The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- We are the walking deads -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaya Brown
Administratrice
Kaya Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/08/2020
Messages : 383
Age IRL : 27
MessageSujet: We are the walking deads   We are the walking deads EmptySam 22 Aoû 2020 - 14:54
Il leur faut courir puisqu'elles ne peuvent pas lutter. Kaya en est bien consciente. Elle répond ainsi à cette peur qui lui ordonne de prendre ses jambes à son cou. Les images de leurs camarades tombés, dévorés s'est inscrite dans ses rétines. Ce n'est pas la première fois qu'elle voit des gens se faire manger. Elle a fait de son mieux pour s'y habituer. Mais là ce sont des vivants qui ont refermé leurs crocs sur la chair de leurs compagnons. La gamine vient de découvrir un nouveau palier dans l'horreur. Elle savait déjà que les autres survivants n'étaient pas des anges. Mais elle ignorait qu'ils pouvaient carrément se transformer en démons. Ce Yama dont lui parle sa mère animait le regard de ces fous. Elle l'a senti. Elle cherche à trouver une explication rationnelle à tout ceci mais la réponse, si elle existe, est probablement issue du monde des esprits. Et alors que l'enfant devrait être satisfaite d'être toujours en vie et d'avoir retrouvé sa liberté grâce à ce qui semble être un inopiné coup de pouce de Wakan Tanka, la crainte poursuit son oeuvre et lui colle aux basques. Et ce, malgré l'acharnement que le trio déploie pour mettre le maximum de distance entre les cannibales et lui. Ils doivent prévenir les autres. Et fuir. C'est la seule solution. La seule que sa mère et Frances ait trouvé. Kaya n'a aucune raison de ne pas se fier à son jugement. Oui, ils doivent tous disparaître. Sinon le groupe entier risque de finir dans les estomacs de ces fous !

Mais l'enfant est à bout. Ses jambes tremblent de fatigue. La poigne de Nima, si elle reste délicate, se montre peut-être un peu trop ferme pour elle. Elle a envie de tomber à genoux, lutte pour calmer les battements effrénés de son coeur, retenir ses larmes ou encore emplir à nouveau ses poumons d'un air salvateur. Elle se sent soulevée du sol, happée par cette mère qui vient de décider de soulager ses efforts au détriment des siens. Kaya referme ses bras autours du coup de sa protectrice. Elle doit se forcer à regarder par dessus son épaule. Personne ne les suit. Le poids qui pèse sur ses pensées s'allègent quelque peu. Mais pas assez. « Ils ont p't-être abandonné ? » Elle espère que ce soit le cas mais elles ne peuvent pas en être sûres. Et Frances, en leader avisée du groupe, ne semble pas prête à prendre un quelconque risque à ce sujet. Là-bas, à la scierie, il y a des gens qui ne peuvent pas se défendre. C'est à eux qu'il faut penser. La guerrière que la gamine essaie de devenir en est consciente. Seulement elle est encore loin d'être une combattante confirmée. Et il aura fallu cet épisode, ce stress et cette peur pour se rendre compte qu'elle n'est pas aussi forte qu'elle l'espérait...

Elles parviennent finalement au camp. La jeune sioux retrouve le sol ferme et se penche en avant, joignant ses mains à ses genoux pour stabiliser un équilibre vacillant. Elle sent les regards peser sur elles et Frances ne tarde pas à expliquer la situation. Qu'il va falloir fuir pour éviter la mort. Deux éclaireurs tout juste revenus de patrouille leur annonce dans le même temps qu'une horde se dirige dans leur direction. Est-ce la fin ? Yama veut leur mort. Il déchaîne ses forces contre le groupe. Est-ce qu'elles doivent s'en remettre aux esprits ou à leurs propres capacités pour survivre ? Et puis, y-a-t'il vraiment une différence ? Les questions s'accumulent dans les pensées de la gamine qui cherche constamment sa mère du regard. Elle ne peut pas la perdre de vue. Mais la gamine n'est pas la seule qui a besoin de la native. D'autres personnes la pressent de question. Tant et si bien que Kaya hésite avant de la rejoindre, attirant son attention en refermant sa main autours de ses doigts. « Ne m'laisse pas ! » C'est une crainte infondée et pourtant tellement justifiée. Elle a plus que jamais besoin de cette femme qui incarne le seul véritable refuge contre la tempête qu'elles traversent. « J'ai envie d'aider ! » indique-t-elle avec plus de fermeté, manifestant ainsi son désir d'être autre chose qu'un poids mort. Seulement, là, en pleine tourmente, elle ne voit pas vraiment ce qu'elle peut faire pour venir en aide aux autres...


If they stand behind you, protect them.
If they stand beside you, respect them.
If they stand against you, defeat them.

Revenir en haut Aller en bas  
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/07/2020
Messages : 170
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: We are the walking deads   We are the walking deads EmptyDim 23 Aoû 2020 - 17:12

Il avait suffit d'une seconde, pour que son monde bascule dans l'horreur la plus totale. James avait supplié, maudit et pleuré jusqu'à ce que le hachoir ne vienne lui trancher la carotide, faisant taire ses supplication au gré de gargouillis inintelligible. C'était pourtant l'instant qu'avait saisi Nima après le hochement de tête de Frances pour venait se jeter sur l'assassin, venant récupérer le hachoir sous l'effet de surprise pour le lui enfoncer en plein milieu du visage, et parvenir à s'enfuir avec les autres.

Elles avaient couru si longtemps, avant que Kaya ne sente ses forces s'épuiser et qu'elle n'attrape sa fille dans ses bras pour poursuivre la route, espérant mettre le plus de distance possible entre eux et ces âmes damnées qui osaient commettre le pire pêché humain. Dévorer de la chaire humaine. Weetkekoo. Le terme lui était revenu dans la tête en boucle tel un mantra infernal, jusqu'à entendre la petite voix de Kaya proche de son oreille.

Je ne pense pas, Kaya. Avait-elle soufflé avec méfiance, sentant presque le souffle chaud de Yama glisser le long de sa nuque en une promesse de mort lente. Au moins la vision de la scierie l'autorisa à ralentir le pas, venant retrouver son souffle par grandes goulées d'air. Ses mains posés contre ses genoux tremblants, alors que déjà Frances est inondée par un flot de questions paniquées de la part des habitants que déjà, les éclaireurs annonçaient l'arrivée d'une horde.

La lakota n'avait pu s'empêcher de tourner son regard vers leur abri. La scierie. Encore ça et là les traces d'une vie paisible y subsistaient, par la présence de jouets d'enfants ou de linge encore étendu. Son coeur se serra en réalisant que bientôt, le camp serait englouti par les coyotes, et eux avec s'ils ne prenaient pas rapidement au mot les termes de Frances. Fuir ou mourir.

Elle avait bien tenté de commencer à prendre la parole envers Frances, lui dire de jouer le jeu des coyotes, comme il leur était arrivé par le passé, avec moins de monde. Mais déjà les doigts de sa fille venant se lier aux siens la ramenèrent à la réalité alors qu'elle tournait son regard vers elle et son air suppliant. Cette peur panique à l'idée qu'elle ne la laisse, pour une raison ou pour une autre. Plus tard. Avait-elle annoncé sèchement à Kofi qui déjà tentait de l'alpaguer pour annoncer ses exigences d'en savoir plus sur le campement de cannibales alors que le temps leur était compté, créant une bulle entre elle et sa fille. Je ne vais pas t'abandonner, d'accord ? On va trouver une solution. Promit-elle en ancrant ses yeux noirs dans les deux émeraudes de sa fille, cherchant à masquer son inquiétude.

Elle voulait aider. Evidemment. Elle avait tout juste ouvert la bouche pour lui répondre, que Frances avait déjà lancé l'alerte. Maca ! Faisant volte face alors qu'elle avisait déjà les trois coyotes approchant du camp. Viens avec moi. avait-elle exigé de Kaya, lui indiquant de se saisir de son tomahawk pour venir à sa suite en direction des trois morts.

Si tu veux aider, c'est maintenant. Elle n'avait plus le temps pour la rassurer, la cajoler comme elle aimerait pourtant le faire. Lui jetant un bref regard avant d'aviser les morts, attendant que le premier soit suffisamment proche pour reprendre.

Toi, tu vise les genoux. Déséquilibre les pour avoir leur tête à ta portée. La faisant reculer pour lui laisser le temps de prendre conscience de ce qu'on exigeait d'elle alors qu'elle venait s'occuper des deux morts restant, la hache de sa lame venant fracasser le crâne du premier avant de faire de même avec le second. Frappe fort, et frappe vite. Ensuite, je vais te montrer quoi faire. Frances avait de toute manière, compris son manège, alors qu'elle exigeait du reste de du campement qu'ils ne préparent des sacs légers en prévision de la route. Conseillant des habits qu'ils ne porteraient plus jamais pour la suite à venir, enfonçant déjà la lame de son arme dans l'abdomen d'un des morts pour en extraire les organes et le sang noirci.

Nima, elle, veillait à ce que Kaya n'écoute ses dires, venant se placer dans le dos de sa fille pour surveiller la situation de près. On va les utiliser pour s'enfuir. Souffla t-elle à l'adolescente alors qu'elle accomplissait sa besogne, la félicitant dans leur langue natale avant de reprendre. Tu te rappelles, la fois on à utilisé leur sang pour ne pas se faire repérer ? demanda t-elle à la petite avec un air soucieux, avant de reprendre.

On va faire la même chose. Ca nous permettra d'éviter le groupe, et de ne pas se faire repérer des morts. Tu comprends, n'est-ce pas ?

Elles étaient de toute manière, dans l'urgence. Chaque minute était une possibilité que la horde ou les cannibales ne se rapprochent d'avantage, et ils ne pouvaient pas se le permettre. Venant poser ses deux mains sur les épaules de sa fille pour qu'elle ne perde pas pied, venant se saisir du couteau à sa hanche pour l'enfoncer dans l'abdomen du mort, et entamer sa basse besogne.





   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Kaya Brown
Administratrice
Kaya Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/08/2020
Messages : 383
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We are the walking deads   We are the walking deads EmptyLun 24 Aoû 2020 - 4:08
Kaya pose un regard gêné sur Kofi. Son intervention l'a empêché d'obtenir les réponses qu'il souhaitait obtenir de Nima. Et puis elle se sent bête, aussi, d'avoir osé demander à sa mère de ne pas l'abandonner. Il faut que cette dernière lui confirme ce qui est pourtant évident pour qu'elle retrouve un semblant de sérénité. Et elle se tient là, au milieu de la scierie et de ses résidents désormais consumés par l'urgence. Fragile écueil au milieu de la tempête. L'avertissement de Frances claque aux oreilles de la gamine qui se retourne alors pour dévisager la nouvelle menace. Trois rôdeurs. Elle comprend que l'aide qu'elle voudra apporter adoptera les traits de la violence à l'instant où sa mère lui ordonne de la suivre. L'enfant ne cherche même pas à protester. Obéir, c'est survivre. Elle fait donc glisser son tomahawk dans sa main et marche dans les traces de sa mère. Elles attendent les morts. La jeune lakota raffermit sa prise sur son arme et tente de faire abstraction de cette gorge sèche qui proteste. Sa mère se débarrasse des deux premiers et se positionne derrière elle pour la guider. La peur de décevoir se substitue au désir de bien faire. Elle s'approche, abat son tomahawk à l'arrière du genou de cadavre puis s'aide de sa deuxième main pour retirer la lame de la chair. Le second coup le fait tomber au sol. La gamine s'écarte prudemment et choisi le meilleur angle pour abattre une troisième fois sa hache. L'acier se heurte à l'os du crâne, le choc vrille son bras. Elle a besoin de plusieurs tentatives pour vaincre sa cible. Et les félicitations de sa mère viennent alors sublimer cette victoire.

Le sourire qui vient éclairer son visage disparaît pourtant au profit d'une ombre dans le regard. Oui, elle a compris ce que sa mère a en tête et si elle ne songe même pas à remettre le bien-fondé de la stratégie qu'elles vont adopter en doute, il n'en reste pas moins qu'elle avait secrètement espéré qu'ils n'auraient plus besoin de l'appliquer à nouveau. La scierie incarnait bien plus qu'une étape pour elle. Elle était sensée incarner la fin de l'errance et le point de départ d'une nouvelle vie. Peut-être pas plus belle mais plus facile. C'est à ce moment précis que la gamine comprend qu'un nouveau chapitre est en train de s'écrire. « On va tous faire ça ? » demande-t-elle, un brin dubitative. Son regard glisse du couteau qui éventre le coyote à la masse de gens qui s'agitent en préparant le départ. « D'accord ! » Mais est-ce qu'ils auront le temps ? Le groupe est tellement nombreux... Oui, un bref instant l'enfant est tentée de restreindre le cercle des personnes dont elle se soucie, de le restreindre à sa mère et Frances. Ses opales émeraudes glissent sur ces visages qu'elle a vus arborer nombres d'émotions au fil des mois. Ce ne sont pas des amis mais ce ne sont plus des inconnus. « J'm'occupe du mien ! » Le sien. À savoir le coyote qu'elle a vaincu. Sa prise. Son trophée. Elle range son tomahawk, dégaine son propre couteau et le plonge dans le ventre du cadavre. Les traits de son visage se durcissent sous l'effort. L'odeur de mort s'amplifie et vient agresser ses sens. Mais ses aînées le lui ont déjà dit : la survie exige des sacrifices. Sa propre expérience est venue corroborer ce postulat. Mais alors qu'elle étale le sang sombre sur son t-shirt et que le visage de James resurgit dans ses pensées, elle ne peut s'empêcher de se demander : est-ce qu'il y a vraiment une différence si marquée, au fond, entre ces cannibales et elle ?

Frances à ordonné les troupes. Ou plutôt un bataillon hétéroclite. Kaya devine déjà sur certains visages le refus d'obtempérer. Un homme évoque Dieu, une femme manifeste son dégoût. Ceux-là vont mourir. Peut-être pas aujourd'hui mais... bientôt. Ils n'arrivent pas à s'adapter. La gamine les ignore et vient saisir de sa main ensanglantée celle d'un garçon de son âge.  « Viens, Josh ! » l'encourage-t-elle d'une voix douce mais néanmoins ferme.  « C'est ton tour ! » Et tandis que sa mère s'occupe d'autres personnes et que Frances s'acharne à maintenir un semblant de discipline dans des rangs qui commencent déjà à s'éclaircir, la jeune lakota plonge ses mains dans l'abdomen de sa prise pour les imprégner de ce qui fut autrefois un fluide carmin, porteur de vie. Elle note bien le dégoût de son contemporain. Et elle le comprend puisqu'elle partage le même. « T'as qu'à imaginer que c'est d'la peinture ! » lui conseille-t-elle avant de se pencher à son oreille. « Moi, c'est c'que j'fais ! » Elle est presque honteuse d'avoir recours à cette astuce. Quelque part elle estime qu'une vraie guerrière ne devrait pas avoir à se leurrer . Mais si les entraînement de sa mère ou Frances ont commencé à porter leurs fruits, elle reste encore une gamine qui fait de son mieux pour se comporter en adulte. Et les minutes passent, rythmées par le courage ou les pleurs des faibles. Tant et si bien que le groupe est alors prêt pour le départ. Kaya glisse sa main dans celle de sa mère tandis que la marée de coyotes se dessine maintenant devant elles.  « Ina ? T'as déjà pensé à la forme qu't'aimerais prendre l'jour où tu mourras ? » Quelle apparence voudrait-elle adopter ? Celle d'un végétal ? D'un aigle ? Peut-être d'un cheval ? Si l'idée de mourir ne la rend pas particulièrement sereine, celle d'errer dans le monde en étant privée de Nima l'effraie. Elle ne peut pas la perdre à nouveau. Oui, si elles doivent tomber aujourd'hui alors elle veut pouvoir voler, nager, galoper ou même ramper à ses côtés. Peu lui importe, tant qu'elles restent unies. « Moi j'me verrais bien en louve... » La nature a voulu que les parents meurent avant les enfants mais Yama a décidé de bouleverser l'équilibre. Et puis Frances n'a de cesse de lui répéter que la plus grande force d'un soldat, c'est sa capacité à anticiper tous les cas de figure...


If they stand behind you, protect them.
If they stand beside you, respect them.
If they stand against you, defeat them.

Revenir en haut Aller en bas  
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/07/2020
Messages : 170
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: We are the walking deads   We are the walking deads EmptyLun 24 Aoû 2020 - 21:07

Tous. Un hochement bref de la tête indiquait à Kaya qu'elle ne laisserait de toute manière, pas le choix au reste du groupe. Souriant à sa fille, déjà si prompte à s'occuper de son trophée de guerre en ignorant le regard courroucé de Michelle qui sous-entendait clairement ce qu'elle ne voulait pas entendre à haute voix. Ce n'était pas une chose à faire pour une enfant de cet âge.

Pourtant, et si la pensée était des plus difficiles, Nima était sûre d'une chose. Sa fille, elle, verrait le lever du soleil au lendemain. Elle ne pouvait pas en dire autant de tous, ici. Comme par exemple de Tobias, qui invoquait son dieu pour ne pas avoir à se couvrir de sang de mort. Prétextant que c'était contre Sa volonté, que de massacrer ainsi les restes de ceux qui un temps, étaient encore considérés comme des humains. Et est-ce que ton dieu à pensé à te demander ton avis quand il à ramené des morts à la vie ? Le cinquantenaire se contenta un instant de rester coi alors qu'elle le défiait de lui répondre par l'affirmative, le laissant se noyer dans son silence avant de reprendre. Alors tu n'as pas à lui demander le Sien, là tout de suite.  Et de toute manière, elle venait déjà lui enfoncer entre les mains les entrailles noircies et putréfiées qu'elle avait extraite d'un des corps morts, l'air de dire qu'il avait intérêt à rapidement s'en occuper pour lui et sa femme alors qu'elle avisait du coin de l'oeil Kaya, occupée à convaincre Josh.

Sa mère, Alba, n'était pas en reste. Bien que tremblante de peur, elle la voyait s'escrimer à se couvrir des restes de corps humain, alors qu'elle même venait attraper à pleine poignées ce qu'il restait dans l'abdomen de l'un des morts, s'empêchant de respirer au risque de rendre le peu d'aliment que son estomac voulait bien conserver depuis leur fuite.
S'interdisant de pleurer, ou de hurler sa frustration alors qu'elle venait du bout des doigts dessiner à l'aveugle quelques sillons de sang noirci le long de son visage, veillant à ce que rien ne s'approche de sa bouche ou de ses yeux. Simuli de peinture guerrière pour se donner le courage de commettre un des pires pêchés du monde, avant de se relever en entendant Frances venir à sa rencontre. S'observant en silence, avant de constater que tout le monde s'était finalement plié aux règles, même Michelle qui semblait pourtant à deux doigts de s'évanouir. Sa main venant s'accoler au coude de l'afro américaine alors qu'elle faisait de même en une brève accolade, annonçant les dernières directives.

Frances à l'avant. Les plus jeunes et les plus âgés au centre, je ferme la marche. Déjà, sa main venait se refermer sur le tomahawk, non sans jeter un dernier regard à la scierie. Elle avait été leur sanctuaire, leur abri. L'espoir d'une meilleure vie trop vite arrachée, laissant à l'abandon beaucoup trop de biens pour que ce soit une simple question de matérialisme.

Mais déjà, les doigts venants se lier aux siens la ramenèrent à la réalité, alors qu'elle baissait les yeux sur Kaya, lui offrant un sourire qui se voulait réconfortant. Soucieuse, de cette question que venait de poser sa fille alors qu'elle ramenait ses yeux noirs vers elle. Pensait-elle qu'ils allaient tous mourir, ici et maintenant ?

Tu ne meurs jamais vraiment, Natane. La mort, ce n'est que le commencement de la nouvelle vie.

Ca ne l'avait pas empêché de ramener le corps de sa fille contre son flanc, pour s'assurer qu'elle ne s'éloignerait pas d'elle. Elles avaient encore quelques mètres avant de pénétrer dans la marée des morts. Une louve. Un léger sourire naquit sur ses lèvres en l'écoutant annoncer cela. Ca t'irait bien, oui. Qu'est-ce que qui te fais te projet sur cet animal ? Et ce n'était pas sans rappeler cette peluche qu'elle traînait partout depuis qu'elle avait commencé à marcher sur ses deux jambes. Moi... les animaux étaient bien trop noble, pour son âme. Rebelle ayant un temps tourné le dos à son propre peuple, avant de revenir l'échine courbée. Peut-être que je mêlerai à ta meute. proposa t-elle en espérant la faire sourire un peu, alors que déjà les morts se rapprochaient, inéluctablement.

On aura tout le temps d'y penser dans de longues années.Souffla t-elle en venant resserrer sa prise. Restes près de moi, et ne souffle pas un mot.

Ne restait à espérer que Waka Tanka entende sa supplique silencieuse, alors que les premiers morts passaient autour d'eux sans leur prêter attention. Le plus gros de la horde restait néanmoins devant, alors qu'elle jetait de brefs regards à la silhouette de Frances, baissant le regard quand un coyote venait par instant s'approcher d'elle ou sa fille. Bloquant jusqu'à sa respiration pour leur ressembler, jusqu'à entendre un gémissement tout proche.

Josh. Evidemment. Non pas qu'elle n'éprouve aucune émotion pour les gens les entourant, mais voir le gosse paniquer au moment le plus fatidique n'était pas sans risquer leur vie à tous.

Fais le taire, ou je m'en occupe. S'était-elle contenté d'annoncer à Alba en lui jetant un regard froid, intraitable.




   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Kaya Brown
Administratrice
Kaya Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/08/2020
Messages : 383
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We are the walking deads   We are the walking deads EmptyMar 25 Aoû 2020 - 5:44

« Ils sont un peu comme nous : ils s'entraident pour survivre. »
C'est ce qu'elle admire chez les loups. Leur force ne réside pas dans les individualités mais dans la meute. Leur hiérarchie est stricte mais efficace. Ils vivent ensemble. Ils forment un tout. Un peu comme sa mère, Frances et elle. L'adolescente esquisse un petit sourire. « Et ils sont beaux ! » Oui, ça compte aussi. L'idée semble séduire en tout cas Nima puisque cette dernière laisse entendre qu'elle pourrait bien se joindre à sa meute. La jeune sioux plisse les yeux. Un mot lui a déplu. « Peut-être ? » Le conditionnel est loin d'être satisfaisant. « Ina ! » proteste-t-elle candidement. Elle n'ose pas imaginer autre chose qu'une réunion dans leur prochain cycle, celui qui succédera à leur existence humaine. « En tout cas t'en fais pas : tu s'ras la bienvenue ! » Peu importe le lieu, l'époque ou les circonstances. Leur lien survivra au temps. Elle le sait et puis, surtout, elle le sent.

L'enfant raffermit sa prise sur la main de sa mère. Elle déglutit en voyant la marée morbide s'approcher. Les coyotes ne tardent pas à obscurcir le soleil. Leurs ombres dansent sur sa peau ensanglantée. Elle se retrouve là, plongée au milieu d'une forêt de cadavres qui lui font vite perdre toute notion d'orientation. Les chants funèbres des morts agressent ses oreilles. Conformément aux ordres de sa mère, Kaya ne formule pas le moindre mot. Et puis elle le voit : cette chose qui fut autrefois un enfant. Son regard blanchâtre, dénué de vie, se pose sur elle. Est-ce qu'il a compris ? Leur face à face ne dure qu'une fraction de secondes. Il la heurte avec indifférence avant de poursuivre sa route. Elle doit résister à l'envie de se retourner. La poigne ferme de Nima l'aide à poursuivre sa route.

Et puis il y a ce gémissement distinctif, qui brise la disharmonie du chant des morts. Josh. La gamine lui décoche un regard inquiet. Il pleure. Il tremble. Et plus que tout : il commence à s'agiter. Beaucoup trop. La jeune sioux essaie de capter son regard. Elle y parvient. Sa tête oscille doucement de gauche à droite. Elle le supplie en silence de rester calme. Sa mère se montre plus virulente et indique habilement à Alba de maîtriser son fils. « Fais pas ça... » Son murmure se noie dans la puissante litanie des coyotes. Est-ce qu'il l'a entendue ? Non.

Il crie.

Une pulsion humaine la pousse à lever le bras dans sa direction. La main de sa mère le rabat contre son corps avec une fermeté et une vitesse mesurée. Les cadavres proches s'arrêtent. C'est trop tard. Le piège se referme implacablement sur l'imprudent. Il crie à nouveau. Cette fois-ci c'est la douleur qui s'exprime aux côtés de sa peur. Le premier domino est tombé. Il entraîne Alba dans sa chute. Les lèvres de la jeune sioux se mettent à vriller. Elle doit puiser dans son courage pour se rabattre lentement contre Nima pour l'étreindre. Elle ferme les yeux. Mais si elle n'est plus en mesure de voir ce qu'il se passe, les cris et son imagination lui dressent un tableau bien trop équivoque de la réalité. D'autres hurlements raisonnent. Ils accompagnent l'agonie de ceux qui se sont laissés emporter par le vent de panique.

Ils meurent.

Mais pas sa mère. Et pas Frances. Cette dernière les a rejoint et le trio se dirige maintenant à l'écart. Kaya s'accroche au t-shirt de sa mère. Elles partent. Mais où ? L'attention de la gamine est focalisée sur ses propres lèvres. Elle parvient à les garder closes. Elle ravale son propre cri tandis que les larmes brouillent sa vision. Le soleil frappe maintenant sa peau avec plus de régularité. Les morts se font moins nombreux et les hurlements, plus distants. Mais son coeur se débat encore. Il n'accepte pas ce que sa tête considère déjà comme une évidence : ceux qui étaient trop faibles pour vivre ont rejoint le camp des morts. Ses lèvres continuent pourtant de vriller sous l'émotion. C'est donc de de son regard éteint qu'elle interroge sa mère, là, à l'orée de cette horde qui a obtenu son tribut. Et maintenant ?


If they stand behind you, protect them.
If they stand beside you, respect them.
If they stand against you, defeat them.

Revenir en haut Aller en bas  
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/07/2020
Messages : 170
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: We are the walking deads   We are the walking deads EmptyMar 25 Aoû 2020 - 20:39

Ils se ressemblaient. Elle n'avait pas tort, malgré son jeune âge. Même leur manière de se déplacer parmi la marée de coyote était fidèle au déplacement d'une meute, que les Lakota tenaient si cher à leur coeur. Cherchant constamment à reproduire ce mode de vie qu'ils estimaient juste et sain. Attendrie malgré la situation à ces mots que venait de prononcer sa fille, venant un bref instant effleurer ses cheveux d'encre.

Quoi qu'il arrive, je serai toujours là. Un bref mouvement de l'index venant désigner la poitrine de l'adolescente. Et tout autour de toi, également.

Et elle ne comptait pas laisser ce jour arriver. Pas maintenant. Waka Tanka entendant ses prières, elle ne perdait pas espoir qu'à chaque coucher du soleil, il lui autorise à nouveau à voir de ses yeux le lever de l'aurore, chaque fois une journée supplémentaire aux côtés de Kaya. Mais déjà, toute pensée dirigées vers les esprits de ses ancêtres disparaissaient alors qu'elle entendait le tambour de la guerre résonner dans sa cage thoracique, aux aguets. Se méfiant des morts qui venaient par instant les bousculer, ses yeux noirs observant chaque ombre, chaque râle autour d'eux avec une seule pensée en tête. Sa fille.

Mais déjà, Josh commençait à paniquer. Et si elle avait menacé Alba d'en faire son affaire, la mère de famille semblait elle-même bien incapable de quoi que ce soit, tétanisée qu'elle était alors qu'un mort la frôlait de trop près.
Sans doute que tout n'était qu'une question de chance, elle n'aurait su dire. Mais celle de Josh avait disparu dès l'instant ou il avait gémit comme un animal blessé. L'instant avait semblé duré une éternité, avant que le mort le plus proche ne se retourne subitement, venant mordre l'épaule de l'adolescent sans autre forme de procès. Et si il avait geint, c'était le hurlement de désespoir d'Alba qui avait achevé la horde de coyotes de comprendre le subterfuge.

La lakota avait resserré sa prise sur Kaya, alors qu'elle observait froidement Josh tomber au sol que déjà, un mort qui avait dû se transformer au même âge que lui venait arracher son drap recouvert de tripe pour ouvrir son abdomen, Alba ne pouvant s'empêcher de se ruer dans la mêlée avec l'espoir suicidaire de pouvoir espérer sauver son enfant déjà condamné, rameutant beaucoup trop proche d'elle les morts du secteur.

Il ne lui avait fallût que quelques secondes, pour prendre sa décision. Une décision difficile, avant de comprendre qu'il s'agirait de sa vie, ou de celle de sa fille, alors de venir bousculer la mère de famille pour qu'elle ne chute non loin avant d'être entourée par la marée de cadavres, tirant sur le bras de Kaya pour l'éloigner du massacre.

Mais il était déjà trop tard. Déjà, les cris de souffrances et d'agonie fusaient alentours, alors qu'elle resserrait contre son ventre sa fille, dans l'espoir qu'elle ne voit pas l'horreur alentours. Les âmes tombaient, écartelées par les soldats de Yama. Forcée de briser leur camouflage en venant abattre d'un coup sec le mort le plus proche à l'aide son arme, avant d'être rejoint par Frances. Quittant le massacre des leurs sans se retourner, pouvant tout juste constater dans la fuit que seuls restaient encore en vie et indemne Tobias et sa femme, désormais trop loin pour qu'elle puisse leur indiquer leur position.

Et à nouveau, la course contre la montre reprit. Sur les talons de Frances, fuyant les mains décharnées alentours, alors que les hurlements d'agonie s'amenuisaient sous la vie qui s'arrachait de leur corps et la distance parcourue. Ce ne fût que lorsque Frances releva son poing vers le ciel pour indiquer silencieusement la fin de la fuite qu'elle se stoppa également, reprenant une goulée d'air pour apaiser ses poumons brûlés par l'effort. Se débarrassant dans l'urgence de sa veste de cuir encore peinte des couleurs de la mort pour venir enlacer Kaya. C'est fini. Avait-elle murmuré à l'oreille de sa fille en venant resserrer sa prise contre elle, encaissant la réalité de plein fouet. Réalisant qu'elle n'avait pas été mordue en venant parcourir ses membres, ses mains revenant encadrer le visage embué de larme de sa fille, ramenant vers l'arrières les mèches collées à ses joues dans la course.

Tu as été courageuse, Natane. Tu as le droit de craquer...

Elle même n'en était pas si loin. Si elle avait pris la décision de jeter ouvertement Alba dans la gueule des coyotes, ce n'était pas pour autant que son coeur était intact. Commettant ouvertement un meurtre pour préserver sa raison de vivre.
Une vie, pour une vie.
Kaya avait-elle seulement vu son geste ? La verrait-elle différemment, désormais ? Elle ne pouvait s'empêcher de supplier les esprits que ce ne soit pas le cas. Il faut qu'on avance encore un peu, d'accord ? Peut-être que d'autres ont survécu, on ne sait pas ...

Mais le regard de Frances dans le dos de sa fille, froid et implacable, laissait pourtant entendre le contraire.



   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Kaya Brown
Administratrice
Kaya Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/08/2020
Messages : 383
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We are the walking deads   We are the walking deads EmptyMer 26 Aoû 2020 - 7:43

Tu as le droit de craquer...
Ses larmes semblaient attendre cette autorisation. Elles roulent à présent librement contre ses joues juvéniles, se colorant d'une teinte carmine quand elles fusionnent avec le sang des coyotes étalé sur sa peau. Le besoin supplante la honte. Kaya a déjà compris que la pluie d'un regard n'est pas suffisante pour résoudre les problèmes. Les larmes ne possèdent aucun pouvoir sinon celui de soulager le coeur. Le chagrin trouve un échappatoire dans ces perles cristallines. À défaut de pouvoir maîtriser sa tristesse, elle peut au moins l'exprimer. Ça lui fait du bien. Tout comme l'étreinte rassurante de sa mère. Une étreinte qui, toutefois, lui procure un étrange frisson.

Elle doit en faire, des efforts. Pour ne serait-ce que décoller son visage détrempé du corps de sa mère et considérer à nouveau la horde de coyotes. Ces derniers s'éloignent sans un regard en arrière, attirés par les ultimes cris des malchanceux. Le soleil ne lui procure pas la moindre impression de chaleur. Comme s'il lui reprochait d'être encore vivante alors que tant d'autres viennent de tomber. Comme s'il refusait à présent de lui prodiguer du réconfort. Lui aussi, il a vu ce qu'elle a vu... Est-ce sa manière de désapprouver ?

Ses yeux se détachent difficilement des cadavres et se reposent sur sa mère. Elle évite en revanche de croiser les yeux de Frances. Par peur, peut-être, d'y découvrir de la déception ou l'ombre d'un reproche. Nima a évoqué l'hypothèse qu'il y ait d'autres survivants. La militaire n'a pas répondu. Il y a parfois des silences qui en disent plus que des mots. « Ils sont tous morts... » Ce constat lui échappe avec candeur. Elle n'a même pas vraiment conscience de s'être exprimée. Ses pensées ont simplement décidé de fuguer.

Elle n'a plus envie d'avancer.

Cette impression s'impose comme une évidence. À quoi bon ? Elles vont rencontrer d'autres gens. Elles vont encore se lier d'amitié. Et les larmes rouleront à nouveau lorsque Yama viendra chercher son dû. Kaya ne trouve que peu d'attrait à ce qui semble être devenu un leitmotiv. Il leur suffirait de pousser un petit cri. Un simple petit cri. Et tout s'arrêterait. Il y aurait une violente mais brève douleur. Et leurs esprits seraient alors libres d'arpenter le monde sous la forme de louves.

Tout deviendrait plus simple.

Mais la main de sa mère se referme sur la sienne. La gamine se montre réfractaire mais n'a d'autre choix que de suivre. Elles font quelques mètres. Ses dents se serrent de colère. Elle se débat et échappe à l'étau délicat mais néanmoins ferme de Nima. « Tu l'as tuée ! » le reproche claque comme un fouet dans l'air. Elle peine à soutenir le regard de cette femme qui lui a donné la vie. Il bascule sur Frances. Cette dernière les observe à tour de rôle mais décide sagement de ne pas s'impliquer. Du moins pas autrement qu'en leur accordant le temps dont elles semblent avoir besoin. « Alba ! Tu l'as... tuée ! » répète-t-elle un ton plus bas. Comme si elle peinait à prendre conscience de ce qu'elle est pourtant en train d'affirmer.

Elle hoche la tête de gauche à droite en signe d'incompréhension. Ou plutôt de refus. D'un regard, elle semble maintenant lui interdire de s'approcher d'elle. Car c'est bien ce qu'elle comptait faire, non ? Pour éteindre ce feu qui a besoin de la consumer. Il n'est pas question de sagesse ou de raison, en cet instant. Mais d'une enfant qui vient de voir sa mère sacrifier une femme sur l'autel de leur propre survie. « Me parle plus jamais ! » Et quelque part elle croit vraiment qu'elle pourra conserver ce souhait vivant mais il lui faut tout juste quelques pas pour se rendre compte qu'elle regrette déjà ses mots. Alors elle se retourne, poings serrés. « Pourquoi t'as fait ça ?! » Elle veut l'entendre de sa bouche. Elle a besoin que l'évidence sonne sous la forme de mots pour qu'elle puisse l'accepter plus aisément. Oui, elle connaît la réponse. Mais elle a besoin de l'entendre.

Frances grogne, lui intime l'ordre de baisser d'un ton. Un coyote les as remarquées et dévie maintenant de sa course pour les rejoindre. La militaire se porte à sa rencontre et règle le problème. « Tu vas tuer encore combien d'personnes pour moi ? » s'insurge-t-elle. Le barrage de sa colère cède et la prive de sa prudence. Fronces réitère son ordre de manière plus agressive. Elle imagine déjà sa main s'abattre sous sa joue pour la réduire en silence. Oui, elle le ferait. Tout comme Nima, d'ailleurs. Mais tout ceci est bien loin des préoccupations de Kaya en cet instant. « Et si j'avais pas envie d'être sauvée, hein ?! Et si j'voulais pas être celle qui cause la mort des autres ?! » Est-ce qu'elle a seulement l'ombre d'un choix ?


If they stand behind you, protect them.
If they stand beside you, respect them.
If they stand against you, defeat them.

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: We are the walking deads   We are the walking deads Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- We are the walking deads -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: