The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -55%
Machine Expresso Beko 1200 W – Inox – ...
Voir le deal
59 €
-40%
Le deal à ne pas rater :
Écharpe Lacoste en laine côtelée à -40%
60 € 100 €
Voir le deal

Partagez
- Hot summer day - FEAT Chris Edison -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corray Haner
Survivor
Corray Haner
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 197
MessageSujet: Re: Hot summer day - FEAT Chris Edison    Hot summer day - FEAT Chris Edison  - Page 3 EmptyDim 1 Nov 2020 - 17:18
Hot summer dayChris & Corray
Il continue joyeusement sur le sujet de sa trouvaille qui relève de beaucoup de chance. Il l’admet en ajoutant que c’est autant un hasard que de croiser un chanteur connu à poil dans une rivière. Je ne peux m'empêcher de rire, me disant qu’au moins il aura quelque chose à raconter en rentrant ce soir. On va finir par me connaître dans le coin. Pas dans le sens que j’aurais voulu, mais au moins je tisse ma toile sociale. Il pose ses yeux sur moi, un sourire en soin. Je lui rends, ajoutant une pointe de complicité dans mes iris. Il me dit qu'il pourrait troquer mes piles hypothétiques contre ce que je voulais. Je fais mine de réfléchir quelques instants, laissant glisser mes yeux sur son arme.

Si je te trouve ça, j’veux bien que tu arrives à me trouver une bâte comme la tienne. J’pense que ça me plairait ! Je n'ai jamais fais de baseball au lycée, mais il est jamais trop tard.

Il enchaîne sur son métier. En fait, a ma plus grande surprise, il continue à exercer malgré le contexte actuel. Il m’explique qu’il a été très heureux quand il a pu toucher de nouveau à une machine. Je le regarde avec admiration quelques secondes. Je suis fasciné par ces gens qui vivent pour quelque chose.Qui brille d’une lumière qui ne s'éteint jamais malgré la nuit ou les bourrasques. Et que la détermination embrasse avec ferveur. Je souris presque bêtement, je me rappelle, il y a quelques semaines. Quand Rubben et moi avons partagé ce moment. Ou j’ai pu chanter de nouveau, comme si rien d’autre autour ne pouvait m’en empêcher. J'étais presque soulagé. Comme si j’avais pu retrouver une partie de moi-même.

Oui j’imagine bien.. Mais c’est intéressant ! Je viendrais peut-être te voir un de ces jours. J’ai encore de la place.”

Il me pose des questions sur ma vie d’avant. C’est toujours un peu compliqué pour moi. Étant remplie de regrets et de questions sans réponse. Mais avec le temps, j’ai appris à dompter la bête. A prendre pas mal de recul. Ce qui me permet d’en discuter sans me replonger dans l’état dans lequel j’ai végété durant ces dernières années. Je me souviens maintenant de ces années avec un sourire sur les lèvres. Une douce nostalgie, pas celle qui vous donne un coup de poing dans le ventre. Il finit par une blague à laquelle je ris volontiers. Malgré les premières impressions, c'est un jeune homme jovial et plein d’humour. En tout cas de mon point de vue actuel. C’est agréable de passer un moment paisible avec lui après ces dernières semaines.

A vrai dire j’ai jamais détesté ça; la foule. J'ai passé beaucoup de temps avec les fans après les concerts, j’aimais m’en sentir proche. Mais j’aime beaucoup moins maintenant ! Je ricane. Mais oui, mon métier me manque. Les concerts surtout ! ça c’était l’pied putain !

Il rebondit sur le fait que je lui indique que je suis né et que j’ai vécu en Californie. Il me dit que j’ai du avoir un peu de mal à m'adapter au climat d’ici. C’est vrai, les deux premières années ont été dures. Surtout que j’ai l’impression que cette région est beaucoup plus sauvage que celle de ma natalité. Moins de ville, plus de campagne quand on s’éloigne du centre ville.La Californie, c’était peuplé. C’était la mer et les plages. Le littoral. Ici, ce sont des montagnes et des forêts denses. On a l’impression que ça ne s’arrêtera jamais certaines fois. Je ris en soufflant du nez. J'allais répondre, mais il ajoute quelque chose. Mon coeur se serre brusquement. Mon visage se ferme au fur et à mesure que mon sourire s’évapore doucement. Il en conclut que je n’ai pas revu ma famille et que mes amis sont morts. Je prends une grande inspiration.

"Effectivement, je n’ai pus revoir personne. Je n’avais pas beaucoup de famille, seulement mes parents. Et mes amis, et bien ils ont disparus. Au fond de moi, j'espère toujours qu’ils soient en vie. Même si c’est peu probable.

Voyant que nous somme dans la confidence, je lui raconte une anecdote de mon enfance. Et il me partage le fait qu’il n’a pas eu la chance de connaître son père. C’est vrai que j’en ai pas mal bavé ces dernières années. Mais je n’ai jamais vécu l’abandon d’un parent. J’ai eu une vie presque parfaite, des parents aimants, une vie aisée. J’ai eu le temps de presque réaliser tous mes rêves. Je ne sais pas ce que c’est que de souffrir d’un parent absent. Et je réalise un instant que je préfère l’avoir perdu que de ne jamais l’avoir connu. Je le regarde du coin de l'œil, posant sur lui un regard discret rempli de compassion. Je change de sujet, essayant de reprendre une conversation plus légère. Je m'intéresse à lui et il me raconte. Il vient d’ici. Il me partage un petit détail sur lui, il aime la plongée. Je souris, j’adore les détails.

Oui c’est sûr ! C’est les petits plaisirs qui nous donnent envie d’avancer ! Je réfléchis quelques secondes, laissant mon regard planté dans le vide. Tu sais, un de mes rêves actuel est de retourner en Californie. Juste quelques jours.Il y a de magnifique spot de plongée là bas. Si j’y arrive, je t’emmène dans mes valises. Enfin, si tu veux bien sûr ! Je ricane, lui adressant un sourire tendre.”

Une fois mon piège fini, il ne tarde pas à terminer le sien. Me demandant ce qu’on fait ensuite. Je prends le sens du bout des doigts, le félicitant d’un regard et d’une moue presque fière.

Et bien maintenant il suffit de mettre un appât au fond. Je plonge la main dans mon sac pour en sortir une boule de tissus bien assaisonnée. Un morceau de viande un peu passé suffit largement. Je plisse le nez quand l’odeur arrive jusqu'à mon visage. L’odeur suffit à faire venir les crabes ou les crevettes. J’enlève les lacets de mes chaussures et je m’en sert pour accrocher les pièges et les mettre un peu plus loin dans l’eau. Ensuite il faut attendre ! “

J’écarte les bras, comme si je venais de terminer un numéro de cirque. Je viens m'asseoir de nouveau à côté de lui. Cherchant ma veste du bout des doigts. J’en sors mon paquet de clopes. J’en propose une à mon partenaire de cette soirée. Je l’allume et je prends une première bouffée lente.

Alors, raconte moi comment tu en es venu à travailler pour la cage ?

C’était une vraie question. ça m 'intrigue. J’y ai traîné seulement une soirée. Malgré ça j’ai le sentiment que Chris ne ressemble pas au genre de personnes que j’y ai croisé.
:copyright:️ DABEILLE





My flesh will feed the demon.
'Til fire sets me free.
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 484
MessageSujet: Re: Hot summer day - FEAT Chris Edison    Hot summer day - FEAT Chris Edison  - Page 3 EmptyJeu 12 Nov 2020 - 17:26
Hot Summer Day.Seattle Beach.
Visiblement mon arme lui avait tapé dans l'oeil. ... Au sens figuré, oui, forcément. Sinon on ne serait pas là à en discuter. Marché conclu, des piles contre une batte. Tu verras, c'est assez instinctif comme geste en fait. Puis tu peux facilement viser la tête ou les genoux selon la circonstance. Et si t'as de la chance et un peu d'élan, tu peux même en choper plusieurs à la fois. Je mimai un ample geste rotatif des bras, comme pour illustrer mon propos, raflant au passage quelques têtes imaginaires de rôdeurs.

On dévia sur nos métiers respectifs, et lui semblait étonné que je puisse encore exercer ma passion. C'est vrai que c'était une chance... Surtout qu'étonnement les intéressés étaient nombreux. Un peu comme si l'apocalypse avait donné à tout ce petit monde l'envie de rattraper le temps perdu, les actes manqués et les "j'ai pas osé" d'antan.

- Moi j'ai une aversion pour la foule. Un peu agoraphobe sur les bords. Ironique quand on sait que j'bosse à la Cage, hein ? Heureusement pour moi, j'étais au-dessus de la masse usuellement, pas en plein milieu. D'ailleurs me souvenir de ma descente dans le fond de la piscine désaffectée suffisait encore à me donner des maux d'estomac. Enfin si tu veux un bain de foule, tu sais où venir maint'nant. En plus mon "salon" de tatouage est à l'étage du bâtiment, donc tu seras pas loin si l'envie te prend de compléter ta collection.

Je le regardai fouiller dans son sac pour en tirer.. Des bas. Ok, nan mais je juge pas, chacun son délire. Mais j'espérais juste qu'il comptait pas me faire un numéro de cabaret avec ça, parce qu'autant j'étais gay, autant j'étais pas attiré par les transsexuels. Et de reprendre comme si de rien n'était, en l'imitant :

- Ben écoute... si tu pars en Californie, ça peut être un bon road-trip. Bon, va t'falloir une grande valise, parce que je risque d'emporter un pote avec moi, c'est lui qui m'a parlé de faire de la plongée. Puis techniquement, c'est moins dangereux que sur la terre ferme, au moins y'a pas de rôdeurs dans l'eau. Oups, erreur d'interprétation, les bas servait en fait aux pièges à poissons ! Je le scrutai un instant, le temps de comprendre.
haaaa..!. Compris. On attend et on croise les doigts. En attendant on a qu'à attaquer le reste. Pain et viande séchée au repas du soir. Me demande pas viande de quoi, tout c'que je sais c'est que c'est pas de la viande humaine, et que ça a plutôt bon goût... du coup ça me suffit à pas jouer les difficiles.

Pendant que je posais le tout entre nous, l'ex-star m'interrogea sur mon parcours, et je haussai les épaules. Ce n'était rien de palpitant :

- Ça commence à dater, maintenant. J'ai rencontré les tenanciers, Bill et Zola, y'a plus d'un an. Ils m'ont engagé comme garde du corps, homme de main, ce genre de jobs quoi. Mercenaire. et de fil en aiguille, on est devenus amis plus qu'associés... Enfin, les deux en soit. Mais du coup quand Zola a découvert la Cage, j'étais déjà avec eux. Et comme il fallait bien quelqu'un pour faire un peu la sécurité.. repousser les rôdeurs attirés par le bruit, avant que la zone soit sécurisée, séparer les spectateurs ivres... J'étais tout indiqué pour le poste, en somme.
Depuis on a renforcé nos liens, créé un groupe bien à nous avec d'autres survivants. Bref, on fait notre vie !

Et toi alors, qu'est-ce que tu fais dans l'coin ?


Le temps de l'écouter et d'échanger, j'engloutissais la première partie de notre repas, allumant en parallèle un petit feu, et m'arrangeant pour qu'il reste le moins visible possible. Autour de nous, il faisait de plus en plus sombre.


:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Corray Haner
Survivor
Corray Haner
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 197
MessageSujet: Re: Hot summer day - FEAT Chris Edison    Hot summer day - FEAT Chris Edison  - Page 3 EmptyVen 27 Nov 2020 - 15:37
Hot summer dayChris & Corray
Mon offre a l’air de lui convenir. Je lui souris, satisfait. Il me décrit ensuite ce geste, me l’illustrant. Au final, ça n’est pas tellement éloigné du geste que je peux faire avec ma machette. Je le regarde, une certaine impatience dans les yeux. Je sais pertinemment que je ne risque pas de le revoir tout de suite, alors je suis un peu déçu de devoir attendre.

Il me confie ensuite ne pas être à l'aise du tout avec la foule. Contrairement à moi. Ironique, sachant que la cage est l'endroit le plus fréquenté dans lequel j’ai pu entrer depuis longtemps.Et il fait une remarque calquée sur ma réflexion dans l’instant. Je grimace en rigolant. Après, s’il est juste un genre de “videur/agent de sécurité”, il doit surement être dans un coin pour surveiller et n’a juste a faire un bain de foule quand il y a un problème. Il ajoute que si j’ai envie d’un peu de public je sais où aller. Mon ventre se tord. Me souvenant des cris et de la jubilation sadique de ces gens. ça m'avait non seulement mis très mal à l'aise, mais également face à une incompréhension amer. Mon arcade explosée me rappelle soudainement sa condition. Je déglutis. Il ajoute que son “salon” est à l'étage. Je n’ai même pas fait attention que le bâtiment était aussi grand. Je lui souris quand il me propose subtilement de passé a l’occasion. Et j’avoue qu’il a piqué ma curiosité.

“Pour ce qui est de la cage, j’ai assez donné. Et ce n'est pas vraiment mon genre de public. Si un jour vous décidez de monter une scène, la, je ne dis pas non ! Je ricane. Et c’est vraiment bien qu’ils t’aient amménagé un espace pour toi. Je viendrais avec plaisir, a l’occasion ! Je lui souris, bienveillant."

Je me penche donc sur mon sac, finissant les pièges, lui expliquant quelques trucs. Il rebondit sur le fait que je lui ai proposé de l'emmener avec moi en Californie. Il me dit que ce n’est pas une mauvaise idée, mais qu’il me faudra une grande valise car il aimerait y aller avec un ami. Je ricane.

Bon, je vous promets pas d’arriver à vous porter tous les deux ! Mais, plus on est de fous et plus on rit. Il comprend peu après l’utilité de ce genre de piège. Résumer ce que je voulais lui expliquer. Je lui fais un clin d'œil surjoué. sous-entendant qu’il a tout compris. Il me propose en même temps d’attaquer la viande qu’il a amenée, me jurant que ce n’est pas de la viande humaine. Je ris. Je te fais confiance alors. De toute façon, je découvre que tu m’as fait bouffer des gens, je n’aurais aucun remord à me découper un steak dans ta cuisse. Je ris de nouveau. C’est faux, bien sûr. Mais ça, il n’a pas besoin de le savoir.”

Je m'intéresse à lui, lui demandant ce qu’il fait dans cet endroit, comment il a atterri ici. Il hausse les épaules, comme si ça n’était pas folichon. M’enfin, être tatoueur dans un endroit où des gens se foutent sur la gueule dans une piscine, ya plus anodin comme anecdote. Mais, je le tais et je l’écoute. Venant m'asseoir à côté de lui, continuant à fumer ma cigarette. Je l’écoute avec attention, ne voulant pas me perdre dans tout ces prenoms nouveaux et ces visages brumeux. Il a l’air de s’en être bien mieux sorti que moi ces dernières années en tout cas. Même ces dernières semaines.. Il me sort de mes pensées me demandant ce que je venais faire par ici. Je prends une grande inspiration, faisant tomber la cendre au bout de ma clope.

Et bien, je suis entré dans un groupe il n’y a pas si longtemps que ça. Il m’ont donné le rôle d’éclaireur. Alors, je sors de temps en temps. Je noue des liens avec les gens, j’expérimente les lieux, je fais du troc et je ramène ce que je peux là- bas.. Et toi ? Tu bosses pas ce soir ?

Il commence à faire un petit feu, histoire qu’on puisse faire cuire ce qu’on a attrapé mais qu’on ne se fasse pas repérer à des kilomètres. Je décide de me lever à mon tour, coinçant ma cigarette entre mes lèvres. J’attrape plusieurs bâtons souples que je commence à tresser pour faire une espèce de grille de fortune.
:copyright:️ DABEILLE





My flesh will feed the demon.
'Til fire sets me free.
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 484
MessageSujet: Re: Hot summer day - FEAT Chris Edison    Hot summer day - FEAT Chris Edison  - Page 3 EmptyMar 1 Déc 2020 - 23:55
Hot Summer Day.Seattle Beach.
Un hasard n'arrive que rarement par hasard... et quand je tombe sur un musicien alors que je tente de monter un groupe de musique, j'appelle ça un petit coup de pouce du karma. Aussi je me jetai sur sa proposition :
Ben écoute... on a plusieurs musiciens ou chanteurs dans le coin, donc monter un groupe de musique est une idée qu'on travaille en ce moment. Si ça se fait, j'te le ferai savoir !

Je ricanai quand il me promis de me transformer en steak si l'origine de ma viande était douteuse.
J'attendrai d'être remis pour aborder l'sujet alors. J'suis pas mauvais pour m'défendre contre ceux qui veulent m'bouffer en général ! Bon, certes, la plupart du temps ceux qui veulent me becter étaient des macchabés en décomposition.. Mais j'avais déjà prouvé que je savais aussi me battre contre mes semblables par le passé. Et sans y laisser ma peau, en prime.

T'as rejoint quel groupe ? Que je sache quoi dire à Kara si je dois te faire passer un message. Pour l'groupe de musique. Kara étant responsable du troc pour le No Man's Land, c'était encore le plus simple et le plus fiable moyen de lui faire passer des infos. La blonde sévère était connue pour sa droiture et son sérieux dans son boulot, donc j'avais aucun doute sur le fait que le message arrive à bon port par émissaire interposé.

A sa question sur mon activité du soir, je haussai les épaules, avec une moue. Ben comme tu vois, je suis pas spécialement en état de faire les gros bras... Je vais éviter d'aller faire la sécu' et finir avec un poumon perforé à cause d'un coup bien senti. D'ici à c'que ce soit re-soudé, je sers pas à grand chose... Et je me refusais à faire le thé pour Bill, j'avais quand même encore un peu d'amour propre ! Du coup je traînais dehors en évitant le reste du groupe...
En général, quand j'suis pas loqueteux, je fais aussi garde du corps pour Bill et Zola, les proprio de la Cage.
Pire bodyguard du monde, Bill s'était déjà fait enlever deux fois, et Zola se faisait régulièrement la malle sans prévenir quiconque. Mais bon, j'allais pas le dire et achever ce qu'il me restait de crédibilité.

Le repas se poursuivant, on finit par aller récupérer nos pièges. Belle surprise à la clef, deux poissons dans son piège.. rien dans le mien, évidemment ! La malchance du débutant, ça n'arrivait qu'à moi.
Ils ne tardèrent pas à trouver place sur la grille improvisée, après avoir été préparés par Corray et moi en continuant à parler musique, tatouage... vie quotidienne. Un repas presque normal, avec une bouteille d'alcool fort qui passait tranquillement d'une main à une autre.
Quand le moment de calme et de partage prit fin, j'étais repu et comblé. La journée mal commencée s'était merveilleusement terminée et j'étais sensiblement de meilleure humeur.
Vint enfin, le moment des aux-revoirs.

Y'a un refuge pas loin d'ici normalement, si tu sais pas où crécher.. Moi j'vais retourner au QG des bastards. Si tu repasses par la Cage, .. Ou pas loin en tout cas, hésite pas à demander à m'voir. Et... Si tu veux qu'on parle tatouage, je suis sur qu'on trouvera un arrangement.
Ma paume s'abattit amicalement sur son épaule et j'échangeai une franche poignée de main avec le chanteur, avant de reprendre la route de l'ORB, un léger sourire aux lèvre.
:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Hot summer day - FEAT Chris Edison    Hot summer day - FEAT Chris Edison  - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Hot summer day - FEAT Chris Edison -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: