The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Fréquence 99.9 : en avant les histoires -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chester Chase
Expendables
Chester Chase
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/08/2020
Messages : 95
Age IRL : 24
MessageSujet: Fréquence 99.9 : en avant les histoires   Fréquence 99.9 : en avant les histoires EmptyMar 25 Aoû 2020 - 15:27
Fréquence 99.9
EXORDIUM.
Dans le silence satisfaisant des freins parfaitement huilés, j'immobilise le vélo au milieu d'une allée. Dans une heure, il va faire nuit, ça se sent, ça se voit venir à dix mètres à la ronde ouais, la lumière du soleil qui décline et parce que des espèce de langues de froid commencent à fureter entre les immeubles. On est fin août, fin août si j'en crois le vieux radio réveil d'hier, heureusement que certains trucs fonctionnent encore su batterie. Fin août, ça veut dire qu'à partir de maintenant, va falloir compter les jours. Comme un foutu taulard, prisonnier du temps qui passe j'encoche un bout de bois chaque matin passé : je le sais, aujourd'hui, il fait encore bon, mais demain ce sera pire. Comme un avant goût d'hiver, les nuit se rafraichissent, s'allongent, toujours on perd un peu plus de jour, l'obscurité gagne du terrain, bam, sans prévenir, bientôt à cette heure-ci il n'y aura plus rien que le noir.

Je vais pas m'allumer une lampe, je suis pas con, c'est un coup à se faire repérer comme un bleu, alors quand la nuit vient, faut se planquer, avant si possible, pas se retrouver à improviser dans le premier coin venu, cachons nous, cachons nous vite, ouais, de l’imprévisible, de ce qu'on voit pas venir. Contrairement à la nuit. Elle, on peut l'anticiper.

J'ai pas les idées claires, se concentrer, focaliser, la survie d'abord, il faut protéger ma retraite pour un sommeil de plus sinon, comment reprendre des forces ? A côté de moi, je pousse le vélo dans une ruelle. Jamais de cul-de-sac, toujours s'en assurer, un deux, trois échappatoires, si possible, les réflexes qui s'imposent, même si j'entends que dalle à la ronde, on n'est jamais à l'abri d'une surprise, je fais aussi pas mal confiance à mon instinct. Ici, les maisons sont plus basses, elles ont quelque chose de rassurant, loin des buildings sans vie aux milliers d'étages comme des monolithes silencieux.

Je vois une porte qui baille, je me racle la gorge, vais chatouiller le fond. Rien, aucune toux, la voie est libre alors. Je pousse le vieux morceau de bois qui grince faiblement, emporté par la brise, pénétrer dans un lieu inconnu, noir, complètement noir et poussiéreux. De vieilles traces de pas sur le sol m'indiquent que la maison a déjà été fouillée, normale, à quoi je m'attendais.

Je reste dans l'entrée. Silence. Je siffle, comme un oiseau. Un bruit anodin, normal, mais qui fera peut-être réagir les occupants. Rien, toujours, mais ça ne veut pas dire que j'ai la permission d'entrer, non, il faut encore saluer le propriétaire, me présenter.

- Salut, moi c'est Chester. J'hésite toujours un peu, même si ça fait des années que je fais ça. Et si on me répondait ? Je vais dormir ici, si ça ne vous embête pas ? Pas de réponse, bonne réponse, je peux passer.

La maison n'est qu'un trou noir à cette heure, je passe devant les pièces vides aux meubles renversés, grimpe à l'étage. Il faut tout vérifier, c'est le premier cérémoniel, mais rien, visiblement, je suis le bienvenue.

~ ~ ~ ~ ~

J'ai cadenassé mon vélo à l'escalier, avec deux chaînes, au cas où. Faudrait pas qu'on me le pique, non, hors de question, d'habitude je peux même dormir avec mais là j'ai trouvé un velux. J'aime pas le noir, le noir des placards, des planques, des cachettes, quand je peux, je préfère l'air libre, c'est moins sûr en général, mais justement, si je peux me le permettre, alors je suis en sécurité. Qui irait me chercher sur le toit ? Je tourne plusieurs fois sur moi-même, accomplis les rituels, rien de bien puissant, mais certainement assez pour une nuit, voila, je suis invisible.

J'étale mes draps, ma couverture, me roule en boule dedans. Il était temps, on n'y voit presque plus rien dehors. Un moment, je laisse mon visage à l'air libre, pour regarder le ciel. Je sais qu'il faudra que je le range, après, le laisser à découvert pendant mon sommeil, c'est un coup à me réveiller sans. Mais le sommeil ne vient pas. J'ai beau remuer, ajuster ma place sur le toit chaud, cases mes os entre les tuiles, rien n'y fait, le temps s'écoule et moi au milieu, je le regarde passer. J'entends toute sorte de chose maintenant, les bruits dans le noir sortent des profondeurs, tout ce qu'on ne pouvait pas percevoir de jour maintenant, moi, j'écoute avec attention. La nuit, c'est quand tout se révèle, peut-être qu'il faut se révéler aussi ?

Allongé sur le dos, débarrassé de mon drap, j'active mon talkie sur la fréquence 99.9 moi aussi je peux ajouter mon bruit, ma contribution à cette nuit.

- Chester Chase, 99.9, fidèle auditeurs du soir, bonsoir !

Quand je parle dans ce combi, je parle à tout le monde et personne à la fois, tous ceux qui possèdent une radio en potentiel, potentiellement l'univers est branché sur ma voix, connecté, m'écoute et donc, j'en suis tout au centre ! Il tourne autour de moi !

- Ce soir, pas de racontars, on se la joue à l'ancienne camarades façon madeleine de Proust un peu pourri mais eh, c'est comme ça qu'on aime notre bouffe, non ? Ce soir pour les insomniaques, les gars de gardes, les stressés de la vie, ceux qui se posent des questions, ce soir je vous raconte une histoire, petit conte en espérant qu'on pourra décoller un peu ensemble genre fumette de colle, rails de coke qui déraille direction gare onirique alors posez vous tranquilles on est parti !

Je m'éclaircit la voix, s'agit pas de bégayer maintenant.

- Il était une fois un coin paumé de Seattle, genre vraiment, quartier de la loose si vous voyez ce que je veux dire. C'était avant l'épidémie, bien sûr, mais honnêtement je pense qu'il y a encore moyen de se faire de belles histoires encore maintenant, mais bref. Ce coin paumé était hyper pauvre, les mecs étaient à la ramasse question juridique et s'étaient fait privatiser le moindre truc, jusqu'à la lune ! Eh ouais, c'était possible avant, faut pas croire. Bref, au début les types qui avaient racheté la lune voulaient faire payer un impôt genre loyer pour la lumière la nuit, manque de bol la moitié des gars paumé étaient pas solvable, putain, et voila que l'opération devient pas rentable. Ok se disent les connards, puisque c'est comme ça on se barre avec la lune pour double-éclairer un quartier de riche, et c'est comme ça que ce petit coin de Seattle se retrouva toutes les nuits dans l'obscurité totale.

Un petit moment de pause, ça fait toujours monter le suspens, eh, l'éloquence ça se travaille attends !

- Pas d'éclairage publique et un vrai ciel noir d'encre, chaud pour se repérer en vrai, tu peux même pas te payer une lampe torche, aïe, vraiment les mecs avaient zéro thune. Il y en a bien un ou deux qui essayaient de se tirer dans des coins plus éclairés mais allez c'était tellement noir qu'ils se cognaient partout les cons alors à partir d'un moment tout le monde commence à rester chez soi. Bon là vous allez me dire "ouais mec c'est n'imp" mais attendez je continue. Alors un gars plus intelligent que les autres... on va dire une meuf du coup, un matin se dit "putain ça peut pas continuer comme ça, je vais gérer l'embrouille" et elle se met à construire avec des draps une espèce de montgolfière immense puis, dessous, elle crame des vieux trucs pour la remplir d'air chaud. La nuit venue, la montgolfière est suffisamment gonflée pour s'envoler et grâce au feu en dessous, elle s'illumine dans le ciel et éclaire tout le quartier putain ! Les capitalistes sont baisés !

- Le truc c'est que les richous d'à côté, ça les fait réfléchir. "La vache la lumière gratos c'est mieux que d'aller se payer le loyer des connards là" et vas-y qu'ils se font leur propre ballons ! Avec le temps, chacun a le sien et les mecs qui possèdent la lune sont ruinés, au point qu'ils finissent par l'envoyer dans un hangar parce que ça leur coûte trop cher à entretenir. Avec le temps, les petits foyers sous les lunes se sont consumés et il n'en reste plus beaucoup maintenant, d'autant que plus personne les entretien avec l'apocalypse.

Un petit air dramatiquement enjoué pour conclure, du plus bel effet.

- Alors si vous levez la tête ce soir, dites vous que même la lune, ba elle est pas éternelle, un de ces quatre, elle s'éteindra. D'ici là, moi je dis : pas de panique, faut se bouger le cul et peut-être qu'en fouillant bien, on la retrouvera, la vraie lune, non ? Allez bon courage à tous, ouvrez les yeux, vous vous rendrez service, promis ! A demain !

Je me tais, juste pour entendre la friture de ma radio. Le droit de réponse de l'univers c'est important, si je le lui refuse, il pourrait bien se vexer.

Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 3215
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Fréquence 99.9 : en avant les histoires   Fréquence 99.9 : en avant les histoires EmptyMar 25 Aoû 2020 - 20:33
Je suis assise sur le bord de ma chaise, à lire et relire, à la lumière de ma lampe, les lignes de mon journal, à la recherche d’une réponse qui fera sens. J’ai dû le parcourir trois fois depuis qu’on l’a récupéré avec Dana, et certains passages bloquent mon attention. Je crois que je peux me souvenir sans peine des trucs dont je parle dedans, et d’autres, quand je fais le tour de mon esprit, impossible de remettre le doigt dessus. Intégralement. L’été de mes huit ans est comme envolé, même si les lignes disent que j’étais chez mon oncle avec mes cousins, et le reste de sa famille.

Y’a eu des instants grapillés dans la nuit qui m’ont fait ouvrir les yeux et perdre le sommeil. J’y pense et j’y repense, dans le creux des bras de Jaren, un bref moment encore à passer en me demandant ce qui tourne pas rond chez moi. Je vois le rire de ma tante dans le salon vieillit, mes cousins à côté qui parlent qu’en russe lorsqu’ils sont en famille. Mais un truc me met mal à l’aise, et j’ai jamais l’occasion de me retourner pour voir de quoi il s’agit. C’est comme l’impression d’avoir deux yeux gravés dans le creux de ma nuque.

Je me raccroche à ce que j’ai en main. Quand c’est pas la petite paume de mon frère, Vladimir, c’est la grande chaude de Jaren au creux de la nuit. Je le laisse, sommeillant doucement dans mes draps, en me relevant ensuite pour rejoindre mon bureau d’appoint. Le talkie a côté, branché évidemment et allumé, au cas où il se passerait quelque chose. Et sur ma chaise, je relis à nouveau pour les détails qui pourraient m’échapper, mais que je peux pas discerner entre les mots. Mais un grésillement me fait relever le nez vers le talkie, d’autant plus quand une voix tonne de l’autre côté et que je fronce les sourcils de surprise :

What the fuck…? que je lâche en rapprochant le talkie.

J’suis la seule à l’entendre ? Jaren dort à poings fermés à côté, sans bouger le petit doigt. J’en aurais l’impression. L’entrée en matière est rude, mais je calcule pas, j’écoute. Je prête l’oreille à cette folie peut-être, ou ce qui pourrait y ressembler. Je souris, parce que je réalise que l’histoire que la voix raconte, j’aurais jamais pu l’inventer. C’est déjà une bonne nouvelle : je suis pas tarée. On pourrait pas y croire comme ça, mais c’est vrai. Alors j’attends la fin. Un rire m’échappe. Je m’imagine la scène, et j’crois qu’au fond, ça me semble être une belle mélodie.

Il salut son auditoire, peut-être composé que de moi, j’en sais rien. Sauf que sur le coup, j’ai aucune envie qu’il me laisse comme ça. J’abandonne mon journal et le referme en attrapant mon talkie dans la foulée :

Hey Chester, tu m’entends ? J’lui parle comme s’il était à côté, ça pourrait être le cas : Tu sais que l’avantage quand y’a pas de lumière, c’est qu’on peut voir les étoiles, pas vrai ? Pourquoi je lui dis ça ? On s’en fout, non ? Sacrée histoire en tout cas, j’ai beaucoup aimé. Tu penses qu’ils l’ont caché ou, cette lune ? Que je demande avec un sourire qui s’entend dans ma voix.

Sur le plat de la table, j’y ai ramené mes coudes pour m’installer. Et j’attends. J’écoute. Peut-être qu’il a une autre histoire à me raconter.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Chester Chase
Expendables
Chester Chase
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/08/2020
Messages : 95
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Fréquence 99.9 : en avant les histoires   Fréquence 99.9 : en avant les histoires EmptyMer 26 Aoû 2020 - 0:25
Fréquence 99.9
EXORDIUM.
Le regard dans le vague, talkie contre l'oreille, j'écoute la friture qui me répond. Peut-être que c'est que dalle, peut-être, peut-être que c'est le langage de l'univers et que je suis juste pas fichu de le décrypter, aussi ? Comment savoir en vrai ? Peut-être qu'en me concentrant assez, je vais pouvoir remettre dans l'ordre ces pictogrammes de son informes, comme un gigantesque puzzle, retracer la grammaire fondamentale, essentielle, me connecter définitivement au monde et alors... qu'est-ce que je pourrai bien lui dire, alors ?

Putain le con j'ai vraiment sursauté en entendant mon nom prononcé dans le combiné.

- Ouais ? C'est l'univers qui cause là ? Est-ce que Dieu est une meuf ? En vrai ça serait logique. Je fronce les sourcils une seconde mais je me déride vite, ça va, Dieu a l'air cool en vrai, pas trop revanchard c'est déjà ça. En même temps vu ce qu'Elle nous a foutu sur la gueule avec cet apocalypse, elle a intérêt à pas trop trop la ramener quand même.

- Hey, hey ! C'est Dieu dans le combi ? Je le savais en vrai, que ça connectait vachement au reste du monde, hein, mais c'est quand même sympa de répondre.

Maintenant, je réfléchis. Est-ce que j'y crois vraiment à cette histoire de divinité dans mon talkie ? Bof. Mais c'est marrant quand même. Et alors, du coup, cette histoire d'étoiles ?

- Vas-y, étrange inconnue, on t'écoute, est-ce que c'est un message d'espoir ? Genre, t'inquiète chiale pas pour la lune, en vrai une perte te révèle d'autres beautés ? Si c'est ça ta mystique, eh, moi ça me branche, honnêtement, merci pour la petite note qui fait du bien, je me suis toujours dit que ça avait un côté cool toute cette merde alors, bon, peut-être que si on la trouve, la lune, juste on la mettra dans un musée, non ? Haut les cœurs, eh, faut savoir allez de l'avant !

L'excitation d'entendre enfin une voix dans mon talkie a pris le pas sur la fatigue, mais pas sur le froid. Je m'emmitoufle dans mon drap, me recouvre la tête avec comme dans un cocon, voila, ici je suis protégé et cette soudaine intimité avec moi-même et ma radio me pousse à prendre un ton plus bas, celui de la confidence.

- Tu veux que je te dise un truc, Dieu ? Je pense que moi aussi, je suis un peu dieu mais genre pas trop, juste... sur les bords, quoi, je gère le truc, tu vois, ça se passe pas trop mal dans ma vie jusqu'ici, ok c'est la galère mais c'est ça aussi qui est fort finalement, est-ce qu'on se faisait pas un peu chier avant ?

Les idées s'enchainent dans mon esprit et sortent sans grande retenue ? J'ai envie de causer ce soir, c'est fou putain, et causer à Dieu, quel pied, c'est pas tous les jours que ça arrive non plus quand même.

- Eh toi dans mon talkie, le monde est moche à en crever, on le sait mais à chaque fois qu'on le touche, on change un peu les règles du jeu, ta main est comme celle de Midas, tu connais Midas le roi aux doigts d'or ? Touche quelque chose, t'en fais ou de la merde ou de l'or, de l'or, ce potentiel rien qu'entre tes doigts et mes doigts putain, c'est fort, non...?

J'ai monté d'un ton et puis j'ai rebaissé, je suis quand même curieux, pour une fois j'ai pas envie de prendre toute la place, trop de temps passé avec moi-même, mes monologues me semblent soudain bien dérisoires comparé à la voix d'un autre être humain.

- Si tu parles, quand je parle, c'est la même chose, au fond, tu transformes un peu la nuit, c'est déjà ça, non ? Pas si insignifiant, quand on y pense.

Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 3215
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Fréquence 99.9 : en avant les histoires   Fréquence 99.9 : en avant les histoires EmptyMer 26 Aoû 2020 - 15:57
Dieu, carrément ? Je peux pas m’empêcher de rire avant de plaquer une main contre ma bouche pour m’étouffer un peu : ça fait combien de temps que t’as pas causé à quelqu’un au juste ? que je souffle ensuite.

Ce gars, il est bizarre. J’essaie de me l’imaginer dans mon esprit, mais la conclusion c’est que j’ai aucune idée d’à quoi il peut ressembler. J’essaie de voir un p’tit gars comme ça, sans prétention, qui tente de faire quelque chose de son temps. Est-ce que ça marche ? Visiblement. Il le dit : sur nos mots échangés, on créé quand même un truc, qui ressemble vaguement à de l’or. Je souris, hausse les épaules, même s’il peut pas le voir :

Non, je m’appelle Yulia, c’est mieux que Dieu, que je blague dans la foulée : Désolée je peux pas parler trop fort, y’a des gens qui dorment à côté alors j’espère que tu m’entends quand même bien, que j’ajoute dans la foulée.

Qu’est-ce que j’ai à dire au monde au juste ? Après son histoire pour bien dormir, j’ai du mal à me dire que je peux partager autant. Est-ce que j’ai vraiment ce trésor là au fond de moi ? Je souffle doucement, lui qui est si bavard, en comparaison, j’écoute sans doute mieux que je cause.

Mon message d’espoir ? On est proche, très proche, de tous reconstruire un nouveau monde. On sait pas encore s’il sera bien ou pas, mais ce que je veux dire c’est qu’au moins, on se contente pas d’attendre que ça passe ou de mourir : on agit, y’a assez d’espoir là-dedans ? Je saurais pas dire. J’espère, je croise les doigts. Même sur un tas de gravats, on arrive encore à faire quelque chose de ça, c’est pas magnifique ?

Même le chaos à quelque chose de beau de toute façon, alors apprécions ce qu’on a tant qu’on peut en profiter. On verra plus tard si ce qu’on a fait est bien ou mal. Je soupire brièvement, il se tait un bref instant et moi, je ris encore. Il a le mérite de me changer les idées, de m’empêcher de penser à ce que j’ai oublié de dire :

Sans blague Chester, ça te prend souvent de faire ça ? Je suis curieuse : Ouais, je veux bien croire qu’aujourd’hui, on a plus le temps de s’ennuyer, c’est clair, mais… T’as pris de la drogue avant de parler ? Tu pourrais partager, t’as l’air loin !



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Chester Chase
Expendables
Chester Chase
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/08/2020
Messages : 95
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Fréquence 99.9 : en avant les histoires   Fréquence 99.9 : en avant les histoires EmptyJeu 27 Aoû 2020 - 11:17
Fréquence 99.9
EXORDIUM.
Enfoui, caché sous mon drap, je rigole aussi. Ok c'est peut-être pas Dieu finalement, tant pis, un être humain c'est bien aussi, c'est même mieux, je suis certain de pouvoir mieux écouter les choses dans la voix d'une personne vivante que dans la friture de mon talkie, en fait, plus j'y pense plus j'en suis certain maintenant, comme une épiphanie sordide je me dis que tout se trouve chez nous au final, on est piégé avec nous même mais ça me va, moi je suis en sécurité.

- Des mois et des mois. je confesse mais sans honte. C'est la vie, non ? Justement si j'avais pu parler à d'autres gens alors peut-être que la sensation qui me prend les tripes maintenant serait moins forte ? C'est ma récompense pour avoir su attendre longtemps, plus je laisse le temps s'écouler en moi et mes habitudes sociales s'émousser plus la redécouverte est jouissive ! Je suis un ermite métaphysique, un hédoniste introspectif !

- Salut Yulia, réveille pas les gens autour ce serait balot, eh, huit heures de sommeil c'est important à ce qu'on dit, la santé c'est important, c'est pas parce que tu vois pas l'intérieur de ton crâne que tu dois pas te nettoyer la tête, le sommeil c'est la javel quand tu rêves tu récures.

Je souffle mes conseils tout bas, toujours en souriant, j'ai l'impression de dire des secrets c'est amusant, de passer des messages dans la nuit qui s'échappent mais en même temps, on n'est pas discret. Moi j'aime bien regarder, je suis un voyeur un peu, si je tombais sur une discussion à la radio, j'écouterais tout tout le temps c'est trop intéressant, là je fais des messes basses au vu et au su du reste du monde, il me fixe et me regarde mais je vais faire comme s'il n'existait pas, parce que c'est plus drôle de jouer le jeu.

D'abord je hoche la tête au message de Yulia puis comme je me rends compte qu'elle ne peut pas le savoir, je lui dit.

- J'ai hoché la tête, hein. C'est cool meuf, très cool ! Tu sais qu'on n'existe que par nos actes, moi je le sais maintenant, j'ai tout compris, chaque fois que tu bouges tu bouges de l'air et ça se répercute à travers le monde, t'es toujours connectée à tout ça veut dire que tout ce que tu fais, ça a du sens alors bâti meuf ! Vas-y ! Franchement j'ai hâte de voir ce que tu vas construire à force de bouger !

Après elle me parle de drogue. Des drogues, j'en ai pris un peu mais il y a longtemps, dans une temporalité floue et circulaire que j'appelle "avant" et à laquelle je n'aime pas penser car ça m'angoisse, souvent je change juste de sujet.

- Pourquoi pas ? Ça t'a fait plaisir à entendre comme histoire, non ?

Sous le drap, je change de position. Le toit, c'est une bonne cachette, tant qu'il ne pleut pas, mais les tuiles ont tendance à me meurtrir le dos.

- Quand tu fais les bons gestes, la providence te met de bonnes surprises sur ta route mais ces surprises sont jamais gratuites, il y a toujours quelqu'un qui les a laissé là avant toi, si je tombe sur de la bouffe c'est que quelqu'un a oublié de fouiller là alors, merci à lui, mais à mon tour maintenant de lâcher des petites histoires comme ça, c'est la moindre des choses et puis... personne est perdant, non ? Si j'avais beaucoup de bouffe et pas beaucoup d'imagination, je te ferai un gâteau je pense mais eh, on fait avec ce qu'on a.

Je ris.

- Alors Yulia, qu'est-ce que tu vas laisser toi ? Peut-être que si j'ai de la chance, je tomberai dessus, ou sur la lune, après tout ?

Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 3215
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Fréquence 99.9 : en avant les histoires   Fréquence 99.9 : en avant les histoires EmptyJeu 27 Aoû 2020 - 12:34
Hm, ça explique bien des choses, vu comme ça, que je lui réponds, songeuse.

Vrai qu’le fait de pouvoir dormir, ça lave l’esprit. Il a mis des mots sur des trucs que je m’expliquais pas. Et surtout, le fait de pas fermer l’œil, c’est pire ensuite. J’aurais bien besoin de retrouver morphée d’ailleurs, mais je sais que ça sera pas possible, pas dans mon état. Je scrute vaguement le journal à côté, me contente de le repousser du bout des doigts. J’crois que j’en ai assez fait pour ce soir, y’a sûrement rien à comprendre.

Peut-être que toi et moi, on devrait aller se coucher finalement, pour faire la lessive de tout ce qu’il y a dans nos têtes, que j’lui souffle en réponse, avec un bref sourire qu’il verra pas. C’est étrange. Le fait de pas l’avoir en face de moi délie doucement la langue. Mais j’arrive pas à dormir, je précise ça sur le pouce, comme si c’était pas suffisamment évident : C’est cool qu’on se tienne compagnie du coup !

Ça trompe la solitude, celle qui étouffe nos crânes. A la distillerie, je peux pas dire que je sois seule pourtant, mais y’a toujours ce moment où, même entourée depuis des heures, je finis par me sentir plus abandonnée que jamais. Pas forcément en sécurité. Je saurais pas l’expliquer. Faut rajouter à ça que le départ de Raina a eu raison d’une bonne partie de ma bonne humeur, mais elle mérite pas que je m’y attarde.

De l’autre côté, Chester s’explique et se justifie, me raconte une autre longue histoire qui m’arrache un froncement de sourcils. Je l’écoute forcément, c’est ce que je fais de mieux depuis le début.

Oh c’était pas un reproche tu sais ? Vaudrait mieux que j’évite l’humour je crois, je suis pas très douée pour ça. Parfois ça fait mouche mais le plus souvent, ça fait mal. Je sais pas trop, j’ai quelques idées de ce que j’aimerais bien laisser derrière moi, mais c’est pas exactement de bonnes choses, je hausse les épaules en réponse.

Il doit pas voir de quoi je parle. Je soupire à nouveau, me pince l’arête du nez :

Je pourrais te laisser un gâteau, on en a fait au fruit, mais il faudrait que tu me donnes un endroit où je pourrais te le cacher pour que tu le trouves, que j’lui dis. Ouais on parlait de ça. Il me demandait pas à manger, mais je sais pas, c’est venu tout seul. T’es dans l’état Chester, ou tu émets de plus loin ? Que je lui demande finalement : T’es pas obligé d’être précis, j’suis juste curieuse de savoir si t’as une autre vision du pays que nous à Seattle, que j’ajoute.

L’essentiel, c’est qu’il reste en sécurité d’ailleurs, surtout s’il est tout seul.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Chester Chase
Expendables
Chester Chase
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 22/08/2020
Messages : 95
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Fréquence 99.9 : en avant les histoires   Fréquence 99.9 : en avant les histoires EmptyJeu 27 Aoû 2020 - 13:55
Fréquence 99.9
EXORDIUM.
C'est agréable d'être écouté, entendu. Avant, avant est flou mais avant je n'avais pas l'impression d'être écouté et pendant les premières années de merdier, bon, je suivais pas mal les autres. Maintenant, par ma parole je façonne le monde et ma propre destinée et en plus, eh bien, ça a l'air d'intéresser les gens, c'est quand même le pied ! Alors bo, forcément, j'ai pas trop envie de raccrocher, même si j'ai mal partout et les paupières qui se ferment, cette histoire de lune je l'ai inventé autant pour moi que pour les autres, aider à trouver le sommeil c'est difficile mais maintenant c'est la voix de Yulia qui m'endors parce que c'est agréable de s'endormir pas très loin d'un autre être humain. Surtout s'il ne peut pas vous faire de mal.

Mais je résiste encore un peu, ça vaut le coup, la discussion est intéressante, franchement. Alors quand elle propose d'éteindre, d'aller se laver,r écurer, frotter la tête aux songes, je retiens encore un peu la discussion, juste avant qu'elle ne tombe dans un ravin de sommeil.

- Non, attends. Il y a encore des choses que je veux comprendre. Tu vois, moi, je sais beaucoup de choses, mais je ne comprends pas tout.

Je réfléchis, ce n'est pas toujours simple. Je ne pense pas que je sois plus intelligent que les autres, juste, bon, disons très lucide, on a vite tendance à voir seulement ce qu'on veut voir, à ne pas croire à ce qu'on voit aussi, même quand c'est pile juste sous notre nez, c'est bizarre non ? Pourquoi les gens ne croient pas à la chance, à la Providence, ils ne pratiquent pas les rituels, ne créent pas les leurs alors que c'est si facile... Il faudra que je leur apprenne un jour, le prochain que je croise, j'en ferai mon apprenti.

- Il faut que tu me parles encore un peu, juste le temps de savoir... dis, ce que tu laisses derrière toi, les bonnes choses, c'est relatif, non ? Peut-être que tu ne t'en rends pas compte mais qu'un autre apprécie ? Dis, tu as déjà vu des choses, bon, horribles, mais belles aussi ? Je pense que souvent, c'est une question d'angle. Si tu vois un mort, c'est moche oui, mais au moins il est en paix. Tout ce qui déclenche un piège empêche un autre de tomber dedans après tout, je pense que les choses sont plus connectées entre elles qu'on ne le pense, il faut se raccrocher à cette idée.

En parlant d'idée, les miennes fusent parfois un peu trop alors dans un élan de lucidité, je m'amuse de ma propre bêtise, ça me fait rire, encore dans le combiné.

- Dis-le juste si je parle trop, il y a des gens que ça gêne mais moi ça ne me gêne pas, enfin d'écouter les autres, je veux dire.

Une fois de plus, je me tourne, change de position pour soulager mon dos. Le réveil sera difficile demain mais qu'importe tant qu'on se réveil, non ?

Un peu surpris, la conversation prend une tournure plus étrange. Un instant je suis tenté de refuser la proposition, un gâteau, c'est trop beau, ça vient d'ailleurs, comme un souvenir, j'ai maintenant des odeurs plein le nez mais il y a un millier de raison de refuser. Empoisonnement, piège, indiscrétion, j'ai l'impression d'être une souris qu'on appâte avec du fromage pour refermer la cage sur elle. Sur mon toit, je suis libre, mais j'ai faim alors pour la première fois depuis le début de la conversation, je ne sais pas trop quoi dire. Ça doit s'entendre, il y a comme un silence.

- ... je sais pas trop...

Quel Etat ? Je dois y réfléchir aussi, certainement pas l'Oregon en tout cas, sinon, sinon... non je dois encore être dans le Washington, c'est la seule solution.

- Près de Seattle, oui. Ou pas loin, un jour j'ai eu une boussole mais elle n'indique pas les distances.

Cette histoire de gâteau m'obsède, je n'arrive pas à changer de sujet, j'ai l'impression d'avoir émergé des fragments de mémoire très purs et très beaux à regarder et en plus j'ai vraiment vraiment faim...

- Si tu me dis où tu le caches, ce ne sera pas vraiment une surprise, non ? Plutôt un cadeau.

La terminologie est importante. Fondamentale, même, car c'est elle qui rythme le succès de nos errances.

- Tu connais la Ballard Carnegie Library ? Je sais qu'il faut que j'aille y faire un tour. Par contre, je ne sais pas si c'est sûr.


Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Fréquence 99.9 : en avant les histoires   Fréquence 99.9 : en avant les histoires Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Fréquence 99.9 : en avant les histoires -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]
» [UploadHero] Allons z'enfants [DVDRiP]
» Une bonne douche bien méritée [PV Lelouch][Hentaï]
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: