The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -55%
Machine Expresso Beko 1200 W – Inox – ...
Voir le deal
59 €

Partagez
- 50% friend, 50% evil -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 8908
MessageSujet: 50% friend, 50% evil   50% friend, 50% evil EmptyJeu 10 Sep 2020 - 19:54
La musicienne retint un juron en posant le pied à terre ce matin. Cela faisait déjà quelques jours depuis que l’orage avait frappé leur communauté et l’évacuation en urgence des chevaux. Ce jour-là, Fury lui avait marché dessus dans la panique et sur le coup, portée par l’adrénaline, la pianiste n’avait pratiquement rien senti. Pourtant, maintenant, une horrible douleur qui lui remontait jusqu’à la cheville la prenait chaque fois qu’elle marchait – notamment le matin. Un hématome violacé s’était formé sur le dessus de son pied et ne semblait visiblement pas prêt de s’estomper.

Ça l’emmerdait. Surtout quand elle savait ce qui se tramait dehors. New Eden, l’avant- poste qui n’attendait que d’être espionnée. Mais voilà qu’après avoir dû se remettre de sa blessure suite à la traque infructueuse des fugueurs, la jeune femme devait encaisser une déconvenue de plus. Que son pied ne soit pas cassé, c’était tout ce qu’elle demandait.

- Tatie Selene.

Elle releva le nez sur une silhouette toute gracile dans l’embrasure de la porte ; c’était Hope. Si elle avait recouvert la parole, elle était toujours trop timide, trop sombre, trop éteinte, contrairement à la fille qu’avait vu grandir Ashley.

- Oui ?
- Je veux pas aller avec les autres… je peux aller aider avec le travail ?

La musicienne pencha la tête sur le côté. Parfois – souvent – la gamine préférait une activité manuelle en compagnie des adultes à l’entourage des autres enfants. En vérité, Selene ne savait pas trop comment gérer la façon qu’avait Hope de s’isoler des autres. Elle n’avait qu’une petite fille de deux ans et demi, elle n’était pas encore prête à gérer une adolescente. Pourtant, c’était ce que devenait sa protégée, un peu plus chaque jours.

- Ok, céda la pianiste, mais tu prendras tes cours demain. D’accord ?
- Oui, oui.

La petite s’éclipsa et la jeune femme enfila rapidement pantalon, chemise et chaussure pour aller à l’infirmerie – non sans une toilette de chat rapide. Elle pénétra les lieux en boitant et tomba pratiquement nez-à-nez avec Lisandro. C’était un peu évident mais honnêtement… elle aurait même préféré voir Nolan. Selene aimait toujours le chilien, ce n’était pas ça. Juste… après ce qu’il avait fait à Andrea, elle craignait de ne pas retenir l’envie de lui mettre un aller-retour de gifle. Elle dévisagea donc son aînée avec ce dédain adolescent dont elle avait le secret et balança avec impertinence :

- J’ai besoin de toi. T’es libre ou t’as une gamine à aller peloter ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.

Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Survivor
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 876
MessageSujet: Re: 50% friend, 50% evil   50% friend, 50% evil EmptyLun 28 Sep 2020 - 10:54
Les récents événements n’avaient fait que confirmer son retour à l’infirmerie. Déjà réhabilité depuis peu par Nolan, le chilien avait repris son poste avec sérieux depuis l’orage qui leur avait coûté les écuries et l’intendance. Nolan n’avait que trop inhalé de fumée que pour pouvoir gérer à lui seul les blessés et coordonnées leur petite équipe. Le chilien avait donc pris la relève, le temps que le pédiatre ne se remette. Il avait aidé l’équipe de l’infirmerie à s’organiser au mieux pour plus d’efficacité, laissant Joséphine et Tomeo gérer les dernières braises de l’incendie, pendant que lui, Erika et Juliet triaient les blessés. Et quand Nolan eut repris ses esprits, le jeune homme lui rappela une nouvelle fois que sa place était bien ici. Cela ne plaisait sans doute pas à Andrea, mais pour la première fois depuis qu’il était de retour, cette possibilité de le freinait pas. Il était temps qu’il prenne sa place, et il savait qu’elle se trouvait ici, entre ces murs. Que cela n’en déplaise à d’autres, il était temps qu’il se construise sans le constant aval de son ex-compagne.

Juliet avait quitté l’infirmerie depuis un bon quart d’heure quand la porte s’ouvrit sur une silhouette malheureusement bien connue. Selene. Dire que les choses étaient compliquées entre eux était un euphémisme. Mais il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, tout comme Nihima, Selene ne faisait qu’exprimer la colère qu’Andrea gardait pour elle, par égard pour Annabella. Et tout comme la native, la pianiste n’écoutait que la version de l’histoire où le chilien était un connard sans cœur. C’était du moins comme ça qu’il le voyait. « Selene. » Salua-t-il, sur la réserve. S’il ne savait pas trop à quoi s’attendre, sa cadette ne tarda pas à poser sur lui ce regard insolent qu’elle ne lui aurait jamais adressé avant. Si ça le blessa, il resta néanmoins suffisamment stoïque pour que ça ne se marque pas (trop). Mais c’est sur un ton morne et sans chaleur qu’il répondit : « Non t’en fais, elle est partie depuis dix minutes. »

Essayant de faire fi de ce qu’il ressentait, il lui désigna une table d’auscultation où elle pouvait s’assoir. « Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? » Il s’efforçait de mettre de la distance entre son travail et cette peine qui lui broyait le cœur. Le temps ferait peut-être le reste. Peut-être.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 8908
MessageSujet: Re: 50% friend, 50% evil   50% friend, 50% evil EmptyMar 29 Sep 2020 - 23:08
La musicienne ne répondit rien mais émit un « tchiiiip » prolongé sans doute inspiré de sa maîtresse en la matière – Andrea. Elle espérait grandement que le chilien soit en train de plaisanter car outre le fait de faire ses petites affaires sous le nez de son ex, après l’avoir envoyée balader pour aller aux putes, tout le monde se connaissait dans ce camp. Alors des jeunettes susceptibles d’être « parties il y a dix minutes », elles se comptaient sur les doigts de la main. Si avec ça elle apprenait qu’il s’agissait de Juliet… la pianiste risquait sérieusement de lui compter sa deuxième main. En attendant, elle se dirigea en boitant vers la table d’auscultation qui lui était désignée.

- Fury m’a marché sur le pied pendant l’incendie, expliqua-t-elle froidement en ôtant sa ranger concernée, j’ai mal depuis et… ça s’arrête pas.

Le reste il verrait hein, c’était son travail ! C’était dingue comme de poser les yeux sur lui la déchirait en deux. Il était sa famille et Selene savait qu’elle donnerait sa vie pour lui si c’était nécessaire. Mais elle lui en voulait aussi beaucoup car justement, cette famille déjà diluée dans le camp s’était encore plus fracturée depuis sa séparation d’avec Andrea. Il n’y avait plus de réunion, plus de complicité, plus de « groupe dans le groupe ». Si la régisseuse trouvait que c’était une bonne chose, la musicienne se sentait effroyablement seule. Comme la dernière représentante d’un groupe qui avait définitivement cessé d’exister… l’amie laissée pour compte, sur le bord de la route de l’évolution.

- Ça valait le coup au moins ? Attaqua-t-elle brusquement et sans préavis – ça lui brûlait les lèvres et puisqu’ils n’avaient pas pris la peine de parler…, plaquer Andrea comme une merde, partir avec Jonah vous taper d’autres filles et revenir comme des fleurs… c’est pas comme si elle aurait eu besoin de toi pendant cette période, tu sais, Selene n’oubliait pas la fois où son aînée était venue la trouver, en larmes… et elle s’en voulait d’ailleurs d’être l’un de ses fardeaux, alors au moins, est-ce que ça valait le coup ?

Elle l’assassinait du regard. Au début, elle voulait bien essayer de croire aux circonstances atténuantes, au choc de la perte de son bras, mais… plus ça allait, moins elle l’avalait. Lisandro s’était replié sur lui-même, il avait rejeté tout le monde et son comportement les avait tous affectés. La musicienne lui en voulait de ne pas avoir mesuré les dommages collatéraux de sa dépression, de ne tout simplement pas avoir réfléchi. Comme si… comme si les mois de galères passés ensemble à la prison n’avaient eu aucune signification. Qu’ils n’étaient que des étrangers.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.

Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Survivor
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 876
MessageSujet: Re: 50% friend, 50% evil   50% friend, 50% evil EmptyMer 21 Oct 2020 - 20:13
La musicienne s’installa sur une table qu’il lui avait à peine désignée. Comme si elle ne voulait pas perdre son temps en sa présence. Très bien. Ce n’était pas ce qu’il souhaitait dans le fond, non. Mais les choses n’étaient plus les mêmes depuis qu’il était parti. Elles étaient même pires depuis son retour. Il était parti plus d’un mois, et si ce qu’il avait vécu de son côté n’avait fait que l’aider à se reconstruire, il avait laissé derrière lui une famille disloquée et trahie. Il ne pouvait pas s’attendre à ce que les choses s’apaisent dès son retour.

Cela faisait plus de trois mois qu’il était rentré, il avait laissé le temps. Il s’était excusé. Il avait aussi discuté avec les personnes qui avaient été désireuses de l’écouter… vraiment. Cela ne l’avait pas excusé de tout, bien sûr. Il s’était promis d’être patient, quand bien même voir les siens se retourner contre lui, lui était difficile. Et le regard que lui portait Selene aujourd’hui, était l’un des plus difficiles à supporter. « Mh, d’accord. Je vais regarder ça. » Répondit-il, alors que la musicienne lui expliquait pourquoi elle n’arrivait plus à poser correctement le pied au sol. Délicatement – et assez lentement – il lui enleva sa chaussure pour commencer l’auscultation. Le chilien n’était pas fort inquiet, elle ne semblait pas avoir le pied cassé. Une petite fêlure tout au plus, il lui suffirait d’une attèle pour protéger son pieds, et quelques recommandations d’usage qu’il n’était pas certains qu’elle respecterait, de toute manière. Il venait de récupérer le matériel pour lui poser une attèle, s’apprêtant à lui expliquer ce qu’il comptait faire quand les mots de Selene s’échappèrent de ses lèvres, dans une intention blessante. Il s’arrêta dans ses gestes.

« Selene… » Souffle-t-il, en fermant les yeux quelques secondes. Quand il posa par la suite son regard sur elle, le chilien se tenait distant, un peu dur aussi, peut-être. Pour se protéger, principalement. Quand Selene piquait de la sorte, ce n’était jamais bon, pour personne. Il était blessé par ses paroles, mais ne se sentait pas le droit de l’être. « Je sais qu’il est plus facile de croire ce qu’a pu raconter Jonah sur notre si inoubliable soirée que de me croire moi. Après tout, j’ai bien mérité ce manque de confiance de votre part… » Dit-il, un peu amer. Il fallait dire que le routier avait cru bien faire, et compte tenu du caractère de Jonah, c’était même presqu’étonnant qu’il ne se soit pas servi de ce qu’il s’était passé pour raconter la vraie version. Quant à savoir ce qui était le plus humiliant : la vérité ou les affabulations de Jonah, Lisandro se posait toujours la question.

Il reprit la parole, sur un ton intransigeant. « Mais dans aucun univers… blesser Andrea n’en vaudrait le coup. » C’était la stricte vérité. Elle était en totale contradiction avec ce qu’il avait fait en la quittant, en les quittant tous. Mais elle était vraie. Rien n’aurait pu valoir le coup d’avoir causé autant de souffrance à Andrea. « Ce que j’ai fait a détruit cette famille. » Et il ne parlait pas seulement d’Andrea et de lui, il en avait bien conscience. Tout comme il savait pertinemment que Selene ne l’attaquait pas seulement pour ce qu’il avait fait à sa meilleure amie, mais aussi ce qu’il lui avait fait à elle, en la laissant derrière. Comme si elle ne comptait pas. Comme si aucun d’eux n’avait jamais vraiment compté.

Lisandro baissa ensuite les yeux sur le matériel de soin qu’il avait apporté. Il fallait dire que la suite n’était pas facile à dire non plus. « Mais aucun d’entre vous n’auriez pu m’aider dans ce que je traversais. » Il savait que c’était dur, que ce n’était pas ce qu’elle avait envie d’entendre. Mais c’était quelque chose qu’il avait compris avec le recul. Grâce aussi, à la présence bienveillante d’une psychiatre au No man’s land qui lui avait permis de trouver le courage de rentrer à Nisqually. Ce qu’il s’apprêtait à dire, il pouvait l’assumer maintenant. Et puisque Selene décidait enfin de lui parler, elle avait le droit de le savoir. « Parce que pour accepter l’aide des autres, il faut d’abord vouloir s’aider soi-même… Et ce n’était pas dans mes intentions à la base. » Il ne la regarda pas en disant ces mots. Il ne cherchait pas à la prendre en pitié. Mais puisqu’elle voulait savoir, elle savait, désormais. Cela restait un acte égoïste, qu’il n’y avait visiblement que lui qui pouvait comprendre. Mais il était là désormais. De toute façon, il savait pertinemment que revenir ne serait pas une partie de plaisir. Et il ne s’attendait pas vraiment à ce que Selene décolère sur l’heure. Aussi, reprit-il son matériel pour lui expliquer. « Ce n’est pas cassé, une attèle devrait suffire, le temps que l’hématome se résorbe. »




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 8908
MessageSujet: Re: 50% friend, 50% evil   50% friend, 50% evil EmptyMer 21 Oct 2020 - 21:22
Selene écoutait, attentivement même. Son pied était à la merci de son ami mais pour le reste, elle n’était… pas convaincue, c’était le cas de le dire. Son visage ivoirin se plissant d’une moue profondément sceptique et un peu narquoise. Certes, Lisandro reconnaissait qu’il avait détruit leur famille et ça, c’était un pas en avant. Mais le reste… ça lui fit lâcher un « pfffff » un brin dédaigneux, juste avant son verdict sur son pied. Pas cassé, tant mieux.

- Tu sais quoi ? Je sais pas combien de personne ont mordu à ton baratin… mais moi, je crois que tu racontes des conneries.

C’était sorti tout seul et ça sonnait plus violent qu’elle ne l’imaginait. Néanmoins, la jeune ne ravalerait pas ses mots, parce qu’elle le posait. Elle ne bougea pas de la table d’auscultation, elle n’avait pas l’intention de se défiler devant le chilien – et lui ne la planterait pas là avant de la soigner, n’est-ce pas ? Il avait près du double de son âge, mais abandonner le lead n’avait pas ôté cette sensation d’être responsable d’eux tous – ceux de la prison. Et peut-être que Lisandro avait besoin qu’elle lui colle un coup de pied au cul, si personne d’autre n’osait le faire.

- Personne ne pouvait t’aider ? Pourquoi, parce qu’on pouvait pas comprendre ? C’est pas comme si Andrea avait aussi perdu un bras par exemple, la pianiste fit mine de réfléchir, ou si tu n’étais pas face à une personne qui souffre d’une pathologie qui rend la communication sociale très difficile !

C’était ça qui la foutait en rogne au final : que son aîné s’obstine dans le numéro de celui qui avait souffert d’un mal absolu, comme s’il était seul au monde. Sauf que ce qu’il avait traversé, il n’était pas le seul à l’avoir vécu. Et cet égocentrisme qu’il cultivait là, ça allait gangréner toute leur relation s’il ne faisait pas un effort. Selene avait envie de l’attraper et de le secouer, mais elle se contenta de lâcher un profond soupir.

- On aurait pu t’aider Lisandro. J’aurais ou t’aider, car elle était la reine pour savoir ce que ça faisait de perdre la tête et voir son monde s’effondrer, tu n’avais simplement pas envie qu’on le fasse. Par fierté, par désespoir ou par bêtise, j’en sais rien. On s’en fout maintenant… mais reconnais que t’as déconné sur toute la ligne, la musicienne haussa les épaules et chercha enfin le regard de son ami, admets que t’as été con et oublie tes explications bidons, peut-être alors qu’elle consentirait à lui pardonner après ça, et t’as intérêt d’être toujours là pour Annabella, à défaut de l’être pour Andrea.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.

Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Survivor
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 876
MessageSujet: Re: 50% friend, 50% evil   50% friend, 50% evil EmptyLun 26 Oct 2020 - 13:57
Evidemment, il parlait dans le vide. Alors arrête-t-il ce qu’il est en train de faire pour ancrer un regard furieux et impuissant dans ses prunelles. « J’en ai ras l’cul de répéter tout le temps la même chose, aux mêmes personnes. » Il s’emporte. Il est fatigué. Fatigué d’encaisser et d’accepter surtout. Ça lui fait mal, et il n’en veut plus. Quand il prend la parole, c’est pour révéler une vérité qui ne fait plaisir à personne, lui comprit.

« J’ai vécu ça d’une façon qui vous a tous échappé. Et si vous n’avez pas compris, c’est parce que je ne voulais pas que vous compreniez. Et c’est ça qui vous blesse, qui te blesse. Parce que pour cette fois, tu étais impuissante à ce qui arrivait… » Selene avait toujours été là, c’est vrai. Elle avait été un pilier sur lequel il s’était reposé si souvent à la prison. Quand elle lui avait demandé s’il pouvait remettre son sort entre les mains d’une enfant, il avait dit oui. Parce qu’elle n’en était pas une, et qu’il avait confiance en elle. Ces liens tissés à la prison, ils étaient indescriptibles, il les pensait même inaltérable mais il s’était trompé. Leur déménagement à Fort Nisqually avait changé la donne. Ce n’était plus eux contre le reste du monde, une poignée de survivantes dont la survie dépendait des uns et des autres. Ils étaient des centaines désormais. Leur famille, toujours soudée, s’était ouverte à d’autres relations, à d’autres histoires. Il y avait quelque chose qui s’était perdu. Mais n’était-ce pas pour un mieux au final ? En ce moment, il ne savait plus vraiment.

« J’avais la possibilité d’aller jusqu’au bout de ce qu’on a pu empêcher Andrea de faire à l’époque. De ce que tu as toi-même renoncé à faire, parce qu’on avait besoin de toi. Si j’ai pu vous exclure de ce choix, de ce que je vivais, c’est parce que les choses sont différentes ici. Nos vies sont différentes. » La vie à The Haven, elle était différente. Ça lui coûtait de le dire. Parfois, la nostalgie de leur ancienne situation le prenait en étaux à la gorge et le faisait suffoquer. Comme là, en fait, alors qu’il se débattait pour se faire entendre, une dernière fois.  « Parce que le temps se déroule différemment depuis qu’on n’est plus à la prison… » C’était dit. Ce sujet dont plus personne ne parlait, de moins en moins en tous cas.

« Moi aussi, elle me manque. » Il s’était soudain radoucit, comme si ces quelques mots l’avaient libéré en les énonçant. « Encore plus aujourd’hui. » Sa voix se fait plus basse, alors qu’il lui parle comme à la confidente qu’elle avait pu être autrefois. Elle lui était étrangère depuis son retour, mais ce n’était pas à elle qu’il en voulait. C’était à lui. Ce Fort était ce qui leur était arrivé de mieux oui, mais ça avait ébranlé quelque chose. Quelque chose qui semblait faire écho à ce que ressentait Selene contre lui. « Parce que vous avez mille et une opportunités de me fuir, parce que je n’ai jamais vu aussi peu Andrea que depuis qu’on peut se perdre dans ce camp… Parce que j’ai pu vous fuir, vous… » Dit-il, avec une certaine honte. « Tous. »

Encore une fois, le chilien leur avait fait le même coup. Quand il ne se cachait pas derrière Selene ou Andrea pour prendre les décisions qui s’imposaient, il s’était ici caché dans cette nouvelle vie qu’ils s’étaient créés après la chute du Ranch. Une énième fuite, pour échapper à ce qu’il ressentait, pour échapper à ce qu’il était censé vivre pour surmonter cette épreuve. Il avait eu peur, et il avait exploité cette faille pour leur échapper. Ils n’étaient plus à la prison depuis bien longtemps déjà. « Je ne peux pas revenir en arrière. Et on ne peut pas retourner à la prison. » C’était une évidence.

« Je ne sais plus ce que ça vaut pour toi aujourd’hui, mais je suis désolé. » Souffle-t-il, finalement. Elle n’était toujours pas obligée de le croire, il espérait juste qu’elle l’entendrait. Cette fois-ci.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 8908
MessageSujet: Re: 50% friend, 50% evil   50% friend, 50% evil EmptyMer 28 Oct 2020 - 14:36

Selene croisa les bras quand Lisandro s’emporta. Oui, il n’avait pas voulu qu’ils comprennent et c’était bien ça qu’elle lui reprochait ! Fut un temps où ils se disaient tout, où ils s’entraidaient, où ils étaient tous liés d’un pacte secret. Eux avant les autres. Ça avait longtemps été ça… et même après l’alliance avec le ranch, la pianiste avait gardé secrète l’existence de Nisqually, justement pour garder une échappatoire sûre à sa famille et sa famille seule. Elle leur avait tout donné, elle avait même sacrifié sa santé mentale au passage. Tout ça pour quoi ? Aujourd’hui, elle était la seule à se souvenir… la seule à avoir une pensée pour ceux qu’ils avaient connu et qu’ils avaient perdu. Breann. William. Arun. Abigail. Sarah. Alma. Tous étaient allés de l’avant… et elle était bloquée en arrière avec un cœur en miette et des souvenirs macabres.

Alors quand le chilien évoqua leur maison, quand il signifia qu’elle lui manquait aussi, la jeune femme serra les dents. Même s’il touchait un point sensible, elle n’avait pas envie de tirer un trait si vite. Parce que Lisandro avait beau dire, lui aussi avait piétiné leur unité. L’année précédente, elle s’était ouverte à eux à la demande d’Andrea, quand il était devenu impossible de cacher son état psychologique et en récompense de cette confiance, ils avaient éclaté le groupe. Tous. Même Juliet au final, trouvait des repères hors de leur tribu. Certes, Selene avait Shawna ou Nima, mais… elle préférerait que ce soit elles qui intègrent la famille que l’inverse. Sauf que le clan de la prison n’existait définitivement plus…

- Laisse tomber, c’est bon, maugréa-t-elle.

D’un geste vif, un brin rageur, elle chassa de son regard les perles venues y briller. Elle renifla, les yeux dans le vide, appuyée sur les rebords de la table d’auscultation. Ses entrailles étaient en pleine ébullition. C’était le mutisme ou l’explosion, alors autant qu’elle ne dise rien. Dans des moments comme celui-ci, l’envie de Juliet était plus que tentante. Partir, loin, se détacher de toute cette masse grouillante qu’elle ne reconnaissait pas. Mais… abandonner Elizabeth ? Et Hope ? Jamais.

- Tu me mets une atèle alors ? Grogna la jeune femme en bottant totalement en touche, j’en ai pour combien de temps tu penses ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.

Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: 50% friend, 50% evil   50% friend, 50% evil Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- 50% friend, 50% evil -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: