The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -30%
-30% sur le portefeuille Lacoste Chantaco en cuir ...
Voir le deal
56 €

Partagez
- Young hearts run free -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isha Cornwell
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 3537
MessageSujet: Re: Young hearts run free   Young hearts run free - Page 3 EmptyJeu 26 Nov 2020 - 20:14
Celui qui sait se mettre en valeur


J’écoute Emie sans la forcer à parler. C’est avec ce naturel qu’elle a tendance a mettre dans tout qu’elle fait, qu’elle m’explique simplement, et non sans pudeur, comment elle a récolté ses stigmates. Je fronce les sourcils a l’évocation de ses bourreaux dont le nom ne me dit strictement rien. J’imagine, à la façon dont elle en parle qu’ils doivent pourtant jouir d’une certaine réputation ici… le hic, c’est que moi je ne suis pas d’ici et que, trop occupé à essayer de survivre, je me suis jamais vraiment penché sur l’historique de géopolitique des factions locales. Une façon peut être, aussi, de rester dans ce refus de cette nouvelle ville. Je crois que je suis loin d’avoir fait mon deuil de Detroit.

J’ai du mal a comprendre ce qu’elle veut dire par « on l’a échangé contre des vies ». Elle a été vendue ? Elle s’est sacrifiée ? J’imagine que si elle est là, elle a su gagner sa liberté d’une façon ou d’une autre. Ca me laisse assez pensif car je vois mal Emie sortir un bazooka de sa trousse de soin pour se sortir de l’esclavage. Je reste silencieux à passer ma main sur son dos sans trop osé poser de question. Je ne suis pas du genre a forcer les confidences. Même après 4 ans de mariage, je n’ai jamais vraiment su parler de mon enfance a mon ex, c’est pour vous dire que je pense vraiment entrainer pas mal de chose dans la tombe avec moi, pas seulement parce qu’elles sont intimes ou horribles, mais surtout parce que je ne suis pas trop sur qu’elles intéressent grand monde. Bon, vous c’est pas pareil, depuis le temps qu’on se connait, vous savez le plaisir que j’ai de vous saouler avec mes récits. J’arrive à lui sourire quand elle me dit qu’elle va rester ici et je rajuste la couverture du sac de couchage et l’inclinaison du siège pour essayer qu’elle soit bien installée.

« Ca… ca me ferait plaisir que tu restes si tu le sens aussi… »


Je me sens un peu maladroit et j’ai peur de la faire fuir. C’est agréable, en fait, d’être juste comme ca avec un autre être humain. J’avoue que le fait que cette personne soit aussi plaisante au regard que de bonne compagnie ne gâche rien au tableau, loin de là. J’ai très peur du revers, de découvrir le pourquoi du comment, que c’était peut être pas ce que ca l’air d’être, a savoir un moment simple qui fait du bien, sans magouille, sans mensonge. Emie arrive rapidement a dissiper mes inquiétudes avec une question qui me fait éclater de rire.

« Je pensais que c’était évident, parce que ce costume me fait un beau petit cul. C’est comme ça que j’ai réussi a t’attirer non ? »

Spontanés, je lui vole un baiser avant de me demander si j’avais le droit de faire ça. Tant pis, c’est fait c’est fait. Je laisse planer un léger silence, malgré le fait que je ne sais pas si elle va partir avant le lever de soleil, j’ai envie de prendre mon temps pour faire durer le moment.

« En vrai, juste que… bah.. j’aime bien les comics, je rêvais d’être Capitain America, je sais pas si tu connais ? Le mec est trop badass il sauve tout le temps tout le monde et sait protéger les autres avec son bouclier mais… »


Mon sourire s’étiole un peu et prend un axe entre le cynisme et la résignation. Une fois de plus, entre ce que je voulais et ce que j’ai eu, il y a eu un univers. Sauf que j’ai arrêté de me battre pour faire semblant d’être ce que je ne saurais jamais :

« … sauf que je suis plus un DeadPool qu’un Capitain Ameria… en même temps, le rouge c’est moins salissant. »

J’essaye de remettre une petite pointe d’humour pour relancer l’ambiance. C’est ma façon a moi de dire que je foire un peu tout ce que je tente, que je ne suis pas forcément un « gentil » et que coté protection, y’a moyen de sacrement améliorer les choses vue le nombre de cadavres de proches que j’accumule.

C’est avec précaution, voir même hésitation, que je continue sur un sujet moins léger. Je sais que je ne voulais pas poser de questions, mais une me brule trop les lèvres et j’ai peur de bruler les étapes en lui demandant :

« Les guerriers de la rédemption… c’est.. c’est eux qui t’ont fait ca ? Ils sont où maintenant ?»

En parlant ma main caresse doucement son dos ou je sens bien la peau plus fine des stries qui la parcourent. Je ne vois pas l’intérêt de battre un médecin… sauf a ce qu’elle est tentée de s’évader ou un truc du genre.



Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Medic | The Exiles
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 332
MessageSujet: Re: Young hearts run free   Young hearts run free - Page 3 EmptyJeu 26 Nov 2020 - 22:19
Rire, ça faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas fait comme ça et ça lui faisait tellement bien. Un joli petit cul hein ? C’était vrai en plus, mais pour le coup elle n’était pas vraiment objective étant donné qu’elle trouvait qu’Isha était particulièrement attirant. Il accompagna sa remarque d’un baiser qui fut plus que bienvenue, Émie en appréciait chaque seconde.

Il continua alors de lui parler de son rêve de devenir Cap tain America, le rêve de tous les gamins, si elle devait y penser, Pepper Potts était vraiment le pseudo parfait qu’elle avait choisi pour elle. Les gens ne s’en rendaient pas forcément compte, mais sans sa PP, Iron man n’était rien ou du moins pas complet. Elle lui sourit, Deadpool n’était pas si mal que ça, il n’avait certes pas de moral, mais si on y regardait bien, il était juste mal dans sa peau « Tu sais, tu n'as pas besoin de porter un costume pour être un héros » Ouai, désolé, gros cliché comme phrase mais elle le pensait sincèrement, elle était de ce genre de personne à penser que les médecins, les policiers, les militaires, ils avaient tous une part de héros en eux. Aujourd’hui ça pouvait très bien être celui qui protégeait sa famille contre tous les dangers, quels qu’ils soient.

Tout en caressant le dos d’Émie, il lui demanda d’où viennaient ses cicatrices. Elle avait abordé le sujet, elle n’allait pas le remballer. En parler restait quelque peu douloureux, mais elle se sentait en sécurité, ou du moins, elle espérait l’être. Après tout, elle ne savait rien de lui, il irait peut-être bien tout balancer à tout le monde une fois qu’ils se seraient quitté. Mais il fallait parfois savoir prendre des risques et en parler permettait parfois de se libérer. « Oui ce sont eux. Ils avaient décidé après m’avoir échangé que je leur appartenais. Drôle de manière de le faire comprendre à tous » Elle fit glisser ses doigts le long du corps de son partenaire. « Je ne sais pas, je n'ai pas vraiment cherché à savoir ce dont’ils étaient devenue et je dois l’avouer, j’ai parfois des remords d’avoir laissé toutes ces femmes là-bas, utilisé simplement comme reproductrices » Elle continua ses caresses, remontant maintenant vers son visage qu’elle semblait dessiner du bout des doigts. « Je n'étais là que pour mettre au monde leurs nombreux enfants. J’ai hérité des coups de fouet quand j’ai refusé d’annoncer à une gamine de 15 ans que ces douleurs aux ventres venaient d’un bébé qui grandissait en elle» Ca faisait longtemps qu’elle n’en avait pas parlé, même qu’en réalité, elle n’en avait jamais parlé à personne, ses yeux se mirent à briller. Elle revint de ses pensées et sourit à Isha. « Mais, maintenant je suis là, et je mets au monde des bébés voulus, ou du moins, fait par consentement mutuel »

Ses doigts s’arrêtèrent un moment sur sa bouche, puis elle finit par l’embrasser. Elle ne s’en lassait décidément pas. Elle reposa sa tête sûre non loin de la sienne et finalement, elle se décida elle aussi à poser des questions, et elle ne se vexerait pas s’il refuser d’y répondre. « Elles te font encore mal ? Je veux dire … tes cicatrices à toi ? » Elle le fixa et se doutait de sa réponse, elle avait eu l’occasion de les voir lors de leur nuit de plaisir et ceux qui lui avait infligé ça devait être de véritables monstres.




Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 3537
MessageSujet: Re: Young hearts run free   Young hearts run free - Page 3 EmptyVen 27 Nov 2020 - 11:54
Celui qui a même pas mal

J’arrive a rire a sa phrase sur le besoin des héros de se mettre un masque, sauf superman qui lui fait l’inverse, mais ca, c’est un débat que je laisse volontiers aux fans de Kill Bill. Un des gamins que j’avais ramassé a Detroit, et pas su sauver, disait que les masques révélaient le pire comme le meilleur de nous, que c’était plus facile de s’assumer avec. Je vais être honnête, j’ai toujours rien compris à l’idée. Pour ma part c’est un mixe entre un rattrapage de mon enfance ou j’avais toujours rêvé d’avoir des costumes comme les autres gosses, bon et aussi des parents comme les autres, je pense que coté envieux, j’étais au top quand j’étais môme, mais aussi, et surtout, pour protéger les autres de mes conneries. C’est plus facile de taper les gens qui me sont proche que venir me chercher des poux. La taille de Mauricette est assez dissuasive.  Par exemple, on se masque pour faire les voleurs. Avec la Allia, Nima et celui que je prends pour Logan, on joue au robin des bois, on volent des gens qu’Allia dit méchants pour des pauvres, enfin perso, pour ma gueule, mais chacun gère comme il le veut.

J’ai mini Gordon a sauver du Rov, sa sœur que je veux aussi éloigner de cette vie de merde, une gosse qui mérite d’être gâtée et je veux pas redevenir sdf, je pense que j’ai intérêt à contribuer a la vie des exilés. Rien que de repenser a ma vie avant d’avoir un toit a Seattle j’ai un frisson. J’évacue rapidement ces pensées noires avec une petites phrase amusée :

« Qui te dit que c’est pour jouer au héro ? »

Parce que franchement, avec ce qui s’est passé à George, je me sens pas des masses « héroïque », bien au contraire. C’était plus pour jouer au sale enfoiré. Emie m’explique un peu plus la situation avec les mecs de la rédemption et je ne sais m’empêcher de froncer les sourcils. Visiblement les politiques de natalité intensives ont le vent en poupe ces derniers temps. Un peu trop d’ailleurs… je me demande a quel moment de la vie un débile se pense être le sauveur de l’humanité et surtout s’imagine que ses gènes a lui valent mieux que ceux des autres en engrossant des pauvres filles qui n’ont rien demandé. Il y a des chances que je sois trop con pour comprendre le concept, mais j’aime à penser que c’est plus les autres qui le sont de ne pas penser comme moi. Faut croire que j’échappe pas au lot. Je me crise et arrête mes caresses quand elle me parle de gamine mineure enceinte. Ouai, c’est le gros sujet de discorde entre Anton et moi, avant d’être papa, j’ai été le grand frère de la fille de mon tuteur… la pédophilie est un truc qui me donne des envies de sang.

J’essaye de reprendre le mouvement de mes doigts tout en restant pensif, elle n’aborde pas franchement le comment elle a su se barrer de ce groupe ni si elle a dû faire partie du cheptel. J’ai du mal a imaginer que les types ne l’aient pas forcée aussi… c’est une chose d’entendre des rumeurs sur les NE et ne pas avoir de visage sur les potentielles anonymes victimes, s’en ait une autre d’en avoir une dans ses bras.  

Émie me sort de mes pensées avec des petits gestes de tendresse qui me surprennent. Je ne suis plus habitué à cela et je ne sais pas si c’est une bonne idée de les accepter comme un affamé. Parce c’est ce que je suis. 4 ans a être avec une femme qui m’a fait croire que j’y avais le droit avant de comprendre que tout n’était qu’un vaste mensonge et qu’en fait, c’était que pour les autres. Dormir contre quelqu’un, avoir le droit a des sourires, des caresses, des mots tendres ou des baisers… je me sentais plus pisser d’avoir ça et j’ai mal encaissé de tout perdre, du jour au lendemain, parce qu’elle n’avait plus besoin de moi. Aussi, je reste une minute à regarder Émie avec surprise avant de me souvenir qu’elle ne me connait pas encore et de réaliser que je n’ai pas le cœur a lui dire d’arrêter parce que je risquais de trop vite me réhabituer.

Je finis par lui rendre ses baisers, non sans une certaine avidité d'en avoir plus, et de la serrer un peu plus contre moi. Je ne sais pas si c’est mal ou si c’est bien ce qu’on fait. Mais j’en ai envie et j’aime ce moment. On verra bien assez tot la suite et le retour a la vraie vie. J’hésite sur ma réponse quand elle me demande si mes cicatrices me font mal. Si elle savait toute l’histoire, elle comprendrait peut-être mieux pourquoi la réponse n’est pas évidente. Je me contente de hausser les épaules :

« Parfois, mais j’ai appris a vivre avec… et c’est pas ca le plus pénible au final. Les tiennes te font encore souffrir toi ? »

Les vrais trucs qui faisaient le plus mal et qui ne voulaient pas guérir n’étaient pas visibles, loin de là. Limite, la douleur du corps aide à accepter le reste. Quand je vais mal, j’ai toujours ce reflexe à la con d’aller chercher des gnons et la merde pour bien m’en manger dans la gueule. C’est plus simple à accepter comme ça. P’être pour ca que j’ai noté que j’étais autodestructeur quelques parts, je ne sais plus où. Je la laisse se blottir un peu plus contre moi et pose un bras protecteur sur elle.

« En fait, c’est plus eux qu’on aurait dû aller voir. Au moins, il y avait de vraies victimes à sauver… »

Mais surement moins de choses à piller au nom de ce pseudo sauvetage. Sans réfléchir et avec son naturel qui doit être trop contagieux je demande :

« Mais… du coup… tu as réussi a t’enfuir comment ? Enfin tu es pas obligée de répondre si tu n’en as pas envie. Je.. en fait… je suis maladroit… pardon… j’ai plus trop l’habitude de discuter vraiment… »



Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Medic | The Exiles
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 332
MessageSujet: Re: Young hearts run free   Young hearts run free - Page 3 EmptyVen 27 Nov 2020 - 16:14
Jouer les héros hein, … c’était vrai que tout ça semblait relatif au vu de ce qui venait de se passer dans le camp des NE. Pour eux, ils étaient les gentils, mais pour ceux qui vivaient le bas, ils avaient été les méchants, ils les avaient attaqué et les avaient volés. Elle avait participé à cette mission parce qu’on lui avait demandé de venir en soutien, et en y repensant elle n’avait même pas demandé le pourquoi du comment. Les gestes affectifs d’Isha la sortirent de ses pensées et sa question aussi.

Physiquement, elle n’avait plus mal, mais c’est vrai que psychologiquement, on oubliait jamais d’où elles venaient et ce qu’elles représentaient et encore les siennes restaient superficielles. « Non, physiquement parlant. Mais, elles seront toujours là, présentes pour nous rappeler d’où l’on vient » et Isha mieux que quiconque actuellement pouvait comprendre ça.

Il reprit avec ses questions sur l’ancien groupe d’Émie et elle partageait ce qu’il disait, elle avait vécu l’enfer là-bas et venir en aide à toutes ces femmes seraient surement une meilleure chose que de venir piquer les denrées de survie d’un groupe dont il ne connaissait presque rien. Mais elle aimait à croire que s’ils avaient ordonné cette attaque c’est qu’il y avait une réelle raison derrière cela. Après tout, elle savait ce que ça faisait que être forcée à rester dans un groupe, et même si elle n’avait manqué de rien en matière de première nécessité, elle avait subi d’autres traitements et c’était peut-être ce que les habitants de Georges avaient également subi.

Il arriva finalement sur la fameuse question de la fuite, elle lui sourit, il serait sûrement déçu. Elle se mit à rire c’était d’un ridicule. « Ne sois pas gêné je t’assure tu te débrouilles très bien et pour répondre à ta question je te dirais juste qu’ils n’étaient pas aussi malins qu’ils le pensaient » et toujours avec son sourire « Ou moi, plus maline qu’ils ne pensaient que je l’étais » Petit clin d’œil malicieux à son amant. « Pour te dire la vérité, j’ai profité d’un instant d’inattention pour me faufiler dans une caravane de marchand ambulant qui passait » Elle avait d’ailleurs à l’époque, et elle s’en rappellerait toute sa vie, été complètement abasourdi sur le fait que son plan d’évasion digne d’un épisode raté de prison break ait fonctionné. Elle aurait aussi tout donné à ce moment-là pour être une petite souris et pouvoir voir la réaction de ses tortionnaires au moment où ils avaient remarqué son absence. Elle espérait simplement qu’ils ne se soient pas lâchement vengés sur les autres, mais, elle en doutait. « J’ai voulu rejoindre mon ancien groupe, mais on m’a fait comprendre qu’ils étaient tous morts alors, je suis restée avec eux et j’ai atterri au fort »

Elle se décala légèrement du corps d’Isha pour se mettre sur le dos, ses yeux fixés aux plafonds et pensive. C’était la même sensation à chaque fois qu’elle reparlait de son groupe perdu par les flammes, son ancien camp ou on lui avait raconté que plus rien n’avait subsisté mis à par le nombre de cadavres brulés et elle s’en voulait de ne pas avoir été là pour eux, alors qu’elle était retenue captive ailleurs. Elle n’avait même pas pu leur dire au revoir, et elle repensait surtout à un jeune fils adoptif perdu. Ça lui donnait chaque fois envie de vomir. Elle tourna à nouveau sa tête en direction de son « Dead beau boule » et fixa ses yeux dans les siens tout en glissant sa main dans la sienne. « Désolé, c’est toujours difficile pour moi de parler d’eux. Je sais même pas s’il y a eu des survivants on ne m’a pas laissé y retourner »

Elle déposa un tendre baiser sur son épaule, c’était quand même expiateur de parler et surtout de se faire écouter. D’être au chaud, dans les bras de quelqu’un qui semblait sincèrement s’intéresser à ce que l’on racontait. C’était juste parfait, trop peu être. Ils restèrent quelques instants dans le silence, c’était tout aussi appréciable, puis elle le brisa. « Et toi ? Pourquoi on t’a infligé ça ? » Elle se remit bien en place contre lui. « Tu sais, si tu veux pas répondre, ne le fais pas. Je me demande juste comment on peut être aussi cruel envers quelqu’un. Personne ne mérite ça » et elle le pensait. Oui, c’était son côté naïf et bienveillant, on ne la changerait pas.



Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 3537
MessageSujet: Re: Young hearts run free   Young hearts run free - Page 3 EmptyVen 27 Nov 2020 - 20:31
Celui qui se cache mieux que ca normalement


J’écoute avec attention et aussi pas mal de respect son récit. Qu’elle ait eu les couilles de les quitter sans se sentir bloquée par un excès d’humanisme. Je crois que je suis impressionné et que je commence a la regarder autrement que comme une gentille petit chose fragile et trop bien-pensante pour notre époque. Il faut des couilles pour faire ce qu’elle a fait, il n’y a qu’a regarder le nombre de personnes qui ont préféré rester dans la prison plutôt que de nous suivre… Il n’y a qu’a me regarder moi qui serait surement encore en train de faire le gladiateur sans la chute de l’arène…

« Tu as essayé de vérifier ton ancien camp pour être sure que ne te mentait pas ? »

Je sens que c’est compliqué pour elle de repenser à son calvaire qui la conduit chez les bouffeurs de navets. Spontanément je lui prends sa main dans la mienne, me contenant dans la serrer doucement en espérant que ce geste de soutien l’aide pendant qu’elle continu son récit. Je tente de lui offrir un sourire rassurant quand elle s’excuse:

« Tu n’as pas a t’excuser, je comprends. On aimerait tous oublier certaines choses et en parler, y’en qui disent que ça aide, je sais pas si c’est vrai... »

Et je le saurais surement jamais puisque je sais pas en parler. Je suis une tombe, une porte de prison, qu’un moisi sans viande fraiche pour lui faire faire « gnééééééée… du moins c’est ce que je pensais. Car une force aussi divine que si j’avais fait un échec critique va me faire revoir ma copie. Quand elle me parle de mon histoire, j’arrive à rire de sa question et c’est avec un peu d’humour et de taquinerie que je lui demande :

« Ca dépend des quelles tu parles…»

Il faut dire que j’ai commencé ma collection très tôt et que c’est pas pour rien que je ne sais pas nager, mon géniteur n’avait pas envie qu’on voit les corps des ses rejetons sur lequel il aimait bien exercer son sadisme. Mais je me doute bien des quelles elle parle en particulier.

Surement qu’en temps normal je me serais arrêté là, mais pour une raison que je ne suis pas en mesure de comprendre puisque je ne sais pas que des dés se cachent non loin de nous, j’éprouve un besoin de me confier. C’est très étonnant mais je mets sur le compte du climat de confiance qu’elle a su créer plutôt que sur le malheureux 1 sur mon lancé. Sans préavis, je me bascule sur elle et plonge mes yeux dans les siens, guettant ses réactions. Je prends doucement, mais fermement sa main et la pose sur ma tête ou on sent une marque sous mes cheveux :

« ça c’est parce que j’ai raté mon géniteur la première fois… »


Lui par contre, il ne m’avait pas loupé, enfin, sa caisse surtout. Ma moto était morte ce jour là et j’avais passé 3 jours à agoniser sous une benne à ordure pendant qu’il se barrait avec sa victime. J’avais survécu par miracle mais a quel prix…. Je guide sa main le long de me crane, la faisant passer sur mon visage pour y déposer un baiser avant de la descendre vers ma poitrine où trône l’aigle impériale, la marque de césar, faite au fer rouge par mon propre géniteur peu après mon accident.

« Celle-là, c’est pour que, où que j’aille, quoi que je fasse, je n’oublie pas que je ne suis qu’un clebs de combats qui appartiendra toujours à d’autres. »

Je lui descends la main sur mon ventre où le nerf de bœuf de mon ancienne patronne avait laissé la chaire à vif, sans pour autant me mater. Ce n’est pas avec les coups qu’elle m’avait brisé et mis genoux à terre. Miss Mallow avait été plus maline que tous ceux qui avait cassé leur trique sur ma couenne.

« Ca et presque toutes les autres, c’est parce que j’ai été difficile à dresser. »

Puis j’entraine avec un moment d’hésitation vers mon dos, sans commenter les plus anciennes, souvenirs de mon vieux, des mauvaises chutes en essayant de voler de quoi le satisfaire ou des bagarres dans les centres de délinquants. Je sais que je n’ai pas envie de parler de celles là mais je ne sais pas luter et c’est avec presque de la douleur, toujours le regard rivé dans celui de la femme en dessus de moi que j’ajoute :

« Celui la c’est trois mois de châtiment parce que j’ai été accusé d’avoir fait du mal a mon ex femme et qu’elle a "un peu" tardé a venir me blanchir… »

Repenser a cela me foue une nouvelle boule de colère dans le ventre et de la même façon que je suis venu sur elle, l’emprisonnant presque sous moi pour lui dire ce que je n’avais jamais vraiment verbalisé, je nous retourne pour qu’elle se retrouve sur moi. J’en profite pour rabattre la couverture a nouveau sur nous. Je m’en veux pas mal de m’être autant ouvert. Je soupire en me rendant compte que si je voulais la faire fuir c’était bien jouer et que peut être que je devrais retoucher une de mes autres histoires au coin du feu.

« Excuse moi, je n’aurais pas dû te raconter tout ça. Ce n’est pas intéressant et… je veux pas te faire peur… même si je pense que t’as pas choisi le meilleur compagnon du convoi… »

J’essaye quand même de sourire avant ce que je pressens être la chute. Je m’aperçois que je m’accroche toujours a sa main sans oser lui lâcher. Je tente quand même:

« … enfin le moins fracassé… putain, je suis vraiment un con… je .. j'imagine que si je te raconte une blague ca va pas sauver l'ambiance?»


Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Medic | The Exiles
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 332
MessageSujet: Re: Young hearts run free   Young hearts run free - Page 3 EmptySam 28 Nov 2020 - 11:12


Isha était attentif, il ne disait rien, se contentant d’écouter. Il était vraiment respectueux envers Émie et c’était tout à son honneur. Il agrippa sa main pour ne finalement plus la lâcher de la nuit. Elle s’était alors rendu compte que cette nuit ne leur aurait pas servi qu’à assouvir un désir primaire, mais elle serait également une nuit de thérapie, de confidences sur l’oreiller. Un moment loin de tout, de toute le monde, intime et pas que physiquement.

C’était désormais à son tour, de se dévoiler, de se mettre à nue et Émie fut surprise, elle aurait plutôt pensé qu’il éviterait les réponses avec une phrase ridiculement drôle. Un moyen comme un autre de détourner la conversation. Mais il en fut tout autrement. Alors qu’il se cala sur elle, l’entourant de toute part, comme s’il avait voulu construire une bulle, rien que pour eux, il commença son récit. Ses gestes, bien qu’agréables avec sa main prenaient un tout autre sens au fur et à mesure qu’ils les commentaient. Ses yeux, fixés dans ceux de la blonde lui avaient donné un sentiment de sérieux et de douleur qu’elle ne lui avait pas encore vu jusqu'au présent.

Première cicatrice, elle se laisse guider le long de son crâne, on ne pouvait la louper. Il parle de son géniteur, elle en conclut que c’était une enfance difficile, les soucis avec les parents, elle connaissait aussi, mais au contraire d’Isha, sa mère n’avait jamais levé la main sur elle. Elle l’avait plutôt détruite mentalement, des cicatrices internes parfois plus douloureuses. Mais ce n’était clairement pas un concours de celui qui serait le plus amoché, elle ne faisait qu’analyser ce qu’il lui montrait.

Seconde cicatrice, marqué lui aussi au faire rouge, elle comprenait mieux que quiconque ce que cela signifiait. Vous ne vous appartenez plus, vous n’êtes plus libre, juste un objet que l’on utilise à son bon vouloir et que l’on jette une fois inutile. Les émotions d’Émilie commençaient à remonter malgré elle, elle se sentait vraiment triste, mais elle avait posé la question, elle allait écouter jusqu’au bout, sans flancher par respect pour celui qui lui livrait clairement son passé, aussi douloureux qu’il ait été.

Celles qui suivaient semblaient moins sensibles, mais elles avait tout autant de sens. Difficile à dresser ? On l’avait semble-t-il traiter de chien toute sa vie. Comment pouvait-on accepter d’infliger ça à une personne qui semblait-il en avait déjà pas mal chié.

Enfin, il arrive sur les plus douloureuses, physiquement et mentalement. Lorsqu’elle entend l’explication, elle se retient avec force de se mettre en colère. Injustice totale de ce qu’elle comprend, et comment, ayant aimé quelqu’un pouvait on le laisse souffrir pour rien. Il faudrait vraiment être une mauvaise personne pour autoriser ça. Elle ne connaissait pas le fin fond de l’histoire, elle ne se permettrait pas de demander mais ce qu’elle en retenait c’était que se faire trahir était une chose, mais se faire trahir par ses proches c’était le pire sentiment que l’on pouvait ressentir. Émilie avait toujours eu cette idée de se dire que personne ne méritait de souffrir inutilement et que tout le monde méritait d’être sauvé, même si cette personne avait pu nous blesser. Elle avait toujours fonctionné avec ce crédo « Ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse » et croyez-moi, ça vous dissuade de faire beaucoup de choses. Son côté à se mettre toujours à la place des autres la rendait parfois bien crédule et naïve il fallait l’avouer.

C’est lorsque Isha la retourne à nouveau, pour qu’elle soit cette fois-ci, elle couchée sur lui qu’elle finit par l’écouter s’excuser, tout comme elle l’avait fait auparavant. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, on avait tous un passé et s’il avait ressenti le besoin d’en parler c’était qu’il le fallait. Elle ne dit rien, pendant un long moment, se contentant de rester couchée sur le corps chaud et agréable de son amant, sa main toujours dans la sienne. Ses yeux s’étaient mis malgré elle à briller. C’était quand même des vies bien cabossées qu’ils avaient eues jusque-là et encore, Émilie semblait moins brisée que lui. Et pourtant, ils étaient tous les deux là, l’un contre l’autre à se câliner, à s’écouter. Elle finit par l’embrasser, tendrement et avec une véritable sincérité. Elle avait vraiment envie de lui faire oublier ça, même si ça ne serait que le temps d’une nuit. Elle posa sa tête sur son torse et écouta les battements de son cœur, c’était un bruit qu’elle appréciait tout particulièrement. Elle sourit. « Ton cœur, il est toujours là. Il bat … Fort. C’est tout ce que j’ai envie d’entendre de toi. C’est ça, le plus important. Il est le plus sincère. Je n’ai besoin de rien d’autre » On avait tous un passé et là tout de suite, elle ne voulait penser qu’au présent. Au moment de douceur qu’elle partageait avec lui. Tout le reste ne comptait plus à ce moment précis. « Merci d’être toi, là, avec moi » Elle ferma les yeux et se concentra à nouveau sur les battements du cœur d’Isha, et aurait voulu que ce moment dur éternellement.


Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 3537
MessageSujet: Re: Young hearts run free   Young hearts run free - Page 3 EmptySam 28 Nov 2020 - 20:02
Celui qui sait faire ses demandes


Le baiser qu’elle me donne me surprend et je fini par m’apaiser sous ses lèvres. Je lui rends avec une certaine tendresse assez étrange quand on sait qu’on se découvre à peine. En même temps, coté découverte, je crois qu’elle a réussi à faire un miracle car je me sens mis à nu comme je ne l’ai jamais été, et je parle pas seulement du fait que je sois littéralement a poil sous elle. Ne pas me faire rejeter est assez… étrange mais dans le bon sens du terme, après, la soirée est loin d’être finie.

Je la garde contre moi presque précieusement en me demandant quand va venir le retour de bâton. Je lui souris ave affection quand elle me fait remarquer que mon cœur bat toujours. Ce qu’elle dit ensuite me touche et me déstabilise aussi un peu. Vu que je suis nerveux, pas loupé, y’a Bozo le clown qui passe faire un petit coucou. Saloperie d’humour de merde !!!

« J’imagine que tu dis ca a tout les Dead Pool que tu rencontre… »

On a surement l’air un peu cucul vue de loin, mais pour moi qui ne connais pas ce genre de situation, j’avoue que j’aime beaucoup, surement trop. Je reporte, une nouvelle fois, sa main a mes lèvres pour lui déposer un baiser avant de répondre avec un peu de malice :

« Et on fait quoi pour le troquer contre celui d’Iron Man pour avoir le droit a une Pepper Pot ? »

Je suspecte, vu son choix de nom de code, qu’elle aime aussi les comics, ce qui ne ferait qu’ajouter a son charme. En fait, pour le moment, je pense que je m’en foues, elle saurait me dire qu’elle aime les motos japonaises, qu’elle est pour les fruits et légumes et qu’elle pense que les lapins c’est mignon, elle n’arriverait pas a gâché l’image que je commence a avoir d’elle. C’est grave si j’en envie d’en savoir plus ? Que ca ne soit pas juste un coup de bite comme ça ? J’éclate franchement de rire quand elle me remercie d’être là et d’être moi. Je sais bien qu’elle me connait surement pas encore assez pour voir le montre que je suis mais c’est vraiment agréable a entendre :

« Méfie toi de ne pas vite déchanter jeune fille… »


Je lui vole un nouveau baiser en essayant de lui faire comprendre que moi aussi j’apprécie qu’elle est là. Sauf que je ne suis pas Vaughn et que les mots et moi… ca collent pas toujours et pas forcement que par faute de vocabulaire. Avec surement la même hésitation maladroite qu’un ado boutonneux qui tente d’invité la cheerleader en vue au bal de fin d’année, bref, je ne me reconnais pas, je tente :

« Dis… heu… je me disais… p’etre que ca te plairait de rester un peu, enfin, je veux dire, pas forcement toute nue pour coucher, enfin pas que ca me déplaise non plus si on recouche ensemble, enfin, c’est pas que pour ca que je te propose, mais … putain… »

Je me passe la main sur le visage en arrêtant le massacre. Ouai, je suis pas doué et ca me fait chier d’être comme ça bordel ! En plus Bozo repointe le bout de son nez de clown. Maledictioooooonn…

« Je crois que je suis nul pour les demandes, je sais pas si je dois mettre un genoux a terre pour te demander en copilote et en partenaire de chants Disney pour un jour ou tout un voyage… »

Ouai, je suis navré de vous l’annoncer, mais j’ai vraiment balancer ca a haute voix. Merci Bozo ! Putain… la honte quoi. Et après on s’étonne que je sois celib’.


Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Young hearts run free   Young hearts run free - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Young hearts run free -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Oops! this is hentaï, partenariat ?
» [UPTOBOX] Tropa de Elite 2 - O Inimigo Agora É Outro [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Ninja Assassin [DVDRiP]mp4
» [UPTOBOX] Le Retour des Charlots [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Shaolin Basket [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: