Partagez | .
 

 Won't you spare me over til another year

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1875
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Won't you spare me over til another year   Lun 23 Nov - 13:40

Il avait entièrement imaginé ce qu'il avait vu. Cela n'avait été que le fruit de son imagination après les multiples vidéos vus sur internet et aux informations télévisées. C'était étonnant parfois de voir comment l'esprit de l'Homme pouvait reconstituer des scénarios aussi improbables. Il suffisait d'une image de trop, particulièrement choquante, pour que les rêves se transforment en cauchemar.

Jasper était monté sur le toit de l'ascenseur à la suite d'Ana sans réellement vouloir comprendre ce qu'il avait vu. Ce couteau qui s'était retrouvé figé dans le crâne de la dame n'avait été qu'un pure geste de légitime défense face au danger trop proche. Il n'avait pas tuer cette dame, et cette dernière n'avait pas tenter d'attraper Carmen. Il n'avait pas non plus cru voir deux infectés dévorer le corps de Mary, arrachant tout ce qu'ils pouvaient, déchirant sa chair qui était devenu écarlate.
Cela n'avait été que le fruit de son imagination. Il allait se réveiller dans le motel dans quelques secondes. Pourtant ce qui s'était produit jusque là avait été tout à fait réel. Rien d'illogique ne s'était produit, tout avait été parfaitement tangible. Comme l'odeur du sang dans ses narines et cette peur qui battait dans son coeur et ses tempes étaient trop réelles pour être une invention de son esprit. Puis, à dire vrai, l'imagination n'allait jamais aussi loin dans les détails... Même en situation de crise. Certains éléments restaient toujours flous. Comme le moment où il monta prestement sur le toit de l'ascenseur et qu'il se hissa sur l'échelle.
Retrouver l'extérieur ne lui fit aucun bien. Il ne ressentit même pas de soulagement. Il était encore sonné alors que des questions commençaient peu à peu à s'imposer à lui. En ne voyant pas sortir Mary sur le toit, il fut contraint de se rendre à l'évidence. Elle ne sortirait pas sa tête de là parce que le corps sanguinolent au sol avait été le sien. Pourtant, cela ne l'empêcha pas d'être sourd et de continuer à fixer l'ouverture. C'était presque s'il entendait encore les cris de Mary raisonner au creux de son oreille. Elle était toujours en vie, et il l'avait carrément abandonné. Écoutant son envie de fuir. D'ailleurs, il y avait même laisser son couteau. Le retirer du crâne de la vieille dame ne lui était pas venu à l'esprit. Son instinct de survie lui avait juste dit de fuir.

Qu'aurait-elle fait elle ?

« Désolé de... ? De quoi ? Vous avez quoi à vous reprocher ? » Lâcha t-il au bout de quelques secondes. Il avait peut être répondu tardivement à cette première tentative d'approche. Erreur de timing, il avait échoué aussi. Mais ils étaient là, en haut, loin de ce qui s'était produit, de ces choses décharnées.

« On descend par les escaliers extérieurs... Ok. » Poursuivit-il en quittant le regard de la brune. Il ne prit même pas la peine de regarder la soeur de celle-ci. En réalité, Jasper ne réalisait pas vraiment. Il avait beau s'être répéter qu'elle était bel et bien morte, pour de vrai, il n'était pas sûr. Il n'avait pas envie d'être sur de ça. Tout était encore flou dans son esprit. Devait-il descendre pour s'assurer qu'il ne venait pas de lâcher Mary alors qu'elle vivait toujours ? En serait-il réellement capable ? Parce que là où il se trouvait, il était en sécurité. Les infectés étaient là, en bas, loin, et il ne prendrait pas le risque de voir leurs mâchoires se rapprocher. Non. Il n'en serait pas capable, et il ne descendrait jamais cette échelle parce qu'il n'y avait plus rien à vérifier en bas. Elle était morte. Et au même titre que Carmen, il n'avait rien pu faire. Il n'avait pas vraiment essayé.

« Ça va. On descend. » Il faut faire vite. Peut être qu'il y en aurait d'autres sur le chemin. Peut être qu'en fin de compte il trouverait Mary en bas, à les engueuler de l'avoir lâcher. Il penserait peut être à lui dire qu'elle avait eu raison, ils auraient dû oublier les médicaments et aller s'en procurer peut être dans les villes en périphérie. Pourquoi il y avait du sang sur ses mains. « Ça va. Faut que je quitte cette ville de malade. » Il ne reconnaissait pas vraiment sa voix. Neutre, légèrement écaillé. L'objectif d'aller à la voiture prit toute la place dans son esprit. Il se répéta d'aller chercher leur voiture. Il avait trop de truc dans cette voiture pour qu'il l'oublie et la laisse là. Mary n'avait pas préparer de provision pour rien. Sur ces derniers mots il s'était tourné vers les escaliers pour les descendre sans un mot, à la suite d'Ana. Il ne prononça d'ailleurs rien de plus jusqu'à la voiture où il entra à l'arrière. Pendant une fraction de seconde il crut voir le sourire de la rousse dans le reflet du carreau mais se concentra sur le dossier du siège en face de lui.

Vider son esprit était la meilleure solution. Mais penser à rien revenait à se torturer davantage. * T'es sur qu'elle est vraiment morte ? Elle va peut être mourir là, si tu ne rentres pas dans l'immeuble. * Mais lui était parfaitement en vie, sans égratignure. Peut être. Le rétroviseur lui renvoyait une image pas forcément reluisante de lui même, une image qui lui fit presque aussi peur que ce qu'il avait vu quelques minutes plus tôt. Les mains tremblantes alors qu'il glissait sa main dans sa poche pour en sortir un paquet de mouchoirs. Paquet qui fut assez vite parsemé de rouge lui aussi. C'était son sang à elle, le sien ou celui de l'autre qui avait voulu passer la porte du hall ? À qui ? Quelle question. Il n'y avait pas de réponses. Aucune.

Ses mains continuaient à trembler. La recette était de se vider l'esprit. Comment le pouvait-il avec cette main qui saignait ? C'était à peine s'il s'en souvenait. Comment s'était-il coupé d'ailleurs ? Il leva les yeux vers l'une des deux jeunes femmes, celle au volant. « Vous avez une trousse de secours ? Quelque chose pour faire un bandage de fortune ? » Il n'avait plus de mouchoirs pour essuyer le sang sur son visage et sur sa main. Il s'en était mis sur le pantalon d'ailleurs. Le spectacle de la banquette arrière était déstabilisant à voir. Les mouchoirs jonchaient de ci de là sans qu'il ne l'ait remarqué vraiment. Un après l'autre, il les avait user, tâtant son visage nerveusement. Plus le paysage à la fenêtre défilait, plus son souffle s'accélérait. « Vous avez ça ou pas ? » Murmura t-il immédiatement après sa première réplique. Sans attendre.


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 731
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Won't you spare me over til another year   Lun 23 Nov - 15:06


Se remuer alors qu'elle n'aspirait qu'à rester allongée relevait de l'effort surhumain dans l'immédiat, alors que Jasper lui demandait ce qu'elle se reprochait. Un instant elle croisa son regard, sans trouver quelque chose à rajouter. Avait-il été absent de la scène ?
Se forçant à reprendre une respiration calme, alors que ses tempes tambourinaient douloureusement, et qu'il fallait se remettre à courir pour rester en vie dans cette ville qui désormais lui semblait morte. Ou du moins, ce quartier de la ville. Le silence parfois rompu par un coup de feu lui rappelait qu'ailleurs, la ville fourmillait encore de coeur battant. Y'en avaient-ils d'autres qui comme eux, s'escrimaient à s'en sortir en essuyant les pires pertes ? Sans doute que oui, mais elle préférait ne pas le savoir et se concentrer sur la descente des escaliers de secours alors qu'elle entendait presque lointainement le jeune homme maintenir qu'il devait quitter la ville alors qu'ils se dirigeaient presque machinalement vers leur véhicule.

Et sa voiture ? S'enquit Ana avec un air soucieux alors qu'elle essayait tant bien que mal de calmer ses sanglots.
J'viendrais la récupérer... On va pas se séparer à nouveau, et vu la population du coin elle ne risque pas de se faire voler par qui que ce soit.

Parler, maintenir des phrases sensées, voilà ce qu'elle devait faire. Garder la tête froide, et attendre encore un peu pour se laisser aller. Et puis, il y avait quoi de vital dans cette voiture ? Elles mêmes avaient des vivres qu'elles pourraient partager avec lui, sans s'inquiéter de quoi que ce soit. Alors qu'Ana se laissait tomber sur le siège passager du 4x4, Jasper avait investi la banquette arrière. Dans la logique c'était donc à elle de conduire. Bon...
La culpabilité. Voilà ce qui la rongeait. Direction le motel d'une certaine route 509, dans un endroit qu'une jeune femme lui avait indiqué avant de se faire dévorer vivante par ces malades. Elle n'avait pas réussi à sauver cette femme, et elle devait sa vie au petit ami de ce dernier qui l'avait empêché de subir un drôle de sort. Quelle ironie. La logique aurait voulu qu'elle y reste et que le couple s'occupe d'Ana le temps qu'elle se remette, pas l'inverse. Rien que d'y penser, elle n'osait même pas croiser le regard bleu de l'homme dans le rétroviseur, préférant tenter comme elle le pouvait de se concentrer sur les petites routes qui les amèneraient au dit lieu.

En réalité, ce fût la voix de Jasper qui la sortit de son état de choc, alors qu'elle relevait ses yeux en amande vers le rétroviseur tandis qu'il demandait une trousse de soin. Et l'espace d'une seconde, le nombre de mouchoirs imbibés de sang lui fit un parallèle à la mort de Mary, et son sang noircissant ses vêtements. Elle eut tout juste le temps d'ouvrir la bouche pour répondre qu'il enchaîna à nouveau, alors qu'elle serrait les machoires. Ne pas s'énerver, alors qu'il devait être encore plus choqué qu'elle. Ana lui jeta un regard presque angoissé, avant qu'elle ne stoppe la voiture en plein milieu de la route, ouvrant sa portière.
Si tout le monde perdait pied, elle n'allait pas mettre très longtemps avant d'imploser.

Ana, prends le relais. Tu suis jusqu'à la 509, d'accord ?
Prends mon sac, y'a ce qu'il faut dedans... Souffla t-elle, bien contente de ne pas avoir à se retrouver sur une banquette imbibée de tissu ensanglanté après l'épisode traumatisant de l'ascenseur.

Acquiesçant, elle récupéra rapidement la petite trousse de soin, alors qu'elle venait prendre place à côté du jeune homme tandis que la voiture reprenait la route. Son propre bras avait saigné, mais en quantité minimes comparé à lui.

Laisse moi voir...   Demanda t-elle avec douceur, alors qu'elle sortait désinfectant et bandages du sac, les posant sur le siège entre eux deux.

Les bandages de fortune, elle en avait préparé des tas. Parce que dans le monde de la nuit à ses débuts, il y avait toujours eu un con qui finissait avec une arcade explosée ou une entaille à la main après être tombé sur des débris, et qu'il fallait bien les prendre un minimum en charge avant que les pompiers n'arrivent. Mais avec tout ce sang... Difficile de comprendre d'ou la blessure provenait. Pourtant, elle était persuadée qu'à aucun moment il n'avait été mordu ou agressée par les malades. Peut-être s'était-il blessé en remontant l'échelle ?

Va falloir que je nettoie pour y voir plus clair. Précisa t-elle en imbibant de lotion un chiffon propre. T'en as même sur le visage... Fit-elle remarquer avant d'épancher avec douceur les endroits ou le sang prenait trop de place. Le silence s'était fait dans la voiture, alors qu'Ana tentait à nouveau de joindre son petit ami disparu, comblant de temps à autre le silence en insultant les opérateurs.

Enfin, elle commençait à y voir plus clair alors que l'entaille découverte était nettoyée. Préparant le bandage en le déroulant, elle ramena un instant son regard sur Jasper.

Tu veux que je m'en occupe ou tu sais le faire ?

Elle eut à peine le temps d'avoir la réponse qu'Ana reprenait la parole, faisant remarquer qu'ils arrivaient devant le dit motel. Relevant les yeux vers le bâtiment alors que sa soeur avait déjà sauté hors de la voiture pour explorer l'endroit, trouvant le moyen de s'extasier de la grandeur des lieux. Ana avait toujours eu cette faculté à foutre dans un coin les pires instant de sa vie pour relativiser, à sa grande différence;
Laissant le propriétaire des lieux quitter à son tour la voiture après que les premiers soins aient été prodigués, elle sortit enfin frissonnant sous le froid de l'atmosphère. Venant rejoindre le duo, elle ne put s'empêcher de demander.

Ca faisait combien de temps que vous étiez là dedans ?

C'était immense, comparé au 4x4 qui servait de lit depuis leur escapade de dernière minute. Elle se perdit un instant à observer le paysage alors qu'Ana commençait déjà à se sentir chez elle en sortant son propre sac de voyage, parlant de nourriture, repos, matelas et autres luxes qu'elle appréciait tant, la laissant seule avec Jasper alors qu'elle se sentait encore plus mal à l'aise de se dire que Mary n'était plus là.

Ecoute... Ana à tendance à rapidement s'adapter, pour ne pas dire qu'elle va rapidement se monopoliser une chambre ici, mais... si tu estime que l'on à droit de dormir ici une seule nuit, j'comprendrais et je retourne chercher l'autre voiture tout de suite pour partir demain à l'aube.

Baissant un instant le regard vers le sol, elle inspira profondément avant de reprendre la parole en resserrant sa veste contre elle.

Ces trucs là. Ils étaient trop nombreux tout à l'heure. Beaucoup trop.

Elle ne voulait pas parler des cris de la rousse, ou du sang qui imbibait ses vêtements malgré les flash qui se déroulaient dans son esprit. Juste tenter de se déculpabiliser un peu de ne pas avoir été une héroïne.

Tu devrais rentrer. Ana était infirmière, elle saura te dire si il y à besoin de points pour ton entaille, et désinfecter le tout nettement mieux que moi.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1875
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Won't you spare me over til another year   Ven 27 Nov - 23:20

Il n'avait pas envie de réaliser tout à fait, ni de comprendre ce qu'il faisait et si les bandages allaient être vraiment utile. La voiture s'était arrêtée. La portière à sa droite s'était ouverte sur le visage de la brune qui tenait la dites trousse de soin. Elle était venue l'aider, c'était aussi simple. Il n'était pas sûr d'avoir réclamer autant. Même s'il avait dû désinfecter comme un tarde et enrouler le bandage de travers, ça lui aurait suffis. Ça aurait occupé temporairement son esprit, il se serait concentrer sur ça. En la laissant faire, en quoi cela l'aiderait à faire disparaître son trouble ? Jasper allait trouver autre chose sur le vif.

Ce qu'il aurait pu faire, c'était de refuser ces soins. Mais il fallait se rendre à l'évidence, ce serait beaucoup pratique, beaucoup plus propre et efficace si elle, elle le faisait. Il n'y voyait rien. Le rétroviseur lui renvoyait une image qui ne lui plaisait pas et qui réanimait cette peur panique. Valait mieux qu'il s'occupe d'essuyer maladroitement tout ça, de se concentrer sur ses gestes, sur sa respiration et sur le bruit des graviers sur la route.

L'ancien psychologue fronça les sourcils lorsqu'elle avait précisé qu'il en avait plein sur le visage. Du sang, c'était ça. Ce qu'il avait tenté de retirer tout à l'heure et qu'il avait dû étaler. Son sang, c'était uniquement le sien, pas celui d'une autre ou d'un autre.
Alors, il la laissa faire. Nettoyer. Le coton sur sa peau était désagréable mais il n'en faisait pas part. Pourtant, il acquiesçait à ses questions sans plus de conviction. Il essayait surtout de ne penser à rien. Vider son esprit allait lui permettre de mieux analyser ce qui venait de se passer. Alors pourquoi c'était aussi impossible de détourner son esprit du corps immobile de Mary qu'il avait vu se faire bouffer ?
Le regard dans le vague, le désinfectant sur sa main le tira violemment de sa rêverie. Il sursautait un peu, ses dents grinçaient dans sa mâchoire. Un écho qui lui parut bien trop désagréable. Mais il n'en toucha pas un mot jusqu'à leur arrivé au dit motel. Lieu qui ne lui rappelait des éléments dont il l'avait aucune envie de se souvenir. Il avait mis quelques secondes avant de sortir, tenant sa main comme si elle lui brûlait. Pourtant, Jasper ne ressentait plus grand chose de coté là. Le désinfectant avait endormi la plaie et il pouvait être reconnaissant qu'elles avaient ce genre de chose dans leur voiture. Ce n'est pas pour autant qu'il remercia la jeune femme qui était sortie du véhicule quelques secondes après lui.

« Ça m'est égal. Tu crois sérieusement que c'est important là, tout de suite, de prendre ce genre de décision ? Est-ce sage de vous demander de partir au plus vite d'ici alors que la ville est un vrai piège à rats ? » Pourtant, il mourrait d'envie d'être seul même en savant que ce n'était pas la meilleure des choses à faire. La solitude l'obligerait à se renfermer sur lui, à se morfondre, à attendre que quelque chose n'arrive ou n'arrive pas. Les idées noires rongeaient l'esprit bien plus vite de cette façon, parce que l'esprit était plus fragile, plus sensible.

« Installez-vous ici le temps que vous voudrez. J'habite pas ici... Autant que cet endroit soit utile à quelqu'un. » Marmonna t-il en se dirigeant vers le motel délabré. Le bâtiment était dans un sale état, les murs avaient une sale tronche. Il entendait encore Mary lui dire qu'ils allaient se les gelé à l'intérieur l'hivers. Mal isolé, des fenêtres cassés. C'était pas la joie, mais c'était suffisant en attendant. « C'est toujours mieux que de dormir dans une voiture. » Il aurait pu sourire à moitié à son sarcasme, mais il n'avait même pas la force de le faire. D'ailleurs pourquoi avait-il dit ça ? Pourquoi avoir faire un commentaire alors qu'il n'avait envie que d'une chose, retrouver la chambre 52 pour s'y morfondre et attendre que le temps passe. Puis sa main ne tarderait pas à l'élancer de nouveau, son cerveau allait rapidement lui remettre les souvenirs en place. Il allait forcément se rendre compte qu'il manquait quelqu'un, et qu'il n'allait pas se réveiller d'un cauchemar incroyablement long. Tout ce dont il avait besoin, c'était d'essayer de dormir et d'oublier. De mettre des barrières autour de lui pour ne plus rien entendre de désagréables. S'il avait été possible d'effacer tous ces souvenirs pour les récupérer au matin, ça l'aurait tellement arranger. Il se montrait pas franchement agréable, surtout après les soins de la jeune femme et sa proposition d'aller voir sa soeur pour vérifier l'entaille. Mais qu'y pouvait-il ? Ce besoin de se retrouver seul éloigner de tout était bien plus puissant, comme si la chambre du dernier étage l'attirait comme un aimant. « Vous avez toute la place que vous voudrez. Mais privilégiez les derniers étages. On sait jamais. » Globalement, les souvenirs encore très frais de la vérification des lieux avec Mary s'imposait à son esprit. Il n'avait pas envie de s'étaler, il n'y avait pas besoin de parler de ça. Ça lui disait qu'elle n'était plus. Il aurait peut être besoin de point de suture en fin de compte. Mais ça l'empêcha pas de foncer tout droit vers l'entrée du motel pour commencer à accéder aux étages. C'était pas le moment de lui mettre une aiguille dans la main, sans anesthésie en plus.


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 731
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Won't you spare me over til another year   Sam 28 Nov - 0:41


Non, c'est sûr. Mais au vu des circonstances, je préfère ne pas m'imposer si tu n'en as pas envie. Fit-elle remarquer d'un ton neutre en observant le motel, préférant ne pas croiser son regard.

Elle fit l'impasse sur son ton froid. Qui ne l'aurait pas été en de telles circonstances après tout ? Elle hocha la tête tandis qu'il affirmait qu'elles pouvaient s'installer, lançant une petite réflexion un brin sarcastique sur leur mode de vie. Une seconde, elle ramena son regard sur lui, enfonçant les mains dans les poches de sa veste.

Ah ça... C'est sûr ouais...

Quand bien même elle finirait par reprendre la route, elle se débrouillerait pour trouver un nécessaire de campement mais plus jamais, son dos ne se poserait une nuit entière contre le dossier du siège passager de cette foutue voiture;
Privilégier les derniers étages fit-il remarquer. Sans mot dire, Carmen l'observa un instant en fronçant légèrement les sourcils, notant tout de même l'information dans un coin de sa tête.
Ce fût presque mécaniquement qu'elle suivit le pas de Jasper en direction du motel, alors qu'il montrait clairement vouloir rester seule. Pour sa part, visiter un motel inconnu n'était pas son genre mais pourquoi pas. Les derniers étages avait-il dit. Resserrant les pans de sa veste contre sa taille, elle s'apprêtait à faire un tour du côté du réfectoire avant de se tourner une dernière fois vers son coéquipier de fortune. Effleurant à peine son épaule pour qu'il tourne la tête vers lui, elle hésita sur les phrases à sortir. Y'avait-il vraiment une phrase quelconque capable de soulager la douleur de la perte d'une proche ? Sans doute pas. Elle même ne s'imaginait pas une seule seconde perdre Ana après tout, alors lui qui venait de perdre sa petite amie...

Merci. Parvint-elle toutefois à articuler au jeune homme, se reculant d'un pas. C'était déjà mieux que rien...

En silence, elle fit le tour du propriétaire, se permettant au moins de bloquer la porte d'entrée avant de faire le tour des chambres, finissant par jeter son dévolu sur une petite chambre double au bout du couloir, non loin de celle qu'Ana venait de monopoliser en s'occupant l'esprit à coups de relooking de sa chambre temporaire.
Pour sa part, elle se contenta de jeter ses affaires dans un coin, essayant tant bien que mal de fermer les rideaux pour conserver un minimum de chaleur dans la pièce.

Tu pense que ça va aller ici ?

Elle n'avait pas entendu Ana dans son dos, alors que cette dernière refermait la porte pour venir s'accouder à ses côtés à la fenêtre, observant la voiture vide de tout chargement au pied du motel.

On verra bien. On en saura plus demain de toute manière.

Voilà, c'était ça la solution. La nuit portait conseil après tout, et à défaut d'être incapable de donner une réponse concise aux inquiétudes de sa soeur, mieux valait attendre le lever du soleil pour en discuter à tête reposée.
Rapidement, Ana finit par l'abandonner pour retourner dans sa chambre. Sans doute pour évacuer la pression à sa manière, pensa l'ex gérante, tandis qu'elle même se laissait tomber sur le matelas épais du lit, fixant le plafond. La simple idée de fermer les yeux et se rappeler les images de la journée la terrifiait, malgré que son corps ne lui réclame quelques heures de sommeil dans un vrai lit.

Demain serait un autre jour, et avec un peu de chance, les choses iraient en s'arrangeant. Avec un peu de chance...


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Won't you spare me over til another year   Aujourd'hui à 3:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Won't you spare me over til another year

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» ONE YEAR ▬ discours d'un kangourou bourru
» HAPPY NEW YEAR
» We wish you a merry chrismas and !a! happy new year ♪
» Mon dieu à moi... [LIBRE Senior Year-A]
» [Hook Island] 1616, year of meetings

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-