The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
Filtre à douche WinArrow WA550 avec cartouche remplaçable
24.70 €
Voir le deal

Partagez
- Can't read your poker face -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zola Saltzman
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 605
MessageSujet: Re: Can't read your poker face   Can't read your poker face - Page 2 EmptyMer 9 Déc 2020 - 22:17
Je glisse un regard en biais vers Aamir, qui est désormais à la même hauteur que moi, et qui tout comme moi à l’air de se demander ce qu’il fout là. Il est plutôt courageux finalement l’indien, je peux pas lui retirer ça, il reste malgré mes très nombreuses façons de le pousser à prendre la poudre d’escampette, loin d’être sympas. Il a raison en plus, il y a beaucoup de choses à dire, trop sans doute, à quel point que tout se mélange dans ma tête, enfle en se répandant dans mon corps, et me pourrit jusqu’à la moelle. Je vois sa main entrer dans mon champ de vision, et ses doigts essayer de défaire l’emprise des miens sur le morceau de verre, sur lequel ils se referment d’autant plus, coupant encore davantage les chairs de ma main blessée. Mais je m’en moque. La douleur a toujours été un exutoire malgré ce qu’il a l’air de commencer à dire, j’y ai toujours trouvé là une porte de sortie quand j’étais sur le point d’exploser, et je n’ai jamais vraiment cherché autre chose.

Finalement, mes doigts se desserrent peu à peu, et l’indien parvient à retirer le morceau de verre de ma main, pour le jeter un peu plus loin, tandis que je suis sa trajectoire jusqu’à le perdre de vue. Il sort de ses poches un mouchoir qu’il vient appliquer sur la plaie, et je glisse l’esquisse d’un sourire à peine perceptible en sa direction, quand il parle de sa chemise que j’ai ruiné de rouge à lèvres en m’essuyant les doigts dessus. « -C’est ça d’emmerder la mauvaise nana. » Et là, il fait un truc que j’aurai jamais imaginé possible, même si sa présence dans la ruelle pendant un de ces sales moments que je vis parfois est déjà étrange en soi, il pose sa veste sur mes épaules. Je reste à le couver longuement du regard après ce geste, qui m’arrache une larme malgré moi, qui se perd sur le tissu de son costume. « -Merci. » Et je détourne le regard, qui accroche immédiatement les autres éclats qui jonchent le sol, et m’appellent à grand cri de m’en saisir pour les planter dans mes chairs.

Je reste à fixer quelques instants le mouchoir déjà imbibé de sang, avant de tourner de nouveau mes yeux sombres vers Aamir. « -T’es sûr que tu seras amnésique demain, Rahis ? » Il ne lui faut que quelques instants pour confirmer d’un simple hochement de tête, et il ne m’en faut pas plus. C'est pas un gars très causant, c’est bien une des rares choses que j’apprécie chez lui. Enfin…de ce que j’en dis en public. Pour autant, je reste silencieuse un long moment, alors qu’on est toujours dans cette posture étrange, qui pourrait arracher quelques questions à un survivant lambda passant par là, et tends le bras pour récupérer son verre d’alcool que je vide cul sec, avant de le reposer gentiment sur le bitume, sans l’éclater nulle part cette fois-ci. « -J’aurai voulu jamais rencontrer aucun d’entre vous. » La messe est dite, au moins. Je reste silencieuse encore un moment, avant de hausser les épaules, sous sa veste. « -Avant, y’avait que Bill, Chris, et moi, et c’était parfait. »

Je ressens le besoin d’enfoncer mes ongles dans le mouchoir, pour titiller davantage la blessure, et la faire saigner encore un peu plus, parce qu’avoir mal est le seul moyen de rendre les mots acceptables. « -Je voudrais vous détester…tous autant que vous êtes, vous mépriser, ignorer votre existence...Mais même ça j’y arrive pas, et… » Je ferme les yeux, et lève mon visage vers le ciel quelques instants, sentant une légère brise venir glacer mes joues encore mouillées. « -Maintenant…on est tous des Bastards, une putain de famille bancale, dysfonctionnelle au possible, avec des relations foireuses, mais une famille quand même, et je peux pas accepter l’idée qu’il puisse arrive quelque chose à quelqu’un, un jour. Et pourtant…c’est inévitable. Tout le monde finit par crever. Et je voudrais ne pas avoir à vivre avec cette responsabilité, parce qu’elle m’étouffe. » Parce que la vie se résume à ça désormais. Qui vit un jour de plus. Qui crève le lendemain. Qui reste derrière, à pleurer les morts. Le mouchoir est désormais inutile, gouttant de sang sur le bitume. « -J’aimerai que juste une fois…une seule fois par semaine, même pas par jour, une conversation ne se résume pas à la Cage, aux profits, aux ressources, aux alliances, à ce qu’on pourrait faire d’autre pour attirer les clients, que juste une fois, j’ai pas à présenter ce visage prêt à tout, et au pire, pour arrive à mes fins…rien qu’une seule petite, petite fois. Juste avoir l’impression d’avoir fait autre chose que survivre un jour de plus, en portant ce masque éternel de manipulatrice sans scrupule qui me colle à la peau. » Je lâche un long soupir, qui prend sa source dans ma poitrine chargée de douleur, avant de serrer doucement les dents. « -Putain, t’as intérêt à boire un max pour oublier tout ça d’ici demain. »




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Aamir Rahis
The Gentle Bastards
Aamir Rahis
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 778
MessageSujet: Re: Can't read your poker face   Can't read your poker face - Page 2 EmptyJeu 10 Déc 2020 - 1:13
Un nouveau rire, léger cette fois ci, lui échappa lorsque Zola affirma qu'il ne s'en était pas prise à la bonne personne. Aamir aurait même pu jurer avoir vu une naissance de sourire sur la bouche de la danseuse. Finalement, même si ce n'était pas grand chose, il avait bien fait de ne pas céder et de rester là. Même si sa position n'était pas des plus confortables, tant littéralement que métaphoriquement, il savait qu'il avait pris la bonne décision. Partir aurait été bien trop facile, en totale harmonie avec son comportement habituel vis à  vis l'hispanique. Rester à ses côtés était absurde, fragile, difficile et pourtant, à cet instant précis, cela lui paraissait d'une logique insaisissable.

L'indien ne répondit au remerciement de Zola que par un demi sourire franc. Il avait bien conscience que cela devait lui coûter de lâcher un mot pourtant si simple; aussi il ne voulait pas en rajouter. Ça ne lui coûtait rien à lui, de poser sa veste sur les épaules de la jeune femme. Si ce n'est ce froid qui s'emparait immédiatement de lui. Mais il n'était pas le plus à plaindre, c'était un maigre sacrifice face au désespoir de Zola. Il suivit son regard sur les bouts de verres qui jonchaient le sol et machinalement, il vint en écraser, en cacher sous la semelle de sa chaussure. C'était bien présomptueux de sa part de vouloir préserver la brune de la douleur physique, à défaut de pouvoir calmer ses blessures mentale, alors qu'il était le premier à vouloir la piquer. Mais c'était un rôle qui endosserait ce soir. Juste ce soir.

D'ailleurs, il opina silencieusement du chef à la question de Zola. Bien sûr qu'il jouerait l'amnésique demain. Il avait été habitué à le faire. Déjà avant que le Monde ne s'écroule, il avait assisté à de nombreuses choses et son patron ne cessait de lui répéter "T'as rien vu petit. T'as rien entendu fiston" et lui, il acquiessait. Il gardait ces choses là pour lui, enfouies tout au fond. Jusqu'à parfois même en oublier leur existence. Dans le jeu du gars qui faisait comme si de rien était, il excellait.

Zola prit ce hochement de tête pour argent comptant et elle avait raison de le faire. Aamir avait beaucoup de défaut mais il n'avait souvent qu'une parole, qu'une ligne de conduite. Il se fit même la promesse intérieurement de ne jamais ressortir un seul des mots qu'elle allait lui dire, contre elle. Il demeura silencieux tout du long, son visage impassible tourné vers le mur en face d'eux. Pour ne pas envahir Zola de son regard qui pourrait être pesant alors qu'ils avaient finalement une discussion sincère. Sans masque, sans pique, sans filtre.

La vérité, ou du moins une part de vérité, tombait. La première partie de son discours faisait écho à ce qu'il avait lui-même dit à Zola lorsqu'elle avait débarqué dans sa chambre au beau milieu de la nuit. Bien sûr que tout cela, c'était du sursis qu'ils s'offraient. Bien sûr qu'ils allaient tous finir par mourir un jour. Demain peut-être même. Mais que pouvaient-ils y faire ? La deuxième partie était plus personnelle, traduisant la lassitude du bras droit. Elle confirma aussi ce qu'Aamir avait pour habitude de lui reprocher. De porter un masque, constamment.

L'indien resta silencieux tout un moment, alors même que Zola avait fini de parler depuis quelques longues secondes, le regard toujours fixé sur ce point invisible au loin.

- T'inquiète pas, j'comptais me mettre minable. Ça fait cinq putain d'années que j'attends d'pouvoir me bourrer la gueule au nouvel an

Il finit par tourner la tête vers elle, un sourire amusé aux lèvres. Son sourire s'effaça lentement, pour reprendre ce visage neutre qui ne le quittait que très rarement.

- T'sais... J'veux bien admettre que l'avenir est indécis mais t'as pas à porter la responsabilité d'nos vies à tous. Personne te d'mande ça. Enfin, pas moi en tout cas.

Ses yeux glissèrent à nouveau sur la main de Zola.

- Pourquoi tu t'l'accordes pas cette journée ? T'es pas obligée d'me répondre en fait. T'sais c'que jte propose ? Demain j'aurais oublié mais jte lache quand même la proposition. Dès qu'tu sens qu'tu vas exploser, on trouve un appart, des bureaux, une baraque... qu'importe et tu casses tout. Le genre demolition room gratuit ! Et jt'assure que moi j'en ai strictement rien à foutre de pas parler profits, alliances et business. J'aime même pas parler tout court de toute façon

Et le voilà maintenant à lui proposer son aide pour lui éviter l'implosion. Le monde devait tourner à l'envers ce soir. Demain, il ne lui en parlerait pas. Mais la proposition était faite.


Just like that, an honest man blinked
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 605
MessageSujet: Re: Can't read your poker face   Can't read your poker face - Page 2 EmptyJeu 10 Déc 2020 - 10:14
Je fronce doucement les sourcils quand je vois Aamir maltraiter les bouts de verre ou les cacher sous ses semelles pour me passer toute envie de me labourer la peau avec, tournant un regard en biais vers lui, un peu étonnée. Ce n’est clairement pas ce qui empêchera quelqu’un qui a besoin de se faire du mal d’agir, mais…l’attention est presque…délicate. A l’opposé de l’image que j’ai de lui au quotidien. Je pince les lèvres, et hoche simplement la tête quand il m’informe que ça fait cinq ans qu’il espérait pouvoir se cuiter à Nouvel an…et en même temps…qui d’autre que Bill pourrait vouloir organiser Nouvel an au milieu des rôdeurs, des pillards, de New Eden, de toutes les merdes qui peuvent nous tomber dessus ? « -Ouais…je parie que t’imaginais pas qu’un jour, un grand dandy anglais allait organiser une grande fête de Nouvel an en pleine apocalypse, hein… » Le ton est amer, plus que je ne le voudrais, et s’accompagne d’un léger soupir. Les profits, toujours les profits.

Quand je sens son regard quitter le mur qui semblait le fasciner pour se poser vers moi, je tourne à mon tour mes yeux sombres vers lui, secouant doucement la tête à ses propos, alors que je pince doucement les lèvres. « -C’est ça le truc…c’est que personne n’a eu besoin de le demander. Et…je t’assure qu’angoisser à chaque fois que l’un d’entre vous met un pied en dehors de l’ORB ne fait pas partie de mes activités favorites. Et pourtant…c’est là, à chaque fois, juste ici » Je lui désigne le creux de mon ventre de ma main valide, avant de me mordiller légèrement la lèvre inférieure. « -Vous avez tous accepté de nous rejoindre, alors…sans doute que pour certains d’entre vous, c’était l’assurance d’une nouvelle sécurité, de ressources plus quotidiennes, d’un nouveau confort, ou peu importe les raisons qui vous ont poussé à devenir des Bastard. Mais moi j’arrive pas à le voir juste comme ça, et pourtant, j’ai essayé. De vous voir comme des survivants comme des autres, de simples colocataires, des gens lambda. » En vain. Et pourtant, ce n’est vraiment pas faute d’avoir essayé. Le mouchoir ne fait déjà plus son effet, et tout en jetant un coup d’œil dessous pour voir l’étendue des dégâts, je poursuis : « -Personne ne m’a demandé de porter cette responsabilité dont je voulais même pas. Et pourtant, elle est là. C’est…comme ça, c’est tout. » Un fait contre lequel je ne peux pas lutter. La plaie dans ma paume est pas jolie, et pourtant, je conserve un visage neutre face aux chairs lacérées qui saignent encore.

Nos yeux se croisent une nouvelle fois, et cette fois-ci, le masque est trop fissuré pour que je parvienne à masquer ce que sa proposition, inattendue, m’inspire. Mes sourcils se haussent de surprise, d’incompréhension aussi, quand d’habitude je n’aurais affiché qu’un ton neutre, voire une moue franchement moqueuse à l’idée qu’il puisse penser que j’ai envie de passer volontairement du temps avec lui. Mais pas ce soir. Pas maintenant. Là, je me contente de le couver longuement du regard, les mots incapables de franchir mes lèvres, alors que je secoue légèrement la tête, et détourne le regard. « -Pourquoi t’aurais envie de m’aider ? Je suis juste la peste qui te sert de chef, et qui te rends la vie impossible au quotidien par pur plaisir. » J’inspire longuement, prends mon temps pour ensuite chasser l’air de mes poumons, avant de lâcher un bref sourire en coin. « -C’est un truc que j’aime bien chez toi…le fait que tu sois pas un bavard. » Sauf quand je le titille, mais là…c’est une joute à laquelle je sais qu’il ne peut résister.

Je déglutis péniblement, et finis par me redresser sans grimacer, me doutant que la position doit être carrément inconfortable pour lui. « -Mais c’est…sympa de ta part, de vouloir m’emmener dans un endroit où y’aura des éclats de verre ou de porcelaine un peu partout. J’apprécie la proposition. » Si c’est répondu avec une once de sarcasme, parce qu’il sait désormais ce que j’en fais, des éclats coupants, les mots ne sont pas hypocrites, et je les pense réellement. Je ne m’attendais vraiment pas à ça venant de sa part. « Je sais pas pourquoi tu fais ça…mais ta proposition est pas tombée dans l’oreille d’une sourde. » Et je parviens même le miracle de relever le coin de ma lèvre dans une pâle esquisse de sourire. Je reste à le fixer encore quelques instants, avant de regarder mes yeux sur la porte de secours de l’entrepôt, derrière laquelle les gens s’amusent pour oublier cette année qui vient de passer. Peut-être que je devrais juste…partir, aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, ce genre de conneries. Bill a ses Bastards, la Cage est fonctionnelle, amasse pas mal de ressources grâce aux alliances passées à droite à gauche, il a même une nana maintenant, Chris à Aamir, et l’ORB assure un lieu de vie sécurisé, confortable à tout ce joli monde. Et moi…moi j’ai toujours eu un petit côté aventurière, mis de côté il y a trop longtemps.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Aamir Rahis
The Gentle Bastards
Aamir Rahis
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 778
MessageSujet: Re: Can't read your poker face   Can't read your poker face - Page 2 EmptyJeu 10 Déc 2020 - 13:27
À la réflexion au goût âpre de Zola sur cette soirée du Nouvel An, Aamir ne doutait plus sur le fait qu’elle n’aurait pas forcément voulu être présente ce soir. Peut-être parce que justement, elle devait porter son fameux masque. Comme l’indien le lui avait dit lorsqu’ils étaient encore à l’intérieur. Il était bien loin de se douter que cette simple réflexion allait être à l’origine de cette discussion. Aamir haussa les épaules. Non, il n’aurait jamais imaginé fêter à nouveau la nouvelle année. Malgré les défauts que pouvait avoir l’extravagant anglais, on ne pouvait pas lui enlever le fait qu’il se démenait pour apporter un semblant de normalité dans ce nouvel ordre. De sa normalité tout du moins. Mais de sa position, Aamir ne connaissait pas l’envers du décor. Lui, la seule chose qu’il voyait, c’était une opportunité de faire la fête.

Mais ça aussi, il le gardait pour lui. Il ne pipait mot, se contentant d’écouter attentivement Zola qui montrait, petit à petit, qu’elle n’était pas cette personne exécrable et insensible. Ou du moins, pas tout le temps. Si l’indien avait bien compris qu’elle portait un masque à longueur de temps, il ne se doutait pas de ce qui se cachait justement derrière ce fameux masque.

- Si c’est en toi, tu pourras pas l’changer… J’sais que c’est plus facile à dire qu’à faire mais tu peux rationaliser. C’est la vie, tout l’monde part un jour. Je sais pas si c’est une chance ou pas mais j’ai été élevé en m’disant que la mort c’était pas une fin en soi, juste un passage obligatoire. J'sais que ça change rien au fait que c'est plus facile d'être celui qui reste que celui qui part mais bon

Il secoua la tête à son tour, se demandant bien pourquoi il lui racontait tout ça. Mais pas le temps de partir dans une explication insensée sur sa vision de la mort que Zola le questionna sur le pourquoi il voulait l’aider. Aamir grimaça un instant, cherchant une réponse à cette question. Une réponse qu’il n’avait pas. Il se mura dans un silence, ce silence qu’il trouvait toujours réconfortant lorsqu’il était en manque de mots. Alors il restait là, silencieux, la regardant se redresser. Il ne tarda pas à faire de même, songeant intérieurement qu’il avait bien fait de ne boire que deux verres pour l’instant. Sinon, il serait clairement tombé à la renverse. Il passa sa main dans sa nuque, geste qu’il avait l’habitude de faire quand il s’apprêtait à parler sans savoir vraiment quoi dire.

- J’sais pas pourquoi je fais ça. T’sais, j’suis peut-être une tête de con finie mais j’sais quand m’arrêter. J’sais reconnaître quand quelqu’un a… Besoin d’être aidé ? Faut dire que j’suis pas tout blanc dans cette histoire, tu m’tape sur les nerfs mais j’crois que j’te le rend bien

Il se pencha pour ramasser le verre miraculeusement intact.

- C’est pas une proposition en l’air. J’t’en parlerai pas, j’te promet mais dès qu’t’en ressens l’envie, on va fracasser quelques trucs !  Et pas ma gueule hein, si tu l'fais pas pour moi, fais le pour Chris!
 
Il lui adressa un nouveau sourire, plus sincère cette fois.

- Et tu vois finalement, y’a bien une chose que t’aimes bien chez moi !

Aamir la détailla un instant, debout dans cette ruelle, dans cette robe de soirée, enveloppée dans cette veste de costume d’homme qui tombait mal aux épaules.

- J’suis pas sûr que Bill valide ce look, lui dis pas que l’idée vient d’moi !

Il se rapprocha d’elle et posa à nouveau une main sur son épaule.

- J’te propose un autre truc et promis après j’arrête mes propositions. Essuie ton mascara sous les yeux, on marche un peu, on rejoint l’entrée principale et on va s’bourrer la gueule et faire chier les gens. Et on aura une pensée pour Choupinette qui aura pas vu 2021, Ok ?

Sans vraiment attendre de réponse, d’un geste de main qu'il plaça entre ses deux épaules, il entraîna Zola dans sa marche.



Just like that, an honest man blinked
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 605
MessageSujet: Re: Can't read your poker face   Can't read your poker face - Page 2 EmptyJeu 10 Déc 2020 - 14:12
Pas changer ce qui est en moi…c’est bien dommage. Parce qu’au final, il y a un sacré paquet de trucs que j’aimerai changer, ce qui est parfaitement impossible. Nos avis diffèrent, ce n’est pas si étrange finalement, rares sont les fois où Aamir et moi sommes du même avis de toutes façons, même s’il est dur de savoir si c’est parce qu’on est trop occupés à se tirer dans les pattes pour tomber d’accord sur la même chose, ou si c’est pour autre chose. Quoi qu’il en soit, je ne prends pas la peine de m’étaler davantage sur ce que je ressens à l’égard de mes camarades Bastards, alors que j’aurais voulu ne rien ressentir du tout envers eux, par simplicité…ou lâcheté.

Lui-même n’a pas l’air de savoir pourquoi il est prêt à m’aider, et ça me fait froncer doucement les sourcils. Est-ce que j’ai vraiment besoin d’être aidée ? J’ai toujours géré ce genre de crises passagères avec quelques coupures, du temps, et beaucoup de réflexions personnelles…un programme de mon cru qui a toujours très bien fonctionné, même s’il laisse quelques marques, ici ou là. Alors, au lieu de répondre au côté sérieux de ses mots, je choisis volontairement de m’attacher à ceux qui auraient sans doute fait sourire en d’autres occasions, mais qui ce soir me poussent juste à une petite réplique à peine piquante : « -Oh…tu crois ? » que je lui demande donc, quand il suppose qu’il me tape sur les nerfs lui aussi, de temps en temps. Cette fois-ci, répondre à son sourire est plus simple, et je finis par hausser les épaules : « -J’ai promis à Chris de pas t’abîmer tant que t’es clean avec lui. T’es tranquille avec moi… »

Je ne bouge pas quand il me détaille, et finis par se rapprocher, avant d’hausser les épaules une nouvelle fois, en détournant le regard pour fixer le bitume. « -T’en fais pas, Bill est trop occupé, il remarquera rien du tout. » Aucun sourire n’accompagne mes propos, alors que je finis par glisser les bras dans la veste, me fichant pas mal du look que ça peut me donner. Aamir lance une nouvelle proposition, à croire qu’il déborde d’idées ce soir, et je ne retens pas un léger ricanement, venant embrasser le bout de mon index et mon majeur, les levant vers les cieux. «-Rest in Peace Choupinette. Always dans nos coeurs...et sur nos têtes. Ton sacrifice n'aura pas été vain. » En vrai, c'est assez triste quand on pense que ces deux gars avaient l'air plutôt attachés à leur clébard...mais sa mort était un coup de malchance plus qu'une réelle envie de massacrer une bestiole innocente, quoique particulièrement bruyante. Je glisse les doigts sous mes yeux, lâchant même avec un sarcasme qu'il me connait bien : « -Faut que j’arrange mon rouge à lèvres aussi. Un crétin me l’a ruiné…lui dit pas, mais il embrasse plutôt bien ce con. » Le sourire s’attarde quelques secondes, alors que j’essaye de me débarbouiller du mieux que je peux. Un miroir serait sans doute bien utile, mais je fais avec les moyens du bord, tandis qu’on longe le bâtiment, la main d’Aamir entre mes omoplates pour me guider.

Juste avant de passer l’angle du bâtiment, je freine des pieds, comme un puissant instinct de survie qui s’enclenche, et m’arrête, murmurant un simple « -Attends… » Je prends quelques secondes pour fermer les yeux, prendre deux ou trois longues inspirations, celles nécessaires pour garder un semblant de contrôle pour le reste de la soirée, alors que mon pouce se plante dans la blessure, ce qui m’arrache un léger grognement satisfaisant de douleur. Le masque retrouve sa place sur mes traits, branlant, fendillé à plusieurs endroits, mais bien décidé à faire illusion encore quelques heures. Je relève finalement mon regard sombre vers l’indien, plongeant mes yeux dans les siens. « -Merci Aamir. Et avant de te poser la question, oui, je suis sincère. » J’attends pas de réponse, j’en ai pas besoin, et fais deux pas en avant, m’arrêtant une nouvelle fois pour montrer ma main blessée : « -Et ce serait bien que tu sois amnésique à propos de ça aussi. » En gros, qu’il se taise concernant le fait que j’ai pas eu un simple accident avec un bout de verre. On reprend donc notre marche, côte à côte, on tourne à l’angle du bâtiment, pour trouver à quelques mètres devant nous Chris, et un jeune homme au look raffiné. Mon regard glisse de l’un à l’autre, avant de se focaliser sur le tatoueur, pour demander d’une voix inquiète. « -Ca va Chris ? T’es tout pâle… »




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 248
MessageSujet: Re: Can't read your poker face   Can't read your poker face - Page 2 EmptyJeu 10 Déc 2020 - 15:45


Chris, il n'y a que lui qui compte à cet instant. Trouver un moyen de l'apaiser, de le distraire. Il trouve refuge au creux de mes bras et je suis soulagé de voir qu'il peut toujours le faire. J'avais peur que quelque chose ait changé entre nous, je suis content de constater que les habitudes, les vieux réflexes ne sont pas perdus. Je peux sentir que ça le calme et cela dessine un fin sourire satisfait sur mes lèvres. Hors de question que je le lâche avant d'être certain qu'il a repris pied. Il répond finalement à ma question en mentionnant le fait que son mec serait en train d'embrasser Zola. Alors, Zola j'en ai déjà entendu parler, mais je ne vois pas qui c'est. Enfin j'ai pas vraiment fait attention. Je me la joue discret. Moi non plus je n'aime pas trop les grands rassemblements, je me suis focalisé sur les visages connus. Donc, je ne vois pas non plus qui est son mec, mais maintenant je sais qu'il est dans le coin. Est-ce que je devrais garder mes distances du coup ? Je ne pense pas. Après tout aux dernières nouvelles pour moi, ce gars n'assume même pas totalement d'être avec Chris. J'inspire profondément avant de répondre.

Et bien putain tu me le vends pas bien celui-là. D'abord, il n'est pas foutu de rester avec toi jusqu'au matin et maintenant il en profite pour embrasser la première venue. Je ne veux pas juger, mais je ne vais pas dire que je l'apprécie déjà.

Je serre la mâchoire. Ça n'est pas mon problème, ça ne devrait pas me concerner sauf que le bonheur de Chris a beaucoup d'importance à mes yeux. C'est pour cela aussi que je n'ai pas insisté, que je n'ai rien fait pour lui rendre la tâche difficile de m'écarter de ses bras. Et j'ai été tenté de faire des rituels pour qu'il me revienne, sauf qu'à la place j'ai choisi d'en faire pour qu'il obtienne ce à quoi il aspirait. Celui qu'il convoitait réellement. Je voudrais que ce ne soit pas le cas, mais je ne peux pas lutter contre ce petit pincement au creux de mon ventre. Je ne vais pourtant pas en rajouter et je pouffe même de rire lorsqu'il mentionne sa vie sexuelle épanouie et active. Oh je le vois bien tenter de détourner mon attention en changeant de sujet et en demandant qu'on marche. Je passe mon bras autour de sa taille et enroule le sien autour de moi.

J'ai froid. Si tu permets que je te squatte un peu.

Je rigole et me blottis contre lui tout en avançant. Je me laisse même aller à poser un baiser au creux de sa nuque. Toujours grisé par tout ce qui fait de lui l'homme qu'il est. Putain de cœur d'artichaut que je suis. Et je mentionne son mec comme un danger alors que le miens se trouve à l'intérieur. Sauf que au dernières nouvelles Alan et moi on sais bien que tous les deux on n'est pas du genre exclusif. Et puis merde, un câlin, un bisous dans le coup quand son mec en embrasse une autre devant tout le monde. Je me demande bien comment il oserait trouver l'aplomb de l'ouvrir. Mon autre bras passe sur le ventre de Chris et mes mains se rejoignent autour de lui quand ma joue se pose contre son torse. Et je ne laisse pas m'échapper en reprenant.

Non mais tu passes de zéro pratique à la révision entière du Kamasutra ou je rêve ?

Je ne remarque même pas que deux personnes s'avancent vers nous et j'ajoute.

Ptetre qu'on peut s'échanger des conseils maintenant ! Joue pas les timides avec moi hein ! Je suis persuadé que t'es un bon coup !

Manque de subtilité ? Probablement. Mais, je cherche à détendre l'atmosphère et j'ai toujours pris un malin plaisir à tenter de le faire rougir le plus souvent possible. Je trouve ça absolument adorable. Je me blottis à nouveau contre lui quand une voix féminine nous interpelle pour demander à Chris si tout va bien. Je ne sais pas qui c'est ! Elle est accompagnée par un mec que je ne connais pas non plus. Je lève une main entre eux et nous et je déclare.

Il a besoin d'air, besoin d'être tranquille. Faut pas s'inquiéter, je gère très bien la situation. Je sais comment m'occuper de lui. Vous pouvez nous laisser.

Je suis poli, mais un peu sec. Ce que je dis est pourtant vrai. Il est entre de bonnes mains, on a besoin de personne.




    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Aamir Rahis
The Gentle Bastards
Aamir Rahis
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 778
MessageSujet: Re: Can't read your poker face   Can't read your poker face - Page 2 EmptyJeu 10 Déc 2020 - 21:02
Aamir n’irait pas jusqu’à dire qu’il avait réussi à désamorcer la bombe cachée à l’intérieur de Zola mais peut-être était-il seulement parvenu à retarder l’inévitable. Les larmes sans doute ravalées laissaient place à de maigres sourires, aux sarcasmes sans méchanceté, à de légers rires même. Rire auquel il ne put s’empêcher de lier le sien lorsque Zola décida de rendre un hommage de son cru à Choupinette. Il imita d’ailleurs son geste, ajoutant un simple « merci pour ton sacrifice, grâce à toi on aura pas froid cet hiver » alors que la danseuse entreprenait déjà d’arranger son maquillage non sans lui lâcher une raillerie. Aamir lui dressa un sourcil faussement interrogateur l’air malicieux avant de secouer la tête, un sourire au coin des lèvres.

- Putain, le con, heureusement qu’il a quand-même quelque chose pour lui cet abruti !

L’indien gardait son visage amusé alors qu’ils avançaient dans la ruelle. Il se sentait étrangement léger, bien que le froid ait pris possession de son corps. Il frissonnait à chaque fois que l’atmosphère glaciale se soulevait un peu trop mais il n’en avait que faire. Son esprit était singulièrement apaisé, son corps avait pris le relais pour guider ses pas alors que ses pensées vagabondaient sur la soirée qui l’attendait. Absorbé par cette perspective, il lui fallut une fraction de seconde de retard pour s’arrêter lorsque Zola lui demanda d’attendre. Il lui adressa un nouveau sourire à ses remerciements, toujours sans ajouter un mot. Son regard coula sur la main blessée de la jeune femme et il s’efforça de reprendre un air sérieux.

- Amnésique à propos de quoi ? Tu vois, j’ai déjà oublié

Il feinta de se taper le front avec le verre qu’il tenait, comme pour imager que sa mémoire lui faisait défaut. Bien-sûr qu’il n’oubliera pas un seul mot prononcé ce soir, il n’oubliera pas une seule des larmes versée ce soir mais il fera tout comme. Comme il le faisait toujours.

Ce ne fût qu’au détour du bâtiment que cette curieuse bonne humeur s’envola, éclata en milles morceaux dans les airs sans même qu’il ne puisse essayer de la rattraper. Ces deux silhouettes au loin, dont une qu’il ne connaissait que trop bien et l’autre, anonyme plongée dans le cou de cet homme, enroulé autour de son corps. Instinctivement, sa main se referma sur le tissu de la veste que portait Zola. Son autre main se resserra autour du verre. Dans son ventre, ça s’agitait comme si ses tripes se tordaient. Dans son corps, ses muscles s’adonnaient à une course effrénée, à savoir lequel se tendrait le plus avant l’autre. Et là, dans sa poitrine, c’était son cœur qui manquait un battement. C’était à peine s’il entendait la voix de Zola interpeller Chris. La mâchoire serrée, il planta ses yeux dans ceux du tatoueur, dans le but vain de le transpercer de son regard.

Dans sa tête, la tempête venait de se lever. Aamir aurait voulu ne pas être comme ça, ne pas être lui. Mais comme il venait de le dire à Zola, on ne pouvait pas changer ce qu’on était. Et voilà pourquoi il avait tant résisté à faire tomber ses remparts protecteurs. Parce que sans eux, sans leur protection ; il perdait tout contrôle sur ses émotions, sur cette étrange sentiment de jalousie qui le submergeait, qui le faisait suffoquer parce qu’incontrôlable. À cet instant, il se détestait autant qu’il pouvait détester ce corps inconnu au visage flou accroché à Chris. Alors Aamir ne lâchait pas le tatoueur des yeux. La seule chose qui l'empêchait de vriller à ce moment, c'était qu'il n'avait pas l'air bien. Alors, l'indien luttait pour ne pas céder à l'envie de rentrer dans le tas, ne daignant même pas poser un regard sur la grande gigue insolente. Ce ne fût qu’à la dernière phrase de celui-ci qu’Aamir détacha péniblement ses yeux de Chris. Il tourna la tête vers Zola, lâchant un rire cynique, lourd.  

- Mais t’entends ça Zola ? J’sais pas qui c’est pour qu’il se permette de te parler comme ça mais il sait comment prendre soin d’Chris. C’est juste un bon Samaritain, on est con !    

Aamir s’autorisa finalement à mettre un visage sur ce corps, sur cette voix. Son faciès a lui était grave, toute trace de sourire, même sarcastique, avait disparue. Il s’efforçait de canaliser toute sa tourmente, toute la hargne qu’il pouvait avoir en lui sur ce verre vide dans sa main.

- Tu m’excuseras on a pas été présenté mais t’es qui en fait ? finit-il par lâcher, avec un brin de dégoût dans la voix.    




Just like that, an honest man blinked
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Can't read your poker face   Can't read your poker face - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Can't read your poker face -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: