The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-30%
Le deal à ne pas rater :
-30% sur le portefeuille Lacoste Chantaco en cuir piqué uni (3 ...
56 € 80 €
Voir le deal

Partagez
- La danse des prédateurs -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zola Saltzman
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 605
MessageSujet: Re: La danse des prédateurs   La danse des prédateurs - Page 2 EmptyVen 23 Oct 2020 - 22:38
Je n’ai pas le temps de réagir aux propos haineux de ce cher Éric qu’il me crache au visage, alors que je ferme les yeux dans un geste protecteur non réfléchi. Quand ils se rouvrent, c’est pour fusiller ce petit connard d’un regard noir, alors que je m’essuie de ma manche, y dessinant une traînée faite de bave et de sang. « -J’ai pas survécu à la pandémie rôdeurs ou à la leptospirose pour crever à cause des immondices qui se trouvent dans ta bouche. » Mes doigts se sont glissés dans mon poing américain sans même que je ne prenne la peine de réfléchir à mon geste, et l’arrivée de Cormac dans mon dos n’est pas suffisante pour retenir mon geste. Armant mon bras, j’y imprègne toute la rage qui fait brûler mes entrailles à cet instant, et abat mon poing sur le visage d’Éric, qui se trouve groggy quelques instants, après avoir craché une gerbe de sang un peu plus loin.

Je glisse un regard en biais vers le dandy, étonnée par son intervention, par ses propos également, bien que je n’en montre rien. Il m’appelle « Dame », et en d’autres circonstances, sans ce rôdeur à quelques pas de nous, cette appellation m’aurait sans doute fait marrer, parce que je n’ai rien d’une Dame, si ce n’est que je suis née femme. Je n’ai pas les bonnes manières de parler d’une Dame, ni celles de me vêtir, ou de me tenir, je n’ai pas d’intérêt particulier pour faire les conversations futiles, et…bref, je ne suis pas une Dame. Mais je crois que ce n’est pas tout à fait le moment idéal pour le faire remarquer. Aussi, je pince les lèvres, et écoute le bel homme poursuivre sur sa lancée, alors que j’essuie mon poing américain sur le pantalon d’Éric, et le glisse dans ma poche arrière, où il se trouve bien souvent. L’idée, pourtant, de m’en resservir prochainement m’effleure l’esprit, et se faufile dans mes pensées à la manière d’un serpent, pour les envahir rapidement. Faire mal, faire couler le sang, exercer ma vengeance, rien d’autre ne semble avoir d’importance à cet instant précis, à tel point que j’en oublie de réfléchir, de voir plus loin que le bout de mon temps, de m’arrêter quelques secondes sur les mots du dandy.

A peine Cormac a-t-il fini de parler que le prisonnier lève péniblement la tête vers lui, pour lui adresser un sourire malsain, édenté, des chicots couverts d’un voile rougeâtre. « -Espèce de sale… » Mais je ne le laisse pas finir, et entaille la peau sur son autre hanche d’un geste vif et appuyé, y gravant une blessure similaire à celle infligée un peu plus tôt, le sang en jaillissant aussitôt, tout comme le cri étouffé des lèvres gercées de ce biker de bas étage. Il se tortille, ne sait plus comment se positionner pour échapper à la douleur qui doit vriller son corps de partout, et je me surprends malgré moi à froncer les sourcils. Cormac m’entraîne vers une pente dangereuse, vers laquelle je glisse avec une facilité qui m’étonne moi-même, tant j’ai nourri de sombres désirs de vengeance envers le motard qui nous est tombé dessus, à Abi et moi. « -Qu’est-ce que tu sais de Cage ? Tu sais où il est ? » Cette fois-ci, c’est vers Cormac que je tourne mon regard, pour planter mes yeux dans le glacier des siens. Le tutoiement m’est venu spontanément, mais je ne le regrette pas une seule seconde, alors que je fais un pas vers lui, prenant de longues secondes pour le dévisager ouvertement, comme si la réponse était inscrite dans le bleu de ses yeux. Putain, ce con dégage un tel charisme que pendant une brève seconde, j’aurais pu en oublier ses propos. Pourquoi Cage viendrait-il à la rescousse d’Éric ? Sait-il qu’il se trouve ici…avec moi ? Le dandy m’a-t-il tendu un piège ? « -C’est quoi ce petit jeu, Cormac ? Tu me livres ce sale type et c’est charmant de ta part, nous avions un différend à régler, hein Éric ? Mais c’est Cage qui m’intéresse…pourquoi viendrait-il à la rescousse du mec qui a déserté volontairement ses rangs ? » Je ne baisse pas le regard, quand bien même je dois lever le visage pour pouvoir m’adresser à lui, et une petite voix me souffle qu’il cherche à me déstabiliser, comme depuis ces tous premiers mots que nous nous sommes échangés, des semaines plus tôt.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Cormac Callum
The Gentle Bastards
Cormac Callum
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 162
MessageSujet: Re: La danse des prédateurs   La danse des prédateurs - Page 2 EmptySam 7 Nov 2020 - 14:36
Ce n'était qu'une mise en bouche
Cormac & Zola les loups

Cormac n’aurait jamais dû intervenir, il le savait tout à fait c’était la vengeance de Zola et non la sienne. La vie de ces motards et leur sort ne l’intéressait aucunement, c’est à peine s’il aurait chercher à la cerner si Zola n’avait pas eu cette mésaventure avec eux. Il n’y avait qu’elle actuellement, tout ses plans se ramenait à sa personne et le Malin le savait d’expérience. L’obsession pourrait le mener à sa perte, son intérêt pour cette jeune femme finira par le mener dans un piège. Sauf qu’on ne peut combattre ses passions et encore moins les faire disparaître. Elles reviennent toujours à la charge occupant la moindre parcelle de votre esprit jusqu’à que votre être tout entier ne soit voué qu’à cela.

Le Malin savait que résister à ses pulsions était bien vain, combien d’alcoolique et de drogués avait-il vu défiler criant à qui veut l’entendre que c’était finit, qu’il allait se reprendre en main. Aucun n’y était parvenu, on n’échappe pas à sa nature aussi pathétique soit-elle. Ainsi Cormac se laissait glisser sur ce fleuve aux apparences calmes mais qui cachait des rapides dangereuses.

Celui-ci avait été très sérieux lorsqu’il avait décrit Zola comme une Dame, sa définition est en effet très différente des standards. Sa politesse exagéré et ses manières n’ont jamais été voulu, c’est un pur produit de son éducation mais au fond de lui Cormac n’est qu’un prédateur affamé et particulièrement retors. Sa politesse peut-être perçu comme l’enrobage d’un gâteau, agréable à voir et sucrer elle vous charme un temps puis le chocolat noir en dessous vient vous rappeler durement la vrai nature de celui-ci. Pour le Malin donc une femme devient une Dame lorsqu’elle se démarque des autres, par son intelligence, son courage ou même sa violence ces derniers temps. Paradoxalement ce personnage très policé est friand de celle qui détonne...

La voir se déchaîner contre le pauvre fuyard le fit sourire, plus que satisfait que sa petite combine fonctionne. Cormac savait très bien que sa passion pourrait le dévorer alors il essayait d’en tirer parti, de la modeler pour servir ses desseins. Il avait organiser cette rencontre et complotait depuis des jours pour la rendre réalisable, son objectif était pourtant bien mystérieux. Tout en effet était possible avec un esprit si retors derrière toute cette manigance. Il s’était renseigné, il était évident que la jeune femme n’ait d’yeux que pour Cage ! Son grand némésis, le connard qui lui aussi dévorer par sa passion ou sa méchanceté cherchait à la détruire. Alors le Malin s’était arranger pour que cette question vienne sur la table, les deux prédateurs allaient enfin entamer la partie intéressante de cette danse.

- Je ne joue à rien Zola, commença-t-il d’un voix suave alors qu’il vint poser ses mains sur ses épaules, Eric n’était que la mise en bouche ma chère. Il se trouve que nos deux amis en s’enfuyant on voler la moto de ce bon vieux Cage, sa fidèle compagnon, son diamant chéri. Alors il viendra la chercher, ici-même, des survivants lui ont murmurer que les deux fuyards et sa précieuse s’était réfugié ici, murmura-t-il presque sensuellement toujours proche d’elle. Nous allons l’attendre donc et te permettre d’obtenir vengeance, à ces mots le Malin claqua des doigts et sa fratrie quitta la pièce pour aller mettre en place le piège.

Il voulait la voir déstabiliser, douter de ses dires et finir par le croire puis le considérer comme un allié précieux voir bien plus mais cela même le Malin ne voulait se l’avouer. Il n’y avait pas qu’elle dans l’équation cependant, la capture et la neutralisation de Cage allait contribuer à sa réputation. Car la jeune femme n’était pas la seule à avoir mal vécu sa rencontre avec le biker...

(c) DΛNDELION



    L'illusion du libre arbitre
    Le Malin n.m -Entité qui use de la ruse et de la finesse, pour se divertir aux dépens d'autrui.
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 605
MessageSujet: Re: La danse des prédateurs   La danse des prédateurs - Page 2 EmptyLun 9 Nov 2020 - 11:02
L’impression de ne plus rien contrôler, de n’être qu’un pantin, sans doute au même titre qu’Éric, m’étreint brusquement, répandant le doux poison de la colère dans mon corps. Je délaisse le corps brutalisé du motard, son visage malmené de coups pour me tourner vers Cormac, intriguée, en oubliant même de le vouvoyer. Plongée dans son regard clair, j’y cherche une quelconque preuve de sa culpabilité, une réponse à cette question qui me taraude : qu’est-ce qu’il fabrique ? Yeux plantés dans les siens, il m’affirme ne jouer à aucun jeu, et pour toute réponse, je souffle un bref coup par mes narines, en lui adressant une moue sarcastique, montrant ainsi que je n’en crois pas un mot. Je suis ses mouvements quand ses mains viennent se poser sur mes épaules, et je déteste aussitôt cette façon dont je le sens prendre l’ascendant sur moi, me dominer. Un long frisson court mon échine, et pourtant, je redresse la tête, relève le menton par pur défi, cachant soigneusement ce que je ressens réellement derrière ce masque impénétrable, usé par les années.

Si j’essaye de rester impassible à la suite de ses paroles, le vol de sa moto par ces deux types – les imbéciles – le fait que des voix tout sauf innocentes sont venues murmurer à l’oreille de Cage qu’il pourrait retrouver les trois ici, et que comme le con qu’il est, il va se précipiter sans réfléchir droit dans le piège, en réalité, chacun de mes muscles se tend, mes poings se serrant doucement. Un claquement de doigts, et des bruits de pas dans mon dos m’indiquent que les autres quittent la pièce, pour nous laisser seuls, en compagnie du rôdeur qui n’en finit plus de grogner, et de son amant estropié. Me permettre d’obtenir vengeance…les mots résonnent en moi, y semant le trouble, même si je tâche de maintenir une mine maîtrisée, en pleine possession de mes moyens, de mes émotions. « -Éric, tu bouges pas, on revient. Oh, suis-je bête ! » Je désigne de la lame du couteau les entraves qui l’empêchent d’aller bien loin, le gratifiant d’un sourire mesquin au passage quand bien même je n’ai plus du tout envie de jouer avec ce bout de chair en souffrance.

Sans un mot, j’attrape Cormac par la manche de sa veste impeccable, et l’attire dans le couloir par lequel nous sommes arrivés, celui où on y voyait pas à deux mètres, et sans même me rendre compte de la brusquerie de mon geste, je pousse l’élégant dandy contre l’un de ces murs couverts d’humidité. Le couteau à la lame ensanglantée est toujours dans ma main, mais je ne m’en rends pas vraiment compte pour autant. Proche de lui, si proche, je plante mes yeux une nouvelle fois dans les siens, une expression fermée au possible sur le visage. « -Laisse-moi te reposer la question. A quoi est-ce que tu joues ? » Les sbires de Cage, la moto, les petits moineaux qui colportent la rumeur de la présence d’Éric et son mec ici, le piège tendu…rien n’est innocent dans tout ça, et je devine aisément le temps pris pour planifier cette pièce de théâtre, l’organisation, les moyens déployés. Alors reste l’éternelle question…pourquoi ? « -Pourquoi est-ce que tu tiens tellement à ce que je puisse avoir ma vengeance ? Qu’est-ce que tu en tires, Cormac ? C’est quoi ton grand plan ? Rien dans tout ça n’est innocent. Un prédateur sait en reconnaitre un autre, ne l’oublie pas. » Inconsciemment, j’ai encore fait un pas dans sa direction, et maintenant, nous sommes tout juste l’un face à l’autre. Il est à peine plus grand que moi, quelques centimètres tout au plus, et si je ne doute pas qu’il pourrait aisément m’arriver des bricoles malgré cela, je ne songe pas à avoir peur une seule seconde.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Cormac Callum
The Gentle Bastards
Cormac Callum
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 162
MessageSujet: Re: La danse des prédateurs   La danse des prédateurs - Page 2 EmptyJeu 19 Nov 2020 - 21:52
Je te veux
Cormac & Zola les loups

La Dame se permit une petite remarque si vil que même Cormac n’y aurait pas pensé avant d’entraîner celui-ci hors de la pièce. Son plan fonctionna à la perfection, il voulait la déstabiliser et son geste brusque témoignait des forces qui l’animaient. Il la manipulait, jouait avec sa petite personne à la manière d’un marionnettiste et tout ce qu’il espérait paradoxalement c’est que la charmante dame s’échappe de son empire et se révolter. Il voulait voir le feu dans ses prunelles, ressentir ne serait-ce qu’une once de peur. Vous savez lorsqu’on domine les autres depuis sa plus tendre enfance, on en vient parfois à espérer qu’une personne vienne se frotter à la bête. Pour enfin s’amuser un peu car qu’est-ce qu’il y a de plus ennuyant de régner sur des sujets plus dociles qu’un troupeau de mouton ?

La jeune femme vint le bousculer contre le mur mousseux qui imbiba aussitôt son joli costume, tant pis se dit-il lorsqu’elle vint se rapprocher de la gueule du serpent. Elle était si proche que l’homme d’affaire pouvait sentir son souffle contre sa peau. Son regard insolemment malicieux s’accrocha sur ses prunelles rageuses et se fendant d’un sourire qui lui donnait une terrible tête à claque, il répondit doucement en rapprochant son visage d’autant plus du sien.

- Parce que je te veux Zola, je te veux tant que je suis prêt à oublier la dette que tu me dois à présent. Tu sais certains apprécient une partie de golf, moi j’aime à me prendre pour le Diable et exaucer les souhaits les plus honteux. Tu n’imagines pas comment les autres sont pervers, violent, mesquin mais ils auront beau se prendre pour des prédateurs jamais au grand jamais il ne me dépasseront.

Soudain, il passa ses mains sur la taille de la femme et d’un coup d’épaule ample inversa la situation la plaquant non sans ménagé sa force contre le mur poisseux.

- Tu te prends pour une tigresse mais tes griffures ne sont que des égratignures pourtant pour une raison qui m’échappe toujours, tu es arriver à attirer mon attention. Il n’y a pas de grandes manigances derrière, je voulais que tu éprouves de la gratitude, de la curiosité et enfin de la colère à mon égard. Je n’imaginais que tu en arriverais à point de lever la main sur ma personne mais il faut dire que la tournure ne me déplaît pas.

(c) DΛNDELION



    L'illusion du libre arbitre
    Le Malin n.m -Entité qui use de la ruse et de la finesse, pour se divertir aux dépens d'autrui.
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 605
MessageSujet: Re: La danse des prédateurs   La danse des prédateurs - Page 2 EmptyMer 25 Nov 2020 - 11:54
La malice dans son regard fait bouillir encore un peu plus mon sang dans mes veines, alors que j’ai méchamment envie de lui faire ravaler son sourire à la force de mes poings s’il le faut. Le visage de Cormac s’approche encore davantage du mien, mais je ne lui fais pas le plaisir de me reculer, et reste solidement plantée dans mes positions, sans la moindre once de peur dansant dans mon regard sombre, qui contraste avec le clair du sien. Il joue. Tout ceci n’est qu’un putain de jeu à ses yeux, j’en suis sûre. Mes doigts se serrent encore un peu plus autour du manche du couteau toujours dans ma main, alors que le dandy finit par prendre la parole…pour faire des révélations que je n’avais pas vu venir. Il me veut, clame-t-il, parlant d’une dette que je ne reconnais pas, d’être le Diable en personne, et si je continue de lui afficher une mine presque hostile, les rouages dans mon crâne s’activent déjà. A tel point que je ne remarque rien de son geste avant de sentir à mon tour le mur humide de mousse dans mon dos, et qu’un léger râle de frustration m’échappe.

Cormac reprend la parole, et j’ai envie de lui cracher au visage que s’il avait envie que je ressente de la colère pour lui, c’est gagné, il a bien avancé ses pions. Dont moi. C’est ce que j’ai été à ses yeux, un vulgaire pion, qu’il a fait avancer sur son échiquier, qui m’a gentiment menée jusqu’ici, alors que je n’avais même pas conscience qu’une partie était en cours. Je me sens…con. Putainement con, même. Et ça ne fait qu’exacerber ma colère envers le Diable qu’il prétend être. A mon tour de tendre mon visage vers le sien, de m’attarder quelques instants sur les traits de son visage, avant de lui adresser un rictus mauvais. « -Félicitations, Satan. Je coche pour la curiosité et la colère. Mais tu peux t’assoir sur une quelconque gratitude de ma part. » Puisque cette violence qu’il évoque ne lui déplaît pas, et qu’il a l’air d’aimer le fait que j’ai levé la main sur lui, alors que je l’ai juste un peu brusquement plaqué contre un mur, je fais glisser la lame du couteau le long de sa cuisse, pressant légèrement la pointe. Oui, ça pourrait dégénérer, j’en ai conscience. Mais ces temps-ci, j’aime beaucoup trop flirter avec le danger pour mon propre bien. « -Si je tranche ton artère, juste ici, tu te videras de ton sang en quelques instants. Elle serait assez profonde pour toi, l’égratignure ? » Je relève le menton dans un air de défi, et presse encore davantage la pointe, mais pas suffisamment pour entailler ni le tissu, ni la peau.

Finalement, je fais glisser la lame un peu plus haut, juste à cet endroit , qui ferait sans doute tout aussi mal si je venais à avoir un geste malencontreux. Mon visage se rapproche encore un peu du sien, et je me mordille la lèvre inférieure, laissant mon regard s’attarder sur sa bouche, avant de venir s’ancrer dans ses yeux iceberg. « -Je suis pas un putain de lot de fête foraine…il suffit pas de claquer des doigts pour m’avoir. Tu as perdu ton temps Cormac, tes petits jeux ne m’intéressent pas. » Et sans lui laisser l’opportunité de parler, je le pousse d’un geste sur l’épaule, avant de rebrousser chemin pour retrouver Éric et son petit copain qui rêve de lui croquer un bout. Je balance le couteau ensanglanté sur les autres outils de torture, avant de récupérer mon sac à dos, les doigts tremblant d’une colère, contre lui, contre moi aussi, que je ne parviens pas à maîtriser. Mon regard s’attarde quelques instants sur le motard encore en vie, bien que salement amoché, sans parvenir à me décider sur son sort pour autant. Est-ce que je dois l’achever ? Le libérer ? Le laisser aux mains de Cormac ? Trop d’interrogations…mais je n’ai pas le temps d’y voir clair que je sursaute quand un bordel monumental retentit à quelques mètres de là, sans doute près de l’entrée de l’aquarium. La nouvelle étape du plan machiavélique du dandy ?




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Cormac Callum
The Gentle Bastards
Cormac Callum
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 162
MessageSujet: Re: La danse des prédateurs   La danse des prédateurs - Page 2 EmptyJeu 3 Déc 2020 - 23:32
La suite
Cormac & Zola les loups

- Tu la tranches et tu ne sortiras jamais de cet endroit, Zola, arrête donc de me menacer c’est d’un inutile catastrophique. Tu crois sincèrement que je n’ai pas envisagé la possibilité que tu me fasses du mal ? Javor n’aura aucun scrupule à te ficher trois plombs dans le torse et te jeter à Eric transformer en rôdeur. Puis ils disparaîtront et personne ne retrouvera jamais tes meurtriers. Alors éloignons-nous de cet cher égratignure qui te tient tant à cœur.

L’ancien homme d’affaires sentait effectivement la pointe se presser contre sa peau n’attendant qu’une simple pression pour l’entailler. Il sentait aussi son rythme cardiaque augmenter petit à petit, son instinct animal tirait la sonnette d’alarme. Tout cet agitation en son sein ne se transmettait pourtant aucunement sur son visage, tel un homme des cavernes face à un loup enragé le Malin ne témoignait d’aucune peur pour ne pas exciter la bête. Voilà comme il considérait la jeune femme à l’instant, une simple bête enragé ayant perdu toute tempérance ! Cela ne faisait qu’étonnement renforcer son attirance pour elle, Cormac a toujours côtoyer de véritable iceberg formé par leur famille pour ne laisser transparaître qu’une froideur hypocrite. Se faire presser contre un mur par une véritable coulée de lave capable de s’emporter à la moindre parole, n’était-ce pas en soit excitant ? Je vais vous faire une confidence lorsqu’on domine tout les autres, on cherche inévitablement l’adversité. Une vie sans rivale n’est qu’ennuie et flemmardise.

- Alors entrons dans le vif du sujet, lâcha-t-il avec une insolence qui ne lui ressemblait pas, tu ne vois pas tout les efforts que je fais pour toi ? Crois-tu que c’est simple de capturer deux fuyards d’un obscure gang dans une ville aux rues nombreuses et tortueuses ? La plupart d’entre nous ne savons pas reconnaître les efforts des autres par pur orgueil. Penses-tu réellement que tu les aurais retrouver toute seule ?

Puis l’enragé le poussa sur le côté, celui-ci frustré d’avoir investi tant de temps pour au final ne rien recevoir épousseta son costume l’observant d’un oeil sombre revenir dans la salle des aquarium. Ses peines furent de courte durée puisqu’un bruit assourdissant se fit entendre au travers des allées du bâtiment. Un buffle humain cria de toute ses forces

- Où est ma putain de moto !

- Maintenant mes petits jeux ne t’intéressent pas Zola ? lança le Malin avant de revenir rapidement vers la pièce qu’il ferma promptement avec un cadenas avant même qu’elle ait le temps de réagir. Ses mouvements furent très vif et le gros cadenas qui reposait toujours dans sa poche au cas-où fut dégainé avec plus d’aisance qu’un pistolero. Je lui passerais le bonjour de votre part, en attendant je vous laisse méditer sur la chance que vous avez de m’avoir, Zola.

(c) DΛNDELION



    L'illusion du libre arbitre
    Le Malin n.m -Entité qui use de la ruse et de la finesse, pour se divertir aux dépens d'autrui.
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 605
MessageSujet: Re: La danse des prédateurs   La danse des prédateurs - Page 2 EmptySam 5 Déc 2020 - 15:38
Un bordel sans nom oui, bientôt suivi de la voix furieuse de Cage, que je reconnaîtrais entre mille. L’abruti s’est jeté droit dans la gueule du loup, sans réfléchir plus loin que le bout de son nez. En même temps…il ne m’a jamais semblé avoir la tête bien rempli d’autre chose que des conneries, et je sais qu’il n’est pas du genre très brillant. A la remarque de Cormac, je lui adresse un regard noir, le fusillant de ces prunelles sombres qui jouent parfaitement bien leur rôle lorsqu’il s’agit de faire transmettre un message. Je ne vois pas ce qu’il sort de sa poche, mais me mets à courir quand le dandy ferme brusquement les portes, m’enfermant dans la salle des aquariums avec les deux motards, me laissant pour méditer à je ne sais trop quoi. « -Cormac ! Bordel Cormac, ouvre cette putain de porte. » Je tape du poing, des pieds, cogne dedans, sans même savoir s’il est encore derrière, tout en l’insultant copieusement de noms d’oiseaux en espagnol. Sale enfoiré de… « -Je vais méditer à la meilleure manière de te faire payer ça, tu peux en être sûr ! »

Je fulmine. Non, encore pire que ça, mais le mot ne me vient pas, et de rage, je renverse la table qui contient tous les objets de torture, qui dégringolent dans un déluge de bruits métalliques, respirant fort sous l’effet de la vive émotion qui me prend aux tripes. L’œil mi-clos d’Éric tressaute, il le vrille sur moi, et je ressens la méchante envie, qui me surprend la première, de me défouler sur lui. Au lieu de quoi, je serre et desserre les poings plusieurs fois à la suite, en faisant les cent pas dans cet espace rapidement, dans des gestes secs, brusques. Mais quel…argh…j’ai même pas les mots. Il va me le payer, ce sale dandy arrogant et prétentieux qui se croit tout permis. Le Diable en personne, mon cul oui…je vais lui présenter la Lilith qui sommeille en moi, on verra s’il a toujours tant envie de jouer que ça. Toujours en proie à la colère, je finis par aller planter ma lame dans le crâne du rôdeur, ses râles et autres grognements m’étant tout simplement insupportables à entendre, m’empêchant de redescendre en pression, de retrouver mon calme. De toutes façons, j’ai l’impression que seule l’empreinte rouge de ma paume sur la joue de Cormac saura me détendre.

Le temps passe, et j’ai beau tendre l’oreille, venir même la coller deux fois contre les portes fermées que j’éprouve sans douceur de mes poings, et même de la table, je n’entends rien, et les battants ne daignent pas se rouvrir pour autant. Je rage, à voix haute, incapable de me calmer, bien malgré moi. Je sais pourtant que je ne serai pas ici indéfiniment, Chris et Samson savent que je me suis rendue à l’aquarium, ils ont lu le mot de Cormac, et si je tarde à rentrer, ils viendront me chercher. Mais malgré tout, je me sens…dupée, et je déteste cette sensation qui me donne envie d’arracher des têtes. Enfin…au moins une. Je finis par m’installer par terre contre l’un des larges aquariums, tête entre les genoux pour essayer de me calmer. Et une nouvelle fois, j’ai l’impression que le temps s’étire, s’étire, s’étire à l’infini sans qu’il ne se passe rien. Quand un cliquetis se fait finalement entendre, juste là à côté, derrière les portes closes, je relève brusquement la tête, et suis sur mes jambes en un clin d’œil, alors que la première porte ne s’est même pas encore ouverte complètement. Mon regard assassin se pose sur Cormac, et je m’élance vers lui aussitôt avec une rage à peine contenue : « -Espèce de sale enflure ! » Mais l’armoire à glace m’arrête aussitôt en me soulevant de terre comme si je pesais pas plus lourd qu’une brindille, alors que je me bats furieusement entre ses bras musclés, sans que cela n’ai l’air de le gêner plus que ça.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: La danse des prédateurs   La danse des prédateurs - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- La danse des prédateurs -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: