The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
– 40% sur les SWEATSHIRTS & SWEATS À CAPUCHE
Voir le deal

Partagez
- Hello doc' -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jill S. Blair
Administrateur
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 540
MessageSujet: Re: Hello doc'   Hello doc' - Page 7 EmptyLun 7 Déc 2020 - 23:46
- Oh man, les twinkies… excellent choix, jugé-je en la regardant détailler son péché mignon – j’avoue que c’est drôle d’imaginer la froide docteur Wheelan s’enfiler calories sur calories, et tu sais, je pense que le parc aquatique aurait ses chances, je feins sérieusement y penser puis attrape la bouteille pour y boire à mon tour.

C’est fort, ça me brûle un peu le gosier, mais c’est une chaleur qui fait du bien. C’est pas n’importe quelle crue. Arizona va me tuer si elle apprend que j’ai fini sa bouteille. Heureusement, des années dans la police, ça me permet d’avoir plein de bonnes astuces pour faire disparaître un corps. Y compris celui d’un whisky haut-de-gamme. Sur ces bonnes pensées, je m’offre une seconde rasade qui se termine quand Maeve me demande pourquoi je l’ai invité. Hum…

- J’ai instantanément été séduit par ton charabia quand tu m’as expliqué ce que tu allais faire à ma main, réponds-je en exagérant un air mystérieux.

Je ris ensuite, ce n’est évidemment pas vrai. Ma main tâtonne jusqu’aux cheetos que je n’enfourne pas. Je ne vais pas tourner autour du pot ni bricoler une histoire, ce serait contraire à ma réputation, pas vrai ?

- Je reconnais qu’au départ, c’était uniquement parce que… t’as un truc et que ça me plaisait bien. Mais au final… je suis pas mécontente que t’aies refusé d’abord.

Ça n’aurait pas été pareil. On se serait retrouvées au Summer, je l’aurais draguée de façon superficielle, j’aurais joué de la discussion dans l’unique but de la séduire. Ça n’aurait rien eu à voir avec cette échange de nostalgie, ça n’aurait été qu’une entrevue éphémère, sans substance, sans lendemain. J’aurais peut-être gagnée l’amante d’une nuit, mais ça n’aurait rien eu d’aussi grisant que cette braise d’amitié – ou de… je ne sais pas ce qu’on pourrait devenir.

- J’ai hésité à inventer que c’était pour t’entendre me faire une thèse sur la traumatologie, mais tu ne m’aurais pas crue, j’en suis sûre, je glisse enfin les chips au fromage dans ma bouge et m’essuie fugacement le coin des lèvres du bout des doigts, le plus marrant c’est que quand tu as finalement proposé pour le verre, je m’étais déjà résigné à ne pas avoir d’autre tête-à-tête avec toi, ça me fait rire un instant, je repose la joue sur mes genoux et la regarde avec malice, bref, l’essentiel, c’est qu’un soit là ! Et j’ai une autre question…, qu’elle ne pense pas que j’en ai fini avec elle ! Raconte-moi… n’importe quoi sur toi. Une anecdote, qui te caractérise et que tu as envie de me confier.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Survivor
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 457
MessageSujet: Re: Hello doc'   Hello doc' - Page 7 EmptyMar 8 Déc 2020 - 0:24
Un... truc ? Elle arque un sourcil interrogateur, se demandant bien ce que pouvait être ce truc en question sans en formuler la requête à haute et intelligible voix. En dehors de son travail, dans lequel sa prétention n'avait d'égal que son talent, elle ne s'était jamais trouvée ni originale, ni sortant du lot. Elle était plutôt banale, dans le sens le plus barbant que pouvait posséder ce terme. Non pas que la chirurgienne allait s'en plaindre si ce fameux truc était la cause principale de leur entrevue et ce moment particulier sa résultante directe. Elle hausse donc une épaule, se satisfaisant de cette réponse, un mystérieux sourire accroché aux lèvres. « Suis moi je te fuis.... » La quarantenaire ne prend pas la peine de terminer ce dicton plus que célèbre et mille fois employé pour justifier son changement d'humeur concernant l'invitation de Jill, elle avait déjà expliqué son choix précédemment.
Détaillant longuement la jeune femme qui lui fait face malgré lé pénombre, elle ne peut nier que la flic a un petit quelque chose. Elle n'est pas de ses beautés stéréotypés que l'on rencontre parfois. Peut-être était-ce son assurance, son bagout, sa spontanéité ou cette impression que tout glissait sur elle comme de l'eau sans l'atteindre mais elle dégageait quelque chose d'assez... attractif.

Secouant la tête pour effacer cette pensée, la canadienne se venge sur le morceau de viande séchée qu'elle tient encore en main. À vrai dire elle n'a pas réellement faim, son appétit n'étant pas encore pleinement revenu mais elle se dit que c'est un bon moyen d'éponger un peu l'alcool qu'elle vient d'ingurgiter. Amusée par la nouvelle question de Jill, elle lève les yeux au ciel, faussement agacée. « Si tu t'étais résignée à ne plus avoir d'autre tête à tête il en faut visiblement plus pour te résigner niveau interrogatoire. Déformation professionnelle ? » Elle la taquine évidemment, et ne se sent pas acculée dos au mur, loin de là. Mais puisque sa comparse est joueuse, du moins c'est le sentiment qui ressort de cette soirée, Maeve laisse un silence planer plus longtemps que les circonstances l'exigent, calquant sa position sur celle de la trentenaire et ramenant ses jambes contre elle, ajustant de nouveau le plaid. « Je vais faire mieux que ça. Je vais t'en offrir trois. Deux vraies et une fausse. Si tu devines juste, tu pourras me demander ce que tu veux. » En paroles, ou en action. Une proposition plus que correcte aux yeux de la toubib.

Attendant le consentement de l'ex policière, elle termine sa viande, se raclant la gorge en faisant mine de réfléchir. « Quand j'étais petite, alors que toutes les autres petites filles avaient un chat ou un chien ou même les deux, j'avais une collection de vers de terre et une fourmilière dans ma chambre que j'ai étudié pendant de nombreux mois. » Marquant une pause, elle se dit que celle-ci définit pleinement l'enfant qu'elle a un jour été, considérée comme un brin étrange par ses camarades mais qui avait finalement suivi une voie qui avait été parfaite pour elle. « Juste après mes études je suis partie travailler une année comme médecin bénévole en Ouganda, en Afrique, dans un dispensaire. » Ceci, elle l'avait plus ou moins inventé. Certes, elle avait fait du bénévolat dans un dispensaire mais sur Seattle, elle n'avait jamais quitté le continent américain, juste franchi la frontière qui séparait Etats-Unis et Canada.  « J'ai eu une liaison avec un homme de Fort Ward pendant plusieurs années, tenue secrète. » Et quelque part, cette simple révélation en disait également long sur la femme qu'elle était toujours aujourd'hui. La femme de l'ombre, encore une fois. Non pas qu'elle blâmait son ancien amant pour cela. Préserver son intimité avait été son initiative et non la sienne.

Terminant ses propositions, elle laisse un nouveau sourire mystérieux se peindre sur ses lèvres, plus amusée de la situation qu'elle ne l'aurait pensé. « Alors, détective Blair ? Verdict ? »


+ Do your worst, I'll do my best +
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Administrateur
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 540
MessageSujet: Re: Hello doc'   Hello doc' - Page 7 EmptyMar 8 Déc 2020 - 22:16
- Ça se peut, réponds-je quand elle me demande si cette interrogatoire est une déformation professionnelle.

C’est surtout que c’est bien évidemment plus fun de la découvrir comme ça, par des questions décousues. J’aurais aussi pu lui sortir une traditionnelle série de « tu habitais où avant ? », « tu avais un compagnon ? », « quels étaient tes hobbies ? », mais brrrrrf qu’est-ce que ça aurait été chiant. Le mieux, c’est quand la chirurgienne modifie les règles pour en faire de meilleure.

- Catchy, je kiff. Envoie !

Et après elle va se faire passer pour une femme terne et ennuyeuse ? Elle a de super ressources, il suffit d’aller la titiller un peu dans sa coquille. Je profite donc du whisky en attendant qu’elle rassemble ses mensonges. Je sens déjà moins le froid et ce n’est pas grâce au plaid. Mes paupières papillonnent brièvement, cherchant un focal qui devient plus difficile à conserver.

- Ouuuh, ok-ok, fais-je alors qu’elle termine et m’invite à deviner.

Je ne repose pas ma tête, je la fixe avec intensité, comme si la réponse se trouve justement dans ses yeux. Une légère brise me renvoie une mèche de cheveux en travers du visage. Mes doigts la glisse pensivement derrière mon oreille et une autre gorgée de liquide ambrée achève de me donner l'inspiration. Je replace ensuite la bouteille entre nous, l’enfonce dans le sable pour qu’elle ne bouge pas et m’humecte les lèvres.

- Bon. La première est trop atypique pour que tu l’aies inventée. Je pense que c’est vrai – et à titre personnel, je trouve ça génial, précisé-je avec un sourire et une œillade complice, la troisième est compliquée… tu as déjà eu une relation secrète, tu pourrais très bien utiliser ce stratagème pour m’induire en erreur. Hum…, je réfléchis encore un peu et… oh, la lumière se fait : attends, tu as dit avoir passé 15 ans dans un hôpital à Seattle – les 15 années où tu t’es enfilé des twinkies. T’as quoi… 44-45 ans ? Je sors le chiffre avec une petite moue navrée – je sais, c’est pas très cool de parler de l’âge d’une dame, mais la police m’a fatalement rendue un peu physionomiste là-dessus, donc environ 38 quand ça a commencé… ça veut dire que t’as commencé à Seattle à 23 ans ? Clairement pas l’âge auquel on finit ses études de chir’. T'as donc fini tes études plus tard et… t’es restée dans le même hosto, je déduis avec un petit air fier de moi, la deuxième affirmation est bidon madame.

Je rigole, pioche dans les chips et espère quand même qu’elle va pas me doucher ma petite satisfaction personnel en me disant que je peux plante.

- Si j’ai raison, ça m’amène à deux questions : t’aurais aimé partir faire du bénévolat à l’étranger ? Et surtout... oh my god QUI ?! Je veux savoir, un sourire mutin fend mon visage d’espièglerie, me dis pas que c’est Clayton !

L’ancien routier ne vient pas du même monde qu’elle, mais c’est clairement un beau morceau et… pas besoin d’avoir une excuse pour vouloir en croquer un bout. Ça expliquerait pourquoi elle ne voulait pas que ça se chasse : être sur le tableau de chasse de l’immunisé, c’est pas neutre.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Survivor
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 457
MessageSujet: Re: Hello doc'   Hello doc' - Page 7 EmptyMar 8 Déc 2020 - 23:21
Se contentant de réagir avec de simples expressions faciales sans chercher à la mettre sur la mauvaise route sans pour autant lui assurer quoi que ce soit, la chirurgienne s'amuse à la voir décortiquer chacune de ses propositions. Un sourire qui se mû pourtant bien vite en moue interloquée et un brin offensée devant l'approximation désavantageuse de son âge. Restant un instant coite, elle finit par attraper la bouteille fraîchement enterrée entre elle, la pointant telle une arme en direction de la flic. « Tu viens de perdre un sacré paquet de points pour information. » Et reportant le goulot à sa bouche la doc s'offre une bonne rasade, grimaçant face au goût âpre de la boisson. Elle lui en ficherait des quarante-cinq ans !
La canadienne ne pouvait nier que hormis cette impardonnable erreur de jugement, le reste de sa petite analyse n'était pas mauvaise, bien au contraire. Prenant les indices même dans ses paroles plus anciennes, la jeune femme refaisait le puzzle, pointant ses incohérences et supposant juste. Heureusement que Maeve n'était pas mauvaise perdante vu la facilité, c'est du moins l'impression qu'elle en avait, avec laquelle Jill venait de la percer à jour.

Reposant la bouteille entre elles tout en gardant inconsciemment une main dessus, la quarantenaire grimace à la supposition, beaucoup moins juste cette fois, quant à l'identité dudit amant. « Grand Dieu non... » Et se rendant compte que sa négation est quelque peu indélicate vis-à-vis du principal suspect de cette liaison, elle se sent obligée de préciser. « Enfin je veux dire Clayton est très sympathique mais il est un peu.... bourru ? » Oui, bourru, ce n'était pas trop indélicat. Il faut dire qu'elle n'avait jamais trouvé les muscles particulièrement esthétiques et que le routier n'était définitivement pas son type. « Et puis il est avec Misha. Enfin était avec elle. Enfin... je ne sais plus, ça change un peu trop vite pour que je suive tous les épisodes. » Et même si elle avait prouvé que l'infidélité, dans ce sens là, ne l'avait jamais dérangé, ça ne la définissait plus. Elle l'espérait.

Délaissant l'homme qui finalement n'avait rien demandé à personne, elle plante à nouveau ses yeux dans ceux de la flic. Elle n'en dit cependant pas plus quant au principal concerné. Si le secret avait perduré jusqu'ici, elle ne prendrait pas le risque ce soir que l'information s'ébruite maintenant. C'était sa vie privée, sa vie intime, et elle en avait déjà trop dit. Laissant un court instant planer un suspens qui n'en était pas vraiment un, elle finit par souffler, faussement vexée par cette cuisante défaite, concédant la victoire à sa cadette. « Très bien agent Blair, vous m'avez percé à jour, je n'ai jamais fait de bénévolat en Ouganda. » Elle hausse les épaules, réfléchissant un instant pour savoir si l'expérience l'aurait réellement tenté. « Et je ne crois pas que je l'aurais fait si on m'en avait offert l'opportunité en toute honnêteté. Je regrette de ne pas avoir voyagé, mais à titre privé. » Et elle doute très sincèrement que le climat africain aurait été un ami pour sa peau diaphane.

Évitant soigneusement l'autre question, elle laisse le soin à la flic de comprendre qu'elle n'en dira pas plus. Penchant son visage sur le côté comme pour la jauger un instant, ses cheveux cascadent et une petite moue dubitative vient s'ancrer sur les traits de son visage. Voilà comment on regrettait un pari lancé sur l'impulsion du moment. On ne pourrait plus dire qu'elle n'était pas spontanée, même à ses propres dépends. « Dis moi que je ne vais pas regretter le pouvoir que je viens de t'accorder en cas de victoire ? » Était-ce à ce point déloyal de tenter de l'amadouer avec un sourire charmeur et des yeux implorant la pitié ?


+ Do your worst, I'll do my best +
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Administrateur
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 540
MessageSujet: Re: Hello doc'   Hello doc' - Page 7 EmptyMer 9 Déc 2020 - 0:10
Aïe, j’ai perdu des points. C’est pas le bon âge ? Elle a quoi, 43 ? 42 ? 40 ? Pour ma défense, les années de survie avec le stress et la fin du maquillage, pour la plupart, nous fait pas paraître à notre meilleur. Enfin, je dis pas qu’elle est moche – elle a un charme indéniable – mais y’a les plis de la fatigue, les cernes et… putain, heureusement que j’ai pas essayé de me justifier à haute voix. Une chose est sûre : ses yeux sont magnifiques et hypnotiques.

- Tu peux le dire : Clayton est un beauf, l’encouragé-je en riant volontiers, mais… c’est un beauf qui ne mérite pas ce que lui a fait Mich… a.

J’ai failli l’appeler « Michienne », l’affectueux surnom que je lui donne des fois – essentiellement pour moi-même – mais je me suis dit que ce serait un peu trop grossier pour la soirée. Ça marche plus avec le public Logan, Luke, Eddie, John, etc. Franchement, je suis pas famille, c’est pas un secret. Mais… merde, un bébé c’est un truc sérieux, on en PARLE. Comment elle peut prétendre l’aimer et avoir tu pendant neuf mois la possibilité que ce soit pas son gosse ? Le pauvre…

Je cache pas néanmoins que j’oublie bien vite la vie sexuelle de l’immunisée pour m’intéressée à la suite. J’ai gagné mais je n’aurais pas plus de la part de Maeve – pas sur son amant secret en tout cas. La précision suivante me fait néanmoins sourire : médecin, oui, mais pas non plus le genre à aller marcher dans la boue pour soigner des petits africains affamés. Noté. Je juge pas, attention : pour être honnête, je m’en battais les ovaires du tiers-monde. En bonne égoïste occidentale, je pensais surtout à payer mes factures, à m’amuser et occasionnellement, je donnais 5$ à une association de défense des animaux. Clairement, les chiens méritent plus qu’on les sauve que nous. Bon… maintenant que je réalise que certains camps les dressent comme bête d’attaque, j’aurais peut-être dû plutôt investir sur les lapins.

- J’ai jamais quitté les USA non plus mais… parce que j’avais pas les moyens, dis-je avec une transparence bien américaine, le salaire de flic, c’était pas le feu.

M’enfin, je me suis quand même grave éclatée sur les plages du sud du pays. J’étais plutôt bonne en maillot, je ferai pas de fausse modestie. Maintenant… avec les cicatrices, disons que ça fait moins affiche californienne. Qu’importe : la chirurgienne penche la tête, ses cheveux dévalent ses épaules, ses prunelles m’étudient. Comment résister à ça ? Sa moue dubitative achève de me faire craquer. Clairement, je l’aime bien. Plus qu’une banale conquête. Pas de sourire espiègle, pas de timbre enjôleur, seulement la plus sincère de mes voix quand je souffle :

- Tu vas pas le regretter… je suis pas aussi bitch que la rumeur veut bien le dire…

Elle me subjugue, totalement. Je vais blâmer l’alcool, c’est largement plus facile ainsi, même si je n’ai rien bu quasiment. Je flotte un peu, juste assez pour savourer l’euphorie, juste assez pour renforcer mon audace et ma liberté naturelle. Doucement, doucement, je tends vers elle. Aimantée par ses lèvres, probablement. Évidemment. C’est suffisamment lent pour qu’elle m’arrête, suffisamment rapide pour qu’elle cède à ce saut dans le vide sans réfléchir. Tu ne vis qu’une fois.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Survivor
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 457
MessageSujet: Re: Hello doc'   Hello doc' - Page 7 EmptyMer 9 Déc 2020 - 12:19
Tentant vainement de cacher sa surprise à l'utilisation du qualificatif peu flatteur concernant le routier, la chirurgienne se force à ne pas sourire, se pinçant les lèvres pour retenir sa propre moquerie. Quant à ce qui concernait le couple qu'il formait – ou plus – avec Misha, ça ne la regardait pas. Trop attachée au maintient de sa vie privée, et déjà investie dans la plupart de celle des habitants de Fort Ward à cause ou grâce à son métier, elle ne se mêlait jamais de ce genre de problématiques et donnait encore moins son avis sur la question. La quarantenaire se contente donc de hausser les épaules. Ces histoires là ne la concernaient d'aucune sorte et elle aurait été peu à l'aise de juger les autres sur ce sujet bien particulier.

Jouant un instant avec le goulot de la bouteille plantée dans le sable sans la récupérer, elle trouve la paradoxe assez révélateur envers sa propre personne. Jill n'avait pas voyagé faute de moyens. Elle avait eu les moyens, plus qu'il lui en fallait, une série de un et de zéro sur un compte bancaire qui ne lui servirait plus jamais à rien, mais ne s'en était jamais donné le temps ni laissé le loisir. Des regrets, encore et toujours. Comme un schéma qui se répétait inlassablement. Elle acquiesce, se trouvant un brin pathétique dans ses petits problèmes futiles. Le passé était de toute façon révolu, elle n'aurait jamais la possibilité d'en changer les faits et encore moins de se rattraper pour toutes ces expériences avortées. Pourquoi y resté bloquée alors, au lieu de simplement avancer ?

Et puis, son regard plongé dans celui de la jeune femme, la doc sent l'atmosphère changer pour se charger d'une électricité nouvelle. Son cœur rate un battement ou deux quand elle comprend, un peu tardivement, les intentions de Jill. Ses lèvres ne sont déjà plus qu'à quelques centimètres quand elle prend conscience de ce qui pourrait se passer. Et durant ce court laps de temps que dure ce ''peut être'' mental, ses idées s'embrouillent. La canadienne tente de se refaire la soirée, d'emprunter à nouveau le chemin qui les a conduites précisément à ce moment, mais il lui est impossible de se focaliser sur une idée précise en particulier. Sa raison lui souffle une retraite anticipée quand son corps entier, dans une impulsion qu'elle ne maîtrise absolument pas, laisse la flic apposer ses lèvres contre les siennes. Le temps est soudain comme ralenti et c'est comme si c'était une autre. Une version d'elle que Maeve ne connaît pas et qui subitement a décidé de prendre les commandes. Inconsciemment sa respiration se coupe alors qu'elle ne cherche pas à fuir, qu'elle y... répond ?
Son cœur s'accélère et elle sent un feu trop peu familier se diffuser dans son corps. Depuis combien de temps n'avait-elle pas laissé quelqu'un être aussi intime avec elle ? La doc tente de fouiller sa mémoire pour trouver une raison à cette surprenante soumission, aux derniers événements privés qui l'avaient décidé à se remettre en question et faire tomber des barrières érigées depuis trop longtemps, mais elle est trop dans l'instant et c'est peine perdue.

Elle ne peut rationaliser la chose, mais ne peut faire taire cette petite voix qui lui souffle dans un coin de sa tête que ce n'est pas elle, que demain sera signe de regrets. Vraiment ? Quelques secondes, c'est le temps qu'elle s'offre, ses lèvres dansant contre celles de sa partenaire, avant de se reculer légèrement et d'apposer  ses doigts sur la bouche de la jeune femme comme pour empêcher un nouvel assaut. « Désolée... » Sa voix a perdu quelques octaves et elle ferme les yeux, autant pour ne pas affronter ses deux perles un brin trop tentatrices que pour savourer toutes les sensations que Jill a fait naître en l'espace de quelques instants. « Je ne suis pas... » Quoi ? Gay ? Était-ce vraiment ce qui la bloquait présentement ? Hypocrite. De toutes les pensées qui viennent de la traverser, de toutes ses réserves, de toutes ses peurs irraisonnées, jamais le fait que Jill soit une femme ne l'a frôlée.

Elle se détache complètement, les murs à nouveau dressés face à elle. « Je... je devrais rentrer... » Elle lance un regard à la jeune femme qu'elle ne peut soutenir qu'une fraction de secondes, sentant le rouge lui monter aux joues.
Dans la seconde qui suit la chirurgienne est déjà debout, trop déboussolée pour s'occuper de conserver une réelle contenance. Elle se sent stupide, comme une gosse pris en faute, s'en veut presque de gâcher l'instant. Elle ne sait que penser. A besoin d'être seule, de se vider la tête, de s'éloigner de cette femme qui vient de lui faire perdre toute raison. « Désolée... » Elle ne sait pas vraiment pourquoi. Pour avoir laissé les choses dériver jusqu'à cet instant ? Ou pour ne pas les avoir laissé dériver plus loin ? Elle amorce son départ, se ravise, et dans un dernier regard souffle : « Merci pour cette soirée. Vraiment. »


+ Do your worst, I'll do my best +
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Administrateur
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 540
MessageSujet: Re: Hello doc'   Hello doc' - Page 7 EmptyMer 9 Déc 2020 - 15:20
Avec une douce lenteur, je m’approche, encore, centimètre par centimètre, jusqu’à ce que nos pétales se rencontrent. Pas de repli, pas de résistance, mais une réponse timide qui m’encourage à continuer. Je ne cherche pas à aller trop vite, ni à me montrer trop passionnée, car Maeve me fait l’effet d’un animal farouche que j’apprivoise tout juste : au moindre geste brusque, elle pourrait se sauver en courant. D’ailleurs, alors que je goûte tendrement ses lèvres depuis quelques secondes, elle s’écarte et signale la fin du baiser d’un doigt sur ma bouche. J’ouvre mes yeux, tombe sur les siens qui sont fermés. « Elle n’est pas… » inutile d’en dire plus, je comprends.

- T’inquiète, c’est moi qui…

Elle se détache complètement, prétend devoir rentrer et se lève si vite que je me retrouve à fixer ses genoux. Je connais ce truc : quand j’ai embrassé une meuf et qu’elle me dit finalement qu’elle n’est pas gay. Ça fait partie du jeu je suppose, le radar ne peut pas fonctionner à tous les coups. Et… peut-être que j’ai mal lu le moment avec la chirurgienne parce que je l’aime bien. Je veux dire… je « l’apprécie » quoi, ce n’est pas que pour son physique.

- Maeve, t’es pas obligée de partir…, je ne dirais pas que je suis désolée en revanche : j’assume parfaitement d’avoir cédé à la tentation, promis je…

« Je n’essayerai plus de te rouler de patin » mais ma phrase ne se termine pas, comme elle fait volte-face. J’ai vaguement l’espoir que ce soit pour rester, quitte à m’imposer des conditions, n’importe quoi. Mais non, elle me remercie pour la soirée. Dans ses yeux, je lis que c’est sincère, j’ai envie de deviner que le trouble qui la chasse n’est pas qu’une question de sexualité, mais je ne sais plus. Je lui souris en retour, penche la tête sur le côté pour l’envelopper dans mon regard.

- Merci à toi, c’était chouette.

Pendant un moment, j’observe sa silhouette qui s’éloigne et se fond dans la nuit. Moi, je reste là, assise sur la plage, seule. Du whisky, des chips, de la viande séchée. Joli cliché de l’éternelle célibataire, franchement, je m’améliore. Mon attention se retourne vers la mer, témoin involontaire de cette tentative ratée. Ou réussie. Je ne sais pas trop. Je m'étire, ma langue passe doucement sur ma lèvre inférieure que je replie sur elle-même, la chaleur de Maeve s’y attarde. Toutes les bonnes choses ont une fin… c’est pour ça que moi, je collectionne autant de bonnes choses que possible !


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Hello doc'   Hello doc' - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Hello doc' -
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: