Partagez | .
 

 If I loose myself, I loose it all.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: If I loose myself, I loose it all.   Mar 3 Nov 2015 - 22:03


Tenter de garder son calme dans un environnement comme celui-ci, avait le don de lui donner encore plus envie de hurler. Par chance, Norman avait cette manie de calmer ses envies de crises de nerfs impromptue, rien que par sa façon de conserver le sourire. Il avait bien posé plusieurs questions auxquelles elle avait tenté de répondre comme elle pouvait, mais le fait de n'avoir aucune nouvelle de Gary tendait son corps comme la corde d'un arc. Les réseaux saturés l'empêchaient d'avoir de ses nouvelles, et ne pas savoir ou il était et si il allait bien la faisait mourir d'inquiétude. Alors que le stade était silencieux, elle avait passé une grande partie de la nuit allongée à fixer le plafond en toile de la tente, Norman collé contre son flanc sans parvenir à fermer l'oeil. Du moins, il lui avait semblé. Parce que ce fût les bribes de conversation qui lui firent ouvrir les yeux alors qu'elle constatait que son fils n'était plus à ses côtés. Immédiatement, la torpeur du réveil dégagea pour laisser place à l'adrénaline, se relevant d'un bond. Ou était-il passé encore ?

Sortant de la tente en catastrophe en enfilant à la va vite ses bottines, elle chercha du regard sans le trouver tandis qu'une main invisible et glacée venait torturer son ventre. Manquerait plus que ça tiens, qu'elle perde son fils quelque part dans le stade. Comme si elle avait besoin de ce genre de stress avec tout ce qui se déroulait dans sa vie.

Norman ?

Pourquoi avait-elle fait un gosse en fait ? Parce que là tout de suite, s'inquiéter comme une mère au foyer l'insupportait autant que de ne pas savoir ou son enfant parfait se trouvait, malgré le fait qu'elle crie son nom une nouvelle fois. Un soldat l'observa bien du coin de l'oeil sans qu'elle ne daigne le regarder, cherchant encore. Passée 30 secondes de patience, elle finit par tourner le regard vers ses voisins de campement. Elle ne leur avait jamais parlé, encore moins regardé, mais avec un peu de chance, sans doute qu'ils auraient croisé son fils.
Son voisin passa à quelques centimètres d'elle, alors qu'elel triturait nerveusement son collier en tentant d'avoir les yeux partout. Lui tapant sur l'épaule d'un geste vif pour l'inciter à se retourner, elle lança.

Ola, machin. J'te dérange un instant, mais je cherche mon fils. Assez grand, sept ans, les yeux bleus et les cheveux foncés, ça t'parles ?

Son petit con de fils, manqua t-elle de préciser. Parce qu'il n'y avait bien que Norman pour lui faire frôler la crise cardiaque comme ça alors qu'elle avait bien stipulé dans son planning de la semaine qu'il ne pouvait pas s'éloigner de la tente tant qu'elle même ne se réveillait pas. Bordel. Tout pour bien attaquer la journée.

J'préfère te demander à toi, parce que j'doute que les soldats fassent la différence entre mon gamin et celui de la famille d'en face là-bas. Dit-elle en désignant un couple d'afro américain avec son éternel air blasé. BREF. Mon gosse. Tu l'as vu ou pas ?

Tant pis pour les présentations, elle aurait tout le loisir de le faire une fois que sa priorité aurait été retrouvé. Si elle n'étranglait pas Norman une fois qu'elle le retrouverait, pour la peur bleue qu'il lui collait dès le matin. C'était pas cette épidémie stupide qui allait la tuer avant l'heure, c'était lui. Lui, et Gary qui avait disparu des écrans radars, et qui finirait par la massacrer elle si elle expliquait que Norman s'était évanoui dans la nature alors qu'elle avait réussi à dormir une heure dans la nuit...


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1640
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: If I loose myself, I loose it all.   Mer 4 Nov 2015 - 21:03



❝If I loose Myself,
I loose it all.❞
Rose & Alan

    Une nuit de plus où mon sommeil avait été plus qu’agité, ça en devenait presque pesant mais que pouvions nous y faire ? Je ne crois cependant pas être le seul dans ce cas, peut-être que tout le monde se prépare à devoir partir en vitesse à un moment ou un autre, prendre toutes ses affaires -pour le peu qu'on a emporté- et sa famille sous le bras et aller je ne sais où. C'est, je pense, l'une des craintes principales de la plupart des gens, personne n'est capable de dire de quoi sera fait demain et cela me rend dans un état d'angoisse constant. Qui sait si ces militaires ne vont pas un jour ou l'autre être dépassés par ce qu'il y a dehors et filer sans demander leurs restes ? Et il y a quoi, dehors ? La seule chose qui m'a sauté aux yeux lors de notre trajet jusqu'ici était tous ces bâtiments pillés, toutes ces voitures stoppées net ci et là ; un vrai paysage apocalyptique à n'en pas douter. Mais à part quelques malades, qu'est ce qu'on fuit au juste ? D'autres le savent certainement, mais je ne suis pas du même genre que Christy à aller discuter à droite à gauche ; j'imagine que tout le monde a ses propres soucis en ce moment et ce n'est pas la peine d'en rajouter.

    La jour semble à peine se lever et l'atmosphère dans le stade est encore bien calme, les familles se réveillent petit à petit et un brouhaha relativement discret pour le moment commence à se faire entendre. Regardant autour de moi, je remarque que ma femme n'est déjà plus là et que Sven n'est toujours pas revenu ; ils doivent certainement traîner dans le coin, à chercher quelque chose à faire pour passer cette nouvelle journée coincés ici. Regardant vers les hauteurs, je vois des militaires qui font leurs rondes, comme chaque jour. Passant une main sur mon visage comme pour m’ôter ce cauchemar de la tête, j'entends une femme appeler je ne sais qui ; me retournant lentement, je reconnaît la brune qui a une tente près de nous. Elle semble s'adresser aux militaires et, reportant mon attention sur eux, je remarque qu'aucun ne daigne lui répondre. C'est à ce moment là que je sens une tape sur mon épaule. A peine ai-je le temps de croiser son regard qu'elle s'active en paroles et me déblatère la raison de son agitation. D'abord un peu étonné par sa... politesse, je reste sans voix, attendant qu'elle finisse son explication. Comprenant la raison de son angoisse, je décide de ne pas tenir compte du nom auquel j'ai eu droit et de son tutoiement spontané. M'éclaircissant la gorge, je lui réponds posément :

« Je crois l'avoir vu oui, il est venu il y a une demie heure environ pour demander à mon fils de l'accompagner trouver quelque chose à grignoter. »

    Cet épisode m'était complètement sorti de la tête, il est vrai que je ne surveillais plus Sven autant que s'il avait encore dix ans et que malgré mes inquiétudes, je me doutais qu'il n'était pas assez idiot pour sortir du stade ; bien que la curiosité peut pousser à beaucoup de choses. Regardant à droite à gauche, je reprends la parole.

« Ils ne doivent pas être loin. Je peux vous aider à les chercher si vous voulez. »

    Je n'ai rien de mieux à faire de toute façon. Je m'abstiens néanmoins d'ajouter cela, rien ne sert d'ajouter mon cynisme à la situation déjà compliquée de la brune. M'asseyant pour enfiler mes chaussures, j'accélère le rythme en sentant l'impatience de la femme que je sens prête à courir dans tout le stade pour retrouver son enfant. Me relevant, je passe une main nerveuse dans mes cheveux en commençant à descendre les marches des gradins.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: If I loose myself, I loose it all.   Jeu 5 Nov 2015 - 18:08


Ah oui, la politesse. Elle nota bien le regard surpris de l'homme quand elle lui tomba dessus, mais ne s'en formalisa pas, quand bien même à sa place, elle l'aurait envoyé bouler avec fracas pour avoir été traitée de la sorte.
Par chance, il accepta de l'aider à à défaut de parler, son regard empli de reconnaissance signifiait clairement ce qu'elle en pensait. Par chance, Norman semblait être avec son fils, de ce qu'il disait. Elle manqua bien de lui demander si il trouvait ça responsable de laisser son môme partir à l'aventure, mais si le môme en question était le jeune homme qu'elle avait croisé la dernière fois, il devait être au moins majeur.

Muchas gracias... Lâcha t-elle enfin, lui accordant un petit sourire presque timide.

Dévalant les gradins du plus vite possible, il ne leur fallût pas longtemps pour retrouver les boucles brunes de Norman quelques mètres plus bas, effectivement accompagné d'un garçon plus âgé que lui. La vingtaine, sans doute dans ces eaux là. Se pointant derrière son fils les bras croisés contre sa poitrine et le regard noirci de colère, Norman eut tout juste le temps de se retourner tandis que son sourire s'effaçait rapidement de ses lèvres.

Qu'est-ce qu'on avait dit ?
Mais tu dormais !
Perdon ? C'est pas une raison pour disparaître comme ça, j'étais morte d'inquiétude put.... ZUT.

Pas de gros mots. Pas d'insultes en espagnol auxquelles sont fils aurait répondu volontiers avec un grand sourire pour montrer à quel point il maîtrisait la langue maternelle. Se taire et inspirer profondément en essayant de calmer ses nerfs qui lui hurlaient d'étrangler la prunelle de ses yeux. Et comme à chaque fois, la mine de chien battu de son fils avec ses immenses yeux clairs eurent le don de l'apaiser.

Pardon. Marmonna t-il, avant de rajouter précipitamment. Hé, j'peux rester avec Sven ? Maintenant tu sais ou je suis t'façon !

Ce gosse était pire que son père. Il l'aurait à l'usure, elle le savait. Elle n'atteindrait jamais la quarantaine si elle devait se taper une crise cardiaque par jour. Alors, quand en plus ledit Sven confirma qu'il n'y avait pas de problèmes, elle ne put que hocher la tête, rappelant à son fils de ne pas s'attarder, et se retrouvant seule avec... Machin. Enfin, le père de Sven de ce qu'elle avait suivi.
Soupirant, elle sortit un paquet de cigarette de sa poche, allumant cette dernière rapidement. La nicotine lui fit un bien fou, avant qu'elle ne puisse enfin reprendre la parole avec son interlocuteur.

Merci infiniment. Et heu... Désolée pour le réveil énergique, je dois avouer que j'ai un peu... Paniqué. Admit-elle du bout des lèvres, tirant à nouveau sur sa cigarette en se sentant la reine des connes. Je suis toute seule ici avec lui, et parfoi j'ai tendance à oublier qu'il grandit un peu trop vite pour son âge...


Sans compter qu'en plus de passer pour la pire mère du monde, elle ne connaissait toujours pas son nom. Pratique ça. Paye ton statut de connasse arrogante tiens.

D'ailleurs, j'me suis même pas présentée. Rose Warren. Et to... Et vous ?

Politesse. Politesse. Politesse. Ne pas commencer à se mettre à dos toute la clique des réfugiés. Tendre la main pour serrer celle de Mr Machin qui l'avait aidé à retrouver Norman.
Puis, la curiosité prit le dessus.

Vous êtes ici avec toute votre famille si j'ai bien compris ?

Il avait bien de la chance si c'était le cas. Elle ne put s'empêcher d'avoir une pensée pour Gary, se demandant si il était toujours sur la route, ou bloqué quelque part...



So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1640
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: If I loose myself, I loose it all.   Ven 6 Nov 2015 - 20:01



❝If I loose Myself,
I loose it all.❞
Rose & Alan

    Bien que je n'ai pas de réelles notions en espagnol, je compris parfaitement sa réponse à répondis à son sourire qui était à la fois reconnaissant et gêné. La suivant rapidement, je remarquais que la mère angoissée à l'idée de perdre son enfant repris rapidement sa place ; lorsqu'elle s'adressa à son enfant, le regard en feu, je vis Sven me regarder d'un air presque désolé, il n'avait certainement aucune envie d'être à la place du jeune. Mais l'atmosphère se calma rapidement, décidément, ce gosse avait l'air de savoir quelle attitude adopter avec sa mère. Il demanda à rester encore à Sven ce qui fut accepter. Avant de partir, m'approchant de mon fils, je lui lançais en un murmure :

« Fais attention à lui. »

    Il comprenait, évidemment, que même si lui était ''assez grand'' pour rester seul, il ne pouvait pas nier le fait que sa mère avait également un œil constant sur lui.

    Lorsque la femme alluma une cigarette, je m'avançais dans un coin un peu plus reculé afin que sa fumée ne dérange pas les familles alentours ; je souriais à son geste, comprenant parfaitement son besoin de nicotine à ce moment précis. Je ressentais également un manque, mais préférais garder le paquet qu'il me restait en cas de réel besoin ; qui sait si nous allons encore en trouver une fois sortis d'ici ? Écoutant d'une oreille attentive ce que la brune me disait, j'avais agité légèrement ma main, lui faisant comprendre que je ne lui en tenais pas rigueur.

« Ces gosses, ils finiront par nous rendre fous un jour. »

    J'omis de lui ajouter qu'il était bien normal de s'inquiéter ainsi au vu de la situation dans laquelle nous étions, rien ne servait d'en rajouter une couche à son angoisse. Je me senti également, et de manière relativement égoïste, heureux d'être ici avec ma famille ; que serait-il advenu si nous avions été séparés ainsi ? Une certaine tristesse m’envahis néanmoins à l'égard de la femme, elle devait en porter énormément sur ses épaules et ça ne devait pas être simple tous les jours... Lorsqu'elle se présenta je lui souris sincèrement, serrant sa main.

« Alan Karlson. »

    Je ne lançais pas de remarque concernant le tutoiement ou le vouvoiement, après tout, nous étions tous dans le même panier à présent et même si j'avais quelques soucis avec le manque de courtoisie, il ne servait à rien de tergiverser sur le sujet, nous allions certainement passer assez de temps ensemble pour ne plus s'en formaliser. Lorsqu'elle me demanda si j'étais là avec toute ma famille, me sortant de mes pensées, je réfléchis rapidement puis lui répondis.

« Pratiquement. Mon fils que vous avez vu et ma femme Christina, mais son premier fils, James, est resté à San Francisco. Nous sommes sans nouvelles pour le moment.
 »

    Marquant une pause, je me demandais s'il était réellement judicieux de lui retourner la question, mais ne pas le faire sous-entendrait que sa situation m'était égale et je ne souhaitais pas qu'elle ait cette impression.

« Vous êtes avec quelqu'un d'autre ici, en plus de votre fils ? »

    M'asseyant sur une marche derrière moi, je ne pu m'empêcher de succomber à la tentation en la voyant fumer et sortis également mon paquet de ma poche ; je ne pus m'empêcher de regarder aux alentours, guettant la présence de Christina, souhaitant éviter une quelconque remarque. Je devais paraître idiot à faire cela, tel un enfant qui a peur des représailles de ses parents.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: If I loose myself, I loose it all.   Dim 8 Nov 2015 - 0:50


A nous rendre fous, au moins oui. Si ils ne nous tuent pas avant... Soupira la chirurgienne, aspirant une nouvelle bouffée de cigarette qu'elle rejeta lentement vers le ciel, avant d'offrir un sourire doux amer à son voisin de fortune.
Alan Karlson qu'il s'appelait. Pour une fois depuis son arrivée au camp, Rose se dérida un peu, offrant un sourire plus sincère. A défaut de parler aux autres, Alan au moins avait un minimum de discussion et leurs familles respectives les rapprochaient un peu quelque part.

Sans doute que si il avait été sans enfant, il s'en serait pas mal foutu de savoir ou pouvait se trouver Norman, et inversement.
Discutant un peu de la situation, Rose en apprit donc un peu plus sur le reste de sa famille, retenant mentalement les noms des autres pour ne pas faire de bourdes. Christina, Sven, James... Dont le dernier était disparu des écrans radars avec la saturation des réseaux.

Hm... Pas de nouvelles, bonnes nouvelle ? Risqua t-elle comme phrase de réconfort, tout en sachant qu'elle devait se dire la même chose concernant sa propre famille. A la différence que le fait d'y penser lui plomba légèrement le moral.
Alors qu'il lui retournait la question, elle suivit son mouvement et s'assit à ses côtés, ramenant une mèche de cheveux derrière son oreille pour éviter qu'elle ne retombe dans ses yeux.

Non. En dehors de ma meilleure amie du moins, qui je dois l'avouer, me fait office de famille à l'heure actuelle. Vous avez dû la croiser, c'est la grande blonde qui sort avec tout ce qui est célibataire et de sexe masculin. Mon... mari/ex mari, était du côté de Phoenix quand tout à démarré, et il est injoignable. J'espère juste qu'il va bien, même si je le connais débrouillard.

Débrouillard, il l'était. Il avait survécu à pire après tout, même si ça ne l'empêchait pas de se faire un sang d'encre à l'idée de ne plus jamais le revoir sans pouvoir lui dire ce qu'elle ressentait sincèrement, ou le fait que Norman ne le revoit jamais. C'était inconcevable, tout bonnement.
Un regard en coin, elle nota le paquet de cigarette qui venait d'apparaître dans la conversation, lui tendant son briquet en rajoutant, un léger rire dans la voix.

Vous fumez en cachette pour les gosses, ou Madame Karlson ?

Après tout, elle même s'était forcée à ne jamais fumer devant son fils histoire d'éviter les mauvaises idées pour l'avenir. Il y avait déjà fort à faire avec toute la drogue que prenait son père pour en rajouter une couche monumentale.

Au pire, j'leur dirai que je vous ai forcé pour pas me sentir seule... Rajouta t-elle avec humour, tirant à nouveau sur sa cigarette.


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1640
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: If I loose myself, I loose it all.   Mar 10 Nov 2015 - 22:28



❝If I loose Myself,
I loose it all.❞
Rose & Alan

    J'écoutais attentivement Rose, souriant à certaines de ses réponses, hochant la tête à d'autre. J'eus un pincement au cœur en apprenant que le père de son enfant n'était pas ici, à leurs côtés, et je ne pu que comprendre son angoisse quant à la situation, ressentant la même à l'égard du fils à Christy que je considérais comme mon propre fils. Réfléchissant un instant, j'ajoutais d'une voix qui se voulait rassurante :

« Nous ne pouvons qu'espérer... au moins, dehors, ils ne se demandent pas ce qu'ils fuient, ils le savent. »

    Ça n'avait peut-être rien d'engageant ni de rassurant, mais le fait d'être coincé ici sans réellement savoir quel danger nous attendait m'angoissait au plus haut point. Nous étions certes plus en sécurité ici, mais qui sait combien de temps cela allait durer ? J'espérais simplement rentrer chez nous et reprendre une vie normale, mais l'optimisme n'était vraiment pas mon fort et je peinais à me convaincre moi-même que tout cela allait s'arranger et que nous ne risquions effectivement rien.

    Les propos de Rose concernant mon attitude lorsque je pris ma cigarette me firent rire sincèrement, m'étouffant presque avec la fumée. Après avoir toussé quelques secondes, des larmes de douleur mêlé au rire perlant au coin de mes yeux, je lui répondis la voix encore un peu cassée :

« Un peu des deux, disons que ma femme trouve cela ridicule et que je n'ai pas envie que Sven s'y mette. Merci pour l'excuse toute trouvée ! »

    J'étais étrangement plus calme, pas spécialement à cause de la cigarette, mais parce que je n'étais pas vraiment du genre à discuter avec tout le monde, et que le fait de parler avec Rose me permettait de penser un peu à autre chose et d'oublier que nous étions dans une ''cage''. Ces derniers jours j'avais pourtant essayé de masquer tant bien que mal cette fébrilité, surtout face à ma famille ; ils étaient déjà assez perdus comme ça et le but était de les rassurer, pas de les faire paniquer encore plus. Mais il y avait toujours cette question qui me trottait dans la tête ; oui, nous avions croisé un de ces ''malades'', mais qu'avait-il exactement ? Pourquoi avons-nous peur ? Est-ce le fait d'être enfermé ici qui nous angoisse ou y a-t-il autre chose derrière tout cela ? Reportant mon attention sur la brune, je lui demandais d'une voix sérieuse :

« Avant de venir ici, avez-vous vu... des ''malades'' ? »

    Ma question était directe et il n'était peut-être pas judicieux d'en parler, mais nous étions tous pareils, nous avions tous besoin de savoir, et mettre en commun nos différentes connaissances nous aideraient peut-être à mieux comprendre la situation.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: If I loose myself, I loose it all.   Jeu 26 Nov 2015 - 16:15


En fin de compte, c'était agréable de se mêler un peu aux gens qui désormais, faisait partie de son quotidien. Et malgré son arrivée en branle bas de combat, Alan ne lui en avait pas tenu rigueur, allant même jusqu'à fumer avec elle. Un fin sourire naquit sur les lèvres de la chirurgienne, alors qu'elle tirait à nouveau sur sa cigarette, propulsant la fumée vers le ciel.

A charge de revanche. Répliqua t-elle avec un léger rire quand il la remercia pour l'excuse. Mais je comprends le point de vue. Je fume le moins possible devant Norman, histoire qu'il ne soit pas tenté un jour de faire comme sa mère ou son père...

En y repensant, si elle trouvait un jour Norman une cigarette aux lèvres, elle lui ferait manger de force histoire que le message passe bien tiens. Notant l'anecdote dans sa tête, elle répondit à la question de son voisin de fortune, haussant les épaules.

Pas vraiment... Je revenais de Phoenix quand tout est arrivé, et j'avais posé une semaine de vacances à l'hopital pour m'occuper de la rentrée de Norman. Avec mon boulot, je suis rarement chez moi alors, j'essaie de faire au mieux pour lui. Pour le coup, ces vacances ont été plutôt bénéfiques. Je me suis contentée de me renseigner par le biais des informations, et je passais des heures entières avec mon ex mari au téléphone à se mettre d'accord sur les choses à faire. C'est comme ça que j'ai rejoint Century Link avec Lara et Norman. Quand à Gary... Je prie un peu tous les jours en espérant qu'il soit en sécurité quelque part et qu'il aille bien.

Prier un peu tous les jours, était un euphémisme. Bien que croyante de base, jamais encore elle n'avait adressé autant de prières concernant une seule et même personne, la boule au ventre, inquiète à l'idée de ne jamais le revoir...
Elle resta silencieuse un instant, laissant la fumée s'échapper d'entre ses lèvres. Les "malades"... Malades, d'accord, mais à quel sujet ? Symptômes, propagation, incubation du virus ? Le peu de collègues qu'elle avait réussi à joindre lui avaient transmis les mêmes indications que les médias.

Je sais juste qu'il vaut mieux ne pas s'en approcher, et ça me suffit. Et vous ? Vous avez eu l'occasion d'en croiser ou vous êtes autant dans le flou que moi ?

Du coin de l'oeil, elle observa un duo de militaires discuter à voix basse, leur jetant parfois des regards. Elle ne put s'empêcher de soupirer, devinant ce qui allait se passer. Sans doute qu'un soldat s'était blessé à l'extérieur et que leur toubib allait avoir besoin de Madame la Chirurgienne qui travaillait gratis dans ce foutu stade à la con tiens. Pour son plus grand bonheur d'ailleurs...

Et en parlant de fuite et tout le reste... Vous faisiez quoi, avant qu'on se retrouve tous en mode civils terrorisés et protégés par les gentils militaires ?

Son cynisme n'était pas passé inaperçu. Issue d'une famille de flics, le côté militaire avait toujours été en rotation avec son éducation. Et quand bien même elle savait qu'ils ne faisaient que leur boulot, cette désagréable sensation d'être impuissante face à eux avait le don de la rendre amère.




So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: If I loose myself, I loose it all.   Aujourd'hui à 21:06

Revenir en haut Aller en bas
 

If I loose myself, I loose it all.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Don't loose control [Livre I - Terminé]
» Amy Wild - Firefly // If you loose yourself, your courage soon will follow
» « You don't know who you are until you lose yourself. » Alice P. Cordell
» raph + i'm bulletproof, nothing to loose.
» [2x WIN, 2x loose]Rising.Heaven vs Pirate Slippers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-