The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Braver la pluie -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 96
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Braver la pluie   Braver la pluie - Page 2 EmptyMar 22 Sep 2020 - 0:09


Je ne romps pas le contact visuel avec lui. Persuadé que si je me laisse aller à perdre son attention, il pourrait me filer entre les doigts. Alors, je fais de mon mieux pour le garder là, avec moi. Entièrement dédié à son écoute et la tentative de comprendre tout ce qu'il avance.

Je pense qu'on peut sauver tout le monde, mais seulement ceux qui écoutent, Kaz. Les autres font n'importe quoi c'est du délire, du délire !

Je hoche la tête. Compte mentalement jusqu'à cinq et pose mon index contre mon poignet dans une tentative de suivre les battements de mon cœur et de me calmer à défaut de pouvoir le clamer lui. Il est comme un lion qui n'aurait pas même la place de tourner dans sa cage. Et il repart dans ses explications, soulignant le fait que je suis différent des autres. J'ai bien souvent entendu cela comme un reproche, dans sa bouche ça sonnerait plutôt très clairement comme un compliment. Il est fort probable que chacun à notre façon on fasse partie du même « club » lui et moi. Celui des incompris, des originaux. Un sourire empli d'affection bienveillante à son égard se dessine sur mes lèvres. Les autres sont bloqués. Je suis totalement d'accord avec lui. Ils ont bien souvent incapables de voir plus loin que le bout de leur nez, de comprendre l'incompréhensible et d'accepter l'inconnu. On pourrait croire que les événements de l'apocalypse aurait ouvert les esprits aux principes de l'impossible, mais c'est bien souvent tout le contraire. Les gens se contentent de se rassurer avec des explications tangibles quand bien souvent il ' y en a pas. Et pourtant ils ont le nez dessus tous les jours sur ses choses qui ne s'expliquent pas. Elles sont parfois aussi simple que l'amour, l'instinct, un sentiment au fond de nous qui nous dictes quelque chose. Je hoche donc vigoureusement la tête et m'empresse de lui répondre.

Plus on les force à voir, plus ils ferment les yeux. Il n'y a a que la manière douce qui peut fonctionner parce que on ne peux pas agir contre leur gré. Ceux qui résistent envers et contre tout, ce n'est pas notre problème. Ils sont déjà perdus sans même le savoir.

Je me recule doucement en prenant un air des plus fataliste. J'ai beaucoup de mal avec l'idée qu'on remette en cause ou que l'on réfute mes croyances, mais cela fait bien longtemps que j'ai appris qu'il ne serte strictement à rien de tenter de s'imposer à quelqu'un. Ils se referment deux fois plus par simple esprit de contradiction et c'est de cette façon qu'on les perds définitivement. Je lui demande alors de me sauver et il me sourit. Un sourire que je lui rends en penchant la tête sur le côté. J'ai eu un bon feeling pour lui dès le départ et bien qu'il soit particulièrement fatiguant, je pense qu'il est indéniable que je l'apprécie et que ça me fait un bien fou d'avoir quelqu'un en face de moi qui partage certaines de mes idées. Même si dans la forme elles peuvent paraître différentes, elles se rejoignent finalement sur pas mal de points.

Je pourrai dessiner sur toi, si tu veux ? Avec de la pluie. En général c'est comme ça que je fais, pour modifier le monde..

Je relève un sourcil. Je dois avouer que je suis perdu. Est-ce que je devrais lui avouer que je ne suis pas malade ? Est-ce que j'agis réellement dans son intérêt? Il me semble que oui, mais la situation est plus que complexe. Je dois aussi avouer que j'ai presque peur qu'il ai raison et de prendre le risque qu'il change quelque chose en moi de manière irrémédiable. Est-ce qu'il sait ce qu'il fait ? Je me mords l'intérieur de la joue et inspire lentement. Comme pour répondre à mes questions silencieuses, il part dans de plus amples explications et je me perds un peu plus encore.

Qu'est-ce que tu en penses ?

Je reste silencieux quelques instants, affichant l'air du mec qui pèse le pour et le contre et c'est réellement ce que je fais. Ce qui compte le plus au final pour moi, c'est de l'aider. J'ai toujours fait preuve d'altruisme et c'est quelque chose contre quoi je ne sais pas lutter. Alors, pour l'aider dans ce cas, je pense qu'il faut trouver un moyen de l'apaiser. Je suis persuadé que ces intentions sont bonnes. S'il devait changer quelque chose en moi, j'imagine que ce n'est pas irrémédiable et que on pourra aviser en temps voulu. Mes pouvoirs aussi servent à me protéger. J'ai pris ma décision.

Je pense que c'est une bonne idée ! On ne risque rien à tenter ça ou autre chose tant qu'il ne s'agit pas de s'amputer d'un membre ou un truc dans le genre. Alors, ouais Chester, je suis partant.

Je m'active brusquement et prends un petit seau. J'ouvre la fenêtre et passe mon bras pour l'accrocher à un crochet à l'extérieur. Je profite du moment où je m'active pour enfiler un collier avec un talisman fait en œil du tigre, une pierre connue pour ses vertus de protection. Il vaut mieux être prudent. Je me dirige alors vers la cuisine ouverte et j'ouvre un placard pour en sortir toute une série d'herbes de plantes médicinales. Je prends deux petits carrés de tissus et entame de les remplir chacun d'un mélange de mon cru.

On va aussi faire de tisanes avec l'eau de pluie. Ça aussi ça vaut la peine d'être tenté !

Mélange de verveine, camomille et lavande. Toutes aux vertus calmantes. Cela ne peut pas nous faire de mal et par chance cela parviendra à le détendre un peu. Je referme les petits sachets de tissus à l'aide de nœuds bien serrés et je repars chercher le seau. Je vide une partie du contenu dans la bouilloire et la pose sur le feu. Je regarde la quantité d'eau qui reste dans le seau et le penche vers lui.

Y en a assez là ou je le remets dehors ? C’est toi qui guide maintenant Ches. Dis moi ce que tu attends de moi !

Je pose le seau sur la table et mes bras retombent le long de mon corps alors que la bouilloire commence à siffler doucement derrière moi. Je me précipite pur remplir deux tasses d'eau fumante et y jeter les petits sachets avant de venir les posées elles aussi sur la table.





    What if all the world's inside of your head
    -What if everything around you isn't quite as it seems? What if all the world you used to know is an elaborate dream? And if you look at your reflection is it all you want it to be? What if you could look right through the cracks. Would you find yourself afraid to see?
Revenir en haut Aller en bas  
Chester Chase
Chester Chase
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/08/2020
Messages : 88
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Braver la pluie   Braver la pluie - Page 2 EmptyMar 22 Sep 2020 - 0:41
Braver la pluie
EXORDIUM.
J'attends sa réponse avec une curiosité sincère, au point que j'en oublie presque d'être anxieux. Et s'il dit non ? Et s'il refuse mon aide ? Va savoir pourquoi, cette pensée ne me traverse pas l'esprit, déjà parce qu'il a déjà accepté, ensuite parce que je lui fais confiance. Le Destin m'a guidé vers lui deux fois déjà, la pluie a tracé une route torrentielle et m'a épargné justement pour que je puisse le retrouver alors j'en suis certain : Kaz a un rôle à jouer. Peut-être est-il prophète lui même à sa manière ? Quoi qu'il dise, j'écoute avec attention.

Finalement, il me dit que c'est une bonne idée et j'en rigole un peu d'enthousiasme.

- Merci Kaz. Ne t'en fais pas je vais te sauver. Je dis.

Je prends soin de Nina, aussi, même si elle m'a cogné la tête, et de Max le chien, il y a des gens comme ça j'ai l'impression qu'il faut que je les prenne en charge, ils sont au bord d'un précipice, ils peuvent tomber à chaque instant et pourtant ils sont encore sur le bon chemin, je sens la brise de la Destiné en leur compagnie, je sens des odeurs de grands événements, d'actions importantes, anodines peut-être à nos yeux mais décisives à échelle du monde. Il faut que je les surveille, que je leur épargne les pièges de la métaphysique, que je leur évite de mourir.

Je regarde Kaz sortir un saut dehors pour récolter l'eau. Pendant ce temps, mon regard se perd encore dans son bazar. Je suis facile à distraire, à un moment je touche du doigt un objet étrange, tout est étrange chez Kaz.

- Tu es étrange Kaz. Je dis simplement. Tu accumules tellement de choses...

Moi je n'ai presque rien. Rien à part mon sac, mon vélo et ma veste. Le reste ne m'appartient pas, soit je l'ai volé soit on me l'a donné, mais c'est bien assez. J'ai des gri-gri, bien sûr, mais eux aussi disparaitront. A l'instant où le destin accomplira ses promesses, je n'en aurai plus besoin et alors il faudra les jeter. Un gri-gri, c'est un deal, un marché non-conclu, une dette qui n'a pas été payée. Pourquoi les entasser ainsi ? Est-ce que Kaz est à ce point débiteur ?

- Oui des tisanes. Je dis. Je me sens plus apaisé maintenant que je sais que Kaz me fait confiance, avant je paniquais un peu de ne pas arriver à le convaincre mais à présent que c'est fait je n'ai plus à m'en faire, tout ira bien. Ça fait pisser la tisane, un moyen comme un autre d'évacuer le pourri. Bien sûr, c'est lent, mais tu dois te ménager, on ne peut pas tout laisser derrière soit comme ça non plus, notre corps est rempli de merde, si on le vide, on tombera comme un sac de peau, il faut se remplir d'eau pure, mais avant il faut l'apprivoiser.

Je me sens maintenant plus sûr de moi, j'ai l'impression d'être aux commandes, que Kaz m'a laissé seul maître à bord, c'est rare, très rare que ça m'arrive, j'ai l'impression de sentir le destin dans le creux de mes mains, je peux façonner le monde, comme quand je peins. Je vais peindre Kaz, alors il s'unira avec le monde, avec la pluie. Je lui souris.

- Retire ton t-shirt. Je dis. Il faut te faire comme des peintures de guerre.

Soudain, j'hésite. Je ne suis pas complètement un artisan; la matière que je m'apprête à travailler est vivante, il faut que j'en prenne soin.

- Peut-être qu'il faut mieux réchauffer un peu l'eau, sinon ça risque d'être froid. Tu avais l'air d'avoir froid.

Soudain je m'en veux un peu de lui imposer ça. Enfin, non, c'est nécessaire, mais quand même.

- Quand j'étais sous la pluie, moi, j'avais froid, mais la pluie est froide, ça fait partie d'elle. Quand on aime vraiment quelqu'un on l'accepte tout entier, pas juste des parties alors, je ne sais pas, froid c'est peut-être mieux ?

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 96
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Braver la pluie   Braver la pluie - Page 2 EmptySam 26 Sep 2020 - 23:26



Merci Kaz. Ne t'en fais pas je vais te sauver

Je lui adresse un sourire reconnaissant. Pas encore certain de la teneur exacte de tout ce qui est en train de se passer, mais pas forcément dépassé pour autant. S'il vient à estimer que suite a tout cela que je lui doit une reconnaissance éternelle, et bien je ferai avec. Pas trop inquiet de m'endetter auprès de lui parce que je sais pertinemment que si un jour il a besoin de mon aide en retour, je le lui accorderai sans même y réfléchir. Et puis pour ce qui est de cette situation bien précise j'estime que c'est donnant donnant. Personne ne s'endette. Je m'empresse alors d'aller recueillir de l'eau de pluie pendant que le regard de Chester parcours ma demeure.

Tu es étrange Kaz.  Tu accumules tellement de choses...

Étrange. Je ne le prends pas mal, je le prendrais une fois de plus plutôt comme un compliment. La banalité est crevante d'ennui et je ne la tolère que très difficilement. Cherchant toujours chez les autres la petite chose en plus qui les rends uniques et qui fait leur originalité. Avec Chester, pas besoin de chercher bien loin, il est étrange lui aussi et ça me plaît beaucoup. Cela doit être en grande partie ce qu'il m'a attiré à venir à sa rencontre a la taverne. Un être hors du comme un, ceux que je préfère. Je lui réponds alors tout en continuant de m'affairer à mes tâches.

J'aime beaucoup les objets. Ceux qui ont une vie, ou pour leur en donner une. C'est triste tous les objets qui n'en ont plus depuis que trop de choses se sont éteintes. Et comme t'as dit tout à l'heure...J'aime voir mon nid, mon cocon. Pour me ressourcer. Ça te plairai pas d'avoir un endroit comme ça toi aussi ?

Il confirme et appuie mon idée des tisanes. J'écoute son explication en souriant. Il s'appuie sur des fondements irréfutables. Il faut purifier le corps. L'esprit aussi, qui ne supporte pas bien longtemps lui non plus d'être parasité. Je pose finalement les infusions devant nous. Les volutes de fumées qui s'échappent des tasses brûlantes et dansent entre nous. Ma main qui passe au-dessus de ma tasse et se laisse toucher par la vapeur humide. Je relève un œil vers lui. Comme ça aussi peut-être que c'est utile de ne pas la perdre cette eau de pluie. Persuadé qu'il pourrait approuver. Et en plus de cela c'est particulièrement agréable.

Retire ton t-shirt.  Il faut te faire comme des peintures de guerre.

Je me retiens d'afficher un air étonné. Pour un mec qui ne veut pas qu'on le touche, ça promet d'être plutôt tactile comme démarche. A moins qu'il n'utilise pas ses mains pour peindre. Ou alors si ça vient de lui c'est que ça doit passer. Je ne me permets pas de dire quoi que ce soit à ce sujet. Je vois bien qu'il hésite et alors que mes mains passent sur le bas de mon t-shirt, je relève un sourcil interrogateur.

Peut-être qu'il faut mieux réchauffer un peu l'eau, sinon ça risque d'être froid. Tu avais l'air d'avoir froid. Quand j'étais sous la pluie, moi, j'avais froid, mais la pluie est froide, ça fait partie d'elle. Quand on aime vraiment quelqu'un on l'accepte tout entier, pas juste des parties alors, je ne sais pas, froid c'est peut-être mieux ?

Je prends le temps de réfléchir quelques secondes avant de remonter le tissu par-dessus ma tête et d'envoyer balader le t-shirt un peu plus loin. Dévoilant ma peau très blanche parsemée de tatouages à l'encre noire. Je n'ai jamais été du genre pudique et ne vois donc aucun problème à me retrouver là, torse nu. Je désigne les tasses du bout du doigt.

Ça me tiendra chaud. De l'intérieur en plus. Donc, je pense que c'est bon comme ça, surtout si ça peut-être plus efficace.

Je fais alors deux pas en avant et me plante devant lui. Curieux de voir ce qu'il va faire et de laisser libre court à ses talents de peintre et de guérisseur. Oubliant presque un instant que je ne suis pas malade et que je ne pourrai donc pas constater si tout cela fonctionne réellement. Cela m'importe si peu. Mon regard se pose sur lui et je hoche la tête.

Je suis prêt quand tu l'es toi aussi. Chef !

Un léger rire quitte ma gorge et pendant une seconde, je ne sais pas trop quoi faire de mes mains. Alors, je les laisse retomber le long de mon corps. Je lui ai dit que c'est lui qui guide, j'attends donc de savoir si je dois participer ou simplement servir de toile passive.




    What if all the world's inside of your head
    -What if everything around you isn't quite as it seems? What if all the world you used to know is an elaborate dream? And if you look at your reflection is it all you want it to be? What if you could look right through the cracks. Would you find yourself afraid to see?
Revenir en haut Aller en bas  
Chester Chase
Chester Chase
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/08/2020
Messages : 88
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Braver la pluie   Braver la pluie - Page 2 EmptyDim 27 Sep 2020 - 0:19
Braver la pluie
EXORDIUM.
Je souris alors qu'il réagit à mes commentaires sur son nid. Il y a des gens qui rangent mal et d'autres pour qui ranger ce n'est pas ranger, Kaz fait partie de ce lot, il ne vit bien que dans le chaos ou un désordre bien à lui.

- Tu te réfugies dans une structure organique, d'objets vivants et sensibles, tu es une sorte d'architecte des souvenirs et des symboles, tu bâtis des cavernes grouillantes d'expérience. Je souris, je suis un peu rêveur. J'aime bien. J'interprète mal sa question, je réponds à côté. Oui un jour j'aurai un endroit un peu semblable, en fait, le monde entier, c'est pour ça qu'il faut peindre les rues, quand je peins, je transforme la ville morte en ville vivante. La pluie aussi, repeint tout, elle est juste... plus brute.

Je réfléchis très vite maintenant, j'hésite sur beaucoup de choses. Quand il suffisait d'essayer de convaincre les gens, ça allait encore, je connais la théorie, je sais comment fonctionne le monde, mais maintenant qu'il faut passer au concret, j'ai l'impression de marcher sur un sentier plus brumeux, où un pas de travers peut m'envoyer dans la fosse... ou y envoyer Kaz, c'est selon. Chacun suit son propre chemin, chacun a ses propres affinités avec le monde, c'est pour ça que chacun a ses gri-gris, il se construisent sur l'expérience individuelle, il n'y a pas de mode d'emploi, j'hésite, j'essaye d'imaginer ce qui pourrait aller le mieux pour Kaz.

Quand il se lève, je recule un peu, par habitude, je fuis le contacte, sauf quand c'est moi qui le provoque, mon contact est magique, il tue, il sauve, il ne doit pas se prendre à la légère.

Je le regarde, je plisse les yeux alors qu'il se tient debout devant moi, qu'il m'encourage, m'appelle "chef", je sais qu'il fait ça pour m'aider, parce qu'il ne faut pas craindre l'inconnu, c'est gentil de sa part, mais je ne veux pas me précipiter, même si le temps peut presser, je plisse les yeux, ce n'est pas comme quand j'explore seul l'aspect invisible du monde, là, je suis accompagné.

- Désolé... Je dis, conscient du temps qui s'étire et que torse-nu, ce n'est peut-être pas très agréable. Il faut que je comprenne un peu mieux ce que tu es, pour ne pas faire d'erreur. C'est un travail de diplomatie, et de symbolique, effrayer le monde et l'amadouer, il faut trouver ta propre voie par certains aspects.

Je détaille son visage, ses cheveux, son torse, les tâches qui le parsèment et les motifs qu'ils forment. Tout ça me fait un drôle d'effet, c'est une matière beaucoup plus intéressante, étonnante, une toile vivante, plutôt belle.

- Tu as déjà tes propres peintures. Je commente en fixant ses tatouages. S'ils ne sont pas suffisants, il faut le prendre en compte, attends.

Je ferme les yeux. Je me concentre. J'ai déjà fait quelque chose de semblable. J'ai déjà repeint au dessus des hommes à l'aide de peau, de tripe et de sang, j'ai reformé des visages, des corps entiers, je les ai fait communier avec la mort, c'était une résurrection, une mue, mais la pluie est différente, brute, violente, elle ne s’embarrasse pas d'arabesques et de dessins stylisés, il faut lui parler son propre langage, dans des mots et motifs qu'elle comprenne.

- Je ne vais pas dessiner des choses subtiles comme tes tatouages. Je lui explique. C'est trop humain pour l'eau.

Je m'approche du saut d'eau et j'y plonge mes deux mains. L'eau est très froide, je remue les doigts, comme si j'essayais d'attraper le liquide puis je me redresse, je m'approche de Kaz et je pause mes deux mains sur sa poitrine, là où est son cœur, l'une sur l'autre. L'eau ruisselle sur lui mais je ne les retire pas tout de suite.

- Vous êtes en contact. Je suis concentré, très concentré, je sens le froid de l'eau, la chaleur de la peau de Kaz, son cœur qui bat, le bruit de la pluie dehors. Écoute... Ecoutez-vous... Je suis concentré, j'en finis par fermer les yeux, le visage froncé, je créé le contact.

Puis je me détache, je fixe Kaz, soucieux, curieux.

- Ça va ?

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 96
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Braver la pluie   Braver la pluie - Page 2 EmptyDim 27 Sep 2020 - 16:54




Tu te réfugies dans une structure organique, d'objets vivants et sensibles, tu es une sorte d'architecte des souvenirs et des symboles, tu bâtis des cavernes grouillantes d'expérience. J'aime bien.

Mon regard se perd sur lui avec intensité. J'aime beaucoup sa façon de voir les choses et j'aime également ce que je perçois de moi-même dans ses paroles. Comme une version romancée par des concepts mystiques. Bien loin de ce que je perçois habituellement dans le regard de la plupart des gens. Inspirant souvent une crainte, une gêne. Parce que je suis différent, que j'ai des croyances et des pratiques qui ne plaisent pas forcément à tout le monde. Et ces derniers temps je n'en reviens pas de voir que l'on m'accepte pour ce que je suis. Ici avec les expendables. Même Milow, connu pour ses humeurs désagréables s'est montré plus que curieux et ouvert avec moi. Mon regard glisse par la fenêtre vers la caravane de Alan. Lui aussi semble curieusement attiré par mes excentricités. Est-ce que je leur aurais jeter un sort sans même le savoir? J'ai du mal à y croire. Qu'on ne me regarde pas comme le freak de service. Le bleu glisse à nouveau vers Chester. Et lui plus encore que les autres sembler accepter, il a même le don de stimuler tout ça d'une manière totalement imprévue. Nouveau sourire qui se dessine sur mes lèvres et il entame de répondre à ma question. Sa réponse est vague, floue. Comme si il n'était pas en mesure de comprendre ce qui se dessinait derrière mes interrogations. Je suis de plus en plus convaincu qu'il pourrait avoir sa place parmi nous et je serais grandement rassuré de le savoir en sécurité. Dans son petit cocon à lui. Je ne le contredis pas, n'en dis pas plus. Je trouverai le moment approprié pour lui évoquer cette possibilité.

Il a un mouvement de recul quand je m'approche et je me mords l'intérieur de la joue. Je ne lui ferai pas l'affront de le toucher, je lui ai promis. Mais les réflexes de protections sont bien ancrés et en lui tout particulièrement. J'hésite à faire un pas en arrière, mais n'en fait rien. Il va bien devoir s'approcher s'il veut peindre la pluie sur ma peau. Je le laisse prendre son temps, rien ne presse. Qu'il aille à son rythme. Ignorant le frisson qui me glisse le long du dos.

Désolé... Il faut que je comprenne un peu mieux ce que tu es, pour ne pas faire d'erreur. C'est un travail de diplomatie, et de symbolique, effrayer le monde et l'amadouer, il faut trouver ta propre voie par certains aspects.

Je hoche la tête. Comprendre qui je suis. J'aimerais bien mieux comprendre qui il est lui aussi et habituellement c'est par le toucher que j'y parviens le mieux. Analysé les flux, les énergies et l'aura qui se dégage de quelqu'un. Alors, comme je n'ai pas le droit de le toucher, je suis pris d'une certaine impatience que ce soit lui qui le fasse. Que je puisse moi aussi tenter de cerner un peu mieux le mystère Chester. Il me détaille et je me laisse faire sans ciller sous son regard qui me scrute. Relevant même légèrement le menton sur le côté comme si je pouvais lui offrir un meilleur angle.

Tu as déjà tes propres peintures.S'ils ne sont pas suffisants, il faut le prendre en compte, attends.


Je baisse les yeux vers mes tatouages. Aigle au milieu du torse, tigre plus bas sur le ventre, représentation d'une tête de mort de l'autre côté. Plus haut sur le torse une libellule posée sur un cœur et du côté du cœur une phrase. Photograph each day so we can livre forever. Le reste de mon corps parsemé d'une foule d'autres dessins en tout genre. Ce n'est pas une toile blanche, elle est déjà marquée de différents totems, conjureur de sort, porte bonheur ou autres symbole. Toute une historie qui ne fait sens que pour moi et pourrait prendre des heures à être racontée en révélant sur moi bien plus que beaucoup peuvent en savoir. Enfin plus beaucoup finalement. Personne d'autres que moi en réalité. Il ferme les yeux et le silence est presque pesant. Une attente en latence. Un moment mystique qui se dessine et intensifie les frissons au creux de mes omoplates. Ma respiration calme, presque retenue.

Je ne vais pas dessiner des choses subtiles comme tes tatouages.  C'est trop humain pour l'eau.

Je hoche à nouveau la tête tout en le fixant. Incapable de prononcer un mot alors que je le regarde se pencher vers le seau d'eau de pluie. Une boule qui remonte du creux de mon ventre jusqu'au fond de ma gorge. Il récupère l'eau et je ne perds pas une miette de ses mouvements. Fixant ses mains trempées lorsqu'elles se dirigent vers moi et se posent que ma peau. Juste sur mon cœur. Contact établit qui me fait perdre l'équilibre un instant. Mes doigts qui se posent sur le bord de la table comme à la recherche d'un point d'encrage. Le froid, je le sens à peine. Je me plonge en lui alors que je n'en ai pas l'autorisation. Barrières de protections qui se dressent partout autour de la peur. Lorsque je tape dans l'une d'entre elles, c'est pour en voir une seconde qui se dresse devant moi. Perdu dans un labyrinthe dont je doute l'issue. Il n'y a que sa voix pour me ramener dans l'instant. Mon regard d'abord flou qui se focalise finalement sur ses traits.

Vous êtes en contact. Écoute... Ecoutez-vous..

Et je sais que c'est la pluie que je devrais écouter, mais je n'écoute que lui. Il est bien plus puissant que cette eau avec laquelle il veut que je communie. Il ferme les yeux, je l'observe et finalement il se recule. Brise le contact. Me laissant avide de fouiller d'avantage et je me penche un instant vers l'avant comme si je suivais ses mains, comme un aimant. Avant de me stabiliser à nouveau.

Ça va ?

Mon regard se fixe dans le sien et je penche la tête sur le côté. Presque à la recherche d'un prétexte pour qu'il recommence et que je puisse tenter de défoncer d'autres portes.

Ça va...Je l'ai sentie. Un peu...elle parle. Toi aussi tu parles, toi aussi je t'ai senti. C'est d'ailleurs compliqué de faire la différence entre ce qui vient de toi et ce qui vient d'elle. C'est normal j'imagine, puisque c'est elle qui t'envoie...

Je relève un sourcil interrogateur. Pas certain de la marche à suivre, de faire ou de dire ce qu'il faut. Je me penche alors vers la table et prends la tasse pour la mener à mes lèvres. Cherchant le réconfort dans liquide chaud au goût délicieux de plantes. J'en bois quelques gorgées avant de déposer la tasse. Je ne sais pas si il a déjà fini ou s'il s'agissait simplement d'une entrée en matière. Je me risque alors à ajouter quelques mots.

Tu peux recommencer...continuer.. Je ne sais pas.

Sourire sur les lèvres, un soupire saccadé s'échappe de mes lèvres.




    What if all the world's inside of your head
    -What if everything around you isn't quite as it seems? What if all the world you used to know is an elaborate dream? And if you look at your reflection is it all you want it to be? What if you could look right through the cracks. Would you find yourself afraid to see?
Revenir en haut Aller en bas  
Chester Chase
Chester Chase
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/08/2020
Messages : 88
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Braver la pluie   Braver la pluie - Page 2 EmptyDim 27 Sep 2020 - 18:33
Braver la pluie
EXORDIUM.
J'attends sa réponse un peu anxieux,  un peu curieux aussi, de savoir s'il a vu les mêmes choses que moi. Quand j'étais sous l'averse, je sentais le monde entier, Seattle recouverte d'une peau de pluie qui se confond avec la mienne, j'ai vu où chacun était, où chacun se trouvait, j'ai communié et nous ne sommes devenu qu'un et un seul l'espace d'un bref instant. Puis est venue la maladie. Une seconde de lucidité pour des centaines de morts ? Il faudra l'assumer dorénavant.

Kaz est encourageant mais il n'a pas l'air très sûr de lui, je me demande ce qui s'est passé pour lui. Avons nous vu, ressenti les mêmes choses ? Ou la pluie s'exprime-t-elle différemment avec lui ? Peut-être simplement que ce contact n'a pas suffit, combien de temps ai-je passé sous l'eau, moi, la bouche ouverte ? Une heure ? Un jour ? Une seconde ? Je hoche la tête, avide de réponses, mais il n'est pas très précis, il dit qu'il a senti ma présence aussi, je confirme ses propos.

- Oui, je te guide ça doit être pour ça j'imagine. Tout n'est pas toujours très clair tu sais, je fais de mon mieux. Je ne prends pas ses paroles comme un reproche, je suis juste soucieux que ça se passe bien. Mais si je parasite, c'est peut-être un problème.

Kaz lui-même semble interrogateur, je sens le poids des responsabilités, c'est moi qui me suis engagé à venir l'aider et maintenant que nous sommes dans le vif du sujet, je me sens perdu. Heureusement, il boit du thé, ça me fait gagner quelques secondes pour réfléchir. Je deviens nerveux, je trace un triangle discrètement sur le sol, du bout du pieds, pour nous protéger.

Finalement, c'est lui qui brise ce moment un peu étrange, fait d'hésitation et de calculs. Oui, recommencer, oui, jusqu'à obtenir des résultats plus probants.

- Oui, t'inquiète, je vais pas laisser tomber aussi vite. J'ai conscience que ça n'a pas été très probant, peut-être que je parasite trop les choses ? Je le fixe encore un moment sans rien dire, j'espère qu'il n'a pas trop froid. Je m'agace, la tension monte, c'est de ma faute. Ce n'est pas assez fort, c'est ridicule, il faudrait en prendre un bain entier, la pluie c'est pas de l'eau du robinet, je suis stupide, l'apposition des mains, ça ne va pas être assez, Jésus baptisait ses disciples en leur mettant la tête sous l'eau, mais les vieilles religions n'ont plus cour, c'est païen, mais le catholicisme a reprit des idées anciennes, moi je suis resté longtemps sous la pluie, elle était absolument partout, mais je dois quand même te guider, c'est la moindre des choses.

J'ai envie de faire les cent pas, de tourner comme un lion dans ce nid, je trépigne un peu, tourne sur moi même, mon regard se porte sur les arcades, les tas, les amoncellements d'objets, un nid en forme de cocon, petit, amalgamé, je me demande si je peux vraiment tenir mes engagements, peut-être que j'ai parlé trop tôt, trop vite, peut-être que je ne suis pas à la hauteur, que la maladie va revenir, plus violente encore d'avoir été écartée... A mon tour d'avoir froid, pour lui ça doit être pire.

Je me retourne vers lui, je dois avoir l'air dingue même si j'aimerai être rassurant, j'aimerai pouvoir dire que je gère la situation, que tout ira bien, je me rends compte maintenant que ce n'est pas le cas.

- Écoute... Je suis sincèrement navré. Je dois être honnête, j'avance à l'aveugle. Moi je sais où est ma place mais t'aider à trouver la tienne, à communier avec le reste du monde c'est... différent, plus dur, je ne suis pas dans ta tête, je pense que je fais les choses mal.

Je soupire, mon regard passe à nouveau d'une chose à une autre, vite, de Kaz au mur, des breloques aux bibelots, la porte, la fenêtre, le lit, les colliers, les tatouages, la bassine, ses cheveux, trop de choses, je ferme les yeux une fois de plus, il faut que je me concentre.

Je les rouvre. Peut-être que je me précipite. Que je grille les étapes, peut-être qu'il faut simplement que je le comprenne mieux. Je lui souris piteusement, je suis idiot parfois.

- Toi, si tu devais faire un gage de fidélité, d'empathie, comment tu t'y prendrais ?

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 96
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Braver la pluie   Braver la pluie - Page 2 EmptyJeu 1 Oct 2020 - 21:54




Oui, je te guide ça doit être pour ça j'imagine. Tout n'est pas toujours très clair tu sais, je fais de mon mieux. Mais si je parasite, c'est peut-être un problème.

Je hoche la tête. Ce que je ne lui révèle pas c'est que moi aussi je parasite. Je me suis focalisé sur l'idée d'en apprendre plus sur lui plutôt que sur celle d'accepter la pluie. En vérité c'est probablement moi qui ait faussé la donne et je me sentirais presque coupable. Moi-même perdu dans notre propre jeu, à ne plus trop savoir ce en quoi je crois ou non. Et c'est si rare que quelqu'une parvienne à me faire douter. Je suis déstabilisé. Mon regard qui s'accroche au sien parce que je ne sais plus trop quoi faire d'autres. Et perdu, je pense que nous le sommes tous les deux. Je le vois, je le sens. Je le vois tracer un dessin de son pied. Superstition probablement.

Oui, t'inquiète, je vais pas laisser tomber aussi vite.

La tension est palpable. Elle vient des deux cotés. Les énergies, les doutes, les idées et les objectifs qui s'affrontent. Sauf que moi, je culpabilise parce que je lui cache une partie de mes intentions. Je lui cache aussi le fait que je ne suis pas malade. Et cela me semblait être une bonne idée, sauf que à me mesure que les choses avance ça me ronge de plus en plus. Est-il trop tard pour lui faire de la vérité ? Je n'ai aucune envie qu'il s'échappe une fois encore, pas envie de le faire détallé comme une souris dans son trou.

Ce n'est pas assez fort, c'est ridicule, il faudrait en prendre un bain entier, la pluie c'est pas de l'eau du robinet, je suis stupide, l'apposition des mains, ça ne va pas être assez, Jésus baptisait ses disciples en leur mettant la tête sous l'eau, mais les vieilles religions n'ont plus cour, c'est païen, mais le catholicisme a reprit des idées anciennes, moi je suis resté longtemps sous la pluie, elle était absolument partout, mais je dois quand même te guider, c'est la moindre des choses.

Une fois encore, je hoche la tête. J'ai passé du temps sous la pluie. Lorsque j'ai rechargé mes pierres et que Alan a perturbé mon ritue. Je l'ai acceptée moi aussi. Je ne le lui ai pas dit évidemment. Mais si il avait raison ? Et que c'est pour ça que je ne suis pas malade. Je secoue la tête, je me perds. Contaminé par ses doutes et mes propres questionnement. Je ne sais plus ce qu'il est bon de faire ou non. Il est inquiet, c'est évident. Et je m'en veux que mes tentatives de le calmer soient vaines. Que ce soit la pierre, la tisane ou mon idée de le suivre dans ses croyances. Et si je faisais pire que bien? Si seulement je pouvais le toucher sans qu'il panique. Je suis persuadé que de cette façon je pourrais lui transmettre du calme, de l'apaisement, mais c'est exclu. Il ne voudra pas, j'ai promis. Les paumes de mes mains sont parcourues de picotements et de fourmillements. Je serre fermement les mains à m'en faire blanchir les jointures. Sommes-nous dans une impasse. Je me mords le bout de la langue en continuant de l'observer. J'en oublie presque que j'ai froid et qu'un frisson me glisse le long du dos. Je secoue les épaules.

 Écoute...Je dois être honnête, j'avance à l'aveugle. Moi je sais où est ma place mais t'aider à trouver la tienne, à communier avec le reste du monde c'est... différent, plus dur, je ne suis pas dans ta tête, je pense que je fais les choses mal.

Je dois être honnête. Ces paroles me tournent en boucle dans la tête. Si bien que j'écoute à peine ce qu'il dit ensuite. Il pense mal faire les choses, il n'y est pour rien. Tout est de ma faute. Une boule au creux du ventre, mon corps se raidit. Épaules tendues. Il ferme les yeux, je l'observe. Pris d'un vertige, je m'accroche à nouveau au bord de la table avant de me laisser retomber lourdement sur une des chaises qui grince sur le sol.

Toi, si tu devais faire un gage de fidélité, d'empathie, comment tu t'y prendrais ?

Je fixe le sol un instant. Je fixe sans voir ce qu'il y a devant moi alors que je ne fais que sonder mon cœur et mon âme. Je n'ai pas envie de fausser la donne entre lui et moi et si je continue sur cette voie c'est ce que je vais faire. Je risque de le faire fuir, mais en même temps je ne veux pas construire notre relation et nos échanges sur des mensonges et des non-dit. Fébrilement, je vais chercher une clope que je glisse entre mes lèvres. Craque une allumette qui illumine un instant mon visage de lueur oranges. Il commence à faire plus sombre dehors, j'ai froid et je me sens pris d'une lassitude qui me pèse sur la poitrine. Je tire quelques taffes. La fumée qui se répand antre nous lorsque finalement,subitement, mon regard remonte vers lui. J'ai fait mon choix. Je prends alors la parole d'une voix hésitante.

Je m'y prendrais par la vérité...Je suis désolé Chester. C'est pas ta faute c'est la mienne. Je dois te dire la vérité parce que je m'en veux de ne pas l'avoir fait. Je ne crois pas être vraiment malade, je suis très fatigué c'est tout. La pluie, j'ai déjà communié avec elle depuis qu'elle à commencer à tomber. Je voulais mieux te connaître, t'aider aussi.

Mon regard se fait plus insistant alors que je tire à nouveau sur ma clope et que mon dos s'affaisse pour venir rejoindre le dossier.

Quand tu m'as touché, j'ai surtout cherché à te sonder plus qu'à accepter la pluie. Tu fais bien, c'est moi...c'est ma faute. Je m'en veux. Alors, si tu veux bien me pardonner, je veux communier avec la pluie encore, pour être certain. Parce que tu as certainement raison et que j'ai tout de même besoin de ton aide.

Je me redresse brusquement et fait un pas vers lui. Je tends ma main vers lui, me doutant bien qu'il y a de fortes chances pour qu'il ne la saisisse pas. Du menton, je désigne l'extérieur.

Viens avec moi ! On va la voir la pluie. Tout entier avec elle...Je connais une incantation...si tu veux bien.

Je penche la tête sur le côté. Mon regard se fait presque suppliant parce que je me connais. J'aurais beaucoup de mal à supporter qu'il s'en aille maintenant, à supporter d'avoir tout gâché.




    What if all the world's inside of your head
    -What if everything around you isn't quite as it seems? What if all the world you used to know is an elaborate dream? And if you look at your reflection is it all you want it to be? What if you could look right through the cracks. Would you find yourself afraid to see?
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Braver la pluie   Braver la pluie - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Braver la pluie -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: