The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -30%
-30% sur le portefeuille Lacoste Chantaco en cuir ...
Voir le deal
56 €

Partagez
- First meeting and... panties! -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charlie Johansson
Survivor
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 117
MessageSujet: First meeting and... panties!   First meeting and... panties! EmptyMer 23 Déc 2020 - 19:35
 Le casque sur les oreilles, je savoure le rythme entraînant qui se répercute dans mes tympans, faisant abstraction des paroles qui ne sont pas d'une profondeur incroyable. Le lecteur de CD dans une main, je me laisse porter par le son vieux des années soixante-dix en dandinant mon corps sans me préoccuper du reste. Je n'aurais jamais cru que deux piles auraient pu me procurer autant de joie qu'à cet instant précis, après cinq ans passés sans la moindre pause musicale. Il y avait bien de la musique dans l'église où j'ai survécu au tout début de l'épidémie mais les chants angéliques ne m'avaient jamais réellement inspirés autre chose qu'un scepticisme certain. Les chants grégoriens encore plus.
Mais pour la première fois depuis une éternité je me sens enfin chez moi. Pas seulement dans l'idée d'avoir un toit au-dessus de ma tête et à manger dans mon assiette, même si après ces derniers mois c'est d'une importance capitale à mes yeux. Il y a plus ici. Une ambiance. Une atmosphère. Des gens qu'il n'est pas difficile d'apprécier. Ils m'ont sauvé. Littéralement. Sans rien demander en retour. Je ne suis pas d'une vive intelligence mais je suis assez sensée pour deviner que je ne trouverai pas ça ailleurs. Pas par les temps qui courent. Ils m'ont remis sur pieds, nourri, dorloté, et sans avoir à rembourser ma dette, ils avaient achevé de me convaincre en me proposant de rester avec eux de manière définitive. Du moins tant que je le voudrais.

Un sourire naît sur mes lèvres à cette pensée alors que mes yeux se ferment et que je continue de me mouvoir sur le rythme de la nouvelle chanson qui passe. Je ne sais pas qui est à l'origine de cette compilation mais il ou elle avait plutôt bon goût, bien que ce ne soit pas trop mon style. Ce qu'il y a de bien à être moi est que je me contente de peu. Je ne connais ni le titre de cette chanson ni même son interprète mais ça n'a absolument aucune importance.
Ça fait longtemps que je ne me suis pas sentie aussi légère, au chaud, le ventre plein, à ne pas forcer mes sourires et ma sympathie pour me fondre dans la masse, pour être intégrée. Je ne fais pas encore partie de cette famille, mais si je continue sur cette voie, ils pourraient m'aimer de cette façon à long terme.

Continuant de me dandiner, je finis par me tourner légèrement et, après quelques secondes, j'ouvre à nouveau les yeux pour tomber nez-à-nez avec une inconnue. Ici. Dans ma chambre. Ce n'est néanmoins pas une parfaite et complète étrangère et c'est la seule raison qui ne me fait pas paniquer suite à cette intrusion. Interrompant mes gestes, je la dévisage un instant, voyant ses lèvres bouger sans pouvoir entendre le son de sa voix. Baissant les yeux sur le lecteur dans ma main, j'éteins l'appareil et retire mon casque, replongeant mes yeux dans les siens. Et ça me revient. L'électricienne. Erin. Et Matias qui m'informe devoir s'absenter et me demandant de la surveiller. Oups. Il faut croire que la musique a aussi le pouvoir de me faire perdre toute notion du temps. Débranchant l'appareil je le jette doucement sur mon lit tandis que je me rapproche, oubliant que je ne porte qu'un débardeur et une culotte. Le casque vient se loger autour de mon cou. Je ne suis ni mal à l'aise ni énervée de cette intrusion dans mon espace privé. Je n'ai pas accès à ce genre d'émotions, que je juge trop futiles et insensées.

« T'es Erin c'est ça ? » Je sais seulement qu'elle est venue hier vérifier notre installation électrique et que le travail n'est pas terminé. Ce qui tombe plutôt bien puisque j'ai quelque chose à lui demander. Mais d'abord, la requête de Matias. « L'électricienne. » Et tandis que je me remémore précisément les mots de l'un de mes sauveurs, ils sortent d'un naturel déconcertant de ma bouche. « Celle sur qui je dois garder un œil. » Les yeux rivés dans les siens, je me rensd compte qu'elle n'avait probablement pas entendre cette partie.... C'est le problème avec les gens quand ils demandent qu'on fasse des choses pour eux, ils ne sont jamais assez précis et rigoureux dans leur demande. « Je crois que j'étais pas censé le dire... » Je ne demande pourtant pas pardon ni ne montre la moindre gêne, ce qui n'est finalement pas très étonnant puisque je suis à moitié nue devant une inconnue et que je lui fais la conversation comme si je lui parlais météo.

Mes yeux l'étudient un peu plus. Elle a un visage intéressant, d'un point de vue purement artistique. Ce n'est un secret pour personne dans cette maison que j'aime le dessin et plus particulièrement les portraits et les visages. Au-dessus de mon lit trône d'ailleurs ceux des membres de cette maison, plus ceux cachés dans mon carnet de croquis.  Quoi qu'il en soit, comme l'a demandé Matias, je ne la quitte pas des yeux. Il m'a aussi dit qu'elle savait ce qu'elle avait à faire alors... je la laisse faire. Son truc. Avec les fils et l'électricité.


Revenir en haut Aller en bas  
Erin J. Bennett
Modératrice
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 239
MessageSujet: Re: First meeting and... panties!   First meeting and... panties! EmptyMer 23 Déc 2020 - 21:12
J'imaginais pas vraiment que j'allais devoir revenir aussi rapidement ici quand j'avais accepté la première fois. Ce qui devait être un simple contrôle de l'état de l'installation a fini par se transformer en une remise à niveau de ce dernier, en plus d'un potentiel projet d'installation complémentaire une fois qu'ils auront installé une serre ou je sais plus trop quel truc du genre. Évidemment, le paiement allait aller en conséquence avec la charge de travail, et je compte bien faire respecter ça. Bon, faut quand même avouer qu'ils ont pas vraiment d'être du genre à chercher à la mettre à l'envers. Sauf qu'on sait jamais à quoi s'attendre.

J'avais fait l'aller-retour, encore une fois véhiculée par les deux mêmes de ce groupe qui étaient venus me chercher hier, Tariq je crois et Nora. Le temps de passer une nuit pas trop mauvaise, d'informer Naya de ce qui m'attendait aujourd'hui et me revoilà déjà de retour dans cet endroit.

Aujourd'hui, pas de Matias présent pour m'accueillir, on me dit simplement de faire mon boulot et ça tombe bien parce que j'avais pas trop l'intention de faire quelque chose d'autre. Comme si je venais pour me la couler douce et faire semblant de travailler. J'ai jamais été de ce genre là et c'est certainement pas maintenant que ça va commencer.

Alors me voilà en train de faire le tour des différentes pièces pour vérifier si tout est encore en bon état et relativement sécuritaire. J'imagine que personne n'a envie d'avoir un court-circuit qui mettra le feu à toute la baraque au beau milieu de la nuit. Et c'est donc en faisant ça que je me retrouve à m'avancer dans une pièce, le regard d'abord rivé sur mon calepin en griffonnant dessus avec mon crayon. J'étais beaucoup trop concentrée sur mon travail et l'énumération des opérations à mener pour me rendre compte que la chambre n'était pas vide.

Ce n'est qu'en repérant du mouvement du coin de l’œil que je relève la tête avant de me figer. Haussant un sourcil, mes yeux détaillent sans aucune gène cette silhouette à peine vêtue qui profite de la musique qu'elle doit écouter pour danser légèrement. Sincèrement ? Je n'ai vraiment pas à me plaindre de la vue que j'ai. Enfin, elle se tourne et mon regard s'arrête sur son visage. Je ne sais pas qui est cette fille, je ne l'ai pas vue hier car sinon je m'en serais souvenue, mais essayer de dire qu'elle n'est pas belle serait mentir.

Joli déhanché, que je lui lâche encore une fois sans m'imposer le moindre filtre, jouant avec mon stylo entre mes doigts. Aucune réaction, pas de réponse, ce n'est que quand elle arrête de me fixer pour éteindre sa musique que je me rends compte qu'elle ne m'a certainement pas entendue. Ma foi, c'est pas comme si j'avais dit quelque chose de très important.

Apparemment, cette jeune femme n'a pas l'air particulièrement gênée de n'être qu'en débardeur et en culotte devant moi parce que ça ne l'empêche pas de s'avancer vers moi en me demandant qui je suis. Glissant mon stylo derrière mon oreille pour me libérer une main, je hoche légèrement la tête en guise d'approbation. C'est moi. Et c'est ingénieure hydroélectrique, pas simple électricienne, si tu veux vraiment m'appeler par mon boulot. Alors oui, on dirait peut-être pas, mais c'était une plaisanterie. Un peu. Mais à la suite des mots de la brune, je hausse un sourcil à cause de la surprise. Au moins, on ne peut pas dire qu'elle ait peur de dire les choses. Donc elle est censée garder un œil sur moi ? Un petit ricanement m'échappe et je la détaille rapidement du regard avant de montrer son baladeur du doigt. Tu sais que si c'est ça que t'étais censée faire, je suis un peu trop grande pour rentrer dans un si petit appareil.

Pourtant je ne me formalise pas spécialement du fait que Matias ait demandé à quelqu'un de me surveiller. J'aurais fait exactement la même chose à sa place, alors ce serait relativement hypocrite de dire que je suis outrée par sa décision. Alors, haussant les épaules suite à la prise de conscience de l'inconnue, je me permets quand même une question. Après tout, elle a l'air d'être du genre à ne pas passer par quatre chemins. Tu comptes me dire comment tu t'appelles ou si tu préfères, je peux aussi t'appeler « la danseuse ». Mais si, vraiment, c'était de l'humour ! Mais comme le dit si souvent Naya, faut que je fasse de sacrés progrès dans le domaine pour que les gens finissent par le comprendre.

Je fais le tour des chambres pour vérifier les installations. Un problème constaté quelque part au niveau des prises ou quoi que ce soit ?, que je demande en récupérant mon stylo derrière mon oreille et en replongeant mon regard sur ma feuille en étant prête à noter ce qu'elle me dira. Enfin, à moins que tu préfères remettre ta musique et te dandiner en culotte. J'en aurai pour une vingtaine de minutes ici, alors t'auras un public, que je lâche sans détacher mes yeux plus d'une fraction de seconde de mes notes. Juste le temps de lui jeter un rapide regard en coin.



Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Charlie Johansson
Survivor
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 117
MessageSujet: Re: First meeting and... panties!   First meeting and... panties! EmptyMer 23 Déc 2020 - 22:16
 L'appeler par son boulot ? C'était une idée un peu... grotesque non ? À moins que la jeune femme ne se sente vexée parce que j'ai rabaissé sa profession. Je l'ai appris avec les années, et à force de pratiquer l'être humain et son égocentrisme hors norme, les gens se complaisaient dans la satisfaction de leur pseudo réussite professionnelle, sociale, et surtout financière. On pouvait être un abruti fini si on était riche et on pardonnait plus facilement certains comportements dès que l'on possédait un certain pouvoir. Ça non plus, à dire vrai, je ne l'avais jamais réellement compris. J'avais un job simple et ma seule satisfaction avait toujours été celle de mes clients. C'était presque une forme d'empathie en soit. La deuxième chose que j'ai appris c'est l'orgueil qui naissait chez certains de leur travail. Je me sens donc obligée de préciser un « Ca à l'air vachement....sérieux. » J'ai beau tenter de trouver un autre mot, aucun ne trouve résonance en moi. Probablement parce que je m'en balance un peu. Ingénieure hydroélectrique.... je voyais bien le concept du premier, devinait plus au moins une histoire d'eau et d'électricité, mais mon cerveau refusait de combiner les trois ensembles. Faut dire qu'à part mes propres centres d'intérêts je ne m'étais jamais vraiment ouverte à autre chose. Pour quoi faire ? Et puis on m'avait toujours dit que la flotte et tout ce qui était électrique ne faisait pas vraiment bon ménage. Je pourrais lui poser des questions, faire semblant de m'intéresser parce que c'est ce que les gens font la plupart du temps, même si eux aussi font semblant pour le coup. Mais je n'ai pas à me forcer avec elle. Cette...Erin... ne fait pas partie de cette maison. Elle n'est que de passage et je n'ai rien à gagner à jouer les jeunes filles parfaites avec elle. J'ai déjà un toit, un lit et à manger dans mon assiette.

Et puis, pour une ingénieure, elle n'a pas l'air spécialement intelligente. Ou alors c'est moi qu'elle prend pour une idiote. Je fronce les sourcils et mon regard se pose de concert avec le sien sur mon lecteur de musique quand elle affirme ne pas pouvoir entrer dedans. Bah... ouais ? Ça me paraît logique non ? Et si c'est du sarcasme ou de l'ironie, je ne trouve pas le double sens que peut avoir son discours. Retenant de lui poser clairement la question parce que je sais que ça ne se fait pas, je repose mes yeux sur elle, fronçant à nouveau les sourcils. « Je ne suis pas une ...danseuse. » Et cette fois ça fait tilt, parce qu'elle m'a vu me dandiner pendant.... possiblement un peu trop longtemps ? « Oh...sarcasme... » Je suis presque contente de l'avoir trouvé, si ça en est. Je lâche simplement un « Charlie » dans un haussement d'épaules, la regardant sortir un calepin alors qu'elle me demande si j'ai noté des anomalies.

Cette dernière me prend cependant au dépourvu au moment où je m'apprête à lui répondre et mon visage se baisse vers mes jambes nues. Oh ! C'est vrai. Ça aussi paraît que ça ne se fait pas. Ça met les gens mal à l'aise. Ce n'est pourtant pas de la gêne qui transpire chez la jeune femme. Bon point pour elle. Les gens et leur pudeur déplacée m'horripilent. Je ne comprends pourtant pas vraiment où elle veut en venir, ou même si elle use encore de sarcasme ou d'ironie. Ça en ferait beaucoup mais ça expliquerait pourquoi je ne comprends que la moitié de ce qu'elle dit. « C'est pas un truc de mecs ça ? Aimer mater des filles qui dansent à moitié nue ? » Et ce qui pourrait passer à son tour pour du sarcasme est en réalité une vraie question, qui heureusement peut aisément induire en erreur le receveur puisque les subtilités de langage sont par définition, subtiles. Arquant un sourcil, je ne capte son regard qu'un battement de cils avant qu'elle ne se concentre à nouveau sur ses notes et j'abandonne.
Je finis par la dépasser et enfile distraitement le premier pantalon propre que je trouve. « Hum.. quand je branche un truc là... » Je pointe difficilement la prise à côté de mon lit, me tortillant pour entrer la seconde jambe et remonter le vêtement. « Ca grésille là. » Je pointe le plafonnier au milieu de la pièce, entre les deux lits. « Oh et mon coloc n'a pas la lumière à tous les étages mais j'imagine que tu peux rien faire pour ça ? » Okay, c'est probablement l'une des seules blagues que je possède en stock, ou plutôt l'une de ses expressions qu'il m'a fallut apprendre par cœur pour m'en sortir en société et que je trouve parfaitement adaptée aux circonstances. Et très honnêtement, je suis plutôt fière de moi. Très, très fière. Je suis peut-être socialement inadaptée, mais je suis adaptative à tout.


Revenir en haut Aller en bas  
Erin J. Bennett
Modératrice
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 239
MessageSujet: Re: First meeting and... panties!   First meeting and... panties! EmptyJeu 24 Déc 2020 - 0:50
C'était une plaisanterie, au cas où, que je me sens obligée de préciser en fin de compte quand je remarque que la brune en face de moi n'a vraiment pas compris que j'étais pas sérieuse en la reprenant sur mon ancien métier. Qu'est-ce que ça change de nos jours de toute façon ? C'est pas comme si on allait me donner une prime sur ce qu'on m'a promis comme paiement sous prétexte que j'avais plus de responsabilités à l'époque. Alors qu'elle m'appelle « l'électricienne » ou « l'ingénieure » franchement ça changera pas grand chose à ma vie. D'ailleurs, au pire, elle peut aussi faire le choix de ne pas m'appeler du tout.

Quoi qu'il en soit, les faits restent les mêmes et je suis ici pour travailler et pas pour tailler le bout de gras avec apparemment la fille qui est censée garder un œil sur moi. Chose qu'elle ne fait pas spécialement bien jusqu'ici, si quelqu'un veut mon avis. Pas qu'on me l'ait demandé, mais j'aime bien le donner. Ou en tout cas l'exprimer dans ma tête, à défaut de le faire à haute voix. Jouer les intéressantes, ou la « Madame Je-Sais-Tout » c'est vraiment pas ma tasse de thé.

Par contre, apparemment ma seconde tentative d'humour était meilleure que la première. Parce que cette fois, la jeune femme souligne le fait qu'il s'agissait de sarcasme. Alors, je pointe rapidement mon stylo dans sa direction sans pouvoir retenir un très léger sourire en coin, histoire de souligner le fait qu'elle ait bien deviné. Bingo. D'un simple hochement de tête, je lui fais comprendre – enfin dans ma tête c'est clair – que j'ai bien entendu et retenu son prénom. Et c'est avec le regard rivé sur mon calepin que je fais l'effort de tout de même faire preuve d'éducation et de bienséance. Enchantée, Charlie. Oui, c'est plus pour la forme qu'autre chose. Parce que je ne vois pas vraiment à quoi ça sert encore aujourd'hui de faire comme si c'était vrai et qu'on était vraiment heureux de faire de nouvelles rencontre. Chaque nouvelle tête peut représenter un potentiel nouveau danger.

Concentrée dans mon travail, ne levant les yeux de ma feuille que pour observer les différents interrupteurs et prises de courant avant de continuer de griffonner des choses sur ma feuille que je serai la seule à savoir relire. J'ai dit que tu aurais un public pour ta danse, pas pour tes fesses. Tu peux te balader à poil si tu veux, danser pendant que je bosse si t'as envie ou besoin d'avoir un public pour te produire, c'est pas pour ça que je suis venue de toute manière. Et il n'y a pas que les hommes qui apprécient les belles vues, Charlie. C'est juste une info, t'en fais ce que tu veux.

On en revient aux choses sérieuses et la voilà qui me désigne une prise avant de pointer du doigt l'applique du plafond en mentionnant une histoire de grésillement. Hm. J'aime pas trop ça, parce que ça peut soit signifier une simple défaillance dans les branchements, soit carrément un souci plus grave qui me forcerait à retravailler toute l'installation dans cette pièce pour éviter tout court-circuit et potentiel départ de feu. En gros, va falloir que je me penche sérieusement sur la question si je veux en avoir le cœur net.

Et c'est alors que j'ai le sourcils froncés, déjà occupée à réfléchir à une potentielle cause du problème pour étudier de possibles solutions, que j'entends Charlie se mettre à faire de l'humour elle aussi. Enfin, je crois que c'est pour ça qu'elle le dit. Malheureusement c'est le genre de branchements qui sont hors de mon domaine d'expertise. Et puis, au moins ça fera toujours un illuminé de moins. C'est dans les moments comme ça que je me rends compte pourquoi Naya passe son temps à me dire que l'humour c'est vraiment pas pour moi, et ce depuis des années et des années. En tout cas, je suis peut-être pas psy mais j'ai l'impression de me rendre compte que cette fille est pas « banale ». Au sens où elle a quelque chose en plus, cette espèce de fragilité pleine de naïveté dans sa façon de parler et d'être totalement à part dans une discussion qui pourtant n'implique que nous deux.

Dis-moi, est-ce que tu saurais où se trouve le panneau électrique ? Je dois dire que j'ai visité tellement de pièces dans cette maison hier que j'ai du mal à m'en rappeler. Si oui, ce serait cool de m'y emmener, si c'est non je me débrouillerai autrement.



Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Charlie Johansson
Survivor
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 117
MessageSujet: Re: First meeting and... panties!   First meeting and... panties! EmptyJeu 24 Déc 2020 - 18:59
Enchantée.
Je ne réponds rien, me contente d'acquiescer dans une fausse politesse. Je ne suis ni enchantée, ni heureuse de la rencontrer ni contrariée de la situation. Je m'en fous tout simplement. Elle n'est qu'une figurante dans le tableau de ma vie et n'aura très probablement jamais de rôle prépondérant. Je me contente donc du minimum et prête une oreille attentive mais pas trop à la suite de son discours. Merde, c'est qu'elle parle beaucoup pour une question qui ne me semblait pas nécessiter autant d'explications et de justifications. Et puis je n'ai pas spécialement envie de danser à moitié nue devant elle. Non pas que ça me dérangerait tant que ça, mais là n'est pas vraiment la question. Quoi qu'il en soit, je reste persuadée qu'elle se trompe sur le fait que les femmes aiment aussi ce genre de spectacles ou même les jolies vues comme elle appelle ça. La perversité va mieux aux hommes, c'est comme ça. Du moins celle-ci. Pervers, et souvent narcissiques. Les femmes penchaient davantage vers la névrose, l'égocentrisme et un besoin de validation constant qui était parfois épuisant. Sans compter celles qui surcompensaient pour se définir sexe fort et qui en fait n'étaient que de petites choses fragiles ayant besoin d'être sauvées. Insupportable. Non pas que je range ma vis-à-vis dans une catégorie particulière, je ne la connais pas et encore une fois, je m'en contrefous. Je me contente donc d'un simple « Je n'aime pas qu'on me regarde » en haussant les épaules. C'était vrai. J'avais toujours détesté attirer l'attention des autres car trop souvent alimentée par des choses négatives et emplie d'un jugement hâtif sur ma pseudo bizarrerie.

La laissant faire ce pour quoi Matias l'a fait venir, je croise les bras sur ma poitrine, réfléchissant quelques instants à sa réponse concernant Adam, laissant finalement un léger sourire étirer le coin de ma bouche. Illuminé. Elle était bonne. Et il fallait que je la retienne. Il-luminé.
Pour le coup, j'aimerais avoir quelque chose à répliquer de malin ou cette répartie du tac-o-tac que possède certaines personnes mais rien ne me vient. J'ai épuisé mon stock de blagues et je ne maîtrise pas assez le sarcasme ou l'ironie – voire pas du tout – pour rebondir de manière pertinente. Je me contente donc de lever un index et de hocher la tête à l'affirmative juste pour signifier que la plaisanterie est intégrée et qu'en plus, une fois n'est pas coutume, je l'ai apprécié. Ce qui n'était finalement pas peu dire.

Revenant un peu à cette réalité banale mais qui me plaît davantage que l'aventure menée ces derniers mois, je croise à nouveau son regard, la jaugeant un instant des pieds à la tête sans gêne aucune. Elle n'avait pas l'air de se formaliser de mon peu d'efforts et c'était bien moins fatiguant ainsi. Bien joué, mais je me rappelais la demande de Matias, il était donc hors de question que je laisse cette Erin, hydro machin truc, seule dans le périmètre de la maison. « Bah, je dois garder un œil sur toi tu te souviens ? » Et attrapant une chemise à carreaux trop grande pour moi qui traîne sur mon lit, je l'enfile et tourne les talons, levant ma main sans me retourner et pliant plusieurs fois mon index pour lui signifier de me suivre.
Passant devant la cuisine, je me penche légèrement pour vérifier que la voie est libre et chipe un fruit que je croque à pleine dents avant de continuer ma route. J'ai faim. J'ai plus ou moins tout le temps faim. Me tournant légèrement vers notre ''invitée'' je me souviens qu'il est courant de proposer quelque chose dans ce genre de circonstances mais également impoli de parler la bouche pleine. Coincée entre ces deux règles contradictoires, je choisis la troisième option qui est de passer outre et de ne pas m'appesantir là-dessus. Si elle voulait un truc elle le demanderait non ? Moi je le ferai en tout cas.

Ouvrant la porte qui mène au sous-sol, j'actionne l'ampoule qui éclaire les escaliers un peu raides et précède Erin jusqu'à la pièce qui sert d'atelier à Matias. « Gaffe à la dernière marche... » J'allume finalement l'endroit et lui désigne le boîtier sur l'un des murs, prenant une nouvelle bouchée. « Ch'est par ichi... » Et je m'assois en face, sur l'un des établis , essuyant la sciure qui s'y trouve avant de m'installer, et évidemment de garder un œil sur elle.


Revenir en haut Aller en bas  
Erin J. Bennett
Modératrice
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 239
MessageSujet: Re: First meeting and... panties!   First meeting and... panties! EmptySam 26 Déc 2020 - 10:17
Je sais pas trop pourquoi est-ce que je prends vraiment le temps de discuter avec cette fille. Je suis pas vraiment venue ici pour chercher à me faire des amis, même si je dois dire que Naya ne s'est pas gênée pour me rappeler que de bonnes relations avec les groupes environnants ne peut être que bénéfique pour nous sur le long terme. Après tout, on n'est que deux à vivre dans un endroit immense et ça implique forcément qu'on aura besoin d'aide au bout d'un moment si on veut continuer de vivre là-bas. En tout cas, c'est comme ça que je l'ai compris. C'est déjà bien cool, faut l'avouer, d'être dans un endroit relativement sécuritaire, où on peut toutes les deux reprendre un peu nos vieilles « passions » qu'on avait pour nos boulots respectifs. Mais on va éviter de tenter le diable si possible quoi.

En tout cas, on finit quand même par revenir dans le vif du sujet puisque le fait qu'elle ne rebondisse pas sur ma remarque concernant l'homme dont elle parlait – et n'ayant apparemment pas la lumière à tous les étages – me permet de me concentrer à nouveau sur la raison de ma présence ici. Mais j'avoue que j'ai du mal à retenir un petit sourire en coin, assez discret malgré tout, quand elle lève son index vers moi et hoche la tête comme pour approuver ma pseudo blague concernant son colocataire. C'est si rare que quelqu'un ait l'air d'apprécier mon humour que je vais certainement pas cracher dessus. Et je me ferai même une joie de raconter à ma meilleure amie que j'ai rencontré une fille encore plus nulle que moi dans ce domaine. C'est pas contre la brune qui se trouve en face de moi, hein, mais c'est si rare que c'est plutôt pas mal de le noter.

Un léger ricanement amusé – et surtout profondément sarcastique – m'échappe quand suite à ma demande elle me rappelle qu'elle est censée garder un œil sur moi. Oh, oui, j'en tremble tellement d'être surveillée que je ne pourrai jamais oublier voyons. Je ne sais, après tout, pas ce dont elle est capable. Mais au même titre qu'elle n'a aucune idée de ce que je peux faire si elle tente de me la mettre à l'envers. Qui me dit qu'elle ne fait pas semblant de jouer les ingénues uniquement pour mieux me descendre une fois que j'aurai terminé de faire les travaux nécessaires dans cet endroit et éviter que je vois la couleur d'un quelconque paiement ? On n'est jamais trop prudent.

Suivant la demoiselle au travers des différentes pièces, je jette un rapide coup d’œil à cette corbeille de fruits dans laquelle elle pioche en passant mais ne me formalise pas spécialement du fait qu'elle ne m'ait pas proposé de me servir également. De toute manière, je n'ai pas particulièrement faim alors ça ne me dérange pas. Par contre, est-ce que je profite un petit peu du fait qu'elle ne soit pas beaucoup plus habillée qu'avant et que je marche derrière elle pour m'autoriser quelques coups d’œil pas forcément très discrets sur la vue qu'elle m'offre ? Hm. Oui, j'avoue. Regarder le menu devant un resto n'a jamais signifié qu'on allait y entrer et s'y installer, que je sache. J'ai des yeux, et je m'en sers, tout simplement.

On descend les escaliers menant à la cave et je reste silencieuse pour l'instant, me méfiant de la dernière marche comme elle m'invite à le faire avant d'observer un peu les lieux. Je repère rapidement le panneau électrique que je cherchais, allant déposer mon calepin et mon crayon sur l'établi où Charlie vient de s'installer avant d'approcher de plus près l'objet qui m'intéresse pour la suite de mon travail.

Préférant être à l'aise pour travailler, je déboutonne la chemise à carreaux que je portais par-dessus mon débardeur et la retire, venant la nouer autour de ma taille avant de me faire ce que j'ai à faire. Vérifiant les différents branchements, la manière dont ils ont été faits, quelque chose me dit que quelqu'un a traficoté quelque chose là-dedans il y a quelque temps et qu'il va falloir que je remette tout ça comme il faut. Parce que, je ne sais pas si ça a déjà été le cas, mais c'est exactement le type de choses qui peut provoquer un gros court-circuit ou simplement faire sauter les plombs à la moindre surcharge de tension.

Sans même prendre la peine de me tourner vers ma « surveillante » je me racle un peu la gorge pour m'éclaircir la voix, les doigts plongés entre les différents câblages. Qui s'occupe de ça en général ? Et si déjà t'es là, tu peux me rapporter mon carnet et mon crayon ? Ah et si t'as une lampe de poche, ça m'arrangerait.



Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Charlie Johansson
Survivor
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 117
MessageSujet: Re: First meeting and... panties!   First meeting and... panties! EmptySam 26 Déc 2020 - 21:32
Croquant avidement dans la pomme que j'ai chipée, je jette un coup d'oeil au calepin qu'elle pose à mes côtés, fronçant un instant les sourcils avant de la détailler sans gêne pendant qu'elle retire sa chemise. Bien que j'ai repris du poil de la bête je reste encore maigrichonne et suis loin de mon poids de croisière. Erin ne semble manquer de rien. Elle est fine mais pas trop, et plutôt athlétique. Visiblement elle mange donc à sa faim mais a tout de même besoin de troquer ses services contre de la bouffe, ou c'est en tout cas ce que j'en ai compris. C'est mon problème, je n'écoute pas vraiment les conversations quand elles ne me concernent pas directement ou si je n'en perçois pas un intérêt sur le court ou moyen terme. Je louche plus que je ne le devrais sur sa chemise et mes envies de voleuse reviennent au galop. J'ai toujours aimé ce que je ne pouvais pas avoir, ainsi suis-je faîte. Et cette chemise est drôlement chouette.
Mordant une nouvelle bouchée je relève légèrement son calepin délaissé alors que la jeune femme s'éloigne, l'envie tenace de prendre le stylo et d'en noircir les feuilles encore blanches de quelques dessins difficilement retenue. C'est que je commençais à manquer de matériel et même s'il existait peu de choses dont je ne pouvais me passer, l'extérieur et le dessin étaient clairement dans mon top deux de survivaliste. Et manger. La nature, le dessin, et manger. Pas forcément dans cet ordre...

Retirant ma main d'un geste vif quand sa voix m'interpelle de nouveau, comme prise en faute, je hausse simplement les épaules, constatant que l'ingénieure ne s'est pas retournée et n'a donc, en conséquences, pas vu mon geste. Alors que je m'apprête à lui répondre les demandes pleuvent et il me faut me les répéter plusieurs dans la tête pour être certaine de toutes les intégrer. Les consignes multiples n'avaient jamais été mon truc. Soupirant de contrariété et possiblement un peu d'agacement, je me propulse d'un geste souple vers l'avant pour me remettre sur mes pieds, farfouillant un instant dans les tiroirs de l'atelier. Je ne suis pas sûre que Matias apprécierait mais... il n'est pas là... « J'en sais rien, je suis là que depuis deux mois, Matias je suppose, ou Tarik, ce sont les deux seuls hommes de la maison. » Je ne me rends pas compte de l'énormité du cliché que je viens de lâcher, trop occupée à fouiller les différents placards. Oui, l'électricité, c'était forcément un truc pour les mecs hein ? Certes, il y avait bien Adam mais il était arrivé après moi et ne semblait pas particulièrement doué dans ce domaine. Quoi que, ils partageaient bien une chambre mais ça n'allait guère plus loin pour le moment.

Trouvant enfin ce que je cherchais jusqu'ici je vérifie que la lampe fonctionne et attrape son calepin et son crayon avant de rejoindre l'électricienne, jetant un dernier coup d'oeil à ses notes avant de lui tendre son précieux. « On t'a déjà dit que tu écris comme un pied ? » Ce n'est pas une attaque, et le ton employé ne va clairement pas dans ce sens. Mon visage reste neutre, comme si je venais de lui demander quelle était sa couleur préférée. Me rendant néanmoins compte que mes mots peuvent être pris pour de la vilénie, je repense aux conseils de Joan quand, régulièrement, je lâchais involontairement ce genre de bombes. Toujours tenter de rattraper le coup par un compliment. Les gens, paraît-il, avaient tendance à se concentrer davantage sur la conclusion d'un discours qu'à son corps en entier. « Ta chemise est chouette, j'aime bien. » Les yeux dans les siens, je tourne la lampe torche dans ma main pour la lui présenter côté manche et la lui tendre. Joan avait de bons conseils, mais elle n'avait jamais réussi à m'inculquer le concept de subtilité. Concept plus que subtil, soit dit en passant...


Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: First meeting and... panties!   First meeting and... panties! Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- First meeting and... panties! -
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: