The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Artifacts Of The Black Rain ft Alan -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 115
Age IRL : 35
MessageSujet: Artifacts Of The Black Rain ft Alan   Artifacts Of The Black Rain ft Alan EmptyMar 8 Sep 2020 - 18:17


J'ai veillé une bonne partie de la nuit, comme je me plais à le faire si souvent. Préférant le calme de l'obscurité à l'agitation du jour. J'ai lu jusqu'aux petites heures, endormis au milieu des livres qui ne me laissent que peu d'espace pour me retourner. Perdu dans des rêves aux couleurs des histoires lues dans la soirée, un mélange parfaitement tordu et improbable de personnages et de situations qui n'ont ni queue ni tête. Me retournant de temps à autre dans un coin de livre qui s'enfonce entre mes côtes, les pages qui se plient sous mon corps. Je manque de soin avec eux. J'aime qu'ils vivent, qu'ils soient maltraités par mes doigts et malmené par ce que je peux leur faire enduré. Lire partout et dans n'importe quelles circonstances. Mes rêves qui basculent, teintés de grondements lourds et d'une humidité pesante. Mélange de réalité qui s'insinue en moi et me fait doucement basculer alors que pour me sortir finalement du royaume des songes, des gouttes d'eau me tombent sur le front. Je grimace et pousse un grognement en menant ma main à mon visage pour chasser les intruses. Pas encore certains que ce soit ou non le fruit de mon imagination. Et ça s'intensifie. Alors, je finis par bondir brusquement pour leur échapper. Mes mains qui frottent mes yeux et glissent le long de mon visage. Secouant la tête, je prends conscience de mon espace et remarque que les grondements ne faisaient pas partie de mon rêve. Je me redresse avec hâte pour fermer la fenêtre à côté de mon lit. Mon visage qui se colle ensuite contre la fenêtre et regarde la pluie qui se déchaîne au dehors. J'adore ce genre de temps. Mélancolique et invitant à rester blotti chez soit, bien confortablement.

Et je suis tenté par l'idée de reprendre le premier livre qui me passera sous la main pour me plonger dedans . Capable de repartir à lire, pendant des heures. Laissant les muscles s'engourdir au prix d'une histoire passionnante. Je remarque pourtant un bruit étrange, comme un grattement à la porte de mon camping car. Je fronce les sourcils et me jette sans plus attendre sur la porte que j'ouvre à la volée. Bourrasque de vent humide qui me frappe le corps. Et le chat qui me suit partout qui rentre comme une furie dans le véhicule. Il m'a choisi et se permet de plus en plus de familiarité. Un rire quitte mes lèvres alors que je le regarde filer entre mes jambes, trempé, pour venir se glisser dans mon lit en salopant tout au passage. Il va falloir que je lui trouve un nom. Il semble évident qu'il est chez lui ici lui aussi. Je referme la porte et viens me jeter sur le lit à côté de lui, il sursaute avant de venir se frotter à mon bras. Et on part pour uns cession câlin et ronron comme il se doit. Au bout d'une heure de mon esprit qui vagabonde au bruit hypnotisant de la pluie et des ronronnements, je me dis que ce serait quand même con de ne pas profiter de ce temps pour faire un rituel.

Je repousse le chat noir et lui laisse le temps de se mette en boule pour tomber dans le sommeil avant de m'agiter. Récupérant une casserole et plusieurs cristaux ou autres grigri un peu partout autour de moi. J'ouvre la porte et pose la casserole devant ma porte pour qu'elle se remplisse alors que je me jette sous la pluie battante. Les paumes chargées en pierre semi précieuses et tournée vers le haut. Le visage vers le ciel et les yeux plissés par la pluie battante qui me trempe le corps en quelques secondes. Mes lèvres qui bougent doucement au rythme d'incantations de mon cru. Appel aux éléments et aux forces de la nature. Mes doigts qui glissent lentement autour des pierres. L'orage qui gronde et le vent qui souffle. Et j'en ai pas grand-chose à foutre qu'on puisse me voir. Que je puisse avoir l'air d'un taré aux yeux de certains de mes nouveaux compagnons qui pourraient jeter un œil au dehors. Le rituel c'est plus important. Et je suis trempé, il n' y a plus une once de vêtement qui soit sec et je ne pense même pas une seconde que je pourrais prendre froid. Ni que le temps se déchaîne avec de plus en plus de force et qu'il serait plus prudent de rentrer.





    What if all the world's inside of your head
    -What if everything around you isn't quite as it seems? What if all the world you used to know is an elaborate dream? And if you look at your reflection is it all you want it to be? What if you could look right through the cracks. Would you find yourself afraid to see?
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 128
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Artifacts Of The Black Rain ft Alan   Artifacts Of The Black Rain ft Alan EmptyMar 8 Sep 2020 - 19:57
L'éphèbe sous la pluie

En remontant le fleuve au-delà des rapides
Au-delà des clameurs et des foules insipides
Où nos corps épuisés sous la mousse espagnole
Ressemblent aux marbres usés, brisés des nécropoles


Plongé dans les Champs de Maldoror, Alan était installé dans la quiétude de sa caravane. Leur nouvelle localisation plaisait au galeriste qui cependant, appréhendait la venue de la pluie. Les nuages les narguaient depuis plusieurs jours, l'ambiance était pesante, tous savaient ce qui allait finir par se produire. Le cinquantenaire, blottit dans la couchette de sa caravane, tourna la page, tourné dans le discours en prose d'une goutte de sperme. Fronçant les sourcils, complètement dans l'ambiance de cet ouvrage insolite de Lautréamont, il entendit petit à petit le martèlement de la pluie sur la carcasse de luxe de son antre.

Un sourire en coin s'étira sur ses lèvres à mesure qu'il avançait dans sa lecture. Mais bientôt, du remue-ménage l'intrigua et le poussa à abandonner son roman sur le ventre des pages, avant de quitter sa couchette pour aller egarder par la fenêtre. Plissant les yeux, Alan retira ses lunettes de vue pour voir de quoi il s'agissait au loin. Serait-ce la nouvelle recrue ? Sous la pluie ? Il tenait entre ses mains quelque chose et semblait particulièrement déterminé à profité de cette pluie. Le cinquantenaire arqua un sourcil pour lui-même et se dirigea instincitvement vers la porte d'entrée de sa caravane.

Il était encore pieds nus, une chemise blanche ornant sobrement ses larges épaules encore en forme. Un pantalon ample noir finissait cette tenue de confort qui lui faisait conserver un certain standing. Alan Nielsen aimait le confort de sa caravane mais pas au moins de négliger son apparence lors des jours de repos. Il se passa une main dans les cheveux pour les ramener en arrière et plissa légèrement son regard sombre pour observer le jeune homme sous la pluie.

Kaz apparaissait aux yeux d'Alan comme un éphèbe magnifique, une muse pour tout artiste qui resterait en vie en Post Apocalypsia. Le galeriste n'était qu'un médiateur entre la connaissance artistique et les oeuvres et savait reconnaître le Beau lorsqu'il le voyait. Un demi-sourire resta encré sur son visage tandis qu'il restait appuyé contre l'entrebaillement de la porte d'entrée de sa caravane en observant l'étrange rituel de ce garçon. Apparemment, il tenait entre ses mains quelque chose qu'il voulait volontairement humidifier. Des pierres ? Alan pensait que l'ésotérisme devait avoir une place privilégier dans la vie de ce jeune homme, ce qui ne le choquait pas. Alan avait côtoyé suffisamment d'artistes et de personnages singuliers, dans le cadre de son métier mais aussi au fil de ses rencontres dans sa vie personnelle, qu'il n'était pas vraiment étonné. Finalement, peut-être que lui-même apparaissait comme quelqu'un de singulier au sein de ce Nouveau Monde, mais peu importe. Alan acceptait cela comme il acceptait ce qu'il était devenu depuis le début de cette épidémie.

Silencieusement, il s'avança sous le auvent de sa caravane, installée pour l'été, et tira une chaise encore au sec pour venir s'asseoir à l'entrée de sa demeure, tout en observant ce bel éphèbe sous la pluie.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 115
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Artifacts Of The Black Rain ft Alan   Artifacts Of The Black Rain ft Alan EmptyMar 8 Sep 2020 - 20:59


Je sais que plus longtemps je reste là, à répéter inlassablement mes incantations, plus le rituel sera efficace. Rien à foutre d'être trempé et le corps battu par les vents. Lèvres qui se teintent de bleu et de rouge alors qu'un frisson parcours mon corps. Les mots murmurés en appel à la déesse, mère universelle de toute chose. Je suis concentré et je n'ai plus aucune conscience du temps qui passe. Une aubaine pour moi que ce ciel qui se déchaîne. La force électrique de la nature qui recharge aussi bien les pierres que mon corps offert aux éléments. Force qui naît dans le bas de mon corps et remonte pour se répandre jusqu'au creux de mes reins et repars jusqu'à ma nuque. La pluie que me coule le long du visage et s'insinue sous le tissu qui recouvre ma peau.

Imperturbable, jusqu'à ce que me sens captent l'intervention d'un parasite. Visage qui se crispe un instant, secoue lentement la tête en perdant le fil de ma phrase. Soupire rejeté par mes poumons. Je sens qu'on m'observe et avec beaucoup trop d'insistance pour que cela ne vienne pas perturbé mon travail. J'ouvre un œil, sans bouger la tête. Et le bleu se balade à la recherche de l'intrus. S'arrêtant finalement sur une silhouette pas bien loin. Le grand brun qui se la joue sexy mystérieux. Il est posé sur une chaise et ne semble pas avoir envie de masquer le fait qu'il m'observe. Je grogne et ferme les yeux. Peut-être qu'il va se lasser. Quelques minutes supplémentaires à bouger les lèvres avant de rouvrir le même œil. Et il est toujours là. J'aurais presque envie de lui tirer la langue, mais je me retiens de me laisser aller à ce comportement totalement puérile. Mes bras retombent lourdement le long de mon corps. Mon visage qui continue d'accueillir la pluie avant de basculer lentement pour lui faire face. Et au travers des éléments déchaînés, je hausse la voix et m'adresse à lui.

Tu sais que tu me perturbe à me mater comme ça ?

Je secoue la tête dans une tentative totalement vaine de chasser les gouttelettes qui m'envahissent le visage. Je le fixe en silence. Le jauge, le toise presque. Il me paraît beaucoup trop indéchiffrable pour que ça ne cache pas un truc pas net. Moi qui ait l'habitude de lire les âmes assez facilement, je me retrouve face à une interrogation. Et ça m'intrigue au moins autant que ça m'irrite. Je hausse les épaules. Et me retourne pour ramasser la casserole remplie d'eau de pluie. Je disparais dans mon camping car. Je pose la casserole au milieu de la table au centre de la pièce et y enfoui les pierres qui sont éparpillées entre mes doigts. Je me penche et murmure une nouvelle incantation avant d'afficher un air satisfait. Ça suffira pour le moment. Je me retourne alors vers l'entrée du camping car et dégoulinant, je m'appuie contre l'ouverture de la porte. Ma main qui se lève devant moi et mon doigt qui ondule dans l'air devant moi. Je m'adresse de nouveau a lui en parlant d'une voix grave et forte.

Viens voir de plus prêt si tu l’ose.

Et j'éclate de rire avant de disparaître à nouveau en laissant la porte ouverte derrière moi. Je ne sais pas s'il va venir. Et que grand bien lui fasse quoi qu'il décide. Je me secoue comme un chien mouillé en propulsant des gouttes d'eau partout autour de moi. L'air grandement satisfait de foutre la bordel là ou règne déjà le chaos. Mes cheveux noirs en bataille qui se dressent sur ma tête alors qu'une énorme flaque se dessine sous mes pieds. Ouais j'aurais pu moi aller vers lui puisque que je suis déjà trempé, mais je trouve ça bien plus drôle de voir s'il est du genre à se mouiller ou pas. Et cela autant littéralement que métaphoriquement.




    What if all the world's inside of your head
    -What if everything around you isn't quite as it seems? What if all the world you used to know is an elaborate dream? And if you look at your reflection is it all you want it to be? What if you could look right through the cracks. Would you find yourself afraid to see?
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 128
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Artifacts Of The Black Rain ft Alan   Artifacts Of The Black Rain ft Alan EmptyMar 8 Sep 2020 - 22:52
L'éphèbe sous la pluie

En remontant le fleuve au-delà des rapides
Au-delà des clameurs et des foules insipides
Où nos corps épuisés sous la mousse espagnole
Ressemblent aux marbres usés, brisés des nécropoles


La patience, une grande vertue lorsque le galeriste se montrait sous son beau jour, un beau gentleman capable de rester à un poste d'observation pendant des heures. Après tout, Alan avait vécu en ermite pendant quasiment un an, il savait très bien prendre son mal en patience. Sagement assit sur sa chaise, regardant alternativement le ciel, la pluie et Kaz, Alan conservait son sourire en coin. Comment pouvait-il imaginer observer une scène surréaliste comme celle-ci, en pleine Post Apocalypsia. Le ciel semblait également s'allier à Kaz dans cet étrange rituel dont Alan ignorait le but et le procédé. Les questions fusaient dans son esprit, mais le cinquantenaire n'était pas du genre à se ruer sur les informations : il les laissait venir à lui.

Quand Kaz remarqua sa présence, Alan adressa un signe de tête au jeune homme avant de hausser les sourcils lorsque celui-ci s'adressa à son aîné. Ce gamin avait du culot, pensa Alan, un culot qui constrastait merveilleusement bien avec son physique gracile. Il l'observa secouer la tête comme un jeune chien vagabond qu'il était sans doute, ce qui fit secouer la tête du cinquantenaire lentement, de gauche à droite, avec un sourire presque amusé sur le visage. Quand Kaz disparut dans son camping car, Alan hésita : est-ce qu'il devait le suivre ou retourner dans la quiétude de son propre logement afin de poursuivre sa lecture ? Hésitant un instant, plissant les yeux pour voir la source de lumière présente dans la caravane de Kaz, Alan haussa encore légèrement les sourcils en entendant sa voix et en apercevant sa silhouette qui lui proposait de le rejoindre. S'il l'osait. Alan eut un ricanement pour lui-même et resta un instant sans bouger.

Finalement, il se leva de sa chaise, rentra dans sa propre caravane et chercha dans un placard près de la porte dans lequel se trouvaient quelques manteaux longs mais aussi un long parapluie noir encore dans son plastique d'origine. Alan le retira de son emballage, plia celui-ci et le rangea dans le placard avant de regarder autour de lui. Un éclair d'amusement illumina son visage quand haussa les sourcils pour lui-même et s'empara de son exemplaire des Champs de Maldoror avant de retrousser de plusieurs revers son pantalon. Quand Alan longea le chemin dans l'herbe mouillée, la pluie martelant contre la toile du parapluie. Arrivant à l'entrée de la caravane du voyant, Alan esquissa un sourire et entra en baissant légèrement la tête. Son mètre-quatre-vingt-quatorze le rendait presque géant au sein de ces habitations qui constituaient leur unique source de confort.

Le livre sous le bras, Alan replia son parapluie qu'il secoua vaguement au dehors avant de le laisser pendre à la poignée de la porte par sa poignée recourbée. Il se tourna ensuite vers Kaz avec un légèr sourire en coin, observant ce qu'il avait posé sur sa table. « Je n'ai pas pensé que ma présence interromperait ton rituel... » Alan s'approcha légèrement de lui en regardant de plus près, sans toucher à rien, les pierres qui reposaient, humides. Alan baissa ensuite le regard vers le jeune éphèbe et accentua son sourire, un petit rire suave accompagnant sa question : « Aurais-je perturbé ta concentration ? »




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 115
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Artifacts Of The Black Rain ft Alan   Artifacts Of The Black Rain ft Alan EmptyMer 9 Sep 2020 - 1:12


Mon regard glisse de la porte à mes vêtements trempés. Un air amusé dessiné sur mon visage. Et je suis presque déçu lorsque je le vois arriver avec son parapluie. Sec et des plus présentables. Le mec à de la ressource et du coup ouais, il ne serait peut-être pas du genre à se mouiller. C'est sans compter sur moi ça. Il accroche son parapluie à la porte et il dénote indéniablement au milieu du chaos qui règne dans mon camping car. Piles de livres qui s'entassent partout autour de nous, réduisant l'espace déjà restreint. Grigri de toutes sortes accrochés un peu partout où il est possible d'accrocher quelque chose. Bougies, boule de cristal, tarots et j'en passe. Mon regard glisse sur lui et je ne peux pas empêcher un petit rire de franchir mes lèvres. Rire qui se stoppe brusquement lorsque je remarque le livre calé sous son bras et je ne cache pas un regard intéressé avant de venir le regarder droit dans les yeux.

Je n'ai pas pensé que ma présence interromperait ton rituel...

Ma langue viens claquer contre mon palais alors que je continue presque de le défier du regard. Il s’approche et je ne recule pas. Je fait même moi aussi un pas en avant.

Aurais-je perturbé ta concentration ?

Je n'ai pas vraiment besoin de lever les yeux parce qu'il est à peine plus grand que moi. Je soutiens son regard sans perdre un seul instant de l'audace qui se dégage de moi. Je ne parviens absolument pas à décoder ce qui émane de lui, mais il est hors de question que je le laisse apercevoir combien ça me perturbe. Je relève le menton pour lui répondre.

Pas ta présence, mais ton regard ouais ! Tu as tout perturbé. Et je ne sais pas si j'aime trop la façon dont tu dis rituel.

Mon doigt relève et se pose contre son torse venant appuyer du bout de l'index.

C'était trop insistant. Monsieur l'air de rien.

Et je hausse les épaules. Mon doigt, ma main qui retombe le long de mon corps avant de me secouer à nouveau, ne manquant pas de l'éclabousser au passage des gouttelettes d'eau qui se détachent de mon corps et de mes vêtements humides. Je fronce les sourcils en déclarant.

Et ça c'est ma vengeance ! Un parapluie ! Qu'elle drôle d'idée.

Mon regard se perd un instant par la fenêtre, sur la pluie battante qui redouble de force à l'extérieur. Je détourne brusquement la tête et constate à nouveau combien je suis trempé. Et dans toute ma fougue, je décide que ce n'est pas sa présence qui va m'empêcher de remédier à ça. Je déclare alors sur un ton empli de provocation.

Mais si tu veux regarder mec...Alors regarde.

J'éclate de rire en secouant la tête. Mon t-shirt qui vole par-dessus ma tête et que je laisse tomber au sol dans une masse humide et difforme. Un splash sonore qui s'en dégage lorsqu'il s'écrase par terre. Et bien vite suivent tout le reste de mes vêtements. Et je continue de rigoler parce que ça me ferait marrer encore plus de constater que mon comportement pourrait provoquer une quelconque réaction. J'ai du mal à ne pas tomber dans la provocation. Amie de toujours que je me plais à mettre en avant dès que je le peux. Et je me dirige vers mon lit pour enfiler un peignoir de satin complètement bariolé de grands fleures colorées. Il semble évident que c'est un peignoir pour femme, mais il me plaît. Je ne m'arrête pas à ce genre de détails. Je prends une serviette et la passe rapidement dans mes cheveux avant de la lui lancer avec force. Je me dirige ensuite vers lui et sans aucune retenue, je viens m'emparer du livre qu'il tient dans sa main. Je le retourne dans tous les sens, mon doigt qui glisse sur les mots avant de relever les yeux vers lui.

Je ne le connais pas celui-là. Raconte !

Et je recule pour m'installer sur une chaise dans une position absolument inconfortable. Le pied sur l'assise et le dos dans le vide. Je crois que je n'aime pas tellement le confort, je trouve ça surfait. Et d'un signe du menton, je lui indique les autres chaises autour de la table. Je lève la main et viens la plongée dans la casserole ou reposent les pierres, j'en caresse une distraitement du bout des doigts.




    What if all the world's inside of your head
    -What if everything around you isn't quite as it seems? What if all the world you used to know is an elaborate dream? And if you look at your reflection is it all you want it to be? What if you could look right through the cracks. Would you find yourself afraid to see?
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Expendables
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 128
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Artifacts Of The Black Rain ft Alan   Artifacts Of The Black Rain ft Alan EmptyMer 9 Sep 2020 - 16:22
L'éphèbe sous la pluie

En remontant le fleuve au-delà des rapides
Au-delà des clameurs et des foules insipides
Où nos corps épuisés sous la mousse espagnole
Ressemblent aux marbres usés, brisés des nécropoles


Est-ce qu'Alan se sentait coupable de déranger ce jeune éphèbe et de titiller sa patience ? Pas le moins du monde. La situation l'amusait même un tentinet. Il ne bougea pas d'un iota après s'être approcher plus près du jeune homme. Haussa un sourcil intrigué en le voyant avancer également puis esquissa un léger sourire en coin. Alan afficha une fausse mine surprise quand Kaz lui mentionna le rituel comme un terme douteux. Avait-il blessé le medium en employant le mauvais terme ? Levant les deux bras pour les laisser retomber ballant de chaque côté de son corps : « Eh bien explique-moi de quoi il s'agit. Ça m'intéresse. » Le galeriste parlait toujours avec une voix suave et posée, juste assez forte pour être entendue, mais son timbre de voix semblait résonner contre les paroies de la caravane. Il esquissa un sourire quand Kaz insista et fit semblant de reculer d'un pas.

Alan remarqua en même temps que le jeune homme que celui-ci était trempé. Il arqua un sourcil et esquissa un sourire quand quelques gouttes l'éclaboussèrent. Délicieusement provoquant, se dit Alan en jetant un oeil à sa chemise constellée de gouttes de pluie, devenant légèrement transparente par endroit. Ses pieds étaient encore mouillés bien qu'il les ait essuyé à l'entrée de la caravane par simple réflexe. La provocation supplémentaire du jeune homme plu à Alan qui l'observa volontairement avec insistance se déshabiller devant lui. Un corps encore sain malgré sa maigreur, des traits ciselés avec soins, constellés de tatouages à divers endroits. Alan en détailla certains d'un coup d'oeil en penchant légèrement la tête mais se tue, ne laissant transparaître aucune envie particulière, tandis que bien des idées lui traversaient l'esprit.

D'un réflexe certain, il attrapa la serviette humide que lui lança Kaz et la secoua légèrement comme si le geste était tout naturel avant de l'étendre sur le dossier d'une chaise, celle sur laquelle il finit par s'asseoir, en face de lui. Il l'avait laissé prendre le roman comme s'il était prévu qu'il vienne lui apporter, ce qui rendait la situation encore plus ambigue et tendue. Alan lâcha un soupire de contentement en observant ce jeune éphèbe feuilleter les pages dans une position incertaine, avant de lui-même prendre place plus confortablement sur la chaise qu'il lui avait attribué, ignorant l'humidité certaine de la serviette dans son dos.

« Le Comte de Lautréamont, un poète du XIXème. Isidore de son prénom. Un délice surréaliste qui n'a eu du succès que bien après sa mort. » Alan regrettait presque d'avoir laissé ses lunettes de vue dans sa propre caravane, sans quoi il lui aurait lu volontiers quelques passages. Il parlait d'une voix experte, calme et lente, intéressé par la conversation mais aussi par son jeune élève qui, à en juger la décoration de sa caravane, appréciait la littérature. « Le personnage de Maldoror est un provocateur, il s'attaque à l'Humanité, à Dieu lui-même et n'hésite pas à décrire des scènes d'une violence exquises et d'une bestialité sexuelle délicieuse. » Une analyse que le cinquantenaire avait rapidement dévoilé au jeune homme. Il soupesa le médium du regard et esquissa un sourire plus franc, ses dents étonnamment pointues apparentes. « J'ai pensé que ça te plairait. » Il en était même persuadé.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Expendables
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/08/2020
Messages : 115
Age IRL : 35
MessageSujet: Re: Artifacts Of The Black Rain ft Alan   Artifacts Of The Black Rain ft Alan EmptyJeu 10 Sep 2020 - 23:43


J'entends bien son intérêt pour ce que je pouvais fabriquer là dehors, mais je hausse les épaules. Bien trop occuper à me perdre dans mes provocations pour lui répondre maintenant. Je me déshabille et du coin de l'œil, je tente de capter une réaction chez lui. Pas que j'attende réellement quelque chose, mais la plupart des gens par simple soucis de pudeur, détourneraient la tête. C'est le minimum qu'on peut attendre non ? Et cela même si je l'ai invité à regarder. Mais le bougre il ne se démonte pas et je vois, aussi bien que je peux sentir son regard sur moi. Il ne se gêne pas et il continue de mater. Et encore une fois, il joue au mec qui à l'air de rien. Je ne suis pas dupe. C'est pas simplement un regard pour voir si je mange assez. Oh non -, faut pas me prendre pour un con. Je vois bien que d'une certaine façon, ça lui plaît. Je le devine. Et pas de chance pour lui parce que je suis bien du genre à tenter d'utiliser genre d'avantage à ma faveur si j'en ai l'occasion.

Nous prenons place autour de la table. Une main posée sur le livre et l'autre qui joue avec les pierres immergées dans l'eau de pluie. Il n'est pas venu pour rien avec ce livre. Ça me paraît évident. Il ne l'avait pas en mains lorsqu'il était assis à m'observer. Il tape en plein dans le mile à débarquer avec toutes ses pages coincées sous son bras. C'était évident que je n'allais pas pouvoir résister. Le bleu de mes yeux qui continue à le défier avec un plaisir non dissimulé. J'ai pour habitude de vouloir presque forcer mon entourage à trouver des moyens de me stimuler. J'espère qu'il est à la hauteur.

Le Comte de Lautréamont, un poète du XIXème. Isidore de son prénom. Un délice surréaliste qui n'a eu du succès que bien après sa mort.

Je fais de mon mieux pour afficher un air blasé, sauf que ça se voit comme le nez au milieu de la figure que j'attends qu'il en dise plus. Mon corps qui se penche légèrement vers l'avant comme pour l'encourager à continuer. Je ne sais même pas d'où me viens cette passion pour les mots, les histoires. Juste que depuis aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu le nez fourré dans un livre. Et je lis absolument tout et n'importe quoi.

Le personnage de Maldoror est un provocateur, il s'attaque à l'Humanité, à Dieu lui-même et n'hésite pas à décrire des scènes d'une violence exquises et d'une bestialité sexuelle délicieuse.  J'ai pensé que ça te plairait. 

En écoutant ses paroles, mes doigts caressent doucement la couverture du livre. Signe que je le convoite comme le ferait un amant fougueux. Le livre oui, pas le mec en face de moi. Quoi que il est évident qu'il à piquer à vif ma curiosité et que j'ai déjà l'étrange sentiment que je pourrais l'écouter parler pendant des heures. Je hausse les épaules pour moi-même et mon dos bascule en arrière alors que mon pied au sol vient rejoindre celui sur la chaise augmentant le coté incongru de ma posture.

Ah ouais ? Et pourquoi t'as penser que ça me plairait? Juste parce que c'est un livre ? Ou pour le côté sexualité bestiale ?

J'éclate de rire. Grimace de curiosité dessinée sur le visage Mon index qui se plante sur le livre.

Tu me le prêtes ? T'en as d'autres ?

Les yeux grands ouverts d'une avidité non dissimulée. Comme s'il était acquis que je pourrait laisser courir mes doigts sur ses livres si il en a d’autres.

Tu peux en emprunter aussi si t'es sage !

Je tire le livre vers moi comme s'il n'avait pas vraiment le choix de me le laisser ou non et je m'empresse d'ajouter.

Je sais que je parle trop. Je dois m'occuper la bouche.

Et j'éclate de rire à nouveau avant de lui adresser un clin d'œil de me pencher pour prendre une clope et l'allumé. Lumière orange qui baigne mon visage. Ma main disparaît alors dans la casserole et tripote les pierres tout en le fixant. J'en sors finalement une, la contemple un instant entre mes doigts en hochant la tête. Avant de la poser juste devant lui. Geste que j'accompagne d'un petit coup de menton désignant la pierre noire.




    What if all the world's inside of your head
    -What if everything around you isn't quite as it seems? What if all the world you used to know is an elaborate dream? And if you look at your reflection is it all you want it to be? What if you could look right through the cracks. Would you find yourself afraid to see?
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Artifacts Of The Black Rain ft Alan   Artifacts Of The Black Rain ft Alan Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Artifacts Of The Black Rain ft Alan -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: