The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Lil' Brother's Confidences -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zola Saltzman
Bras droit | The Gentle Bastards
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/07/2020
Messages : 381
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Lil' Brother's Confidences   Lil' Brother's Confidences - Page 2 EmptyMer 7 Oct 2020 - 13:19
Je tire légèrement sur le dessous de mon œil quand Chris me dit qu’il ne s’agit que d’une histoire d’attirance, ce genre de petit geste pour lui faire comprendre que je n’en crois pas un traitre mot. Moi aussi j’ai déjà connu des partenaires que je ne fréquentais ni pour leur personnalité, ni pour leur cerveau, mais uniquement pour ce qu’ils avaient entre les jambes, et je n’aurais certainement pas réagit comme lui si ledit partenaire décidait de se tirer une fois l’affaire consommée. J’ai jamais trop été câlin post-baise, et confidences sur l’oreiller, mais j’imagine que c’est encore ce qui nous différencie, Chris et moi. « -Hé, j’ai un cœur, hein ! » que je lui rétorque un peu vivement quand il m’appelle Zola l’invincible et semble s’étonner que j’ai déjà succombé aux affres de l’amour. Le ton est volontairement faussement vexé, limite boudeur, genre je me la joue dramaqueen, alors que c’est tout sauf celle que je suis au quotidien. Et c’est sans doute parce que j’ai un cœur, un peu malgré moi, que j’ai toutes les difficultés du monde à accepter qu’il se laisse malmener par qui que ce soit, et que ouais, ça me donne clairement envie de casser quelques bouches. Celle de ce pauvre mec, par exemple.

Alors, quand il finit par aller au bout de ses confidences, et expliquer qu’il s’agit d’Aamir, je n’ai pas pu retenir l’explosion, vive, authentique, spontanée. Je me mets à faire les cent pas sur le toit en songeant à tous les supplices que j’ai envie de lui faire subir, et je me découvre des trésors d’imagination en la matière. Les questions finissent par tomber, trahissant cette incompréhension qui est mienne face à la situation. Putain, il y a des tas de survivants à Seattle, pourquoi lui ? Pourquoi un imbécile qui ne lui accorde pas le crédit et l’attention qu’il mérite. Oui, ça me rend dingue. Chris hausse le ton en réponse, pour la première fois, et mon premier réflexe est de lever un sourcil, pour afficher une mine incrédule. Quand je finis par m’arrêter de marcher pour lui refaire face, je remarque qu’il a subtilement avancé vers la porte de sortie, et je m’interpose aussitôt, les mains sur les hanches. « -Chris William Edison, où est-ce que tu crois aller comme ça ? Cette conversation est loin d’être finie. » Dans le genre mamie pas contente prête à passer un savon à son petit-fils, je me pose là. Je le fusille du regard, tout en sachant d’avance que je ne suis sans doute pas crédible. « -On ne choisit pas de qui on tombe amoureux, bourrique, mais là je pense que personne t’as forcé à baisser ton froc devant lui, si ?! Et pas qu’une fois, de ce que j’ai compris ! » Ouais, je crois que c’est exactement pour ça qu’on ne me confiera pas le poste de médiatrice au sein de la faction, parce que ma langue est vive, trop pour mon propre bien.

Je respire fort, poings serrés, sans me rendre compte que je suis en train de pousser Chris dans ses retranchements, et de sans doute lui faire regretter de s’être confié à moi. Quand il m’explique qu’Aamir le baise bien, je ne retiens pas un froncement de nez, ne cherchant pas spécialement à connaître les détails de leurs histoires. Non pas que parler sexe me pose un quelconque problème, ça n’a jamais été le cas, mais là il s’agit de Chris, et étonnamment, ça change pas mal de choses à la situation. Je me prends sa colère, ses mots de plein fouet, et esquisse un pas en arrière un peu malgré moi, chancelant comme si c’était une claque qu’il m’avait donnée. Pourtant, le tatoueur ne fait que répondre à mes invectives, mais ce n’est que maintenant que je me rends compte n’avoir eu aucune finesse ni douceur à son égard. Je détourne le regard pour mieux cacher ce qu’il peut lire dans mes yeux sombres aussi aisément que dans un livre. Ça fait longtemps maintenant que le masque n’existe plus en présence du survivant, et je n’ai pas l’envie de faire semblant, pas devant lui.

Quand Chris s’excuse après quelques secondes, je tourne un regard vers lui pour remarquer sa tête basse, son air penaud, et mon cœur son serre. En quelques pas je suis devant lui, et étreins de toutes mes forces son corps contre le mien, le visage enfoui dans son cou.  Je le serre, fort, aussi fort que je peux, parce que les mots butent sur mes lèvres, s’emmêlent dans ma tête, et tourbillonnent au point de me donner mal au cœur. On reste comme ça comme deux abrutis à se serrer l’un contre l’autre un long moment, le temps qu’il me faut pour que ma respiration s’apaise, que mes poings se desserrent, que je redescende en pression. Quand c’est chose faite, je me recule, pour planter mon regard ses yeux vairons. « -Je t’engueule pas, Chris. Je me fais du souci, et c’est une terrible façon d’exprimer mon inquiétude. C’est moi qui te demande pardon… » Boum, une croix dans le calendrier. Moi qui m’excuse, ça n’arrive pas tous les jours, mais je sais reconnaître mes torts, surtout avec les personnes qui comptent vraiment. Et Chris fait définitivement partie de ceux-là. Je finis par me reculer un peu plus pour ne pas envahir trop longtemps son espace personnel en poussant un long soupir, glissant une main dans ma longue tignasse. « -Je peux aller lui casser sa jolie petite face si tu veux. Ou ses genoux. T’inquiètes pas, il sera encore un peu utile après mon passage, ton Toyboy. » Je parle avec tout le sérieux du monde, mais parviens à étirer légèrement mes lèvres dans un sourire en coin, histoire d’essayer de détendre un peu l’atmosphère. Je retourne poser mon cul sur le bord du toit, avec l’impression d’être une vieille dame de quatre-vingts ans, assaillie par le poids du monde. « -Je maintiens qu’Aamir ou pas Aamir, tu mérites mieux qu’un type qui assume pas d’être vu avec toi. »




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 341
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Lil' Brother's Confidences   Lil' Brother's Confidences - Page 2 EmptyJeu 8 Oct 2020 - 23:43
Lil' Brother's Confidences.
On a la famille qu'on choisit.

C'était la première fois. Depuis tout ce temps, c'était la toute première fois que Zola se mettait dans cet état contre moi. Que je l'entendais me parler sur ce ton, avec cette rudesse, cette colère prête à exploser.
Au fond de moi, j'avais conscience que c'était son inquiétude qui s'exprimait mais c'était sa colère qui prenait le dessus, elle que je prenais de front, qui s'enroulait autour de ma carcasse et de ma gorge comme pour m'étouffer, me suffoquer.
Est-ce que je supporterais qu'elle me repousse, me reproche ce que j'étais, ce que je faisais ? Nan, sans l'ombre d'un doute.

Alors instinctivement, j'essayai de prendre la fuite. La porte n'était plus qu'à quelques mètres, et je n'avais plus qu'à mettre fin à ce supplice de conversation pour m'échapper. Aller me planquer dans un coin pour m'y balancer comme l'handicapé des émotions que j'étais. Seulement voilà. Mademoiselle Saltzman ne voyait pas les choses comme ça, et elle me le fit aussitôt savoir, me coupant toute retraite pour me houspiller, mains sur les hanches.
En tant normal, j'aurais certaine éclaté de rire de la voir faire... Mais on n'était pas en temps normal et ses mots, plus blessants encore que jusque là, me crispèrent d'avantage encore, me coupant le souffle. Un rouge de honte me couvrit le visage et je détournai le regard, à deux doigts de pleurer.

- Non.. personne m'a... obligé à baisser mon froc d'vant lui, Saltzman...

Je criai en retour, et à sa réaction il était clair qu'elle ne s'y attendait pas plus que moi. Jamais je n'avais perdu mon calme envers elle, moi non plus. Et à l'instant-même je le regrettai amèrement. Mais je me sentais tellement acculé, accusé, jugé. Par celle dont j'attendais tout l'inverse...
Quand elle détourna les yeux, je fis de même, et cette fois deux sillons salés se tracèrent sur mes joues. Et à peine mes excuses murmurées, la brune venait se serrer contre moi. Ses bras fins s'enroulèrent autour de mon torse et son visage se cacha dans mon cou, et moi il me fallut à peine une seconde pour répondre à son étreinte. Je posai ma joue contre la sienne, enserrant ses épaules fines en fermant les yeux, immobile. Je ne sais pas combien de temps on resta collés l'un à l'autre. Je pouvais sans mal imaginer les pensées contradictoires fuser dans le crâne de la danseuse, tout comme ses mots et ses gestes l'avaient été envers moi juste avant. Petit à petit je la sentis se décrisper, et moi avec. La colère retombait des deux côtés, mais quand elle voulut se reculer je la gardai quelques instants encore, profitant quelques secondes supplémentaires de sa présence.

- Je sais que t'es inquiète. J'veux pas que tu t'en fasses autant, c'est pas... j'en sais rien. C'est p't'être pas si important, tu vois ? Quand Zola recula, je la retins doucement par une main, l'empêchant de trop s'éloigner de moi. Et malgré moi, je laissai couler un bref rire nasal. Abime pas sa jolie face, s'teuplait.. j'lui ai d'ja cassé la gueule deux fois en plus depuis notre toute première rencontre, ce serait redondant.
Aspirant lentement, je me sentais encore entre deux eaux, fébrile. Entre l'envie de reprendre la discussion et l'angoisse de la voir à nouveau déraper.
Je faillis répondre que d'elle à moi, c'était plutôt moi que lui le toyboy, mais je me retins de justesse. Evitons les détails. Et quand finalement elle retourna s'asseoir au bord du toit, je fis de même, sans la coller pour autant.

- Laisse-lui.. Laisse-lui encore une chance. Tu sais, j'crois pas qu'lui rentrer dans le lard avec ta légendaire douceur l'aidera à assumer.. D'autant moins quand j'ai fait la promesse d'en parler à personne. Ça risque surtout de l'braquer d'avantage. Il est.. C'est pas.. un mauvais mec. Vraiment pas. Il m'a déjà sauvé la vie, tu sais ?

Est-ce que j'étais en train d'essayer de lui éviter la mort ou des séquelles physiques irrémédiables ? Probable. Très très probable. Parce qu'on sait tous, surtout moi, qu'il ne faut JAMAIS énerver Zola. Ce qu'il venait de faire sans même être au courant, le pauvre.
Je l'attirai contre moi, venant cette fois poser doucement mon front au sien. T'es mon Ange gardien, hein ? Mais plus le genre Lucifer ou Azraël qu'un mec sympa avec une grande barbe et des ailes blanches.
La petite pique amicale m'arracha un nouveau sourire plus franc et taquin.
Laisse-moi une dernière chance.. lui parler. Lui dire les choses en face. Tu veux bien ? Et si ça aboutit à rien... j'lui pète moi-même les genoux, la mâchoire, et les couilles dans le même coup.

Petit regard en coin avant de lui tendre la main. Deal ?



:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Bras droit | The Gentle Bastards
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/07/2020
Messages : 381
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Lil' Brother's Confidences   Lil' Brother's Confidences - Page 2 EmptyVen 9 Oct 2020 - 14:00
Être dans les bras de Chris a un effet apaisant indéniable, et je sens la colère et cette vague d’émotions indéfinissables reculer, un peu à la manière de ces cartoons d’avant, quand le bonhomme était rouge écarlate, les traits crispés de fureur, et qu’il perd peu à peu son côté cramoisi et détend son visage pour redevenir normal. Alors je prétends pas être normale hein, je crois que je ne coche pas suffisamment de cases pour ça, mais je sens que me jeter contre Chris était la seule chose à faire à cet instant précis, et que lui comme moi en avions grandement besoin. Preuve en est que quand je tente d’esquisser un pas pour lui rendre sa liberté, ses bras se resserrent davantage sur mes épaules, pour m’empêcher d’aller bien loin. Je me renfrogne pourtant à ses paroles, et attend de pouvoir plonger mon regard dans le sien pour lui répondre : « -Bien sûr que je m’inquiète, et que je m’en fais pour toi, t’es ma famille, Chris. Alors si, tout ce qui te touche de près ou de loin est important à mes yeux. Et Aamir a l’air de te toucher d’un peu trop près, si tu vois ce que je veux dire… » Je suis sérieuse dans mes propos, bien sûr, je crois même que c’est la première fois que j’évoque à voix haute et devant le tatoueur ce profond attachement que j’ai pour lui. Mais c’est comme ça, j’ai toujours accordé peu d’importance aux liens du sang parce que ma famille s’est montrée étonnement décevante, alors je me suis constituée la mienne, que j’ai choisi en mon âme et conscience, une vraie famille de cœur, que je ressens le besoin de protéger, envers et contre tous.

Chris parvient à me faire esquisser un léger sourire par sa remarque, alors que je hausse les épaules. « -Bon ok, pas sa tronche…je trouverais bien autre chose à péter, j’ai de la ressource. » Mais ça, il le sait déjà, et je peux être très mauvaise si quelqu’un à la bêtise de s’en prendre à l’un de mes proches. Je retourne m’assoir au bord du toit, le tatoueur venant m’y rejoindre, alors que je prends une grande inspiration qui chasse les derniers relents de tension qui crispent mes épaules. Mon regard glisse en biais vers Chris qui reprend la parole, alors que je le gratifie d’un « -Quoi ma douceur ?! » un peu vif, qui répond sans doute très bien à la question. J’écoute religieusement le reste de ses paroles, avant de froncer le nez quand le jeune homme évoque le fait qu’Aamir lui a sauvé la vie. « -Et je lui en suis plus que reconnaissante pour ça…mais ça ne lui donne aucun droit de te traiter comme il le fait malgré tout. » Je soupire, et détourne légèrement le regard pour venir le poser sur les quelques toits qu’on peut apercevoir de notre position. « -Ok…une seule chance, et parce que c’est toi qui me le demande ! Mais s’il se foire encore, je réponds plus de moi. » Et je ne le gratifie d’aucun « -Je rigoooooole », parce que je suis on ne peut plus sérieuse.

Je me laisse attirer contre Chris, et passe une main dans son dos pour nous rapprocher davantage. Sa remarque m’arrache un léger sourire, alors que je lui réponds aussitôt : « -Ouais, la barbe ça me va moyen, j’ai déjà essayé. » C’est n’importe quoi, mais un peu de connerie ne peut que nous faire du bien après cet instant de tension que nous venons de vivre. Je sais pas si je suis son ange gardien, comme il dit, je ne comprends que maintenant que je me vois plutôt comme la grande sœur casse-pieds, prête à tout pour protéger son petit frère qui se fait malmener par un abruti, même à s’attaquer à plus grand et plus costaud qu’elle. Quoiqu’avec Aamir, je ne crains pas grand-chose je crois…Je me renfrogne un peu à sa demande, et avise sa main tendue, tandis qu’il me propose un accord. « -Groumpf…deal. » Le ton est pas très engageant, on sent bien que je ne le fais pas spécialement de gaieté de cœur, et je glisse ma main dans la sienne, pour la serrer avec fermeté. « -Promets moi quand même de t’acharner particulièrement sur ses couilles, histoire que la prochaine fois qu’il les utilise, il y repense à deux fois. » Maintenant, le plus dur pour moi va être de maintenir ma poker face devant Aamir, et de ne pas le foudroyer du regard à chaque fois qu’il aura la bêtise d’être dans la même pièce que moi. Et je sens d’avance que ça ne va pas être des plus aisés. En attendant, ma tête trouve l’épaule apaisante de Chris, et je ferme les yeux quelques instants pour profiter de ce tête à tête qui a failli virer au drame. « -Au fait, m’appelle plus jamais Saltzman. S’il te plait. » Pas besoin d’explications supplémentaires, je sais qu’il comprendra tout ce que je ne dis pas.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Lil' Brother's Confidences   Lil' Brother's Confidences - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Lil' Brother's Confidences -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: