The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2411
Age IRL : 26
MessageSujet: C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant   C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant EmptyVen 21 Aoû 2020 - 18:40
Celui qui flotte mal



« BOOOOOB ARRETEEEEEE TOIII !! »


Ok, la je vous jure, j’en peux plus de cette connerie. En plus, y’a personne qui veut m’écouter quand je me tue a leur dire que je sais pas qui c’est leur Bob. Visiblement, ca sert a rien que je me crève a essayer de leur expliquer alors qu’ils ont l’air chauds pour le faire eux même.

« VOUS POUVEZ TOUJOURS COURIR »


Et pourquoi quand on échange en vrai ca ressemble pas au discussion badass de film. Parce qu’on est d’accord que la ca veut d’autant plus rien dire que je suis le cul au sol derrière une caisse qui me couvre plus ou moins. Une nouvelle rafale me fait sursauter et baisser la tête. Je sais pas avec quoi ils y vont, gatling ou mitraillette, mais ca crache bien et la voiture est secoué de partout en plus de s’affaisser sur elle avec les pneus éclatés.

« SORS DE LA ET ON TE FERA PAS DE MAL !! »

Ben ouai, vu l’état de la bagnole j’ai un vieux doute.

« ET MON CUL C’EST DU POULET !! »


Je vous l’ai dit, la vraie vie manque de dialoguistes. Et bim, une autre rafale. Je hais Seattle… mais vraiment. Surtout que là, je suis sur un ponds et que j’ai percuté trop tard qu’il y avait un morceau d’écroulé quand je m’y suis engagé. Je suis pas mauvais pour sauter, je parle pas qu’en longueur, mais là, c’était trop, même pour moi. Du coup, j’avoue, je sens mal la suite.

« C’EST TA DERNIERE CHANCE BOB !!
- DE QUOI ? D’ETRE CONSENTANT POUR ME FAIRE CANARDER ???? »


J’entends un des types dires aux autres d’aller me cueillir parce que je suis mur et je commence a me dire qu’en fait si, cette histoire est sponsorisée par les dialoguistes de JCVD. Vous vous demandez pourquoi je les fume pas, tranquilou, vas y que je te tranche a la Mauricette ? Bah au départ c’était le plan, ils étaient « que » 5, et puis une deuxième voiture est arrivée, ils sont passé a « que » 9, mais je le sentais encore… c’est quand la 3e est arrivée, avec 4 autres types, dont un redneck avec sa pétoire que j’ai préféré opter pour la fuite avec panache, qui que soit Panache.

La ça craint pas que du boudin. Je zieute un peu partout dans l’espoir de trouver le truc, comme dans les films, qui va faire que je vais retourner la vapeur, putain, y’a rien… attendez si !! Y’a du gravier là !! Ouai mais en fait non, qu’est ce que je vais faire avec ca contre 10 mecs ? C’est le genre de machin qui ne sert que dans un combat de meuf. C’est alors que je vois enfin la solution !! Et je me sens chaud pour avoir un plan de gueudin façon cascadeur belge devenu acteur philosophe. En dessous du pont, y’a une espèce de péniche a moitié coulée. Vous voyez ou je veux en venir ? Non ?

Mais easy pourtant, je vais attraper un des mecs qui arrive, sauter avec lui devant moi, on va atterrir sur l’embarcation, il va me servir d’amortisseur et mourir, je ferais un roulé boulé badass et je prendrais le temps de leur faire un doigt avant de trouver une autre idée parce qu’ils arrivent. Oui, il y a quelques détails a peaufiner, genre, je serais exposé aux tirs et comment je fais pour quitter la péniche car possible que je ne sache pas nager. Mais on verra ça plus tard.

Les types s’y attendent pas, quand ils sont a mon niveau, je me rends compte a quel point je suis au bord du gouffre, du coup, c’est le moment d’aller de l’avant non ? Je bondis, choppe un des mecs tout comme j’avais prévue et dans un :

« BOUUUYAAA »


Je fais le grand saut. C’est parfait. Un nouveau plan qui se déroule sans accro… et qui foire comme d’hab. Analyse de pourquoi je pense que Joséphine et Connor sont abstinents. 1 on fait plouf a 3 mètres au moins de la péniche. 2 les autres attendent même pas de savoir si leur potes est vivant ou que je fasse le con pour tirer. Aucun respect je vous jure. 3 je sais toujours pas nager. 4 Mauricette non plus et elle pèse sont poids. 5 le mec qui est tombé avec moi, il est vivant et il me tire vers le fond sans mauvais jeu de mots. 6 c’est moi où je viens de sentir des mains essayer de nous chopper les chevilles? 7 y’a du courant. 8… putain mais non c’est suffisant là.

Bref, je bois la tasse, je me débats, les tirs fusent, c’est le bordel. J’ai l’impression d’être dans un lave-linge. Au moins avec le courant je crois qu’on s’éloigne du pont, sauf que l’autre a clairement plus le profil d’Aquaman que moi et ca se passe pas top. J’ai de plus en plus de mal a faire surface, et je vous cause pas que de ma vie. Finalement, le prof qui avait dit que je finirais sous un pont, il était medium !!!

Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Sam H. Dean
Leader | The Devil's Rejects
Modératrice
Sam H. Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/05/2020
Messages : 219
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant   C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant EmptySam 22 Aoû 2020 - 19:22
J'ai l'impression de ne plus tenir en place ces derniers temps. J'accompagne fréquemment Billie au refuge dans lequel elle a installé son cabinet, plus pour m'occuper que parce que je ne lui fais pas confiance pour se débrouiller sans moi. Et puis de toute façon, je veillerai toujours sur elle, elle le sait. Et c'était l'une des conditions pour que j'accepte de la laisser faire ça. Non pas que je sois celle qui prend toutes les décisions mais... Disons que je sais être relativement intransigeante quand ça la concerne. A mes yeux, il n'y a que sa sécurité qui compte. Et je me fiche bien de ce que les autres peuvent en penser. A la moindre suspicion de menace à son encontre, je suis capable du pire. C'est sûrement la raison pour laquelle je m'étais emportée le jour du banquet. Face à Isha et Allïa.

Rien que de repenser à cette garce, je viens instinctivement passer ma main sur ma joue encore douloureuse. Faut dire qu'elle m'a pas ratée, en me fissurant une dent. J'ai mal tous les jours et ça risque pas d'aller en s'arrangeant. Tout ce que j'espère c'est que je vais pas me taper une infection. Tout ce qui est problèmes dentaires... ça m'a toujours filé une peur bleue. Faut bien que j'ai peur de certaines choses après tout, non? J'aimais pas les dentistes avant. Maintenant, c'est le fait qu'il y en ait plus qui me fait peur. La moindre rage de dent peut se transformer en calvaire insupportable de nos jours. Enfin, faut pas que j'y pense avant que je me retrouve à somatiser ou je sais pas trop comment Billie appelle ça. De faire en vrai ce dont on a peur dans sa tête. C'est sûrement un truc du genre. Bref.

Aujourd'hui, j'avais décidé d'aller faire un peu de repérage. Quelque chose de tranquille, pas trop dangereux. Histoire de potentiellement trouver un endroit intéressant à piller. Alors du coup, j'étais montée dans ma bagnole et je m'étais dirigée vers le sud-ouest de la ville. Vers Delridge. C'est un coin qu'on visite pas souvent et qui sait? Peut-être qu'il y aurait moyen de trouver un truc utile dans le coin. On sait jamais. J'avais laissé ma voiture dans une ruelle assez calme et surtout relativement éloignée de tout ce qui pourrait représenter une menace. Morts, vivants. Tout ce qui pourrait m'empêcher de la retrouver plus tard. Manquerait plus que ça.

Mes pas avaient fini par me diriger près de l'eau. Je m'attendais pas vraiment à trouver quelque chose ici mais d'un autre côté, ça me permettrait au moins de pouvoir profiter un peu du calme et de la nature. Enfin. De la nature qui reprend ses droits sur la civilisation. Mais bon, c'est déjà ça. De toute façon on a pas le choix alors autant s'en accommoder. Bref. Mon regard se perd un instant sur le pont qui s'est effondré il y a quelques années déjà, et qui se trouve à plusieurs centaines de mètres de moi. Quand je repense à comment c'était avant... J'en deviendrais presque nostalgique!

Mais au bout d'un moment, j'entends de l'agitation. Et immédiatement, je fronce les sourcils. C'est quoi ce bordel encore? Y'a décidément pas moyen d'être tranquille cinq minutes dans ce monde de merde dans lequel on vit. Un soupir m'échappe et j'observe les alentours pour essayer de comprendre d'où ça vient. Et c'est au bout de quelques secondes que je me rends compte de la source de ce bruit. L'eau. Y'a des gens qui sont en train de se battre dedans. Faut bien que j'avoue que j'ai une énorme tentation de détourner le regard et de me faire discrète en allant me planquer quelque part. C'est pas mon problème après tout. Mais je crois que le souci c'est que j'ai une trop bonne vue pour mon propre bien parfois. Là; avec sa tignasse qui dépasse à peine et son visage qui galère à retrouver la surface de l'eau, je le reconnais quand le courant le rapproche de moi. Isha. Et fait chier...

C'est plus fort que moi. Au même titre que je n'ai pas été capable de tuer sa soeur quand l'occasion m'a été donnée, je ne peux pas me résoudre à détourner les yeux et le laisser se noyer. Plusieurs jurons m'échappent et je cherche à toute vitesse une potentielle solution à ce problème. Je regarde autour de moi, dans l'espoir de trouver quelque chose, et c'est là que je repère une tige métallique qui a certainement fait partie d'un bloc de béton armé autrefois. J'imagine que ça devra faire l'affaire. Au moins c'est relativement solide. Je me précipite vers l'objet, l'attrapant et lâchant une nouvelle flopée de jurons m'échapper quand je remarque le poids du truc. Nouvel objectif: ne pas l'assommer en essayant de le sauver. Ce serait relativement con.

Je m'approche du rivage et tends la barre sur leur trajectoire. Ils sont toujours en train de se battre et je sais même pas s'ils m'ont vue. J'espère juste qu'ils vont pas... Et merde. Oh non! Avec le courant et les mouvements qu'ils font, ils sont en train de se diriger en plein sur la pointe métallique. Le genre de truc potentiellement létal quoi. Sauf que je peux rien y faire. Alors je me contente de fermer les yeux en serrant les dents, espérant au fond de moi que ça se passe bien.

Quand je sens une secousse dans la barre que je tiens, je rouvre les yeux. Ah. Oh. C'était pas prévu ça. Pratique, mais vraiment pas prévu. Le type qui était en train de tirer Isha vers le fond vient de s'empaler sur le métal au niveau de son épaule. Assez pour le faire crier de douleur et relâcher le mécano. Mécano qui continue d'être emporté par le courant. Non mais il sait pas nager ou quoi?!

Celle là tu me la paieras cher... Je lâche la barre, laissant l'autre se démerder avec ça, avant de courir en suivant le rivage encore une fois. Je sprinte, comme je l'ai pas fait depuis longtemps, parviens à dépasser le brun et plonge dans l'eau en espérant ne pas avoir de mauvaises surprises. Le courant est fort mais pas insurmontable. On est pas non plus dans des rapides en pleine montagne. J'arrive à attraper Isha, faisant de mon mieux pour lui maintenir la tête hors de l'eau tout en nageant à nouveau vers le bord. Je bois la tasse plusieurs fois parce qu'il est quand même lourd ce con, puis parviens enfin à le hisser sur la terre ferme avant de l'y rejoindre. Je tousse à plusieurs reprises avant de me passer les mains sur le visage pour en retirer l'eau qui se trouve dessus. Même si ça sert pas à grand chose vu comme je suis trempée.

Il est en vie. Je le vois respirer. Alors je le laisse reprendre le dessus et ses esprits tout seul. Et ben... Quand j'pense qu'il y en a une qui était persuadée que j't'apporterai rien de bon! J'imagine la tronche de cette connasse d'Allïa si elle apprend que je lui ai sauvé la vie à son frangin. Alors que c'est pas la première fois en plus.




- Sanity, where have you gone? -
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2411
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant   C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant EmptyLun 24 Aoû 2020 - 22:31
Celui qui regrette le maillot rouge


Bon, une fois n’est pas coutume : c’est la merde ! Enfin, plus que d’habitude parce que, spoile alerte, Aquaman c’est pas moi. Moi je suis plus enclume man quand je suis dans la flotte. La faute a mon vieux qui nous faisait des p’tits mots pour que mes frangins et moi on n’aille jamais à la piscine quand on était gosse. Bah oui, il avait pas forcement envie que tout le monde sache qu’il avait la main lourde, ca aurait fait tache dans son CV de papa exemplaire. D’ailleurs, je vous raconte pas le nombre de connards qui nous demandaient si on avait nos règles, bon, a l’époque on ne comprenait pas, mais dans le doute, on frappait.

Bref, moi qui est pas fan de soupe, je crois que je bois le pire bouillon de ma vie. Mes compétences de « nage du petit chien » ne suffisent absolument pas dans cette situation et l’autre débile l’a compris. J’essaye de lui rappeler qu’ils avaient dit de me choper vivant mais a par boire un peu plus la tasse entre deux glouglous, je suis pas sur d’arriver a me faire comprendre. C’est au moment ou je suis en train de me dire que j’ai pas envie de mourir noyé comme un poisson et que j’attends mon droit de flashback qu’il se passe un truc de ouf.

Ok, vu la vie de merde, je me doute bien que ca va pas être l’armée des pucelles sexy qui vont venir m’accueillir pour m’emmener dans l’au-delà, enfin, l’eau delà surtout actuellement. Je m’attends plus a un gros barbu en string pour aller en enfer et du coup je suis heureusement surpris de découvrir une Sam avec une barre en fer. Tous les jeux de mots malheureux de cette phrase ne sont pas forcements assumés et seront à mettre sur le compte d’un trépas pas imminant. Je serais avec le dialoguiste de JCVD, je vous dirais donc qu’ils sont très pas assumés, mais là, j’ai peur d’aller un peu trop loin. Même moi j’ai mes limites.

Bref j’ai une apparition divine en voyant, entre deux tasses qui ressemble plus à des sceaux, Sam qui semble essayer de tuer le mec avec son arme pleine des enfers. Trop badass !!! Même moi j’aurais pas tenté de crainte de tuer la mauvaise personne avec ce courant de merde. Mais Sam assure, se plante pas, enfin si elle plante, mais le bon quoi. J’essaye de la remercier mais en fait, même sans l’excuse du mec, je flotte pas plus et je ne fais qu’avaler un peu plus d’eau. Mauricette, sans vouloir la vexer, fait son poids et j’arrive pas a sortir la tête de l’eau. Quand je vous disais qu’en ce moment je touchais le fond, je déconnais pas.

Je fais l’erreur de voir si je sais respirer sous l’eau, sur un malentendu j’ai p’être une fesse de sirène, dans mon arbre généalogique, qui sait. A force d’entendre Allia me parler de ma petite anguille, ca se tient que je puisse être le cousin d’Ariel. Et vous savez quoi ? Au risque de vous surprendre, j’ai juste respiré de l’eau. Y’a jamais eu de Cornwell assez bourré pour essayer de s’accoupler avec de la poiscaille dans ma famille, enfin, peut être que si, mais ca a pas dû marcher des masses, on s’était une autre branch(i)e de la famille. Bref, je commence a voir trouble quand Barbie Sam Sirène nous fait un remarque de Baywatch, le maillot rouge en moins, en improvisant un sauvetage. Oui ca a été compliqué, mais sans le maillot de bain rouge, forcement… c’est plus comme a la TV. Comment ca c’est plus la bouée qui manquait ? Alors non, je sais vous jurer qu’elle avait ses deux bouées avec elle.

C’est comme ça que je me suis retrouvé à tousser comme un moribond qui crache ses poumons sur la rive. J’ai la poitrine en feu, j’ai le reste du corps gelé, bref pire qu’une nana qui vous colle parce qu’elle a froid au pied alors qu’elle vous fait crever de chaud avec le reste de son corps : un non-sens vivant. J’essaye de garder une attitude cool pendant que je suis à battre en train d’essayer de respirer tout en giclant l’eau qui est entrée par le mauvais trous sans que personne ne se formalise.

J’arrive a rire tout en m’étouffant de la situation même si je suis pas sur de biter sa phrase. Il me faut un peu de temps pour réussir a retrouver assez d’autre pour m’écrouler sur le dos, la regarder en coin et lui sourire.

« J’ai toujours été content de te voir, mais j’avoue que là, on bat un record. »


J’essaye de me redresser en me souvenant qu’elle et moi sommes en froid, enfin, surtout elle, quoique la c’est moi qui me pèle, mais aucun rapport.

« Tu m’expliques pourquoi je suis toujours trempé quand je te vois ? Ça devrait pas être l’inverse ? »

Ouai, la dernière fois c’était à cause d'un pichet. Hey, Bozzo le clown !! Ca faisait longtemps que t’étais pas passé me pourrir la vie ! C’est sympa de t’avoir revu maintenant barre toi s’il te plait, c’est une histoire sous le signe de JCVD le grand philosophe, pas sponsorisé par rire et chansons spéciale bite derrière l’oreille. En même temps, avec le bain… l’anguille fait surtout le bigorneau. Mais bordel !! Pourquoi je pense a ça moi.

J’essaye de me redresser avant de lui tendre la main sans quitter mon sourire de gamin avec un air taquin. Alors que j’ai failli crever, que surement les mecs qui me traquent vont redescendre la rivière a la recherche de leur pote et de Bob, enfin moi, qu’ils prennent pour Bob… je me contente d’un :

« Merci d’avoir accepté d’oublier que tu voulais plus qu’on s’approche.»


Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Sam H. Dean
Leader | The Devil's Rejects
Modératrice
Sam H. Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/05/2020
Messages : 219
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant   C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant EmptyMar 25 Aoû 2020 - 9:31
Il a beau ne pas faire vraiment froid dehors, ce petit plongeon dans l'eau m'a glacée jusqu'aux os. Et c'est super parce que je n'ai forcément pas d'habits de rechange sur moi. J'avais pas vraiment prévu ça comme option de la journée. Le côté sauvetage à la Pamela Anderson dans Baywatch, ça faisait vraiment pas partie de ma to do list. Et le pire, c'est que je sais même pas si j'ai eu raison de le faire. Pourquoi est-ce que j'ai pas pu m'empêcher d'aller le chercher dans l'eau, cet idiot, en me rendant compte qu'il nageait aussi bien qu'une pierre? Et je sais que c'est pas simplement à cause de la pseudo promesse que j'ai dû faire à sa stupide soeur d'aller lui parler suite à ma défaite dans notre combat. Parce que bon... Ma promesse envers elle a autant de valeur et d'impact sur ma vie qu'un pet dans une tornade. C'est pas très élégant, mais très parlant.

Je m'assois par terre, lâchant un profond soupir en passant mes mains dans mes cheveux pour les essorer. Un frisson me parcourt et m'arrache un juron qui siffle entre mes dents, alors que mon regard vient ensuite se poser sur le brun qui a l'air d'être à deux doigts d'expulser ses poumons de son corps à chaque quinte de toux. Et là il se met à rire. Oui, pendant qu'il est à moitié en train de s'étouffer. Décidément, c'est à se demander ce que je lui trouve à ce mec. Et pourquoi j'ai pas réussi à faire tout simplement une croix dessus, comme je l'ai déjà fait avec un nombre incalculable de partenaires.

Il s'écroule sur le dos, me regarde et m'adresse un sourire. D'accord, ça m'avait manqué. Plus que je veux bien l'admettre en fait. Ses regards, ses sourires. Presque même ses conneries. Pourtant, je fais tout mon possible pour ne rien laisser paraître. Je n'ai pas envie qu'il se dise que je suis le genre de fille à jouer les groupies. C'est plutôt l'inverse. C'est les mecs - ou les filles d'ailleurs - qui me courent après. Comme ça a toujours été le cas. Question de fierté. Je passe mes mains sur mes bras pour essayer de me réchauffer un peu, sans quitter le brun du regard, quand il m'avoue qu'il est encore plus content que d'habitude de me voir. Stupide flatteur. Le pire c'est que ça me fait vraiment plaisir ce qu'il dit. Parce que contrairement à Allïa, lui n'a pas l'air de me tenir vraiment rigueur de la manière dont je l'ai traité le mois dernier au banquet. Et ça me donne quand même une lueur d'espoir. De l'espoir pour quoi? Aucune idée. Enfin bref.

Il se redresse un peu sur ses coudes, tourne la tête vers moi et j'en fais de même vers lui. Mes jambes ramenées vers moi pour condenser un peu la chaleur de mon corps, mes bras passés autour de mes genoux, je le regarde et hausse un sourcil face à sa remarque. C'est moi qui devrais être trempée en le voyant? Je crois que tu surestimes un peu trop ton charme. Non mais quand même, d'accord il a ses atouts mais il ne faut pas abuser. Et puis, on fait mieux comme phrase d'accroche, vu la façon dont on s'est quittés la dernière fois.

Encore une fois, il se redresse davantage et cette fois il me tend la main, un sourire presque enfantin sur les lèvres. Je soupire un peu en entendant la remarque qui suit son remerciement. Enfin, si on peut appeler ça comme ça. Manière détournée de me dire "c'est gentil de pas m'avoir laissé crever comme une merde par noyade"? Il aurait quand même pu trouver mieux que ça. En fin de compte, il l'a peut-être aussi en travers de la gorge, ce que je lui ai dit ce jour là.

Sans sourire, l'air parfaitement neutre, je viens saisir sa main et la lui serre dans un geste presque trop solennel vu l'intimité dans laquelle nous nous sommes déjà retrouvés tous les deux. Je hausse un peu les épaules en le relâchant, détournant le regard. Pas de quoi. Quoi que ta frangine et toi puissiez penser de moi, je suis pas juste une poupée à gros seins et sans cervelle. Ouais, fallait que je le dise. Parce que bon, ça commence à bien faire cette image là. L'image de la demoiselle en détresse, je veux bien, celle là je la cultive depuis longtemps. Mais la greluche stupide qui a plus de nichons que de neurones? C'est vexant. C'est blessant. Et j'aime pas ça, tout simplement.

Toujours sans le regarder, mes yeux posés sur l'homme qui a certainement perdu connaissance plus loin dans l'eau, empalé sur cette fameuse barre de fer par un malheureux hasard, je lui pose une question qui me taraude depuis tout à l'heure. Forcément. Et ça t'arrive souvent de te bagarrer dans la flotte en sachant nager comme une pierre? T'as eu de la chance que ce soit toi. Parce que sinon, j'aurai tourné la tête et continué mon chemin. Sans me poser de questions. Sans me mettre en danger. Alors je sais pas s'il mesure la chance qu'il a, mais il en a beaucoup.




- Sanity, where have you gone? -
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2411
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant   C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant EmptyMer 26 Aoû 2020 - 10:34
Celui qui aime la taille des arguments pulmonaires de Sam



Je sens Sam se dérider à mes remarques. Enfin j’ai envie de sentir ça et vue la journée de merde que je me tape, j’estime avoir le droit de voir ce que j’ai envie. Il faut dire que Bozzo le clown, elle en a soupé pas mal et sans fuir ni essayer de me tuer ? Ouai, comme quoi, elle la voulait vraiment la voiture pour sa sœur. Je hais les fruits et légumes, en particulier les petits poids et les jus de fruits non fermentés, pour m’avoir fait rater une des seules nanas à réussir à se rire de mes conneries minutes, ou du moins pas avoir juste envie de m’étrangler dès que j’ouvre la bouche. Je sais que ca ne sert a rien de se ressasser le passé, mais je donnerais pourtant cher pour revenir en arrière et essayer d’éviter le buffet avant que ça ne tourne au drame lors du banquet. Comment ça j’ai vraiment rien compris au problème ? C’était avant qu’il fallait rectifié le tir ? Maiiiis non !! C’est partie en couille devant la bouffe que je vous dit !!!  

Je pouffe un peu quand elle me dit que je surestime un peu trop mon charme. Pourtant elle est trempée non ? Et ouai, c’est quand même un peu grace a moi, même i c’est pas de la façon la plus festive qui soit. Je préfère me concentrer sur le fait qu’elle reconnait que j’en ai quand même encore assez a ses yeux pour aller faire trempette. Bon, ok, entre charme et intérêt, la barrière est mince mais Sam m’a manquée et j’ai pas envie de m’appesantit sur ce genre de détails surtout que je flippe qu’elle se barre a nouveau.

Je sens sa main qui serre la mienne, ça me rassure qu’elle l’ait acceptée, pourtant j’ai plus l’impression de dire bonjour à mon banquier qu’autre chose. Je fronce les sourcils quand elle me dit qu’elle s’imagine qu’Allia et moi on pourrait la confondre avec une poupée gonflable. Bordel !! Tout s’éclaire !! Il y a surement eu un pur malentendu au banquet. Sam a cru qu’Allia lui manquait de respect alors que ma bro était juste un peu fatiguée.  Evidement qu’elle aurait jamais pensé ça de Sam !! Comment ça vous etes dubitatifs ? Est-ce que je suis prêt à mettre mon bras ou autre chose à couper si je me plante ? Vous savez un truc que je sais pas ?

Je la vois se perdre dans la contemplation de l’autre guignole qui fait moins le malin maintenant qu’il se la joue Aquaman épinglé sur un harpon de fortune et soupire a sa question. Mon sourire s’évanouit en me souvenant de l’urgence du moment. Je tire doucement mais fermement sur son bras, pour l’aider a se redresser et en profiter pour la prendre dans mes bras. Je la regarde droit dans les yeux et avec un sérieux rare je lui dis :

« Tu ne serais pas la cheffe de ton groupe et tu n’aurais jamais pu survivre et veiller aussi bien sur ta sœur si tu étais sans cervelle. Alors ne vas pas t’imaginer qu’une seule seconde je t’ai prise pour une idiote.  Bien au contraire… Tu sais bien faire semblant quand ca t’arrange, mais je te connais Sam et principale arme c’est pas ton couteau mais bien ce que tu as dans le crâne. »

Puis, parce que c’est moi et surtout que, qui dit conversation sérieuse, dit aussi « coucou bozzo », je ne sais pas me retenir d’ajouter avec un petit sourire :

« Par contre, mea culpa, pour tes seins, possible que oui, je les trouve admirablement de bonne taille. J’ai peur que tu doives faire avec. »

Je relâche mon étreinte et regrette immédiatement la chaleur de son corps pendant que j’essuie Mauricette et avise de la ou nous sommes… enfin, avise que je sais pas du tout où nous sommes surtout.

« Tu me croirais si je te disais que des mecs m’ont agressé en me prenant pour un autre ? Et… merci Sam… »


Je lui jette un petit regard penaud sur ce « merci » sans trop savoir si c’est pour son sauvetage, si c’est pour ces nuits passés ensemble, si c’est pour juste avoir oublié qu’elle me haïssait au moins quelques heures ou un peu de tout ça.  

« Il ne faut pas rester ici, je ne sais pas ce que leur a fait le mec qu’ils traquent mais ils sont assez motivés pour se ramener… »


Soudain je percute que c’est ma merde et que je suis en train de la foutre dedans. Je la regarde douloureusement. Je n’ai pas envie qu’on se sépare, surtout après tout ce temps de silence. Mais je serais le pire des enfoirés de la mêler aça juste parce que je suis en galère.

« Ils en ont qu’après moi…»

Je la regarde sans finir ma phrase. Je sais qu’elle va comprendre toute seule. J’étais sincère tout à l’heure en la disant intelligente, plus que beaucoup. Je sais aussi que c’est une survivante, une vraie. Elle a donc tout a gagné a filer.

« Sam… je voulais aussi te dire que… je suis vraiment désolé pour ce qui s’était passé l’autre jour je… enfin… tu me manques… maintenant va te foutre en sécurité, je vais gérer…»


Enfin je vais essayer de faire mieux que tantôt quoi.


Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Sam H. Dean
Leader | The Devil's Rejects
Modératrice
Sam H. Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/05/2020
Messages : 219
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant   C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant EmptyMer 26 Aoû 2020 - 15:01
Je sursaute presque quand je me fais tirer de ma contemplation du corps flottant au bout de la tige métallique. Isha me saisit par le bras, tire dessus pour m'aider -ou plutôt me forcer- à me relever et je suis bien obligée de suivre le mouvement. Je me retrouve donc sur mes pieds à nouveau, sans trop comprendre ce qu'il se passe ou ce qui lui arrive. Et c'est encore pire quand il me prend dans ses bras. Ok, je l'avoue. J'ai un petit peu le coeur qui accélère, de me retrouver comme ça contre lui à nouveau. Disons que ça ravive pas mal de souvenirs et que ça me rappelle aussi pourquoi il me manque.

Il se recule légèrement sans pour autant me lâcher, plantant son regard dans le mien avec un sérieux qui m'étonne beaucoup venant de lui. Et si son expression me surprenait déjà, que dire de ses mots? C'est très agréable à entendre. Parce que bon, la dernière personne à m'avoir fait part de son avis m'a clairement fait comprendre que la seule chose qui avait pu intéresser Isha chez moi c'était mon corps. Et apparemment, la facilité avec laquelle on peut s'en emparer. Je ne me suis pas sentie dévalorisée par ses mots mais... Disons qu'elle avait réussi à me blesser. Plus que physiquement avec ma dent fissurée, mais surtout bien plus que je voulais bien l'admettre.

J'allais faire un commentaire, peut-être même le remercier pour sa franchise, quand il se sent forcément obligé d'ajouter sa petite touche d'humour pas très drôle mais qui fait partie de ce qui me plait chez lui. Alors finalement, je m'abstiens d'ajouter quoi que ce soit de sérieux et me contente de lever les yeux au ciel en venant lui mettre une petite pichenette sur le bout du nez. J'avais compris que c'était eux que t'avais vu en premier et pas mes yeux, t'en fais pas.

Il me relâche enfin et un frisson vient immédiatement parcourir mon corps. En fait, j'étais vraiment bien contre lui. Déjà parce que je me sens bien dans ses bras, mais surtout parce qu'on arrivait à se tenir chaud comme ça. Et le petit vent que je remarquais pas quand j'étais sèche me glace jusqu'aux os maintenant. Il s'occupe de son épée et regarde autour de nous comme s'il cherchait quelque chose, et j'en profite pour savoir comment est-ce qu'il s'est encore retrouvé dans une situation pareille.

Sa réponse m'amuse et me désespère à la fois. Je me frotte les yeux un instant, me pinçant ensuite l'arrête du nez avant de relever mes yeux vers le mécanicien. Vu ce qui s'est passé la première fois qu'on s'est rencontrés... Ouais, je te crois. Je crois que t'attires plus les emmerdes que les nanas. Je lui dis ça pour le taquiner, bien sûr, même si je dois dire que ça me va plutôt bien s'il attire pas trop les femmes. En soit, il peut aller voir qui il veut, c'est pas le souci mais... Faut pas qu'elles se méprennent. J'ai pas abandonné cette idée. Et au fond, je considère toujours qu'il est à moi. Même si je lui ai dit, aux dernières nouvelles, qu'il ne devait plus s'approcher de moi. Faut pas chercher la logique parfois. Enfin, c'est pas le sujet là tout de suite.

Son "merci" mer perturbe un peu. Et je reste là, à le regarder silencieusement sans trop savoir quoi dire. Je sais même pas de quoi il parle, tellement ça a l'air profond comme remerciement. Ironique? Je pense pas, je l'aurais remarqué quand même. Et puis son regard... On dirait presque un chiot tout tristounet qui demande qu'à recevoir son lot de câlins pour aller mieux. Je les lui offrirais bien, mais on a pas trop le temps là. Heureusement, il a l'air d'en avoir pris conscience aussi. Il ne faut pas rester ici, on est d'accord. Par contre, je ne savais pas qu'il y en avait d'autres qui risquaient de venir nous rejoindre. Quelle bonne nouvelle.

Instinctivement, j'observe à mon tour les environs tout en venant saisir mon couteau qui se trouvait toujours fidèlement dans ma poche. J'allais en sortir la lame quand les mots de Isha m'arrêtent brusquement. Je fronce les sourcils en entendant ses mots et un rire sarcastique m'échappe. Il est vraiment en train de faire ça? De m'envoyer me planquer pendant que lui risque sa peau? Non mais il délire ou quoi? Comme si j'allais accepter! Me battre à ses côtés? Oh non. Je vais effectivement fuir, mais il va le faire avec moi!

Je m'approche de lui d'un pas décidé, les sourcils froncés, d'autant plus quand il me fait son pseudo discours d'adieu. Il me dit que je lui manque, qu'il est désolé et qu'il va gérer pendant que je vais me mettre en sécurité. Dans tes rêves mon grand. Je l'attrape par le col et le tire vers moi pour le rapprocher de mon visage. Je lui demande pas vraiment son avis, surtout parce que c'est une pulsion qui me vient sur l'instant, et plaque mes lèvres sur les siennes avant de me reculer presque aussi vite. C'est pas le moment.

Arrête tes conneries et joue pas les héros. On se tire tous les deux, un point c'est tout. Aller, viens! Je laisse ma main passer de son col à sa main à lui et l'attrape pour le tirer avec moi tout en m'éloignant de cet endroit. Heureusement, je sais où on est. L'avantage de bien connaître la ville pour y avoir presque toujours vécu.




- Sanity, where have you gone? -
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2411
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant   C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant EmptyVen 28 Aoû 2020 - 12:29
Celui qui qui va se mettre à la peche



Je lui souris avec mon air de chiot amusé quand je me prends ma pichenette. Ouai, je l’ai peut être mérité celle là, mais je presque sur que Sam assume parfaitement que ses arguments pulmonaires ont de quoi captiver presque tous les mecs du coin. C’est à double tranchant vus les tarés en manquent qui trainent, mais pas autant que son couteau qu’on ne voit surement pas venir quand on a les yeux perdus dans son décolleté. Avec un faux air offusqué, j’enfonce le clou a défaut d’autre chose, en m’adressant, bien évidement, a eux :

« Excuses moi si tes seins arrivent dans le champ de vision d’un honnête homme avant le reste de ta personne. »


J’ai du mal a ne pas rire quand elle me dit que j’attire plus les emmerdes que les meufs, en même temps, heureusement que l’inverse n’est pas vrai, sinon je n’aurais pas assez de petites pilules bleues pour faire face. Faut dire que c’est vrai que j’ai les problèmes qui me collent au cul pire que du Nutella sur une tartine (avec cette image je suis sûr que vous ne regarderez plus jamais votre tartine pareil). Après je serais prof de philomisogyne je vous demanderais si les nanas c’est pas synonyme de problèmes aussi. Ouaaai en fait tout est connecté !! C’est là où la chanson « il en faut peut pour être heureux » prend tout son sens. Comme quoi, y’en a dans ma caboche et qu’il faut vraiment que je répare l’autoradio de la LM, écouter du Disney en boucle ca me fait trop travailler les neurones.

Sam est une survivante, une vraie, elle ne s’encombre pas de fioriture, elle fait ce qui doit être fait et je suis prêt a vous parier ma Mauricette que ca ne l’empêche pas de dormir la nuit. C’est que je commence a la connaitre. Bah oui on baise on baise et on fait plus que s’attacher parfois : on discute entre deux coups de bite aussi. Je connaitrais le mot pragmatique, je pense que c’est a celui auquel je penserais pour la femme qui vient de faire une séance de pèche a la ligne, ou aux canards, je vous laisse décider, en me sauvant des eaux. Et pourtant, la suite m’étonnes plus qu’une guerre des petits poids entre nanas qui avaient l’air de parler gentil.

Alors que je lui offre une possibilité de se barrer avec option je fais diversion à la clef, bah elle me surprend. Je vois bien à sa tête que ma proposition ne lui plait pas. Bon a son rire aussi, c’est pas le rire « bon sang que t’es con mais t’es drôle quand même » mais plus celui de « tu peux toujours courir » ou de « je vais te taper ». Bref, c’est pas bon signe.

J’ai pas le temps d’ajouter un argument ou de poser des questions qu’elle me chope mais pas pour m’en foutre une, juste pour m’embrasser. J’avais surement plein d’argument en faveur du fait qu’elle devait partir sans moi, mais là, le cerveau a buguer, du coup, je sais plus du tout ce que je voulais lui dire avant qu’elle ne fasse ca. Cette femme est diabolique quand on y pense bien d’user de telle arme sur moi. En fait le seul truc auquel j’arrive a pensé avec un sourire niais c’était que c’était trop court. Vous croyez que c’est bon signe ce bisous ? genre qu'elle ma péché pour me pecho? Après le banquet je sais plus trop comment interpréter les filles.

« Fais gaffe je vais finir par croire que tu m’aimes bien. »

Bon en attendant ce petit répit prend vite fin. C’est pas le tout mais y’a p’être péril pas que dans la demeure et je sais pas pourquoi mais la Sam a décidé de prendre les choses en main, enfin, surtout mon col, pour organiser notre fuite. On a pas le temps d’aller bien loin que j’entends un bruit de moteur qui arrive avant qu’on ait vraiment quitté la zone. Pour le coup je lui choppe la main et la fait presque tomber avec moi derrière des restes d’un mur qui devait être un machin pour rafiots. Ouai un hangar a bateaux. Il y en avait un aussi a Fort Hope. J’essaye d’amortir sa chute même si j’ai toujours préféré être au-dessus dans un autre contexte et je lui fais signe de garder le silence en tendant le cou avec précaution.

La voiture s’est arrêtée, il y a deux mecs de sortis, un au volant, et le taré avec son arme qui vomit des rafales est resté dedans et zieute partout comme un furet. Je chuchote entre les dents.

« C’est le moment de te dire qu’ils sont une mitraillette ? »

Ceux qui sont dehors ont trouvé leur copain. Visiblement, soit il a bu la tasse de trop, soit ils étaient pas si copains que ça, parce qu’ils virent la tige de fer avant de le rebalancer a la flotte comme le poisson qu’on voulait surtout pas chopper. Moi, au moins, Sam, elle m'a pas remis à l'eau. Et bim le Aquaman qui fait le poisson mort! Merde, ils sont en train de zieuter partout. Je rebaisse la tête vers Sam.

« Avec un peu de bol, ils vont penser que je me suis déjà barré ou que je me suis noyé. »


Ouai parce que ca serait bien que j’ai enfin un peu de bol. Ce qui n’est pas gagné en soi, car je continuerais de zieuter, je verrais qu’ils sont en train de chercher des traces aux sols. Etonnement, on a pas eu le temps de faire comme dans les films et couvrir nos empruntes. Ouai, ok, de toute façon j’y avais pas pensé non plus.


Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant   C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- C'est quand on est au bord du gouffre qu'il faut aller de l'avant -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: