The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 339
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris   Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris - Page 2 EmptyLun 3 Aoû 2020 - 23:09
Even the darkest night will end, and the sun will rise again.Zola & Chris.
Je lui avais épargné les détails sordides de cette nuit infernale. Les hurlements de mes compagnons de route, les pleurs du bébé qui résonnent et nous vrillent les tympans, de longues minutes. Puis qui se taisent brutalement, laissant un silence plus lourd et assourdissant encore.
Puis le lendemain, les cadavres amoncelés, Anna dont j'avais eu la force de perforer la tempe avant de m'évanouir, pour qu'elle ne devienne pas une de ces choses, et que je serrais toujours contre moi. Et ces quelques autres de mes amis crucifiés comme des épouvantails entre les tentes.
La douleur qui me tétanisait, l'odeur de mort nauséabonde, ce goût de sang dans ma bouche. Tous mes sens qui étaient saturés.

Tous ces souvenirs me revenaient de plein fouet, alors que je restais muet là, ma clope pas allumée entre les doigts. C'est le mouvement de Zola qui m'arracha à ce maelstrom douloureux, et son contact qui m'ancra à nouveau dans la réalité, le présent.
Combien de fois je m'étais flagellé de ce qui était arrivé ? J'avais beau me dire et tenter de me convaincre que je n'aurais rien pu y faire, je n'étais pas capable de faire taire cette petite voix qui m'accusait et me culpabilisait.
Je me laissai aller contre la brune, avec la même maladresse que cette étreinte qu'elle m'offrait. A son baiser sur mon front, je répondis d'un infime sourire, et la serrai contre moi un peu plus fort, un instant, avant de la relâcher.

A nouveau elle tapait juste, ses mots résonnant contre mes propres angoisses. Je retournai griffer l'arrière de mon bras, les vairons oscillant lentement dans le vide. Si Bill mourrait... tu arriverais à ne pas t'en vouloir ? Mon ton n'avait rien d'agressif, ce n'était même pas une question rhétorique. Je me le demandais sincèrement. Et si Bill ou Zola mourraient, est-ce que moi, je pourrais me le pardonner ?

- J'ai la trouille, Zo. Et s'ils revenaient ? S'ils attaquaient à nouveau, qu'est-ce que je pourrais faire de plus ? Rien.. rien du tout.

J'allumai finalement ma cigarette, tirant une longue taffe dessus.

- Et s'il vous arrive quelque chose, à vous ?  Je veux pas. Je pourrai pas.
J'pardonnerai pas, Zola... Ni pour les Robinson, ni pour qui qu'ce soit. Je te promets de pas.. me laisser bouffer par ça. Mais j'oublierai pas.


Mes mots sortaient en désordre, le passé, le présent se mélangeant dans un mélange de remords et de craintes. Mais je savais qu'elle comprendrait, comme toujours.


:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Bras droit | The Gentle Bastards
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/07/2020
Messages : 373
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris   Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris - Page 2 EmptyDim 9 Aoû 2020 - 22:27
On se sépare doucement, et pourtant, je reste proche de lui, ramenant mes genoux contre ma poitrine, avant de les enserrer de mes bras, comme si j’essayais de me composer un cocon protecteur dans lequel me réfugier, loin des images violentes et douloureuses qu’il vient de me raconter. Mes yeux glissent quelques instants sur la piscine, puis s’ancrent à nouveau sur le visage de Chris quand il reprend la parole, pour me poser cette question à laquelle j’ai déjà la réponse. Si Bill mourait, je crois qu’il ne resterait plus grand-chose de moi. Une coquille vide, le fantôme de la Zola qu’il a connu, un corps sans âme. Y penser m’effraie parfois, parce que je me rends compte que je connais l’anglais depuis très longtemps, et qu’il a réussi à se frayer une place dans ma vie qui fait que s’il venait à disparaître un jour, je serai tout bonnement paumée, et que j’aurai l’impression de perdre une part de moi-même. Je préfère donc éviter de penser à ça, et ne répond pas à la question posée qui, j’en suis sûre, n’en était même pas réellement une. Chris nous côtoie depuis suffisamment de temps pour savoir que la culpabilité me rongerait si Bill mourrait, et la douleur encore davantage.

S’ils revenaient ? Ouais…j’imagine que c’est une possibilité à prendre en compte. Rien n’est exclut quand il s’agit de tueurs sanguinaires, à qui il manque vraisemblablement une case. Je soupire doucement, ressers davantage mon emprise sur mes jambes, et pose ma tête sur mes genoux. « -On fera ce qu’on fait toujours. On se battra, on défendra nos vies, coûte que coûte. Parce que…y’aura rien de plus à faire, j’imagine. » On rendra chacun des coups donnés, et si on doit tomber, ce sera pas sans une lutte acharnée, et sans avoir emporté avec nous autant de ces enfoirés que possible. Je n’ai pas envie de mentir, encore moins de lui mentir, à lui, et prétendre qu’ils ne reviendront jamais, qu’il ne devrait pas s’en faire, que tout ira bien. J’en sais strictement rien, et c’est bien connu que ce n’est pas parce qu’on désire quelque chose très fort que la chose en question va se réaliser.

L’odeur de tabac me ramène à la réalité de la Cage, alors que les paroles de Chris me font froncer les sourcils, et tourner le regard vers lui pour observer son air torturé, et comprendre aussi tout ce qu’il ne dit pas. « -Moi aussi, je tiens beaucoup à toi. » Je le regarde droit dans les yeux pour lui faire cet aveu qui n’a jamais été exprimé jusqu’alors autrement que par des gestes. « -Et c’est pour ça que s’ils reviennent, tu dois me promettre que tu feras rien de stupide ou de désespéré, d’accord ? Parce que s’il t’arrive quelque chose ça sera compliqué à vivre, et si c’est à cause de moi, j’arriverais à le pardonner à aucun de nous deux. » C’est un fait. Je ne m’attache pas facilement, mais quand je le fais, ce n’est jamais à moitié. Je reste à le fixer dans les yeux encore un moment, comme pour lui faire comprendre silencieusement à quel point je suis sérieuse, et détourne enfin le regard, pour poser une nouvelle fois mon menton sur mes genoux.

Pendant un bon moment, aucun de nous deux ne prononce le moindre mot, alors que les volutes de fumée captent toute mon attention, et que je plonge dans mes propres pensées, la cigarette se consumant peu à peu. Ne pas pardonner. Ne pas oublier. Je ne comprends que trop bien ces quelques mots, l’importance que revêt de ne pas perdre de mémoire les personnes qui ont compté. Trop peu de gens, en ce qui me concerne, parce que j’ai toujours veillé à instaurer la distance suffisante pour n’avoir à pleurer personne, pour n’avoir à déplorer aucune perte, pour n’avoir à faire le deuil d’aucun être cher. Enfin…jusqu’à maintenant. « -Laisse-toi du temps pour faire ton deuil. Et je te promets que ça fera moins mal. En attendant, on les emmerde, ces Scarecrows, et on va pas s’empêcher de vivre notre meilleure vie de survivants, en vivant dans l’angoisse qu’ils reviennent un jour. » Et ça, j’en suis certaine. Le temps a ce pouvoir particulier d’atténuer la douleur…ou peut-être de faire en sorte qu’on s’habitude à sa présence, je n’en sais trop rien. Et ouais, il est hors de question qu’on laisse ces abominations nous faire mourir de trouille, et nous pousser à marcher en nous retournant pour regarder par-dessus notre épaule à chaque instant. Je refuse de les laisser avoir ce pouvoir sur moi. « -Je sais qu’on remplacera jamais les Robinson. Et c’est pas dans notre intention non plus…mais je suis vraiment contente que nos routes se soient croisées. » Et ce ne sont pas des paroles en l’air, ce n’est pas dans mes habitudes de parler pour ne rien dire.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 339
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris   Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris - Page 2 EmptyVen 14 Aoû 2020 - 23:31
Even the darkest night will end, and the sun will rise again.Zola & Chris.
Le silence de Zola quant à sa réaction si Bill venait à mourir était déjà une réponse plus que suffisante. Les deux compères avaient cette relation étrange, que je n'aurais jamais cru possible avant de les connaître. C'est tout juste si l'un ne finissait pas les phrases de l'autre. Ils étaient plus unis, plus fusionnels qu'un couple, avec la même tendresse et un amour tout aussi fort.. mais différent. Je les voyais comme des siamois, reliés l'un à l'autre non pas par une partie de leur corps, mais par une âme commune.
Et je savais déjà que si l'un d'eux disparaissait, ce serait les deux que je perdrais. Je pourrais faire tout et n'importe quoi, rien ni personne ne pourrait jamais combler le vide qui se creuserait dans le coeur de celui restant. Je n'étais qu'une petite bulle, accolée à celle qu'il partageait à deux.

La danseuse se renferma encore un peu lorsque je lui confiai mes craintes quant aux Scarescrows, et doucement je vins poser ma main sur son bras. Elle avait la patience de m'écouter et moi.. Moi je l'inquiétais et je l'angoissais. Quel imbécile. Tu sais que je ferai tout pour vous protéger, tous les deux.. Et.. et j'préfère que vous preniez la fuite pour sauver votre vie, si ça arrivait. J'étirai un léger sourire. C'est moi le garde du corps, ce sera à moi de les retenir, et à toi de tirer Bill par la manche pour qu'il parte avec toi et essaye pas les amadouer avec un cocktail. C'est qu'il en serait capable, dans un moment d'inconscience... "Sympa votre masque, je vous mets une olive dans votre Bloody Kara ?"

Je me raccrochai à ma tige de nicotine, repensant à ce qui était arrivé aux quelques ceux qui m'avaient été proches. Ma pauvre mère que j'avais abandonné au moment de l'invasion. Je repensai à mon expédition aux côtés de Jeff, jusqu'à son ancien appartement. A l'odeur de charnier quand j'avais ouvert la porte de sa chambre. Je n'avais pas voulu la voir dans cet état, préférant garder en tête l'image de cette femme courageuse et bien vivante qui m'avait tant donné. D'un sens, j'étais cependant soulagé qu'elle soit morte et pas en train de errer comme tous ces monstres qui envahissaient les rues. Les Robinson éradiqués. Je lâchai, tout en vrac, mon affection pour le duo d'enfer qui était devenu un semblant de famille à mes yeux, et mon incapacité à oublier et pardonner. C'était  trop dur, trop lourd et violent. Comment passer au-delà de ça ?

La réaction de Zo me prit au dépourvu, sa déclaration et ce regard qu'elle m'adressait me laissant silencieux alors qu'elle me menaçait, m'exprimant à sa façon son affection. J'ouvrai la bouche pour répliquer. Elle venait de me dire qu'on se battrait, puis maintenant que je ne devrais rien faire de désespéré. Ça devenait compliqué de savoir sur quel pied danser, surtout après lui avoir suggéré de fuir pendant que je ferais barrage, si ça arrivait. Et en même temps, c'était la toute première fois où, l'un comme l'autre, on verbalisait les sentiments qu'on se portait. Je ne devais pas avoir l'air très fin, la bouche à demi-ouverte sans un son... Alors finalement je la refermai pour esquisser un nouveau petit sourire, répondant tout bas.

- Mais si j'fais une connerie.. ce sera en mon âme et conscience. Tu pourras m'en vouloir autant qu'tu voudras, ça signifiera que t'es toujours en vie. C'est l'principal.
Et j'fais mes propres choix, t'en seras jamais, jamais responsable.


Le silence retomba doucement, à peine troublé par ma consommation de tabac, inspirations crépitantes et souffles vers le plafond. Je me souviens avoir lu quelque part "On pardonne, mais on n'oublie pas". Pardonne-t-on vraiment si on n'oublie pas ? Ou est-ce une façon de dire qu'une fois le pardon accordé, on peut se reconstruire avec la force des épreuves passées qui, puisqu'on ne les oublie pas, nous servent à évoluer et ne pas refaire les mêmes erreurs ?
Et surtout, est-ce qu'on peut pardonner ce genre d'actes de cruauté pure ?
Mon attention se reporta sur la brune, hochant lentement à ses mots. J'ai une haine infinie contre eux.. Et si j'apprenais un jour leur retour, je sais même pas comment je réagirais. Et bien sur que j'ai peur pour vous.. Mais je les laisserai pas gagner sur ce plan là aussi. J'veux dire.. j'pense pas à ça tous les jours, j'en fais pas une fixette.
Mon deuil, j'le fais petit à petit.
Je marquai une pause, écrasant mon mégot après une dernière taffe. Je dodelinai du chef puis finis par reprendre : C'est la première fois que j'en parle. T'es la première qui sais c'qui s'est passé, dans mon entourage. A vrai dire. Aujourd'hui c'était l'anniversaire d'Anna. J'crois que c'est pour ça que ça m'torture un peu plus que d'habitude.

Ma voix avait repris son ton bas et posé, presque un peu détaché malgré ce que je pouvais dire. Je n'avais pas remis de masque, je n'en avais pas besoin avec elle. Mais j'avais repoussé mes sentiments pour les reloger dans leur petit tiroir fermé à double tour.

- C'est différent. Y'a rien de commun entre vous et les Robinson. Et rien de commun dans mes relations avec eux et vous. Avec eux j'avais l'impression d'être dans un contexte.. familial. Mais avec l'obligation de porter un masque pour rentrer dans le moule, être sociable, être agréable, m'adapter pour faire partie du lot.
Avec vous deux, j'ai pas l'impression d'y être obligé. Quand j'tire la gueule.. j'tire la gueule. Et quand j'me sens bien, c'est pas pour vous faire plaisir, c'est pour d'vrai. J'me sens pas 'bizarre' quand on est ensemble.

Avec tout ce que je lui disais en si peu de temps, elle avait le droit d'me demander le prix d'une séance psy à la fin de la discussion..
- Tout ça pour dire. J'suis content aussi qu'on se soit rencontrés.

:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Bras droit | The Gentle Bastards
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/07/2020
Messages : 373
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris   Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris - Page 2 EmptySam 15 Aoû 2020 - 16:59
Parler des Scarecrows, de ce qui l’attriste, de ce deuil si lourd sur ses épaules ne me dérange pas le moins du monde. Chris peut me parler d’absolument tout ce dont il a envie, les sujets les plus sombres, mais aussi les plus insignifiants, et je serais toujours cette oreille attentive, prête à recevoir la moindre confession, à toute heure du jour ou de la nuit. Je reste à le fixer longuement, forçant ma langue à rester collée contre mon palais, pour m’interdire toute réplique à ses paroles. De toutes façons, je suis assez certaine que là, tout au fond de lui, il sait très bien que jamais je ne fuirais en le laissant seul face au danger. Certes, Bill serait sans doute à mettre à l’abri, parce que…bah…c’est Bill, et qu’il n’a pas toujours conscience du danger avant que l’éclat d’une lame se fasse voir, ou qu’un premier coup de feu retentisse. Mais ce n’est pas pour autant que j’accepterais que Chris reste en arrière, surtout pour nous mettre nous à l’abri. Imaginer une vie dans laquelle il ne serait plus là m’est plus pénible que je ne l’aurais pensé, et je chasse d’un léger geste de la tête ces pensées troublantes. Aussi, et pour toute réponse, qu’il pourra bien interpréter comme il l’entend, je me contente de lâcher un simple : « -Tu n’es pas juste notre garde du corps. » Et…je pensais qu’il l’avait déjà compris, à défaut de l’accepter.

Je fais migrer l’entièreté de ma longue chevelure d’un seul côté de ma nuque, avant de tourner une nouvelle fois mon regard sombre vers lui, quand il poursuit ses confessions, bien contente d’apprendre qu’il ne nourrit pas de secrets plans de vengeance qui le conduiraient tout droit à la mort. Je fronce cependant doucement le nez quand il m’apprend que je suis la seule à qui il a raconté sa funeste rencontre avec les Scarecrows, et m’humecte légèrement les lèvres, sans parvenir à formuler la moindre réponse face à cette marque de confiance qu’il me témoigne aujourd’hui. Et que dire ? Merci de m’avoir fait suffisamment confiance pour partager avec moi ce qui te pesait tant, et les horreurs que tu as vécu ? Mouais…je préfère encore garder le silence, certaine qu’il sait que je suis touchée, et me contenter de poser mon regard sur lui, alors qu’il m’explique qu’aujourd’hui est l’anniversaire de son amie, et je comprends un peu plus la mine fermée qu’il nous a présenté toute la journée, sans que je ne cherche à lui arracher les vers du nez sur le pourquoi du comment pour autant.

L’aveu n’a pas tardé à quitter mes lèvres, celui que je suis sincèrement heureuse que nos chemins se soient croisés, et que Chris fasse parti des rares personnes qui me sont proches aujourd’hui. Le menton sur le genou, je tourne une nouvelle fois le regard vers lui, alors qu’il m’explique les différences entre sa façon d’être, avec les Robinson, puis avec nous. Ce besoin qu’il a ressenti de trouver le parfait ajustement entre qui il est vraiment, et ce que l’on attendait de lui. Et…ouais, je comprends parfaitement. Rares sont les personnes qui me connaissent sans ce masque perpétuel que j’offre en public, si rares qu’elles ne sont d’ailleurs que deux. A croire qu’accepter d’être juste nous-mêmes relève d’une épreuve, pour l’instant insurmontable de mon côté. Je sais qu’être la vraie Zola, celle capable d’éprouver de l’empathie, celle qui se montre sensible, touchée, celle qui ressent les choses parfois de façon si intense que ça la dépasse, ne colle pas avec ce nouveau monde. Cette Zola-là ne peut exister qu’en privé. La vie est devenue telle que la moindre marque de faiblesse, car papa Saltzman m’a toujours martelé que c’était une faiblesse que de ressentir trop vivement, représente une faille, une porte ouverte à toute personne peu scrupuleuse, une invitation à nous détruire. Alors, porter le masque de l’indifférence, parfois du mépris, jouer le détachement est devenu d’une facilité déconcertante, comme une seconde nature, juste là à fleur de peau, endossable à l’infini, sans que personne ne sache que ce n’est qu’un rôle. C’est usant, parfois, mais c’est le prix à payer j’imagine, pour être là où nous sommes aujourd’hui, et avoir survécu si longtemps.

Je reste silencieuse tandis que Chris livre ce qu’il a sur le cœur, jusqu’à cet aveu final, qui m’arrache un léger sourire tendre. Je glisse mes doigts dans ma chevelure, avant de détourner le regard, alors qu’une idée germe soudainement dans mon esprit. Je bondis sur mes pieds, et tends la main vers le survivant. « -Viens. Allez ! » J’insiste, et tire déjà sur son bras aussitôt sa main glissée dans la mienne pour l’aider à se relever. Je nous entraîne vers le bar, y attrape une bouteille de bourbon, ainsi que deux verres que je fourre dans ses mains : « -Va m’attendre sur le toit. » Et sans indication supplémentaire, je retourne dans le bureau de Bill, qui s’étonne de me voir déjà de retour. Ah oui…le No Man’s Land… « -Je suis pas partie encore. Tu sais pas où on a mis les…ah, non rien. Les voilà. » Et avant même de lui avoir laissé le temps, ou l’occasion même, de me poser la moindre question, je quitte le bureau comme une tornade, le laissant à son travail. Il ne me faut pas bien longtemps pour rejoindre à mon tour le toit, et y trouver Chris, sans doute interloqué, face à l’absence totale d’explications fournies.

Entre mes mains, l’une de ces lanternes volantes dont on a découvert tout un stock à notre arrivée, dans l’une des pièces secondaires de la piscine, avec un tas de flyers. De ce que j’ai compris, les lanternes devaient être envoyées au cours d’une journée d’animation, certaines accompagnées de billets d’entrée gratuits pour la piscine, pour quiconque verrait la lanterne tomber dans son jardin. Une manière comme une autre de faire sa communication, j’imagine, et d’attirer les foules. Dommage que les rôdeurs et la fin du monde se soient invités dans la partie. Bill voulait les jeter, mais j’ai réussi à lui en faire mettre quelques-unes de côté, sans savoir pourtant qu’elles seraient un jour utiles. Fumeur, je sais que le tatoueur à ce qu’il faut dans sa poche pour allumer la lanterne, et la laisser rejoindre le ciel de Seattle. Je lève la lanterne à hauteur d'yeux, avant d'hausser une épaule. "-J'ai pas trouvé de bougies d'anniversaire, mais je savais qu'on avait ça quelque part..." Je la dépose donc sur le bord du toit, nous sert deux verres, et prend une longue inspiration, en regardant autour de nous, avant de tourner mon regard vers Chris. « -Je suis sûre que d’où qu’elle soit, Anna serait sans doute touchée que t’ai pensé à sa journée… » Je lui adresse un très léger sourire, sans doute à peine perceptible. De mon côté, je suis bien obligée de constater que je n’ai jamais été proche d’aucun autre survivant pour connaître ne serait-ce que sa date d’anniversaire. Et ça en dit surement long sur le genre de personne que je suis.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 339
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris   Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris - Page 2 EmptyLun 24 Aoû 2020 - 0:46
Even the darkest night will end, and the sun will rise again.Zola & Chris.
Zola était touchante.. Cette Zola-là, celle qui laissait tomber les masques et qui parlait avec simplicité et  franchise. Finalement, celle avec laquelle je me sentais si bien. Pourquoi j'étais incapable d'accepter que je comptais aussi pour elle, pour Bill ? C'était comme ça et ça l'avait toujours été, et ça se résumait pleinement par une seule phrase. "On ne peut pas faire confiance aux autres, quand on ne se fait pas confiance à soi-même."
Comment accepter que je comptais pour eux, quand cette partie de moi, toujours présente, me répétait sans cesse que je n'était qu'un bon à rien, un raté, un incapable. Que je ne ferais jamais rien de bon, de bien, de grand dans ma vie.
C'étaient des idées contre lesquelles je luttais quotidiennement. Et quiconque n'a jamais été dans mon cas ne peut pas s'imaginer la douleur perpétuelle de se sentir mal, la force et l"énergie qu'il faut, chaque jour, pour verrouiller ou essayer de verrouiller toutes les mauvaises pensées et les auto-dénigrements dans un petit coin reculé de son esprit. L'énergie qu'il faut pour continuer à avancer, coûte que coûte, alors que parfois le seul fait de sortir de son lit est un obstacle à toute la journée à venir.

Et quand on ajoute à ce maelstrom déjà bien épais, l'obligation de devoir faire face, en prime, au monde et aux relations extérieures.. Alors là. C'est royal. C'est le summum du détraquement de cerveau pour moi.
Enfant, j'étais malade de devoir aller demander l'addition pour mes parents, au resto. D'aller acheter du pain seul. D'affronter les imprévus. Et si la rue est barrée ? La boulangerie fermée ? Si y'a du monde dedans ? S'ils ont plus la baguette classique, je prends quoi à la place ? Merde, j'ai la vendeuse black, et si je comprends pas son accent ?!
Ça semble rien du tout, hein ? Ben pour moi c'était source infinie d'angoisses.

-Tu n’es pas juste notre garde du corps.

Il y avait un peu de reproches dans sa voix, qui m'arrachèrent un petit sourire en coin. Je pris sur moi d'expliquer, au plus succinct possible. J'sais Zo... J'sais ça. Mais.. ça reste mon rôle malgré tout. En cas de danger tu vois ?
Alors.. Ça passe avant l'reste, si un jour on est attaqués. Et parce que j'tiens à vous..


Quelques mots s'échangèrent encore, D'âme à âme. Avec le temps j'avais appris, pour survivre, pour vivre, je devais porter un masque. Comme elle, sauf que son masque était celui du charme pour manipuler, quand le mien était celui de l'indifférence pour éloigner les autres. Et rares étaient ceux qui parvenaient à passer ma carapace pour trouver le Chris planqué en-dessous. Zola en était sans le moindre doute, et je crois que ça me faisait du bien, de lui raconter tout ça. C'est le souci quand on garde tout pour soi.. A un moment, faut que ça sorte ou on finit bouffé de l'intérieur.

D'un coup, la belle brune se dressa d'un bond et m'incita à faire de même, main tendue vers moi et que je saisis machinalement, malgré ma tête de "mais qu'est-ce tu fous ?!". Pourquoi..? Evidemment pas de réponse, et la voilà à me tirer bon gré mal gré vers le bar pour y prendre alcool et verres. Sur le.. quoi ? mais pourquoi le t-.. Mais Zo ! Et la voilà repartie, seule cette fois, en me laissant avec ma gueule d'ahuri et mon bourbon. Mon regard oscilla entre sa direction prise et celle du toit, hésitant un instant avant de rouler des yeux. OK, elle avait gagné, comme toujours.

Elle ne mit que quelques minutes à me rejoindre, posé comme un con au bord du toit, à regarder les toits, ou ce qu'il en restait par endroit, de la ville. Arrivant dans mon dos sans que je ne me retourne -je reconnaîtrait son pas entre mille-, elle vint poser quelque chose entre nous, que je mis une poignée de secondes à reconnaître, aidé par son explication. Putain... Zola était un ange. A tel point que je sentis mes yeux s'humidifier. Les traîtres ! Un verre plein atterrit devant moi alors que j'étais toujours en train de fixer le lampion que je récupérai entre mes mains. Putain Zo.. tu vas m'faire chialer, tu crains.. Ma voix était basse et étouffée, et le reproche n'en était pas un. Je pris le temps d'une gorgée de bourbon, après avoir levé mon verre vers la danseuse, avant de récupérer le briquet qui trônait dans ma poche.

Quelques petits cliquetis sur la pierre pour déclencher l'étincelle, et une flamme en jaillit, approchant doucement avant d'enflammer la petite bougie au centre de la lanterne. Je la levai doucement devant mes yeux, la retenant un petit moment sans la laisser s'échapper. Ma petite Anna. Une ado paumée dont je m'étais servie pour rejoindre les Robinson, avant qu'elle ne s'entiche de moi.. Avant que je ne la prenne sous mon aile, même si je n'avais rien ressenti plus que de la tendresse pour elle. Zo n'aurait pas pu trouver plus évocateur et plus juste que ce lampion, aujourd'hui. Il était temps que je laisse partir son fantôme, que je lui dise enfin adieu pour me tourner vers l'avenir.
La lanterne libérée s'éleva lentement dans les airs, portée par un courant d'air montant. Je restai à la regarder, venant poser mon épaule contre celle de mon amie, reprenant une gorgée d'alcool. J'avais bien envie d'une clope..mais c'était pas le moment.

- J'sais pas si elle est quelqu'part.. Mais ça m'a fait du bien d'penser à elle. Et de t'en parler.

La loupiote devint un infime point de lumière et je la quittai enfin du regard, pour le reporter sur ma voisine. Et toi, Zola. C'est quand ton anniversaire ?

:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Zola Saltzman
Bras droit | The Gentle Bastards
Zola Saltzman
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/07/2020
Messages : 373
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris   Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris - Page 2 EmptySam 29 Aoû 2020 - 0:01
Un sourire mi-désolé étire mes lèvres à la petite remarque de Chris, alors que je porte le verre chargé d’alcool à mes lèvres pour en boire une longue gorgée. L’idée n’était pas de le faire pleurer, bien loin de là…je suis même persuadée que je m’en voudrais énormément si un jour j’étais la cause de ses pleurs, ou que je lui causais de la peine. Non, l’idée est plutôt de dire au revoir, de laisser filer les fantômes du passé, d’exorciser la douleur, d’une manière ou d’une autre. D’aller de l’avant, oui. Le briquet sorti, la petite flamme ne tarde pas à jaillir, alors que le jeune tatoueur fait le nécessaire, le lampion s’illuminant rapidement de l’intérieur, sans que je le quitte du regard. Chris le garde entre ses mains quelques instants, j’ignore ce qu’il se passe dans sa tête, l’idée de poser la moindre question ne me vient même pas à l’esprit, alors que ma main glisse doucement dans son dos, en guise de soutien, de réconfort sans doute également.

Du bout des doigts, il finit par lâcher la lanterne, qui prend de la hauteur rapidement. L’épaule de Chris vient trouver sa place contre la mienne, et je glisse un bras autour de sa hanche, ma tête venant se nicher contre son bras. Où que soient les gens qu’on a perdu, j’ai moi aussi une pensée pour ces personnes qui ont croisé nos routes, plus ou moins longuement, et qui nous ont quitté, d’une manière ou d’une autre. Les souvenirs affluent, et se retrouvent muselés presque aussitôt, alors que je hoche doucement la tête. « -Hésite jamais, d’accord ? Même si c’est pour me parler de n’importe quoi. Ma porte te sera jamais fermée. » Et pendant un moment, on reste ainsi plongés dans le silence, dans nos pensées respectives, comme deux statues figées, à observer la lanterne s’éloigner, devenir un point lumineux dans le ciel de Seattle, avant de se perdre dans les airs.

Je finis par me séparer de Chris, au moment où il tourne son visage vers moi, pour me demander quand tombe mon anniversaire. Un sourire fugace étire mes lèvres, alors que je prends le temps d’avaler une gorgée d’alcool, et de m’installer à califourchon sur le bord du toit. « -Le 14 février. » Je ne peux retenir un sourire amer. Ouais…c’est plutôt ironique quand on connaît la débâcle qu’est ma vie sentimentale. L’alcool brûle une nouvelle fois ma gorge quand j’en avale une gorgée, alors que je fais un léger geste de la main tenant le verre en direction du tatoueur, enchaînant presque aussitôt. « -Et je te souhaite d’être si occupé avec un charmant jeune homme tous les ans, que t’en oublieras de me le fêter ! » Je lui adresse un sourire complice, et finalement, Chris prend place à son tour sur le toit, alors que le niveau de la bouteille de bourbon diminue peu à peu. Nos silences durent parfois, sans que ce ne soit pesant pour autant. Jamais, lorsqu’on est ensemble. Et finalement, il fait nuit lorsque le froid nous pousse à trouver refuge à l’intérieur du bâtiment, éméchés certes, mais le cœur bien plus léger.




La vida no es la fiesta que habiamos imaginado, pero ya que estamos aqui, bailemos
Some days I am goddess. Some days I am wild child. Some days I am a fragile mess. Most days, I am a bit of all three. But every day, I am here, trying.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris   Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Even the darkest night will end, and the sun will rise again || Chris -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]
» [UploadHero] House of the Rising Sun [DVDRiP]
» Batman The Dark Knight Rises [DVDRiP]Action

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: