The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- You may bury my body -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daniel N. Iacobo
The Gentle Bastards
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 411
MessageSujet: You may bury my body   You may bury my body EmptyDim 25 Oct 2020 - 12:36
You may bury my body



Dany & ...


Je traîne les pied, dans un état second. Il fait sombre, et ma vision mauvaise fait que je vois à peine. Je sais pas si je suis en train de rêver ou si je suis réveillé. Je sais pas ce qu'il se passe, ni quelle heure il est, ni où je suis.
Je frémis. Mes mains s'agrippent à mes avants-bras, alors que mon regard glisse autour de moi. Je reconnais pas le lieu. Je reconnais rien. Je suis pas dans ma chambre, et Curtis n'est pas là.

La peur grimpe doucement. Cette peur enfantine, qui ne s'explique pas, et qui gonfle un peu plus seconde après seconde.
Doucement, je tourne sur moi-même, cligne fort des paupières, me frotte les yeux. Et mon rythme cardiaque s'accélère. Mes poumons me font mal et ma gorge semble se gonfler jusqu'à ne laisser passer qu'un mince filet d'air.

Les ombres, que je distingue à peine, prennent peu à peu de l'ampleur. Les angles s'allongent, se tendent autour et au-dessus de moi, doigts crochus qui n'attendent qu'à m'agripper pour m'engloutir.
Je tremble mais je ne m'en rends pas compte. Sans doute le froid qui reonte par mes pieds nus sur le sol. Mais ça non plus, je ne le sens pas.

- No sé ... no sé qué está pasando ... no sé dónde estoy …

Ma propre voix m'effraie. Je crois que je ne reconnais plus rien. Que tout m'échappe. Que je m'échappe. Je deviens fou ? Je perçois la fissure, elle est presque palpable. Et dans ma terreur grandissante, le désespoir se mêle, et je me dis qu'il n'y a plus de retour en arrière possible.

Perdu en moi-même, je reste figé-là, mes bras croisés contre mon buste comme s'ils pouvaient me protéger de mes démons. Mes mains, doucement, glissent jusqu'à mon visage fièvreux. Elles couvrent mes yeux de ces visions cauchemardesques, mais mon oeil les perçoit toujours malgré tout.
Et cette sensation de désespoir me ronge et grandit plus encore. Les larmes se mettent à couler sur mes joues, sans que je m'en rende réellement compte. Je pourrais mourir, là, d'un seul coup, que je crois que ça ne me ferait rien.


All you gotta do it cry a little, cry a little, cry a little to be fine


Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 485
MessageSujet: Re: You may bury my body   You may bury my body EmptyDim 25 Oct 2020 - 15:54
You May Bury My Body
La nuit, tous les Dany' sont gris.

Le milieu de nuit s'annonçait, Aamir tout comme moi savions pertinemment ce que ça voulait dire. J'avais retardé tant et plus le moment de partir, mais quand les mots, les gestes se faisaient rares, que la somnolence gagnait les corps et les esprits, je savais qu'il était temps pour moi de repartir, tel l'Amant silencieux et caché que j'étais.
Cette fois encore j'avais tenté de rester jusqu'au matin, tentant d'amadouer l'indien qui, s'il commençait à dépasser ses premiers préjugés à mon sujet, à notre sujet même, n'était pas encore prêt à prendre ce risque. Celui d'être vu dans le même lit que moi.

Alors cette fois comme les précédentes, j'avais simplement souri en réponse à son refus, et renfilé mes vêtements. Je remettais un peu d'ordre dans ma tenue, lui volais un baiser, puis il allait ouvrir la porte de sa chambre, s'assurant ainsi que le couloir était vide. Il  l'était. Alors c'était à mon tour de sortir, une clope dans la main et mon briquet dans l'autre. Je ne comptais pas la fumer entièrement, mais l'odeur de tabac froid masquerait un peu celle de mon Amant, tant pour les autres, que pour moi-même. Et elle me servait accessoirement d'alibi si je croisais quelqu'un dans l'ORB sur le chemin vers ma chambre. Je prenais l'air et allais me fumer une clope dehors.

Je parcourus sans bruit les couloirs vides du bâtiment. La plupart des Bastards devaient encore être éveillés, mais les soirées ensemble a faire griller des marshmallows, c'était pas trop l'ambiance de la faction, alors souvent chacun finissait dans sa chambre, seul ou en petits groupes d'affinité.
C'est la voix de Dany qui me tira de mes pensées. Sa voix et ces mots dont je ne comprenais pas le sens. La seule chose dont j'étais sur en revanche, c'est que cette voix était empreinte de détresse, alors je pressai le pas vers le bout du couloir, tournant à angle droit pour tomber sur le brun.
Je restai un instant immobile en le fixant. Il était seul, personne ne l'avait menacé ou attaqué à première vue. Pourtant il semblait tellement perdu, tellement angoissé. Un rayon de lune fit briller les larmes qui lui couraient sur les joues, malgré ses mains pressées sur ses yeux, comme celles d'un enfant apeuré.

- Dani..? Curtis. Est-ce qu'il lui était arrivé quelque chose ? Je me sentis flancher sensiblement, m'approchant d'un pas de plus vers le jeune homme. Dani, c'est moi, Chris. Est-ce qu'il est arrivé quelque chose à Curt' ? Qu'est-ce qu'il t'arrive ? Son mec, et par extension mon ami m'avait touché deux mots quant au fait que Daniel était 'fragile', aussi j'essayai de rester le plus calme et posé possible. Il avait tous les symptômes d'une bonne grosse crise d'angoisse, et j'étais bien placé pour savoir que le brusquer empirerait les choses. Mais malgré tout, il y avait peut-être des vies en jeu.

:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Daniel N. Iacobo
The Gentle Bastards
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 411
MessageSujet: Re: You may bury my body   You may bury my body EmptyDim 25 Oct 2020 - 17:54
Cette sensation de vide qui me ronge me donne l'impression que je pourrais me tuer. Que c'est la seule solution, que vivre n'est que vain, qu'il n'y a aucune autre issue possible. Et je le sais, au fond de moi, qu'il ne s'agit que d'un moment de pure angoisse à passer. Mais quand je suis dans ces moments-là … Y'a rien à faire. Je suis comme coincé dans ma tête, comme si quelqu'un me maintenait sous l'eau, et que je me trouvais si loin dans les profondeurs qu'il ne me viendrait même pas à l'idée de me débattre pour remonter à la surface.

J'entends pas la voix qui articule mon prénom. Ce n'est que lorsqu'elle perce de nouveau le silence que je la perçois, vaguement, comme si on me parlait à travers un mur. Néanmoins, je garde mes mains plaquées sur mon visage. Je ne sais pas si cette voix est réelle.

C'est lorsque Curtis est mentionné que je remue un peu. Mon souffle se bloque, mes sourcils se froncent. Je décolle mes mains pour les regarder à travers l'obscurité, et cette peur qui me tiraille se tourne soudainement vers ce qui aurait bien pu se passer.
Je ne réponds pas de suite. Mes pensées prennent toute la place dans ma tête. Des scénarios, à présent, qui aurait pu se passer. Qui se sont passés, sûrement, je ne sais plus. Je repense à ces nuits, pleines de cauchemars, où j'ai pu confondre Curtis avec l'un de mes démons.

- Je … je sais pas …

Je balbutie, plisse les yeux, terrifié à l'idée d'avoir du sang sur les mains, à l'idée d'avoir pu, moi, faire quelque chose de mal.

- Qu'est-ce que j'ai fais ? Je souffle.

J'ai du mal à respirer. Mes doigts tremblent.
Mon regard se tourne vers la silhouette qui perce à travers les ombres. Je la vois sans la voir.

- Qu'est-ce que j'ai fais ?
Je répète encore.

À présent, je suis persuadé que oui, j'ai fais quelque chose. Si je ne sais pas où je suis, si je n'ai pas de souvenirs, c'est que mon cerveau a choisi d'oublier.
Je fais un pas en arrière, dans l'optique de m'éloigner de lui. Mes yeux se ferment une seconde, un sanglot emprunt d'un profond désespoir m'échappe.

- Je sais pas ce qu'il se passe … j'sais pas où je suis … no sé ...


All you gotta do it cry a little, cry a little, cry a little to be fine


Revenir en haut Aller en bas  
Reese B. Maddox
The Gentle Bastards
Administratrice
Reese B. Maddox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1932
MessageSujet: Re: You may bury my body   You may bury my body EmptyLun 26 Oct 2020 - 9:47
Réajuster les pièges, remonter les escaliers, recommencer sa ronde.

On ne pouvait pas dire qu’Horacio déviait de ce programme. Il faisait, mécaniquement, avec précaution et une certaine lassitude, pour assurer la survie de tout le monde ici. Comme souvent, seul. La compagnie des autres durant plus de quelques heures avait toujours eu tendance à l’agacer au bout d’un moment, et il se passait bien d’être avec quelqu’un durant ce temps consacré. A la place ? Il réfléchissait. Dans un carnet, il annotait avec soin des idées, des détails, des bribes de conversation. Son cahier des comptes se retrouvait davantage griffonnés et maintenus à jour, comme si tout ça prenait soudainement compte de la réalité.

Cette nuit-là fut cependant différente des autres quand il parvint au niveau des parties communes pour se faire un énième café. Serré, chaud, pour le remettre d’aplomb pour quelques heures encore. Le bruit dans le couloir attira forcément son attention, et alors qu’il relançait le feu pour faire bouillir son eau – étape plus qu’essentiel depuis l’épidémie qui avait touché l’ORB et une très grosse majorité du No Man’s Land – il poussa un bref soupir agacé.

Le banquier hésita. Laisser cette conversation de couloir où elle était et n’en avoir rien à faire, ou jouer les curieux pour comprendre ce qu’il se déroulait sous son propre toit ? La décision fut prise rapidement, sans doute était-il de toute façon trop contrôlant pour laisser passer ça comme si de rien n’était. Il abandonna son eau où elle était – pour quelques instants en tout cas – et s’approcha de la source des bruits. Tout ça pour rencontrer Chris et Daniel en pleine… Discussion peut-être ? Il n’en était pas persuadé.

Qu’est-ce qu’il se passe ici ? Demanda-t-il d’une voix forte pour couvrir les murmures échangés.

Voilà qui n’était pas fait pour être impressionnant, mais pour annoncer sa présence. Fusil sur l’épaule, manteau serré contre sa poitrine, échappe enroulée autour de son cou. Les deux n’auraient aucun mal à savoir d’où il venait. Quant à lui… Il les scruta, et comprit qu’ils étaient au moins sortis du lit pour une promenade nocturne. Mais devant l’air étrange de Chris, pas sûr que Daniel ne fasse pas tout simplement une crise de somnambulisme. Il n’y avait qu’à voir son expression hagarde, ses yeux rougis ou les sanglots qu’il retenait avec peine…

Pathétique. Voilà une situation qu’il aurait mieux fait d’éviter, tout compte fait.


I'll face the night and I'll pretend
I got Something to Believe in

Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 485
MessageSujet: Re: You may bury my body   You may bury my body EmptyLun 26 Oct 2020 - 10:32
You May Bury My Body
La nuit, tous les Dany' sont gris.

Qui mieux qu'un angoissé peut reconnaître une crise d'angoisse ? Je pris la détresse de Dany en pleine gueule, lourde comme un parpaing, profonde comme l'abysse dans lequel il était en train de plonger. Je serrai mécaniquement le poing pour garder le contrôle sur mes propres émotions : Il était en souffrance. Lui, pas moi. Moi j'étais juste beaucoup trop empathique. J'aspirai une longue goulée d'air frais pour reprendre mes esprits. Pendant ce temps, le brun se perdait d'avantage encore dans sa tête, et ma question semblait aggraver les choses, en prime.

- Dani. Calme-toi. Tout va bien.

J'en savais strictement rien, à vrai dire, et à sa façon de réagir, je me le demandais moi-même. Mais ce qu'il fallait dans tous les cas, sur l'instant, c'était l'apaiser. Il avait l'air totalement paumé, et ça ressemblait pas mal à une terreur nocturne, de ce que je m'en souvenais en avoir lu. Mais pas de bol, j'avais aucun souvenir de comment gérer ça, par contre.
J'avançai vers lui pour mieux le voir, d'autant qu'il semblait vouloir s'éloigner. Il était en tenue de nuit, pas débraillée, pas déchirée, pas tâchée de sang. C'était un constat plutôt rassurant. Avec lenteur, je vins prendre une de ses mains, tentant de le sortir de sa boucle cauchemardesque. Sa première réaction fut celle de la peur, et je dois dire que le voir si vulnérable me serra le coeur à nouveau. Je ne savais pas ce qu'il avait pu vivre pour craindre à ce point qu'on lui veuille du mal, mais ça devait pas être beau à voir.

Malgré tout, je gardai sa main entre les miennes, essayant à nouveau de le calmer. Il va bien. Curtis va bien. Putain, j'espérais vraiment lui dire la vérité, pour le coup. Et j'allais continuer quand la voix du banquier me coupa dans mon élan, dans mon dos. Super. Cette fois c'est par un égoïsme absolu que je sentis une sueur glacée me perler sur la nuque. s'il apprenait ce que je foutais là, maintenant, Aamir me tuerait probablement de ses propres mains. Je me raclai la gorge, prenant bien soin de ne pas me tourner vers Horacio.

- J'étais parti pour fumer une clope dehors, et j'ai trouvé Dany.. dans cet état. Tu saurais aller vérifier dans la chambre de Curtis si tout va bien ? Juste pour rassurer Dany. S'il te plait. Vu l'aversion que j'avais pour lui, ça me coûtait de lui parler si aimablement... voire de lui parler tout court, mais aux grands maux, les grands remèdes. Et sans attendre de réponse, je revins à Daniel, reprenant tout bas. Il va bien. Tout l'monde va bien. T'as rien fait de mal.  

:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 605
MessageSujet: Re: You may bury my body   You may bury my body EmptyLun 26 Oct 2020 - 10:46
Sous la fine bruine automnale qui mouille le haut de mes épaules et mes cheveux détachés, la silhouette de l’ORB se découpe dans l’obscurité face à moi, me forçant malgré moi à ralentir la cadence, pour observer plus en détail ce monstre de briques dans lequel nous vivons depuis quelques mois déjà. J’ignore quelle heure il peut bien être, la nuit est tombée depuis un bon moment déjà, et je compte sur ce détail pour parvenir à me faufiler sans bruit jusqu’au loft, où je regagnerais ma chambre dans la plus grande discrétion. L’idée de passer la nuit à la Cage, seule, m’a effleuré l’esprit, mais mes pas m’ont guidé comme par automatisme jusqu’ici, et non sans lâcher un long soupir particulièrement sonore dans le silence des environs, je reprends ma marche forcée vers ce qui est censé être mon chez moi. Enfin…le chez nous des Bastards.

Une fois les portes franchies, je prends quelques instants pour m’adosser contre le battant, luttant contre cette brusque envie qui me prend aux tripes de faire demi-tour, et de me perdre dans les rues de Seattle, en pleine nuit. Une stupidité, bien sûr, celles-là même que Bill me reproche ces derniers temps. Il ne sait rien de l’entrevue entre Cormac, les bikers et moi, et cette facilité presque déconcertante avec laquelle j’ai abîmé Éric pour lui soutirer les informations qui m’intéressaient. Je sais très bien que s’il existe quelque chose après la mort, une place en enfer m’est réservée depuis bien longtemps, ma vie n’ayant pas vraiment été celle d’une enfant de chœur, et pourtant, cet aspect-là que je ne me connaissais pas encore, celui si…détaché, prêt à tout, surtout au pire, est une nouveauté. Et j’ai toutes les peines du monde à me décider sur comment je me sens par rapport à ça. Dehors, dans ce nouveau monde, c’est désormais devenu la loi du plus fort…mais pour moi, jusqu’alors, je me contentais d’être forte en ruses, magouilles, et autres manipulations, laissant aux autres le soin de se rougir les mains.

Il me faut un énième élan de courage pour me détacher de la porte, et avancer dans l’ORB pour l’instant silencieux. Je me raccroche encore à l’espoir que mon escapade nocturne va passer inaperçue, et que demain matin je ferais comme si de rien était, mais l’illusion tourne court quand j’entends des rumeurs de conversation, quelques mètres plus loin. Fais chier. Sérieusement, quelles étaient les chances, bordel ?! Je me fige, envisageant sérieusement de rester ici, tapie dans l’obscurité jusqu’à ce que les autres Bastards retournent dans leurs quartiers, ou de simplement faire demi-tour pour m’effacer dans les rues humides. Finalement, je gravis les dernières marches, et quelques pas plus loin, mon regard accroche trois silhouettes, vers lesquelles je me dirige d’un pas lent : « -Fallait prévenir que y’avait une fête ce soir. » Le ton est cynique, c’est involontaire pour une fois, une simple défense quant au fait que je ne sois pas vraiment ravie de comprendre que ma sortie nocturne est découverte, et qu’on me la reprochera sans doute.

Je me rapproche des trois survivants pour repérer enfin Horacio en manteau, fusil sur l’épaule, Chris clope et briquet dans une main, et celle de Dany dans l’autre, dont les yeux rougis et les joues humides ne laissent que peu de doute sur son état d’esprit. Aussitôt, mes sourcils se froncent, et si une part de moi à juste envie de s’esquiver le plus vite possible, mes pieds restent fermement ancrés au sol, alors que mon regard s’attarde quelques instants sur le gamin, qui a l’air vraiment mal en point. « -Il s’est passé quelque chose ? » Que je demande à la cantonade, n’ayant pas jugé utile de tendre l’oreille dans les escaliers pour glaner quelques bribes de conversation sur ce qui se passait à l’étage. « -Daniel ? » Le ton est plus doux quand je m’adresse à lui, il faut dire qu’il donne plutôt envie de le ménager vu la tête qu’il tire. Il a l’air complètement à l’ouest…comme shooté, ou dans une bulle qui nous est interdite d’accès, et bien, bien loin d’ici.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Daniel N. Iacobo
The Gentle Bastards
Daniel N. Iacobo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 411
MessageSujet: Re: You may bury my body   You may bury my body EmptyMar 27 Oct 2020 - 15:41
Tout va bien. Tout va bien.

J'essaie de m'accrocher à ses mots. Je me les répète en boucle, histoire, peut-être, de réussir à me convaincre.

On me touche la main. J'ai un brusque sursaut et j'essaie de me libérer de cette étreinte qui ne me lâche pourtant pas. Comme si ce contact faisait le lien entre le monde dans lequel j'suis plongé et la réalité, la vraie. La chaleur de la peau heurte la mienne, glacée. Mes yeux se baissent pour observer ces doigts. Je prends sur moi pour ne pas me débattre. Je m'agrippe à l'idée qu'il s'agit de quelque chose de positif.

- Il va bien, je répète dans un souffle. Il va bien.

Mon regard se relève brusquement lorsqu'une nouvelle voix perce dans l'ombre. Mes doigts se crispent, j'ai un mouvement de recul, et l'angoisse remonte. Je vois rien dans le noir. J'entends cette voix, je la connais d'avant.
Et je déconnecte de l'échange pour me concentrer sur ma respiration. Sur ma gorge qui bloque. Sur les larmes qui coulent toute seule. Sur les battements de mon cœur. Rapides, désordonnés. J'ai mal au cœur. J'ai l'impression que je suis en train de mourir.

Mon prénom est soufflé par une voix féminine.

- C'est … c'est Dany … que j'baragouine, irrité d'entendre mon prénom en entier. Pas Daniel … Da-ny.

Mes doigts serrent la main dans la mienne. Je déglutis, lentement.
Finalement, l'effort que cela me demande m'incite à me mettre par terre. Non, je crois que j'ai un moment où je déconnecte. Où le temps semble ralentir. J'vois juste des étoiles, d'un seul coup, et je sens que je passe de debout à par terre, à moitié assis, à moitié couché. J'ai rien senti. La main est toujours dans la mienne. J'ai l'impression d'être à des années-lumières d'ici, comme si j'étais déjà mort.

Petit à petit, je sens mes sens qui reviennent. Mon souffle se fait plus rapide, comme si j'étais essoufflé, mais j'sens que je reprends conscience. Mes yeux sont fermés. Je lève doucement un bras vers la personne qui me soutient pour lui toucher le visage.

- C'est qui, là ?



All you gotta do it cry a little, cry a little, cry a little to be fine


Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: You may bury my body   You may bury my body Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- You may bury my body -
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: