The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Run, boy, run... -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary-Abigail Gordon
Reign of Venus
Mary-Abigail Gordon
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 28/06/2020
Messages : 139
Age IRL : 38
MessageSujet: Run, boy, run...   Run, boy, run... EmptySam 8 Aoû - 22:16
Je baille à m’en décrocher la mâchoire alors que je regarde mon skate dans une main et mon paquet de chips dans l’autre, sans trop savoir ce que j’ai envie de faire le plus. Je lève la tête en direction de Zoey et, vu qu’elle a sa tête des mauvais jours, autant dire la même que d’habitude, autant dire que je vais pas lui demander ce qu’elle a envie de faire. Sinon je vais avoir droit à un froncement de sourcils ou, si c’est jour de fête, à un grognement. Des fois, je me demande pourquoi elle traine avec moi. Avant de me rappeler qu’elle doit se le demander tout le temps et qu’au final, c’était plus simple de s’avouer vaincue plutôt que de devoir m’éviter tout le temps.

Je suis pas si chiante que ça quand même… non ?

Je bats des cils, poussant un soupir digne d’une dramaqueen, comme je l’imagine dans les bouquins à l’eau de rose que j’ai piqués à Johanna et je décide de poser le paquet de chips à coté de Zoey. « Tu bouffes pas tout, c’est mes préférés, j’ai galéré à mort pour les trouver. » J’agite l’index, plus pour le principe qu’autre chose, sachant qu’elle m’écoutera pas de toute façon. Je souffle sur une mèche folle, avant de me décider et de faire deux tresses, histoire d’avoir la paix et de visser ma casquette sur le sommet de mon crâne. Pour pas avoir d’insolation, avec ma peau de rousse blanc fluo, parait que ça peut arriver en un claquement de doigts. « Tu sais que je peux prendre feu toi ? » Non, évidemment que non. C’est une figure de style. Enfin, j’ai pas envie de cramer non plus en vrai.

Et je me secoue un peu, laissant tomber le skate au sol alors que j’essaie de me réveiller. J’ai super mal dormi cette nuit et la grasse mat’ de ce matin n’a fait qu’aggraver les choses. J’ai vaguement l’impression d’être entourée d’un nuage cotonneux et que rien ni personne n’arrivera à me faire totalement émerger de cet état presque larvaire. J’ai lu un truc sur les larves, c’était quand déjà ? Hier ? Avant-hier ? Oh, je sais plus. Bref, on s’en fout je crois. Je lève la tête vers Zoey et je souffle, songeuse. « Tu veux que je te raconte ce que j’ai lu sur les larves ? » Là, j’ai quand même droit à un regard interloqué, même qu’elle oublie de me dire non. Heureusement pour elle, j’ai pas envie. Et je commence à chantonner une chanson des spice girls alors que je fais rouler gentiment mon skate au sol, histoire de m’échauffer. C’est Oxana qui me l’a offert. Je sais pas si c’est pour m’inciter à rester, pour me féliciter de pas m’être tirée, ou je sais pas quoi dans le genre. En tout cas, il est cool. Et elle aussi. Même si ouais, je sais que Johanna aime pas trop que je m’attache à elle. Des fois qu’on décide de prendre le large. J’peux comprendre, même si je crois que c’est trop tard pour ça. Et puis elle, elle a tous les garçons qui lui tournent autour et veulent lui offrir monts et merveilles. Je me dis que je devrais en profiter quand même.

Je fais quelques tours autour de Zoey avant de lâcher, comme si on était en train d’avoir une conversation hyper soutenue depuis cinq minutes, ce qui est pas du tout le cas. « Oh, tu sais quoi ? Lucy a dit que j’aurais ptet son ancien télescope si elle s’en trouve un nouveau. Ca te botterait de regarder les étoiles ? C’est carrément cool ! Et… » J’ai pas le temps d’en dire plus que j’entends du bordel venant du motel. Faut dire qu’on est dans la rue juste en face, pas trop loin pour éviter qu’on me fasse un sermon. Je m’arrête et je penche la tête sur le côté, un pied toujours sur le skate, pour voir deux gamins partir en courant depuis l’accueil. Ou un truc du genre. « Ils ont l’air pressés non ? »


We are all lost stars trying to light up the dark...
Revenir en haut Aller en bas  
Zoey Foster
Administratrice
Zoey Foster
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/06/2020
Messages : 148
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Run, boy, run...   Run, boy, run... EmptyDim 9 Aoû - 1:49
Eh oui, effectivement, je me demande souvent pourquoi je traîne avec cette fille ! J'veux dire... Elle est dangereuse ! Autant pour elle-même que pour les autres, d'ailleurs ! J'ai l'impression de multiplier par mille - si ce n'est plus - mes chances de mourir lorsque je suis en sa compagnie. Je me découvre un petit côté masochiste. Parce que ce qui est chiant, avec Mary-Ab', c'est qu'elle est aussi assez attachante. Ça m'irrite mais je commence à bien l'aimer, cette engeance du démon ! Et puis je suis quand même humaine. Et les humaines doivent au moins avoir une personne avec qui tromper l'ennui de temps en temps. Et l'ennui, la rouquine, elle le trompe drôlement bien ! Au final je crois que notre duo est assez équilibré. Elle parle pour deux et moi, je fais preuve de la retenue qu'elle n'a pas. On était peut-être faites pour être amies quand j'y pense... Dans tous les cas je ne peux pas échapper à cette malédiction puisqu'elle me tombe dessus à chaque fois - ou presque - que je mets les pieds dans l'entrepôt. Faut faire avec. Mais oui, d'accord, je mentirais en disant que sa présence m'est aussi insupportable qu'autrefois ! Mary-Ab' est devenue ma copine spéciale ! Celle qu'on assume pas totalement mais avec laquelle on aime quand même passer un peu de temps. Mais juste un peu ! Faut pas abuser, eh ! Et puis à chaque jour suffit sa peine...

Je regarde les chips qu'elle dépose à côté de moi et relève un regard surpris dans sa direction. Qu'est-ce qu'elle vient de dire ? Parfois j'arrive à décrocher un peu et à ne plus vraiment écouter ce qu'elle me dit. J'assimile sa voix à un bruit de fond un peu dérangeant auquel je n'accorde plus vraiment d'attention. Il me semble qu'elle veut que je ne bouffe pas tout son paquet. Et pourquoi pas ? Si elle craint pour son stock, elle n'a qu'à pas le déposer à côté de moi ! « C'est pas faux ! » J'aime bien lui sortir cette phrase. Elle convient à toutes les situations ou presque et lui donne l'impression que je suis attentive à ses propos. N'empêche que ses chips, je les bouffe. J'vais pas me gêner ! Et si ça l'embête alors la prochaine fois elle les déposera hors de ma portée... Je savoure le goût des chips, donc, tandis que je la regarde faire ses tresses. Elle me dit qu'elle peut prendre feu. Si seulement... « Mmh mmh ! » Oui, j'ai pris l'habitude d'approuver ses bêtises. Ça la conforte dans le fait qu'elle n'a pas besoin de me convaincre et, parfois, ça l'empêche d'argumenter trop longuement. Je commence à connaître l'animal et les techniques qui me permettent d'avoir une paix relative en sa présence. C'est une affaire de savant dosage entre l'abnégation et le stoïcisme. J'en ai chié pour obtenir le secret de la tranquillité ! J'vous prie d'le croire ! Mais il faut aussi apprendre à se montrer ferme ! Surtout lorsqu'elle vous propose de parler d'un sujet sans intérêt ! « Hein ? Non ! Rien à foutre des larves ! » que je marmonne. L'avantage de l'apocalypse c'est qu'on a plus besoin d'aller à l'école. Alors non, vraiment, je ne vais pas m'infliger une leçon de biologie made in Mary-Ab'... Je ne suis pas suicidaire !

Mais comme d'habitude elle ne semble pas tenir compte de ma réponse. Fort heureusement elle préfère plutôt se lancer dans un nouveau tour de skate. Je l'observe avec prudence me tourner autours. Non parce que si elle me tombe dessus, elle risque de m'entraîner dans sa chute et moi, de me péter un truc. Donc je me retrouve avec une espèce de mouche géante qui me tourne autours en chantant une chanson des spice girls. Si je ne suis pas en enfer, je n'en suis manifestement pas très loin non plus...  Mais en fait, Mary-Ab', ce serait plutôt une sauterelle qui saute du coq à l'âne avec une facilité déconcertante. Et après les larves, on passe donc aux étoiles. « R'garder les étoiles ? Pourquoi faire ? » Ce ne sont que des petites billes brillantes à des milliards de kilomètres. Et puis je crois savoir qu'il se ne passe pas grand chose à leur surface ? Mes préoccupations sont bien plus terre à terre, axée sur le pratique. Je m'émerveillerai du reste de l'univers lorsque le monde sera redevenu accueillant ! Chaque chose en son temps ! Et pour l'instant, ce qui recueille mon attention, c'est le bruit qui s'élève du bordel. Je ne crois pas que ce soit des cris sexuels, ça ! Deux gamins apparaissent dans mon champ de vision et soulèvent l'intérêt de la rouquine. Y'en a qui est plutôt mignon pour un mec, en plus ! « Hein ? » Qu'est-ce qu'elle vient de me dire, la dopée ? « Heu... Bah ouais, ils ont l'air pressés ! » Ça, ça semble assez évident ! Ils ont fait une connerie ? Je sais déjà que la centrale nucléaire va vouloir les suivre. Alors je me lève - non sans prendre une grande poignée de chips - et me prépare à la suite des événements. Ça sert à rien de lutter ! En fait plus le temps passe et plus je me dis qu'il faudrait que je tienne Mary-Ab' en laisse. Parce qu'elle part au galop, des fois ! Tout le temps, en fait...


Maybe, maybe not, maybe fuck yourself
Revenir en haut Aller en bas  
Ruben West
Administratrice
Ruben West
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 2102
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Run, boy, run...   Run, boy, run... EmptyLun 10 Aoû - 12:59
Avec Joachim, on s’est dit en un regard « à trois, on court ». Y’a pas eu besoin de mots pour ça, qu’importe qu’on vienne de se faire une toilette et donc qu’on soit plus ou moins propre. En tout cas, propre comparé à quelques heures avant, c’est carrément le cas. Mais pour le reste, je sais pas trop à quel moment ça a tourné comme ça en eau de boudin. Le truc c’est que maintenant, on se retrouve a apprécier la silhouette d’une fille qui a retiré sa petite robe pour… Je sais pas trop pour quoi, et du coup, à plus savoir quoi faire. C’est presque tétanisé qu’on a fini par se dire que c’était un piège, ou un truc du genre.

Pourtant, Ellie avait l’air vraiment grave sympa, comme Oxana quand elle nous a montré les lavabos où on pourrait se laver un peu avant de « passer aux choses sérieuses » qu’elle disait. L’aurait fallu qu’on définisse les soi-disant choses sérieuses avant de rentrer dans ce motel, dans cette chambre et dans ce « boudoir ». Je suis désolé mais chez moi, un boudoir, c’est un gâteau. Et là, il était pas question du tout de prendre le thé ! Est-ce que pour autant, y’a besoin de réagir aussi extrêmement ?

EVIDEMMENT QUE OUI !

Difficile de pas comprendre dans le regard désespéré de Joachim qu’il perd complètement ses moyens – et qu’il a un peu peur aussi. Alors, le trois arrive rapidement et quand il sonne, il a à peine le temps d’attraper son sac, moi mes chaussures et une partie de mes affaires, en laissant derrière moi des trucs dont j’ai même pas idées. On s’en fiche : c’est notre peau qu’il faut sauver, avant qu’elles vendent nos organes ou qu’elle prenne la virginité de Joachim au passage. On enfonce la porte, on fonce tout droit, vers la sortie, sans attendre.

J’enfile une chaussure au pas de course, une autre dans la foulée comme je peux. Me prends les pieds dans mes lacets, me vautre en avant, me relève dans la foulée en tentant de talonner Joachim quand on traverse la cour comme jamais. Au bout ? Deux gamines qui sont probablement perdues, ou qui sont les prochaines sur la liste ! Et c’est encore pire !

Courrez ! que je leur hurle au passage : C’est un piège !

Ou un truc du genre, je sais pas. C’est la rousse que j’avise rapidement avant de la chopper par le bras pour la tirer sur son skate : elle va pas assez vite à mon goût, je profite de pas avoir mon sac à dos avec moi pour la foutre sur mon épaule et lui prendre son skate d’un geste habile du pied.

COURS ! que je hurle à l’autre en lui choppant la main pour qu’elle reste pas plantée comme une gourde au milieu du passage.

Je suis sûr que je viens de leur sauver la vie aussi, mais on est pas encore au bout… Il faut qu’on se planque maintenant !





The hate you give
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Joachim Greene
Joachim Greene
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 28/06/2020
Messages : 393
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Run, boy, run...   Run, boy, run... EmptyLun 10 Aoû - 21:04
On pouvait m’expliquer ce qui s’était passé exactement pour qu’on se retrouve dans une situation pareille ? J’avais raté une information du style capitale non ? J’échangeai un regard interdit avec Ruben. En tout cas, ce n’était pas du tout ce que je m’étais imaginé. Ou pas comme ça ! Ou pas maintenant ! Ou peut-être que si, mais en étant persuadé que ça ne se produirait jamais ! J’avais déjà du mal à me remettre qu’elle était en robe, alors sans sa robe ?! Je ne savais clairement pas comment réagir, le cœur battant à tout rompre. Je suppliai presque Ruben du regard de me le dire, sur ce coup-là. J’étais tellement gêné que je n’arrivais plus du tout à fixer Ellie. Il faisait au moins cent degrés de plus dans cette pièce.

Sauf que… Ruben décida de prendre ses jambes à son cou. Hein ? Quoi ? C’était ce qui était convenu, là ? J’avais raté le compte à rebours ! « Att… » Mais qu’il m’attende au moins ! Il n’allait pas me laisser tout seul ici au moins ? Je manquai de me vautrer en sautant du canapé pour récupérer mon sac avant de me ruer vers la porte de sortie. Je talonnai le basketteur de peu, comme si des ailes venaient de me pousser dans le dos. Une fois à l’extérieur, je respirais à peine mieux. Je ralentis ma course en écarquillant les yeux à surprendre deux gamines tranquillement à faire du skate et manger des chips, juste devant le bâtiment… Elles savaient où elles étaient ou… ? Pas vraiment le temps d’en discuter !

Je ne pensais qu’à courir au plus loin. Ruben, lui, songea à en attraper une avant de traîner l’autre par la main. Je le dépassai sans mal pour tourner à la ruelle suivante. Il nous fallait absolument un endroit où se planquer ! Je regardai partout à la ronde, dans l’empressement. L’évidence se révéla devant nous. Comme un signe du destin, une enseigne pointait un bâtiment d’une flèche avec écrit Last Chance. « Là ! Vite ! » C’était forcément là qu’il fallait se rendre !

J’entrai en premier le cœur battant, en faisant signe à Ruben de me rejoindre. Je refermai la porte à moitié défoncée derrière lui avant de me planquer contre le mur pour reprendre mon souffle. « Tu crois qu’on nous a suivi ? » Si c’était un piège… Et puis, il y avait ces deux gamines qui avaient à peu près le même âge que moi. Elles étaient devant l’hôtel, elles aussi, comme de par hasard ! Ils faisaient quoi là-dedans ? Du trafic de gosses ? J’avais bien fait de suivre Ruben sans me poser plus de question.

Je me rapprochai des deux, les mains devant moi en un signe apaisant. « Ca va aller maintenant. C’est fini. Personne ne vous fera de mal, d’accord ? »


« On peut seulement attendre du cheval le même degré de sensibilité qu'on lui montre,
le même degré de concentration qu'on lui offre.
Le travail avec le cheval commence par là, par nous-même. »
Revenir en haut Aller en bas  
Mary-Abigail Gordon
Reign of Venus
Mary-Abigail Gordon
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 28/06/2020
Messages : 139
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Run, boy, run...   Run, boy, run... EmptyMar 11 Aoû - 19:04
J’vous le dis moi, on aurait pu rester comme ça toute la journée. Enfin, surtout moi. Je parie qu’à un moment, je me serais retournée et Zoey en aurait profité pour se tirer, mais je peux pas vraiment lui en vouloir. Déjà, elle tient plus longtemps que les premiers jours, c’est cool ça. Et puis, je peux encore l’appâter avec la bouffe que j’ai dans mon sac à dos. Lui, il reste sur mon dos, je lui fais pas confiance pour pas fouiner dedans sans que je le vois. Et je me rends compte qu’elle commence vraiment à me répondre quand je lui parle. Okay, c’est deux mots quand j’en dis 150, mais on va pas s’arrêter à des détails !

… bref, j’en étais où ? Ouais, on passe un moment cool quoi. Du skate, des discussions de filles… enfin, je suppose que ça doit être ça, j’ai jamais vraiment su ce que c’était. Faudrait que je demande à Johanna si parler de larves c’est un truc de filles ou pas. Sauf que ça se passe pas exactement comme je pensais. Je me frotte le nez, alors que je les regarde se rapprocher vachement vite. « Tu crois qu’ils ont fait une connerie au motel ? » Je sursaute quand le plus grand des deux tombe et je glousse sans pouvoir m’en empêcher. Avant de battre des cils quand je l’entends crier un truc.

Et j’ai pas le temps de piger ce qui m’arrive, je peux juste lâcher un « quoi ? » que je me retrouve embarquée. Comme. Un. Sac. A. Patates. A PATATES OUI. PARFAITEMENT. En plus, il m’a piqué mon skate ! Je commence à crier, à m’agiter et à taper avec mes petits poings dans son dos, sans que ça serve à quoi que ce soit évidemment. Et quand je vois qu’il a décidé de nous éloigner du motel, je la ferme, même si je continue de le frapper. Parce que je suis pas si suicidaire que ça, j’ai pas envie d’attirer des mordeurs. Je suis presque rassurée de voir qu’il tire aussi Zoey par la main sans lui demander son avis. Presque. Faut pas déconner quoi.

Je plisse des yeux quand je vois qu’on se retrouve à l’intérieur et que le grand type me lâche. Je titube en essayant de me remettre sur mes pieds tant bien que mal et j’écarquille les yeux quand le petit brun s’approche de nous. « QUOI ? Mais de QUOI tu parles ? Qu’est ce qui est fini ? » Et je me tourne, le poing fermé, comme me l’a appris Amalia, frappant en direction du grand. J’ai le temps de croiser son regard et, vu que je sais pas encore bien doser, de le frapper dans l’estomac, laissant filer un petit cri douleur. « … ça fait TOUJOURS aussi mal ce truc ! » Et je le pointe du doigt, de l’autre main parce que j’ai trop mal au poing, en parlant à toute vitesse. « Plus jamais tu me portes comme ça toi ! Pour qui tu prends ?! Et vous êtes qui vous deux sérieux ? » C’est que là que je me rends compte qu’ils sont vraiment pas vieux, à peine plus que moi on dirait. Et qu’ils ont l’air… en panique ? Genre pour de vrai. Sans que j’arrive à piger pourquoi.


We are all lost stars trying to light up the dark...
Revenir en haut Aller en bas  
Zoey Foster
Administratrice
Zoey Foster
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/06/2020
Messages : 148
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Run, boy, run...   Run, boy, run... EmptyMer 12 Aoû - 1:20
Si je crois qu'ils ont fait une connerie au motel ? Ah ben sûrement, ouais ! En général on se met à courir de cette façon lorsque l'on a quelque chose à se reprocher. Je ne crois pas que ce soit le simple désir de faire du sport qui les pousse à s'enfuir comme ça de l'antre des prostituées. Mais je n'en suis pas sûre. Et il paraît qu'il faut réserver son jugement tant qu'on a pas de preuves formelles contre une personne. Alors je hausse les épaules, pour marquer à la fois mon désintérêt et aussi parce que je ne sais pas vraiment si ça vaut la peine de répondre quelque chose. Ils ont qu'à être des criminels, ces garçons, si c'est le plan de carrière qu'ils ont choisi. Et contrairement à Mary'Ab', je me fous complètement du motel. Par contre je suis bien forcée de réagir lorsque le garçon africain me dit qu'il va falloir que je cours. Mais... Non ?! J'ai rien fait, moi ! J'ai pas envie de devenir leur complice. Par contre quand la rouquine se fait embarquer comme un sac à patates sur l'épaule du plus grand des deux, je comprends que je suis en train d'assister à un enlèvement. Et quelque part, au fond de moi, je me sens un brin soulagée : ils vont la garder ? Je suppose que je devrais réagir ou dire quelque chose mais après tout ce n'est pas moi qui suis en tarin de me faire kidnapper... Ah ben en fait si ! Une main se referme sur la mienne et m'emporte comme un simple fétu de paille ! « Eh ! » Ben oui, je proteste ! C'est normal ! « Oh !! » On dirait qu'il m'entend pas ou alors qu'il s'en fout. Et moi, vu que je suis une naine toute frêle et bien je suis obligée de suivre le mouvement jusque dans un bâtiment proche.

J'ai sauvé les chips ! C'est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup ! Alors oui, c'est sûrement un peu débile de se focaliser là-dessus alors qu'on vient de se faire enlever par des criminels mais franchement, là, tout de suite, ça me procure un certain réconfort. Ces garçons disent qu'ils nous veulent pas de mal mais dans le doute il vaut mieux finir le paquet avant qu'ils réclament leur dû. En plus ils ne le méritent pas alors bon... Donc ouais, voilà, je m'empiffre en regardant Mary-Ab' prendre les choses en main et cogner l'un des garçons. Bien joué ! Sauf que je ne sais pas vraiment qui a eu le plus mal. En tout cas j'admire ça, chez la rouquine : cette faculté à faire des trucs débiles avec fierté. Au moins elle assume. Et ça, c'est cool ! Quoi qu'il en soit je me sens solidaire de ma copine spéciale et je décide de lui venir en aide. Je m'approche du plus jeune des deux garçons, le regarde en me frottant les mains pour chasser le gras des chips - c'est assez désagréable ! - puis lui décoche un coup de pied dans le tibia. « Voilà ! » Ouais, voilà ! Ça montre bien que je ne suis pas contente mais aussi que je n'ai pas hyper envie de me battre avec des garçons qui pourraient sûrement me faire voltiger à travers la pièce. Je me contente donc de marquer le coup avant de commencer à explorer les lieux. Parce qu'ils sont chiants, ces deux gars ! Mais si ça se trouve il y a des rôdeurs aussi ici ! Y'a des priorités, dans la vie !


Maybe, maybe not, maybe fuck yourself
Revenir en haut Aller en bas  
Ruben West
Administratrice
Ruben West
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 2102
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Run, boy, run...   Run, boy, run... EmptyMer 12 Aoû - 10:30
C’est bon ? Elle nous a pas suivi ?! que je souffle à Joachim en reposant la rouquine au sol.

Je porte sur lui un regard inquiet. On est tous là, mais à quel prix ? Et surtout, si on nous a collé aux fesses, qu’est-ce qu’on va faire ? J’ai une sueur froide qui me remonte l’échine, comme si j’étais encore traqué. Tentant de reprendre mon air, je regarde rapidement autour de moi avant que râleuse numéro un vienne me coller une patate dans le ventre, gratuitement comme ça !

Aie ! que je lâche sous le choc, me pliant en deux. Moi qui voulais respirer encore un peu voilà qu’à nouveau, je manque d’air. C’est à peine si je m’effondre pas au sol directement. Je vois un peu des étoiles j’avoue, c’est pas très rassurant. Et c’est d’une voix horrifiée et éteinte que je lui demande, outré : Mais pourquoi tu m’as frappé ?!

C’est ça qu’on récolte en faisant de bonnes actions ? Je suis encore plié en deux, et j’essaie de respirer normalement. Les mains sur les genoux, je reprends doucement mon air avant de lever un regard furieux vers la rouquine. Elle est vachement ingrate celle-là ! Franchement, si c’est ça qu’on gagne à aider les gens, je crois que je préfère encore les laisser se démerder. Ou alors c’est peut-être parce que c’est une fille, qu’elle veut se donner un genre, comme si le fait d’avoir un caractère de merde était vraiment séduisant !

Vous pourriez au moins dire merci, non ? que je leur dis après que l’autre ait planté un coup de pied dans le tibia de Joachim.

Ça aussi, c’est gratuit ! Je jette un regard à mon ami, c’est quand même un comble ! Plus jamais ça hein. Les motels, c’est fini, les filles aussi, et surtout, la gentillesse, on nous y reprendra plus. Mais on a pas vraiment le temps d’en parler qu’un bruit au fond du magasin nous interrompt dans notre « discussion » pas vraiment tranquille. Je me fige, me redresse et remarque alors qu’on a pas vérifié avant d’entrer :

Shhht, que je leur souffle en tentant d’attraper mon arme. Et c’est là que je remarque que… Je l’ai plus ! J’ai… J’ai laissé mon sac au motel ! que j’annonce à Joachim avec un regard terrifié : C’est mort, j’y retourne pas ! c’est ferme et définitif : plus jamais ça.

Mais bon, tant pis. Il me suffit de prendre le skate de la fille, c’est pratique pour rouler, mais pour s’occuper des autres aussi. Alors, rôdeur ou qu’importe ce que c’est, je m’en occupe avec Joachim qui m’accompagne.





The hate you give
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Run, boy, run...   Run, boy, run... Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Run, boy, run... -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: