The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -25%
-100€ sur l’Ecran incurvé PC ...
Voir le deal
299.99 €

Partagez
- Let me help you, lady. -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thea De Souza
Reign of Venus
Thea De Souza
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 172
MessageSujet: Re: Let me help you, lady.   Let me help you, lady. - Page 4 EmptyLun 30 Nov 2020 - 22:20
Sa réaction à cette histoire de paradis et de chambre me fait doucement sourire, même si je détourne la tête le temps de quelques secondes pour qu’il ne puisse pas lire la taquinerie sur mon visage. C’est presque…trop facile. Il a la tête de quelqu’un à qui on vient de demander de résoudre une équation à je ne sais combien de degré, sans calculatrice, et qui aurait arrêté les maths depuis le CM2. C’est amusant, et finalement, je ne résiste pas à reporter mon regard clair sur lui, souriant ouvertement cette fois-ci à ses réactions, aux rouages qui se sont enclenchés derrière ses pupilles, et que je peux voir sans peine sur sa tête hébétée. Je finis même par avoir un rire léger quand ça semble enfin faire tilt dans son esprit, et ne résiste pas à la douce envie de le titiller encore un peu sur le sujet. « -Tu l’as dit, tout se paie au No Man’s Land. Mais, si tu veux visiter ma chambre, le petit ange te fera atteindre le septième ciel…et même que tu pourras garder ton pantalon pour ça. » Et je me relève sur ces sages paroles, sans me départir de mon sourire, avant qu’on bataille avec ses fringues, qui lui arrachent grimaces, gémissements, et autres râles de douleur. Il doit sacrément douiller le Rambo, et ça m’embête quand même pour lui. Malgré cela, je ne peux passer à côté d’un petit détail amusant…ces derniers temps, j’ai plus l’habitude de déshabiller des hommes que d’en rhabiller, et ça m’arrache une légère moue amusée qui ne s’attarde pas sur mes lèvres pour autant.

Laissant Logan ramasser ses affaires, je vais me poster devant les fenêtres, et y reste plantée un moment à l’abri des regards extérieurs, pour vérifier que la voie est libre. Il n’y a même pas l’ombre d’un rôdeur aux alentours. Tant mieux pour nous, alors autant filer tant que c’est encore le cas. Mais quand je me retourne, c’est pour voir GI Joe appuyé contre une table, faisant une béquille de son flingue. Sous mes sourcils haussés et mon regard interrogateur, il se met à faire des mouvements de bras, de jambes, échauffant son corps comme je le fais avant une séance de yoga, avant de m’expliquer qu’il souffre d’être resté inactif un trop long moment. Je reste dubitative, avant de glisser un regard sur sa silhouette. « -Hm…sinon, je peux te porter le gros balèze. Je suis plus costaud que j’en ai l’air. » Mes lèvres s’étirent de nouveau dans un sourire, et je n’ai pas besoin de dire « je plaisante » pour savoir qu’il va s’en douter tout seul, et comprendre plus rapidement que le coup du massage. Je crois qu’on n’atteindrait même pas le bout de la rue de toutes façons. Sérieux, il doit faire quoi…au moins le double de mon poids ? « -Prends ton temps pour te remettre, papi…on est pas à la minute près. » Et je vais m’installer sac à dos contre le mur, le pied relevé contre celui-ci, bras croisés sur la poitrine, tout en laissant malgré moi un nouveau regard glisser sur sa silhouette.

Et s’il n’arrivait vraiment pas à parcourir la distance qui le sépare de ses potes, qu’est-ce que j’en ferai, de ce brave Logan ? Pour une raison qui m’échappe, je ne me vois pas le planter là. Enfin…ni là, ni dans un autre quartier. Merde…pour quelqu’un qui a passé plus d’un an à survivre toute seule, je suis redevenue un peu trop rapidement sociable à mon goût depuis que je vis avec les filles…même si je n’ai jamais été du genre à tourner le dos à quelqu’un qui avait des ennuis. « -Hé, le balèze, tes potes, ils sont où ? Que je sache où les trouver pour qu’ils viennent te chercher si t’arrives pas à faire le chemin jusqu’au No Man’s Land. Et d’ailleurs, on devrait plutôt prendre la direction de votre lieu de rencontre, et je finirai le reste de mon chemin toute seule. Je suis dans un meilleur état que toi. » Ce qui n’a pas l’air trop difficile, vu les bleus qui parcourent son corps. Je me décolle du mur pour venir me planter à quelques pas de lui, plantant mon regard dans le sien. « -Et tu me dois rien de plus que deux pansements Hello Kitty. On est deux survivants qui ont collaboré le temps de se sortir d’une galère…parce que t’as de mauvaises fréquentations, et que t’entraines les demoiselles innocentes dans tes bêtises. » Je le gratifie d’un sourire amusé, parce que je me souviens très clairement l’avoir entendu dire qu’il était juste au mauvais endroit au mauvais moment. Comme beaucoup d’entre nous, qui n’ont pas toujours la chance de s’en sortir. Quoi qu’il en soit, on reste encore dans l’appartement le temps nécessaire au soldat Logan pour se remettre d’aplomb, puis les rues inhospitalières de Seattle et leurs multiples dangers nous accueillent à nouveau, pour qu’on puisse rentrer chez nous.


Be fierce, but be kind.
People will quit on you. You gotta get up every day and make sure you never quit on yourself.
Revenir en haut Aller en bas  
Logan J. Castle
Survivor
Logan J. Castle
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1211
MessageSujet: Re: Let me help you, lady.   Let me help you, lady. - Page 4 EmptyMar 1 Déc 2020 - 9:05
Ah la vache, ça, c’est une erreur de débutant. Pas besoin d’être médecin, ni d’être un putain de soldat d’élite, pour savoir qu’une fois qu’on se repose… Bah c’est la merde pour y retourner. Mais bon, j’allais pas non plus faire un footing dans ce salon, non ?! Bon, suffit de bosser un peu. Faire quelques exercices, rapidement, histoire de réchauffer tout ça. La donzelle me regarde avec un sourire en coin et des yeux mi-moqueurs mi-figue mi-raisins mi-« qu’est-ce que tu fou là ? » Forcément, ça me fait sourire.
- Papi ?! T’crois qu’j’ai quel âge p’tiote ? Contente toi d’me faire garder mon futal dans ta piaule. Quoi ? J’viens de faire une blague ? Bon, une blague de merde, mais quand même ! Wow ! Cool ! T’es sûr qu’tu veux m’porter ? C’pas une excuse pour avoir un câlin d’un vrai bonhomme ? Wow encore une blague ! J’assure putain ! Comment ça s’fait que j’commence à faire des blagues moi ? C’est à cause d’la donzelle j’suis sûr.

Aller, encore quelques mouvements, et je suis prêt. Je range alors mon pansement compressif sorti tout à l’heure. Puisqu’on est encore en lieu sûr, je choppe mon pistolet et vérifie le chargeur. Celui-ci est plein, ça me va bien ! Idem ensuite pour le fusil. Quelques balles tirées, mais rien de bien impressionnant. Faut juste pas que j’oublis que, si on est à nouveau dans la merde, que mon chargeur est déjà à moitié vide et qu’il faudra en tenir compte. Ma grenade est toujours là ? Oui. Bon, super. Les grenades, ça peut toujours être méga utile, et nous sortir de gros soucis, de situations mortelles.

Bien, on peut y aller ! J’ai encore les côtes bien douloureuses, mais bon… C’est pas prêt de se calmer, si vous voulez mon avis. J’vais encore avoir besoin d’un peu de temps, et sans doute même d’une visite chez le doc. J’ai rien senti craqué, et j’ai pas mal quand je respire… Mais avec toutes ces côtes pétées il y a à peine deux mois, vaut mieux faire attention. Et v’la que la donzelle me parle à nouveau. Et vous savez quoi ? J’reste comme un con devant elle. Elle me pose des questions auxquelles je suis pas sensé répondre, pour la sécurité des miens. Mais y’a pas que ça.

Je ne sais pas si c’est à cause du soleil qui, depuis dehors, rayonne depuis son dos… Mais elle est magnifique. Installée comme ça, devant la fenêtre, vissée sur ses jambes, les rayons lumineux arrivant dans son dos, révèlent toute la légèreté de ses cheveux blonds, qui deviennent d’or pur et scintillant. Quelques mèches virevoltent, car, ici, l’isolation n’est plus vraiment au rendez-vous, et ces légers courants d’air se trahissent par la danse dans laquelle ils invitent les mèches libres et rebelles de cette jeune femme à la peau rosée. Elle tourne légèrement la tête, sans doute curieuse face à mon air – encore une fois – stoïque. Je me perds alors dans les détails de son visage. Sa mâchoire anguleuse, sa bouche pulpeuse qui, bizarrement, me donne plus envie de les embrasser que d’en faire autre chose – Bordel il m’arrive quoi là ??! Son nez, enfin, me fait tomber des nus. Si fin, si gracile, me toisant de ce bout pointé vers moi qui m’invite à la contemplation. Et ses yeux… Ses yeux… Magnifiques. Comme un océan calme et chaud dans lequel on pourrait plonger des années durant sans jamais ressentir aucune forme de déjà-vu, aucun ennui, aucune déception. J’oublis, durant ces très courtes secondes, le fait qu’elle m’ait parlé de massage, de chambre, d’ange et de futal… Je ressens alors quelque chose de bizarre… J’ai envie d’me la taper, clairement. Mais j’ai aussi juste envie de caresser son visage. Putain, il m’arrive quoi ?! Tout ça, c’est à cause d’ma putain de relation de merde ! Ah, bordel !
- Comment tu t’appelles ? Une phrase bateau qui masque le tumulte de mes pensées, à moins que ledit tumulte ne soit visible par le caractère propre de ma phrase. J’vais t’ram’ner jusqu’à ta chambre. On laisse pas un ange seule, même si c’t’ange sait s’battre et casser des culs. Ce s’rait pas beau d’abandonner un ange, alors que j’pourrais l’aider. Allons-y.

Merde, j’ai l’impression qu’un ciel de plomb m’est tombé sur la gueule…
Revenir en haut Aller en bas  
Thea De Souza
Reign of Venus
Thea De Souza
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 172
MessageSujet: Re: Let me help you, lady.   Let me help you, lady. - Page 4 EmptyMar 1 Déc 2020 - 11:38
Il a vraiment pas bonne mine, à se tenir comme ça à la table comme s’il allait s’effondrer au moindre coup de vent un peu trop fort. Peut-être qu’on devrait rester encore un peu le temps qu’il se repose, ou…j’en sais rien. Je suis pas médecin moi…mais un petit dodo, ça remet forcément d’aplomb, non ? Mais non, il a l’air décidé à y aller, et ce n’est peut-être pas une mauvaise idée quand on sait que ces types pourraient revenir à n’importe quel moment, pour terminer le travail laborieusement commencé. Logan finit par me répondre, et si j’esquisse un léger sourire de le voir amusé par mes mots, le sourire disparait vite, alors que je fronce le nez quand il m’appelle « p’tiote », et esquisse une moue presque écœurée. « -Ew…et toi tu crois que j’ai quoi, quatorze ans ? » Je secoue la tête d’un air désappointé, avant de hausser les épaules, tout en lui rétorquant : « -Les vrais bonhommes, c’est surfait. Les cerveaux m’impressionnent plus que les muscles. » Ouais, des muscles, n’importe qui peut en avoir, avec les exercices adéquats. Un cerveau, de la sensibilité, de la gentillesse…ça c’est une autre paire de manches, et ça m’intéresse beaucoup plus que des abdos en tablette de chocolat, et des biceps qui font la taille de mes cuisses.

Il finit par ranger tout son bordel, à croire qu’il s’était installé là comme chez lui, et j’attends avec une patience qui n’a pas besoin d’être feinte qu’il vérifie ses armes, pour qu’on puisse enfin partir. Je reste à fixer vaguement autour de moi, laissant mes pensées vagabonder, sans trop faire attention tout de suite à ce regard lourd qu’il pose sur moi, que je capte au bout de longues secondes. Pourquoi il me regarde comme ça ? Ca y est, son cerveau est atteint, c’est une certitude. Je le fixe en retour en haussant les sourcils, la tête légèrement penchée dans une façon silencieuse de lui demander ce qui lui prend. Genre…on dirait que les fils se touchent dans sa tête, que ça créer un sacré court-circuit, comme si quelque chose avait pété là-haut suite aux coups reçus. Il finit par me demander mon prénom, comme ça, sortit de nulle part, et j’esquisse un petit sourire en coin : « -Pourquoi ? Tu veux savoir quoi murmurer quand tu te palucheras en pensant à ce massage ? » Je plante mon regard dans le sien, et le sourire persiste encore quelques secondes, tandis que je finis par lâcher : « -Thea. Ni p’tiote, belle gosse, p’tit ange, ou la nana bien gaulée, ouistiti, et encore moins princesse. Juste Thea. » Bah dis donc…il en a usé de descriptifs pour parler de moi jusqu’à maintenant !

Je glisse un nouveau regard vers Rambo qui semble retrouvé un certain aplomb, et on commence à se mettre en route, lui précisant cependant au bout de quelques mètres : « -Et tu pourras, au mieux, me raccompagner jusqu’au motel. Y’a pas tout le monde qui a accès à ma chambre comme il veut. Il y a des règles, et crois-moi, tu veux pas enfreindre ces règles. » Parce que vraiment, Oxana, quand elle s’énerve…c’est pas une rigolote. J’étais pas là lorsque c’est arrivé, mais quand on m’a vaguement raconté ce qui s’était passé, ce qui était arrivé à ce type qui s’en est pris à Lucy, en taisant les détails qui pourraient sans doute me choquer – ou me faire fuir – j’ai été assez impressionnée par ce dont elle est capable, la Boss. Et si je n’avais que peu de doutes quand elle disait qu’elle nous protégerait, ils sont désormais bel et bien dissipés. Nos pas nous guident dans Seattle, sans qu’on rencontre le moindre problème pour l’instant. A croire que le karma a jugé que quatre rôdeurs et des types armés, c’était suffisant pour une seule et même journée…et je suis assez d’accord.

On arrive donc aux abords d’Industrial District, et la vie se fait plus présente ici, les survivants plus nombreux. Notamment quand on s’approche de la Cage, dans laquelle entrent et sortent des types, pas toujours très droits sur leurs appuis. Une femme sort à son tour, vacillante, et se vautre lamentablement à quelques mètres de nous en marmonnant je ne sais quoi. Et moi, comme une idiote, je me dirige tout droit vers elle en trottinant, la ramassant difficilement, alors qu’elle s’appuie lourdement sur moi, me remerciant d’une haleine puant l’alcool qui me fait plisser le nez. Elle s’éloigne en titubant sous mon regard circonspect, alors que je me rapproche de Logan. « -Les gens devraient vraiment pas boire s’ils tiennent pas l’alcool…surtout maintenant… » Et oui, c’est moi qui dit ça, moi qui suis pompette avec un verre de vin. Mais là, si elle tombe sur un survivant mal intentionné, ou sur un rôdeur, elle risque de passer un mauvais moment, la p’tite dame.


Be fierce, but be kind.
People will quit on you. You gotta get up every day and make sure you never quit on yourself.
Revenir en haut Aller en bas  
Logan J. Castle
Survivor
Logan J. Castle
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1211
MessageSujet: Re: Let me help you, lady.   Let me help you, lady. - Page 4 EmptyMar 1 Déc 2020 - 14:39
Mains écartées, placées vers Théa dans une posture et un geste indiquant « Ok, ok ! J’ai compris », avec un grand sourire, j’indique à Théa que, d’accord, l’appeler « p’tiote » était pas une bonne idée. Mais elle me fait rire. On dirait un chaton tout frêle qui tient tête au gros matou ! J’adore… Elle doit être quelqu’un d’agréable, dans, ou en dehors de sa chambre.

Nouveau rire encore, quand elle extrapole – wow c’est un mot compliqué ça – le pourquoi de ma question concernant son identité. J’en glousse même. J’aime bien sa façon se me répondre. Elle a du cran.
- Aoutch, j’suis démasqué ! Au moins, la paluche c’est gratuit ! Que j’dis avec une fausse modestie, tentant maladroitement de garder la tête haute, alors qu’en vrai… J’suis juste mort de rire. Ok, ok. Théa, rien d’autre. Ça m’va !

Bon, on se prépare donc. Moi j’suis prêt à y aller. Je réfléchis quelques secondes cela dit, essayant de me rappeler où je suis par rapport à la carte que j’ai pris le temps de mémoriser avant de partir. Mes potes doivent être à quelques pâtés de maisons d’ici. Donc, je peux faire un détour. On a encore plusieurs heures avant de battre le rappel, et de devoir retourner à la maison. En attendant, elle me parle de son motel. Je crois comprendre que l’endroit n’est pas qu’un simple motel, mais une véritable entreprise, avec des tarifs, mais aussi, avec des règles. Et ces règles doivent être suivies à la lettre… J’sais pas pourquoi, mais j’me dis que l’type qui doit être à la tête de tout ça, pour pouvoir construire un endroit d’débauche et de luxure, pour assurer la sécurité de l’endroit… Bah il doit reculer devant rien. Et ceux qui reculent d’vant rien, ce sont les plus dangereux. Parce qu’ils peuvent être vraiment, vraiment, tordus et violents. J’arbore un sourire, mais un sourire beaucoup plus sérieux que tout à l’heure.
- Ok, j’te ramène jusqu’à ton motel. Et t’inquiète. J’ai p’t’être pas l’cerveau d’un génie, et j’ai p’t’être les muscles d’un gros bras, mais j’ai quand même pas un cailloux à la place du cerveau. Les règlesn c’tout c’qui nous sépare d’ces rôdeurs, maintenant. Et j’te l’ai dis tout à l’heure, j’suis ni un voleur, ni un violeur. J’respect’rais tes règles. Et si j’te ramène, c’pour te r’mercier d’tes attentions… Et parce que ce s’rait con qu’il t’arrive quelqu’chose… Pas qu’j’pense qu’tu sois pas capable de faire face ! T’as montrée qu’t’savais tirer. Mais j’te dois bien ça j’crois… J’sais qu’j’en ai pas l’air, mais j’suis pas un méchant.

Eh mais… C’est quoi ces phrases de tafioles là ? Wow ! Genre, j’suis pas un méchant, gneugneugneu… Mais mec ! Rhaaaaa ! J’me foutrais des claques… Franchement, j’me foutrais des putains de claques. J’suis sûr que c’est encore à cause de c’te rupture à la con…

Lisa aussi pensait qu’j’étais qu’un bidasse à la con, violent, sans pitié, et qui sert à rien à part crever. Pourtant, mine de rien, elle a été douce avec moi. C’tait la première fois qu’quelqu’un était doux avec moi… Et j’crois qu’c’était la première fois qu’j’étais doux avec quelqu’un… Les caresses, parfois, c’quand même vachement mieux qu’les poings dans la gueule. Et l’cul aussi… Ah ça ! Une bonne pipe, une bonne levrette, c’mieux qu’une balle dans l’bide et un coup d’couteau.

Enfin bref. On se déplace. Et pour une fois, le trajet est cool. J’découvre des zones que j’connaissais pas jusque-là. Peu confiant, j’ai l’fusil prêt à faire feu, et j’regarde toutes les fenêtres et toutes les rues que j’croise. Jusqu’à-ce qu’on arrive prêt de c’qui s’nomme la cage. Des gens nous dévisagent, complètement saoul. Pour qu’des gens s’foutent dans de tels états, c’est que l’endroit est r’lativement sûr. Mais j’reste sur mes gardes.

Par contre, je m’attendais pas à ce que Théa se décale pour aller aider une meuf totalement cuite. Ronde comme une queue de pelle… Théa à une remarque à cette intention. Et j’suis plutôt d’accord avec elle.
- T’sais, y’a des gens, y s’disent qu’ils pourraient mourir d’une minute à l’autre… Alors y picolent pour oublier.

Vas-y, j’vais fermer ma gueule maintenant. Parce que là, c’est l’bordel dans ma tête. J’suis trop fleur bleu, c’est n’importe quoi. Putain… A force de penser, ma cadence ralentie, et Théa me passe devant. Eh bah vous savez quoi ? Bah j’ai bien fait de cogiter, parce que là, j’ai son boule juste devant moi. Et quel boule ! Elle doit faire du sport pour s’entretenir. Une bonne fessée là… Enfin bref. Les règles, tout ça tout ça.
Revenir en haut Aller en bas  
Thea De Souza
Reign of Venus
Thea De Souza
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 172
MessageSujet: Re: Let me help you, lady.   Let me help you, lady. - Page 4 EmptyMar 1 Déc 2020 - 16:36
On avance côte à côte, et Rambo est tendu comme pas possible, je le devine facilement à sa façon de regarder partout autour de nous d’un air nerveux, le doigt proche de sa gâchette, comme prêt à dézinguer tout ce qui s’approcherait d’un peu trop près. Finalement, il lui faudrait plus qu’un bon massage pour se détendre à celui-ci…une séance de méditation, par exemple, pour vider tout ce qui peut se bousculer dans son cerveau, qui n’est pas un caillou s’est-il senti obligé de me préciser. On finit par arriver en zone plus fréquentée, la Cage pas très loin, et je m’élance spontanément pour aller aider une survivante plus très sobre, et qui marche avec difficulté. Elle me fait un peu mal au cœur, je crois, et en même temps…personne ne l’a forcé à boire, non ? Je veux dire…elle a plus l’air toute jeune, c’est une adulte, elle doit savoir ce qu’elle fait…Je ne retiens pas la remarque concernant ce comportement que je ne comprends pas, et lève le minois vers Logan quand il me répond, un truc énigmatique, et en même temps…qui me fait pas mal réfléchir.

Je reste à cogiter à ses paroles quelques instants, et ne prends pas la peine d’y répondre tout de suite, reprenant la route vers le motel pour penser à ce qu’il vient de dire. Je finis par m’arrêter parce que Rambo traîne la patte, sans doute qu’il doit avoir encore mal, et je plisse légèrement les yeux quand il me rattrape : « -Ils sont nuls les gens qui pensent ça… » Bim, ça c’est de la réflexion. Pour le coup, c’est lui qui va se demander si c’est pas moi qui ai un caillou à la place du cerveau. Alors, pour lever le malentendu, je reprends : « -Je veux dire…on peut tous mourir d’une seconde à l’autre, c’est clair. Mais c’est quoi l’intérêt de picoler, alors que tu pourrais faire des trucs bien plus exaltants pour vivre tes dernières heures, et te sentir vivant une dernière fois ? Voir un proche…enfin, s’il t’en reste. Monter à cheval, nager, écouter de la bonne musique et danser jusqu’à avoir mal aux pieds…s’envoyer en l’air. Sérieux, y’a des tas de trucs plus cool à faire que boire, risquer la gerbe et la méga gueule de bois si finalement on survit… » Je secoue légèrement la tête d’un air de dire que je comprends pas trop cette mentalité, et finis par hausser les épaules : « -Enfin, c’est ce que moi je ferai si j’avais la certitude que j’allais mourir demain… »

Nos pas nous entraînent plus loin, et on finit par dépasser la pauvre âme torchée jusqu’à la moelle, qui tourne dans une autre ruelle, où j’espère qu’elle aura pas de problèmes. Je ralentis la cadence malgré moi alors que mon regard s’accroche sur la silhouette avachie contre le mur, et finit par m’arrêter quelques secondes, avant de glisser mon regard vers Logan. « -Elle vient de la Cage. C’est…un drôle d’endroit, la Cage. Il y a une piscine vide dedans, et des gens se battent à l’intérieur pour gagner des ressources, et y’a tout un système de paris. Ils ont de l’alcool aussi, comme tu peux le voir…et nous, on y va deux fois par semaine, pour faire des shows… » Je sais pas pourquoi je lui raconte tout ça, alors que mon regard se pose sur la femme, qui s’est laissée glisser le long de la façade, la tête dodelinant de droite à gauche. « -Sauf que tu vois, la Cage, ils ont pas encore prévu de service de taxi de raccompagnement quand t’es dans cet état… » Et ouais, c’est problématique, parce qu’elle, c’est sûr qu’elle va pas passer la nuit. Je tourne mon visage vers GI Joe, y posant un regard de chat potté, alors que je lève légèrement les sourcils : « -Tu crois pas qu’on devrait la déposer dans un endroit où elle se fera pas zigouiller ? »


Be fierce, but be kind.
People will quit on you. You gotta get up every day and make sure you never quit on yourself.
Revenir en haut Aller en bas  
Logan J. Castle
Survivor
Logan J. Castle
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1211
MessageSujet: Re: Let me help you, lady.   Let me help you, lady. - Page 4 EmptyMar 1 Déc 2020 - 16:57
Je matte son cul donc. Le voir se dodeliner de droite à gauche, dans une posture ferme trahissant la présence de muscles endurant, travaillés, indiquant une pratique sportive apparemment satisfaisante. Mais, je relève bien vite la tête, alors qu’elle ralenti, se tourne, et me parle à nouveau. Visiblement, elle a rien vu, ouf ! Elle m’parle comme si de rien n’était, donc, c’est que j’ai été discret. M’enfin, au pire… Elle m’a pas dit que la règle interdisait de reluquer la marchandise. Y’a pas d’mal à ça, j’crois.

Ce qu’elle me dit m’interpelle un peu. Enfin, je peux la comprendre. C’est vrai que, si on y regarde pas mal, c’est complètement con de se murger. Non seulement parce que, si on survit, on a bien mal la gueule et on est inutile le lendemain… Mais aussi, parce qu’on se met de dans de tels états, qu’on ne comprends plus rien à rien, qu’on n’arrive plus à suivre les choses, et qu’on est juste… Faible quoi. Cette femme par exemple, fin bourrée… Bah il suffirait de lui en coller une, pour l’emmener où je voulais pour lui faire ce que je veux… Pas besoin de payer pour la piaule en plus ! Mouais… elle a pas tord en soit. Sauf qu’on est pas tous capable de dépasser ces choses là en étant « vivant ». Parfois, pour ne pas penser… Il faut tout simplement toiser la mort.
- Ouais j’comprends c’que tu dis. Mais t’sais, t’as p’t’être pas l’même vécu qu’te meuf. Et puis, elle a p’t’être pas ton recul non plus. Perso… J’ai passé 3 ans dehors, tout seul… Mais j’étais pas dans les coins… J’étais dans les forêts et les p’tits patelins, j’avais pas les r’ssources d’me murger comme ça… J’avais régulièrement pas d’quoi manger. Mais p’t’être que si j’avais été seul, dans un ville comme Seattle… j’aurais p’t’être fini comme elle. Parce qu’j’ai pas d’famille, j’aime pas la danse, j’ai pas d’quoi écouter d’la musique, et j’ai l’cerveau qui fuse à 100 à l’heure, alors j’bois pour l’calmer. T’vois c’que j’veux dire ? Ca n’l’excuse pas, mais… ça explique p’t’être.

Putain Lisa… Franchement… Pourquoi, quoi ! Pourquoi ! Ah bordel de merde, c’te douceur à la bibliothécaire là, ça fait vraiment chier ! J’ai changé… Et j’sais pas si c’est pour le mieux…

Elle me parle de la cage ensuite. Un endroit où on peut prendre des paris, et où on se fou sur la gueule pour des ressources. L’idée me vient… Je devrais peut-être aller me battre là-bas ? Après tout, j’encaisse et j’distribue pas mal. Et si ça peut aider le groupe, c’est peut-être pas plus mal, non ? J’veux dire, quitte à s’faire raffistoler, autant que ce soit pour quelque chose, non ? Eh mais… Elle m’a dit qu’elle faisait des shows ?
- Des shows ? On ? T’fait parti de quel groupe toi ? La tête de mec qui comprends pas que je dois avoir… Mon dieu ! Heum… Hum… Ouais, ok. Mais tu t’occupes d’lui parler. Moi j’reste en retrait, juste au cas-où.
Revenir en haut Aller en bas  
Thea De Souza
Reign of Venus
Thea De Souza
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 172
MessageSujet: Re: Let me help you, lady.   Let me help you, lady. - Page 4 EmptyMar 1 Déc 2020 - 18:33
Je tourne mon regard clair vers lui, qui s’ombrage l’espace de quelques instants alors que je fronce les sourcils. Ouais, j’ai peut-être pas le même vécu que cette dame, c’est sûr, mais j’ai quand même deux trois bonnes raisons qui auraient pu me convaincre à un moment ou à un autre de me pencher un peu trop sur la bouteille, sauf que je l’ai pas fait. J’en ai même jamais eu l’idée à vrai dire. Même quand ma mère est morte, que Jasper a disparu, ou que j’ai perdu notre bébé. Et ouais, tout ça, ça me semble être des plutôt bonnes raisons de boire jusqu’à en oublier son prénom. Mais je l’ai pas fait, et je pense pas pour autant que ça fasse de moi quelqu’un de meilleur qu’elle. J’ouvre la bouche, prête à rétorquer, mais Rambo me coupe l’herbe sous le pied, et je continue quand même de l’écouter, d’un air un peu boudeur, attentive malgré tout à ses paroles…qui effacent bien vite ce ton de mon visage, qui redevient plus neutre. C’est un peu triste son histoire, racontée comme ça, et j’oublie déjà qu’il m’a un peu agacée avec sa remarque, et mon regard se reporte sur la femme avachie contre le mur, alors que je soupire doucement. « -Mouais…je crois que je vois ce que tu veux dire. » Que c’est pas joli joli, et que malgré mon côté désabusé, je vois encore les choses pas entièrement noires. C’est peut-être pas si mal, finalement. « -Tu sais…si t’as besoin d’en discuter un jour, ma chambre est vraiment très confortable. Et pour la parlotte non plus, t’as pas besoin d’enlever ton pantalon. Et peut-être même que je réussirais à te faire changer d’avis sur la danse ! » Et je lui adresse un énième sourire en coin, j’ai arrêté de les compter depuis longtemps.

Quoiqu’il en soit, y’a cette part de moi que j’ai du mal à combattre, et qui prends parfois un peu trop le pas sur le reste, qui me susurre qu’on peut pas laisser la survivante comme ça, parce que c’est un coup à la retrouver demain matin, les tripes à l’air, prête à croquer le premier survivant à passer dans le coin. Je lui parle de la Cage, qui explique sans doute l’état pas très frais de la femme là-bas, avant de rire légèrement quand je vois sa tête d’ahuri, alors qu’il s’attarde sur le mot show, que j’ai prononcé. « -T’es un peu lent à la détente, tu sais…je vais aider cette femme, et je te laisse réfléchir à tes propres questions. Tu me donneras tes conclusions ! » Je le gratifie d’un clin d’œil, et m’avance donc vers la survivante alcoolisée, qui a l’air de me reconnaître…plus ou moins. Discuter avec elle n’est pas aisé, j’ai la sensation qu’elle et moi ne parlons pas le même langage, et difficilement, je parviens à lui arracher un prénom, et une adresse. Avec des gestes précautionneux, je l’aide à se relever une nouvelle fois, grimaçant malgré moi : « -S’il vous plaît, ne me vomissez pas dessus… » Elle ricane, et on repart à un rythme d’escargot, tandis que je l’aide à mettre un pas devant l’autre, supportant la moitié de son poids pour pas qu’elle tombe.

Rien qu’atteindre le bout de la ruelle et Logan s’avère compliqué, et je lui fais les gros yeux une fois arrivée à sa hauteur : « -Elle dit qu’elle habite à trois rues d’ici, ça devrait aller. Et puis…tu pourras dire qu’on marche lentement à cause d’elle, et pas parce que tu t’es pris une dérouillée. » Et je lui lance un regard amusé, avant de me concentrer sur Carla, qui titube un peu trop, et manque de me faire perdre l’équilibre plus d’une fois. La vache…ce qu’elle est lourde. Elle vient passer son bras autour de mes épaules, et se met à marmonner à mon attention, dans une langue que je ne comprends pas…et pourtant, j’en ai plusieurs sur mon CV. J’essaye de lui faire comprendre que je ne la comprends pas, mais Carla continue sur sa lancée, alors je la laisse faire, glissant un coup d’œil en biais à Logan. « -Bon alors, Sherlock…c’est quoi tes conclusions ? Je suis curieuse. »


Be fierce, but be kind.
People will quit on you. You gotta get up every day and make sure you never quit on yourself.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Let me help you, lady.   Let me help you, lady. - Page 4 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Let me help you, lady. -
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] The Woman [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: