The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- my body is a cage -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Quinn St-Germain
Quinn St-Germain
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/10/2019
Messages : 208
Age IRL : 25
MessageSujet: my body is a cage   my body is a cage EmptyDim 26 Juil 2020 - 23:58
MY BODY IS A CAGE
I'm living in an age
Whose name I don't know
Though the fear keeps me moving
Still my heart beats so slow

@adrienne de castel

Trois mois. C’est le temps qu’il lui a fallu pour admettre qu’elle n’allait pas aussi bien qu’elle le disait. Elle l’a entendu de plusieurs personnes, plus ou moins proches, mais a refusé de l’accepter. Pourtant, ce n’est pas la première fois que Quinn traverse l’une de ces crises. Elle sait identifier les signes, voir les symptômes. Mais elle sait aussi les ignorer. Passer outre les cernes profondes et sombres sous ses yeux clairs, détourner le regard face à ses clavicules saillantes et ses poignets amaigris. Elle sait tirer sur les manches de ses pulls pour cacher les égratignures de ses bras. Pulls qui, par ailleurs, dissimulent savamment son corps longiligne et émacié, transi de froid dans la chaleur de juillet. Si elle ne mange plus, si elle ne dort plus, ce n’est pas volontaire. Retranchée dans la sécurité de son laboratoire, Quinn s’isole. Elle ne parle plus à personne, si ce n’est pour les travaux du complexe. Seule Maeve fait exception à cette règle, amie fidèle au-delà des mots. Et, petit à petit, la chirurgienne réussit à lui faire entendre la vérité. A lui ouvrir les yeux. Elle s’enfonce.

Depuis la mort de Vaughn, Quinn perd pied. Tout le travail accompli pour accepter la disparition de Samuel et de Sarah s’est envolé, balayé comme un fétu de paille par ce nouveau traumatisme. Encore une fois, elle a le sentiment de ne rien contrôler, de n’être qu’un grain de sable insignifiant dans un plan bien plus vaste. Et cette idée la terrifie. Alors elle renoue avec des habitudes perdues depuis quelques temps. Elle chausse ses vieilles baskets et profite de la fraîcheur du matin pour sortir courir. Cela ne lui était pas arrivé depuis quelques semaines et elle est un peu rouillée, tout son corps protestant contre l’exercice qu’elle lui impose brutalement. Car elle ne prend pas de précautions, s’échauffant et s’étirant sans ménagement, prête à reprendre son entraînement là où elle l’a laissé trois mois plus tôt. Elle écarte volontairement un paramètre nouveau et auquel, pourtant, elle ne s’est pas encore habituée. Sa vision, amputée de l’œil gauche, est radicalement différente. Mais Quinn rationalise, cloisonne, au lieu de s’apitoyer sur cette perte. Ce n’est rien d’autre qu’un œil, se dit-elle. Elle refuse de prendre du temps pour ça.

Refermant doucement la porte de la maison de Maeve derrière elle, elle marche d’abord quelques mètres avant de s’échauffer. Puis elle se lance, s’imposant d’emblée le rythme auquel elle était habituée. Inconsciemment, Quinn retrouve le trajet qu’elle empruntait avec Friedrich. Elle connaît le terrain par cœur, ses pièges et ses subtilités. Ses foulées sont larges, souples, mais très vite, son souffle se fait haletant. Un point de côté la transperce et elle est contrainte de s’arrêter, tenant son flanc d’une main. Pliée en deux et ruisselante de sueur, elle se maudit de n’avoir pas emporté d’eau. Car ses oreilles commencent à pulser au rythme effréné de son cœur, et sa vision se brouille. Ses jambes tremblent et elle se traîne péniblement jusqu’à un tronc couché sur le bord du chemin. Bien sûr, elle n’a rien mangé avant de partir. Pas plus que la veille, et probablement l’avant-veille. Elle ne se souvient plus. La tête entre les mains, le souffle court, elle s’efforce de combattre le malaise qu’elle sent monter. Soudain, elle vomit une bile acide et brûlante, qui lui écorche l’œsophage. Quinn tousse et crache un peu, penchée en avant, et relève la tête lorsqu’elle entend des bruits de pas. Elle aperçoit alors une autre coureuse, qui ne lui dit rien du tout. « Super... » Fermant les yeux et soupirant, elle se penche à nouveau en avant, la tête dans ses bras croisés et posés sur ses genoux. Elle n’a pas besoin d’un public, encore moins une inconnue.




--- i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas  
Adrienne De Castel
Adrienne De Castel
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/06/2020
Messages : 125
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: my body is a cage   my body is a cage EmptyLun 27 Juil 2020 - 11:30
Courir me vide la tête, ma concentration va à ma respiration, à la couse de mes jambes, au rythme, à la fatigue et à la chaleur qui émane de moi. Je n’ai jamais été une grande coureuse, mais j’ai toujours apprécié l’exercice. Avant ce monde, je pouvais le faire avec de la musique sur les oreilles, mais maintenant, c’est beaucoup plus complexe, de trouver de la musique déjà, mais je n’avais simplement pas eu l’occasion et la sécurité nécessaire pour courir tout simplement. Mais depuis que je suis ici, c’est différent, l’endroit me fait oublier les risques dehors, je me sens en sécurité, à l’aise.

Pour marquer mon rythme, m’aider à respirer mais aussi simplement pour occuper mon esprit, je chantais une vielle chanson que j’ai toujours aimée. J’ai essayé de ne pas chanter trop fort, mon accent et mon ton donnant à ce chant des airs de mixeur rouillé. Mais voilà, ça me plait de faire ça… Au détour d’une allée, alors que je venais de terminer le refrain, j’ai eu la surprise de voir une autre femme en tenue de sport, elle ne semblait pas aller très bien. Non loin d’elle, il y avait une flaque de bile… Il ne faut pas être une grande enquêtrice pour comprendre qu’elle a eu un malaise. En me voyant, j’ai constaté qu’elle ne semblait pas ravi de me voir… Le « super » qu’elle avait lâché était bien assez éloquent. J’ai sincèrement hésité à laisser cette rampante dans son coin, mais c’est une petite communauté, à laquelle j’aimerai beaucoup me joindre. Cela va passer par le fait d’aider les éléments faibles. Je m’approche donc doucement en dépit de l’air de l’autre et je m’agenouille devant elle et je m’éclaircie la voix : « Bonjour, vous avez trop forcé on dirait ? Vous avez besoin d’aide ? »

Je ne vais pas la toucher pour vérifier son pouls, même s’il semble élevé, elle n’est pas non plus au bord de l’évanouissement. Je pense plutôt qu’elle a mal géré son effort et qu’elle a peut-être négligée de s’alimenter correctement avant ? C’est une erreur classique que font beaucoup de débutants. « Vous pouvez me dire comment vous vous appelez… ? Venez, on va aller s’assoir sur un banc et je vais aller vous chercher un morceau de sucre et un verre d’eau. Vous semblez en avoir besoin. » Je lui tends ma main pour qu’elle la saisisse et se relève, je prends d’ailleurs aussi le temps de lui donner mon prénom : « Je m’appelle Adrienne au fait, et vous ? C’est un plaisir de vous rencontrer. »



En dépit de mes ailes brisées, j'ai retrouvé le ciel
Revenir en haut Aller en bas  
Quinn St-Germain
Quinn St-Germain
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/10/2019
Messages : 208
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: my body is a cage   my body is a cage EmptyLun 27 Juil 2020 - 20:42
Lentement, elle sent son corps se couvrir d’une sueur glacée. Ses jambes sont prises de tremblements et battent frénétiquement le sol en quête d’équilibre. Heureusement, elle est toujours assise, tentant de reprendre son souffle et d’apaiser le rythme chaotique de son cœur. Yeux clos, sourcils froncés, Quinn se déteste. Les fourmis qui parcourent ses doigts l’ankylose et ses mains se crispent dans ses cheveux, tirant dessus inconsciemment. Ses pensées sont incohérentes, se heurtent les unes aux autres et contre sa boîte crânienne, trop embrouillées pour formuler une parole. L’arrivée d’une inconnue n’arrange rien et elle lui jette un regard chargé de mépris, espérant vaguement la faire fuir. Quitte à toucher le fond, elle voudrait être seule pour le faire. La voix de la brune lui paraît insupportablement mielleuse et bienveillante. Sans lui adresser un regard, Quinn se replie un peu plus sur elle-même, tête baissée. « Nan... j’ai pas besoin d’aide… » Elle ne le dit pas, mais l’ordre sous-jacent est clair. Elle veut qu’on lui foute la paix.

Mais personne ne semble l’écouter et l’inconnue insiste, quoi qu’avec douceur. Cette gentillesse l’insupporte et elle relève la tête, croisant le regard de la brune. En voyant son visage, Quinn se sent immédiatement coupable. L’agressivité n’est pas dans son caractère, et cette femme cherche juste à lui venir en aide. Elle aurait pu passer son chemin et la laisser se sortir seule de la situation, mais non. Et rien que pour ça, elle ne mérite pas que la scientifique lui aboie dessus. « Quinn, soupire-t-elle. Quinn St-Germain. » Serrant les dents, elle saisit la main que lui tend la brune et se relève péniblement, sentant ses jambes vaciller sous elle. Par réflexe, elle se raccroche aux épaules de l’inconnue, qui se présente sous un nom qu’elle peine à comprendre. Le cœur au bord des lèvres et se sentant pâlir, Quinn balaie pour l’instant cette réflexion. Elle a vraiment besoin du sucre et de l’eau que lui propose sa sauveuse. En vérité, elle aurait plutôt besoin de quarante-huit heures de sommeil et d’une perfusion de solution sucrée, mais à défaut d’autre chose…

Elles rejoignent clopin-clopant un banc sur lequel Quinn s’allonge, les chevilles posées en hauteur sur le dossier. L’effet n’est pas immédiat mais le temps que la brune revienne avec le verre d’eau et du sucre, la nausée et les fourmillements ont déjà partiellement reflué. Agrippée au dossier d’une main, appuyée à l’assise de l’autre, elle se redresse et s’assoit. Avec un air dépité elle saisit le verre d’eau et avale une première gorgée, avant d’y faire tomber le sucre et de l’agiter doucement pour le dissoudre. « Merci… et désolée… de vous avoir un peu agressée… » Honteuse, elle baisse le nez et fixe le fond de son verre, évitant consciencieusement le regard de la brune. « Je n’ai pas compris votre nom, je crois… Adrian, c’est ça ? » Difficile de savoir si l’incompréhension vient de son malaise ou de l’accent, prononcé, de la femme.



--- i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas  
Adrienne De Castel
Adrienne De Castel
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/06/2020
Messages : 125
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: my body is a cage   my body is a cage EmptyMer 29 Juil 2020 - 14:19
En dépit du ton agressif avec lequel cette personne m’a parlé, je l’ai quand même aidé à se poser sur le banc pour qu’elle puisse être mieux au minimum. Je suis vite retournée chez moi, heureusement que nous n’étions pas loin des habitations, pour prendre un peu de sucre et d’eau. Quand je suis revenue, Quinn, car elle s’était présentée semblait se porter déjà un peu mieux. Je lui ai donné son petit traitement avant de m’assoir à ses côtés. Celle-ci me présente des excuses qui semblaient sincère. Je n’ai pas pris trop à cœur la façon dont elle m’avait parlé, car je m’étais montré aussi agressif avec les pompiers et les médecins qui s’étaient occupés de moi après mon accident d’avion.

Me voulant rassurante, je commence par lui dire : «En fait, c’est Adrienne… mais vous pouvez dire Ady si vous préferez… et si vous écorchez moi le nom. » Je déteste quand les gens prononce « Adrian », je n’ai pas joué dans un film de boxe ! Dany n’arrêtez pas de me parler de ce film, il voulait que je le regarde, mais j’ai toujours réussit à me défiler. Je me demande si à la fin, il ne s’en servait simplement pas comme excuse pour que je lui fasse des avances… Les hommes sont parfois si manipulateurs. Je crois que ces pensées m’arrache un léger sourire nostalgique, puis je reprends ma conversation avec Madame, St-Germain, nom français d’ailleurs :

Cependant, Il n’y a pas de mal, Quinn. Vous n’étiez pas bien, ça arrive de ne pas contrôler le ton qu’on emplois. » Vraiment, il lui faudra plus que ça pour me blessé, sans compter qu’elle emplois le ton très poli qui est parfait lorsqu’on ne connait pas une personne. De fait, elle me parait tout de suite bien plus sympathique que quelqu’un se montrant familier de premiers abords. Je la regarde, est-elle désireuse d’engager un peu la conversation avec moi, ou alors veut-elle que je la laisse en paix ? Tant pis, je tente d’échanger : « Je suis arrivée le mois dernier sur l’ile, si vous vous posez la question. C’est pour ça que nous ne nous connaissons pas encore. Je suis ravie de vous rencontrer, même si ce n’est pas dans les meilleures circonstances pour vous. Ça va mieux ?



En dépit de mes ailes brisées, j'ai retrouvé le ciel
Revenir en haut Aller en bas  
Quinn St-Germain
Quinn St-Germain
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/10/2019
Messages : 208
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: my body is a cage   my body is a cage EmptyMar 4 Aoû 2020 - 22:27
Elle jette un coup d’œil à la brune qui la reprend sur sa prononciation. Et, malgré la situation un peu bancale, Quinn esquisse un sourire. « Excusez-moi, vous avez un accent très fort… Vous n’êtes pas américaine, n’est-ce pas ? » Les étrangers ne sont pas nombreux sur l’île, et la scientifique aurait parié pouvoir les compter sur ses deux mains. Mais la brune qui se penche sur elle lui est parfaitement inconnue. Soupirant un peu, elle avale une gorgée d’eau sucrée avant de baisser la tête pour fixer le bout de ses chaussures. La tête lui tourne encore un peu, la périphérie de sa vision – déjà amputée – lui paraît floue. Pas besoin d’être médecin pour comprendre qu’elle va devoir rester encore un moment sur ce banc avant de pouvoir rentrer chez Maeve.

Elle hausse un sourcil et lance un regard surpris à Adrienne. Le ton lui paraît légèrement condescendant, et lui hérisse le poil. Quinn serre les dents et détourne à nouveau les yeux, un peu agacée. Elle déteste qu’on la traite comme une enfant, ou comme une malade inconsciente de ses paroles et de ses gestes. L’étrangère reprend la parole, sans doute inconsciente de l’agacement qu’elle provoque chez l’épidémiologiste. Celle-ci aspire pourtant à la solitude, à la paix. Distraitement, elle hoche la tête. « C’est rare, les arrivées solitaires… » L’explication ne l’intéresse pas vraiment, mais elle s’efforce de paraître polie. Quinn a déjà la réputation d’être arrogante et méprisante, inutile de l’entretenir avec les nouveaux arrivants.

Rejetant ses boucles emmêlées en arrière, elle hoche à nouveau la tête, cette fois pour répondre à la question d’Adrienne. « Un peu… » Une nouvelle gorgée d’eau, pour apaiser sa gorge asséchée. « J’ai sauté quelques repas dernièrement, marmonne-t-elle en guise d’excuse. Je passe trop de temps au complexe, il paraît… » Sa voix est teintée d’une pointe d’amertume, alors qu’elle relaie les reproches que Friedrich lui a fait. Elle ne rapporte pas non plus l’entière vérité, mais n’a pas du tout l’intention de la dévoiler à une inconnue. Quinn est reconnaissante à Adrienne de l’aide qu’elle lui a apporté, mais cela ne va pas plus loin. Finissant son verre d’un coup, elle le tend à la brune avec un sourire. « Merci pour le coup de main. » Puis, s’appuyant des deux mains sur l’assise du banc, elle se relève péniblement et tente quelques pas.



--- i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas  
Adrienne De Castel
Adrienne De Castel
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/06/2020
Messages : 125
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: my body is a cage   my body is a cage EmptyMer 5 Aoû 2020 - 13:18
Comme elle dit, avec un accent comme le mien, ce serait un peu naïf de me prendre pour une américaine… Heureusement d’ailleurs, car je verrais ça comme une insulte personnellement. Américaine moi… J’ai déjà grincé des dents quand j’ai reçu ma carte verte, mais bref, c’est une autre histoire pour un autre temps. Je me contente de lui sourire et de répondre : « En effet, je suis française, je résidais sur le territoire quand cette fin du monde est arrivée. » Maintenant je suis un pèlerin en terre païenne, pensais-je très fort, non sans un sourire ironique. Mais je m’abstins d’en faire la remarquer à Quinn, ce serait extrêmement insultant pour elle. Même si j’ai raison sur cet aspect.

Presque pour elle-même, elle commente mon arrivée en disant que c’est rare les solitaires comme moi. En même temps, la plupart des solitaires finissent par mourir. Elle ne pousse pas plus loin la curiosité, soit par politesse soit pas désintérêt. L’un comme l’autre cela me convient, j’en ai assez de toujours raconter, encore et encore la même histoire. Ce ne sont que des futilités qui ne changent rien au fait que je suis présente ici maintenant et que je compte marquer de mon empreinte cet endroit. Quinn souligne qu’elle travaille peut-être trop et qu’elle a sauté plusieurs repas dernièrement. Je n’ai aucun commentaire à faire, quand on est pris par son travail, on oublie parfois de s’intéresser à soit même. Je la regarde tenter quelques pas maladroit, elle n’est pas encore en état de faire la route toute seule, pas besoin d’être médecin pour le deviner. En dépit de son sourire et de ce qui ressemble à un congé, je me lève et je la prends par le bras : « Je vais te raccompagner chez toi, c’est plus prudent ainsi. »

Pour faire la conversation, et éviter qu’elle ne se focalise sur son malaise, j’entreprends de poser quelques questions à Quinn : [color=#006633] « Tu es chercheuse au centre ? Je crois avoir entendu dire que vous aviez travaillé sur le vaccin, c’est là-dessus aussi que tu travaillais ? J’ose à peine imaginer la quantité de travail qui est demandée pour mettre en place un vaccin sur une maladie aussi mortelle. J’ai une pointe de respect tout à fait sincère qui me prend l’esprit. Aucun des métiers du monde ne peut être aussi beau que le mien, mais un grand nombre sont plus important. Le sien en fait parti.



En dépit de mes ailes brisées, j'ai retrouvé le ciel
Revenir en haut Aller en bas  
Quinn St-Germain
Quinn St-Germain
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/10/2019
Messages : 208
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: my body is a cage   my body is a cage EmptyJeu 13 Aoû 2020 - 21:48
Elle n’écoute déjà plus Adrienne, se concentrant entièrement pour chasser le bourdonnement de ses oreilles, ainsi que le voile gris qui a envahi sa vision, déjà amoindrie. Et même si elle écoutait avec attention la brune, cela ne changerait rien au fait qu’elle s’en fout. Avec les épreuves, Quinn a développé une forme d’égoïsme. Probablement pour se protéger, pour s’éviter de souffrir encore et encore, elle ne s’attache plus. Ne laisse plus personne – en dehors de ses proches – connaître ses pensées, son histoire. Et de la même manière, elle ne s’intéresse pas aux leurs. Hermétique à leurs émotions, à leurs sentiments, elle ignore volontairement les regards de pitié, la compassion affichée. Les « je comprends ce que tu traverses, moi aussi j’ai… » qui l’incommodent. Elle s’en moque. S’en contre-fout. Leurs histoires ne sont pas la sienne, de même que son histoire à elle ne leur appartient pas.

Remerciant du bout des lèvres Adrienne, elle se lève et esquisse quelques pas maladroits. Un froissement de tissu lui indique que la française vole à sa rescousse, bientôt suivi d’une pression sur son bras. Agacée, Quinn serre les dents et se retient de ne pas envoyer paître la brune. De ne pas arracher violemment son bras de sa prise pour reprendre le chemin de la maison de Maeve. Elle hoche succinctement la tête, sans croiser le regard de la brune. Comme elle voudrait être seule, au milieu du silence.

Mais Adrienne ne l’entend pas de cette oreille et entame une nouvelle conversation. Aussitôt, elle se flagelle mentalement pour avoir évoqué le complexe. Rien de tel pour permettre à l’étrangère de la questionner, précisément sur un sujet qu’elle souhaiterait éviter. Adrienne n’en a pas conscience, mais elle met le doigt sur une plaie ouverte, surinfectée. Son implication dans la création du vaccin la ronge nuit et jour depuis la mort de Vaughn, persuadée qu’elle est de l’avoir mené à la mort. Et, dans les faits, c’est bel et bien le cas. Elle ne s’est ouverte à personne de cette culpabilité nécrophage, certaine que n’importe qui essaiera de la convaincre du contraire. Mais Quinn sait. Se mordant les lèvres, elle ravale les insultes qui enflent sur sa langue avant de répondre, crispée, à Adrienne. « C’est ça, oui. » Ni plus, ni moins. Aucune explication. Parce qu’elle n’en doit aucune à la brune. Elle ne la connait pas, n’a pas l’intention de lui reparler un jour. Et surtout, elle n’a aucune forme de dette envers elle sous prétexte qu’elle l’a aidée. Pas plus qu’Adrienne n’a le droit de la questionner sur ce sujet.

Malgré la lenteur à laquelle elles avancent, la maison de Maeve se profile bientôt et Quinn esquisse un geste pour se libérer d’Adrienne. « La maison est juste là, je peux terminer toute seule. Merci pour votre aide » ajoute-t-elle après un temps de retard.



--- i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: my body is a cage   my body is a cage Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- my body is a cage -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Pacte [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: