The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
Nike : 30% sur les promotions (produits déjà soldés)
Voir le deal

Partagez
- Stolen Omen Ft Alan -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 173
Age IRL : 35
MessageSujet: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan EmptyMer 4 Nov 2020 - 18:04

Stolen Omen -- Hope born in a time that's broken. I pray to the heroes of the damned. I sing with dark devotion a song for what's behind our masks. I can't feel false ideals. Another fool that's blind to what's real.I sing for the hope that's broken, they live for a stolen omen.

Il y a des jours avec et des jours sans. D'abord, plusieurs jours à rester enfermé dans mon antre, le temps de digérer un peu. D'assimiler la situation tout en ignorant le reste du monde, me perdre dans mes livres. D'autres mondes, d'autres vies. Je suis trop sensible, j'ai eu besoin de ce temps tout seul. Pas la force de me laisser gagner par les émotions des autres qui pourraient parasiter les miennes. Non c'est en me retrouvant seul avec moi-même que je peux réellement sonder ce qu'il se passe à l'intérieur. Et c'est pas toujours très joli la-dedans. Je ne sais pas si je suis plus triste ou en colère contre le destin pour mes retrouvailles avec Chris. Pas tant résolu à l'idée que son cœur bat plus fort pour quelqu'un d'autre que pour moi. Et je le maudis un peu ce mec sur sa route, pourtant à la fois je ne souhaite que le bonheur de Chris et lorsque la rage se calme un peu, ça laisse place à l'espoir qu'il puisse être heureux et cela même si ce n'est pas avec moi. Je ne suis même pas du genre à me poser, plutôt volage et instable lorsqu'il s'agit des histoires du cœur et du corps. Jamais été du genre exclusif alors je ne comprends pas pourquoi cette fois cela a eu autant d'effet sur moi. Probablement l'accumulation des frustrations, ces putains de «et si » qui tournent en boucle et ne font que accentuer ce goût d'inachevé. Curieux de savoir ce que ça aurait pu donner lui et moi si le sort en avait voulu autrement. Vie sentimentale chaotique, ça j'en ai l'habitude.

Je me suis finalement résolu à ressortir, sociabiliser avec le groupe, les autres. Rien de bien exclusif, si ce n'est avec Chester et Milow. Toujours le regard qui se perd pourtant en direction d'Alan lorsqu'il croise ma route, mais j'ai un peu fuit. Lui, comme les autres. Parce que en matière de parasite pour mes émotions, Alan à probablement la première place et que en sa présence, j'aurais été incapable de prendre du recul. Pourtant, j'y repense si souvent à l'autre soir et au bien-être qui m'envahit lorsque ses bras se referment autour de moi. Alors, je continue à pester en murmurant son nom quand je suis tout seul. Besoin de fermer le livre avec Chris avant de pouvoir réellement en ouvrir un autre et ce qu'elle que soit la forme que pourrait prendre ma relation avec Alan. Et c'était putain de pas prévu de tomber sur Chris comme ça. Je ne l'ai pas vu venir, pas senti arriver. Défauts des sens et des prédictions.

Aujourd'hui ça ne va pas. Et pourtant c'est mon anniversaire alors ça devrait aller non ? Je pousse un grognement en me roulant en boule sur mon lit. Je devrais participer aux préparatifs du départ de la faction. J'ai même pas encore décider si je veux partir avec eux. Je pense que oui, c'est ce que je leur ai dit, mais je redoute un peu. Et en vérité savoir que Alan va partir, sans l'avoir revu ça me rends doucement dingue. Comme une urgence au fond du ventre qui s'installe et me torture les entrailles. Je me traîne toute la journée, ne sachant pas trop quoi faire. Rituel pour porter chance au groupe, ça oui c'est certain. Plutôt deux fois qu'une et les traces du rituel restent à trôner sur la table centrale. Espoir aussi que quelqu'un soit mené à venir toquer ma porte, mais seule le silence résonne et en fin de journée, je m'écroule du trop plein d'émotions. Oh ça m'arrive, c'est pas une surprise et j'ai aucun mal à laisser tout couler hors de moi. C'est comme ça qu'on purge, qu'on reprend à zéro. Faut pas oublier de boire, c'est tout. Pensée pour Chester qui me conseillerait de rester hydraté quand les yeux sont rouges et que les larmes perlent aux joues.

Le jour touche à sa fin lorsque je me décide enfin. Parce que en regardant vers l'extérieur, je le vois passer par là. Devant chez moi, pour retourner chez lui. Que le cœur s'accélère, que l'urgence reprends sa place. Je me précipite alors vers la porte et l'ouvre de plein fouet sur son passage. S'il ne le prend pas comme une invitation alors putain c'est que le destin s'acharne réellement contre moi. Dans mon peignoir de satin, noir et couvert de grandes fleures de toutes couleurs, je cours et me laisse tomber sur mon lit dans une position des plus théâtrale. Drame romantico Shakespearien qui se déroule entre moi et moi-même dans cette caravane. Tête qui retombe à moitié vers le bas. Jambe relevée et posée sur mon genou et bras qui tombe du lit, flottant dans le vide. Je relève la tête, pour voir si il approche. Grogne parce que ça prend trop de temps. C'est lui qui devait revenir, je l'avais demandé. Et je m'apprête à me relever pour le poursuivre et lui faire part de ce que je pense quand une ombre se dessine dans l'encadrement de la porte. Je déclare alors d'un ton boudeur et exigeant.

Ou est mon cadeau d’anniversaire ?

Je sais très bien qu'il ne connait pas ma date d'anniversaire. Je ne pense pas l'avoir mentionnée devant lui. Je rigole doucement tout en gardant la pause. Sauf que si il s'approche, à la lueur de bougies, il n'est pas du tout difficile de constater que j'ai les yeux rouges. La mine du mec qui à pleurer beaucoup trop longtemps. Les yeux gonflés, le teint un peu rouge et ça contraste solidement avec l'allure que je mets beaucoup trop d'effort à me donner.




    This heart of fire is burning proud -Driving through this world unknown, I've built my life on broken bones. Not living for this anymore, You want a fight... I'll bring a war!
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 185
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan EmptyMer 4 Nov 2020 - 22:24
Stolen Omen

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue


Les remous tumultueux entre Kaz et Alan n'avaient rien à voir avec les événements à venir. La Bête n'y pensait plus et se trouvait davantage occupée à penser à ce qui se préparait pour le lendemain. Il y aurait bientôt une bataille. Alan aurait alors tout le plaisir de laisser parler sa super-violence, tout en prenant garde à ses actions. Mais le galeriste savait qu'il aurait la liberté se laisser parler son côté bestial. La négociation, la patience et le sens des affaires n'auraient rien à voir dans ces événements. Alan n'avait pas assez de poids pour influencer un gros poisson comme New Eden et il le savait. Bien sûr, son égo en avait pris un coup, mais il acceptait de faire partie du groupe sans pour autant prendre le commandement de quoi que ce soit. Cette attitude collait parfaitement à un Alan qui n'avait pas encore été frappé par les mésaventures en Post Apocalypsia. À l'époque, il avait été trop tentant pour le grand brun de prendre la tête de tout un groupe de survivant, pour se sentir puissant, une fois de plus. Mais la vie s'était chargée de lui faire comprendre que toucher le pouvoir de trop près lui avait brûlé les ailes. Comme Icare, Alan était retombé de son ascension lentement mais sûrement, en voyant petit à petit sa place dans la société et sa vanité en prendre un coup.

Au sein des Expendables, Alan avait sa place, rien qu'à lui et se délectait de passer tantôt le costume de l'homme d'affaire, tantôt le masque de la Bête sanguinaire, assoiffée de sang et avide de voir les gens mourir sous sa main, sans culpabilité. Savoir cependant que sa Muse pouvait participer à un tel massacre ne lui plaisait pas, mais de toutes manières, Alan n'avait pas le temps d'y penser. Tout simplement parce que sa Muse lui avait fait faux bond. Un soir, Alan avait voulut venir à lui : il s'était présenté à la porte de sa caravane, habillé d'un de ses élégants costumes, un ouvrage du Marquis de Sade à la main. Il comptait le lui offrir, mais Kaz n'était pas chez lui. Le cinquantenaire, homme de charme et de respect, n'avait pas cherché plus loin et sans se sentir vexé, avait rebroussé chemin le livre sous le bras, rentrant dans son antre sans retenter l'expérience. Tant pis pour lui, pensa le grand brun avec un brin de regret dans l'esprit. Parfois, il repensait à leur échange du début du mois et le fait de ne pas y avoir goûté de nouveau le frustrait.

En revenant de chez Bruce, pour lui rendre un moule à gâteau désormais vide et nettoyé, Alan plissa des yeux et vit de l'activité dans la caravane de Kaz devant laquelle il passait. Au même moment, un mouvement se fit et la porte de cette dernière s'ouvrit à la volée. Alan eu à peine le temps d'apercevoir le bel éphèbe avant que celui-ci ne disparaisse à nouveau à l'intérieur. Arquant un sourcil, le galeriste ne comprit pas tout de suite, regarda autour de lui et ne vit personne. Est-ce qu'il l'épiait ? Alors, Alan entra dans la caravane de Kaz après un petit moment pour le découvrir, affalé dans son lit, habillé d'un peignoir, le même avec lequel il s'était drapé après avoir été sous la pluie, quelques mois plus tôt. « Je suis venu la dernière fois t'offrir quelque chose, mais tu n'étais pas là. » Annonça Alan d'un ton neutre en arquant un sourcil, lorgnant quelques instants sa tenue et sa position suggestive. Il remarqua également ses yeux bouffis et rougis. Avait-il pleurer ? Alan s'approcha et s'accroupi sur le lit, saisissant des deux mains le visage de Kaz, tout près du sien. Il le scruta précisément, chaque centimètres carré de sa peau fût inspectée. Bien sûr, la Bête en lui eut un grognement de satisfaction à l'idée de l'avoir ainsi entre ses mains, mais la logique d'Alan fût toute autre. Il passa ses pouces en dessous de ses yeux gonflés et afficha un mine à la fois désolée et sévère.

« Pourquoi ce visage ? » Demanda-t-il simplement sans préciser le fond de sa pensée. Pourquoi avait-il pleuré, pourquoi avait-il attendu pour retrouver les bras d'Alan, pourquoi arrivait-il maintenant, le jour de son anniversaire vraisemblablement, dans une telle tenue ? Qu'attendait-il vraiment d'Alan à vrai dire ?



APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 173
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan EmptyVen 6 Nov 2020 - 2:49

Stolen Omen -- Hope born in a time that's broken. I pray to the heroes of the damned. I sing with dark devotion a song for what's behind our masks. I can't feel false ideals. Another fool that's blind to what's real.I sing for the hope that's broken, they live for a stolen omen.

L'ombre devinée se dessine en approche et j'évite volontairement de le regarder. Pas certain d'assumer l'urgence avec laquelle j'ai ouvert la porte à son passage. Entre l'appel à l'aide et l'appel à l'attention aussi. Je n'assume pas totalement non plus l'état dans lequel je me trouve. Est-ce qu'il est vraiment la bonne personne pour me découvrir comme ça ? Les questions évidentes que cela peut soulever et ce que peuvent contenir les réponses. Au fond de moi, je pense que oui en vérité il est la seule et unique bonne personne avec qui en parler. Parce que avec Alan, y a le jeu, y a le désir mais il y a aussi ce putain de côté protecteur, presque paternel qui vient secouer en moi les frustrations laissées pas un père pas assez attentif à mon goût. Le fait que je sens en lui le pouvoir d'une maturité et d'un recul que l'âge ne m'offre pas encore. Alors, oui, finalement, c'est bien que ce soit lui qui me trouve dans cet état. Même si je ne sais pas encore si je vais lui raconter, si c'est une bonne idée. Je caresse l'espoir qu'il ne soit pas du genre à se montrer jaloux pour si peu parce que on a rien signé tous les deux. Si ? Qu'il doit bien se douter que je suis du genre volage, pas l'oiseau qu'on met en cage. Non ? Je me mords l'intérieur de la bouche tout en gardant la pose. Je ne devrais pas me poser autant de questions. Me contenter d'être moi sans concessions, c'est ce que je fais le mieux au final. Alors, je les chasses les interrogations et m'accroche à sa voix lorsqu'il prend la parole.

Je suis venu la dernière fois t'offrir quelque chose, mais tu n'étais pas là.

Je me redresse brusquement. Tête qui se relève dans un sursaut. Je ne m'y attendais pas à celle-là. Il est donc venu quand je n'étais pas là. Et va savoir où j'étais. Avec Chris ? Chester ? Milow ? Probablement l'un des trois. Et il y a une petite flamme qui se réveille au fond de mes tripes de savoir qu'il a fait le pas de venir même si je n'ai pas été là pour le voir. Léger sourire qui étire mes lèvres roses d'avoir été mordues entre deux sanglots. Je lui réponds alors avec empressement.

C'était quoi le cadeau ? Pourquoi tu ne l'as pas laissé ? J'y aurai droit tout de même.

Je secoue vigoureusement la tête Trop de questions Kaz, trop de questions. Ma voix est enrouée, elle ne sonne pas comme d'habitude. Plus grave, plus rauque aussi. Il s'approche et je me redresse un peu plus, comme un appel à son contact. Oubliant presque les traces sur mon visage quand il s'en empare entre ses mains. Mes joues qui appuient le contact contre ses paumes. Il observe, scrute, ce qui est pourtant évident sur la peau et le contour des yeux. Je me laisse faire, relevant tout de même un sourcil juste pour la forme. Et le poids de ma tête se laisse aller entre ses mains lorsque ses pouces passent sous mes yeux qui s'accrochent aux siens.

Pourquoi ce visage ?

Je pousse un profond soupire et me détache de ses mains dans un geste lent. C'est le moment de décider si je dis la vérité. Et je n'hésite pas une seconde finalement à être honnête. Je ne suis pas du genre à mentir. Non, pas du tout. Alors, dans un nouveau geste théâtrale, je me laisse retomber sur le lit. Le revers de la main qui se pose sur le front dans un gémissement boudeur. Oui j'en fais toujours trop, il faut savoir faire avec. J'entrouvre un œil pour le regarder avant de le refermer aussi rapidement et de lâcher dans une plainte.

On m'a brisé le cœur. Voilà pourquoi !

Un moment, je suis tenté de rire parce que je me demande si il va prendre ça pour lui. Je n'y crois pas, mais ce serait plutôt cocasse. Je me retiens pourtant de rire parce que ce n'est pas drôle en vérité. Et que sous ma main, c'est une nouvelle larme qui perle au coin de mon œil. Ok fini, de sortir le grand jeu. Au moins un peu. Je quitte la pose et le repousse pour qu'il puisse s'asseoir correctement sur le lit. Je viens me glisser sur ses genoux. Insistant dans un grognement pour qu'il referme ses bras autour de moi, mais ne sachant pas encore si il va s'exécuter. Mon visage humide qui s'enfouit dans son cou.

Il n'a pas voulu de moi. Alors qu'on s'aime pourtant à notre façon, mais il en aime un autre plus que moi. Non, mais tu y crois toi? Qu'il ne veuille pas de moi?

Et comme toujours en totale contradiction avec les larmes, je laisse échapper un petit rire qui s'étouffe dans un grognement. J'ai beau jouer les grands dramaturges, j'ai mal quand j'y pense. A Chris dans les bras de ce mec sorti de nulle part et que je ne connais pas. Pourtant, j'y crois aussi que si le destin n'a pas voulu de Chris et moi c'est qu'il doit y avoir une bonne raison. Ma main se referme sur le tissu de la chemise de Alan, priant secrètement pour qu'il ne m'envoie pas sur les roses.




    This heart of fire is burning proud -Driving through this world unknown, I've built my life on broken bones. Not living for this anymore, You want a fight... I'll bring a war!
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 185
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan EmptyVen 6 Nov 2020 - 10:45
Stolen Omen

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue


Alan avait toujours bien su s'occuper des personnes qu'il désirait garder près de lui. La plupart du temps, il était celui qui se lassait de ses Muses. Mais comment pouvait-il se lasser de Kaz Hargraves ? À la mention du cadeau, un sourire en coin occupa quelques instants les lèvres du galeriste. Puis, il secoua la tête. Pas question d'obtenir ce cadeau si facilement, laissé au pas dela porte. « Tu n'étais pas là. Je voulais te l'offrir correctement. » Expliqua simplement alors le grand brun d'une voix neutre en haussant les épaules comme simple réponse gestuelle. Mais le visage rougi de Kaz intéressait Alan plus que ce cadeau qui pourrait parfaitement attendre leur retour de mission. En l'observant opérer une posture parfaitement jouée du tragédien qu'il était, Alan esquissa un demi-sourire presque amusé. Le regard, la gestuelle et ses membres graciles avaient manqué à Alan, et ce dernier venait de s'en rendre compte. Quand le bel éphèbe fit mine d'ouvrir un oeil pour voir si le cinquantenaire avait le regard posé sur lui, Alan leva un sourcil en penchant légèrement la tête. Il attendait d'en savoir plus pour réagir ou faire quoi que ce soit d'autre.

« Oh vraiment, brisé le coeur ? » Fit mine de s'étonner le négociateur en levant franchement les deux sourcils, répétant la confession du jeune homme. Qui avait fait cela ? Est-ce qu'il s'agissait d'une autre de ses élucubrations ? Le rire de Kaz prêtait à confusion mais quand Alan vit une larme couler malgré tout sur sa peau d'albâtre, il consentit à s'approcher et s'asseoir sur le lit. Sans vraiment qu'il s'en rende compte, il accueillit le corps du jeune homme tout contre lui. Ce dernier n'eut pas besoin d'en demander beaucoup plus pour qu'Alan l'enserra de ses bras dans une étreinte réconfortante mais aussi agréable pour le galeriste. Il détenait entre ses mains sa Muse, si fragile et souple à la fois, qui sans qu'il ne force, se livrait à lui. Alan appuya sa tête contre lui quand il sentit son visage s'enfouir dans son cou et porta une main sur une cuisse d'une jeune homme, l'autre dans son dos à opérer quelques mouvements longs et circulaires. Il s'autorisa à glisser cette même main sous son peignoir pour pouvoir opérer les mêmes mouvements mais au contact délicieux de sa peau, qu'Alan venait toucher et réchauffer de la paume de la main.

« Qui ça ? » Murmura d'un ton rassurant Alan au creux de l'oreille de Kaz, tout en poursuivant ses mouvements, avant d'arrêter pour reculer son visage afin de pouvoir scruter le sien. Il regarda un instant son regard azur et esquissa un sourire à la fois amusé et désolé pour lui, avant de passer son pouce sous ses cernes pour chasser les larmes qui gagnaient du terrain. « Si cette bête galeuse n'est pas capable de mesurer sa chance, que veux-tu y faire ? » Les yeux bruns, presque noirs d'Alan se posèrent sur Kaz et un sourire en coin naquit sur son visage, tandis qu'il venait passer une main dans les cheveux du jeune homme qu'il ramena en arrière proprement, avec soin, comme s'il tenait entre ses mains un objet précieux.

« C'est à cause de ça que tu m'avais oublié ? » Demanda alors le galeriste en réprimant un rire espiègle qu'il dissimula derrière un sourire toujours charmeur, quittant les cheveux de Kaz vers sa taille.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 173
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan EmptyDim 8 Nov 2020 - 1:21

Stolen Omen -- Hope born in a time that's broken. I pray to the heroes of the damned. I sing with dark devotion a song for what's behind our masks. I can't feel false ideals. Another fool that's blind to what's real.I sing for the hope that's broken, they live for a stolen omen.

Oh vraiment, brisé le coeur ? 

Je hoche la tête en confirmation. Je suis tenté de le pincer parce que un instant, je me demanderais presque s'il ne se moque pas de moi. Je me retiens parce que lorsque je me glisse près de lui, il m'accueille entre ses bras et que ça me fait du bien. De m'y blottir. Un peu trop de bien même pour que ça ne me fasse pas grogner intérieurement. Je ne voudrais surtout pas développer une dépendance à ce genre de contact avec lui, alors ça lutte en moi. Mais ses mains qui se posent sur moi ont bien vite fait d'endormir le combat et mon corps se détend sous les caresses et la chaleur de sa peau. Je me laisse cajoler sans pour autant prendre le soin de rendre quoi que ce soit en retour. Mon visage simplement appuyé contre sa gorge alors que je pousse un soupir.

Qui ça ?

Je pousse un grognement. Est-il sage de prononcer son nom ? De déballer mes secrets au grand jour ? Je ne sais pas trop. Le regard d'Alan se pose sur moi et le bleu qui continue de se noyer de larmes se pose sur lui en retour. Le laissant faire lorsqu'il chasse ces mêmes larmes, n'évitant pourtant pas que d'autres viennent reprendre leur place.

Si cette bête galeuse n'est pas capable de mesurer sa chance, que veux-tu y faire ? 

Et cette fois je me tends pour lui mordre la gorge. Assez pour que ça fasse un peu mal, mais pas en mode chien enragé non plus. On ne parle pas de Chris de cette façon. Ok c'est un peu ce que je cherchais. Qu'il souligne le fait que Chris ne connait pas sa chance et que probablement il fait une terrible erreur. Non je n'exagère pas ! Mais ce n'est pas pour autant qu'il a le droit de le traiter de bête galeuse. La colère il la chasse pourtant trop vite en passant sa main dans mes cheveux.

C'est à cause de ça que tu m'avais oublié 

Ce rire qu'il laisse échapper est au moins aussi charmant qu'exaspérant et je m'empresse alors de lui répondre en calculant mes mots.

Chris. Je ne sais pas si tu le connais. C'est un des Bastards. T'sais ceux qui gèrent la cage. On s'est rencontré il y a trois ans et il n'était pas prêt ...

Enfin ce n'est pas à moi d'en révéler d'avantage sur ce qu'il a pu se passer ou non dans la tête de Chris. L'évidence est qu'il découvrait à peine son attirance pour les hommes, que jamais il n'avait exploré tout ça. Que je n'ai pas voulu le brusquer et que ça se résulte finalement par un beau gâchis. Je me demande même si c'est une bonne idée d'en parler parce que de ce que j'ai compris le nouveau mec de Chris n'assume pas trop et je ne voudrais pas que quoi ce soit s'ébruite à cause de moi. Je pense pouvoir faire confiance à Alan, il n'aurait aucun intérêt à parler ce tout ça à qui que ce soit.

Bref, on était amoureux l'un de l'autre, mais il ne s'est rien passé. J'ai attendu comme un con sans rien faire et nos chemins se sont séparés. On s'est recroisé il y a pas longtemps, totalement par hasard. Et j'y ai cru, que ce serait enfin le moment pour lui et moi sauf que depuis il a rencontré un autre mec...et il l'aime plus qu'il m'aime moi. Pourtant, Chris, il est vraiment différent de tous les autres...

Ses dernières paroles qui sonnent comme une vérité aussi bien que comme une vengeance pour le fait qu'il ait osé insulté Chris. Sous-entendre que d'un côté il y a Chris et de l'autre, tout le reste du monde. Donc lui y compris. Je ne vais pourtant pas en rester là parce que il me reste à répondre à sa dernière question et comme si souvent je m'apprête à faire preuve d'une honnêteté et d'une spontanéité déconcertante.

Je ne t'ai pas oublié !

Je pose un baiser sur le côté de sa mâchoire.

Mais j'avais besoin de prendre du temps pour digérer tout ça. Je ne suis pourtant pas du genre à me focaliser sur une histoire. Je suis persuadé que se limiter à une seule personne, c'est un des concepts les plus cons de l'histoire de l'humanité.

Pourtant, c'est beau. De tout donner à une seule personne. Parfois je me demande même si je n'y aspire pas un peu et c'est probablement pourquoi ça me fait si mal ce qu'il s'est passé avec Chris. Parce que pour lui je pense que j'aurais été capable de renoncer au reste. Mais je suis jeune, je refuse de ne pas laisser mon cœur battre à chaque occasion qui s'offre à lui. Pour une nuit, une semaine, un mois. Parce que les gens ont tant à offrir lorsqu'on creuse un peu et que ce serait dommage de se priver d'apprendre à leur contact. Deux personnes ne pouvant jamais apporté la même chose à une autre. Et je sais bien que ma vision des choses ne convient pas à  tout le monde. C'est un tout autre débat.

C'est pas encore digéré d'ailleurs, ça va juste un peu mieux. Assez pour que j'aie envie de me rappeler que je me sens bien dans tes bras même si putain ça me fait chier.

Je ronce les sourcils et secoue la tête. Pas envie de le voir prendre plaisir à entendre ce que je viens de dire. Je ne sais pas pourquoi je lutte autant. Pourquoi tout ça, ça me fait un peu peur au final. Alors, je lève mon index comme pour le menacer avant de pouffer d'un rire noyé de larmes. Mon regard se relève vers lui et je m'empresse d'ajouter.

Tu vas me raconter comment c'était quand t'étais amoureux ?

Parce que oui, lorsque j'ai lu sa main, j'y ai vu une histoire qui a compté pour lui et que je serais ravi de l'entendre me la raconter. Curieux plus ravi en vérité. De savoir qui a pu faire battre son cœur, comment et pourquoi. Comment ça s'est terminé aussi.




    This heart of fire is burning proud -Driving through this world unknown, I've built my life on broken bones. Not living for this anymore, You want a fight... I'll bring a war!
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 185
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan EmptyDim 8 Nov 2020 - 16:33
Stolen Omen

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue


Chris... Chris... Maintenant que Kaz en parlait, Alan semblait l'avoir déjà vu. Un garde du corps pour ce bon vieux Bill Roth, pour qui Alan avait une bonne estime. Chris n'était qu'un pion sur l'échiquier, un cavalier tout au plus... Le cinquantenaire esquissa un sourire pour lui-même : Kaz se remettrait parfaitement de cette peine de coeur, il en était persuadé. « Pas prêt... Quel dommage. » Dit-il d'un ton sarcastique et suave, avant de sentir les dents du bel éphèbe dans son cou. « Calme-toi petit vampire... » Répliqua alors Alan en lui saisissant le poignet avant de venir lui caresser l'intérieur de la main. Kaz grognait mais n'aboyait pas vraiment. Ils se cherchaient constamment, depuis leur rencontre et le galeriste devait bien avouer qu'il appréciait plus que tout tenir cette Muse entre ses mains.

À cet instant, le jeune homme semblait être un animal fragile. Mais ce dernier ne se priva pas de souligner l'importance de ce Chris à ses yeux. Alan arqua un sourcil et ajouta un simple « Vraiment ? » ne se sentant absolument pas concerné par son petit pic, qui visait sûrement à décourager Alan de s'attacher à lui. Le sourire d'Alan s'élargit quand Kaz se défendit. Évidemment, le galeriste avait qu'il ne l'avait pas oublié, mais il savait aussi qu'il avait disparu de son champ de vision plusieurs jours durant, qu'intérieurement, la Bête et lui-même avaient été contrarié par cette constatation.

Alan accueillit se baiser en appuyant sa mâchoire contre ses lèvres, avant de rire à sa remarque. « Encore heureux. » De ne pas avoir été oublié, de ne pas avoir été expédié dans l'esprit du brun à la peau d'albâtre. Alan se souvenait des remous de leur échange si intime, profond, brûlant de désir et cela lui avait manqué depuis ces nombreux jours où il n'avait pas eu l'occasion d'y regoûter. « Je suis tout à fait d'accord avec toi. Il y a pourtant des personnes, comme ça, qu'il est impossible de s'enlever de la tête. C'est ainsi et nous devons composer avec. En niant le fait que nous adorons ça. » En cette réponse, le cinquantenaire parlait de ses propres émotions mais aussi de leur relation électrique qui ressemblait à une valse endiablée. Alan savait qu'il ne se lasserait pas encore de Kaz, pas avant un long moment, et cette idée le ravissait tout au fond de lui.

« Ravi que ce soit le cas mon bel ami... » Répondit cependant pudiquement le cinquantenaire en serrant contre lui son amant. Il ne put cependant s'empêcher de rire. « Chier ? Pourquoi donc ? » Alan se pencha sur le visage de Kaz pour déposer ses lèvres sur les siennes, les effleurant pour se faire désirer avant de glisser jusqu'à son oreille et murmurer : « Et pourquoi donc ? » Reculant son visage, se calant au fond de lit avec un Kaz toujours enroulé dans ses bras, Alan lui caressa les cheveux distraitement. Il venait de lui poser une question que personne n'avait jamais posé. Il avait lu en lui cette longue histoire plein de rebondissement, délicieuse et suave, triste et pathétique à la fois. Alan esquissa un sourire en coin et se mit à caresser le flanc du jeune homme à travers le tissus de son t-shirt, avant de glisser sa main en dessous simplement pour avoir un contact avec sa peau.

« J'ai souvent été amoureux dans ma vie... Mais si tu fais référence à ce que tu as lu, c'est vrai que cette histoire est unique en son genre. » Alan embrassa le sommet du crâne de Kaz et continua de le cajoler avant de commencer son récit. « Lorsque j'étais étudiant, j'avais comme professeur Mrs Mork, une délicieuse femme, mûre, belle et surtout cultivée, secrète et riche. Elle avait bien le double de mon âge mais notre désir brûlant l'un pour l'autre ne put s'empêcher d'exploser. Malgré des efforts surhumains pour l'ignorer, il fallait y retourner, encore et encore. » Alan arqua un sourcil, un sourire en coin en plongeant son regard dans les yeux azurs de Kaz et rit légèrement.

« Catherine m'a aidé à grimper sur l'échelle sociale, c'est grâce à elle que j'ai commencé dans le métier. » C'était aussi grâce à elle qu'Alan avait découvert la Bête qui sommeillait en lui... Il avait massacré les étudiants qui s'étaient chargés de se moquer de la réputation de Mrs Mork et avait aimé ça. « C'était une relation délicieuse, pleine de rebondissement et de désir. Une personne incroyable. » Alan continua de caresser Kaz et esquissa un sourire à lui-même. Cela faisait des années qu'il ne s'était pas remémoré son existence. « J'ai revu Catherine pour la dernière fois il y a bien une quinzaine d'années. Elle avait vieillit, elle était fade, mais au fond d'elle, j'ai toujours vu cette étincelle qui tentait encore de briller. Mais la maladie s'est chargé de s'occuper d'elle. Elle m'a donné une part de sa fortune et j'ai pu ouvrir ma propre galerie qui portait son nom. »

Après un petit moment, sans s'en rendre compte, Alan pressa Kaz contre lui comme une véritable étreinte. Alan donnait de l'affection au jeune homme pour le réconforter mais souhaitait une part d'affection pour se soulager l'esprit, troublé par la remémoration de cette histoire. Il souleva légèrement le t-shirt de Kaz pour se donner de la contenance, dessinant des cercles délicieux sur sa peau de la pulpe de ses doigts.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 173
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan EmptyLun 9 Nov 2020 - 23:08

Stolen Omen -- Hope born in a time that's broken. I pray to the heroes of the damned. I sing with dark devotion a song for what's behind our masks. I can't feel false ideals. Another fool that's blind to what's real.I sing for the hope that's broken, they live for a stolen omen.

Et oui quel dommage. C'est bien le cas de le dire. Je hoche faiblement la tête à ses paroles, même si je sens très bien la pointe de sarcasme dans sa voix. Chris ne sait pas ce qu'il rate voilà tout. J'ai beau avoir un grand cœur, me penser au-dessus de tout ça, il y a une part en moi, l'humain probablement, qui ne peut s'empêcher d'espérer qu'il regrettera un peu son choix. Et ça me fait bien chier de penser comme ça, parce que en règle générale je suis plutôt du genre altruiste. Alors, je me punis presque intérieurement de ne pas pouvoir totalement l'être cette fois. Mes dents se referment sur la peau d'Alan et je me laisse aller à rire lorsqu'il me traître de vampire. J'aime assez bien l'image. Je les ai toujours aimées les histoires de vampires et il faut reconnaître le côté particulièrement érotique de ces créatures avides de sang. Il s'empare de mon poignet dans un geste vif qui me met presque en alerte avant que le geste se transforme en caresse. Je me laisse faire. Je profite. Et oui, pas loin du vampire à cet instant, c'est avec une avidité non dissimulée que je tire de lui toute l'affection que je peux.

Et par le « vraiment ? » qui quitte ses lèvres, je vois bien qu'il ne se sent pas concerné. Qu'il ne prend pas ma pique pour lui. Je ne suis pas vraiment pris au sérieux non plus et ça m'irrite terriblement. Je suis une contradiction ambulante. Autant ce besoin qu'il me montre férocement son intérêt que celui qu'il ne le fasse pas du tout. Besoin viscéral de sentir l'approbation dans son regard. Ça me dévore déjà beaucoup trop, mais je me contente de hausser les épaules en grimaçant. Lui accordant tout de même le fait que je ne l'ai pas oublié tout en lui refusant mon intérêt.

Encore heureux

Je grimace à nouveau. Qu'il n'aille pas croire que mon intérêt lui est acquis. Je peux très bien voir une jolie fleur, un joli papillon et être distrait du chemin qui me mènerait à lui. C'est juste que là, non ce n'était pas le cas. Refusant d'admettre pourtant, que j'ai repensé bien trop souvent à ses mains sur ma peau, à ce qu'il m'a fait, à ce que ça me procure d'être au creux de ses bras. Que même le soir, je me suis abandonné à des plaisirs solitaires en y repensant. Oh non je ne vais pas lui faire le plaisir de le lui révéler. Pas par pudeur, uniquement par jeu.

Je suis tout à fait d'accord avec toi. Il y a pourtant des personnes, comme ça, qu'il est impossible de s'enlever de la tête. C'est ainsi et nous devons composer avec. En niant le fait que nous adorons ça.

Je lève vers lui un regard pétillant, teinté d'une pointe de défi que je ne peux me résoudre à effacer. Il est d'accord avec moi, même vison des choses. Et pourtant, je ne peux m'empêcher sans vouloir l'exclusivité, d'avoir envie de me détacher des autres potentiels concurrents. Je suis comme ça. Je ne peux pas lutter contre. S'il mentionne ces personnes qu'il est impossible de se sortir de la tête, j'espère en faire partie. Je pense que c'est le cas, mais je ne veux me montrer trop présomptueux. Seulement qu'il faudrait être con pour ne pas reconnaître que notre attirance mutuelle crève les yeux. Que sça se dessine dans chacun de nos mouvements, de nos échanges.

Ravi que ce soit le cas mon bel ami...

Et je grimace encore. Ne voulant pas admettre qu'il en soit ravi parce que je n'étais probablement pas totalement prêt à l'admettre finalement. Il n'est pas au bout de ses peines avec moi et je me demande s'il sera seulement capable de faire preuve de suffisamment de patience pour gérer mes incohérences.

Chier ? Pourquoi donc ?

La voilà, la question ! Il dépose ses lèvres contre les miennes qui viennent se presser avec un soupçon de violence quand il se contente d'effleurer pour attiser le désir. Et oh le bougre, ça fonctionne. En témoigne le long frisson qui me glisse du haut de la nuque jusqu'au bas des reins. Il glisse jusqu'à mon oreille, souffle chaud sur ma peau et je me tends un instant, le temps qu'il répète sa question avant de pousser un grognement. Et puisque je me suis lancé dans la franchise, je me décide de continuer sur cette lancée.

Parce que je ne sais toujours pas dans qu'elle mesure tu es digne de tout ce que tu provoques en moi. Que ça fait un peu trop d'étincelles, si rapidement qu'il serait stupide de ne pas être un peu effrayé par tout ça.Que je suis con et fier aussi!

Mon doigt vient se poser sur le bout de son nez avant que je tourne la tête pour afficher un air faussement désintéressé. Je lui ai déjà accordé bien trop de confidences pour ce soir. Mon état de faiblesse qui joue probablement en ma défaveur quand j'en révèle bien plus que je ne devrais le faire. Alors, je me mords la langue pour ne pas en plus venir lui accorder un autre baiser. Mon corps suit le sien lorsqu'il entame de prendre une position plus confortable. Main qui caresse mes cheveux, le flanc ensuite, sous le tissu, pour finalement faire céder la barrière. Et même si je fais de mon mieux pour cacher l'émoi, c'est ma peau qui frissonne et trahis cette réaction de chaire de poule à son touché.

J'ai souvent été amoureux dans ma vie... Mais si tu fais référence à ce que tu as lu, c'est vrai que cette histoire est unique en son genre.

Mon visage se relève vers lui, observant son profil alors qu'il entame de raconter une partie de son histoire. Les mots qu'il emploie, la façon dont il pose sa voix et les caresses qu'il m'offre. Je suis aussitôt plongé dans le récit. Gardant religieusement le silence pour ne pas interférer ou polluer ce qu'il raconte. Imaginant un Alan étudiant, plus proche de mon âge actuel que de celui qu'il a aujourd'hui. Plissant les yeux pour chercher à rajeunir les traits du visage qui apparaît en clair obscur devant moi à la lueur des bougies. Et je pourrais rire à voir l'ironie qu'il se retrouve maintenant dans le rôle inverse. Certainement pas une première pour lui que de tenir la moitié de son âge entre ses bras, mais pour moi s'en est une. Je plisse le nez, mais n'interviens pas et reprends un air sérieux quand j'essaye d'imaginer les contours de cette femme de son passé à l'aide de sa description. L'idée que je m'en fais est probablement erronée mais j'ai besoin de visualiser. Alors, comme il dit je l'imagine belle, mûre, distinguée. Il mentionne des efforts pour ignorer un désir intense. Son regard qui se plonge dans le mien et j'affiche un air innocent.

C'était une relation délicieuse, pleine de rebondissement et de désir. Une personne incroyable. 

Je reste interdit. Brûlant d'entendre la suite. Ravi d'en apprendre plus de lui. Et sans même m'en rendre compte, ma main vient se glisser sous le col de sa chemise et descend vers le cœur ou la paume se pose, comme pour voir si ça bat plus vite à l'évocation de ses souvenirs. Les larmes qui ne coulent plus sur mes joues et laissent seulement les yeux rouges pour témoin. Son récit qui bascule finalement sur le déclin douloureux d'une âme. Se faner, vieillir, c'est quelque chose qui me fait peur. Et cela même si la personne la plus fantastique que j'ai eu dans ma vie à toujours été vieille pour moi. Ma grand-mère. Mon cœur qui se sert au fond la cage thoracique quand il évoque la maladie et que me reviens l'image du lit de mort de ma chère et tendre grand-mère. Je me mords la lèvre inférieure chassant les larmes qui pourraient revenir, autant par ce souvenir que par ce qu'il raconte. Je suis beaucoup trop sensible. Maudite empathie qui met mes terminaisons nerveuses à nu. Les bras de Alan se serrent fermement autour de moi et ça s'emballe de partout. Mélancolie de ses souvenirs qui me contaminent et me donne l'urgence de lui rendre cette étreinte avec force. Persuadé que cet échange ne fait que nous rapprocher. Ses doigts glissent sur ma peau et je me dégage doucement de l'étreinte pour poser mes yeux sur lui.

Elle est belle ton histoire. Tragique aussi, mais toutes les belles histoires le sont. C'est beau que t'ai donné son nom à la galerie. J'aurais aimé voir ça. Et j'aimerais en entendre d'autres de tes histoires, celles qui font celui que tu es aujourd'hui.

Je me presse à nouveau contre lui. Et puisque nous sommes dans les confidences, je me laisse aller.

Ma plus grande histoire d'amour n'avait rien de charnelle. La plus belle de toute c'était ma grand-mère. Elle était magique dans tous les sens du terme. Jamais je pourrai rencontrer quelqu'un sur cette terre quelqu'un que j'aimerai plus qu'elle. Elle me manque tous les jours, malgré que je lui parle souvent. Tu sais...

Et je désigne d'un coup de menton la table ou repose la planche de ouija et le reste du matériel que j'utilise pour communiquer avec l'au-delà.

Je me demande bien ce qu'elle penserait de toi. Mais c'est dangereux, parce que si elle te sent pas, je te fous dehors sur le champ et cela malgré ce que tu fais là...

D'un autre coup de menton, je désigne ses mains sur ma peau.

Tu me déconcentres de tout en faisant ça.

Je viens poser un baiser sur ses lèvres avant de mordre sa lèvre inférieure comme pour le rappeler à l'ordre.



    This heart of fire is burning proud -Driving through this world unknown, I've built my life on broken bones. Not living for this anymore, You want a fight... I'll bring a war!
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Stolen Omen Ft Alan   Stolen Omen  Ft Alan Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Stolen Omen Ft Alan -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: