The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -38%
Lot de 3 Tasses Empilables en Céramique – ...
Voir le deal
10.49 €

Partagez
- Papy fait de la résistance ! -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lisandro Sedillo
Survivor
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 876
MessageSujet: Re: Papy fait de la résistance !   Papy fait de la résistance ! - Page 2 EmptyMer 21 Oct 2020 - 18:58
« Eh ben ça vole bas ! J’aime ! » Dit-il, avec un sourire quand elle l’attaque sur ce physique qu’il ne parvenait pas à regarder il y a quelques semaines de ça. Cela restait encore difficile certains jours, mais l’autodérision avait toujours été sa meilleure arme n’est-ce pas ? Sa meilleure fuite aussi. Cette fois-ci pourtant, il l’utilisait pour se rassurer, et rassurer son amie sur des paroles qui pourraient être déplacées si prononcées pour de mauvaises raisons. Teresa ne lui nuisait pas, elle essayait simplement de le motiver, et de le dédramatiser aussi, comme depuis le premier jour.

C’était compliqué, à force, de se battre contre quelqu’un qui nous connaissait si bien. Déjà avant son amputation, ils s’entrainaient ensemble. Depuis, il y avait l’accident, et Teresa s’était trouvée un nouveau professeur qui lui avait appris en rapidité et méthode d’attaque. Si elle manquait encore d’endurance, elle n’en restait pas moins efficace et redoutable. Lisandro s’économisait peut-être plus, mais son équilibre n’était pas encore au point, ni sa précision d’ailleurs. Il se perdait en mouvement plus gauches, trop grands, trop brusque aussi, là où un peu plus de finesse lui aurait permis de toucher sa cible. Mais c’est le cardio de Teresa qui lui fait défaut, et quand il voit la fatigue pointer le bout de son nez, l’homme en profite évidemment. Et la voilà le cul par terre, mais le sourire aux lèvres.

« J’fais c’que j’peux… Je n’vais pas me contenter d’rester un handicapé toute ma vie ! » Dit-il, en lui tendant la main pour l’aider à se relever. Si elle pensa à saisir sa chance de lui rendre son mauvais tour, elle le garda pour elle, se contentant de se redresser avec énergie, en se remettant en garde. Le chilien sourit, il s’amusait beaucoup. Loin de son esprit, les pensées sombres et chronophages. Une jambe un peu reculée, il se remet en garde avant de lui répondre sur son entraineur perso’. « Frederik, il avait déjà commencé quand on est parti en avril… On a continué depuis mon retour. » Il y avait aussi Jonah, parfois. Mais avec tout ce qui s’était passé, le chilien évitait de trop trainer avec le routier – il en subissait suffisamment les conséquences comme ça. Mais, pas le temps de tergiverser plus longtemps, la cubaine lança le premier coup d’envoi, le prenant de court dans sa réflexion et laissant une ouverture grosse comme le monde pour qu’elle vienne le toucher au niveau des côtes, comme un serpent. Ne relâche pas ta garde, Lis’.

Rapidement, le chilien comprit que la brune avait changé de tactique. Elle n’esquivait plus, du moins, pas seulement. Elle cherchait la faille pour contre-attaquer. Si Lisandro cru pouvoir l’avoir à l’usure, comme la première fois, en parant inlassablement ses coups, il se trompait gravement. Elle lui fit croire à une ouverture, mais pour mieux se saisir de son poing, se rapprocher de lui pour un crochetage en bonne et due forme qui les fit tomber à terre tous les deux, mais avec Teresa au-dessus, le maintenant au sol. Son doux rire s’éleva au-dessus de lui, alors qu’il mettait quelques secondes à comprendre ce qu’il s’était passé. A son tour de rire avec elle et de se redresser sur son coude pour la regarder.

Elle se relève bien avant lui, qui prend le temps un peu. Surtout à cause de la proposition qu’elle lui fait pour la suite. Il ricane un peu, se lançant dans un humour qu’elle était bien la seule à ne pas juger, ni critiquer. « Un gage hein ? Ça me va, t’as quoi en tête ? Parce que je te préviens que les stripteases, j’ai eu ma dose, et j’me déhanche pas très bien pour ma part. » Sur ces paroles légères, il se redresse et se remet en garde. « Après, gagnant ou perdant, on va se prendre un verre compris ? » Il n'attend pas la réponse, plus traite il s'élance, attrape son bras et la ramène contre lui en la faisant pivoter. C'était un peu par surprise, c'est vrai. Pas très fair play. Son bras vient enserrer sa taille pour la plaquer contre lui, tandis qu'il pose son bras mécanique à quelques centimètres de sa gorge. Avec une prise comme ça, un jour, il pourrait faire de sérieux dégâts. Non ?




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Teresa Guevera
Survivor
Teresa Guevera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 427
MessageSujet: Re: Papy fait de la résistance !   Papy fait de la résistance ! - Page 2 EmptyMar 27 Oct 2020 - 13:05
Elrik avait été un bon entraineur, à tous points de vue. Il s'était assuré que la cubaine se nourrisse suffisamment en fonction des efforts qu'elle devait fournir, quotidiennement. Chaque matin, elle courait avec lui, et apprenait, ou ré-apprenait à se battre.
Son corps avait été une carcasse vide et malade durant plus d'une année, alimentée sporadiquement, gavée de toutes les drogues et tous les alcools qu'elle avait pu dégoter pour tenter de trouver l'oubli et un semblant d'apaisement. Les seuls moments où elle parvenait à se pardonner se résumaient alors aux semi-comas éthyliques qu'elle enchainait entre deux shoots d'une quelconque drogue.

Quand Lis' avait perdu son bras, lui et l'hispanique s'étaient durement accrochés. parce qu'il l'avait rejetée comme il avait rejeté tous ses proches à ce moment-là. Et que contrairement à d'autre, elle n'avait pas laissé passer les choses sans rien dire. Ses réponses avaient été tout aussi claquantes et percutantes, preuve malgré les apparences qu'elle tenait infiniment à lui.
Pourtant, quelque chose la chiffonnait un peu, encore, parfois. Elle avait perdu son fils, et quand le chilien lui avait tendu la main, elle s'y était accrochée avec l'énergie du désespoir. Alors que lui, qui n'avait "que" perdu son bras, l'avait repoussée quand elle avait voulu se faire présente pour lui. Elle avait bien entendu conscience de tout ce que cela impliquait pour lui : ses remises en question sur sa place, son utilité, sa possibilité de défendre les siens, etc. Mais malgré ça; elle n'arrivait pas à s'ôter de la tête, ou plutôt du cœur, un vague relent de rancœur envers celui qu'elle considérait comme son frère.

Peut-être était-ce pour ça que ses coups portaient aussi sèchement, par moment, bien involontairement ceci dit. Et d'une ouverture qu'il lui offrit, elle profita pour atteindre ses côtes du talon de la paume avant de rapidement monter sa garde. Lisandro ne s'était pas trompé : elle avait changé de tactique. Elle devait attaquer, harceler, titiller sans lui laisser le temps de l'avoir à l'usure.

- On est pas défini par ça. Moi mon handicap, c'est d'être une nana, et d'être cubaine par la même occasion. Et mon trauma, c'est d'avoir perdu mon fils. Mais ça m'définit pas, parce que j'refuse que ça m'définisse. Elle vint taper assez vivement dans la garde de son ami, juste pour le faire réagir à ses mots, sans chercher à le toucher réellement. Alors je suis bien contente de t'entendre dire ça, hm ?

Enchainement de mouvements, petite botte secrète spéciale Teresa et le croque-mort se retrouva plaqué au sol, surplombée par une brune haletante.
Pas de doute, si un quidam passait par ici, à les voir rire dans cette position, ça n'allait pas arranger les affaires de Lisandro. Elle se redressa d'un petit bond, s'étirant au passage en proposant de pimenter le tout d'un gage. La réponse de son frère de cœur lui arracha un éclat de rire.
- Mierda... même pas un petit mister t-shirt mouillé ? Quelle affreuuuuse déception! Le ton était évidemment taquin, avant qu'elle ne reprenne. Evidemment qu'on se prend un verre après que tu aies pris ta raclée... quelle question.

Très occupée par ses moqueries, elle ne vit pas venir le coup suivant. Attirée par le combattant, elle se retrouva plaquée contre lui, retenue d'une main alors que l'autre, mécanique, venait se poser contre sa gorge. Bien joué. Là il n'était plus question d'échanger des coups, il avait enchainé les mouvements pour la bloquer, et aurait pu la tuer sans mal. Elle leva les mains en signe de reddition. J'me rends... mais c'est la dernière fois que j'la joue fair-play avec toi !

L'entrainement se poursuivit de longues minutes encore, chacun prenant l'ascendant sur l'autre à tour de rôle. Jusqu'à ce que la jeune femme, tombant une énième fois au sol, n'y reste couchée, souffle court.
Ok... on a atteint mes limites d'endurance, là. J'en peux plus ! J'sais toujours pas ce qu'on a parié mais pour cette fois t'as gagné... et j'irai féliciter Frederik pour ça, Dios mio.

En se redressant, Tesa vint enserrer son 'hermano' entre ses bras, signant la fin de l'entrainement, qui avait duré plus longtemps qu'elle ne l'avait imaginé puisque le soleil était déjà haut dans le ciel.
On va prendre un verre, alors ? et j'propose d'aller manger dans la foulée, j'ai la dalle.. C'est donc vers les cuisines qu'ils se dirigèrent, récupérant sur place un en-cas et un verre d'alcool. A peine installés, la brune leva son verre pour trinquer.

- A ta victoire !

La cubaine but une gorgée et tritura un instant son verre, pensive.
Tu sais. J'crois que j'ai été un peu en colère contre toi, à ta façon de réagir à tout ça. Egoïstement. J'veux dire... J'ai tout perdu avant de t'rencontrer, et toi, tu n'avais perdu "que" ton bras. Alors j'ai trouvé injuste que tu réagisses comme ça. C'était idiot, je sais.





"Mais j'ai pas oublié tes yeux,
Du temps où tu rêvais encore.
Les coups de pieds au cul de Dieu,
Les coups de gueule au nez de la Mort,
Et les clins d’œil à la Folie, si jolie."



 

•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Survivor
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 876
MessageSujet: Re: Papy fait de la résistance !   Papy fait de la résistance ! - Page 2 EmptyLun 9 Nov 2020 - 14:37
Lisandro avait encore du mal avec sa nouvelle condition. Il donnait le change, bien sûr. Après tout ce qu’il avait traversé – et fait traverser aux autres – il avait encore du mal à s’accepter pleinement. C’était sans doute pour ça qu’il se donnait les moyens d’être à la hauteur, de repousser ses limites pour se prouver à lui-même qu’il n’était pas que ça, qu’il pouvait encore se défendre seul, et défendre les siens. Cela mettrait encore du temps pour que ses doutes se dissipent, tout comme il lui faudrait encore du temps avant de ne plus ressentir cette douleur qui le prenait encore parfois, à sa main droite. La douleur du membre fantôme, c’était souvent indescriptible, impossible à expliquer. Pourtant elle survenait certains jours, quand l’esprit un peu vide, un peu seul, se torturait lui-même. Comme si la dépression qu’il avait traversée ou l’amputation même, n’était pas suffisant. Face à Teresa, le chilien donnait tout ce qu’il avait. Autant pour se prouver à lui-même – et à elle – qu’il était encore là, bien vivant, et qu’il ne lâchait rien.

Alors, quand elle aussi s’exprima sur sa condition, sur le fait qu’ils étaient les seuls à définir leurs propres limites, il eut un petit sourire. « Amen. » Et la danse reprit. Quelques coups s’échangeaient, s’évitaient aussi. Il pouvait remarquer, au fur et à mesure que leur entrainement avançait, la hargne dont faisait preuve son amie. Le dernier coup qu’il se prit au niveau des flancs par exemple, risquait de lui laisser un vilain bleu. Il se rendait compte que certains de ses gestes dépassaient le stade de l’entrainement amical, mais il ne comprenait pas encore tout à fait pourquoi. Mais le chilien savait encaisser, il l’avait mille fois prouvé déjà. Leurs échanges restaient pourtant bon enfants. Il a même un petit rictus quand elle lui montra sa déception pour le t-shirt mouillé. « T’es pas prête pour ça, Querida ! » Ils s’étaient écartés l’un de l’autre, prenant quelques secondes pour reprendre leur souffle, avant d’enchainer cette fois, pour de bon. « Allez viens, j’suis prêt. » Dit-il, le souffle court mais le sourire aux lèvres.

L’entrainement reprit, encore pour de longues minutes où chacun exploitait les failles de l’autre pour toucher au but. Ils avaient beaucoup progressés tous les deux, mine de rien. Il commençait lui-même à faiblir quand elle sonna l’heure de la fin de leur combat. « J’suis contente de te l’entendre dire… J’crois que j’ai un point de côté. » Dit-il, en se tenant en effet le flanc alors qu’une pointe semblait lui percer l’abdomen. Il la regarde, avec beaucoup d’admiration et de fierté aussi. « Tu m’as donné du fils à retordre… Tu es forte. » Dit-il, entre deux souffles. « Elle est loin maintenant, la Teresa que j’ai rencontrée. » Dit-il, avec une tendre sincérité. Elle s’avança pour le prendre dans ses bras, et il se permit d’embrasser le sommet de son crâne, juste avant de s’écarter.

Quand elle parla de nourriture, il ne se fit pas longtemps prier et lui emboita le pas, non sans un grand sourire. « J’te suis, j’me demande bien c’qu’on pourra piquer en cuisine. Je rêve d’un bon chili maison putain… » Les plats du pays lui manquaient, mais il était loin de pouvoir cuisiner comme l’aurait fait sa mère au Chili. Arrivés dans la cafétéria, ils se servirent dans ce que les cuisines leur permirent de manger et s’assirent ensemble à une table. Ils levèrent leur verre ensemble, pour trinquer à leur entrainement. « Y en la tuya, Teresa ! »

Ils prirent le temps de goûter l’alcool et de satisfaire cette faim soudain dévorante, avant que Teresa ne brise la quiétude de leur repas. Il l’écouta attentivement, le nez dans son assiette alors qu’il comprenait où elle voulait en venir. « Je comprends. » Il comprenait mieux en effet, pourquoi quelques minutes plus tôt, il avait trouvé que certains de ses coups portés étaient aussi secs. « C’est clair que ce que j’ai perdu n’est rien en comparaison mais… Il ne s’agit pas d’un concours, je pense. » Dit-il, avec douceur. Il comprenait en partie ce que Teresa avait perdu. Eli avait disparu depuis presqu’un an, et ne pas savoir avait laissé une grande insécurité, un grand vide dans son cœur. Un vide dont il ne parlait pas, ou très peu. Il était encore loin alors, de se douter du retour du fils prodigue dans quelques semaines à peine. « Tu sais, ça fait quelques mois déjà qu’on a perdu la trace d’Eli… Je… Perdre ce bras c’était… De trop. » C’est vrai, ça l’était. Pour lui, c’était… c’était la fin de son monde, tel qu’il s’était convaincu d’avoir. Cela ne justifiait pas tout, au contraire. Il comprenait parfaitement cette rancune que Teresa nourrissait à son égard. La douleur l’avait rendu profondément égoïste, aveugle à toutes les mains tendues vers lui. Il décide alors de relever la tête, avec humilité et une pointe de honte aussi, qu’il n’arrivait pas à dissimuler. Il avait encore énormément de choses à se faire pardonner, et à se pardonner lui-même. « Ce que je veux dire, c’est que… J’étais complètement aveugle à tout ce qui n’était pas moi, tout ce qui n’était pas ce bras que j’ai perdu. C’est difficile. Encore aujourd’hui. J’pense que j’suis encore loin d’être sorti de… tout ça. » Dit-il, sur le ton de la confidence.

De sa main encore valide, il allait trouver la sienne pour la presser entre ses doigts. Le geste n’avait rien de romantique, il était là pour réconforter – se réconforter aussi. « Mais je… Je suis désolé. Encore une fois. » Il ne savait pas encore combien de fois il devrait le répéter, mais il le ferait aussi longtemps que ce serait nécessaire, parce qu’il le pensait réellement. « Sans toi, avec moi là-bas, je n’aurai pas été capable de revenir. » Il n’y avait pas plus vrai que cette vérité-là. « Toi aussi, tu m’as sauvé ce jour-là »




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Teresa Guevera
Survivor
Teresa Guevera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 427
MessageSujet: Re: Papy fait de la résistance !   Papy fait de la résistance ! - Page 2 EmptyVen 20 Nov 2020 - 21:53
Assis tous les deux dans le réfectoire-cuisine, Teresa et Lisandro reprenaient quelques force, et autant dire qu'ils s'étaient dépensés durant leur entrainement mutuel. Il n'y avait guère de secret ou de cachotterie entre eux, aussi après un instant, elle finit par avouer ce qu'elle avait sur le coeur à son ami.

- Non.. t'as raison, c'est pas un concours. Mais tu sais que ce qu'on ressent, des fois.. c'est confus et compliqué de lutter contre, même en sachant qu'on a tort ou que notre perception est.. biaisée. Et Teresa savait pertinemment de quoi elle parlait, elle qui se laissait souvent dominer et mener par ses sentiments. C'était ses émotions qui parlaient presque en permanence, à chacun de ses emportements, ou de ses rires. Elle était entière, franche et bien souvent incapable de mentir, surtout à ses proches.

Quand Lisandro justifia sa réaction, le coeur de la brune se serra. C'est vrai que lui aussi avait perdu son fils, d'une certaine manière. Eli lui manquait, à elle aussi, même si elle était bien moins proche de lui que Lisandro. J'comprends. Et... j'aurais dû le comprendre à ce moment-là. Mais après t'avoir vu si fort et réconfortant envers moi, j'ai pas pu admettre que toi aussi, tu pouvais perdre pied. Sa fourchette tritura un petit morceau de légume dans le fond de son assiette, alors qu'elle poursuivait. T'as été mon pilier depuis mon arrivée ici, c'était trop dur pour moi de me dire que je pouvais plus m'appuyer sur toi j'crois. Très égoïstement. Elle tourna les yeux vers lui. T'es le frère que j'ai toujours voulu avoir. Celui qui protège contre le reste du monde, celui qui est bienveillant et qui n'me juge pas pour ce que j'suis. Et ce n'était pas rien, de la part de celle qui avait été reniée par sa famille toute entière. The Haven avait d'autant plus d'importance à ses yeux que ça constituait sa nouvelle et seule vraie famille.

Sa main serra doucement celle du chilien, naturellement. Pour elle non plus ce geste n'avait aucune ambiguïté, et n'en aurait jamais. Tu sais. Moi j'sais pas comment j'réagirais, si je venais à être amputée. C'est facile de faire des reproches, sans avoir vécu ça.

Arrête de t'excuser, tu sais que t'es déjà tout pardonné, mi hermano. Et pour appuyer ses mots, elle se pencha pour venir embrasser la tempe de Lisandro, avec un sourire complice.
Et si c'était à refaire.. je le referais. Tu t'débarrasseras pas d'moi si facilement ! Par contre j'te préviens, la prochaine fois que tu déprimes, je t'interdis formellement d'partir avec cet âne de Jonah ! La contrariété froissa un instant ses traits. Elle n'aimait pas, n'avait jamais aimé et n'aimerait probablement jamais cet homme. Cette grande gueule raciste et fouteur de merde. Cabrón !

- D'ailleurs. J'ai parlé un peu avec Andrea... J'ai plaidé ta cause. Et surtout j'ai rétabli la vérité. Jonah a raconté partout qu'tu avais couché avec une pute du Motel ! Son ton était légèrement monté, exaspérée qu'elle était rien qu'à évoqué le canadien.
Au moins maint'nant elle sait que c'est pas vrai. Pour le reste par contre, j'ai fait mon possible mais elle t'en veut encore mortellement... ça a pas avancé avec elle ?





"Mais j'ai pas oublié tes yeux,
Du temps où tu rêvais encore.
Les coups de pieds au cul de Dieu,
Les coups de gueule au nez de la Mort,
Et les clins d’œil à la Folie, si jolie."



 

•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Survivor
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 876
MessageSujet: Re: Papy fait de la résistance !   Papy fait de la résistance ! - Page 2 EmptyMer 2 Déc 2020 - 11:56
L’aveu de Teresa lui faisait mal au cœur. Passerai-t-il un jour au-dessus de la culpabilité qu’il ressentait envers tous les siens ? Arriverait-il à se pardonner ? Il n’en savait rien, c’est un long chemin qu’il avait encore à parcourir. Faith le lui avait dit avant qu’il ne quitte le No man’s land pour rentrer chez lui. Cette femme avait quelque chose de terrifiant, mais il avait trouvé chez elle la psychiatre dont il avait besoin finalement. Il ne faudrait plus qu’il tarde de trop pour la consulter à nouveau. Il ne s’était finalement jamais senti de poursuivre ici la thérapie, avec Mary. Quelque part, il continuait un peu à rejeter certaines aides pouvant venir de ces murs. Avant, parce que ça lui semblait plus facile pour disparaitre. Aujourd’hui, parce qu’il ne pensait pas mériter la main qu’ils pourraient leur tendre. Mais Teresa… Teresa c’était différent. Il n’avait pas pu se débarrasser d’elle à l’époque, et il ferait tout ce qui est possible aujourd’hui pour la garder à ses côtés. « Je sais bien… et j’ai fait beaucoup d’erreurs. » Dit-il, après l’avoir écouter lui rappeler à quel point elle avait eu besoin de lui à une époque, à quel point elle avait toujours besoin de lui. Ça le touchait, plus qu’il n’y laissait paraitre – pourtant son regard brillait d’émotions. « Je suis désolé Teresa… Je… Je ne pensais plus à grand-chose d’autre qu’à moi-même à cette époque… »

Elle lui somma d’arrêter de s’excuser, en venant embrasser sa tempe avec le sourire. Il passait son temps à ça, à dire qu’il était désolé. C’était vrai, après tout, il l’était. Mais Teresa lui avait pardonné dès les premiers instants, et même après qu’il se soit complètement perdu.  A son tour, il passa son bras autour de ses épaules pour la ramener près de lui, pour embrasser sa joue avant de lui souffle, juste à elle, avec un sourire reconnaissant. « Je crois que je ne mérite pas une sœur comme toi. » Il s’attarda quelque peu dans l’étreinte, parce que ça lui faisait du bien d’à nouveau serrer quelqu’un dans ses bras.

Puis il la libéra, riant à la mention de Jonah. Son rire était quelque peu amer, même si les choses étaient claires entre lui et le routier. « Ouais… je sais. Pourtant, je crois que ce qu’a dit Jonah c’était sa façon à lui d’être sympa avec moi. Mais t’en fais pas, il sait qu’il a merdé. » Il se serait bien passé de cette sympathie, sur le coup. Mais ce qui est fait est fait. Et même s’il n’avait effectivement couché avec aucune des femmes dont Jonah avait vanté la beauté – et sa performance – il n’était pas si blanc que ça dans l’histoire. Il avait après tout, effectivement payé pour une danse. Si cela n’était pas aussi grave qu’il n’y paraissait, cela restait criant sur son état d’esprit à l’époque. Pourtant, Teresa avait essayé de parler à Andrea, pour arranger les choses. Si seulement c’était aussi simple.

« Je… merci. Enfin, je ne suis pas sûr qu’elle puisse croire qui que ce soit et puis… Puis ça ne change rien que j’y suis allé quand même. Je n’ai rien fait, mais je n’y suis pas allé innocemment. J’voulais quand même me prouver que… ce serait mieux si j’arrêtais de penser à elle. » C’était la vérité. Peu importe ce qu’il a fait ou non, en fait. Il y était allé pour mettre fin à sa dépendance à elle. Peut-être pour pouvoir disparaitre sans regret ? Sauf que les choses ne fonctionnaient pas ainsi. S’il suffisait d’embrasser une autre femme pour qu’Andrea cesse de le hanter, il se serait lancé sans aucune hésitation à l’époque. Pendant ces semaines d’errance, elle avait été le fantôme qui l’avait empêché de mettre fin à ses jours, il l’avait détesté, avait tout fait pour s’en débarrasser. Ça n’avait pas marché, parce que l’amour était toujours là et les regrets et sa culpabilité étaient des fantômes plus puissants encore. « Disons que ça ira peut-être mieux plus tard… J’essaye de faire au mieux, pour Annabella. Il n’y a plus qu’elle qui pourra nous rapprocher… Je suppose. » Il espérait, vraiment. Mais il ne pouvait pas l’empêcher de s’éloigner de lui, peut-être définitivement. Il ne savait pas encore comment il devait le vivre. Le temps le lui dirait peut-être.

« Je l’aime toujours, tu sais. Plus encore même. » Lui souffla-t-il, comme un aveu.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Teresa Guevera
Survivor
Teresa Guevera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Messages : 427
MessageSujet: Re: Papy fait de la résistance !   Papy fait de la résistance ! - Page 2 EmptySam 5 Déc 2020 - 23:02
La discussion n'était pas particulièrement agréable, ni pour Teresa ni pour Lisandro. Mais des choses devaient être dites, et dans leur relation basée sur une franchise et une confiance aveugles, les non-dits n'avaient pas leur place.
Et au final, les aveux de l'une puis du second, l'échange de leurs points de vue et leurs explications avaient renforcé leur lien au lieu de l'effilocher. Canevas inextricable qui reliait leur deux vies, leur fraternité semblaient assez solide pour tout traverser sans y perdre de sa force.

Teresa se serra en retour contre le chilien, passant ses bras autour de lui. Dis pas d'connerie. Tu sais c'que représente notre relation pour moi. T'es le frère que j'ai rêvé d'avoir toute ma jeunesse. Elle resta serrée contre lui aussi longtemps qu'il le souhaitait. A elle aussi, cette étreinte lui faisait du bien. Ceux qui lui étaient proches pour partager une étreinte avec elle étaient fort peu nombreux.

Le sujet dévia sur Jonah, et elle revint triturer son assiette du bout de la fourchette.
Dire à tout l'monde, devant Andy, que t'as baisé une prostituée, c'était "gentil" ? Tu serais pas un peu naïf des fois toi ? Le ton était plus agacé qu'autre chose, bien que ça ne soit pas dirigé contre son frère. Jonah était un sale type à ses yeux. Misogyne, raciste, misanthrope peut-être même. Une grande gueule sans une once d'intelligence. Peut-être qu'elle le voyait de manière biaisée, mais il faudrait bien du courage et de l'obstination pour la faire changer d'avis à son sujet.

Il m'semble qu'Andréa m'a crue, pour ce qui était du motel et de c'qui s'y est passé. Et en même temps j'espère qu'elle a plus confiance en moi qu'en lui, ça m'vexerait sinon. Elle soupira un peu, avant d'acquiescer.
T'as merdé en y allant. Je vais pas te dire le contraire. Mais t'as renoncé à aller "trop" loin avec cette fille. Et vu comme tu t'en veux et comme tu t'en punis toi-même, je vois pas l'intérêt de te flageller d'avantage.

Le brun n'avait besoin de personne pour se juger, il était même le plus sévère des jurys quand il s'agissait de porter un regard sur ses actes. Le manque de confiance donc il faisait preuve était probablement son pire ennemi, mais petit à petit, il s'en détachait. Teresa le voyait déjà plus assuré que lorsqu'ils étaient revenus de leur escapade au Refuge.

Je sais qu'tu l'aimes... Ça crève les yeux. Et j'te soutiendrai quoi qu'il arrive. Et j'continuerai à prier pour vous deux. Terminant son assiette, elle se redressa en s'étirant. Mais avant ça, j'vais aller bosser un peu, les vêtements d'Annabella vont pas s'coudre tous seuls !
Elle se pencha pour lui embrasser la joue, une main sur son épaule. A très vite, Lis'. Merci pour cette matinée avec toi.





"Mais j'ai pas oublié tes yeux,
Du temps où tu rêvais encore.
Les coups de pieds au cul de Dieu,
Les coups de gueule au nez de la Mort,
Et les clins d’œil à la Folie, si jolie."



 

•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Papy fait de la résistance !   Papy fait de la résistance ! - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Papy fait de la résistance ! -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: