The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-23%
Le deal à ne pas rater :
Télétravail : Logitech Business Webcam en promo
84 € 109 €
Voir le deal
-48%
Le deal à ne pas rater :
Camera Surveillance Bébé WiFi sans fil1080p CACAGOO
25.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez
- L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1762
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] - Page 2 EmptyVen 2 Oct 2020 - 0:39
Un rire sec échappa à Valérian à la réplique de la jeune fille. Il s’était attendu à ce qu’elle soit incapable de réprimer la piquante répartie dont elle avait fait preuve lors de leur rencontre. Aussi, ses sourcils tressaillirent-ils à peine et il répliqua froidement. « En effet. Charmante, n’est-ce pas ? Je crains cependant qu’elle soit nettement moins patiente qu’Allïa. » Cette Jenny avait par conséquent tout intérêt à se plier à leurs exigences et à la fermer. Quoique le grec doutait en vérité qu’elle en fut capable. Cette peste avait en effet la langue bien pendue. Peut-être même plus que lui ! Et ce n’était pas peu dire ! 

Valérian se tendit légèrement lorsque Anton ordonna à Jenny de fermer la deuxième menotte. Les yeux plissés, il attendit que la jeune fille s'exécute et fut quelque peu soulagé d’entendre le fer se refermer autour du poignet d’Eddie : Clac ! Une bonne chose de faite ! Au moins, cet Eddie avait-il le bon sens de se plier à leurs règles.

« Raison de plus pour te taire et obtempérer. » grogna-t-il à l’adresse de Jenny lorsque celle-ci s’indigna du peu de civisme dont faisaient preuve ses ravisseurs. « Imagine, dans le cas contraire, ce que feraient deux psychopathes comme nous à une emmerdeuse dans ton genre. » À l’injonction suivante d’Anton, Valérian adressa un signe de tête aux prisonniers pour leur indiquer d’emboîter le pas au géant. D’un rapide coup d’oeil, il s’assura que personne ne les suive et pénétra à la suite d’Eddie dans la boutique - boutique dans laquelle les barreaux aux fenêtres projetaient sur eux de longues et minces ombres, semblables à des doigts noueux se refermant sur le quatuor...

« Tout de suite. » répondit le grec à Anton avec l’esquisse d’un sourire froid, avant d’attraper sans ménagement Jenny par le bras pour l'entraîner vers un coin de la pièce. Sans un mot, Valérian passa une menotte à l'un de ses poignets, puis attacha l’autre au radiateur. « Reste tranquille. » lui intima-t-il alors, avant fouiller la jeune fille, faisant soigneusement passer ses mains le long de ses bras et de ses jambes ; s’attardant plus particulièrement sur les ourlets de ses vêtements, ses poches et sa ceinture. Valérian ne découvrit toutefois sur Jenny qu’un revolver qu’il lui retira aussitôt pour le glisser dans la poche arrière de son pantalon. « Et tâche de ne plus dire de bêtises. » lui dit-il finalement d’un ton autoritaire. Oui, parce qu’au fond, la perspective de devoir malmener cette jeune fille ne l’enchantait pas vraiment. Et ce, qu’elle fut une peste ou non.

Tandis qu’Anton commençait à interroger Eddie, Valérian se redressa pour fouiller à son tour le jeune homme. Les sourcils froncés, il réitéra les mêmes gestes sur lui et trouva rapidement son Beretta ainsi que son poignard de chasse - qu’il déposa ensuite sur une table de l’autre côté de la pièce.        

Son propre revolver en main, le grec s’approcha à nouveau d'Eddie et reprit d’un ton brusque. « Pas très ami avec Eden, hein ? C’est bien ce que nous avions cru comprendre. » dit-il en jetant un regard oblique à Anton. Les informations de Ruby se vérifiaient donc. « Quelle est l’origine du conflit entre vos groupes ? Et quelle est son ampleur ? Les New Eden vous ont-ils attaqués ? » demanda rapidement Valérian, tandis que s’emballait vivement son coeur. Laissant à Anton le soin d’approfondir son propre interrogatoire, le grec coula ensuite un regard agacé en direction de Jenny lorsque celle-ci reprit la parole. « Vraiment ? » dit-il d’un air faussement intéressé. « Suggères-tu par conséquent que l’on se débarrasse de toi ? Si ce que tu dis est vrai, ta présence ici est parfaitement inutile. D’autant plus que nous avons les moyens de faire parler Eddie ; que tu sois des nôtres ou non. Sois donc rassurée, l’interrogatoire se poursuivra après ta mort. Je te remercie cependant pour ton honnêteté. »

Levant son arme en direction de la jeune fille, Valérian tourna la tête vers Eddie pour lui demander poliment : « Que suggères-tu que nous fassions d'elle, Eddie ? Es-tu de son avis ? Souhaites-tu réellement que nous la butions ? »


Anger is an acid that can do more harm to the vessel in which it is stored than to anything on which it is poured - Mark Twain.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Edward J. Cohen
Seum 1er
Edward J. Cohen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 552
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] - Page 2 EmptySam 3 Oct 2020 - 20:41
- Anton, chuchota-t-il à l'égard de Zelda, avant qu'ils se fassent emporter à l'intérieur. Un mercenaire plutôt doué dans son domaine.

Inutile d'ajouter qu'il gratifia la jeune fille d'un regard de daron en colère, parce qu'il ne pouvait s'empêcher qu'elle avait quelque chose à voir avec tout ça, de près ou de loin. Sa capacité à parler quand il ne fallait pas pouvait effectivement les mettre dans une merde noire.

- Zelda, tais-toi maintenant.

Le groupe se retrouva donc dans un bâtiment abandonné, et très vite, Eddie se retrouva sur une chaise, et l'adolescente attachée à un radiateur. Elle écopa encore d'un regard noir quand elle parla, encore et encore, mais il n'ajouta rien.

Il demeura impassible quand Valérian le fouilla. Ses prunelles plantées sur Anton, il attendit la suite, avec une patience teintée de concentration. Ce fut pourtant l'autre homme qui enchaîna d'autres questions, forçant le militaire à porter son attention sur lui.

- Vous devez connaître les New Eden. Connaître leur ambiguïté. Quand je dis que nous ne sommes pas amis, il s'agit d'un euphémisme. Ils ne nous apportent sûrement pas l'aide dont vous bénéficiez.

Bien évidemment, Zelda enchaîna, et la situation prit une autre tournure. Fermant les yeux une seconde, Eddie prit soin d'ordonner ses pensées. Elle se mettait seule en danger. Était-ce possible d'être si stupide ? Malgré tout l'agacement qu'il avait pour elle, il ne lui souhaitait pas la mort.

Il laissa un sourire poli, à l'image de l'intonation de Valerian, effleurer ses lèvres quand le type pointa l'arme sur elle.

- Je pense qu'on peut s'entendre sans en arriver-là, non ? Zelda parle beaucoup. Si vous voulez que je sois honnête, elle est très forte pour envenimer une situation. Et le seul conseil que je peux vous donner pour que notre entrevue se passe bien serait de ne pas l'écouter. Elle vous dira tout et son contraire. Personne ici n'a envie d'avoir la mort d'une adolescente sur la conscience.

Son regard passa d'un individu à l'autre.

- Parlons d'homme à homme, ça vous va ? Avec un peu de chance, on se séparera sans qu'aucun de nous ne soit blessé ou pire.

S'ils pouvaient même la baillonner, il leur en serait reconnaissant.


Muscle to muscle and toe to toe,
The fear has gripped me but here I go ▵
Revenir en haut Aller en bas  
Anton Donovan
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1004
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] - Page 2 EmptySam 3 Oct 2020 - 22:58
Anton secoua la tête devant le monologue de l’autre homme, disant que la gamine était intenable tout ça tout ça. Le policier roula des yeux avant de décrocher une gifle à l’homme en face de lui. Un magnifique aller « Qui s’en bats les couilles de vos histoires de cœur ? » Il leva la main avant d’envoyer le retour et de reprendre sa phrase : « Ooooh mais ouais. J’me bats la race. Val t’as posé une question alors tu vas y répondre. Je suis un professionnel, ça veut dire que je suis réglo. Mais ne prends pas ça pour de la faiblesse. » Deux baffes, pas très fortes, plus pour le principe, Eddie avait oublié une règle, il n’avait pas spécialement menti jusqu’à présent.

Anton s’adoucit légèrement en précisant sa pensée : « On sait quelques trucs sur New Eden ouais, la question c’est de savoir ce que vous, déjà vous en savez et puis… Moi je suis curieux de savoir. » Seulement, il fut interrompu dans ses dires par un propos qu’Eddie venait de balancer… Il avait appelé la gamine par un autre nom : « Zelda ?Il n’y a que la petite vermine lâche et honteuse qui ne donne pas son vrai nom aux gens Je vais donc partir du principe que vous êtes des menteurs tous les deux. Et je n’aime pas les menteurs.» Il attrapa la tête de la gamine, de la main gauche il la bloqua, et enfonça son pouce droit juste sous l’oreille de… Zelda… quel nom ridicule, à la jonction de la mâchoire. Un bon moyen de faire mal sans trop forcer ni même laisser de trace. Puis il se plaça entre les deux.

« Zelda, tu as la chance d’avoir une main de libre, alors tu vas écrire le nom du groupe auquel tu appartiens et Eddie, tu vas me dire, après coup, le nom de votre groupe. » Il regarda Valérian, il était évident que ça allait mal se mettre. Dans leur langue spéciale, il dit à son ami « J’ai vu plusieurs fois Eddie venir au NML avec des personnes très différentes à chaque fois. Des habitués, mais qui ne seraient pas venue à la grande réunion ? ça sonne louche non ? Honnêtement, ils m’inquiètent encore plus que NE. Au moins avec ces fils de putes souriants, on sait à quoi s’attendre. » Pouvait-on dire qu’Anton devenait un brin parano ? Possible… entre Yue, cette histoire de Remnants, NE, les scarescorws. Tant d’ennemis potentiels et dangereux, des vecteurs de menaces partout ! Il voulait savoir à qui appartenaient ce duo de merde et il allait mettre les moyens s’il le fallait !

Anton s’excusa quelques secondes et alla chercher un sac dans sa voiture. Un grand sac de sport noir d’où il sorti un pot de poudre blanche, une bouteille d’eau et une bouteille de vinaigre blanc. « Nouvelle règle, si vous vous parlez l’un à l’autre, sans autorisation. Je vous ferais couiner comme une actrice de cul dans un gangbang. » Une promesse ? Oui c’était certain. Plaisante ou non, ça en était une autre.






No pain, no gain
ANAPHORE

The Exiles:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 5032
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] - Page 2 EmptyMar 6 Oct 2020 - 6:56
« Enlève tes sales pattes de là !! »
Elle a beau se tortiller, refuser de se plier à cette mesure de prudence qu'elle comprend mais qui la gêne, rien n'y fait : Valérian pose ses mains sur son corps. Il est resté correct mais ça n'empêche pas l'adolescente de foudroyer son aîné du regard. Pourquoi est-ce qu'il fait tout ça ? Elle, elle pensait qu'ils avaient au moins réussi à nouer un petit lien lors de leur première - et seule - rencontre. Et maintenant cet homme évoque la torture comme s'il s'agissait d'une simple activité. Ils n'ont clairement pas les même loisirs...

Toujours est-il qu'elle s'en sort bien puisque il n'a pas trouvé son couteau. Ou alors, il l'a volontairement oublié. Le doute s'installe dans les pensées de l'adolescente. Est-ce qu'il participe à tout ceci, poussé par cet Anton, sans y adhérer ? Se contente-t-il de donner le change ? L'espoir renaît un bref instant. Zelda se contente ensuite de stipuler que sa mort n'affecterait pas vraiment Eddie et que leur technique de pression est un brin caduque. Valérian la paraphrase, résume la situation en arguant que sa mort n'aurait donc pas la moindre conséquence et que sa présence est d'ailleurs inutile. En d'autres termes : qu'ils peuvent la tuer maintenant sans que leur petit jeu soit impacté. « Heu... » Merde ! Il n'a pas tort, en fait... « Non, c'est pas du tout c'que je suggère, non ! » Qu'il abandonne cette idée tout de suite. « J'dis juste que vous devriez optimiser votre technique d'interrogatoire, moi ! Si vous voulez on échange les rôles et j'vous montre comment bosser correctement ? » Et puis elle ponctue sa question d'un sourire narquois. Il faut bien qu'elle donne le change elle aussi, non ?

Eddie vient fort heureusement à sa rescousse. Il essaie, en tout cas. Parce que non seulement il la présente comme une espèce de tarée qu'il ne faut pas écouter, mais en plus il l'appelle par son prénom. Le vrai. Zelda, surprise, fait les yeux ronds. Mais ?! Qu'est-ce qu'il lui fait, là ?! « Moi c'est Jenny, hein, au cas où... » Mais le mal est fait ! Il provoque l'ire de cet Anton qui vient alors écraser sa paluche à deux reprises sur la joue du militaire. Oui, clairement, ils sont grillés ! « Eh ! Le touche pas !! » proteste-t-elle en se débattant, tirant sur sa main attachée pour tenter de se libérer. Mais cet élan héroïque ne porte guère ses fruits. Pire encore : Anton vient appuyer son pouce à la jonction de son cou et de sa mâchoire. Une douleur désagréable, inconnue, envahit l'adolescente. « A-Arrête ! » Elle écrase sa main libre contre le flanc de l'homme à plusieurs reprises pour le faire cesser. Sans résultat. On dirait juste une mouche qui se débat, là, non ?

Mais la douleur finit par cesser. Elle laisse place au silence de l'adolescente. Grimaçante, tentant d'ignorer cette douleur qui se dissipe un peu trop lentement à son goût, elle se contente de passer son regard sur son agresseur puis sur Valérian. Est-ce qu'il va laisser faire ? S'est-elle à ce point trompée sur ce type ? Cela dit, ce ne serait pas la première fois qu'elle juge trop hâtivement les gens. Elle pensait bien que Eddie était amoureux d'elle quelques mois plus tôt...

Quoi qu'il en soit le mercenaire édicte une nouvelle règle : elle va devoir écrire le nom de leur groupe sur un papier et son camarade devra le dire à haute voix. Une manière simple mais efficace de voir si leurs violons sont accordés. C'est pas con ! Zelda garde toujours le silence et se contente d'un regard interrogateur à l'intention de son compagnon d'infortune. Qu'est-ce qu'ils sont sensés faire ? L'australienne considère le crayon et le papier avec méfiance. Et celle-ci s'amplifie encore lorsque Anton revient avec divers ingrédients bizarres. « Y'a un p'tit problème... » souffle-t-elle pour attirer l'attention des geôliers. « J'sais pas écrire ! C'est con, hein ? » Voilà qui fait tomber leur stratégie à l'eau. Même si, bien sûr, elle est parfaitement capable de coucher des mots sur un papier. « Donc l'plus simple c'est qu'vous libériez Eddie et qu'on échange nos rôles, non ? » Et comme ça le jeune homme pourra leur faire leur fête façon Cohen !

Et de son côté, elle va balancer à haute voix l'information histoire de leur faire gagner à tous un peu de temps : « Donc, du coup, pour le nom de notre groupe... » Instant de suspens ! « On est la joyeuse équipe des Allez vous faire foutre ! Une petite troupe itinérante, spécialisée dans les jeux du cirque. J'suis sûre que vous aimeriez notre spectacle ! C'est très conceptuel ! » Et, bien sûr, aussi complètement faux ! « Venez nous rendre visite à l'occasion ! Pour nous trouver c'est très simple : vous marchez jusqu'à l'ouest jusqu'à la plage ! Ensuite vous prenez un bateau, vous traversez l'océan jusqu'à trouver un pays rempli de chinois ! Vous les reconnaîtrez facilement, ils ont des yeux bizarres ! Puis c'est à gauche après la Grande Muraille ! » Quoi ? Ils ne s'attendaient tout de même pas à ce qu'elle obtempère, si ?

Zelda échange un regard avec Eddie. Elle sait qu'il y aura des conséquences à tout ceci. Mais là-bas, à Fort Ward, il y a des gens qu'ils aiment tous les deux. Pour June, pour eux, ils doivent tenir bon le plus longtemps possible...


Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1762
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] - Page 2 EmptyLun 12 Oct 2020 - 23:35
« Ah ! » Avec un grand sourire, Valérian baissa son arme et dévisagea la jeune fille, un éclat à la fois ravi et féroce dans le regard, similaire à celui d’un chat jouant - toutes griffes dehors - avec une souris. « Tu vois, Zelda ? Ce cher Edward ne souhaite pas ta mort. Bien au contraire ! Tout ceci n’était visiblement qu’un gros malentendu ! » Ses yeux noirs glissèrent de Zelda jusqu’au militaire et une certaine froideur figea soudain les traits de son visage. « Il semblerait par conséquent qu’Eddie ait tout intérêt à se montrer loquace. Au risque, sinon, d’avoir la mort d’une adolescente sur la conscience. Comme il l'a si bien dit. »

Si Valérian faisait mine de s’amuser de cette situation, les battements de son coeur étaient pourtant ébranlés d’une vive d’impatience. En dépit de sa désinvolture, le grec avait parfaitement conscience des enjeux de cet interrogatoire et luttait de fait pour contenir l’anxiété qui sourdait en lui - derrière la façade de marbre qu’il exposait ostensiblement à Eddie et Zelda. Il savait très bien que lui et Anton jouaient avec un feu particulièrement instable - qui menaçait à tout instant de leur exploser au visage. Pour obtenir les informations dont ils avaient besoin, tous deux devaient cependant s’approcher autant que possible d’une limite invisible et dangereuse, sans toutefois la franchir. Un exercice pour le moins dire périlleux, d’autant plus qu’Anton, tout comme lui, pouvait avoir le sang chaud !

Impassible, Valérian attendit qu’Anton ait asséné deux puissantes claques au jeune homme et reprit la parole d'un ton affable. « Parler d’homme à homme. Quelle bonne idée ! C’est exactement ce que nous attendons de toi, Eddie. » Il s’approcha d'un pas du militaire. « Parce que pour l’instant, tu ne nous apprends rien que nous ne sachions déjà. » Le grec se pencha légèrement et lui dit froidement, les yeux voilés d’une menace grondante - semblable à un orage sur le point d’éclater. « Comme l’a dit Anton : je t’ai posé trois questions. Et tu vas répondre aux trois. Sans te faire prier davantage. » Sinon, nul doute qu’ils s’engageraient tous les quatre sur un terrain particulièrement glissant, dont Valérian n’était pas certain qu’il existe d'échappatoire.

Après s’être éclairci la gorge, le grec consentit donc à ajouter : « Nous savons que les New Eden représentent une menace, oui. Mais nous ignorons dans quelle mesure, précisément. » À savoir, quand et comment cette menace prendrait-elle forme. « Votre expérience peut toutefois nous aider à l'identifier. Et à empêcher les habitants de Seattle de renflouer les rangs de votre ennemi. » Au final, il était donc avantageux pour eux de répondre à leurs questions. Hmm ?

Lorsque Anton se tourna vers Valérian, le grec l’écouta attentivement. Manifestement, le groupe de ces deux têtes à claques trouvait un intérêt tout particulier au No man’s land et s’y rendait fréquemment. Entre eux et les New Eden, Valérian avait de fait l’impression d’un morceau de viande que se disputaient deux molosses - pour une raison qui lui échappait cependant encore. « C’est étrange oui. Sais-tu s’ils s’adressaient à quelqu’un en particulier au No man’s land ? » demanda-t-il à Anton dans leur langue, avant de reporter son attention sur Zelda qui disait… Des bêtises.  

Hmpf. En proie à une vive exaspération, le grec contempla longuement la jeune fille, les mâchoires verrouillées, une veine palpitant à la tempe, puis jeta une oeillade féroce à Anton. « J’espère que tu as pris note de ce qu’elle a dit ? » fit-il mine de s’inquiéter, avant de reporter son attention sur Zelda. « Allez vous faire foutre ? J’en conclus que ton nom de scène est Va chier, petite conne et que ton numéro consiste à te faire découper en rondelles par une horrible femme à barbe ? » Il eut un grand sourire carnassier. « Le clou du spectacle étant, bien sûr, le moment où elle t'arrache à mains nues ta sale petite langue ! »

Valérian se tourna vers Anton pour lui dire d’un ton joyeux. « Je ne sais pas toi, mais, personnellement, le programme me plait bien ! »


Anger is an acid that can do more harm to the vessel in which it is stored than to anything on which it is poured - Mark Twain.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Anton Donovan
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1004
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] - Page 2 EmptyMer 14 Oct 2020 - 1:24
Valérian semblait prendre un malin plaisir à interroger la jeune femme, il avait un air quelque peu… amusé, prédateur, félin oserait-il dire ? Anton le regarda sans un mot, le laissant faire ce qu’il avait à faire. Même si le grec n’était pas aussi violent ou imaginatif de lui, le policier reconnaissait son talent sans aucun soucis et même appréciait la façon dont il parlait. Anton ne reprit la parole que pour répondre directement en « exilé » à Val’ « Non, pas que je sache, ce sera des questions à poser quand nous en aurons terminé avec eux. » Bon sang, c’était une telle idée d’apprendre cette langue : « Cette gamine est bien trop insolente, je vais la mettre au pas, tu me fais confiance ? Je t’emprunte ton revolver » Sans attendre l’assentiment de Valérian, il saisit le manurhin de son camarade, avant de vider toutes les chambres, à l’exception d’une seule. Avant de faire tourner le barillet.

Anton s’approcha et saisit le bras de la gamine avant de le tordre, profitant de sa force pour la manipuler comme une poupée de cire. Puis, il lui parla à l’oreille : « Zelda, si tu ne sais pas écrire, j’imagine que ça ne sert à rien de te laisser une main de libre n’est-ce pas. » Il plaqua le canon de son pistolet contre l’épaule droite de la gamine, l’orientant vers le haut que la balle ressorte au niveau de la clavicule. Il pressa la très lentement la détente, faisant durer le plaisir, cherchant des yeux la jeune femme. Puis finalement, le marteau frappa… dans le vide. Elle avait eu de la chance. Anton fit tourner de nouveau le barillet.
Puis, il s’assit en face d’Eddie… Le regardant pendant un long moment avant de poser l’arme de la même façon que sur la jeune femme. Doucement, il commença à presser encore une fois la détente. Quand le chien se relâcha finalement, il eut un grand bang et un filet de sang éclaboussa le mur derrière lui. Anton eut un regard silencieux pour Valérian, voulant très certainement dire « je n’aime pas le cirque. » avant de s’adresser eux deux blessés : « Seconde règle, si un de vous joue les fiers, que je suis contraint de le remettre dans le droit chemin, je fais subir la même chose à l’autre. Vous avez la vie de votre camarade entre vos mains. » ça voulait dire que si Eddie était blessé par balle, Zelda aussi prendrait une balle. Reste à savoir quand. Il replaça une cartouche dans l’arme et le refit tourner.

Le policier laissa Valérian poser un petit pansement licorne sur la plaie d’Eddie. Lui, il alla chercher la poudre blanche et les liquides avant de les poser juste devant eux, pour les introduire les uns aux autres. « Eddie, je fais appel à ton professionnalisme et Zelda, je fais appel à ton instinct de survie. Vous êtes des gens venant du même groupe, venant régulièrement au NML et vous n’étiez pas présent lors de la réunion des différents acteurs du MNL. Comprenez-vous pourquoi on est inquiet ? Avec les problèmes de scares crows, rien ne dit que vous n’êtes pas les éclaireurs d’un groupe qui nous veut du mal ? » Il fit une pause pour dévisser le pot devant lui et de le présenter aux deux : « Ceci est de la soude en cristaux. Sèche, elle est presque inoffensive. Par contre, en contact avec de l’eau… Disons… disons simplement que les brûlures qu’elle provoque sont parmi les pires envisageable. »

C’était implicite, à la prochaine bravade, il en saupoudrerait sur leurs vêtements histoire de marquer le coup. Rien de personnel dans cette histoire, mais il voulait des réponses et il allait en avoir : « Eddie, donc tu as trois questions auxquelles répondre et Zelda, tu en as une. Je vous écoute. »




No pain, no gain
ANAPHORE

The Exiles:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Edward J. Cohen
Seum 1er
Edward J. Cohen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 552
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] - Page 2 EmptyDim 18 Oct 2020 - 17:26
Les gifles activèrent l'adrénaline dans son corps. La mâchoire d'Eddie se crispa, mais il ne réagit pas. Il savait très bien qu'ils pouvaient faire bien pire.

- Peut-être parce que je n'en sais pas plus que vous sur New Eden, hasarda-t-il aux propos de Valerian.

Zelda continua sur sa lancée de débiter des conneries. La tension montait d'un cran. Ils n'étaient pas prêt de sortir. Pour être honnête, Eddie se demandait s'ils n'allaient pas se faire abattre une fois que les deux hommes auraient obtenus ce qu'ils désiraient. Il préférait pencher sur cette solution-là. Histoire de ne pas attendre bêtement que la situation se débloque d'elle-même.
Il envoyait des regards noirs à le jeune fille qui n'écoutait qu'elle.

Lorsqu'Anton dégaina son arme à feu, le militaire trépigna sur sa chaise, se retenant avec peine de bondir pour attaquer le plus âgé. Il pensait qu'il pouvait avoir une chance s'il jouait sur l'effet de surprise. Mais ils avaient Zelda entre leurs pattes. Même si Eddie ne la portait pas dans son cœur, elle était sous sa responsabilité.

- J'vous ai dis de pas l'écouter,
balança-t-il, les dents serrés, sans détacher son regard de la scène. Concentrez-vous sur moi … j'vais vous donner vos réponses concernant New Eden …

Le marteau frappa dans le vide. Un bref soupir lui échappa, mais Anton n'en avait visiblement pas fini avec eux. À son tour, le soldat eut droit à ce petit jeu. Il soutint son regard sans peine, hésitant à lui envoyer le coup de boule de sa vie. Il retint sa respiration quand l'arme se plaqua contre son épaule. Il ouvrit la bouche pour parler, mais une brusque douleur l'agita d'un bref sursaut. La détonation, proche de son oreille, lui déclencha de sales acouphènes. Il garda les dents solidement serrées, ne laissant qu'un grognement de douleur lui échapper. Yeux fermés, les muscles tendus, il encaissa cette vive douleur, ravala la nausée. L'avantage – qui peut-être n'en était pas un – était qu'Eddie n'en était pas à sa première balle.

La respiration saccadée, il rouvrit les yeux pour les planter dans ceux d'Anton. Des larmes d'effort coulaient le long de ses joues, mais autrement, il ne laisser transparaître aucun autre signe de faiblesse.

Il foudroya Valerian du regard qui approchait de lui pour limiter les dégâts, et prit plusieurs secondes pour reprendre un semblant de calme. Ses mains, dans son dos, tremblaient. Il écouta d'une oreille les propos d'Anton qui sortait du matos pour s'amuser à les torturer un peu plus. Le regard toujours braqué sur Valerian, Eddie ouvrit la bouche pour marmonner de telle sorte qu'il puisse à peine l'entendre s'il ne tend pas un minimum l'oreille.

- Les ch-chaussettes de l'Archiduchesse ...

Il profita d'une seconde de pause de sa part. Profitant de l'adrénaline qui parcourait son corps, il envoya vivement sa jambe, fauchant celle de Valerian. Dans le même élan, ses bras passèrent sous ses propres jambes pour les ramener sur le devant. Il ignora la brusque douleurs que cela suscita dans son bras, et fondit dans le même temps au sol, sur son ennemi, s'entortillant autour de lui comme un serpent, jusqu'à ce que ses jambes se retrouvent enroulées autour de sa gorge. Il contracta ses cuisses, manière à empêcher l'air de passer dans sa gorge.

Valerian immobilisé au sol, il envoya toute son attention sur Anton, l'avisant d'un regard noir qui n'appelait à aucune contestation.

- Si tu tentes quoique ce soit je lui brise la nuque, avertit-il en resserrant un peu plus son étreinte.

Il reprit son souffle, ignora la sale sensation qui lui remontait de l'épaule. Ses jambes se relâchaient à peine par à coups, juste ce qu'il fallait pour que Valerian ne tombe pas dans les pommes de suite, mais juste assez pour l'empêcher de tenter quoique ce soit.

- Tu vas mettre tes armes par terre, pour commencer. Doucement.


Muscle to muscle and toe to toe,
The fear has gripped me but here I go ▵
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: