The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
Oxymètre de pouls, Compteur de Saturation en ...
Voir le deal
4.10 €
-83%
Le deal à ne pas rater :
Antivirus McAfee Total Protection 2021 – 5 Appareils – 1 an
14.99 € 89.95 €
Voir le deal

Partagez
- L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anton Donovan
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1001
MessageSujet: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] EmptyJeu 17 Sep 2020 - 16:25
Anton regarda la gamine et son protecteur passer devant lui. A moitié miséreux, sous une couverture, le visage sale, faussement malade. Il ne devait pas particulièrement attirer l’attention, encore que, il sembla que la gamine le regarda avec l’air qu’on accordait aux chiens galeux. Le policier ne dit rien, se contentant de les observer se diriger vers la tente médicale. Ils n’allaient pas être déçu les deux, plusieurs personnes mourraient paisiblement du choléra pendant que New Eden distribuait des médicaments. A cet instant, le policier était très content de ne pas être malade. En même temps, qui serait heureux d’être malade ?

Il les observa de loin sans jamais les perdre de vue. Puis, au bout d’un certain moment, les deux revinrent sur leurs pas. Ils devaient avoir rencontré les gens qui mourraient lentement dans leur propre merde. Une super façon de mourir… Le binôme repassa devant lui et quand il fut passé, Anton s’essuya le visage repassa un coup rapide dans ses cheveux avant de se lever et d’envoyer valser sa couverture dans un coin. C’est d’un pas rapide qu’il emboita la direction des deux pour les suivre pendant un moment. Regardant autour de lui, s’assurant que tout se passerait comme prévu. Ce ne fut que quand ils furent à une distance respectable du NML qu’Anton se décida à les rattraper franchement, courant presque, s’arrêtant à trois ou quatre mètres d’eux, l’air faussement essoufflé  et les interpelant pour qu’il fixe leur attention sur lui. « S’il vous plait, Aidez-moi ! »

Profitant de la demi-seconde qu’ils mirent à se retourner, Anton n’hésita pas, il dégaina ses deux pistolets braquant celui de droite sur l’homme et celui de gauche sur la gamine. Assez loin pour avoir le temps de réagir s’ils lui fonçaient dessus et pour les avoir tous les deux en entier dans son champ de vision. « Aidez-moi, en mettant les mains en l’air, l’un comme l’autre. Il la voix ferme, comme lorsqu’il procédait à une interpellation. Ses mains ne tremblaient pas, prêt à tirer au moindre geste suspect de la part de ses cibles. Ça se passait comme prévu.

Sans quitter l’homme, Eddie si ses sources de la cage disait vrai, qui était sans contexte le plus dangereux des deux. Anton glissa sa main gauche à sa ceinture et saisis sa paire de menottes avant de l’envoyer à la jeune femme. « Jenny. Tu me l’attache, les mains dans le dos, pas de blague gamine. Tu fais la moindre connerie, il s’en prend une en pleine tête. » Il se remit en position de tir, attendant qu’elle lui obéisse.

Spoiler:
 




No pain, no gain
ANAPHORE

The Exiles:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Edward J. Cohen
Seum 1er
Edward J. Cohen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 552
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] EmptyJeu 17 Sep 2020 - 22:45
- Okay, ne traînons pas ici. Manquerait plus qu'on attrape ça et qu'on le refile à tout le monde sur l'Île.

Dommage, la grande majeure partie de leur mission résidait ici, au No Man's Land. Une mission de la plus haute importance même, puisqu'il s'agissait d'une formation de civils sur le terrain, et plus précisément des jeunes civils.
Techniquement, la mission devait être sans danger. Du repérage, surtout, apprendre à connaître et reconnaître les lieux, à se déplacer le plus efficacement possible, connaître les coins à éviter ou à emprunter … Pour certains adolescents et jeunes adultes qui n'avaient jamais quitté l'Île, c'était effectivement important. Mais Eddie aurait préféré être affilié à une autre mission. Il avait l'impression de perdre son temps. Ses compétences pouvaient être utilisées autrement, et ce n'était pas comme si leur camp pouvait se permettre de se passer des éléments les plus travailleurs.

Et puis, il avait fallu qu'on lui colle Zelda. Fort bien. Cohen savait être professionnel. Néanmoins, avant de partir, il avait fait une moral à la jeune fille qu'elle devrait sans doute garder en mémoire jusqu'à la fin de ses jours. Il n'avait pas été tendre, allant même jusqu'à balancer des menaces. Un accident, à l'extérieur, c'était vite arrivé. Si elle refusait de se tenir à carreaux et de lui obéir au doigt et à l'oeil, il y avait de fortes chances pour qu'elle ne revienne jamais sur l'Île. Et Zelda avait dû comprendre à l'intonation de sa voix et à l'expression sur son visage qu'il ne rigolait pas.

C'était triste, de devoir en arriver-là, d'ailleurs. Le gentil Eddie avait bien changé, et avait été obligé de se durcir drastiquement, que ce soit avec Zelda, ou beaucoup d'autres civils qui n'arrivaient pas à s'entraîner sans se plaindre ou sans râler. Mais puisque la manière douce ne fonctionnait décidément pas, et bien … le militaire allait changer de rôle.

- Tant pis pour cette fois.

Ils empruntèrent une rue tandis qu'il réajustait son sac sur son dos en réfléchissant à la suite. Au passage, il avait pu noter quelques informations intéressantes malgré tout, notamment sur la présence des New Eden dans le hangar.

- Je vais nous faire passer par la Cage, reprit-il en regardant devant lui.

Il n'eut même pas le temps d'approfondir son explication qu'une voix le coupa net. À peine le duo eut-il le temps de faire volte-face qu'ils purent découvrir deux canons pointés vers eux. Par réflexe, Eddie porta vivement sa main à sa ceinture, mais il comprit que ce geste était beaucoup trop dangereux au vu de la détermination du type. Un type dont il connaissait le visage et le nom. Anton.

Lentement, il leva les mains de chaque côté de son visage, mais le regard du militaire devint froid comme la glace. Il jeta un regard à Zelda, le regard qui voulait dire que ce n'était pas une mise en scène.
Il suivit des yeux les menottes qu'Anton jetait à la jeune fille et prit une inspiration avant d'ouvrir la bouche. Mains devant lui, il essaya d'apaiser la situation.

- Est-ce qu'on a besoin d'en arriver-là ? Est-ce que vous ne pouvez pas nous dire ce qu'il se passe ? Ce que vous voulez ? On peut s'arranger. En tant qu'humains civilisés.

Il hocha la tête, balança de nouveaux ses prunelles sur Zelda. Par pitié, qu'elle ne fasse pas l'idiote, où la situation allait leur échapper pour la dernière fois de leur vie.

- Si c'est pour nos affaires, la violence n'est pas nécessaire. Si c'est pour des informations … de même.

Le militaire, renseigné sur la population extérieur à l'Île, connaissait assez le mercenaire pour savoir qu'il n'était pas un simple pillard idiot. Il se doutait qu'il ne le visait pas lui par hasard. Et c'était peut-être plus inquiétant encore de savoir qui était son adversaire.


Muscle to muscle and toe to toe,
The fear has gripped me but here I go ▵
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 5001
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] EmptyVen 18 Sep 2020 - 1:11
« Dégage, saloperie ! »
Le coup de pied écarte le rat qui tentait de grimper sur ses bottes. Zelda n'aime pas vraiment ces bestioles. Mais qui les aime en même temps ? Elles ne servent à rien ! Un peu comme tous ces gens qui s'agglutinaient dans cet entrepôt. Des forces vives - quoique amoindries à cause de cette épidémie - privées de réel but. Sous l'égide de Fort Ward ils pourraient donner un sens à leur vie. Et pour l'heure ils se contentent surtout de crever. Ou alors d'être sauvés par l'aide que semble avoir dépêchée New Eden. Pour Bainbridge Island, il vaudrait sans doute mieux que les malades meurent. L'australienne se rend bien compte que ces fanatiques sont en train de marquer des points parmi les gueux. Ce n'est pas bon...

Quoi qu'il en soit l'adolescente a attendu d'être suffisamment éloignée du No Man's Land pour retirer le tissu, prélevé sur son t-shirt, de sa bouche. Elle ne compte franchement pas tomber malade elle aussi. Et encore moins ramener une maladie au camp. Elle décoche un regard en coin à Eddie. Ce dernier a été très clair : si elle fait une bêtise, il risque de la tuer. Cela fait depuis leur départ qu'elle attend le moment pour s'excuser une nouvelle fois. Il faut dire que c'est la seule opportunité qui s'est présentée depuis bien longtemps. Et elle entend bien la saisir.

Mais ce dernier parle maintenant de faire un détour par la cage. Elle l'observe, interloquée. Il veut aller se battre ? Car c'est bien à ça que sert cet endroit, non ? Elle en a déjà entendu parler. Mais elle ne pensait pas s'y rendre un jour. Pourquoi pas, après tout. Et puis ce n'est pas comme si on lui demandait son avis de toute façon. « Bien reçu ! » L'australienne se contente d'une réponse à la rigueur toute militaire. Par crainte de faire une faute, de dire quelque chose qui pourrait être mal interprété. Eddie n'attend peut-être qu'une opportunité pour l'abandonner ? Voir même lui tirer dessus ?

Et puis il y a tout d'un coup ce type qui se précipite sur eux. Un gueux ! Zelda esquisse un pas pour se reculer. Hors de question qu'il lui souffle ses microbes à la tronche ou qu'il se jette dans ses bras. Elle est relativement rassurée quand elle se rend compte qu'il n'en sera rien et qu'il va se contenter de les menacer de ses armes. Ce n'est pas la première fois qu'on la met en joue. Et franchement, elle ne parvient toujours pas à s'y faire. « Putain mais t'es qui, toi ?! » demande-t-elle, yeux plissés, non sans lever les mains.

Qu'est-ce qu'elle est sensée faire ? Ils n'ont clairement pas l'avantage mais elle craint ce qui pourrait arriver. Un viol ? De la torture ? Après tout ce mec pourrait très bien être un détraqué. Elle obtient un début de réponse quand l'inconnu l'appelle Jenny. Un pote à Valérian et Allïa ? C'est les seuls personnes à qui elle a donné ce prénom...

Un réflexe la pousse à attraper les menottes au vol. Attacher Eddie ? Elle observe son camarade comme pour obtenir la confirmation que c'est bien ce qu'il faut faire. Oui, on dirait bien que c'est le cas. Alors elle lâche un soupir et passe derrière son aîné pour glisser la première entrave autours de son poignet.

Et puis pendant qu'Eddie s'exprime, elle hésite. Doit-elle fermer la seconde ? Difficile de réfléchir correctement lorsque votre vie est directement menacée. « Et comment vont Valérian et Allïa ? » Ils ont quand même dû lui dire qu'ils ont collaboré, non ? Si ce mec cherche à se venger, elle voit mal pourquoi. Quoi qu'il en soit elle donne au moins un indice supplémentaire à Eddie. Histoire de lui faire comprendre pourquoi il l'a appelée comme ça et peut-être l'aider à dresser un tableau plus complet de la situation.

Quant à la seconde menotte, elle oublie volontairement de la fermer. Tout au plus se contente-t-elle d'engager la partie dentelée dans le verrou. Si son aîné souhaite refermer la menotte alors il n'aura qu'à exercer une petite pression. Et sinon... Ben on verra bien !


Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1755
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] EmptyVen 18 Sep 2020 - 22:18
« En ce qui me concerne : très bien, merci. » répondit aimablement Valérian en sortant de l’ombre d’une rue adjacente, son revolver braqué en direction de la jeune fille. Si son expression était résolument féroce, l’ombre d’un sourire fit cependant frémir ses lèvres. « Ravi de constater qu’une jeune fille se cachait bel et bien sous la crasse, la dernière fois que je t’ai vue. » À pas prudents, il quitta sa cachette et s’approcha à son tour du duo, prenant celui-ci en tenaille avec Anton.

Les muscles tendus, le grec ne quittait pas le duo des yeux et se tenait prêt à réagir au moindre geste suspect de leur part. Peu lui importait l’âge de cette jeune fille. Il ouvrirait sans hésitation le feu si Jenny ou son compagnon cherchaient à échapper au piège qui s’était inéluctablement refermé sur eux. Il n’était effectivement plus question d’entraide ou de boutades bon enfant. Non. Valérian, tout comme Anton, était ce jour-là déterminé à obtenir des informations de ces deux individus. Quitte, pour cela, à se salir les mains et les leur arracher par la force. Quoique le grec espérait très sincèrement ne pas en venir à de telles extrémités.

« Je vois que tu t’es dégotté un nouveau garde du corps. Un autre de tes frères, je présume ? » demanda-t-il ensuite à Jenny, tout en dévisageant intensément l’homme qui l’accompagnait. Un dénommé Eddie, d’après les informations qu’Anton avait récoltées à son sujet. Selon l’ancien policier, lui et la jeune fille faisaient partie d’un groupe conséquent, appelé les Remnants, susceptible de présenter une menace pour les clans plus réduits de Seattle. Pire encore, il se pourrait que ceux-ci se soient en guerre contre les New Eden. Ce qui, aux yeux du grec, serait tout bonnement catastrophique pour l’Industrial District.

Comme des rats, ils se feraient en effet écraser par la puissance de feu de ces groupes, lorsque surviendrait un hypothétique mais très probable conflit. Avec ces gros poissons qui rôdaient dans la nature, nul doute que l’équilibre précaire qui préservait Seattle d’un affrontement majeur risquait à tout moment de se rompre et de les mener à leur perte.

Valérian en était intimement convaincu. Il ne comptait donc pas rester les bras croisés à attendre que survienne la catastrophe. Il voulait savoir ce qui se tramait, au-delà de l’Industrial District, de Seattle et de leur perception décidément réduite de ce monde en pleine effervescence. Monde qui risquait à tout moment de les annihiler. Quoique les clans de Seattle ne seraient dans ce cas que des pertes négligeables, perdues dans les rouages d’un conflit qui les dépassait en taille. Pour New Eden et ces Remnants, ils ne seraient en effet que de la chaire à canon. Rien de plus. De la vermine qu’on écrase négligemment sous la semelle de sa chaussure. Des dommages collatéraux, dont on se moque éperdument.

« Quoi qu’il en soit, l’avertissement de mon ami est également valable pour toi, Eddie. » Valérian s’immobilisa à une distance raisonnable du duo, son revolver toujours braqué en direction de Jenny. « Si tu tentes quoi que ce soit, c’est elle qui en paiera le prix. » Il secoua la tête, une ride indéchiffrable fichée entre les yeux. « Sachez cependant que nous préférerions régler cette affaire en tant qu’humains civilisés ; comme vous l’avez si judicieusement suggéré. »

« Tout ce que vous avez à faire, c’est répondre à nos questions. Répondez-y. Et vous serez libres de repartir indemnes. » Valérian croisa à cet instant le regard d’Anton. Il savait que pour parvenir à ses fins, l’ancien policier était capable de laisser libre cours à une violence sans nom. Il espérait de fait que le duo collabore avec eux, conscient qu’il ne pourrait autrement pas réfréner la fureur d'Anton. Le grec attendait quant à lui de juger les informations que leur fourniraient les deux individus avant de déterminer s’il était risqué ou non de les relâcher vivants. La survie des siens prévalait en effet sur tout. Et même sur sa parole.

Après que la jeune fille ait menotté son compagnon, Valérian fit un nouveau pas dans leur direction, puis reprit la parole. « Commençons par les questions simples, voulez-vous ? Quel lien votre groupe entretient-il avec New Eden ? »


Anger is an acid that can do more harm to the vessel in which it is stored than to anything on which it is poured - Mark Twain.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Anton Donovan
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1001
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] EmptySam 19 Sep 2020 - 0:20
Anton ne bougea pas d’un pouce. L’homme faisait preuve de retenue et de diplomatie. Ce n’était pas un cow-boy, il était dans une situation stressante, avec une gamine. Mais il parvenait à maintenir son calme, au moins en apparence. « C’est précisément car je ne veux pas « en arriver là » qu’on te met les pinces Edward. » Les échos qu’il avait eu sur cet homme laissait penser qu’il était un expert au corps à corps, probablement meilleur qu’Anton et sûrement plus en forme.   « Tu as meulé la tronche de l’autre débile de footballeur, le grand blackos, et tu l’as fait super propre. Tu sais te battre et moi je prends mes précautions.   Le ton employé par Anton était sans appel, froid et dur. Mais aussi très professionnel. Peut-être qu’il pourrait tirer des informations de l’homme sans trop forcer et le forcer finalement.  

Surtout avec l’aide de Valérian. En espérant que son ami grec soit un peu plus en forme qu’au mois de février, car le coffre de la voiture d’Anton regorgeait de fournitures dont le seul but serait de faire du mal. Mais s’ils pouvaient quand même s’en sortir sans ça au début… L’intervention du grec lui arracha un sourire, ça, ils ne l’avaient certainement pas vu venir. En son for intérieur, il avait espéré une entrée stylisé et le grec ne l’avait pas déçu. Ils formaient vraiment une bonne équipe, ses propos complétaient bien ceux que le policier avait déjà prononcé, rien à redire.  Comme le fait de s’assurer la tranquillité d’Eddie en menaçant la gamine.

Cependant, quand la petite passa les menottes à son comparse, le policier tendit l’oreille pour écouter les claquements indiquant à quel point le bracelet était serré. Sur au moins une des mains, il était totalement lâche. Anton s’avança d’un pas   « Jenny. Je n’ai entendu qu’un seul claquement pour la seconde menotte. Sois assez aimable de la fermer correctement.  » En dépit de cette façon très polie de demander, il y avait de l’acier dans sa voix. Si elle cherchait la merde, alors la gamine s’en prendrait une. Anton était bien placé pour savoir qu’un ou une ado de 15-16 ans pouvait se montrer aussi dangereux qu’un adulte.

Il avait coupé plus ou moins la parole à Eddie en interpelant l’adolescente mais ce n’était pas très grave. Ils allaient avoir tout le temps d’en parler, sans appel, il déclara « On va aller dans un coin tranquille avec une petite bière. » Avant d’inviter ses deux prisonniers à entrer dans une petite boutique non loin. Comme tout ici, c’était dévasté, mais ils trouvèrent une ancienne salle de repos avec quelques vielles chaises, des fenêtres avec des barreaux, un énorme radiateur en fonte, à l’ancienne. Anton aida Eddie à s’assoir sur une chaise, pour le moment, l’autre ne méritait pas d’être maltraité. Mais ça pourrait changer.

Il se redreassa pour lancer à son camarade, dans la langue qu’ils avaient inventés. D’un mélange de grec et d’Allemand : « Valérian, sois un amour, récupère leurs armes et attache la petite à un radiateur.» Puis Anton se plaça devant Edward, sans prêter plus attention que ça à ce que faisait son ami. « Bien. On va commencer doucement. Eddie, réponds à la question de Valérian et puis ensuite parlez-moi un peu de votre groupe, qui avez-vous envoyé pour la rencontre de juin, lorsque nous avons décidé de nouer des alliances ? » Question facile au demeurant, mais ça serait bien pour commencer.

Spoiler:
 




No pain, no gain
ANAPHORE

The Exiles:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Edward J. Cohen
Seum 1er
Edward J. Cohen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 552
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] EmptyMar 22 Sep 2020 - 22:16
- Je sais me tenir, balança-t-il dans une pointe d'humour alors qu'Anton affirmait que les menottes étaient nécessaires pour la conversation se passe au mieux.

Il balança ensuite un regard pleins de questions à Zelda qui semblait connaître également Anton. Dans la tête du militaire, tout s'était mis à tourner. Est-ce qu'ils faisaient équipe ? Est-ce que c'était un piège ? Est-ce que tout était un coup monté ? Il avait aucune idée de ce qui était en train de se passer, et ça le foutait en l'air de pas savoir.

À la mention de son combat dans la cage, Edward détourna les yeux, vaguement agacé de constater que les rumeurs allaient si vite. Il eut, néanmoins, un bref sourire un peu moqueur.

- Je sais autant me battre qu'il a un goût prononcé pour la mise en scène. J'aurais pas aligné deux coups s'il avait été plus concentré.

Et un autre type sortit de nul part. L'air satisfait et concentré, il s'adressa à eux, et particulièrement à Zelda. Son visage lui disait également quelque chose, mais il n'arrivait pas à mettre un nom sur lui, et c'était frustrant au possible.

- D'où tu les connais ? Lui souffla-t-il.

Pas le temps de bavarder, Anton mit de suite les holas. Dans un froncement de sourcils contrarié, Eddie enclencha lui-même la seconde menotte. Histoire de prouver sa bonne foi, sans doute.

Dans tous les cas, la situation était clair et le militaire n'était pas de ceux jouant volontairement avec le feu. Il n'allait pas faire le malin ainsi pris en sandwich, et il ne doutait pas que ces deux hommes soient capable d'ouvrir le feu sans regret.

- Répondre à des questions, ça m'a pas l'air d'être un exercice compliqué.

Il ne pouvait s'empêcher de balancer son regard sur Zelda. Est-ce qu'elle était avec eux ? Ça pouvait être une mise en scène. Elle pouvait très bien jouer un rôle depuis le début.

Lorsque l'homme sans nom posa une question, Eddie redressa les épaules et le considéra sans baisser les yeux. Il ouvrit la bouche pour lui répondre du tac au tac, mais Anton choisit d'aller s'isoler un peu.
Ça ne plaisait pas au militaire. Ça ne lui plaisait pas du tout. Son rythme cardiaque s'était accéléré malgré lui. Il fallait qu'il garde l'esprit clair. Il fallait qu'il reste concentré et qu'il ne cède pas à l'adrénaline qui gonflait dans ses veines.

Dans cet endroit démoli, le quatuor prit ses marques. Les deux kidnappeurs s'exprimèrent dans une langue que Cohen ne connaissait pas, mais il reconnut sans mal des intonations allemandes. Néanmoins, ils pouvaient noter qu'il conservait un calme olympien. Son regard, également, ne se dérobait pas, et fouillait sans relâcher, sur eux, autour d'eux, partout. Il ne fallait pas être un géni pour constater que son cerveau marchait à deux cent à l'heure dans l'optique de le sortir de cette situation délicate.

Il redressa son dos lorsqu'Anton se posa devant lui. Ne posa sur son visage aucune expression de défi, aucune provocation. Il n'y avait dans son attitude qu'une patience à toute épreuve. Pour un peu, on pourrait croire qu'il s'attendait à ce contre-temps.

L'interrogatoire commença pour de bon.

Le jeune homme prit le temps de considérer la question. Ses prunelles glissèrent sur le fameux Valérian, puis sur Zelda, pour remonter sans se presser sur Anton.

- On est pas très ami avec Eden, commença-t-il avec simplicité.

Puis il demeura quelques secondes sur la deuxième question, à fixer Anton en même temps qu'il réfléchissait.

- Je vois pas de quoi vous parlez. On a jamais envoyé personne.

Il guettait leurs faits et gestes, attendant une faute de leur part, une maladresse, ou n'importe quoi qui pourrait lui offrir une ouverture.


Muscle to muscle and toe to toe,
The fear has gripped me but here I go ▵
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 5001
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] EmptyMer 23 Sep 2020 - 16:19
« Celle-là, j'l'ai pas vue venir... »
La présence de Valérian a au moins le mérite d'expliquer certaines choses. L'adolescente dévisage le nouveau venu avec un scepticisme évident : qu'est-ce qu'il a derrière la tête, lui, cette fois ? Il ne pouvait pas se contenter du statut quo ? Zelda se contente d'une grimace agacée lorsque l'homme se fend d'une remarque sur son apparence physique. Elle n'a pas vraiment envie de rire, là. Et encore moins lorsqu'il lui demande si Eddie est un autre de ses frères. « J'ai une grande famille ! » élude-t-elle simplement, peu désireuse d'alimenter les répliques de son nouvel interlocuteur. « Et toi, alors ? Tu t'es dégotté une nouvelle p'tite copine ? » Son regard glisse sur le mec qui les a alpagués en premier. C'est qui, lui ?

Celui qui doit néanmoins le moins comprendre ce qu'il se passe, c'est probablement Eddie. Il lui demande d'ailleurs d'où elle connaît ces deux salopards. Est-ce qu'il croit qu'elle a quelque chose à voir avec tout ceci ? « Connaître, c'est un bien grand mot... » On ne peut pas exactement dire qu'elle sache grand chose sur eux. « J'ai rencontré Valérian y'a quelques semaines, pendant qu'on visitait l'coin avec mon frangin ! » Avec un peu de chance le jeune homme se rappellera qu'elle est partie en expédition avec Stanley et d'autres membres du groupe. Pour l'heure elle préfère ne pas trop s'étaler sur le sujet. « Et la femme à barbe, là, j'sais pas du tout qui c'est... » Mais elle ne l'aime pas. Il se la pète un peu trop à son goût. Et en plus il a l'air à peu près malin puisqu'il évoque les menottes mal refermées. « Ah bon ? P't-être bien, ouais ! J'sais pas trop comment ça fonctionne ces trucs-là... » Par contre il peut toujours courir pour qu'elle referme correctement l'entrave sur le poignet d'Eddie. Ce dernier est probablement sa meilleure chance de survie. Un peu comme Stan le fut à l'époque de sa première rencontre avec Valérian.

Toujours est-il que ce dernier décide de jouer le rôle de leurs agresseurs et de refermer lui-même la menotte. L'australienne plisse les yeux. Elle espère qu'il a un bon plan ! Parce que pour l'instant ils semblent bel et bien faits comme des rats. Zelda considère le canon sombre de l'arme pointée dans sa direction. Visiblement, pour changer, c'est elle qui ferait les frais d'un éventuel mauvais comportement. Résignée mais aussi agacée, elle lève les yeux au ciel. « Oh allez... ! On va encore remettre ça ? » maugrée-t-elle. C'est une véritable obsession, là, non ? Quand ce n'est pas Allïa qui menace de la buter, il faut que ce soit Valérian qui prenne le relais. L'adolescente ricane lorsque ce dernier évoque, en faisant écho à l'inconnu, son désir de résoudre les choses de manière pacifiques. Comme des gens civilisés. « Les humains civilisés, en général, ils agitent pas leurs armes comme des détraqués pour engager l'dialogue avec les autres ! Ca, en fait, c'est c'qu'on appelle des psychopathes ! Juste pour dire, hein ! » Et c'est exactement parce que Seattle est gangréné par les sauvages que Fort Ward a le lourd devoir de préserver la civilisation et le bon sens. Ces deux-là illustrent à la perfection la difficulté incarnée par un but aussi noble...

Quoi qu'il en soit le quatuor se retrouve bien vite dans une ancienne boutique et Zelda, attachée à un radiateur. Elle aurait pu tenter de s'enfuir mais... à quoi bon ? Pour laisser Eddie seule avec ces deux-là ? Ce serait lâche. Et puis elle doute franchement qu'elle aurait pu échapper aux balles qui auraient inévitablement sifflé dans le sillage de sa fuite. Mieux vaut être capturée que morte, non ? « Juste au cas où... J'comprends bien l'délire du Si tu parles pas, on troue Jenny, hein ! C'est malin et tout, j'dis pas ! Mais l'truc qu'vous devriez savoir c'est qu'Eddie, il serait sûrement ravi qu'vous m'butiez ! » S'ils pouvaient trouver un autre moyen de pression, ce serait chouette. Parce qu'elle doute franchement que le but principal du jeune homme, en cet instant, c'est de la sauvegarder. « Pour vous la faire courte il croit que j'ai voulu l'assassiner ! » Alors que non, pas du tout !


Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: