The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -36%
-36% sur la pot à plante en lévitation ...
Voir le deal
53.63 €

Partagez
- Ah shit, here we go again -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zola Saltzman
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 607
MessageSujet: Re: Ah shit, here we go again   Ah shit, here we go again - Page 4 EmptyMar 8 Déc 2020 - 21:45
Aamir joue le rôle du sociopathe dépeceur de petits animaux avec une justesse étonnante, et un jeu d’acteur que je ne lui connais pas, et que je ne lui reconnaitrais évidemment jamais à haute voix. J’esquisse un léger sourire en coin, qui a l’air de faire plus flipper le propriétaire des lieux qu’autre chose. Il faut dire qu’entre mes paroles, et l’indien qui menace de la lame de sa machette souillée du sang des rôdeurs la gorge de Choupinette, qui se tortille dans tous les sens en beuglant, il doit se dire qu’il est tombé sur un duo de tarés, qui ont perdu la raison depuis longtemps. Oh bordel, il la ferme jamais ce kebab sur pattes ?! C’est dingue qu’un si petit machin puisse faire autant de bordel, sérieusement. Mais au moins, les menaces ont l’air de fonctionner, et le type menotté au radiateur finit par cracher le morceau, alors que je remonte un regard un peu inquiet vers Aamir quand le type parle d’une trentaine de rôdeurs, dans le coin. Sympa les voisins… « -Des gens comme nous ?! Oh, ça c’est vexant ! On est des gens biens…nous. Pas vrai, Rahis ? » Des gens qui entrent chez des inconnus, les mettent KO, et menacent leur boule de poils d’une fin précoce.

Mais le survivant n’a pas l’air d’y croire une seule seconde, et il poursuit sur sa lancée, nous expliquant à quoi servait ce bâtiment avant, et ce qu’il contient encore à l’heure actuelle. Ouais bah…ce cher Dalida aurait pu commencer par ça…niveau communication, on est moyen bons chez les Bastards ! Je rends à Aamir son regard, et hausse les épaules, avant de me relever en grimaçant. Bon, admettons…ça doit être pour ça qu’on est là. Les câbles, les batteries, les outils et tout le bordel. L’indien est plus rapide que moi, mais il semble lire dans mes pensées, et j’approuve cette initiative de garder Choupinette encore un peu comme moyen de pression, le temps qu’on fasse tranquillement le tour de l’étage, pour récupérer ce qui peut nous intéresser. Aussi, je laisse un regard couler sur l’homme menotté au radiateur, en hochant doucement la tête : « -T’inquiètes, ta Choupinette est entre de bonnes mains ! » Et après un sourire en coin, peut-être un peu trop menaçant pour rassurer vraiment l’individu, Aamir et moi nous éloignons, à la conquête de l’étage.

Suivant les pas de Rahis, nous entrons donc dans la pièce d’à côté, où je hausse les sourcils en voyant tout ce qui s’y trouve. Si la pièce de vie semblait sens dessus dessous, ici, il règne un ordre certain, chaque objet étant rangé sur un rayonnage lui étant propre, avec que des outils semblables. « -Jackpot ! » Je laisse un index traîner sur l’un des rayons, songeant à la question d’Aamir quelques instants. « -Hum…on va leur laisser de quoi tenir le temps de se refaire des réserves. » Vu la quantité de matériel qu’il y a ici, on devrait pouvoir tous y trouver notre compte, au final. Aamir commence à remplir un sac de sport, et j’en fais autant de mon côté, réfléchissant déjà à tout ce qu’on pourrait faire avec ce matériel. Et celui qui est en trop ? Il trouvera sans doute preneur au troc, contre quelques ressources, j’en suis certaine. Le problème, avec ce cerveau qui va trop vite, c’est qu’il a parfois tendance à me déconnecter de la réalité d’une situation pour me projeter déjà dans l’avenir, ce qui fait que, comme à cet instant, je reviens un peu trop brutalement à la situation. Pile au moment où le type qui était sagement menotté un peu plus tôt se jette sur Aamir. J’ai tout juste le temps de voir briller l’éclat d’une lame, avant de me figer, les yeux écarquillés.

Ca fait tilt tout à coup dans mon esprit, et je me jette à mon tour dans la mêlée, cognant Aamir sans faire exprès en essayant d’assommer le survivant avec une clé anglaise. C’est un échec, je fais tomber Aamir, ma clé anglaise, et me retrouve désarmée face à l’individu, qui me tourne le dos quelques instants, avant de se retourner pour me charger, soufflant comme un buffle. Alors, je fais le premier truc que me dicte mon instinct, je me mets à courir pour lui échapper, sans même savoir où je vais puisque je ne connais pas les lieux. Je saute par-dessus le corps de celui qui se tape toujours la sieste de sa vie, et cavale, avant de revenir vers la pièce où est Aamir, et de bifurquer au dernier moment, pour pas ramener le survivant enragé sur lui. Si moi je suis légère dans mes mouvements, et presque inaudible, lui est beaucoup moins discret, ses pas martèlent le sol, il souffle comme un taureau, ce qui me permet de savoir précisément où il est. En l’occurrence, juste derrière moi, parce qu’il connait forcément mieux les lieux, et m’a devancé. Je me retrouve avec des escaliers dans mon dos, c’est la merde, mais lui ça ne semble pas lui effleurer le cerveau, et il fonce une nouvelle fois vers moi, bien décidé à me cogner. J’ai tout juste le réflexe de me jeter de côté pour éviter qu’il nous projette tous les deux dans l’escalier, mon corps venant se cogner contre un buffet qui se trouvait là, et qui me coupe le souffle. Emporté dans son élan, le type dévale les escaliers, et atterrit au bas des marches dans un tas informe, manifestement sonné. Ou mort, j’en sais rien, et je veux pas savoir.

Le corps douloureux, je me redresse péniblement pour me retrouver sur mes deux pieds, il est certain que cette sortie va laisser de jolies marques ici et là, et je reviens en me tenant les côtes vers la pièce où se trouve Aamir, me figeant sur le seuil de la porte en voyant le sang sur ses fringues. Je cours vers lui, enfin ça ressemble plus à une claudication qu’autre chose, pour venir poser les mains sur son haut, et le palper du bout des doigts. « -Bordel il t’a blessé ? T’es touché où ? » Mais mes doigts ne trouvent aucune entaille ni déchirure dans le tissu, et je finis par voir le cadavre de Choupinette, une lame plantée dans le ventre. Oh le con…il a crevé son propre chien. Moche. Je m’agenouille devant la dépouille du chien, ni voyez pas un quelconque hommage, j’ai juste mal partout et besoin de souffler quelques secondes, considérant le pelage imbibé de sang, avant de relever un regard perplexe sur l’indien. « -Tu crois que ça revient, un chien, et que genre Choupinette va se transformer en rôdeur ? L’enfer si elle grogne autant qu’elle aboie… » Je retire la lame du petit corps de l’animal, la reposant à côté de moi, avant de la reconsidérer d’un œil morne. « -On dirait que tu vas avoir ta paire de moufles, finalement. »

Spoiler:
 




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Aamir Rahis
The Gentle Bastards
Aamir Rahis
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 779
MessageSujet: Re: Ah shit, here we go again   Ah shit, here we go again - Page 4 EmptyVen 11 Déc 2020 - 17:36


here we go again

Le binôme de presque ennemis se retrouvait dans une symbiose détonante lorsqu’il s’agissait de jouer au duo d’aliénés. Deux névrosés, une s’occupant de menacer l’homme à l’heure où l’autre s’amusait méchamment avec le chien. Aamir hocha d’ailleurs la tête, son sourire dément toujours aux lèvres, à la question de la danseuse. « Des gens très biens » enchérit-il avant de ne lâcher un rire digne d’un déséquilibré dans ces vieux films d’horreurs à l’ancienne, avec ce clown vivant dans les égouts. Ce ne fût qu’une fois avoir assez effrayé l’inconnu et après avoir quitté la pièce qu’Aamir abandonna son sourire, grimaçant légèrement pour détendre un peu ses muscles faciaux.

Alors ils étaient là, à remplir des sacs qui n’étaient même pas à eux, de choses qui n’étaient pas à eux non plus. Aamir n’avait aucun scrupule à dépouiller ces hommes, c’était devenu monnaie courante dans ce Monde. Zola lui répondit toute fois de leur laisser le stricte nécessaire. L’indien opina du chef, ça lui paraissait un bon compromis. Et puis après tout, si ces inconnus n’avaient pas décidé de s’en prendre à eux sans même essayer comprendre, ils n’en seraient pas là. Ils auraient pu négocier quelques ressources contre leurs affaires. Mais non, ils avaient voulu se lancer dans une partie de catch ou un combat MMA dans un octogone. D’ailleurs, l’homme encore éveillé semblait vouloir se lancer dans un deuxième round. De malentendus en malchances, Choupinette fût poignardée. Assassinée par les mains de son propre maître. Aamir avait appelé Zola à l’aide sans pour autant s’attendre à ce qui allait suivre. Il eut à peine le temps de pivoter la tête pour la voir que la danseuse fonça dans le tas, clé anglaise en main. Il aurait voulu l’éviter mais il en était bien incapable, luttant contre l’homme, le chien toujours en main lui aussi.

Aamir vit Zola, comme au ralenti, courir droit sur eux. Là, il ne sut expliquer ce qui se passa. Il se retrouva bousculé, les quatre fers en l’air et cette clé anglaise qui volait pour… Atterrir directement sur son front. Puis se fût le trou noir. Ses yeux étaient clos, ses oreilles continuaient d’entendre un vacarme comme des pas d’un taureau lancé à pleine vitesse. Il avait du mal à respirer, comme si quelqu’un ou quelque chose l’étouffait. L’indien ne saurait dire combien de temps il restait comme ça, immobile. Lorsqu’il finit par reprendre le contrôle sur son corps, il se rendit compte que ce qui l’empêchait de respirer n’était autre que ce qui restait de Choupinette sur son visage. Il dégagea rapidement le cadavre et se redressa difficilement. Ça cognait sévèrement dans sa tête. Il passa machinalement sa main sur son front où perlait du sang. Il était de toute évidence sonné lorsque Zola réapparut, essoufflée. En trombe, palpant son torse à la recherche de blessures.

- Zola… Non, Zol… c’est… Zola !

Il n’arrivait même pas à l’interpeller mais par chance, elle réalisa d’elle-même qu’il n’était pas mortellement blessé. Et alors que l’hispanique s’agenouilla un moment, Aamir en profita pour se masser les tempes, dans l’espoir vain de faire partir cette affreuse douleur au crâne. Malgré ça, Zola parvint tout de même à lui arracher un rire erratique.

- J’pensais plus à t’en faire une chapka pour Noël tu vois, elle avait l’air de bien t’aimer !

Il se releva péniblement, tendant une main à Zola qui n’avait pas l’air en reste de douleurs. Ils finirent de remplir leurs sacs, y glissant Choupinette dans l’idée de ne pas imposer son cadavre à ses tristes propriétaires. Ils empruntèrent à nouveau les escaliers de secours, clopinant tous les deux. Elle, une bosse derrière la tête et les cotes en vrac. Lui, la lèvre fendue et le front ouvert. Ils arrivèrent à la voiture où ils aperçurent déjà Dalida et Samson au loin.

- J’ai gagné au fait, tu m’dois un verre !      

Ils débarquèrent au niveau de Tic et Tac et le russe leur fit la réflexion qu’ils en avaient mis du temps. Aamir et Zola échangèrent un regard qui en disait long, qui insinuait que tout ce qui s’était passé dans ce bâtiment resterait dans ce bâtiment.



made by LUMOS MAXIMA


Spoiler:
 


Just like that, an honest man blinked
Revenir en haut Aller en bas  
- Ah shit, here we go again -
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: