The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
Ventes privées Lacoste : de 30% à 50% de ...
Voir le deal

Partagez
- Hurricane eye -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 3966
MessageSujet: Re: Hurricane eye   Hurricane eye - Page 2 EmptyMer 11 Nov 2020 - 13:40
Non, c’est pas ça ! J’essaie de l’interrompre, d’en placer une mais sa colère est si forte que m’imposer est impossible. C’est… Je suis coupée à nouveau, horrifiée aussi par ce qu’il énonce. Tous ces trucs que je découvre au passage et que j’ai jamais ressenti, mais qui doivent être vrai puisqu’il me les dit. Arrête, j’ai besoin qu’il arrête. De parler, de crier. De mentir. Valérian a jamais été mon lot de consolation. S’il savait, putain. Et le défi tombe, comme une perche tendue que je peux pas m’empêcher de saisir pour obtenir un peu d’air : TU AS TORT !

C’est tout ce que je peux lui dire. Il se trompe, il a tort, sur toute la ligne. Sur toute cette foutue ligne. Du début jusqu’à la fin, des premiers temps où on s’estimait du regard, des fois où j’ai essayé de l’égaler, et de lever la tête pour gagner un peu de sa hauteur. Des colères que j’ai encaissé et d’autres où j’ai tempêté aussi pour pas simplement plier sous son souffle. Des fois où on s’est envoyés en l’air pour évacuer cette rage, et des autres où on a fait l’amour sincèrement. C’était pas pour de faux, c’était jamais pour de faux.

J’avais l’impression de pas être assez bien ! Que tu pourrais pas m’aimer, que tu… Tu trouverais forcément mieux et que ça t’intéressait pas ! Que j’étais la seule idiote à m’attacher à toi, et que j’avais pas le droit de le faire parce que tu me piétinerais en l’apprenant ! La seule personne de qui j’avais honte, c’est moi ! pour ne pas être suffisamment son égale. Alors quoi ? Toutes les disputes, toutes les reproches, c’était pour me dire à quel point tu m’aimais, c’est ça ? Vraiment ? Comment ça peut être seulement audible au juste ? J’aurais dû le comprendre ?!

Parce que même aujourd’hui, avec le recul sur ces mois passés ensemble, à partager nos nuits et notre temps, j’ai encore du mal à voir dans quelle mesure j’aurais pu seulement comprendre. Et je dis pas que je suis blanche dans le sujet : j’ai fait pareil. J’ai répondu à ses morsures par d’autres morsures, j’ai envoyé des piques pour attirer son attention. Une chose en amenant une autre, j’en suis tombée amoureuse – véritablement. En oubliant peut-être que la personne que je devrais aimer d’abord, c’est moi-même. Et que chaque coup a fini par me faire omettre ça.

Si j’admettais, je perdais, contre toi ! A ce petit jeu qui était marrant au début mais qui est rapidement devenu plus que ça, et tu le sais comme moi ! Tu t’es borné à ne pas l’admettre pour qu’on avance ! Pourquoi tu me l’as pas dit avant, Valérian ? Je veux comprendre. Pourquoi ?! que j’insiste. Je veux l’entendre, qu’il a eu peur lui aussi. Je veux qu’il le reconnaisse parce que je peux pas être la seule à avoir été terrifié par mes propres sentiments. J’ai essayé, tu te rends pas compte d’à quel point j’ai essayé ! De te faire parler, de te parler ! Mais tu n’écoutais rien ! Et tout ce que je pouvais dire était pris mal ou retourné contre moi ! Je suis pas la mieux placée pour le faire, mais j’ai vraiment essayé !

Pas forcément bien mais je jure que j’ai essayé. Et je peux pas faire mieux que ça, peut-être que mon meilleur, c’est son passable à lui. J’en sais rien. Peut-être, ouais.

Tu as besoin de mettre tous les fautes sur mon dos ? Bien ! Je suis responsable de tout, je nous ai mené ici, j’ai tout gâché ! Et je le pense vraiment, c’est pas seulement une provocation, c’est comme une certitude désormais.

Je nous ai fait souffrir inutilement, sans doute. Les révélations tombent de toute façon. Elles défont Valérian de son armure de rage, et il s’afflige alors de ma propre faiblesse. Il s’en sent coupable, je le sais. Mon souffle court peine à retrouver sa course ordinaire. Je fais même plus l’effort de retenir mes larmes. Elles inondent mes joues, et je les essuie maladroitement dans la manche de ma veste pour garder la face mais y’a rien à faire. Et bon sang, ce que ça fait mal. J’ai l’impression d’avoir un étau contre la poitrine qui me compresse si fort et m’empêche de respirer :

T’excuse pas, je suis la seule responsable, on l’a admis non ? On devrait le signer. Tu dis ça maintenant, mais les grands discours que tu avais quand on en discutait étaient très différents, ma voix étranglée essaie de faire son chemin dans ma gorge mais c’est laborieux et douloureux : Je suis toujours pas persuadée que tu ais voulu construire quoi que ce soit avec moi, j’ai du mal à me dire que quelqu’un pourrait en avoir seulement envie. Je crois pas en avoir été un seul moment digne de toute façon, pas seulement parce que ton regard me le faisait sentir, mais parce que tu es trop bien pour moi, c’est pour ça qu’on dit qu’il faut jouer dans sa cour, non ?

Je souffle. Tente de me calmer, mais il y a rien à faire. Je me crispe alors, me voute, tente de calmer ma colère ou cette crise d’angoisse qui menace plus seulement de débarquer : qui est déjà là. Je titube encore et me raccroche à la manche de Valérian pour pas me vautrer. Mais je me laisse glisser par terre néanmoins parce que la tête m’en tourne et je me sens trop mal.

Je voulais juste que tu me vois pas comme ton ennemie, parce que t’as pas été le mien, peut-être parfois, au début. Et quand j’ai commencé à comprendre ce que ça impliquait. Je voulais juste que tu m’aimes et que tu me regardes comme au début, quand on s’amusait et que… Qu’on savait pas que tout ça arriverait… Mais l’insouciance, on laisse ça à d’autres gens…



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 1758
MessageSujet: Re: Hurricane eye   Hurricane eye - Page 2 EmptyLun 7 Déc 2020 - 14:45
Un rire sans joie échappa à Valérian à la répartie de Yulia. Il avait tort ? Comment pouvait-elle nier ces vérités qu’elle lui avait pourtant crachées au visage ? Rien de tout ceci n’était le fruit de son invention. Ces mots, la russe les lui avait dits. Et bien qu’elle ait été alcoolisée ce soir-là, ils avaient été prononcés avec un venin tel qu’il ne laissait aucune place au doute quant à leur véracité. Cette haine avait depuis été marquée au fer rouge dans l’esprit du grec. Il l’avait toutefois acceptée. Après tout, cette relation avait mis en exergue les pires aspects de sa personnalité et ravivé chez lui des horreurs qu’il ne pouvait décemment nier. Cette haine, il l’avait méritée. C’est pourquoi, le fait que Yulia s’obstine à en nier l’existence lui fit plus mal que jamais. La vérité, aussi crue et douloureuse fut-elle, était en effet tout ce à quoi le grec aspirait désormais.

Plus que jamais, Valérian eut alors le sentiment de se décomposer face à la russe. Après tout, elle avait toujours eu le don d’écorcher sa peau et d’enflammer ses nerfs ; comme si son simple regard avait été capable de percer sa chair pour en exhumer toute la cruauté, l’orgueil et la colère qu’elle recelait. Au final, elle l’avait probablement vu tel qu’il était réellement, derrière ses bonnes manières et ses sourires idiots.

La suite prit complètement le grec au dépourvu : « Toi, pas assez bien pour moi ? » répéta-t-il d’un air abasourdi. Ça n’avait aucun sens ! Ces mots qui jaillissaient de la bouche de Yulia n’avaient strictement aucun sens aux yeux du grec qui la contempla un instant sans mot dire - interdit. « Pourquoi aurais-je eu honte de toi ? » rugit-il alors, en proie à un puissant désespoir, avant de saisir la jeune femme par les épaules pour la secouer. « C’est donc parce que j’étais trop bien pour toi que tu t’es enfuie après ta fausse couche ? Et que tu t’es empoisonnée avec cette merde pour oublier tes malheurs ? » Le grec s’esclaffa tristement. « Non, et tu le sais très bien ! Alors arrête de dire des conneries ! » Il la lâcha soudain et tituba en arrière. « J’ai toujours été persuadé que tu me verrais comme un salaud, et rien de plus ! Que malgré mes efforts, malgré le vernis dont je couvre mes vices, tu saurais toujours voir au travers ce qu’il avait de pire en moi ; ces choses que j’essayais tant de refouler et qui jaillissaient inexorablement de ma bouche quand j’étais avec toi ! »

Valérian secoua la tête : « Je ne croyais pas possible que tu puisses t’attacher à moi. » avoua-t-il à contrecoeur. « J’avais le sentiment que tu verrais toujours clair en moi. Et que tu contentais par conséquent de ma colère comme d'un poison. Comme d'une drogue, aussi bien destructrice que salvatrice pour toi. » Au final, ils s’étaient tous les deux rendus malheureux et lestés d’un poids affreusement lourd, ce qui les avait réciproquement fait sombrer vers un désespoir poignant. « Je n’étais pas trop bien pour toi. Pas plus que tu ne l’étais pour moi. » conclut-il d’une voix amère.

Lorsque Yulia le confronta violemment au sujet de ses sentiments, Valérian se figea soudain et serra les mâchoires. Pourquoi n’avait-il rien dit jusqu’à présent ? Pourquoi ? Les yeux rivés au sol, Valérian attendit que tempête la russe, qu’elle se fut exaspérée de n’avoir jamais réussi à lui arracher cette vérité, ni à pénétrer les remparts qu’il érigeait en permanence autour de lui. « Je… » Acculé, Valérian déglutit difficilement. « Je ne sais pas. » avoua-t-il finalement. « J’ai ce… Ce vide en moi, béant et douloureux, que comble seulement ma colère. Comme une mer déchaînée qui cherche perpétuellement à s’en échapper. À tel point qu’elle me submerge et noie le reste de mes émotions. » Jamais encore il n’avait autant parlé à coeur ouvert. « Je… Je ne sais pas dissocier mes émotions de cette colère. Elle me ronge trop pour ça. Je suis désolée, Yulia. »

Il aurait pourtant aimé être à la hauteur. Être capable de l’aimer, de lui apporter le soutien dont elle avait besoin et de combler ses brèches jusqu’à la rendre entière. Mais ce vide en lui l’en avait empêché et avait aspiré un à un ses sentiments. Des sentiments forts, réels, mais que cette haine avait peu à peu transformés et pervertis en poison. Plus que le reste, ce constat accabla Valérian à qui échappa un sanglot étranglé. Débordée par ses émotions, Yulia suffoquait en face de lui ; aussi, la rattrapa-t-il fébrilement lorsqu’elle se laissa choir avec lui au sol. À genoux face à la russe, Valérian le tint fermement contre lui, incapable de se résoudre à la lâcher - à l’abandonner à ses angoisses.

Le visage proche de celui de Yulia, Valérian l’écouta ensuite s’épancher de cette douleur, de cette crainte de ne pas être assez bien pour lui - ni pour qui que ce soit. Elle avait voulu qu’il l’aime, sincèrement. À ces mots, un sourire étira les lèvres du grec. Un sourire tendre et triste. D’un pouce, il caressa doucement la joue de la jeune femme et souffla : « C’était le cas. » Valérian hésita. Toujours, il s’était dérobé lorsqu’elle avait eu besoin de lui. Toujours, il avait eu peur de s’ouvrir à elle, mais le grec comprit à cet instant qu’il lui devait la vérité. « Je t’aime (il frissonna à ces mots), mais je… Je suis incapable de le faire correctement. Je ne peux pas t’aider à te reconstruire. J’ai essayé de t’aider, mais… Je n'y arrive pas. » Il prit en cet instant conscience des larmes qui inondaient ses joues. « Je n'y arrive pas. Pourtant, j’étais prêt à te faire cet enfant. Je le voulais. Vraiment. Parce que… » Valérian prit une inspiration tremblante. « Parce que tu es une jeune femme incroyable, intelligente, courageuse et bien plus forte tu ne l'imagines. » Voilà les compliments qu’il aurait dû lui faire, il y avait si longtemps.    

Subitement éreinté, Valérian baissa les yeux et ajouta à voix basse : « J’espère qu’il saura t’apporter tout ce dont j’ai été incapable. Je l'espère vraiment. Tu le mérites. Et bien plus encore. »


Anger is an acid that can do more harm to the vessel in which it is stored than to anything on which it is poured - Mark Twain.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 3966
MessageSujet: Re: Hurricane eye   Hurricane eye - Page 2 EmptyLun 7 Déc 2020 - 16:14
Secouée par lui, j'le regarde avec de grands yeux, j'en reviens pas. Je comprends pas. Pourquoi il tire ça à lui, pourquoi il veut être le responsable de ce malheur. Non, c'est con, parce que si j'me suis shootée, c'est pas à cause de lui. C'est à cause de moi. A cause de ma faiblesse, de mon manque de rigueur, de mes échecs. Pas des siens. C'est moi qui l'ais repoussé quand il voulait être là pour m'aider, pour me consoler, j'ai refusé sa présence quand elle aurait pu m'aider à me relever. J'ai flanché, et il y est pour rien. Mais comment j'suis censée lui dire alors ? La gorge sèche, j'me tais.

Qu'est-ce que je peux dire de toute façon ? Qu'est-ce qu'il y a à dire. Il me ramène contre lui, me tient. D'une certaine manière, il rassemble les morceaux de moi qui s'étiole quand je m'effondre. J'arrive plus à contenir mes larmes, encore moins à lui tenir tête. Ça fait trop mal d'aimer, j'm'en rends compte. D'aimer de cette manière, et de voir à quel point ça peut être fort. Mais quand ça se brise, c'est encore pire, c'est assourdissant. Quand je ferme les yeux, c'est pour m'imposer l'image de Jaren en tête, pour penser à lui et à tout ce qu'il m'apporte. J'en ai le tournis brièvement, mais ça me calme au passage, un peu.

J'ai pas ce pouvoir, Valérian, j'l'ai jamais eu, que j'lui réponds.

Je peux pas lire en lui, je peux pas savoir mieux que lui. J'ai été aveuglé par mon affection pour lui, en devinant ses défauts, sa colère. Et j'en ai fait les frais, comme il a été victime de ma rage et de mon manque de considération. Coupables, hein ? Coupables de rien savoir faire correctement. Je souffle longuement. Relève le nez vers lui et le regarde. Mes mains se posent sur ses joues, et c'est au coin de ses lèvres que je pose finalement un baiser. Mouillé par ses larmes. Court. Simple.

On était voués à l'échec, autant l'admettre pour aller de l'avant, non ? J'aurais jamais pu te réparer, ou te compléter, j'en ai pas la force, ni le talent. Markus m'a dit un jour qu'il pourrait jamais me combler parce que j'étais pas la moitié de quelque chose. J'l'ai jamais été. Et toi non plus, tu l'es pas, et je secoue la tête en le disant. T'es une personne entière, avec ses quelques qualités et ses très nombreux défauts, et je ris. Sans véritable joie, mais j'essaie.

Je le relâche et essuie péniblement mes propres larmes, pour tenter de me refaire. Je souffle évidemment. De ce vide qu'induit la distance que je mets. Et de réaliser alors l'évidence :

Je suis pas faite pour t'aimer, comme lui, je sais pas comment faire. Ça fait beaucoup trop mal, c'est trop compliqué, et je secoue la tête. Et c'est pas censé être aussi douloureux...

La gorge nouée par le chagrin, je renifle un coup en essayant de pas céder. On mérite mieux, l'un comme l'autre. On mérite de donner et de prendre ce qu'on a voulu créer ensemble, avec des gens qui sauront s'adapter à nous. Parce que, tous les deux, on y arrivera pas. On en a pas la force, la capacité, la conviction. Le courage peut-être, surtout. Aimer à ce point, ça fait bien trop peur.

J'suis désolée, tellement désolée... Je peux pas m'empêcher de le répéter. Il nous reste qu'à pas briser ce qu'on a réussi à épargner, et voir, aller de l'avant. Cette distillerie, c'est ce qu'on a jamais fait de mieux.

C'est la seule chose qu'on ait vraiment réussi dans ce chaos.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Hurricane eye   Hurricane eye - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Hurricane eye -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: