Partagez | .
 

 October 20th, 2015.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Auteur
Message
Maxine Preston
Fondatrice à la retraite
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/11/2013
Messages : 6176
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: October 20th, 2015.   Dim 10 Jan 2016 - 14:38



Aucune des femmes Preston n'était d'accord pour rester à l'étage. Jaden n'en avait pourtant pas donné l'ordre mais pour Maxine il semblait évident que sa belle mère reste en sécurité dans la chambre d'amis. Juste après lui avoir dit de rester là où elle se trouvait, Maxine avait déboulé dans le salon pour finalement se retrouver nez à nez avec un nouvel infecté. Cette fois ci il se trouvait bloqué contre la baie vitrée donnant sur leur jardin. Comment avait il bien pu arriver par ici ? Tout était clôturé à l'arrière. Les coups réguliers que le mort donnait dans la vitre résonnaient entre chaque aboiement. Elle fut incapable d'ouvrir la bouche mais à la différence de M. Pierce, Maxine prit le temps d'observer l'infecté. Elle hocha la tête pour répondre à son mari. Ils devaient partir immédiatement. Sans attendre une seconde de plus, les deux femmes regagnèrent l'étage. Pour s'habiller, Maxine n'eut pas douze milles choix, la plupart de ses vêtements étant enfermés dans les deux gros sacs de voyage, elle attrapa un jean, un haut simple de couleur noir aux manches longues puis enfila ses bottines tout en fermant son manteau en même temps.

A la hate, elle récupéra des vêtements pour Jaden tandis qu'Anna descendait les deux gros sacs. Jetant un coup d'oeil vers le salon, elle échangea la pile de vêtement contre son arme, le temps qu'il enfile le tout. Avoir une arme entre les mains ne lui faisait rien de spécial car après tout, elle en avait vu  tout un tas durant son enfance. Du fusil à l'arme automatique, tous les enfants Lawson avaient tiré sur des bouteilles vides au beau milieu de la foret, entourés par Ray et ses amis. Elle n'éprouvait rien de spécial avec ces choses là, c'était normal après tout. Seulement, elle ne s'attendait pas à ce qui allait se produire. Pourquoi, une fois habillé, il ne reprenait pas son arme ? La main tendue vers lui, il préféra lui attraper l'épaule pour lui parler. Elle fronça les sourcils automatiquement et encore un peu plus en entendant qu'il voulait qu'elle tue l'infecté. Il était tombé sur la tête ou quoi ? La main toujours tendue vers lui, elle releva les yeux dans ceux de son époux pour lui faire profiter de son beau regard noir. « Est ce que tu es devenu fou  ? » Non mais, c'était quoi cette idée. Pourquoi elle ? Elle n'avait jamais tué personne, elle n'était pas entraînée pour ça. Elle avait chassé étant enfant oui, mais ça s'arrêtait là. Et puis, pourquoi étaient ils obligés de le tuer ? « On peut le laisser là, on sort par la porte de devant et on récupère la voiture. » Elle ne lui laissa même pas le temps de répondre parce qu'en fait, elle avait bien vu la tête qu'il tirait et il n'était pas d'accord avec elle. « Ce sont des gens Jaden ! Des infectés par une maladie, ils n'ont rien demandé ! JE NE PEUX PAS tuer des gens Jaden. »

Elle plaqua l'arme sur la poitrine de son époux, bien décidée qu'elle ne tuerait rien ni personne. Pour bien qu'il comprenne ce qu'elle s'apprêtait à lui dire, elle articula en parlant lentement, sans le quitter du regard, le défiant légèrement.« On va aller dans ce camp de civil en sortant par la porte de devant, sans tuer qui que ce soit à moins qu'on soit obligé de le faire. » Glissant le regard vers la baie vitrée un court instant, elle passa d'Anna à Jaden. « Là on est pas obligé. »




- But I can't compete with the she-wolf,
What do you see in those yellow eyes ? -
Revenir en haut Aller en bas
Jaden Preston
Administrateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 08/09/2014
Messages : 1353
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: October 20th, 2015.   Lun 18 Jan 2016 - 18:16

La réaction fut immédiate. Un froncement de sourcils. Le même regard noir qu'elle lui adressait déjà plusieurs années en arrière à l'époque du lycée et auquel il avait aussi eu droit au cours de leur relation. Elle lui fit part de sa décision, sans appel, en plaquant l'arme contre sa poitrine. Maxine ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas tuer quelqu'un. Surtout que d'après elle, ils n'y étaient pas obligés. Les lèvres de Jaden se pincèrent. S'il ne partageait pas son point de vue, le trentenaire s'attendait plus ou moins à la réaction de sa femme. Elle était compréhensible après tout.

Il lui avait demandé ça à froid, sans lui en parler auparavant. Il l'avait simplement mise devant le fait accompli. En même temps, Jay n'avait pas eu d'autres options. Il ne pouvait pas y aller en douceur, l'amener progressivement sur ce sentier pour qu'elle se fasse à l'idée. Lui-même n'avait pas vraiment eu de temps pour la réflexion. Il était descendu, un infecté cognait contre leur baie vitrée, ils devaient faire quelque chose et il avait demandé à Max de s'en occuper. C'était peut-être stupide comme demande. Elle n'était pas préparée à ça, à ce virus, cette chose, peu importe ce que c'était, qui se répandait comme une traînée de poudre. Personne ne l'était de toute façon. Elle n'avait pas suivi d'entraînement pour parer à ce genre d'éventualités. Pour tuer, autant le dire clairement. Elle n'avait jamais eu à le faire. Et franchement, à choisir, Jaden aurait préféré que ça ne soit jamais le cas. C'était certainement trop lui demander. Mais avaient-ils vraiment le choix ? Non.

L'agent spécial de la DEA n'avait pas la moindre idée de ce qui pouvait leur arriver. La situation était sans précédent. Si effectivement il existait une chance qu'ils arrivent au campement sans encombres, rien n'était moins certain. Ils auraient peut-être à continuer à pied. Ils seraient peut-être pris dans un mouvement de panique. Ils devraient peut-être se défendre. Si ça devait arriver, ils devaient être prêts. Et Maxine ne l'était pas. Elle allait peut-être le détestait pour lui avoir demandé ça mais si Jaden voulait que sa femme ne soit plus inquiète, qu'elle n'ait plus peur, il ne voyait aucune autre alternative que de la confronter à ce qui lui faisait peur et lui montrait qu'elle pouvait très bien gérer la situation. Et le plus tôt serait le mieux. Peut-être ne serait-il pas toujours là pour veiller sur elle du mieux possible. Si un telle chose devait arriver, elle devrait continuer sans lui, par ses propres moyens. Peut-être que dans l'immédiat elle ne s'imaginait pas capable de le faire, mais l'ancien Marine était persuadé du contraire.

- Je sais chérie, je sais, fit l'homme du même ton calme et assuré qu'il avait utilisé quelques secondes plus tôt. Sa main avait glissé de l'épaule de sa compagne à sa joue afin qu'elle se concentre uniquement sur ce qu'il avait à dire. Je sais que lui n'a rien demandé. Je sais que nous ne sommes pas obligé de faire ça. De sa main libre, il attrapa la main de sa femme et l'arme qu'elle plaquait contre son torse. Mais regarde-le, c'est déjà trop tard pour lui. Il est déjà mort. Jay marqua une pause, jetant un bref coup d’œil à sa mère. Peut-être cherchait-il une certaine forme d'approbation ou de soutien. Il y en a pour qui ce n'est pas trop tard, des gens comme nous, des gens qu'il pourrait attaquer si on part sans rien faire... On doit le faire. Je sais que ce que je te demande est dur. Je sais que tu vas m'en vouloir. Tu peux, ça m'est égal, reconnut l'homme en secouant légèrement la tête. Si ça peut t'empêcher d'avoir peur, si ça peut te préparer à affronter ces choses au cas où on aurait à se défendre, ça m'est égal... Je ne veux juste plus que tu aies peur.


You handle your own when you become a man

And become a man when you handle your own
Ain't much I can do but I'll do what I can
But what can I do if I do till it's gone...
Revenir en haut Aller en bas
Maxine Preston
Fondatrice à la retraite
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/11/2013
Messages : 6176
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: October 20th, 2015.   Jeu 17 Mar 2016 - 19:16


Sa décision était prise et ce n'était absolument pas négociable. Non, elle n'irait pas tuer cette chose qui cognait contre sa baie vitrée, il en était hors de question. Les Preston pouvaient bien lui adresser un regard désapprobateur, elle s'en fichait complètement. Il ne pouvait pas lui demander ça, pas là pas maintenant, pas comme ça, pas de cette façon. L'arme toujours appuyée contre la poitrine de son époux, elle l'écoutait expliquer qu'il avait bien conscience que ce n'était pas évident, qu'ils n'étaient pas obligés. Mais elle n'écoutait rien. Dès qu'il avait ouvert la bouche, elle s'était braquée. Mauvais choix Jaden Preston. Il aurait mieux fallu récupérer l'arme avant de continuer à tenter de la convaincre. Mais bon, au lieu de ça, il fit glisser une main sur sa joue pendant que l'autre recouvrait celle qui tenait l'arme, sans pour autant la récupérer.

Avait il, subitement, un problème d'audition ? Le regard plus noir que jamais, les sourcils froncés, elle ne tournait même pas la tête vers Anna de peur de s'en prendre à elle si elle osait ouvrir la bouche. Il ne voulait plus qu'elle ait peur, il voulait qu'elle sache se défendre. Sa réaction fut immédiate, d'un coup elle libéra l'arme qui glissa jusqu'au sol pour tomber aux pieds de Jay. « Je. ne. tuerai. Personne. » fit elle, en articulant avec exagération sans quitter le regard de son mari. « Si tu veux éviter qu'il tue quelqu'un, fais le toi même. » Elle le repoussa légèrement avant de faire un pas de recul en enjambant le sac de sport qui se trouvait juste derrière elle. « Ce n'est pas ça qui va m'aider à ne plus avoir peur. Alors on s'en va. » Elle était fâchée mais ça ne devait pas spécialement affecter Jaden qui lui avait bien précisé qu'elle pourrait lui en vouloir et qu 'après tout cela lui était bien égal.

En se penchant pour récupérer la lanière du sac qu'elle passa par dessus sa tête, elle ajouta. « Il est enfermé dans le jardin. J'ai aucune idée de comment il a bien pu arriver jusqu'ici mais là, il est pris au piège. » Elle s'activait toujours. Retirant la laisse de leur chienne, attachée contre la rambarde. D'un coup de menton, elle s'adressa à sa belle mère. « Prenez un manteau, le beige là..oui.Voilà. » Elles étaient prêtes, la colère avait pris le dessus et lui faisait oublier son chagrin de quitter sa maison.



- But I can't compete with the she-wolf,
What do you see in those yellow eyes ? -
Revenir en haut Aller en bas
Jaden Preston
Administrateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 08/09/2014
Messages : 1353
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: October 20th, 2015.   Ven 18 Mar 2016 - 19:27


Quelle réaction espérait-il recevoir ? Un grand sourire accompagné d'un "Pas de problèmes !" ? Non. Il devait rêver ou un truc dans le genre. Au lieu de ça, Maxine affichait son air des mauvais jours. Autrement dit, ce n'était même plus la peine de négocier. Le message était, de toute façon, très clair. Elle ne tuerait personne. Il aurait dû s'en douter, il aurait dû savoir qu'elle refuserait immédiatement. Les lèvres pincées, il se pencha pour ramasser le Five-seveN. Plus sa main se rapprochait de l'arme, plus Jaden prenait conscience de l'ampleur de sa demande. Il venait de demander à la femme qu'il aimait de tuer quelqu'un comme on aurait demandé le sel à table. Ce n'était pas normal, mais rien ne semblait plus l'être à présent. S'il regrettait la manière et les circonstances, Jay n'allait certainement pas regretter l'objet. L'agent de la DEA ne pouvait ignorer ce qu'il avait vu au cours de la nuit. Il ne pouvait ignorer Madame Cooper, complètement éventrée, traversant la rue qui séparait leur deux maisons. Il ne pouvait ignorer le corps de Monsieur Pierce, de l'autre côté de la porte d'entrée, avançant encore malgré les deux balles qu'il avait reçues dans les genoux. Même maintenant, après avoir essuyé calmement la colère de Max, il était incapable de penser que sa demande n'était pas justifiée.

Lorsqu'il se redressa, il regarda les deux femmes un court instant avant de hocher de la tête de se mettre en mouvement. Le pistolet en main, il alla récupérer son holster d'épaules sur la table du salon, gardant toujours un œil sur l'infecté dans le jardin. Le holster enfilé, Jay perdit quelques secondes devant son placard pour passer un étui à couteau à sa ceinture dans lequel il fourra le Gerber Warrant qu'il avait décidé d'emporter. Un zip et le sac de voyage se retrouvait presque aussitôt en travers de son dos. Son semi-automatique toujours en main, il rejoignit sa compagne et sa mère. Jaden allait ouvrir la porte lorsqu'il suspendit son geste. D'un coup d’œil par-dessus l'épaule, il jeta un dernier regard au salon, à la cuisine, à l'escalier.

- Ok on y va, souffla le blond après un profond soupir.

À peine la porte fut-elle ouverte que l'ancien Marine pointait son arme droit devant lui au cas où une menace serait à proximité. Rien. Baissant le bras le long de son corps, il sortit et laissa à sa mère le soin de fermer derrière Maxine. En quelques pas, les Preston avaient rejoint le crossover Mitsubishi qu'il avait dérobé au cours de la nuit. N'ayant pas pris la peine de boucler la voiture lorsqu'il en était sorti, il ouvrit directement le coffre. Entre le sac de chacune des femmes et les réserves qu'il avait volé dans le supermarché de quartier, il ne resta pas suffisamment de place pour le sien. Allant à l'arrière côté passager, il demanda à sa mère de se décaler pour qu'il puisse mettre son sac à ses pieds.

- Max écoute, commença-t-il juste après qu'il eut refermé la portière, avant que son épouse ne ferme la sienne. Je...

Sa phrase resta en suspend l'espace d'une seconde. La bouche légèrement entrouverte, le regard quelque peu ahuri, il s'était arrêté devant le spectacle qu'il avait sous les yeux. Sortant du même bosquet que leur mère, les deux enfants Cooper se dirigeaient vers eux. Après avoir vu l'état de la mère de famille, Jaden se doutait bien qu'il n'y avait que peu, voire aucun espoir pour ses rejetons. C'était d'ailleurs pour ça qu'il n'avait même pas cherché à aller vérifier. La vision était glauque, mais il y avait là quelque chose de plus malsain encore que toutes les atrocités qu'il avait pu voir pendant ses déploiements en Irak. L'agent spécial aurait préféré ne pas imaginer ce qui leur était arrivé et pourtant son cerveau ne put s'empêcher de dresser un fil des événements. Après que Monsieur Pierce s'en soit pris à elle, Madame Cooper s'était ranimée comme les autres. Les enfants s'étaient certainement réfugiés à l'intérieur entre temps. Jusqu'à ce qu'ils voient leur mère se tenir debout. Qu'aurait fait n'importe quel enfant. Il aurait couru vers sa mère pour voir si elle allait bien. C'était sans doute ce qu'ils avaient fait. Et c'était sans doute comme ça qu'ils avaient servi de repas à leur génitrice.

- Monte dans la voiture, ordonna l'homme après qu'une seconde se soit écoulée.

L'arme pointée vers les deux chérubins, il fit rapidement le tour du véhicule et s'installa derrière le volant. Une fois sa portière fermée, bien qu'ils ne courraient plus vraiment de risques dans l'immédiat, Jay ne perdit pas de temps et se pencha pour bidouiller les câbles dénudés après avoir rangé le pistolet dans son holster. Le crossover démarra alors que les gamins n'étaient plus qu'à quelque pas. D'un coup de main, il plaça le levier de vitesse sur la position D et enfonça l’accélérateur. Le véhicule partit dans un crissement de pneu, renversant au passage le plus grand des deux jeunes Cooper.

Encore une dernière fois, se dit Jaden avant de jeter un ultime coup d’œil vers leur maison avant qu'elle ne disparaisse de son rétroviseur. L'instant aurait pu être beau s'il n'y avait pas deux enfants morts tentant désespérément de les suivre.


You handle your own when you become a man

And become a man when you handle your own
Ain't much I can do but I'll do what I can
But what can I do if I do till it's gone...
Revenir en haut Aller en bas
Maxine Preston
Fondatrice à la retraite
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/11/2013
Messages : 6176
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: October 20th, 2015.   Jeu 31 Mar 2016 - 18:50



Au fond d'elle, elle comprenait parfaitement la démarche de son mari. Mais c'était trop rapide, trop violent pour qu'elle puisse le faire là, seulement à sa demande. Elle le savait parce qu'elle avait confiance en lui, il ne lui aurait pas demandé de faire une chose pareille si la situation ne l'obligeait pas mais, il oubliait certainement qu'en face de lui se tenait une simple institutrice de maternelle. Pas une collègue de travail, pas un soldat non. Une femme qui ne prenait pas encore bien conscience de tout ce qu'il se passait. Elle n'avait pas vu Madame Cooper, cachée par Jaden qui s'affairait à l'éliminer. Elle n'avait pas vraiment vu l'horreur encore et c'était sans aucun doute pour cela, qu'elle osait lui tenir tête.

Elle n'avait pas peur d'utiliser une arme, petite déjà elle en avait manipulé et lorsqu'ils avaient appris que Jaden partirait en mission d’infiltration pendant des longs mois, il avait décidé de lui apprendre à se servir de l'arme qui restait à la maison. Au cas où. L'action aurait pu être très simple, un hochement de tête, tendre les bras, viser, tirer et s'en aller. Mais Maxine n'était pas sûre de rester totalement stable après une chose pareille. Et puis, de toute façon, Jaden n’insista pas plus longtemps. Le sac sur les épaules, la chienne fermement tenue, elle laissa Jay sortir le premier et emboîta le pas en scrutant tout le voisinage. Il n'y avait rien, sans doute parce qu'ils se trouvaient dans leur jardin à l'heure actuelle. Ils n'eurent pas loin à aller, la voiture que Jaden était en train d'ouvrir n'était pas la sienne. Maxine eut un léger froncement de sourcil avant de réaliser qu'il s'agissait très certainement d'une des nombreuses choses qu'elle ignorait avec sa mission d’infiltration. Ce véhicule devait lui appartenir, enfin officieusement. Cette idée la plongea encore un peu plus dans sa mauvaise humeur. Elle ne dit rien, ouvrant simplement la portière à l'arrière pour faire grimper Indiana.

En fermant la portière, elle leva les yeux vers sa maison. L'angle de vue qu'elle avait à cet instant précis lui rappela un souvenir. Lorsqu'ils avaient visité cette maison la toute première fois, elle avait levé les yeux et directement, même sans avoir visité l'intérieur, Maxine était tombée sous le charme. Sans trop savoir pourquoi, elle eut le sentiment que c'était la dernière fois qu'elle la voyait, que jamais ils ne réussiraient à revenir ici et que même si toute cette histoire d'épidémie prenait fin, elle serait incapable de retourner vivre dans cette maison sans repenser aux cadavres devant leur entrée. C'était un beau souvenir complètement détruit désormais. Tirée de ses pensées en attendant son prénom, elle baissa le regard vers Jay qui s'avançait vers elle pour finalement s'arrêter un bref instant en regardant ailleurs. Bizarrement, son attention aussi s'était porté vers le bosquet et les yeux ronds, elle assista à la pire des horreurs. Les enfants Cooper n'avaient pas été épargné. « Oh mon dieu » réussit elle a souffler alors que Jay lui ordonnait de monter dans la voiture. Elle ne se fit pas prier, sans quitter les enfants des yeux une seule seconde, elle grimpa dans la voiture sans crier, sans pleurer, sans paniquer. Elle était bien trop secouée par ce qu'elle voyait. Elle ne réalisait même pas qu'il fallait tripoter les fils pour faire démarrer la voiture. Pendant ce temps, les enfants eux, progressaient dangereusement vers eux. « Jaden... » Certes, il était occupé à démarrer la voiture. « Jaden. » Le dos collé contre sa vitre, elle tourna la tête vers Anna alors que celle ci tentait d'attraper la laisse d'Indiana pour l'obliger à se taire.

Le bruit du choc contre la carrosserie fut écœurant, la rapidité de la manœuvre obligea Maxine à se cramponner à l'habitacle et lorsque les enfants furent dépassés, elle  se pencha pour les observer dans le rétroviseur. Ils n'étaient pas parti vérifier la maison, ils auraient sans doute du. Les deux enfants Cooper seraient encore en vie. Elle le savait pourtant, elle avait vu toute la petite famille rentrer au pas de course alors que Madame Cooper tentait de s'échapper. C'était donc de sa faute s'ils étaient infectés ? Elle n'eut pas vraiment le temps d'y réfléchir plus, sa tête heurta violemment la vitre après un énième coup de volant de Jaden pour éviter les voitures abandonnées en pleine rue. Ils étaient tous bien trop concentrés pour pouvoir parler, ils croisèrent des gens ou peut-être des infectés mais ne prirent pas le temps de s'arrêter pour vérifier. Le but était défini, ils devaient se rendre au lycée le plus rapidement possible. Des détours et encore des détours, prendre directement Madison Street n'aurait mené à rien et son mari le savait très bien, sauf qu'arrivé à la 37th Avenue, ils n'eurent plus d'autre choix que de s'élancer sur la route principale.

Certaines voitures obligeaient à ralentir pour les contourner, d'autres abandonnées sur le bas côté ressemblaient à toutes celles qu'ils avaient croisé un peu avant. Et finalement, alors qu'aucun d'entre eux n'avait osé prononcé un mot,  ils arrivèrent devant le fameux camp. Des barricades s'élevaient devant eux, le lieu ne ressemblait absolument plus à un lycée. Une fois la voiture immobilisée, Maxine resta en suspend un instant, attendant les ordres pour bouger ou faire quoi que ce soit.  « Qu'est ce qu'on fait ? » C'était la grande question. Par où devaient ils entrer ? Est ce qu'ils seraient fouillés? L'idée de se ruer vers la porte pour être le plus rapidement possible en sécurité lui traversa l'esprit. Pourtant, elle était incapable de bouger, assise sur son siège en train de dévisager son époux.




- But I can't compete with the she-wolf,
What do you see in those yellow eyes ? -
Revenir en haut Aller en bas
Jaden Preston
Administrateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 08/09/2014
Messages : 1353
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: October 20th, 2015.   Mer 6 Avr 2016 - 18:10


Qu'il soit au volant d'une voiture ou derrière le guidon d'une moto, sportive était le mot le plus adéquat pour qualifier la façon de conduire de Jaden. Il ne roulait pas spécialement vite, non, les rues de Seattle n'était pas un circuit de NASCAR après tout, c'était plutôt dans sa manière de passer les rapports. Plus jeune, il avait fait ses armes sur des boites de vitesses manuelles avant de se convertir aux boîtes automatiques dès que les avancées technologiques avaient permis au conducteur de monter ou de descendre les rapports selon son bon plaisir. Et puis cela lui permettait d'adopter une conduite plus relaxée lorsque Maxine et lui partait en vadrouille quelque part. Cette fois-ci, si sa femme était bien présente dans la voiture, le trajet n'avait rien d'une ballade sur le Lake Washington Boulevard sur fond de musique romantique.

Si leur petit quartier était encore relativement calme et les routes praticables, l'ancien militaire avait dû improviser une fois le crossover lancé sur Madison Street. Il savait que ce n'était que le commencement. Plus ils avanceraient, plus les routes seraient encombrées. Ce fut pour cette raison qu'il ne quitta pas l'asphalte des yeux ne serait-ce qu'une seconde. Cela lui permit sans doute de ne pas finir encastré dans le connard qui avait laissé sa camionnette en travers de la route cinq mètres après le croisement avec la 32ème. Un freinage un peu brusque, un gros coup de volant et il accélérait de nouveau pour s'engager dans la-dite avenue. Passant par diverses perpendiculaires, il ne récupéra la rue principale qu'environ deux cent mètres avant de bifurquer la 23ème. Plusieurs fois encore, Jay dût modifier son itinéraire pour passer par des petites rues, si bien qu'ils finirent par arriver au lycée par l'entrée est. Si ils étaient indemnes, la voiture, elle, l'était beaucoup moins puis qu'il avait perdu son rétroviseur droit au niveau de Pike Street et ses deux enjoliveurs gauches, le premier en s'engageant dans la 25ème avenue, le second,  en frôlant d'un peu trop près le trottoir entre Cherry Street et la 27ème. Jaden ne se mit à rouler au pas qu'aux abords du lycée.

L'agent spécial ne fut guère étonné de voir l'endroit transformé en véritable place forte. Les types de la logistique avaient fait un sacré boulot. Les militaires connaissaient leurs affaires et ils étaient bien plus efficaces que des ouvriers. Lui aussi avait dû monter et démonter des camps, peut-être pas du même acabit, mais c'était tout de même des camps. La vitesse était le mot d'ordre. Plus vite le camp était monté, plus vite vous pouviez occuper cet avant-poste. À n'en pas douter, la majeure partie de l'effectif avait dû être affecté à la construction des barricades. Au-delà des grilles, la faible lumière lui permit de distinguer la large toile de quelques tentes. Immobilisant la voiture, il baissa les phares, avant de couper le contact.

Je vais aller voir, répondit l'homme. Restez dans la voiture, fermez les portes. Jaden décrocha la lanière de cuir maintenant son Five-SeveN dans le holster et le posa à côté de sa femme. Juste au cas où, dit-il avant d'ouvrir la portière et de passer les mains par l'interstice.

Les mains bien en évidence, il sortit du véhicule avant de refermer la porte d'un coup de hanche. Il resta ainsi quelques secondes avant de s'avancer vers l'un des soldats qui venait à sa venue. L'ancien marine répéta deux fois qu'il n'était pas infecté avant de baisser lentement. L'homme qui se dirigeait vers lui devait avoir à peu près son âge et à en croire le camouflage sur son uniforme, lui aussi était un membre de l'USMC. Un caporal également. Ça leur faisait deux points communs. Si les réfugiés étaient triés sur le volet, cela pourrait jouer en leur faveur. Jaden avait fait tout son possible pour garder la tête froide, pour ne pas céder devant Maxine à l'inquiétude qui l'avait rongé. Mais face au Caporal Fitzgerald, comme l'indiquait le patch sur son uniforme, il se sentit flancher. Ils y étaient presque. Sa femme et sa mère étaient presque en sécurité. Presque. Un simple mot qui lui fit retrouver tout son aplomb. Jay déclina son identité et celle des deux femmes de sa vie. Dans un excès de zèle, il alla même jusqu'à montrer ses plaques d'agent de la DEA qu'il avait pris le soin d'emporter au cas où ça se révélerait utile.

- Il y a quelques provisions dans la voiture, expliqua le trentenaire après une minute de discussion, vous pouvez les prendre.
- Je vais envoyer mes hommes les récupérer, allez chercher votre famille, fit le caporal.

À peine Jay avait-il tourné les talons que Fitzgerald hélait trois de ses hommes, Moreau, Cortez et Jenkins pour s'occuper des réserves que les Preston avaient emporté avec eux. À chaque pas, à chaque seconde qui passait, sa famille et lui se rapprochaient un peu plus de ce qui, à ses yeux en tout cas, était un refuge, un havre. Pressé de les faire rentrer à l'intérieur, Jaden ouvrit la portière en coup de vent et lança un bref "On peut y aller" au deux femmes. Ouvrant la portière passager arrière, il récupéra son sac et alla prendre celui de Maxine et de sa mère dans le coffre. Chargé comme un mulet, ils passèrent la grille en suivant le caporal.

- Vous allez encore devoir passer l'inspection sanitaire et on va fouiller vos sacs pour récupérer tout matériel dangereux mais dans tout les cas... Bienvenue au QG d'Emerald Freedom, lança Fitzgerald par dessus son épaule.


You handle your own when you become a man

And become a man when you handle your own
Ain't much I can do but I'll do what I can
But what can I do if I do till it's gone...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: October 20th, 2015.   Aujourd'hui à 4:52

Revenir en haut Aller en bas
 

October 20th, 2015.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» Eleksyonaval March 20th: Street Gangs Vs Suite Gangs - Le même chose!
» The Hunt for Red October (à deux trois détails près mais on va pas chipoter). [OneShot 1622]
» Orica Green-Edge 2015
» meilleurs passeurs 2014-2015
» [FM 2015] Buteur en Or

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-