Partagez | .
 

 Goodnight Moon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1635
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Goodnight Moon   Mar 24 Nov 2015 - 16:10



❝Goodnight Moon❞
Christina & Alan

    La pression de Christy sur ma main me rassura, je fermais les yeux une seconde, profitant de cette chaleur en essayant de me dire que tant qu'elle serait près de moi rien ne pourrait nous arriver, ni à nous, ni à Sven. Toutefois, sa question me laissa sans voix, me faisant ouvrir rapidement les yeux en regardant au loin, vers cette lumière irréelle qui filtrait d'un côté. S'ils ne tiraient pas sur des gens, que pouvait bien être leur cible ? Je balayais rapidement l'idée des animaux ; pourquoi y en aurait-il autant d'un coup ici ? Même des cas de rage ne mettrait pas la ville entière dans une telle panique. Je me rendis donc à l'évidence, ne voyant pas d'autres options.

« Je suppose oui, mais ils doivent avoir une bonne raison pour leur tirer ainsi dessus. »

    Je l'espérais néanmoins. Nous ne pouvions être sûrs de rien, nous pouvions juste prier pour ne pas être un jour de l'autre côté de la barrière, qu'importe ce qu'il y a. J'avais toujours eu une patience relativement importante, mais cette attente m'angoissait, même si j'évitais de le faire ressentir à mes proches ou aux autres personnes qui m'entouraient ; il ne sert à rien de les inquiéter encore plus.

    Je ne pus m'empêcher de sourire à la remarque de ma femme, recentrant mon intention sur elle. Évidemment, ils avaient désormais passé l'âge de partir en vacances avec leurs vieux parents, mais rien ne m'empêchait de pouvoir rêver. J'étais conscient des années qui avaient passées, et fier de ce qu'ils étaient devenus et de la relation que j'avais avec eux, autant avec Sven, qu'avec James que je considérais et avais élevé comme mon fils. Il y avait néanmoins des moments où j'étais nostalgique. Réfléchissant un instant à l'endroit où j'aimerais aller, je répondis sans grande certitude.

« Je ne sais pas vraiment... Un endroit chaud ? Un peu loin de tout, coupés du monde pour simplement profiter et ne penser à rien. »

    Je ne me suis jamais vraiment fait aux grandes chaleurs, mais qui sait, il n'est jamais trop tard. Et l'atmosphère froide et tendue qui règne ici depuis plusieurs jours déjà me pousse à m'éloigner un peu, d'où l'endroit isolé. Et quand je sens Christina frissonner, je suis conforté dans mon idée que visiter l’hémisphère sud n'est peut-être pas une si mauvaise idée. Me  penchant pour poser un baiser sur le dessus de son crâne, je laisse quelques instants mon visage dans ses cheveux, profitant un peu de sa chaleur. De nouveaux coups de feu retentissent et l'agitation dans le stade se fait un peu entendre. Soupirant légèrement, je me redresse.

« J'espère vraiment que ça va s'arrêter bientôt... Puis, ramenant la discussion à notre premier sujet, je poursuis : Tu aimerais aller où toi ? »


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 900
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: Goodnight Moon   Ven 4 Déc 2015 - 6:22

Christina s’était légèrement mordu la lèvre inférieure. Y avait-il une bonne raison de tirer à vue sur des gens ? En américaine moyenne et sensément bien-pensante, elle aurait soutenu que même les animaux ne méritaient pas un sort pareil. A moins qu’ils furent particulièrement menaçants. L’explication résidait quelque part par-là, précisément…

- Il faudrait se refaire une lune de miel. Vingt ans après, on réessaie. Sans les nausées matinales et tout le reste…

Un sourire se dessina sur ses lèvres fines à l’évocation de leur voyage de noce. A l’époque, tout s’était fait dans la précipitation. Le mariage en lui-même, qui avait alors permis à Alan d’obtenir ses papiers et de pouvoir travailler sur le nouveau continent, puis ces quatre jours de vacances qu’ils s’étaient offert aux Bahamas et qui avaient été loin d’être complètement idylliques ! En effet, loin de rouler sur l’or, ils avaient pris un deal à pas cher et l’hôtel était particulièrement miteux ! Sans mentionner que Christina était alors tout juste enceinte et avait été malade quasiment tout du long.

- Mais oui de la chaleur, par pitié, ajouta-t-elle dans un murmure, tout en frissonnant, quelques secondes avant de se figer de nouveau, comme une bête aux aguets tandis que de nouveaux coups de feu retentissaient. Alors que son mari s’était redressé sur sa couche, elle avait relevé le visage vers la source du bruit. Je me contenterai de rentrer à la maison déjà pour commencer… dit Christy dans un souffle. Elle remit la couverture sur ses épaules et se leva pour s’assoir au niveau d’Alan. Elle voulait qu’il l’enveloppe de ses bras solides pour la rassurer autant que la réchauffer…

Le silence avait de nouveau envahit le stade et les ronflements se firent de nouveau entendre.

- Pourquoi pas Paris sinon ? Ou l’Italie ? Florence, Venise, Rome. C’était romantique, non ? La femme savait pourtant que son époux n’était pas vraiment un animal de ville. La Toscane. Et ses villas isolées, ses cyprès. Toujours l’esprit pratique – et matériel – l’hôtesse de l’air ajouta : pour le vol, on n’aura aucun soucis, faudra juste se trouver un petit hôtel charmant.

C’était l’avantage de travailler pour une grande compagnie aérienne. United Airlines pour être précis. La femme avait ainsi moyen de voyager et de faire voyager sa famille à moindre frais sur les lignes de la compagnie ou ses partenaires. C’était ainsi qu’ils s’étaient permis leur voyage annuel en famille en Suède !

- On pourra partir cet hiver, vers la fin janvier, continua Christina qui aimait cette idée de se projeter. Pourtant derrière ces pensées heureuses se dressaient l’incertitude du présent. Derrière ou bien carrément tout devant ! Et la mère de famille pensa soudainement à son foyer. Tu crois que des gens essaient de profiter de la situation pour cambrioler les maisons ? Demanda-t-elle ainsi à Alan. Elle pensa bêtement à ses affaires chez elle. L’ordinateur, la télé, sa garde-robe. Sa lingerie. Elle imagina un instant son intimité violée par des mains inconnues et donc sales…

Sans qu’elle l’ait entendu bouger, Sven avait relevé la tête, réveillé par les derniers coups de feu et les murmures de la conversation de ses parents.

- Qu’est-ce qui se passe ? Demanda-t-il simplement, la voix basse aussi.




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1635
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Goodnight Moon   Ven 4 Déc 2015 - 12:22



❝Goodnight Moon❞
Christina & Alan

    Je ne pu m'empêcher de sourire à l'annonce des souvenirs de notre lune de miel. Il est vrai que ç'avait été loin d'être le voyage de noces rêvé, mais j'en gardais une image positive et pleine de promesses. Promesses qui, aussi loin que puisse aller mes souvenirs, n'ont jamais été rompues. J'étais conscient cependant que ce voyage avait sûrement été plus agréable pour moi que pour Christy qui portait à ce moment là notre enfant ; elle en avait peut-être de mauvais souvenirs, mais je ne m'étais jamais lassé de lui répéter que c'était le plus cadeau qu'elle pouvait me faire.

    Lorsque ma femme prit l'initiative de me ''rejoindre'' sur ma marche afin de s'asseoir à mes côté, je passais tout naturellement mon bras autour de ses épaules, prenant par la même occasion soin de nous couvrir avec ma propre couverture. Il est vrai que les conditions ici n'étaient pas au mieux ; outre le fait que nous manquions cruellement d'électricité et -par conséquent- de contact avec l'extérieur, les températures n'étaient pas favorable au fait que l'on se sente bien ici. Déposant ma joue contre ses cheveux, je frictionnais son bras pour la réchauffer un peu tout en maintenant la couverture fermée de mon autre main.

    Christina émit alors d'autres hypothèses de destinations, elle en était déjà aux ''préparations'' du vol et de l'hôtel, je souris légèrement ; j'avais été surpris au début par ce besoin constant de tout organiser, mais c'était il y a vingt ans déjà, j'avais rapidement appris à trouver cet aspect rassurant. Réfléchissant, je lui répondis d'un air approbateur :

« La Toscane ça me paraît bien, il me semble en avoir déjà eut des échos relativement positifs. »

    J'essayais de m'imaginer les paysages de cet endroit, voyager un peu, mais les principales images qui me venaient étaient des plats typiques italiens. Je me trouvais légèrement ridicule, alors que ma femme parlait d'un séjour romantique, à penser à de la nourriture... mais c'était plus fort que moi, j'avais toujours adoré les bons repas et il fallait bien avouer que le niveau ici était loin d'être appréciable.

« Fin janvier ça sera parfait, hors vacances scolaires, on pourra avoir le repos que l'on mérite ! »

    Tournant légèrement mon visage, je déposais un baiser sur sa tempe, un sourire songeur imprimé sur mes lèvres. Sourire qui s'effaça au fur et à mesure de la question de ma femme. Que répondre ? Au fond je n'en savais rien, mais au vu des pillages qui avaient eut lieu ça ne m'aurait pas étonné que des petits malins s'amusent à entrer par effraction dans les maisons. Plus j'y pensais et plus je sentais une peur s'ancrer en moi ; cette peur de ne jamais retrouver son chez-soi, de perdre tout ce que nous avions, et de n'avoir plus que nos souvenirs auxquels se raccrocher. Je tentais de voir le positif, de me rattacher au fait que ça pouvait tout aussi bien être le contraire, mais une partie de moi ne pouvait pas s'arracher à cette idée et, malheureusement, cette part fataliste que j'avais était prédominante par rapport à tous les aspect positifs que je pouvais m'imaginer.

« J'espère sincèrement que non mais... les boutiques ont pour la plupart été pillées, qu'est-ce qui les empêcherait d'entrer dans les maisons ? »

    Quoi qu'il en soit nous ne pouvions qu'attendre et espérer retrouver notre domicile tel que nous l'avions laissé. La voix de Sven me tira de mes sombres pensées, il s'était adressé à nous d'une petite voix presque éteinte ; je ne savais pas s'il était encore dans la brume du sommeil ou s'il était simplement las de cette situation. Me penchant légèrement en avant pour poser une main sur son épaule, je lui répondis calmement :

« Quelques coups de feux, on n'en sait pas plus comme à chaque fois. On se demandait avec ta mère à quoi ça pouvait ressembler là-dehors, la maison, tout ça. »

    Je ne souhaitais en rien l'inquiéter, mais il était assez grand pour avoir son propre avis, et de plus, il avait certainement entendu des brides de notre conversation, alors à quoi bon faire comme si de rien n'était ?

« J'aimerai rentrer... Y a rien à faire ici. »

    Produisant une légère pression sur son épaule, comme pour compatir à ses mots et son ressenti, je lui dis :

« Je sais, on aimerait tous rentrer, mais on a pas d'autre choix que de tourner en rond en attendant qu'ils nous laissent nous en aller. »

    Repensant à ce que nous avions, à cet équilibre qui avait été menacé il y a quelques temps déjà, mon regard s’assombrit. J'avais l'impression que cette situation durait depuis des mois déjà, et je commençais sérieusement à m'impatienter, ayant besoin de voir autre chose que l'intérieur de ce stade et les visages fermés qui s'y trouvaient. J'étais cependant loin de m'imaginer l'ampleur des événements.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 900
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: Goodnight Moon   Dim 13 Déc 2015 - 16:04

Alan passa son bras autour de ses épaules et attira sa femme contre lui. Elle sentit la chaleur lui parvenir par le flan et enroula à son tour son buste large. Elle inspira profondément pour vivre le contact plus intensément. A leurs âges et après toutes ces années passées ensemble, ces marques d'affection lui étaient souvent suffisantes. Sentir sa poigne la serrer fort, se laisser envahir par son odeur, c'était la plupart du temps aussi puissant qu'un corps à corps ardent. Tant mieux car l'intimité était vraiment un concept qui ne s'appliquait pas au lieu.

- Tu pourras prendre des vacances ?

Pour partir fin janvier. La question était stupide. Ingénue. Comme si, même si tout revenait à la normale dans les prochaines semaines, l'université rouvrirait comme si de rien n'était. Elle s'imaginait pourtant remonter prochainement dans un avion, présenter les consignes de sécurité et servir des jus d'orange aux passagers. Quoi d'autre ? C'était tout ce qu'elle connaissait.

Alan reconnut qu'il y avait une bonne probabilité pour qu'ils ne retrouvent pas leur logement intact.  Oui certainement. Ils avaient pourtant mis l'alarme, mais qui s'en souciait maintenant ? Elle haussa les épaules.

- Nous ne serons pas tout seul dans cette situation... Puis il y aura toujours l'assurance.

Après tout, ils payaient leurs mensualités depuis suffisamment longtemps pour être couverts. Ils en avaient d'ailleurs déjà fait l'expérience. C'était il y avait environ neuf ans. En rentrant de l'école avec les enfants, Christina avait retrouvé une des fenêtres brisée. Des inconnus avaient volé les bijoux et le matériel hi-fi. Si elle avait vécu cela d'abord comme un assaut traumatisant, elle relativisait maintenant. Quelque chose lui soufflait que ce n'était pas le pire qui puisse lui arriver...

C'est alors que Sven fit remarquer qu'il était éveillé.

- Rien, mon lapin, répondit Christy juste avant que son mari ne précise : les coups de feu, la maison, et tout ça. Visiblement bien réveillé, le jeune homme se redressa. Tout du moins, le bruit que perçut sa mère la fit imaginer cette hypothèse. Viens là.

Elle tendit les bras vers lui, et il s'assit à son tour à côté d'eux. De l'autre côté de Christina. Cette dernière passa un bras sur ses épaules.

- Tu n'as pas trop froid ?
- Non ça va...
- On est tous les trois ensemble, c'est ce qui compte, dit-elle en tournant le visage vers Alan, cherchant un soutien invisible dans la nuit opaque.

Ils devaient simplement ne pas penser à James, qui grelottait peut-être quelque part dans cette nuit froide. Quoi que la Californie offrait un confort certainement bien appréciable dans une situation identique !




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1635
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Goodnight Moon   Mar 15 Déc 2015 - 13:47



❝Goodnight Moon❞
Christina & Alan

    Lorsque Sven nous rejoint sur le gradin qui me servait il y a quelques minutes de lit, j'avais passé une main derrière le dos de Christina, la posant sur la nuque de mon fils comme pour le rassurer, lui montrer que nous étions là et qu'il n'avait pas à avoir peur. Je ne pu m'empêcher de sourire lorsque Christy lui répondit, avec cet air rassurant que savaient adopter toutes les mères. J'imagine que mes mots n'avaient pas vraiment cet effet là et que ma femme essayait d'arrondir les angles, faire comme si tout allait bien. Nous pouvions encore nous permettre ce luxe pour le moment, c'était l'un des seuls avantages à la méconnaissance de ce qu'il se passait dehors, nous avions la chance de garder en mémoire les images de nos vies ; j'appréhendais de retrouver notre chez nous, dans quel état pouvait bien être notre maison ? Tous nos effets personnels seraient-ils encore là ? J'aurai dû en emporter plus, si seulement je l'avais fais.

    Christina reprit la parole, toujours avec cet air si maternel. Cependant, peut-être que Sven ne l'avait pas remarqué, mais j'avais bien ressenti ces intonations de doute et d'angoisse au fond de sa voix. Agrippant l'épaule de mon fils, je le tirais vers moi afin qu'avoir Christy plus proche également et, posant, mon front contre le sien alors qu'elle me regardait, attendant certainement que j'appuie ses mots, je dis d'une voix basse mais suffisamment forte pour qu'ils puissent tous deux m'entendre :

« Ça va aller oui, tant qu'on reste tous les trois ensemble et soudés il ne pourra rien nous arriver. »

    C'était bien là l'une des seules fois où j'étais réellement sincère quand j'affirmais quelque chose concernant notre situation actuelle, ou du moins je parvenais à me croire moi-même. Car ce moment était ce qui me donnait le plus d'espoir depuis quelques temps ; avoir ma femme et mon fils près de moi, mon bras autour d'eux afin qu'ils ne s'éloignent pas et ne me soient pas enlevés par un quelconque fléau. C'était tout ce dont j'avais besoin. Et alors que la ville nous semblait toujours aussi calme d'ici, uniquement percée par des coups de feux qui étaient destinés à on ne sait quelle cible, j'avais comme l'impression que la situation n'allait pas s'arranger de si tôt. Je me mis à penser une seconde à ce qui arriverait si nous venions à être séparés, mais je fis mon possible pour chasser ces mauvaises penser de mon esprit. Me recentrant sur les deux êtres à mes côtés, je me persuadais une nouvelle fois que tant que nous serions là les uns pour les autres, rien ne pourrait nous atteindre.

« Je vous le promet. »


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Goodnight Moon   Aujourd'hui à 19:26

Revenir en haut Aller en bas
 

Goodnight Moon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon
» armée bad moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-