirmière là-bas, et elle m’a dit qu’apparemment (elle l’a entendu dire de source sûre) les victimes, ou plutôt les corps des victimes se seraient relevés ! Je peux pas en être sûr à cent pour cent, mais je ne suis pas le seul à avoir entendu cette rumeur… Imaginez, ce serait ouf non ? »

« Ce serait dément…mais dangereux, souffla Alan.
-N’importe quoi, c’est encore un de ses vieux coups pour se rendre intéressant, c’est pas la première fois qu’il nous sort des histoires à dormir debout.
-Ouais c’est vrai. N’empêche que ce serait cool.
-Ouais. »
sourit Colleen.

Jour 5

Depuis la veille, Colleen n’avait rien fait de très productif. Elle n’avait pas envie d’aller en cours et passait son temps sur le net ou en conversation Skype avec Alan. Sa télévision était allumée et elle parlait justement à son ami lorsque le verdict tomba. L'hôpital dans lequel les morts avaient été placés était mis en quarantaine. Apparemment, il s'agirait d'un virus très contagieux. Les autorités patrouilleront désormais la nuit tombée, et on incite tout le monde à garder son calme et rester cloîtrer chez soi. La phrase revenant le plus souvent est "Tout est sous contrôle".

Les deux amis apprirent la nouvelle en même temps, en direct. Ils se regardèrent à travers leur écran.

« Tu crois que la mise en quarantaine de l'hôpital a quelque chose à voir avec ce dont on a parlé sur le fo' ?, murmura Alan.

-On peut pas en être sûrs mais c'est quand même une drôle de coïncidence. S’il faut les autorités étaient au courant depuis le début pour le virus. Tu sais ce que ça veut dire quand ils disent que tout est sous contrôle ?, demanda Colleen d'une petite voix.

-Non.

- Ça veut dire qu’ils n'ont rien sous contrôle en général. Mais bon…je vois pas ce qu’on peut faire d’autre pour l’instant à part rester chez soi et attendre. Je vais quand même aller acheter quelques trucs en boîte, on sait pas jusqu’à quand ça peut durer puis j’ai rien dans mon frigo, comme d’hab. Au moins après j’aurais plus besoin de me déplacer pour ça. »

Alan hocha la tête.

« Très bonne idée. On se retrouve au Walmart au coin de ta rue et on fait les courses ensemble ? Mieux vaut ne pas rester seuls. »


Jour 15

Depuis plusieurs jours, Colleen était barricadée dans son appartement, passant sa journée à regarder les informations, en quête de nouvelles. Tout ce qu'elle savait, c'est que la situation empirait de jour en jour et que les autorités se déployaient de plus en plus. Ils avaient ouverts des camps au Centurylink Field et à la Garfield High School. Les lignes de téléphones étaient saturées, et Colleen n’avait pas reçu de nouvelles de ses parents depuis le début de la catastrophe. La seule personne avec qui elle communiquait était Alan, car les deux amis arrivaient parfois à se parler via Skype. Au début, Colleen, bien que septique vis-à-vis du « contrôle » des autorités sur la situation, avait préféré rester sagement chez elle mais au bout d’une semaine de confinement et des dégâts de plus en plus importants selon les images qu’elle voyait à la télévision, elle hésitait à quitter la ville, là où les risques seraient moins grands. Ce jour-là, elle en parlait d’ailleurs avec Alan.

« On devrait aller au stade. C'est pas loin et on y sera à l’abri, proposa son ami.

-J'ai pas confiance en les autorités. A tous se regrouper au même endroit, on fait des cibles bien trop faciles. Pour l'instant, ça marche, parce que les militaires sont plus nombreux que les infectés, mais quand ce sera l'inverse... Je pense que je vais y passer et limite y rester un ou deux jours, je vais essayer de choper ce qu’il me manque, mais après, je me casse, déclara Colleen.

-Pour l’instant, mon instinct me dit d’aller au stade…Je viendrais peut-être avec toi après, je sais pas trop.

-C’est toi qui décides. On devrait se donner un point de rendez-vous au stade ou on aura du mal à se retrouver après. J’y vais demain. Devant l’entrée ouest à midi.

-J’y serai »
approuva Alan.

Jour 16

Ce matin-là, Colleen s'était réveillée tôt. Elle s'était douchée avec le peu d'eau chaude qui circulait, s'était vêtue des fringues les plus pratiques possibles : un jean souple et un débardeur ainsi qu'un sweat, et des baskets aux pieds. Elle avait mis la main sur un de ses grands sacs qui traînait dans un coin de son placard et y avait fourré tous les accessoires utiles qu'elle trouvait : ses dernières conserves qu'elle préférait emporter plutôt que de les laisser inutilement, un purificateur d'eau, des cartes de la région et une boussole dont elle se servait à l'époque où elle avait encore le temps et la motivation de faire les camps scout, et enfin, son ordinateur, qui pourrait toujours servir à quelque chose.
Elle enfouit dans un étui qu'elle accrocha à son pantalon un poignard de collection qui, même si Colleen n'avait jamais pensé qu'il lui servirait un jour, se révélait plutôt efficace, et le katana qu'elle avait accroché au mur pour la déco mais qui était lui aussi très tranchant et dont elle savait se servir, fort heureusement. Elle l'avait mis dans son Saya (=fourreau) et l'avait attaché à sa ceinture grâce à la Sageo (=cordelette attachée au Saya). Elle était prête à partir. Elle jeta un dernier regard dépité à sa collection de jeux vidéo et de consoles. Elle commençait à déprimer en ce demandant quand elle pourrait y jouer à nouveau, mais secoua la tête comme pour y sortir toutes ces pensées négatives qui ne faisaient que la déconcentrer. Les jeux vidéo n’étaient pas sa priorité. Sa priorité était de sauver sa vie. Elle sortit de son appartement et ferma à clé, ce qui pouvait paraître idiot mais qui la rassurait. Elle descendit les trois étages en silence, à l’affut du moindre bruit. Arrivée en bas de son immeuble, elle sortit à l’extérieur. Il faisait beau et plutôt chaud dehors, même si on s’approchait de l’hiver. La rue était déserte. Des voitures semblant pressées de quitter les parkings avaient été abandonnées et il y avait du sang par terre, un peu partout. Il régnait dans les rues habituellement si animées de Capitol Hill un silence de mort. Colleen pensait aller au stade à pieds, mais de toutes ces voitures laissées à l’abandon, elle se dit qu’elle en trouverait surement une avec les clés sur le contact, et si ce n’était pas le cas, elle arriverait facilement à en trafiquer une. Elle se dirigea vers la première voiture venue, une vieille Megane. Les portières avant étaient grandes ouvertes, mais les clés n’étaient pas à l’intérieur. Une BM se trouvait un peu plus loin. Bingo. Colleen s’enferma à l’intérieur et tourna la clé dans le contact. Le moteur rugit. Elle appuya sur l’accélérateur et se mis en route, direction l’I-5 qui la mènerait directement au stade. Sur le bas côté, Colleen vit de nombreux Infectés. Comme quoi elle avait raison depuis le début, les autorités n’avaient apparemment pas grand-chose sous contrôle. Elle pensa à Alan, et espéra qu’il serait au point de rendez-vous. S’il n’y était pas, elle devrait se rendre à l’évidence qu’il était resté chez lui ou qui lui était arrivé malheur et elle devrait l’oublier, sans quoi elle ne pourrait pas partir en toute sécurité. Le temps avait filé  et Colleen voyait déjà la masse du Centurylink Field se rapprocher. Autour du stade, les forces de police étaient mobilisées et montaient la garde, tuant chaque Infecté qui essayait de s’approcher. Colleen ne prit même pas la peine de se garer correctement et abandonna la BM à quelques mètres de l’entrée ouest. Des militaires armés gardaient la porte. Colleen courut jusqu’à eux en mettant ses bras en évidence.
« Eh ! Vous n’auriez pas vu un grand type brun avec une barbe et une chemise à carreaux répondant au nom de Alan ? On avait rendez-vous ici à midi. »
Le garde de gauche secoua la tête et lui répondit.
« Non, désolé. Vous ne pouvez pas rester ici, mademoiselle. Rentrez ou repartez d’où vous venez, c’est dangereux de trainer dans les rues.
-Mais, mon ami…
-Rentrez, nous vous enverrons votre ami s’il arrive.
-D’accord…mon nom c’est Colleen. Dites-lui que je reste près de l’entrée. »
Le militaire hocha la tête et tambourina à la porte. On l’ouvrit de l’intérieur et Colleen s’y engouffra. On lui demanda de mettre ses affaires en commun avec les autres, mais elle refusa en expliquant qu’elle n’était que de passage. Elle patienta devant la porte ouest. Une heure, puis deux heures. Mais Alan ne se montra pas.
Jour 25
Alan ne s’était pas montré. Il était sûrement mort, et Colleen le savait, mais tous les soirs elle disait qu’elle repartirait le lendemain matin, et tous les matins elle patientait un peu plus. Ne souhaitant pas rester, elle s’était beaucoup renfermée sur elle-même et n’avait sympathisé avec personne. Elle voulait juste qu’Alan soit là, et qu’ils se cassent. Elle n’avait toujours pas cherché à contacter ses parents, mais elle était plutôt sûre qu’ils étaient à l’abri dans le bunker de son grand-père. Elle ne cherchait même plus à récupérer des vivres et des armes, elle attendait. C’est tout ce qu’elle faisait. Attendre.



time to meet the devil

• pseudo › Chloé (Moonlessnight)
• âge › 16 ans

• comment as-tu découvert le forum ? › en errant sur le net
• Ton ancien personnage ?  › /
• et tu le trouves comment ? › Plein de gens super !
• présence ›régulière sauf cas exceptionnels.  

• code du règlement › Ok by Jay
• crédit › Weheartit
passeport :
 

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Dante Lassiter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2641
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Présentation de Colleen Brennan   Dim 22 Nov 2015 - 0:08

Bienvenue ici et bon courage pour ta fiche cheers




#306B57
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Présentation de Colleen Brennan   Dim 22 Nov 2015 - 0:20

Bienvenue Very Happy
Ta fiche n'est pas fini que je veux déjà un lien voila Smile
Tamriel l'exige par que nos persos irons trop bien ensemble



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Présentation de Colleen Brennan   Dim 22 Nov 2015 - 0:59

Tamara C. Kroeger a écrit:
Bienvenue Very Happy
Ta fiche n'est pas fini que je veux déjà un lien voila Smile
Tamriel l'exige par que nos persos irons trop bien ensemble

Héhé merci, j'avoue que nos persos ont l'air d'avoir des tas de points en commun
Viens me voir en privé pour le lien si tu veux !
Revenir en haut Aller en bas
Jaden Preston
Administrateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 08/09/2014
Messages : 1364
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Présentation de Colleen Brennan   Dim 22 Nov 2015 - 1:50



bienvenue sur le forum !

Te voilà fraîchement inscrit sur The Walking Dead RPG ! Après avoir lu consciencieusement le règlement du forum, voilà quelques petites choses à retenir pour tes débuts parmi nous :

1 – Le délai pour finir ta fiche est de 10 jours. Un délai supplémentaire peut être accordé par un Administrateur.

2 – Si tu as oublié de le faire avant de t'inscrire, jette un petit coup d’œil aux bottins des noms, des prénoms, des métiers et des avatars.

3 – Lors du choix de ton avatar, il est important de bien respecter ces deux points du règlement : Les images choisies doivent être cohérentes avec le contexte, et l'âge de ton personnage avec l'aspect physique de ta célébrité.

4 – Afin d'éviter les RP répétitifs d'intégration dans un camp, nous te conseillons d'intégrer ton personnage à un groupe dès son histoire ! Si tu choisis d'intégrer le groupe des solitaires, il te faudra conserver ce statut durant 1 mois minimum avant de pouvoir t'installer dans l'un des groupes sédentaires.

5 – Si ton histoire comporte des personnages que tu souhaiterais proposer en Scénario, sache qu'il faudra également patienter 1 mois et être actif en zone RP.

6 – Une fois ta fiche terminée, signale le dans ce sujet AVERTIR ▬ FICHE TERMINÉE.

Bonne rédaction !


Bienvenue ^^ Si tu as la moindre question n'hésite pas à me joindre par mp !


You handle your own when you become a man

And become a man when you handle your own
Ain't much I can do but I'll do what I can
But what can I do if I do till it's gone...
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1263
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Présentation de Colleen Brennan   Dim 22 Nov 2015 - 9:00

Hey ! Bienvenue ! Smile
Moi aussi je me rajoute au club des gens qui veulent déjà un lien alors que ta fiche n'est pas finie ahah. Je suis sûr que Selene aurait pu traîner avec quelqu'un comme Colleen au lycée :p. Courage pour la suite !


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1637
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Présentation de Colleen Brennan   Dim 22 Nov 2015 - 9:11

Bienvenue à toi et bon courage pour le reste de ta fiche ! =)



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Présentation de Colleen Brennan   Aujourd'hui à 21:37

Revenir en haut Aller en bas
 

Présentation de Colleen Brennan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Personnages Morts/ Supprimés.-