The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-37%
Le deal à ne pas rater :
Disque Dur Externe – WD Elements™ – 1To – USB 3.0
49.99 € 79.63 €
Voir le deal

Partagez
- Allez viens je t'emmène au vent -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zola Saltzman
Bras droit | The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/07/2020
Messages : 488
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Allez viens je t'emmène au vent   Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 EmptyDim 18 Oct 2020 - 16:17
Maintenant qu’on s’est éloignés des deux autres zigotos bien que quelques cris épars nous parviennent, je me redresse, fixe mon comparse la tête légèrement penchée, attendant sa réponse quant à ma proposition. Vu que je n’ai pas eu le temps de voir le visage des types qui ont eu la très mauvaise idée de kidnapper mon Bill, et qu’on ne sait pas qui ils sont, on pourrait en attraper un, histoire de savoir ce qu’ils voulaient au dandy. Ou veulent…parce que je doute que face à leur échec d’aujourd’hui, ils renoncent à leur plan. En plus de ça, ils sont venus cueillir Bill directement à la Cage, et savent donc parfaitement où le trouver au besoin. Je ne comprends pas tout de suite sa réaction quand il se met à me palper le crâne, alors que j’ai un léger mouvement de recul, et le regarde fixement comme s’il lui manquait subitement case. « -Qu’est-ce qui te prends ? » Je lui donne une petite tape sur la main pour qu’il arrête ces étranges palpations, alors que Bill se lance finalement dans une réponse qui me fait froncer le nez, et lâcher un simple « -Oh. » Oupsy, comme qui dirait.

Ouais, pas besoin d’être un génie pour comprendre les blancs de l’histoire, savoir qui était réellement recherché par les trois débiles, et je pousse un long soupir, mais pas résigné pour autant, avant de faire une légère moue. « -Ouais…la faire à l’envers à quelqu’un, ça pourrait me ressembler. » Maintenant…ce n’est pas arrivé qu’une seule fois, même depuis que le monde s’est écroulé, et c’est ce qui risque de compliquer la découverte de l’identité de ma malheureuse victime, et donc du commanditaire de ce traquenard. Je reste pensive quelques secondes, avant de hausser une épaule, tout en fixant Bill : « -De toutes façons, ils sont venus directement chez nous, ils savent donc où nous trouver, alors dis-toi bien qu’on les recroisera à un moment ou à un autre…sauf si tu comptes ne plus quitter l’ORB pour le reste de ta vie ? » Je hausse les sourcils en posant cette question tout à fait rhétorique, sachant qu’il sera impossible pour lui de rester éloigné de la Cage, et des jeux de pouvoir qu’elle lui confère.

Portant mon regard vers l’endroit dont nous venons, je tends l’oreille pour m’assurer que nous sommes encore seuls, tandis que je réfléchis vite. Je refuse de mettre Bill en danger…enfin, encore plus en danger vu qu’il est déjà ici à cause de moi. Une pointe de culpabilité me transperce aussitôt le cœur à cette pensée, et je tâche de l’éloigner aussi rapidement que possible. Il sera bien temps de se donner en pâture aux regrets plus tard. Pour autant, fuir ne me semble pas être la solution idéale dans notre situation. « -Ils ont l’avantage sur nous. Ils savent qui nous sommes, et où nous trouver, alors que nous on sait rien d’eux, si ce n’est que leur chef est susceptible. Rentrer et attendre gentiment leur prochaine visite me semble pas très avisé…et qui sait si la prochaine fois ils décident de venir nous voir plus nombreux, mieux armés… » Surtout par vengeance, s’ils ont subi des pertes dans leurs rangs à cause des rôdeurs que j’ai malencontreusement attiré sur les types de leur groupe. Je pense à Chris, Thaïs, Katherine, tous ceux qui pourraient être des victimes collatérales dans cette affaire. « -Je te raccompagne à l’ORB, et je reviendrais faire un tour, peut-être qu’ils seront encore dans le coin… »




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Bill Roth
Leader | The Gentle Bastards
Bill Roth
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/06/2020
Messages : 241
Age IRL : 34
MessageSujet: Re: Allez viens je t'emmène au vent   Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 EmptyDim 18 Oct 2020 - 18:25
Celui qui sait que ce n'était pas lui la cible


Zola et moi sommes toujours en phases, sauf quand on ne l’est pas et en ce moment, c’est possible qu’on le soit pas. Elle court tirer la queue du diable avec plus de ferveur qu’une gourgandine court le guilledou et avec les mêmes œillères quant aux conséquences. Là ce n’est pas d’un mouflet surprise dont je parle et je ne suis pas sur qu’elle arrive a bien comprendre le soucis alors qu’elle part dans ses plans sur la comète. Je la suis un peu agacé qu’elle ne prenne pas le problème dans le bon sens, surement a cause de cette manie de bruler la chandelle par les deux coté, ça met tout sans dessus dessous.

« Evidement qu’ils savent où nous travaillons, tout le monde le sait. »

C’est un fait et j’ai suffisamment travaillé sur mon image pour ne pas a avoir a souffrir de l’anonymat. Les grands tragédiens se rejoignent tous pour dire qu’une couronne c’est autant un poids qu’une cible mais on le savait avant de ce lancer dans ce business.

« Zola, je sais que la patience ne coule pas dans tes veines d’Américaines mais j’aimerais bien que tu fasses une petite pause pour comprendre que les pièges sont toujours plus fructueux que les traques. »

Je ne sais pas si je parle dans le vide ou pas avec elle. Une manie de trop de femme de Seattle ou de Detroit est surement d’être butée. Lui faire entendre raison n’est pas mince à faire. Elle semble avoir peur qu’il nous retrouve et je la connais assez pour sentir toute son ironie quand elle suggère qu’on les attende à domicile.

« Donc, si, c’est exactement ce qui va se passer, on va rentrer et attendre gentiment que leur chef nous renvoie du monde, ou mieux, qu’il se fende lui-même d’une visite. Et cette fois, il y aura Chris, Thaïs ou Yue avec nous pour les accueillir comme il se doit. »

Et c’est bien plus civilisé que de courir après eux non ? Rien que le mot courir m’agace de toute façon. Je vois bien que Zola est dans un cercle de pensée qui n’est pas le bon, puisque ce n’est pas le mien. Je claque des doigts devant ses yeux pour chasser l’ombre qu’il y a :

« Nous sommes un groupe, pas un cavalier seul maintenant. Et pour ta gouverne, je suis a deux doigt d’essayer de t’assigner a résidence car ce n’est pas moi qui doit me cacher… a moins que j’ai changé de sexe pendant la nuit. Donc on va arrêter les bêtises, les sorties risquées seules et tout ce genre de déboire et commencer a penser a me ménager.»



Codage par Libella sur Graphiorum


Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 123e69d54c61bec7f4f6f3d851aa7070edad770e
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Bras droit | The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/07/2020
Messages : 488
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Allez viens je t'emmène au vent   Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 EmptyLun 19 Oct 2020 - 15:28
Je plisse le nez et le regarde de cet air évident qui indique à la fois que je ne comprends pas son raisonnement à cet instant précis, et aussi que je dois faire un vrai effort pour ne pas le choper par les épaules et le secouer sans ménagement. Mais oui ils savent où on est, et c’est bien ça, le problème. Il écope d’un regard sévère quand il juge utile de me rappeler là, maintenant, tout de suite que je ne suis pas ce qui se fait de mieux question patience, alors que je soupire ouvertement à ses mots. « -Le type doit toujours être en train de se tenir à deux mains les noisettes en appelant sa mère…tu parles d’une traque ! » Je râle à voix haute, et montre ouvertement mon désaccord face à la grande asperge face à moi. On a juste à cueillir un type sanglotant pour lui extorquer quelques informations, rien de bien compliqué à ça. On a beau être aussi soudés que les doigts de la main, ça ne nous empêche pas de ne pas toujours être du même avis sur tout. Je crois même que c’est ce qui fait notre force, et nous permet d’être complémentaires, d’aller au bout des réflexions quand une décision est à prendre. Enfin…sauf aujourd’hui, puisque Bill a totalement tort.

Je piétine sur place, cachant mal cette impatience qu’il vient tout juste de soulever, mon impuissance également, et je lui fais les gros yeux quand il évoque que selon lui, le meilleur plan à suivre est d’attendre une nouvelle visite, et de compter sur nos gros bras pour riposter. Mais bordel…c’est justement ce que je veux éviter. Pourquoi refuse-t-il d’entendre que cette idée-là rimera forcément avec blessés, et dégâts ? Je le regarde en fronçant les sourcils, incapable de faire le tri dans l’enchevêtrement de mes pensées éparses, qui fusent dans tous les sens, et bien trop vite pour que j’ai le temps de m’y attarder. « -Essaye, juste pour voir ! » Que je rétorque vivement quand il parle de m’assigner à résidence, alors que je le gratifie d’un regard noir, et enchaîne presque aussitôt : « -Franchement, c’est exactement ce que j’étais en train de me demander, si t’avais pas perdu tes couilles pendant la nuit… » Le ton est rude, je le regrette aussitôt les paroles prononcées, et lève la main en fermant les yeux et poussant un soupir. Je me pince fort les lèvres l’une contre l’autre, et attends que la vague de colère se tarisse d’elle-même. « -C’est pas ce que je voulais dire. » Il le sait, que j’explose facilement, il connait mes quelques excès d’humeur, et sait pertinemment que je ne pense rien des mots que je viens de lui cracher au visage.

Nous reprenons donc la route vers l’ORB, et je garde la bouche close un moment, même si dans ma tête, ça carbure sec. Ses derniers mots ne sont cependant pas tombés dans l’oreille d’une sourde, et je rumine en silence tout le reste du trajet en affichant une mine renfrognée, et butée. L’idée de devoir vivre en regardant constamment derrière mon épaule n’est pas forcément nouvelle, mais elle touche aujourd’hui d’autres que moi, Bill en tête, et cette idée m’est insupportable. Un Bastard vient nous ouvrir la grille protégeant notre lieu de vie, et je traîne volontairement le pas, le laissant nous distancer, avant que je me tourne vers le dandy. « -Tu ne me feras pas changer d’avis concernant le fait que j’aurais dû aller choper ce type, et le malmener un peu pour savoir qui l’a envoyé. On aurait pu aller à sa rencontre, en sachant qui il est, en étant préparés, et là…là on va juste attendre, qu’un jour ou l’autre ils se repointent pour nous faire la causette avec leurs poings, on va juste vivre notre vie, chaque jour, en sachant qu’au même moment des types mettent au point un plan pour s’en prendre à nous, à cause de moi. » Parce que tout le problème vient bien de là, non ? On a atteint Bill, mais sa rouée, comme il l’a dit, c’est bien moi. « -Et si ce jour-là, ce jour qui adviendra immanquablement, il vous arrive quelque chose, à toi, Chris, Thaïs, Kath…tu sais que ça m’empoisonnera jusqu’à la fin de mes jours. » Je lui lance un long regard sérieux, et une fois encore, l’anglais me connait assez bien pour savoir que ce ne sont pas des paroles en l’air, et sans un mot de plus, je m’engouffre dans l’ORB sans attendre.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Bill Roth
Leader | The Gentle Bastards
Bill Roth
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/06/2020
Messages : 241
Age IRL : 34
MessageSujet: Re: Allez viens je t'emmène au vent   Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 EmptyVen 23 Oct 2020 - 11:22
Celui qu'on sait appeler papa Bill



Je regarde avec cette patience affectueuse la tête brulée qui trépigne devant moi. S’il venait a m’arriver quelque chose, je sais que Zola, seule, ne saurait pas gérer la Cage avec son caractère trop brulant pour son propres bien et celui des autres. Difficile de lui faire admettre qu’elle a tort. Certes, attraper l’homme ne serait pas un challenge en soi, mais la finalité pour cet effort, aussi maigre soit il, n’en valait pas le coup dans ma vision des choses. La probabilité qu’il en sache plus que ce que l’on sait déjà est mince, le nom de son patron ne nous apportera pas grand-chose de plus si ce n’est qu’un doute sur un probable mensonge pour survivre.

Serais je prêt à l’attacher pour de vrai pour lui sauver la vie ? Aussi certainement qu’elle ne se laisserait pas faire, je pense que je tenterais oui. Toute la dualité entre l’affection et le respect de l’autre passe par ce genre de conflit, doit-on faire ce que l’autre veut ou ce que l’autre a besoin ? Il y a une certaine limite ou parfois, pour sauver une personne, il faut savoir la perde, je ne vais pas prendre le temps de creuser plus le sujet, je pense qu’un mécano a, avant fois, fait le tour de ce sujet hautement philosophique, avec exemple concret à la clef.

Je la regarde tempêter et m’accorde le droit de lever les yeux au ciel quand elle s’attaque vulgairement à ce qu’elle cherche désespérément à avoir. J’estime que pour lui tenir tête, il en faut une sacrée dose pourtant. C’est un peu comme mes parents qui finissaient toujours par me punir quand ils n’avaient plus d’arguments valables à opposer à mes affirmations. Pour le moment je ne rêve que d’une chose, un sac de glace pour mon visage et un verre pour nous deux, même si je pense qu’une infusion a la verveine serait surement a privilégier pour Zola vue son agacement croissant. Sur la route je tente de la raisonner, tout en sachant que je parle surement plus à sa main qu’à sa tête. Espérons juste, alors, qu’elle a bien le cœur sur la main. C’était la minute caustique.

« Je ne blâme pas ton envie de bien faire mais l’empressement conduit a l’erreur et la précipitation à la perte. Tu es en train de faire les deux.»

Nous arrivons enfin au bercail où je minimise l’incident, du moins, je lui porte autant d’importance qu’il en mérite quand on me demande pourquoi j’ai d’aussi belle couleur aux joues. Au moins personne ne me demande si je me suis fait enlever les dents de sagesse, preuve que je n’ai peut être pas si gonflé que ca, ou qu’on me ménage. Je finis par suivre Zola quand elle a fini son monologue, levant une nouvelle fois les yeux au ciel. J’attends que nous arrivions a nos appartement loin des oreilles indiscrètes pour lui attraper le bras et lui répondre, avec un sérieux qu’elle seule sait me connait :

« Cette menace, que cela soit lui ou un autre, nous l’aurons toujours, c’est le prix a payer pour avoir une affaire qui marche dans un monde où c’est plus facile de prendre que de faire. C’est aussi un prix que nous étions d’accord pour payer. Immanquablement, eux, ou d’autres, vont se relayer pour frapper a notre porte et nous demander, plus ou moins gentiment la cage, nos gains ou des membres…. Tu n’y peux rien, moi non plus. C’est le signe que notre business marche. Maintenant que nous sommes une grande famille, aussi dysfonctionnelle soit elle, nous devons accepter cette épée de Damoclès et faire au mieux pour la gérer quand elle tombera. »


Je la lâche et soupire pour prendre un verre. Zola a bien des qualités, mais les échecs n’est pas un jeu qui la passionne, malheureusement et ça s’en ressent que trop. Je lui apporte son bourdon sec me doutant que si ça avait été une verveine le verre serait déjà explosée contre le mur.

« Le type aurait balancé un nom, nous n’aurions pas pu le prendre au sérieux, ni nous pointer chez son potentiel employeur sans plus de preuve. La vitrine Zola !! La vitrine ! Nous sommes un commerce de loisirs, si demain a cause de nous le fragile équilibre qui nous permet de survivre est rompu au NML parce qu’on a attaqué la mauvaise personne cela peut nous couter cher, beaucoup plus que de perdre la cage. Nous défendre, par contre, c’est une position bien plus acceptable. Je suis sur qu’une part de toi comprend et si cela ne te va pas, tu sais toujours voir avec Horacio si tu ne sais pas trouver des petits boulots du coté de « l’arrière cuisine ». En attendant tempère tes ardeurs, ici tout acte a ses conséquences alors prend toujours le temps de mesurer sur le long terme leur poids. »

Je plonge mes yeux dans les siens pour être sur qu’elle comprenne bien. Pour ma part je me doute de ses motivations et des ses angoisses, mais si elle est le feu, je suis l’eau et surtout c’est moi qui porte la couronne et qui devrait rendre des comptes. C’est plus affectueusement que j’ajoute.

« Je ne serais pas toujours là pour veiller a ce que tu ne mettes pas la ville a feu et a sang sur un coup de tête. C’est important que tu te demandes ce que je ferais avant de te lancer dans des quêtes sur un coup de tête. »





Codage par Libella sur Graphiorum


Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 123e69d54c61bec7f4f6f3d851aa7070edad770e
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Bras droit | The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/07/2020
Messages : 488
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Allez viens je t'emmène au vent   Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 EmptyMer 28 Oct 2020 - 15:26
Une fois arrivés dans ce qui nous fait office de chez nous, je n’accorde aucun regard aux autres Bastards qui s’étonnent de l’état dans lequel Bill rentre, et avance tête baissée jusqu’au loft, pas très encline à faire la causette à qui que ce soit dans mon état d’énervement. La porte de notre appartement s’ouvre à la volée, et je suis coupée dans mon élan pour rejoindre ma chambre par la main de Bill qui m’attrape le bras pour me retenir, et m’empêcher d’aller me reclure dans mes quartiers. Je reste à le fixer avec un air dur pendant tout son monologue, plissant à peine les yeux à sa tirade. Non…s’il y a bien une chose que je ne suis pas prête à faire, et ne le serais jamais, c’est payer de la vie des personnes qui me sont chères nos actes, quels qu’ils soient. Elles sont peu nombreuses, se comptent aisément sur les doigts d’une main, et aucune n’est sacrifiable, encore moins pour la Cage. Mais je vois pourtant sur les traits du dandy qu’il ne partage pas mon point de vue, et qu’on arrivera jamais à trouver un accord sur ce sujet-là. « -Business, business, business. Y’a donc que ce mot là, qui compte pour toi ? » Malgré moi, ma voix tremble de reproches que je ne parviens pas à contenir, alors que j’arrache mon bras à son étreinte, à moins que ce ne soit lui qui me lâche en comprenant que je ne suis pas loin d’exploser. Attendre que l’épée tombe, et gérer à ce moment-là ? Mais quelle idée à la con…

Le bourbon disparait entre mes lèvres dès lors que Bill me tend le verre, alors que je crache, sitôt le liquide avalé : « -J’emmerde la vitrine. » Le ton est rugueux, à l’image de ce que je ressens à cet instant, de ce que ses mots provoquent en moi. Je fulmine, et m’exhorte au calme en ouvrant et serrant le poing libre à plusieurs reprises, la douleur de la coupure se rappelant à moi, avant de poser mon regard sur le géant anglais. « -On paye bien des gens pour être nos oreilles partout, et faire nos basses besognes…comme si ça serait plus difficile pour nous de payer des mercenaires ou des types désespérés pour faire le sale boulot à notre place ! On avait le choix, Bill, on aurait pu essayer d’en savoir plus, au lieu de supposer que ce type aurait menti, et de se sauver la queue entre les jambes comme on l’a fait. » Comme on l’a fait à cause de toi, aurais-je pu rajouter, car il est sûr et certain que seule, j’aurais fait demi-tour pour aller poser quelques questions à ce type, et savoir qui était le commanditaire de cette petite visite surprise. Je déteste cette façon condescendante avec laquelle il s’adresse à moi, qui, loin de m’apaiser, embrase encore un peu plus les braises rougeoyantes de ma colère.

Je ne me dérobe pas à ce regard qu’il plonge dans le mien, ne cherchant pas à dissimuler l’étincelle de mauvaise humeur qui fait briller mes yeux. Son ton moins vindicatif ne m’effleure qu’à peine, et je lève ouvertement les yeux au ciel pour répondre rapidement : « -Ce que tu ferais ? Facile. Tu te planquerais en laissant les autres se salir les mains, tout en priant ta vieille carne de Reine mère pour un miracle. » Je le dépasse pour retourner me servir un verre d’alcool, qui disparait aussi vite que le premier, avant de désigner l’un des fauteuils du menton. « -Pose ton cul là-dessus. » En farfouillant dans le sac de ma main valide, j’en sors un vieux reste de trousse de secours, ayant que peu envie d’avoir recours à Vaughn, et ne jugeant de toutes façons pas que cela soit nécessaire. L’anglais a des ecchymoses sur le visage, et moi, rien d’autre qu’une simple coupure, la morsure du verre de la fenêtre sur la peau trop fine de ma paume. J’attends que Bill se soit exécuté et assis à l’endroit désigné pour imbiber une compresse de produit désinfectant, et commencer à nettoyer ses plaies. « -Ton épée de Damoclès, elle va finir par tomber tôt ou tard. Il faudra informer les autres de cet incident, qu’ils ouvrent l’œil. Enfin, encore plus qu’avant. Pareil pour les moineaux…la moindre info, le moindre bruissement, le moindre nouveau venu en ville, on doit tout savoir, avoir des yeux et des oreilles partout. On sera les gens surpris d’être attaqués les mieux préparés au monde. » Mon regard quitte ses plaies quelques secondes pour venir s’ancrer dans les yeux du dandy, le fixant avec tout le sérieux du monde. « -Hors de question qu’on perde qui que ce soit. »




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Bill Roth
Leader | The Gentle Bastards
Bill Roth
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/06/2020
Messages : 241
Age IRL : 34
MessageSujet: Re: Allez viens je t'emmène au vent   Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 EmptyDim 1 Nov 2020 - 22:40
Celui qui est blessé




Je sais que j’aime à imaginer que Zola et moi sommes toujours en phases, mais il n’est pas impossible que ce qui est, la plus part du temps, de la complémentarité fait qu’il y a certaines frictions. Pour Zola, le meilleur moyen de gagner aux échecs, c’est de prendre le plateau et le renverser. La patience, la stratégie a long terme et l’observation sont des choses qui semble donner un érythème fessier à ma compagne : elle ne tient jamais en place. A contrario, j’ai tendance à penser que ma réflexion et mon attitude posée et réfléchie pourrait être interprétés, dans ses moments ou le manque d’action et l’agacement prennent le pas sur la raison, pour de la lâcheté.

Je prends sur moi pour assurée avec calme et flegme la tempête Zola qui souffle sa frustration de ne pas avoir pour faire sa Cow Girl texane. C’est donc avec une certaine tranquillité que j’essaye de la raisonner, même si je suis assez contrarié qu’elle ne comprenne pas les enjeux du business.

« Darling, le business est plus que notre religion, c’est ce qui fait que nous mangeons et vivons presque décemment »

J’ai une haute notion du décent, mais a coté de bien des âmes du NML, je dois avouer que nous sommes assez bien lotis. Mon petit travers de toujours vouloir plus m’empêche, parfois, de profiter. C’est avec un ton placide et une apparence parfaitement détacher que j’ajoute une petite pique parfaitement mesquine et inutile. Tout dandy que j’essaye d’être, je reste un être humain.

« Cela serait bien que, parfois, je ne sois pas le seul à m’inquiéter de ce qui nous fait vivre. »


Je la regarde boire prenant sur moi pour ne pas lever les yeux au ciel quand elle continue son explosion. Je pense qu’elle aurait pu faire plus court pour exprimer son plus total désaccord. Quelle insulte le business était une chose mais qu’elle s’attaque à la Reine d’Angleterre… la, elle dépasse les bornes. Les oreilles rouges et, pour une rare fois, l’indignation évidente sur mon visage s’affiche quand je vocifère plus fort qu’elle de ma voix de ténor :

« Tu vas trop loin Zola!!! Comment oses-tu !! Ne respecte pas Dieu ni les hommes ni le Business si cela te chante !!! Mais jamais, ô grand jamais, je ne tolérais qu’on insulte notre bien aimée Reine !! »

Dans un geste théâtral, moi qui m’étais laissé faire pour m’assoir afin d’être soigné, je me relève avant de reposer mon verre. Je rejette sa compresse avant de me passer une main sur le front, telle la diva offusquée que je suis. On ne sait être blessé que par les gens qu’on aime, c’est pour cela que je m’étais toujours promis de n’aimer que moi, j’aurais dû écouter ma mamie quand elle me disait que ces américains ne respectaient vraiment rien.

Zola et moi nous nous disputons peu, très peu même, sauf que quand on le fait, on ne fait pas semblant. Je la regarde telle un Hamlet blessé. Il aurait plus manqué qu’elle insulte la mémoire de Lady Di tant qu’elle y était. Avec un regard de bête blessée croisé vierge offusqué je lui dis :

« Tu vois, peut importe ce qui pourra nous arriver, je pense que ca ne pourra pas être pire que ce qui vient de se passer. »



Codage par Libella sur Graphiorum


Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 123e69d54c61bec7f4f6f3d851aa7070edad770e
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Bras droit | The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/07/2020
Messages : 488
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Allez viens je t'emmène au vent   Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 EmptyLun 2 Nov 2020 - 10:48
Quand Bill se met à crier parce que, tout en sachant parfaitement ce que je faisais et les mots que j’employais j’ai fait remarquer que sa Reine mère était une vioc, je lève ouvertement les yeux au ciel, et prends le temps de retirer ma veste, ce que je n’avais pas fait avant, trop empressée pour soigner ses petits bobos. Au-dessus de lui, j’ai pu constater qu’il s’agissait majoritairement de coupures et ecchymoses, et Bill la diva peut donc vociférer tout son soûl, il ne devrait pas se vider de son sang sur le beau parquet de notre loft. Je ne lui accorde par un regard tout le temps où il me reproche d’avoir insulté la Sainte Reine Mère, je ne retiens d’ailleurs pas un ricanement moqueur, et prends plutôt le partie de m’assoir pour soigner ma propre main blessée, la gauche, évidemment. En bougeant mes doigts, je ressens une certaine gêne, et j’ai bien l’impression que des petits morceaux de verre sont coincés là-dedans. Je songe réellement à la possibilité de vivre à vie avec du verre en moi, plutôt que de faire appel aux services de Vaughn. Quand un léger silence envahit la pièce, je relève le visage vers Bill, sourcils haussés, pour lui demander : « -C’est bon, t’as fini le spectacle ? » N’importe qui ne connaissant pas l’anglais comme je le connais pourrait être impressionné par ce qu’il vient de se passer, mais…je ne suis pas n’importe qui.

Je reste à le fixer encore un bon moment alors qu’il lance une dernière remarque qui m’arrache un long soupir. Je vois bien son air blessé, il comprime aussitôt ma poitrine, mais je préfère baisser la tête que de continuer à l’affronter en assumant le fait que c’est moi qui ai provoqué ça chez Bill. Je ne tiens pas à beaucoup de gens sur cette maudite Terre désormais aux mains des rôdeurs, et quand on connait la facilité avec laquelle on peut crever de nos jours, ce n’est pas plus mal, et je m’en estime satisfaite. Pour autant, je sais que si Bill venait à disparaître, il emporterait avec lui la meilleure partie de moi, pour ne laisser qu’un vide dans cette carapace que je me traine aux yeux de tous. Le blesser lui, plus que tous les autres, reviens à me blesser moi-même. Tant pis pour le verre, je vais désinfecter la blessure en l’état, même si ce n’est pas bien malin. Le silence qui s’étire me fait du bien, me laisse l’occasion de retomber un peu en pression, à moins que ce ne soit le fait que je tente de récupérer les bouts de verre en grimaçant parce que je m’y prends comme un pied. Mais me concentrer sur autre chose a toujours eu pour effet de tromper mes pensées, et on peut dire que ça fonctionne une nouvelle fois.

Dans un râle de frustration, je balance la pince à épiler qui me servait d’instrument chirurgical à l’autre bout de la pièce, et m’installe en tailleur sur le canapé, paume ouverte, vers le haut, sur le genou. Un nouveau silence nous enveloppe, que je finis par rompre en première. « -Je sais que la Cage est importante pour toi, que c’est toute ta vie, toute ton ambition, ta quête de pouvoir. Le Business, les apparences, la vitrine, comme tu dis… » Le ton est calme, presque las même, à des années lumières de Zola l’explosion d’il y a quelques minutes, alors que mon regard se perd sur ce petit bout de Seattle qu’on aperçoit par la fenêtre. « -Mais…y’a des soirs où…je sais pas…j’aimerai me dire que j’ai fait autre chose que juste survivre un jour de plus, assister à des combats, ou…avoir arnaqué une énième personne qui a eu la stupidité de me faire confiance… » Je reste à contempler la nuit qui tombe dehors, incapable d’affronter son regard. Bill a toujours eu l’étrange faculté de réussir à me comprendre mieux que je n’arrive parfois à le faire moi-même. Comme en ce moment…je sais que les choses changent en moi, dans ma façon de penser par exemple, dans ce qui me donne du contentement, mais je n’arrive pas précisément à savoir quoi…ni même pourquoi.

Je reste silencieuse une nouvelle fois, alors que des bruits de conversation et des rires dans le couloir nous parviennent, et que je me décide à finalement aborder autre chose, qui couve en moi depuis longtemps. « -Je crois que je regrette qu’on ai créé cette faction… » Regard toujours porté sur l’extérieur, alors que j’enfonce délibérément avec force mon index droit dans la plaie de ma main, geste qui me tire aussitôt une vilaine grimace, mais aussi une étrange satisfaction. J’étouffe un léger grognement de douleur, et relâche à peine la pression, avant de poursuivre : « -Avant, y’avait que toi et moi…Chris nous a rejoint, et…c’était génial. A nous trois, je me sentais invincible, je me sentais capable de contenir le monde dans ma paume. » Ce n’est pas tout à fait faux…j’avais déjà des failles, bien sûr, certaines que je me traine depuis longtemps, mais c’était bien différent qu’aujourd’hui. A l’époque, j’avais encore le sentiment de contrôler les choses. « -Maintenant…maintenant, tout a changé. A chacun de mes faux pas, à chacune de mes décisions, à chaque bravade à la mauvaise personne, n’importe lequel des Bastards pourrait trinquer, simplement parce qu’on est dans le même groupe…et peut-être que je vis pas cette idée aussi bien que tout le monde peut le croire. » Peut-être que Zola la grande gueule n’est pas aussi forte que j’aime le prétendre face au monde entier. « -S’il t’était arrivé quelque chose, aujourd’hui…ça aurait été ma faute, entièrement ma faute, et… » Impossible de finir ma phrase, et j’enfonce une nouvelle fois mon doigt dans la blessure, en tirant une douleur aigue qui apaise quelques instants l’angoisse qui monte en moi depuis un moment.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Allez viens je t'emmène au vent   Allez viens je t'emmène au vent - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Allez viens je t'emmène au vent -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [upotobox ] Windtalkers, les messagers du vent [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: