The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -25%
Abonnement PS Plus de 12 mois
Voir le deal
44.99 €

Partagez
- Stolen Omen Ft Alan -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 185
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan - Page 2 EmptyMar 10 Nov 2020 - 18:28
Stolen Omen

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue


Kaz poussait toujours le corps d'Alan vers le sien, même sans s'en rendre compte. Un geste que le galeriste avait remarqué et qui le comblait au plus au point, un sourire presque maléfique lui traversant l'esprit tant il trouvait le tableau érotique et plaisant à souhait. Au moindre contact, à la moindre esquisse de caresse, Alan en voulait plus. Le bel éphèbe avait quelque chose d'électrisant, d'incroyablement délicieux qui lui donnait envie de l'acquérir complètement, rien que pour lui. Oh, bien sûr, Alan n'était pas quelqu'un d'exclusif, à l'identique que son camarade et nouveau partenaire, mais l'idée de retrouver ce Chris pour lui broyer les clavicules lui avait bien entendu effleuré l'esprit. Éliminer la concurrence ou du moins, l'éloigner assez pour pouvoir conserver l'éphèbe près de lui, comme s'il s'agissait d'un trésor. Une pensée malsaine qu'Alan gardait pour lui, tout au fond de lui, à côté de la Bête qui grattait autour de cette pensée, comme pour la garder pour plus tard.

Alors, le jeune homme lui avoua ressentir à peu près la même chose que le galeriste à son égard. Ce dernier esquissa un sourire en coin, satisfait de provoquer un tel déferlement d'émotions dans l'esprit de Kaz. Il prit une mine faussement innocente et se contenta de répondre : « Vraiment ? Je suis navré de provoquer tout cela en toi ! » Bien sûr, Alan mentait. Il savait que Kaz le verrait et se mit à rire, la supercherie dévoilée. Il secoua la tête l'air impatient et leva les yeux au ciel. « C'est tout l'intérêt du jeu de départ Kaz... Se chercher, jouer, pour mieux se retrouver. Mais il serait te mentir que de dire que cela n'a aucun impact sur moi. » Un demi aveux très pudique qu'Alan livra à Kaz avant de regoûter une nouvelle fois à ses lèvres. Kaz semblait avoir réprimé cette envie, mais le cinquantenaire n'était pas du genre à se priver.

Mais l'évocation de Catherine Mork révélait d'Alan une grande passion, une passion qu'il offrait désormais à Kaz. Pour combien de temps ? personne ne le savait vraiment, mais il appréciait chaque moment. Il n'avait bien sûr jamais trouvé quelqu'un d'aussi électrisant que la sulfureuse et pulpeuse Catherine. L'étreinte qu'ils échangèrent tous les deux arrivaient à poser des mots sur cette relation qu'Alan n'avait pas spécialement détaillé plus tôt. Alan esquissa un demi-sourire devant les paroles sincères de Kaz. Sa voix semblait plus douce, plus innocente également. « Catherine était une bonne personne, inspirant et magnifique. Il aurait été dommage de la laisser tomber dans l'oubli. C'était la moindre des choses. » Et c'était vrai. Alan le pensait sincèrement comme il avait aimé sincèrement.

Kaz mentionna sa grand-mère, son âme soeur pour ainsi dire. Alan jeta un coup d'oeil à la planche de Ouija. Il ne croyait pas spécialement en cette pratique mais ne dit rien par respect. Après tout, si cela fonctionnait pour lui, pourquoi dépeindre ses croyances ? « Cette grand-mère avait un nom ? » Demanda Alan avec un petit sourire en passant son autre main dans les cheveux de Kaz. « Je pense que c'est important. Les noms. Je n'ai pas toujours attaché une importance en l'humain. Mais je pense que le souvenir des noms est important. » Avoua-t-il, désireux de connaître l'identité de ce fantôme qui avait la possibilité de lui couper l'herbe sous le pieds. « Je n'ai jamais tué d'âmes parfaitement innocente si tu veux savoir. J'ai été un riche homme d'affaire, j'étais une référence d'autorité dans mon domaine et quand l'épidémie est arrivé, je n'ai jamais cherché à abuser de bonnes personnes. Et je ne compte pas abuser de toi non plus. » C'était en partie vrai. Alan avait profité et manipulé des gens, dans son propre intérêt, mais n'avait jamais agit avec malveillance directement. Oui, la femme de Guile et beaucoup d'autres étaient morts pendant les émeutes qu'il avait provoqué, il avait tué le fils de la famille de touriste, il avait provoqué la mort de quelques autres âmes, mais dans l'ensemble, ce n'était pas pire que la plupart des autres survivants qu'il connaissait.

Il esquissa un sourire. Profiter de Kaz n'était pas dans ses intentions. Il souhaitait son corps, ses bras, son plaisir et qu'il assouvisse le sien, laisser la Bête s'exprimer et lui laisser un peu de champ libre, mais dans l'ensemble, Alan n'avait pas de mauvaises intentions le concernant. Leur jeu de séduction le ravissait, comme en cet instant ou ses doigts se promenait sur la peau du jeune homme. Sa remarque lui laissa échapper un rire et un sourire dévoilant ses dents aux canines acérées. Il accepta le premier baiser de Kaz avant de se lécher la lèvre inférieur, le sourire toujours apparant. Il haussa les sourcils, faussement surpris et laissa échapper un « Oh, vraiment ? » avant de lui saisir le menton et de l'embrasser à pleine bouche en attirant son visage vers le sien. Sa main de libre venait caresser le dos et les reins du bel éphèbe en se délectant de ce baiser. Il ne profitait pas de sa faiblesse, mais se contentait de lui faire comprendre par ce geste toute l'affection qu'il lui portait, laissant exploser tout autour d'eux des étincelles de désir qui venait presque brûler le bout des doigts du cinquantenaire.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 173
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan - Page 2 EmptyVen 13 Nov 2020 - 2:15

Stolen Omen -- Hope born in a time that's broken. I pray to the heroes of the damned. I sing with dark devotion a song for what's behind our masks. I can't feel false ideals. Another fool that's blind to what's real.I sing for the hope that's broken, they live for a stolen omen.

Vraiment ? Je suis navré de provoquer tout cela en toi !

Cette fois encore, je suis à deux doigts de céder à l'envie de lui faire payer. A force de pincer de mordre, je choisis cette fois le désintérêt et me détourne lorsqu'il se laisse aller à rire. Nuque tendue, qui semble offrir un dédain absolument pas convaincant.

C'est tout l'intérêt du jeu de départ Kaz... Se chercher, jouer, pour mieux se retrouver. Mais il serait te mentir que de dire que cela n'a aucun impact sur moi.

Je hausse les épaules. Pour la forme. Bien sûre que c'est tout l'intérêt. Je suis le premier à me délecter de tous ces petits jeux entre nous, priant même pour qu'ils puissent gagner encore en intensité. A ses dernière paroles, je retourne lentement le visage vers lui pour plonger mon regard dans le sien. Ravi qu'il reconnaisse l'impact que tout ça à sur lui. Ok les mots ce n'est pas important, surtout que sous mes mains, je commence à le sentir l'intérêt, l'attachement naissant qu'il éprouve pour moi. L'empathe qui caresse la peau de son bras et se nourrit avec avidité des ébauches d'émotions qui se dessinent. Commençant tout doucement pouvoir un peu mieux interprété Alan. Et c'est terriblement grisant, ce sentiment de très légèrement apprivoisé le mystère qu'il représentait pour moi au début. Pas souvent confronté à quelqu'un d'aussi peu lisible au premier abord, je suis loin de me déclarer victorieux. Curieux et impatient de découvrir d'autres couches enfouie sous le contrôle apparent. Je lui rends donc le baiser qu'il pose sur mes lèvres, même si je m'étais retenu de le faire un peu plus tôt. A croire que moi aussi d'une certaine façon il m'apprivoise un peu.Et il le fait encore plus en me révélant une part de lui probablement un peu oubliée. Le passé apparaît si loin, depuis que le monde a basculé. Une toute autre vie qui a des allures de compte surréaliste. Je baisse les barrières, les faux semblants pour un instant. Parce que dans ma façon de voir le monde, il m'offre quelque chose en acceptant de me raconter.

 Catherine était une bonne personne, inspirant et magnifique. Il aurait été dommage de la laisser tomber dans l'oubli. C'était la moindre des choses.

C'est beau ce qu'il dit. Je hoche la tête. J'aurais aimé pouvoir faire quelque chose dans le genre pour ma grand-mère. Sauf que aujourd'hui, plus personne ne donne son nom à rien. Mon regard se perd dans le vide, j'aimerais pourvoir trouver une idée pourtant. J'y avais jamais pensé avant qu'il parle de ça, je pensais que la simple trace d'elle en moi pouvait suffire, mais ce qu'il évoque a quelque chose de terriblement dramatique. Romantique même.

Cette grand-mère avait un nom?

Il réussi à capter à nouveau mon attention.

Je pense que c'est important. Les noms. Je n'ai pas toujours attaché une importance en l'humain. Mais je pense que le souvenir des noms est important.

Frisson qui me glisse le long de la nuque. Il a raison c'est important. Personne ne pense plus à demander ce genre de choses. Je ne pense d'ailleurs pas avoir prononcé le prénom de ma grand-mère devant quelqu'un depuis... trop longtemps. J'inspire profondément, souffle qui se fait hésitant au fond de la gorge. Un peu tremblant.

Pour moi c'était Maw... Sinon c'était Cordelia. C'est beau non ? J'aimerais bien moi aussi pouvoir faire quelque chose pour honorer sa mémoire. Elle m'a tout appris.

Je hausse les épaules. Mon regard qui s'accroche à celui d'Alan et je rassemble toutes mes forces pour éviter de verser d'autres larmes. Ce n'est pas possible d'être aussi émotif, mon dieu. Alors, ma main glisse un peu plus sur sa peau et s'y agrippe fébrilement comme à une bouée de sauvetage. J'inspire, expire et me concentre sur ses paroles pour chasser le reste.

Je n'ai jamais tué d'âmes parfaitement innocente si tu veux savoir. J'ai été un riche homme d'affaire, j'étais une référence d'autorité dans mon domaine et quand l'épidémie est arrivé, je n'ai jamais cherché à abuser de bonnes personnes. Et je ne compte pas abuser de toi non plus.

Je ne peux pas m'empêcher de tiquer un peu quand il parle de personnes innocentes. C'est un concept avec lequel j'ai du mal. Beaucoup se plaisent à dire que personne n'est innocent et c'est probablement d'autant plus vrai aujourd'hui, mais j'ai beaucoup de mal avec l'idée de prendre une vie et de juger de sa valeur. Ok, je sais qu'il faut le faire, qu'il faut se défendre et je l'ai déjà fait. Mais en secret, une fois les armes rangées, je suis du genre à offrir les hommages même à l'ennemi, car chaque vie à une valeur. Pour quelqu'un d'autre, pour une raison qu'on ne voit pas. Je plisse les yeux. Je ne veux pas y penser. Surtout en sachant ce qui nous attend dès demain. Je veux profiter de l'instant, profiter des derniers mots qu'il a prononcés aussi. Révélant un peu plus de ses intentions envers moi. Mon doigt viens glisser le long de sa mâchoire et je lui réponds d'un air provocateur.

J'espère bien! Parce que de toute façon je ne te laisserais pas faire.

Et malgré toutes les résistances, le corps trahis le fait qu'il a certainement plus de pouvoir que je ne peux vouloir l'admettre. Lui en faisant le reproche ouvertement d'ailleurs. Comme toujours, il joue l'innocent et si cela m'irritait au début je trouve ça de plus en plus tout simplement sexy. Et je n'ai pas le temps de m'attarder sur ce constat que ses lèvres s'emparent des miennes et que je me laisse plus que volontiers envahir par ce baiser qui fait pâlir tout le reste autour. Je me presse contre lui, main qui vient s'appuyer contre sa nuque, comme s'il était possible que je m'accroche un peu plus. Et finalement je m'écarte légèrement pour poser mon front contre le sien.

Merci Alan, de m'avoir écouté et d'être là. Ça m'a fait du bien. Regarde je ne même pense plus à ...

Et je ne prononce pas le nom de Chris, tout en haussant les épaules. Ok j'exagère encore un peu, mais il comprendra l'intention et l'importance que j'accorde à sa présence ce soir. Mes doigts viennent jouer sur sa nuque et glissent doucement sur le côté pour venir se poser sur le haut de l'ouverture de sa chemise, descendre un peu encore pour lisser le tissu de la paume de ma main. Je me sens un peu grisé par l'instant, par tout ce qui plane autour de nous alors je me laisse aller à faire une requête que la provocation ou la fierté auraient empêché en temps normal.

Tu dors ici ce soir.

Et ce qui devait être une requête sonne finalement comme un ordre face auquel je ne pourrais tolérer aucun refus.




    This heart of fire is burning proud -Driving through this world unknown, I've built my life on broken bones. Not living for this anymore, You want a fight... I'll bring a war!
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 185
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan - Page 2 EmptyVen 13 Nov 2020 - 20:33
Stolen Omen

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue


Le souvenir de cette grand-mère, tandis qu'il avait le bel éphèbe blottit contre lui, fit remémorer de vieux souvenirs dans l'esprit du galeriste. Des souvenirs dont il se serait bien passé. Ses propres parents, que restait-il d'eux ? Alan n'avait jamais été très tourné vers sa famille, encore moins lorsqu'il se retrouva totalement indépendant. Au décès de sa mère, la partie de l'héritage que lui avait versé son père de son vivant lui avait permis de s'aider à se projeter sur les feux de la rampe. Il lui était redevable, à son père, ce vieux Nielsen, fils d'une famille roumaine qui avait émigré aux États-Unis en quête du rêve américain. D'un ton grave et suave, Alan acquiesça à l'annonce du prénom de la grand-mère de Kaz. Un bien joli nom en effet... Qu'avait-elle appris à ce beau jeune homme ? À être aussi touchant et agaçant à la fois ? Ou un bien piètre grimpeur ? Alan esquissa un sourire mais garda son sarcasme et ses boutades pour lui... Pour cette fois.

« C'est un très joli nom. Cordelia... » Il répéta le prénom comme pour lui donner de la texture entre ses lèvres, de l'importance. Dans son esprit de cinquantenaire amoureux de l'Art, Alan imagina tout de suite les traits délicats d'une femme d'âge mûre, pas encore tout à fait grand-mère. Peut-être une Cordelia quarantenaire, encore fraiche et jolie... Serrant son petit sac à main contre elle ou portant au contraire de belles jupes longues, son cou orné de chales délicats... Oui, quelque chose dans ce goût-là, pensa Alan en fermant un instant les yeux pour la visualiser. « J'imagine quelle femme charmante elle devait être... » Murmura-t-il l'espace d'un instant dans sa rêverie en caressant les cheveux de Kaz.

Quant à savoir si Alan comptait abuser de Kaz... La question était encore en suspend dans le néant de l'Univers, mais à l'heure actuelle, le galeriste était plutôt troublé par le jeune homme. Celui-ci arrivait à le faire conserver son intérêt pour sa personne, d'une manière qui échappait totalement au grand brun qui n'aurait pas deviné un tel attrait pour sa personne. Le baiser qu'Alan lui avait adressé était devenu plus pressant, plus pressé aussi. Un sourire échappa à Alan à travers ce baiser avant que Kaz ne se détâche pour presser son front contre le sien. L'aîné glissa alors sa main autour de la taille de Kaz pour maintenir cette position et esquissa un sourire à son adresse cette fois-ci. « Je ne suis pas qu'un bon amant, mais également une bonne épaule sur laquelle venir pleurer... » En un sens, Alan aimait ça car il sentait sa position plaisante et diablement délicate. Il était négociateur, avait retrouvé une once de pouvoir au sein de ce groupe tout en étant en retrait lorsqu'il le souhaitait. Il laissait les problèmes de gestion à Connor qui était plus que qualifié et pouvait retrouver l'aisance d'une vie de confort tout en pouvant compter sur un groupe solide. Kaz apparaissait comme une Muse, un objet de motivation et de désir qui convenait parfaitement au cinquantenaire qui trouvait chez lui quelque chose qu'il n'arrivait pas à chasser de son esprit.

Alors, la phrase de Kaz sonna comme un ordre. Il ne fallut pas longtemps pour qu'Alan accepte sans mots dire, simplement en se rapprochant plus du jeune homme. Bien sûr, après quelques baisers, la température et l'attraction de leurs corps se fit tout naturellement, comme s'ils ne pouvaient vraiment l'empêcher. L'échange cependant, avant eu l'air beaucoup plus tendre que le premier. Peut-être que la Bête avait été trop somnolente ce soir-là, ou peut-être était-ce parce qu'elle avait été addoucie par l'échange qu'ils avaient eu. Toujours était-il qu'Alan avait joui en Kaz – et inversement – avec une sincérité déconcertante, que lui-même eut du mal à accepter. Dans le déni, pensant toujours contrôler les choses, Alan s'autorisa même à offrir à Kaz ce dont il avait besoin pour se sentir mieux. Ainsi l'avait-il annoncer tandis qu'Alan se glissait sous les draps dans l'intimité sombre du jeune homme pour terminé en beauté.

Ils avaient terminé dans les bras l'un de l'autre dans un fouilli de draps et de couettes. Alan fixait le plafond en caressant les cheveux de Kaz qu'il tenait tout contre lui, cherchant une réplique ou quelque chose de cinglant à lancer. Mais rien ne vint. « Est-ce que ça va mieux ? » Demanda-t-il alors dans un chuchotement, comme si quelqu'un d'autre pouvait les entendre, en reculant légèrement son visage sur le côté pour apercevoir le sien.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 173
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan - Page 2 EmptyDim 15 Nov 2020 - 19:29

Stolen Omen -- Hope born in a time that's broken. I pray to the heroes of the damned. I sing with dark devotion a song for what's behind our masks. I can't feel false ideals. Another fool that's blind to what's real.I sing for the hope that's broken, they live for a stolen omen.

Je hoche la tête avec fierté lorsqu'il confirme la beauté du prénom de ma défunte grand-mère. Les émotions sont fortes ce soir, je me sens à fleur de peau. Fragilité et sensibilité qui se dévoilent sans retenue devant Alan quand je me blottis un peu plus près encore de lui. Trouvant ma place au creux de ses bras, parce que sa chaleur est réconfortante. Que quand il est là, je ne me sens pas seul. Tout le contraire même. Mon visage qui se frotte encore doucement contre sa gorge. Peau contre peau tout en relâchant un profond soupire. Je suis épuisé, vidé par cette histoire avec Chris, l'échange de ce soir, les souvenirs et les perspectives de ce futur proche qui nous attend au prochain lever de soleil.

 J'imagine quelle femme charmante elle devait être... 

Je laisse échapper un léger gémissement. Je n'ai pas envie de recommencer à pleureur, mais elle me manque tellement. Je crois que jamais ça ne pourra diminuer. On parle des effets du temps, mais il ne peut rien contre l'attachement surréaliste que j'avais avec elle. Mon âme sœur, une moitié d moi qui s'est envolée le jour où elle a rendu son dernier soupir. Plus personne pour associer son souvenir à ce que je suis et répéter encore et toujours combien je lui ressemble sur toute une foule de points. Je murmure alors d'une voix un peu brisée.

Et encore plus que ça...

Et pour chasser le chagrin il n'y a rien de mieux que de me perdre corps et âme dans ce baiser qu'il m'accorde. J'aime la façon dont sa main glisse sur ma taille, le sourire qui apparaît sur ses lèvres. Ça me plaît probablement un peu trop même.

 Je ne suis pas qu'un bon amant, mais également une bonne épaule sur laquelle venir pleurer...

Je ne le contredis pas. Je pense que à cet instant, je n'ai ni la force ni l'envie de jouer. La provocation provisoirement enterrée par tout le reste. Par le besoin qu'il reste là. Le besoin de m'accrocher à lui parce que étrangement mon amour de la solitude ne parviens pas à surpasser l'envie qu'il ne s'éloigne pas ce soir. Alors, je le dis. Parce que je ne veux pas avoir de regrets. Le frisson qui se bloque tout de même dans l'attente de sa réponse parce que si il devait refuser, l'orage n'est pas bien loin. Heureusement, pour nous deux  il ne semble pas vouloir m'abandonner, pas se jouer de moi. Et pour toute réponse il se rapproche, alors je me laisse aller à un soupire de soulagement quand nos lèvres se retrouvent et que les corps appellent à se lier. Le goût de cet échange est différent. Je ne lutte pas, ne tente pas de prendre le dessus. Je me laisse uniquement aller à une tendresse déconcertante, parce que c'est ce dont j'ai besoin ce soir. Revenant continuellement chercher ses lèvres et chaque parcelle de sa peau pour m'y perdre en une multitude de baisers. Regard qui se perd dans le sien alors que la dernière fois il n'était perdu que dans le désir brûlant de se posséder. La douceur sensuelle des corps, des peaux qui se caressent et mènent à l'oubli dans un plaisir qui panse les plaies. Les souffles qui se mélangent jusqu'à finalement retrouver leur cours quand on s'écrase entre les draps. Le cœur battant, le corps engourdi par la satisfaction. Satisfaction soulignée par le fait qu'il s'installe pour montrer son intention de rester. Coincé entre ses bras, je ne montre aucune volonté de m'en défaire. Peut-être que plus tard je m'en voudrais d'avoir fait preuve d'un tel abandon, je n'ai pas l'énergie suffisante pour m'en préoccuper ce soir. Me laissant caresser les cheveux, mon souffle qui continue de réchauffer sa peau alors que mes doigts glissent dans son dos jouant doucement sur sa colonne vertébrale.

 Est-ce que ça va mieux ? 

Il chuchote. Presque complice d'un secret, membres d'un complot qui ne concerne que nous deux. Une bulle, un nouveau monde même. Je relève les yeux vers lui et lui adresse un sourire sincère. Sur le même ton de murmure, je lui réponds.

Uniquement grâce à toi...

Mes doigts remontent entre ses omoplates, passent sur l'épaule et viennent caresser le bas de sa mâchoire. Je m'écarte alors de lui, le repoussant avec douceur pour quitter les draps et aller souffler les bougies avant de revenir sans encombres vers le lit. Je connais l'espace par cœur, évitant de butter dans les piles de livres et autres objets qui envahissent l'espace. Je me laisse retomber dans le lit et sans plus attendre reviens me blottir entre ses bras. Je ne dis rien, plus un mot. Probablement peur que l'épuisement me pousse à en dire trop, à le remercier encore. Je viens simplement poser un baiser au creux de son cou avant de me caler confortablement et de laisser ma respiration se calmer. Plongeant finalement dans un sommeil un peu agité, pas complètement récupérateur, mais bien meilleur que si Alan n'avait pas été là.

Au matin je suis réveillé par les premières lueurs du jour, incapable de continuer à dormir. Je roule doucement sur le côté vers Alan qui me tourne le dos et me blottis contre lui, posant un baiser entre ses omoplates avant de me tirer doucement hors du lit. Je ne sais pas si il dort encore, je le laisse tranquille. J'enfile mon peignoir et disparaît pour me débarbouillé dans le tout petit espace qui me sert de salle de bain. Comme toujours, je frotte quelques fleurs et plantes séchées au creux de ma nuque. Je reviens alors dans la pièce principale et entame de faire chauffer un peu d'eau. Je prépare un mélange de plantes pour une infusion délicate. Je fais de mon mieux pour chasser le stress qui s'insinue en moi. Je secoue la tête comme si je pouvais contrôler ce qu'il s'y passe quand le corps lui réagis à l'inverse. Mains un peu tremblantes qui entament de verser l'eau chaude dans les tasses. J'y plonge les sachets et pose ensuite mes deux mains au bord de l'évier pour m'y accrocher avec force. Respiration qui se fait lourde et profonde pour calmer les inquiétudes. Tout va bien se passer non ?




    This heart of fire is burning proud -Driving through this world unknown, I've built my life on broken bones. Not living for this anymore, You want a fight... I'll bring a war!
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 185
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan - Page 2 EmptyDim 15 Nov 2020 - 19:53
Stolen Omen

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue


L'échange entre les deux amants avait perturbé la Bête, mais également perturbé Alan. Celui-ci se retrouvait coincé contre un mur, le même qu'il avait connu lorsqu'il s'était épris de Mrs Mork. Il ne voulait pas abandonné cet éphèbe qui avait une psyché complexe, un challenge délicieux pour le collectionneur qu'il était. Mais en plus de ça, il y avait une tendresse sincère qui s'était dégagée de leur échange, beaucou plus doux que la première fois. Si Alan avait rêvé de retrouver les bras graciles du jeune homme, il ne s'attendait pas à ce que leurs retrouvailles aient une forme comme celle-ci. Sans chercher à discuter, le galeriste s'était endormi d'un sommeil de plomb, aux côtés de l'acrobate qui s'était lové contre lui. Une situation agréable, qui dépeignait avec ce qu'avait pu vivre Alan quelques années plus tôt. Et dire qu'il avait vécu en ermite, enfermé dans ce paquebot sans voir personne, avant d'affronter le terrible Guile. Et le voilà de nouveau serein, propre sur lui, retrouvant sa fierté d'antan – plus grande même que celle d'antan !

Il y avait une certaine appréhension, comme une boule dans la gorge que l'on ressent quand on se retient de pleurer. Alan avait une gêne similaire, fronçait les sourcils dans son sommeil en pensant au lendemain. Car ils partiraient en mission et alors, leurs vies allaient être mise en jeu. Il s'agissait d'un plateau d'échec qui cette fois-ci, n'enthousiasmait pas le cinquantenaire, car sa pièce maîtresse se trouvait en jeu. Kaz allait participé à tout cela et il y avait de grandes chances pour que le jeune homme ne puisse pas être constamment dans le champ de vision d'Alan...

Au petit matin, c'est seulement le baiser de Kaz qui réveilla Alan, blottit contre un oreiller qu'il serrait contre lui. Une image amusante compte tenu de sa haute stature et de son corps massif. Il se tourna, le visage ensommeillé vers le jeune homme qui sentait le frais. Alan esquissa un sourire en coin mais fronça ensuite les sourcils. Le bel éphèbe semblait préoccupé. Pensait-il lui aussi à ce qui allait arriver, ou réagissait-il ainsi à cause de leur échange de la veille ? Il le vit s'éloigner vers la cuisine et s'accrocher à l'évier... Alan se releva du lit du jeune homme, encore nu de la veille et s'approcha derrière lui pour l'enlacer. Il fourra son visage dans les cheveux en bataille du bel acrobate puis glissa à son oreille pour lui déposer un baiser dans le cou.

Relâchant légèrement son étreinte, tourna Kaz en le tenait par les épaules pour qu'il lui fasse face, avec une certaine douceux qui se voulait rassurante. « Tu penses à notre bataille. » Confirma-t-il comme si son inquiétude se lisait sur son visage. Il pressa son front contre le sien, l'espace d'un instant, sa main verrouillée sur sa nuque, puis quitta cette étreinte pour partir à la recherche de son caleçon, perdu dans l'enchevêtrement de vêtements et de couvertures de la veille. Leur bataille à eux. Après l'avoir enfiler, ainsi que son pantalon, le cinquantenaire resta ainsi, torse nu. On lisait sur son corps quelques rides qui traduisaient de la réalité de la vie du temps qui passe, conservé tout de même par une stature imposante, un corps sous tension quasiment constante et une hygiène de vie respectable. On pouvait également observer quelques cicatrices, ici et là, qui traduisaient de la vie de survivant qui était commune à un grand nombre d'entre désormais.

« Ce sera dangereux, c'est une réalité Kaz, mais tu n'as pas à t'en faire... » Dit-il alors simplement pour briser le silence en revenant de l'espace chambre, encore pieds nu, pour revenir vers le jeune homme avec sa mine habituelle, sérieuse mais sereine. Un plein contrôle de la situation, voilà ce que tentait d'avoir Alan ; même si au fond de lui, quelque chose le terrifiait : il avait peur que son éphèbe ne se brise dans la bataille.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 173
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan - Page 2 EmptyDim 15 Nov 2020 - 22:24

Stolen Omen -- Hope born in a time that's broken. I pray to the heroes of the damned. I sing with dark devotion a song for what's behind our masks. I can't feel false ideals. Another fool that's blind to what's real.I sing for the hope that's broken, they live for a stolen omen.

Les doigts sont accrochés au bord l'évier, à s'en faire blanchir les articulations. Je ferme les yeux fort, si fort que ça fait un peu mal et pour ne les rouvrir finalement que lorsque la chaleur du corps d'Alan se pose contre mon dos. Je les ouvres pour fixer le fond de l'évier et je voudrais relâcher la pression, mais je n'y parviens tout simplement pas. Un baiser qui se pose contre mon cou et provoque un frisson qui n'aide en rien à y voir clair dans la lutte qui se passe au fond de la tête, au fond du ventre, du cœur aussi. C'est à se demander comment j'ai pu survivre jusque là, quand les émotions se retrouvent a vif à cause d'un don que je n'ai jamais totalement appris à maîtriser. Ses mains se posent sur mes épaules et font tourner mon corps. Pas sans que je n'émette une légère résistance avant de céder.

Tu penses à notre bataille.

Un rire faux, un peu cynique quitte ma gorge. Il pose son front contre le mien, je serre la mâchoire et lutte pour ne pas venir chercher ses lèvres avec une avidité dévastatrice. Quel combat au juste. Le notre ? Celui qui nous attend ? Et pour venir continuer de polluer mon cerveau embrumé viennent s'ajouter toutes les questions que j'ai voulu faire taire hier soir. Je m'accroche, m'attache, beaucoup trop vite, beaucoup trop fort à Alan. Ce n'est absolument pas ce que j'avais prévu et je me surprends un instant à détester cet état de fait. Surtout lorsqu'il s'éloigne, casse l'étreinte et me laisse seul à faire un pas en arrière pour m'accrocher au meuble derrière moi. Dans le soin de mon regard, je vois qu'il bouge, qu'il s'habille, pourtant je continue de fixer un point invisible devant moi. Est-ce que c'est une bonne idée que je vienne avec eux ? Est-ce que j'ai bien fait de rejoindre le groupe? Est-ce que je vais être à la hauteur ? Je me mords l'intérieur de la bouche si fort que je peux sentir le goût du fer. Je sais que lorsque je me retrouve dans le feu de l'action je suis capable de puiser en moi des forces qui ne me ressemblent pas forcément. De fermer les vannes pour me focaliser sur l'essentiel et agir comme il le faut. Je sais que j'en suis capable, mais je me perds toujours dans les doutes de savoir si je vais me faire défaut à moi-même... aux autres. Piège de cette empathie qui fait sonner les espoirs et les peines bien trop fort en moi.

Ce sera dangereux, c'est une réalité Kaz, mais tu n'as pas à t'en faire...

Pas à m'en faire. Je retourne la phrase la décortique, l'analyse. Me la répète en boucle et plus je le fais plus cela perd du sens. Les mots qui se mélangent, se déforment. Je me retourne brusquement pour aller chercher une clope que je coince entre mes lèvres pour l'allumer. Je m'y accroche aussi à ce tube destructeur qui emplit mes poumons de fumée. Souffle devant moi, fait quelques pas, reviens en arrière et m'empare de la tasse de Alan pour la poser deson côté de la table dans un geste un peu trop brusque. De l'eau bouillante qui se repend sur ma main et me fait reculer d'un geste brusque. Je ne parviens pas à me calmer. Peut-être que j'ai besoin d'exploser pour pouvoir repartir à zéro. Très certainement. Je m'en veux déjà pourtant, parce que ni lui ni moi n'avons besoin de ça. Je la sens pourtant, cette vague de peur qui vient de s'insinuer en lui. Le rapport que ça a avec moi et la responsabilité que ça pose indirectement sur mes épaules. Tout comme sur les siens en vérité parce que moi aussi, je ne pense pas pouvoir tolérer qu'il lui arrive quelque chose. Regrettant déjà l'attachement que je place ne lui. Les autres aussi. Milow en premier, mais le reste de la faction aussi. Ça continue de se serrer dans mon ventre. Je coince la clope entre mes lèvres et me jette sur un jeu de tarot.Je balance les cartes en carré devant moi avant de mener une main qui passe nerveusement dans mes cheveux. Le doigt qui se pose violemment sur une carte puis l'autre avant de lever les yeux vers Alan et de prendre un ton que j'aurais voulu pouvoir éviter.

Comment tu peux dire que je ne dois pas m'en faire quand les cartes ne savent pas elles-mêmes si les éléments sont en notre faveur? Quoi qu'il en soit, il y aura des blessé, des pertes...Des âmes qui vont souffrir parce que d'autres s'éloignent.

D'un geste rageur j'envoie valser les cartes au sol pour faire quelques pas vers lui. Lui faisant face en relevant le menton alors qu'une main remonte sur le côté de mon visage pour venir me torturer la tempe. Je trouve ça dégueulasse de ma part de faire preuve de faiblesse comme ça devant lui. Peut-être que en réalité je cherche simplement à me protéger. Le faire fuir, pour tout perdre par ma faute avant de perdre pour des raisons qui me dépassent. Je pense que la tendresse de notre échange de la vieille n'arrange en rien les choses même si je continue de chérir cet instant au fond de moi. Je pose mon regard dans le sien et viens chercher brusquement sa main que je pose sur ma tempe, mon cœur ensuite avant de la relâcher subitement et de faire un pas en arrière.

Ça tourne pas rond chez moi. J'ai un problème. Je ressens beaucoup trop ce que les gens ressentent...ça me bouffe, ça me parasite.Putain d'empathie. Comment j'ai pu survire jusque là avec toutes ces émotions bien trop fortes on se le demande hein ?

Nouveau rire cynique qui quitte mes lèvres alors que je me laisse retomber lourdement sur une chaise et laisse tomber ma clope dans la tasse encore fumante de Alan. Tu parles d'un sabotage ! Je relève les yeux vers lui et pointe un doigt devant moi en signe d'avertissement.

Je te promets que si un jour tu utilises ça contre moi, je ne te le pardonnerai jamais !

Mon regard se fait furieux et presque implorant à la fois. Voilà, entre hier soir et ce matin, il a pu voir les dégâts. Ce putain de roller coaster d'émotions fortes qui m'accompagnent au quotidien. Que c'est difficile à gérer pour moi, mais pour tous ceux qui m'approchent d'un peu trop près aussi. Alors, dans un signe d'impatience, je regarde la porte puis je reviens vers lui. Comme si j'attendais qu'il parte. Ma main qui vient se crisper sur le tissu de mon peignoir, parce que tout ce à quoi j'aspire finalement, c'est lui.




    This heart of fire is burning proud -Driving through this world unknown, I've built my life on broken bones. Not living for this anymore, You want a fight... I'll bring a war!
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 185
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan - Page 2 EmptyDim 15 Nov 2020 - 22:55
Stolen Omen

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue


Être en proie aux doutes n'était pas une habitude pour le galeriste. Toute sa vie avait été sous contrôle. Seule la super-violence dont il faisait preuve parfois parvenait à mettre un peu d'incertitudes dans sa vie. Mais le cinquantenaire assistait là à une véritable crise de la part du tatoué qui n'arrivait visiblement pas à se calmer. C'est ainsi qu'Alan se glissa dans la peau de l'observateur né qu'il était. Il plissa les yeux et observa le bel éphèbe s'agiter comme un moustique. Il y eut d'abord le coup de la déambulation, un grand classique qui n'étonna pas vraiment Alan. Seulement, il avait l'impression de voir son bien le plus précieux risquer de se briser. Il fronça ensuite les sourcils en le voyant sortir ses cartes de tarot. Qu'espérait-il trouver là-dedans exactement, pensa le cinquantenaire en haussant l'un de ses sourcils en tapotant des doigts sur la petite table de la kitchenette.

« C'est un risque oui... » Répondit Alan d'une voix calme, posant sa main à plat sur la petite table après un moment, se stoppant net dans son discours lorsque Kaz envoya valser les cartes à travers la pièce. Plus Kaz paniquait, plus le calme d'Alan se trouvait perturbé. Lentement alors, il se leva de sa chaise et s'avança d'un pas vers le jeune homme. Ce dernier se lamenta davantage sur son état, sur ce qu'il était. La Bête en Alan gronda d'un air renfrogné et sembla tourner le dos au couple. Alan faisait son maximum pour le refouler et garder le contrôle de ses émotions. Le contrôle. Impérativement. Le cinquantenaire l'observa les sourcils toujours froncés. « Arrête. » Ordonne Alan d'une voix très calme avant que Kaz ne se laisse tomber sur une chaise. Alan s'avança d'un pas. Plusieurs options s'offraient à lui. Comment faire pour lui faire comprendre que ses inquiétudes ne seraient pas fondés, tant qu'ils traversaient cela ensemble ?

La dernière parole autoritaire du jeune homme fit réagir Alan qui saisit alors Kaz par les épaules, le soulevant alors de la chaise sur laquelle il était assis. Il eut un mouvement des poignets pour le secouer entre ses mains, d'un geste sec, un seul. « Arrête. » Le geste lui avait fait basculer la tête. Alan se rendait compte de son geste, brut, sec, autoritaire et bien sombre. Quand il s'en rendit compte, le galeriste desserra très légèrement l'étreinte de ses mais puissantes sur les épaules de Kaz sans pour autant le lâcher. Il l'avait presque collé contre le meuble de la cuisine avec la force qu'il possédait. Les prunelles sombres d'Alan brillèrent, plongées dans le regard bleuté et implorant du bel éphèbe.

Les dents serrés, Alan rapprocha son visage du sien et colla ses lèvres contre les siennes. Sauvage, il serra un peu plus son étreinte, ses deux mains toujours cramponnées aux épaules du jeune homme. S'il ne parvenait pas à le calmer calmement, alors il y arriverait peut-être par la force. Cependant, quand il donna cette secousse des bras qui vibra dans le corps de l'éphèbe, la Bête en lui s'était mise à gémir. Décollant ses lèvres des siennes, un goût de fer dans la bouche, Alan desserra son étreinte et lâcha les épaules de Kaz à la recherche de ses mains, entrelaçant ses doigts aux siens, mêlant une certaine douceur et une rage d'affection qui semblait brûler entre eux. Si Kaz avait une faculté à ressentir les choses, ressentirait-il le courant électrique passer entre leurs mains jusqu'à leurs entrailles ? « Ton empathie et ta transparence te rendent unique. Ne t'avise jamais de devenir comme les autres. Si tes cartes te disent qu'il y aura des pertes c'est qu'il y en aura. Il y en aura forcément. Mais surtout pas toi, surtout pas moi. Je m'en assurerais. »

Les paroles d'Alan étaient presque sèches mais déterminées. Le galeriste passa l'une de ses mains en revers sur la joue de Kaz et acquiesça, sûr de lui. Il relâcha son autre main et resta là, droit comme un i, toisant le jeune homme d'une bonne tête de plus que lui, détaillant les traits de son visage gracile qu'il automatiquement lui rappelait leurs échanges précédents, chauds et délicieux. Alan ne pouvait pas perdre cela, impossible.



APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Stolen Omen Ft Alan -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: