The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Uber c'est plus ce que c'etait -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2316
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 5 EmptySam 29 Aoû 2020 - 14:12
Celui qui aime pas les medecins



Il transpire beaucoup, trop peut être, je m’en branle en fait, tant qu’il ne tremble pas, ma main restera sure que la sienne. Mauricette est à quelques cm de sa nuque et moi aussi je ne tremble pas malgré le poids de la lame. Il a beau me dire que je n’ai rien a craindre de lui, essayer de me faire comprendre que son intérêt est que ma Joey vive… sa vie est suspendue a ses gestes… tout comme la mienne d’une certaine façon. Une partie de moi est morte ce soir quand elle s’est subitement arrêtée de répondre a mes questions. Je l’ai secouée, appelée, on a failli faire une sortie de route pour finir garé au milieu de nulle part. J’avais a peine éteint le moteur que je sortais le pauvre type du coffre pour qu’il fasse son officie, lui promettant de le laisser en vie s’il la sauvait.

Je crois que ce sont les minutes les plus longues de mon existence depuis l’accouchement de Gemma. Le type essaye de me parler, de commenter tout ce qu’il fait comme geste, surement pour me rassurer, il a senti, il a deviné qu’il y a un souci. Il m’a entendu parler aux autres. Je fais toujours attention de pas leur répondre quand je suis pas seul, mais j’ai mal au crâne et ils m’épuisent. Je suis obligé de leur demander de se taire alors qu’ils s’engueulent quant à la suite pour le type.

Le toubib me pose des questions a la con genre la date, le lieu… mais putain qu’est ce que j’en ai a foutre de ca !!? Il me parle de potentiel traumatisme crânien et propose de regarder mon crane. Ca me crispe de suite et il abandonne vite l’idée quand Mauricette le caresse d’un peu trop près.

Je réussi a respirer a nouveau quand je vois les yeux de Joey papillonner et qu’elle semble reprendre conscience. J’attrape immédiatement sa main pour la serrer, laissant Mauricette sur mon côté, loin de la nuque du mec qui continue son œuvre même sans la menace. En même temps, que sait il vraiment faire ? On est pas loin d’une ville certes, mais quoiqu’il tente, je n’aurais pas besoin d’arme pour le rattraper et le fumer dans d’actrice souffrance. Sa meilleure chance et d’espérer que je suis un mec de parole et que Joey n’a pas perdue assez de sang ; Même si je suis O positif, on a rien pour faire une transfusion. Elle me demande le lieu, sauf que j’en ai aucune idée, enfin, je m’en rends compte quand je parle que je sais pas trop ce qu’on fout la en fait.  

« On est…
- Sur Bayway Avenue,
- Ouai voila,
- Et je suis Ezrael Mademoiselle, ne vous agitez pas, j’ai presque fini de vous suturer. Vous avez eu beaucoup de chance qu’aucune artère n’ait été touchée.»


Il lui parle avec presque de la gentillesse et je m’en veux de l’avoir autant bousculé. En attendant je ne quitte pas les yeux de Joey, sans lâcher sa main et j’essaye de lui sourire.

« Je t’avoue que c’est pas comme ca que j’imaginais notre viré en …»


Je lui souris avec tendresse. Je ne me rends pas compte que je n’ai pas fini ma phrase ou que le type lance un regard appuyé à Joey qui en dit long sur ce qu’il pense de mon état. Moi je vois juste qu’elle a l’air épuisée. Il se pousse avec presque du respect pour me laisser la prendre dans mes bras quand il a fini.

« Il ne faut pas qu’elle force sur sa jambe, il faut que la plaie soit correctement désinfectée tous les jours et si elle a de la fièvre il faudra absolument traiter avec des médicaments … Monsieur ? Ca va ? Vous ne voulez toujours pas que je jette un œil a votre plaie ?»

Je plisse les yeux avec la lumière et j’ai un mal de crane qui m’oblige a m’agacer.

« C’est pas moi qui ait été blessé ici !!  D’ailleurs, t’as payé ta dette, t’es libre alors barre toi avant que je change d’avis.»

Il reste à nous observer, peut être surpris que je tienne ma parole, avant de nous saluer de la tête et de partir. Oui, je ne l’ai pas tué au final, sauf qu’il n’a pas d’arme et qu’il n’a pas l’air démerde. Je ne donne pas cher de sa peau. Ca aurait surement été plus clément de lui couper le cou, mais au moins, il a sa chance de s’en sortir.

Je reste près de ma blessée, en observant les alentours, très vite je remarque des bâtiments hauts au loin. J’essaye de la rassurer en lui promettant que ca va aller et qu’il faut juste un peu de courage pendant que je l’aide a se réinstaller dans la voiture. A vue de nez il ne nous faudra pas longtemps pour atteindre ce qui semble être un ancien hôtel. S’il y a un étage c’est jackpot.

« Tu.. tu m’as fait très peur… refais jamais un truc aussi con que ça.»

Je tourne les clés pour démarrer la voiture, conscient que les secousses doivent pas être agréables pour elle.

« Je vais te demander encore un peu de courage et ensuite, promis, tu pourras te poser un peu.»



Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/02/2020
Messages : 1365
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 5 EmptyLun 31 Aoû 2020 - 23:23
A peine mes yeux ouverts, les doigts d’Isha viennent se glisser entre les miens en guise de réconfort, alors que la nuque du type se trouve débarrassée de Mauricette, non sans qu’il émette un long soupir de soulagement. Le nom de la rue citée ne m’évoque, bien sûr, absolument rien, et je me redresse un peu pour observer l’homme suant à grosses gouttes penché au-dessus de ma cuisse. Que je ne m’agite pas ? Il est marrant, lui. C’est quand la dernière fois qu’il s’est fait recoudre une plaie à vif ? Parce que franchement, c’est pas super agréable comme moment. Je serre la main d’Isha, et lève mon visage vers lui, en pinçant les lèvres et serrant les dents. Il a bien dit que c’était presque fini, non ? Je sais que je peux encore encaisser, j’en suis même persuadée. Ma tête retrouve la banquette de la voiture, alors que l’aiguille et le fil font leur boulot, et je ne quitte pas le regard d’Isha, dans lequel je devine une inquiétude évidente, alors que j’essaye de répondre à son sourire par une grimace similaire.

J’ai l’impression que contrairement à ce qu’a dit Ezraël, les soins prennent encore une éternité, et quand il annonce que c’est terminé, je me redresse de nouveau sur un coude pour observer son travail de couture. C’est pas si mal que ça…on peut même dire qu’il a fait du bon boulot. Quand il se décale enfin, une fois le travail fini, Isha me prend aussitôt dans ses bras, alors que je ferme les yeux quelques instants. Je me sens aussi vaillante qu’une larve, mais ne doute pourtant pas que je me remettrais de cette petite…mésaventure. Quand Ezraël y va de ses petits commentaires sur ma blessure et les soins à apporter, en s’adressant à Isha, je rouvre les yeux pour les poser sur lui aussitôt. « -Hé oh, je suis là. Je vous entends, hein. » Je souffle ma mauvaise humeur d’être traitée comme une espèce de gosse, et relève le visage vers Isha au moment où celui-ci expédie notre infirmier du jour sans aucune délicatesse.

Il reste à nous fixer, son regard faisant l’aller-retour entre Isha et moi plusieurs fois, alors qu’il finit par ranger ses affaires, et s’éloigner après un signe de tête. « -Attendez, Ezraël… » Mais l’homme est déjà trop loin, ou ma voix pas assez forte, et il disparait à l’angle d’un bâtiment. Merde…j’aurai bien voulu qu’il jette un coup d’œil à la blessure de l’ex-gladiateur par la même occasion, mais je n’ai pas été assez réactive. Je soupire mon impuissance, et ferme une nouvelle fois les yeux dans les bras d’Isha. Est-ce que ça y est, on peut dormir un peu, maintenant ? Manifestement non, et il m’aide à m’installer à l’arrière de la voiture, avant de retourner derrière le volant, alors qu’il exprime à voix haute cette peur que j’ai lu dans son regard un peu plus tôt. Je glisse la main jusqu’à son épaule, captant son regard dans le rétroviseur. « -Je suis désolée. » Mouais, ça doit lui faire une belle jambe, j’imagine. Je reste silencieuse quelques secondes, avant de regarder par la fenêtre pour observer notre environnement. « -Et pour ma défense, j’ai rien fait de con…j’ai cru que la rafale… » Je ne termine pas ma phrase, Isha saura très bien deviner seul ce que j’ai cru que la rafale avait fait. Et ouais, il est possible que j’ai oublié de réfléchir avant de foncer tant j’étais inquiète, tout simplement. Puis le conducteur m’est tombé dessus, et bref…on sait comment ça s’est fini.

La voiture redémarre, et on reprend la route, alors que l’arrière de ma tête se pose contre l’appui-tête. La voix d’Isha me pousse à tourner de nouveau les yeux vers lui, et je reste silencieuse quelques instants, avant de capter une nouvelle fois son regard dans le rétro. « -Hé, je vais bien Isha. Ça va guérir, d’accord ? » Bon…peut-être pas demain, ni après-demain, mais ça ira vite mieux, j’en suis sûre. Et pour appuyer mes propos, je lui adresse un léger sourire, avant de soupirer doucement. Le bitume en mauvais état, craquelé par endroits, envahit de mauvaises herbes secoue la voiture par moments, mais j’essaye de ne pas m’en formaliser, et ferme les yeux plus d’une fois, somnolant presque, sans remarquer tout de suite que la voiture s’est finalement arrêtée. Est-ce qu’on est arrivés chez nous ? Je me redresse mollement quand je prends conscience de notre arrêt, et regarde tout autour de nous…sans rien reconnaître. « -Et maintenant…on est où ? » Dans le genre pire co-pilote de l’histoire de l’humanité, je me pose là, en bonne gagnante.

Les bâtiments me sont totalement inconnus, et je ne remarque aucun nom de rue qui pourrait m’aiguiller sur l’endroit où on se trouve. « -On est encore loin du No Man’s Land, tu penses ? » Je fronce les sourcils, agacée de ne rien reconnaître, avant de tourner de nouveau mon regard vers lui, et observer plus attentivement ses traits, ses yeux. « -T’as une sale tronche, et je sais que t’as mal, même si tu veux pas le montrer. Ta blessure à la tête m’inquiète, et je voudrais que quelqu’un de plus compétent que moi y jette un coup d’œil… » Je ne le quitte pas du regard, taisant que la mention de Logan a plusieurs reprises m’angoisse à un point inimaginable, et que ouais…j’ai peur des conséquences que ce coup à la tête pourrait avoir sur sa santé, et sa mémoire.


Storm in her eyes, peace in her smile.
They've promised that dreams can come true, but forgot to mention that nightmares are dreams, too.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2316
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 5 EmptyMer 2 Sep 2020 - 22:33
celui qui a trouvé un pure plan pour l’été



Le trajet est laborieux, j’essaye de pas aller vite et de tenir la conversation a Joey, sauf que la route et les dédales que sont devenues les rues depuis la fin du monde n’aident pas et je la voies grimacer a chaque soubresauts de la voitures. Non je ne sais pas lui reprocher sa connerie, c’est plus la mienne qui me mine et je pense que son mec sera en droit de m’en coller une sévère de ne pas l’avoir laissé en sécurité le temps que je réglais la situation.
Je finis par m’engager dans une vase allée dévastée et mal entretenu qui donne sur ce qui devait être un putain d’hôtel de bourge. Avec le soleil, il a encore une gueule qui fait rêver, malgré sa façade crasseuse, les traces d’impacts de balle, les fenêtres pétées et les volets tombants. Avec la pénombre je suis sûr que ca fait un pure décor d’Halloween.

« Ouai, je pense qu’on est loin de tout… en fait on est au Prestige Oceanfront Resort Smoke ou Sooke, il manque des lettres sur la devanture, mais je pense que ca devait être un chouette hôtel. »

Je reste quelques minutes a regarder le bâtiments en essayant de m’imaginer sa gueule dans les bons jours. Quand on venait ici juste pour niquer, bah oui, les hôtels c’est bien pour les passes non ? Puis je demande a ma co pilote, très sérieusement.

« Attends-moi dans la voiture et cette fois, vraiment pas de connerie d’accord ? »

Je sors avec précaution et surtout Mauricette, du véhicule pour entrer dans l’hôtel. Le hall rococo a connu des jours meilleurs et c’est sacrement le bordel et là aussi, ca pu, une odeur de sucre écœurante. Ouai de barbe a papa dit autrement. Mais j’ai peur que vous pensiez que je suis en manque de barbe a papa a force de prononcer le mot barbe a papa ou que j’ai perdu un pari. Allez savoir. C’est pas moi qui suis dans votre tête.

Parce que l'hotel existe vraiment:
 

je prends le temps de faire rapidement « le ménage » comprenez par faire du boucan et fumer tout ce qui se pointe. J’inspecte les chambres de l’étage et en trouve une qui est praticable, avec un balcon en prime. Y’a même des transats et la vue sur la flotte. Je sais déjà ou je vais dormir. Je secoue vite fait le matelas et ce qu’il y a dessus et ouvre la fenêtre pour faire partir cette foutue odeur avant d’aller chercher Joey.

Forcément, je retrouve cette bourrique pale comme une morte a se trainer en boitant dans le hall. Je la rattrape en grognant :

« Putain !!! Mais tu sais pas rester en place !! T’as vraiment envie de crever ou quoi ? »


Je la soulève pour aller vers la chambre.

« Je vais te ramener a ton mec, panique pas, mais faut qu’on se pose avant. Le temps que tu récupères des forces et que Logan nous retrouve. »

Bah ouai, parce que, pour moi j’ai vraiment laissé un mot a Logan sur le mur qui lui permettra de nous retrouver. Je la pose sur le lit avant de lui demander en souriant.

« Je vais aller chercher de l’eau dans la mer pour que tu te nettoie, tu veux me filer tes fringues pour que je les rince en même temps ? »



Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/02/2020
Messages : 1365
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 5 EmptyMar 8 Sep 2020 - 19:33
Mes yeux se ferment malgré moi à de nombreuses reprises, et je ne peux m’empêcher de grimacer quand cette foutue route à la con agite un peu trop la voiture, et me fait mal. Je voudrais dire que ça ne me tire que dans la cuisse, mais le fait est que j’ai l’impression d’être passée sous les roues d’un camion. Isha tente de me faire la conversation, je perçois sa nervosité et son inquiétude dans chacun des mots qu’il prononce, si bien que j’essaye de donner le change, autant que possible, en tentant d’assurer ma voix au maximum. Oui, je douille. Mais franchement…on a vu pire, non ? Quand il finit par arrêter la voiture, je rouvre les yeux, et me penche un peu pour observer la façade de l’un de ces hôtels dans lequel ni lui ni moi n’aurions pu nous payer ne serait-ce qu’une nuit. Je hausse les épaules quand il me dit où nous sommes, et n’ai pas besoin de faire le moindre commentaire pour qu’on sache tous les deux que je n’ai absolument aucune idée du lieu où on se trouve.

Silencieux, on prend quelques instants pour contempler cet endroit, dont je parviens sans mal à imaginer la fréquentation, le voiturier et les clients sur leur trente et un pousser leurs bagages devant eux avec une distinction qui m’a toujours échappée. C’est la voix d’Isha qui m’arrache à cette contemplation, et je me tourne vers lui quand je le vois empoigner avec fermeté Mauricette. Aussi, je hoche doucement la tête en guise de réponse, et lâche malgré tout à mi-voix : « -Sois prudent. » Et le voilà déjà face à l’entrée de l’hôtel, qui l’engloutit quelques instants plus tard. Seule dans la voiture, je trouve le temps particulièrement long, et même fenêtres fermées, j’entends le raffut qu’il fait, face à des rôdeurs, ou peut-être même des autres humains, réfugiés là. Sans réfléchir, j’ouvre la portière, et tend l’oreille, à la recherche de sons de voix différents, en vain. Je finis par m’extirper totalement de là, enfiler mon sac sur les épaules, et boiter jusqu’au hall, non sans m’appuyer sur tout ce que je trouve au passage pour alléger mon poids sur ma jambe, poursuivant même quand ma tête se met à tourner.

Je n’ai pas le réflexe de dégainer mon couteau quand du bruit se fait entendre droit devant moi, mais heureusement, ce n’est qu’Isha, peu ravi de me voir debout malgré sa demande. « -Tu étais long, j’étais inquiète. » Que je bougonne de mauvaise humeur, pourtant sans rechigner quand il me prend dans ses bras, bien conscience que je n’aurais pas réussi à parcourir beaucoup plus de distance. Il monte les escaliers, peut-être un ou deux étages, et je râle une nouvelle fois face à sa remarque. « -Je te parle pas de Connor, bourrique, je te parle de ta blessure à la tête, et des soins dont tu as besoin. J’aurai même pas dû te laisser conduire ! » Mais je n’étais pas vraiment en état de le faire non plus, je l’admets. L’allusion à Logan me confirme d’ailleurs que quelque chose ne tourne pas aussi rond qu’il le devrait. Il me porte sans peine malgré la distance, et nous emmène dans une chambre qui me fait hausser les sourcils. « -La vache…on a vécu dans des apparts plus petits que ça, avec Marianne. » Et nettement plus miteux aussi. Le lit sous mes fesses est moelleux à souhait, et mon regard curieux parcourt la chambre, jusqu’à apercevoir ce bout de mer, qui brille par la fenêtre du balcon, alors qu’un léger sourire gagne mes traits. Immédiatement, je ressens cette attirance, ce besoin d’aller y tremper mes pieds, de laisser les flots salés lécher mes jambes.

Quand il me propose d’aller chercher de l’eau pour que je puisse me débarrasser de tout le sang qui a séché sur ma peau, je reste à l’observer longuement, peinant sur la décision à prendre. Bien sûr que j’ai envie de me débarrasser de cette preuve de l’atrocité que j’ai commise qui souille mon corps, et en même temps, autre chose me taraude depuis un bon moment déjà. Finalement, j’attrape sa main, doucement, et le tire pour qu’il rejoigne le lit à son tour. « -Attends Isha…il faut…on doit parler de quelque chose d’abord. » Mes doigts se serrent brièvement sur sa main tandis que j’essaye d’ordonner mes pensées, et je pince doucement les lèvres, puis ferme les yeux, redoutant tant sa réaction, et cette possibilité, plus que probable, que je lui fasse du mal, qu’il se mette en colère. Et ouais…peut-être que j’apprécie qu’on puisse réussir à parler sans cette tension plus que palpable qui régnait dans le coffre de la voiture. « -Ecoute moi jusqu’au bout, et évite de quitter la chambre, parce que je serais obligée d’essayer de te rattraper, et que toi comme moi savons que je n’y arriverais pas… » Je soupire doucement, et finalement, relève mon regard vers son visage, pour le plonger dans le sien. « -Logan n’est pas là…je…je pense que c’est ton coup sur la tête qui te joue des tours, et perturbe ta mémoire. Souviens-toi, il est resté à Détroit quand on a dû fuir, et…et…il est pas ici, Isha. Et je peux pas te laisser penser ça, et te laisser prendre des risques pour retrouver une personne qui n’est pas là… » Ma voix n’est pas aussi assurée que je l’aurai voulu, et je guette sa réaction, penchant légèrement la tête sur le côté : « -Je suis vraiment désolée. Je sais qu’il te manque… »


Storm in her eyes, peace in her smile.
They've promised that dreams can come true, but forgot to mention that nightmares are dreams, too.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2316
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 5 EmptyMar 8 Sep 2020 - 23:01
celui qui fait du relooking


Je reste a l’écouter en fronçant les sourcils. D’une certaine façon je sais qu’elle a raison, de l’autre, je sais que j’ai vu Logan ici, quel que soit le ici. Du coup je sais plus au final et ça me donne mal au crane. D’ailleurs, d’où qu’elle saurait mieux que moi ? Je passe doucement la main sur son front. Il ne me semble pas anormalement chaud mais elle a l’air épuisée et triste. J’essaye de lui sourire, pour la rassurer.

« Tu as perdu beaucoup de sang, c’est normal que tu sois confuse. Pour le moment allonge toi d’accord ? On va prendre le temps d’être en état de repartir. »


Je lui embrasse le front et ne lui laisse pas le temps de me retenir ou de me filer ses fringues. J’ai déjà oublié, en fait, que je lui avais proposé. Comme je ne sais jamais faire les choses comme les autres, je tire une lourde commode le long de la porte avant de quitter la chambre par le balcon. Avec la migraine j’ai besoin d’une petite minute une fois au sol pour que ça arrête de me cogner au niveau des tempes puis je vais dans l’hôtel a la recherche de récipient. Je passe par la boutique de souvenir et me marre en prenant un sac que je remplis de chemises hawaïennes ultra moches, des bobs assortis, des lunettes de soleils, de maillots de bain que je pense être a notre taille, de magnet a la con, portes clés divers sur le thème de la mer et même une boule a neige avec une baleine a bosse. Gemma et Eulalie vont trop kiffer ! Je laisse le sac dans l’entrée et vois ce qui devait être une ancienne fontaine a eau, je crois que j’ai trouvé dans quoi ramener la flotte !!!

Il ne me faut pas longtemps pour arriver a la mer qui lèche presque les pieds de l’hôtel, malgré les morts que je croise. C’est étrange de me « laver » dans l’eau salée, je vire mes fringues souillées et me frictionne rapidement jusqu’à la tignasse, pas trop à l’aise d’avoir de l’eau jusqu’à la taille. Pas seulement parce que je sais pas nager, que j’ai déjà manqué de me noyer, mais plutôt que j’ai tué pas mal de moisis sur la plage et que je flippe qu’il y en ait sous l’eau qui me choppent les jambes. Ouai, hors de l’eau j’ai pas peur mais dans la mer c’est pas pareil. L’eau est froide, elle sent zarbe, et elle a un drôle de gout, mais c’est chouette malgré les gros piafs a la voix criarde qui arrêtent pas de gueuler. Je ne m’attarde pas, conscient que je Joey est seule et vulnérable. Quand je me retourne pour retourner a l’hôtel je me fige en apercevant Harvey en prise avec des rodeurs. Putain !! Le temps que j’accoure, il n’est plus là. C’était quoi ça ???


Moins détendue, je ne me fais pas prier pour retourner vers la chambre, non sans récupérer le sac a souvenirs. Il me faut œuvrer en deux fois pour le bidon d’eau que je laisse devant la porte avant de passer par le balcon pour l’ouvrir. Mais au moins je suis pas peu fier de moi.

« L’eau de Madame est servie, j’ai même pillé la boutique et je … JOEY !!! PUTAIN !!!»


Je me fige en découvrant Joey les yeux clos, le ventre en sang, avec cette musique, celle que je n’oublierais jamais en fond. Celle avec laquelle mon vieux a aimé un peu trop jouer pour ses mises en scènes avec moi. Je me précipite avec horreur sur le corps de mon ex-femme, ou ma femme, ou mon esclave, ou mon plan cul, je sais plus.

« Pitié…. Non… non… non…. Pas ca !!!!!!! »

Je la serre dans mes bras cherchant a contenir la plaie avant de réaliser que Joey a les yeux bien ouverts, qu’elle me parle mais que je bite rien et que son ventre va bien malgré que je suis en train de la secouer pour rien. D’ailleurs, en parlant de bite, je suis a poil. Je me souviens plus ou j’ai laissé mes vêtements mouillés. Je me redresse immédiatement très perturbé parce ce qui vient de se passer. Je me passe la main sur le visage, pour le coup, je me sens pas bien.

« Je crois que je suis fatigué aussi…. Je … je vais aller m’allonger sur les transats d’accord ? et… et on va fermer la porte fenêtre d’accord ? Pour que tu sois tranquille… »



Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/02/2020
Messages : 1365
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 5 EmptyMer 9 Sep 2020 - 18:09
Je reste à l’observer, aux aguets, prête à essuyer la moindre réaction, même la plus violente à vrai dire. Mais au lieu de ça, Isha me fixe comme si j’avais complètement perdu les pédales, et va même jusqu’à poser la main sur mon front à la recherche d’une fièvre qui n’existe pas. A ses premiers mots, je ferme les yeux, et serre le poing malgré moi, comprenant qu’il n’a pas écouté un mot de ce que je viens de dire, ou tout simplement qu’il refuse d’y croire, en plein déni. Quand il se relève du lit, j’essaye de le retenir, mais mes doigts se referment sur le vide, et sans un mot, je l’observe sécuriser la porte, puis se diriger vers le balcon, duquel il disparait rapidement de ma vue. Bordel…

Pendant je ne sais combien de temps, je reste comme ça, juste assise sur le lit, à ne faire strictement rien d’autre qu’observer la mer par les portes fenêtres. Je me sens si…vide. Je ne peux retenir un long soupir, et à contrecœur m’arrache à cette vue. Chancelant sur mes jambes quand je me relève, je retire mon sac à dos, et me dirige vers le balcon, sur lequel la vue est imprenable, et a l’effet d’un baume. Je vois la silhouette d’Isha réapparaître de je ne sais où, et se déshabiller pour plonger dans l’eau après avoir éliminé les quelques rôdeurs qui trainaient là. Tourner le dos à l’étendue d’eau n’est pas aisé, j’aurai sans doute pu rester là des heures, mais je retourne dans la chambre, retire avec difficulté mes chaussures, puis ôte chacun des vêtements que je porte, pour dévoiler mon corps douloureux et blessé. Sur ma peau, des traces de sang séché sur lesquelles j’évite au maximum à mon regard de trainer dessus, et je farfouille dans mon sac à dos pour en tirer de quoi désinfecter ma lèvre fendue, puis la longue estafilade qui court sur ma hanche, et qui aurait pu avoir besoin des sutures d’Ezraël également. Tant pis pour celle-ci, elle ne saigne déjà presque plus de toutes façons. Le reste de l’état des lieux de mon corps est sommaire, une part de moi refuse de s’y attarder. Je ne me fais aucune illusion sur le fait que des bleus et autres hématomes ne vont pas tarder à apparaître sur ma peau, autour de mon cou, mais ça guérira, comme tout le reste.

En sous-vêtement, je fais le tour de la chambre, passe par la salle de bain pour y trouver deux savons, brosses à dents et charlottes de douche, encore dans leurs emballages, ainsi que deux peignoirs et paires de chaussons dans l’armoire. A croire que la pièce était fin prête pour accueillir ses prochains clients, sans doute sans savoir qu’il s’agirait de survivants d’une apocalypse surprise. J’enfile l’un des peignoirs, bien moins rêche que ce que j’ai pu imaginer, et m’allonge -enfin- sur ce lit qui me fait de l’œil depuis tout à l’heure après un regard vers l’extérieur, où Isha est en train de faire trempette. Je ne me rends compte qu’à cet instant d’à quel point mon corps est tendu et crispé, et j’ai toutes les peines du monde à lâcher prise, à accepter qu’on est en sécurité, et bien en vie tous les deux. Mes yeux se ferment, et je crois que je ne mets pas bien longtemps à sombrer dans une sorte de semi-conscience, épuisée par cette folle journée, riche en rebondissements et en émotions.

Je reprends un peu trop brutalement conscience à mon goût quand la voix d’un Isha en pleine panique me tire de l’inconscient, tandis que je sens ses mains presser mon corps, appuyer frénétiquement sur mon ventre, me secouer un peu trop vivement, et je ne comprends pas vraiment ce qui se passe, là tout de suite. « -Isha ? » Il a le regard un peu fou, et ne semble même pas m’entendre, alors que ses doigts s’enfoncent dans ma chair, et je suis obligée d’hausser un peu le ton : « -Isha !!! Arrête s’il te plait, tu me fais mal. » J’ai l’impression de le voir atterrir brusquement, et se relever dans la foulée avec une drôle d’expression sur le visage, tandis qu’il me fixe avec des yeux ronds. Je me redresse à mon tour, inquiète au possible, avec l’impression d’avoir soixante-dix ans, me met debout avant de me planter devant lui, et de prendre son visage à deux mains pour planter mon regard dans le sien. « -Regarde-moi. Je sais pas ce qui vient de se passer, mais tout va bien, d’accord ? Maintenant, c’est moi qui prends les rênes. Mets-toi dans le lit. » Je relâche son visage, et désigne avec autorité le lit. Un transat… ? Et puis quoi, encore ?! « -Isha, mets-toi dans ce foutu lit. Maintenant. » Je profite de sa confusion évidente pour l’aider à s’allonger, et étend les draps sur son corps nu. « -Repose toi maintenant. J’irai chercher tes habits…plus tard. » Je le vois perdu, l’expression d’un gosse paumé sur les traits du visage, et n’ai absolument aucune idée de ce qui peut se passer dans sa tête. Puisant dans mon sac à dos, j’en retire une bouteille d’eau qui vient du camp, et la lui tend pour qu’il boive un peu. Le brun lutte contre le sommeil comme un sale môme, et finit par rendre les armes, tombant sans retenue dans les bras de Morphée.

De mon côté, je vais m’échouer contre la commode, le fixant avec désarroi pendant une éternité. Putain…mais c’était quoi, ça ? Je crochète mes doigts au meuble, ne réalisant qu’à cet instant que mon cœur bat comme un fou dans ma cage thoracique, et que les pires scénarios sont en train de vriller mes pensées. Les heures les plus longues jamais vécues débutent alors, et alors qu’Isha se remet de ce choc à la tête, je me force à rester réveillée, prête à toutes les éventualités…même les plus sordides. Je suis épuisée, mon corps me supplie pour que je lui accorde un peu de repos, mais je m’efforce de le lui refuser, alors que mon niveau d’attention chute d’heure en heure. Pour rester occupée, et ne pas glisser dans la facilité du sommeil alors qu’Isha sombre dans d’innombrables délires qui m’obligent à rester consciente, j’arpente la chambre en traînant la jambe, utilise l’eau ramenée pour retirer toute trace de sang de mon corps, frottant vivement jusqu’à rougir ma peau pour être certaine de faire disparaître toute trace d’hémoglobine -en vain-, fouille le sac qu’il a ramené et revêt l’une de ces affreuses chemises, manque de m’endormir à cette table où je suis accoudée, me plonge sans retenue dans cette vue paradisiaque que je finis par ne même plus voir. Je me force à bouger à chaque fois que je somnole, soit bien trop souvent à mon goût. Isha enchaine les épisodes d’hallucinations qui me précipitent à son chevet, où les prénoms de tous ceux qu’on a connu à Fort Hope, dans cette autre vie à Détroit, ainsi que ceux de personnes que je ne connais pas passent par ses lèvres. Il se lève, gesticule, gigote, crie subitement, sue à grosses gouttes, me frappe quand j’essaye de le calmer, et gémit de plus belle. D’un malheureux coup de coude en pleine cuisse, il fait sauter deux points de suture, et je m’effondre à genoux au pied du lit, trente-six chandelles passant dans mon champ de vision, une vilaine nausée me prenant aux tripes.

Et je reste là, assise par terre tandis que la chambre tourne autour de moi, mon sang teintant le parquet, le dos en appui contre le lit, la tête rejetée sur le matelas, mes paupières se fermant de plus en plus. Cela fait toute une journée qu’on est ici, sans sommeil pour veiller sur Isha, sans manger, de longues heures d’incertitudes angoissantes. Je n’ai plus envie de lutter, plus la force non plus, et pourtant, je me retrouve à quatre pattes pour avancer jusqu’à la commode, me relevant en m’appuyant dessus avec toute l’inélégance du monde, pour me retrouver sur mes deux jambes tremblantes, le sang coulant désormais sur ma cuisse. La chambre tourne de plus belle, mais je n’y prête pas la moindre attention, et avec la même force que celle dont ferai preuve Gemma, je mets près d’une dizaine de minutes à bouger la commode qui obstrue la porte, et m’aventure, pieds nus et sans arme, dans l’hôtel. Je n’ai pas conscience du danger, ou du moins, mon esprit éreinté semble occulter la possibilité qu’il puisse y en avoir, et descend sur les fesses les étages que j’aurai sans doute toutes les difficultés du monde à remonter plus tard. J’avance au ralenti, traînant la jambe, m’appuyant sur les murs, les meubles, les portes, pour progresser, jusqu’à trouver les cuisines…vides. J’imagine qu’ici, les produits devaient être frais, importés de je ne sais quel grand restaurant à la con. Je sais que c’était à prévoir, et pourtant, une part de moi se frustre de ne rien trouver qui pourrait nous être utile. Je me laisse glisser contre la chambre froide, et reste le cul par terre pendant un long, très long moment.

C’est la peur de laisser Isha seul trop longtemps, et tout ce qui pourrait arriver en mon absence, qui me force à me relever, et je grogne quand ma jambe ploie sous mon poids, me rattrapant in extremis à une table en gémissant. L’idée de juste me coucher par terre, et de rester là, sans bouger emplit chacune de mes cellules, et je sens des larmes d’épuisement et d’impuissance me monter aux yeux. Mais renoncer n’est pas Joey, et je me force à rebrousser chemin pour rejoindre la chambre. Un écriteau doré attire cependant mon attention, et je me dirige vers le quartier des employés d’un pas incertain. A l’intérieur, un rôdeur fraîchement refroidi, sans doute de la main d’Isha, une pièce commune avec une table, un frigo, des placards et deux canapés, et ce qui ressemble à plusieurs chambres. Les placards trouvent toute mon attention, et derrière des paquets de gâteaux et autres chips, je découvre ce qui me semble être un trésor. Un très léger sourire étire mes lèvres quand j’y trouve un pot de beurre de cacahuètes, une boîte de conserve d’ananas au sirop, une de poires, une de sardines qui me fait déjà froncer le nez, et une boîte de pudding au chocolat qui aurait fait le bonheur d’un ado borgne au chapeau de shérif. J’ai l’impression que c’est Noël. D’un drap, je fais un sac de fortune, déposant nourriture et couverts dedans, avant d’entamer le long trajet retour vers la chambre, qui me prend une éternité, pas mal de pauses, et sape mes dernières forces. Chancelante, pantelante, je parviens à peine à bouger la commode devant la porte pour resécuriser la chambre, et lâche l’affaire pour m’avancer vers le lit. Isha semble toujours endormi, mais au moins il n’a pas de fièvre, et je finis par m’avachir sur l’une des chaises, épuisée jusqu’à la corde. La boîte de poires au sirop trouve vite grâce à mes yeux, et je commence à en manger sans grand appétit pourtant, mais bien consciente que c’est nécessaire pour reprendre quelques forces.


Storm in her eyes, peace in her smile.
They've promised that dreams can come true, but forgot to mention that nightmares are dreams, too.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2316
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 5 EmptyJeu 10 Sep 2020 - 11:39
celui qui balance tout


J’ai fait plusieurs réveils fracassants, un ou je devais aller me battre a l’arène, parce que sinon c’était le Dédé qui allait me piquer la place d’Achille et moi j’avais pas envie d’écoper de cette tafiole de Paris. Ouai, la tarlouze qui s’enfile la bonasse mais se bat pas quoi. Comment ça, est ce que je sais ce que ça veut dire tarlouze ? Bah ouai, c’est celui qui reste derrière ses hommes qu’on m’a dit ! Et moi je veux pas être derrière je veux être devant !!! Comment ca, ca fait aussi tarlouze dans ce sens là ? Je vous suis plus !! comme je ne suis plus Joséphine qui m’oblige a retourner au lit alors que je suis en retard pour le show. Et en plus j’ai même pas un câlin et une pipe. La vie de couple c’est plus ce que c’était je vous le jure.

Après je me suis réveillé parce que je devais aller chercher Maddie et poutrer Joshua, puis je crois avoir voulu aller chercher Franklin, aussi, il s’est barré pour une connerie avec Avalohn. Si Bruce l’apprend, on va se faire éclater les cervelles et pas que. Je vais pas tous les faire, mais y’a eu aussi le j’ai paumé Gertrude, le revival de Gisele est morte, oui je parle d’une batte de baseball et de mon ancienne moto. Je crois aussi avoir trahis l’un de mes pires secret a la fille qui était dans la chambre avec moi en lui balançant qu’il fallait pas que Logan épouse Joy parce que c’était une tepu, qu’elle avait essayé de me pécho alors qu’elle était déjà avec lui et qu’elle savait pas qui j’etais. Mais chut, faut pas le dire. D’ailleurs, c’est qui la nana a qui je raconte ca ? Bon, elle est bonne, elle est dans mon lit, alors je l’aime bien je crois. Je lui ai dit aussi qu’Allia était pas gouine et que j’étais pas sur d’avoir envie de coucher avec Yulia. Je crois avoir trahis pas mal de secret pendant la nuit. Joey sait surement que Johanna a pas toutes ses dents, il lui manque les 5 de sagesse, que Yue est une psychopathe dangereuse mais qu’elle est marrante, qu’Anton est un pédophile, que Connor est un sale type qui m’a envoyé Alan me refaire la gueule, que Sam est hyper dangereuse, faut surtout pas la faire chier, elle a failli m’égorger une fois, et que ca sœur est psychotique. Je pense que je me suis même trahi tout seul en lâchant fièrement que je savais trop bien faire des arabesques. Mais la brune a pas voulu que je lui montre. Ni ca, ni l’helicobite. A tous les coups c’est une copine de Billie.

Je crois me souvenir l’avoir réveillée en pleine nuit pour qu’elle m’explique pourquoi les filles aiment pas qu’on leur balance des petits poids à la gueule et aussi pour savoir si elle comptait me souhaiter la bienvenue de suite ou après la période d’essai en lui précisant que « pas ce soir j’ai la migraine ». A chaque fois elle m’a refoutu au lit en grognant. Oui elle mérite une auréole mais pas sur que je sois en état de le reconnaitre.

Bref, vous l’aurez compris, a raison d’un réveil toutes les demie heures avec mon trauma crânien, y’en a une qui a dû sacrement en chier pendant les 24h qui ont suivis. Quant a mes petits secrets, je pense les avoir bien éventés sans le vouloir. Ils étaient bien au chaud dans ma caboche mais avec un petit trou dedans y’en a pas mal qui sont sortis. Au petit matin, ou plus vers midi, je sais pas, j’avais réussi a dormir un peu plus, sans interruptions aussi fréquentes, et c’est la bouche pâteuse, le ventre gargouillant et avec la gueule d’un lendemain de cuite, alors que j’ai même pas fait la fête que j’émerge. C’est pas le premier trauma crânien que je me mange, même si je sais pas mettre un mot dessus, en me passant la main sur le bandage, je sais que je vais surement avoir du mal a rattacher les wagons. C’est a ce moment la que j’avise Joey assise sur le lit avec sa boite de je sais pas quoi. Putain, elle a l’air vannée. J’essaye de me remettre dans le contexte, mais j’avoue que c’est un peu le bordel dans ma tête, pire que dans l’arrière de la LM quand je vivais tout seul dedans.

« Salut. »

Je soulève le drap et avise que je suis a poil en fronçant les sourcils. Là, j’espère que j’ai pas manqué l’épisode le plus intéressant de tous. On est dans une chambre inconnue. Est-ce qu’on est encore en étape avec la LM et que tout ce que je me souviens n’est qu’un horrible cauchemar ? Si oui, je vous jure que là, les autres où pas, on va plus a Seattle. C’était trop affreux.

« Deux questions, enfin, peut être trois. T’as pas dormi depuis quand que je sache si je dois te fesser avant de t’attacher au lit et… heu… je suis paumé, on est bien plus ensemble ou si ? Gemma est où ? »


Ouai parce qu’elle aussi elle est pas trop habillée.


Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 5 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Uber c'est plus ce que c'etait -
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: