The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Uber c'est plus ce que c'etait -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/02/2020
Messages : 1385
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 4 EmptyJeu 20 Aoû 2020 - 16:46
Je reste à le fixer longuement quand il me parle comme il parlerait…ouais, à Gemma. Je sens bien pourtant qu’il tente d’être posé, de dire les choses…avec gentillesse, j’imagine, mais rien n’y fait, je bute sur les mots qu’il prononce, et répète bêtement : « -M’endurcir… ? » Je hausse les sourcils malgré moi, avant de secouer la tête, mimique qui traduit toute mon incrédulité. « -Je savais pas que tu me voyais comme quelqu’un de faible qui avait besoin de s’endurcir. » Et pour le coup, ça contraste pas mal avec la discussion qu’Allia et moi avons eu, quand elle venue jusqu’à Tacoma. A cet instant, je ne sais pas encore que ses mots reviendront souvent dans ma tête dans les jours à venir, bien plus souvent que je ne le voudrais, ébranlant mes convictions par la même occasion. Pour l’heure, je ne ressens qu’un ressentiment, et une profonde lassitude. Je n’ai jamais ressenti le besoin d’avoir à m’excuser pour ce que je suis, et même s’il a sans doute raison, et que toutes les vies ne se valent pas, je ne suis pas la main de Dieu, pour décider laquelle prendre.

Mon regard se pose à son tour sur les reflets argentés que prennent les vagues, à des mètres de nous, et mon cœur se serre. J’imagine aisément les petits pieds de Gemma, léchés par les flots salés, son rire s’envoler, alors qu’elle court après les mouettes, Bandit à ses côtés. Mes poings se serrent, et mon regard sombre s’arrache à cette contemplation quand Isha reprend la parole, pour me parler de son plan à lui, qui inclut encore plus de sang. Encore plus de morts. « -On est pas obligés de faire ça. On peut aussi marcher. Il faut quoi…peut-être deux jours de marche pour rejoindre le No Man’s Land ? On a tenu deux ans et demi à rouler, on peut bien marcher pendant quelques heures, non ? » En vérité…je suis épuisée. Et je sais bien que lui aussi, même s’il n’en montre rien. Il a une mauvaise mine, il est blessé, et il n’est pas exclut que si on s’accorde un repos, on ai toutes les peines du monde à repartir après ça.

On a survécu à un accident de voiture, à son explosion, à une tentative de strangulation…et on est là, à envisager de repartir aussi vite, sans souffler ne serait-ce que cinq minutes. Mais est-ce qu’on a réellement, ces cinq minutes là ? Je glisse un regard sur le corps du brun, sachant très bien que cette bourrique ne me dira rien s’il se sent vraiment mal, ou s’il est arrivé au bout de ses forces. Je le sais, je suis pareille. J’attrape le bras d’Isha pour le tourner légèrement, et découvrir une plaie à son coude qui m’avait échappé, et qui me fait râler. « -T’es sûr que t’es en état de te battre contre qui que ce soit ? » Parce que je ne suis pas sûre que ce soit mon cas…et que si je venais à me figer en situation critique, et que ça mettait Isha en danger, je ne me le pardonnerais jamais. Avec précaution, je relève mon t-shirt, et avise l’estafilade qui court sur ma hanche, et qui saigne encore légèrement. Il lui faudrait sans doute deux ou peut-être trois points, mais j’ai la certitude que je ne mourrais pas pour si peu.

Je ne retiens pas un soupir, et mon regard glisse une nouvelle fois vers lui, quand Isha reprend la parole. Si ça ne va pas être pire pour moi ? J’en sais rien, je n’ai pas la réponse à cette question. En revanche, je sais qu’il est hors de question qu’on se sépare, pour des raisons plus qu’évidentes. « -On reste ensemble. » Si je voulais être ironique, et faire des blagues d’aussi mauvais goût que lui, je pourrais même glisser un « à la vie, à la mort », mais je préfère fermer ma bouche. De toutes façons, c’est bien ce que me pousse à faire sa nouvelle remarque, qui me fait le même effet qu’un coup de poing en plein ventre. « -Attends…t’as dit quoi là ? » Pourquoi il me parle de Logan ? Enfin, il sait bien que Logan… ? Et Fort Hope… ? Putain, il était bien là quand tout est parti en vrilles, pourtant ! Je reste à le regarder en fronçant les sourcils, les lèvres entrouvertes, mon regard glissant sur le bandage qui enserre sa tête, alors qu’il fixe de nouveau l’océan. Les pires scénarios se glissent à cet instant dans mon esprit, et même si je sais qu’il faudrait que je lui dise la vérité, je pense que ce n’est pas le moment pour une crise, et que c’est sans doute ce qui se passera, si je lui rappelle qu’on est à Seattle parce que Détroit, et tous les gens qu’on y aimait, sont tombés. « -Logan est pas là, on peut compter que sur nous. » Ca me serre le cœur de ne pas pouvoir être réellement honnête, mais ça a au moins le mérite de me forcer à prendre sur moi. On ne peut compter que sur nous, alors ce n’est pas le moment de le laisser tomber.

Le bruit de moteur revient polluer le silence des rues, et je tire Isha en arrière aussitôt, pour le planquer derrière le comptoir, alors que la voiture grise passe pile devant la boutique à cet instant, et s’éloigne de nouveau. Il va sans doute pester qu’on leur soit pas tombés dessus à cet instant, mais je m’en fous. Ils n’ont pas l’air de nous avoir vus, au moins. Je prends quelques instants pour accrocher à ma cheville le couteau de plongée que m’a offert Tomas, et soupeser le couteau militaire dans ma main, en cillant pour chasser les images qui s’imposent déjà. « -Pas de conneries, ok ? » Je sors de derrière le comptoir, avance légèrement, avant de me stopper, pour me tourner de nouveau vers lui. « -Et joue pas au super Isha s’il te plait. Te fais pas tuer. » Je me relève entièrement, et viens me plaquer contre le mur pour observer la rue, avant de rajouter : « -Ou blesser. Te fais pas blesser non plus. » Je me tourne vers lui, et lui lance un long regard éloquent, avant de quitter la boutique pour rejoindre la rue, en longeant la façade du bâtiment, la carte en main.

Pour l’instant, il n’y a rien d’autre que le silence autour de nous, et vaguement, au loin, le bruit des vagues sur le sable. On avance prudemment, collés contre les façades pour pouvoir plonger dans les bâtiments si ça doit s’avérer nécessaire, tandis que j’essaye de me repérer au nom des rues, alors que dans notre dos, on voit encore la fumée provoquée par l’explosion de la voiture. Mais quand ça veut pas, ça veut pas, et j’ai l’impression qu’aujourd’hui, nos anges gardiens ont pris un jour de congé, sans juger utile de nous en informer. Des crissements de pneus retentissent dans notre dos, et une voiture, noire cette fois-ci, fait son apparition, redoublant de vitesse quand ses passagers nous repèrent. Mais ils sont combien, ces abrutis ? Et pourquoi tout ce remue-ménage, juste pour nous ? Le conducteur se met à klaxonner comme si sa vie en dépendait, et des cris lui répondent presque aussitôt, à plusieurs mètres d’ici. Je vois Isha prêt à en découdre, avancer vers la voiture, au moment où des types apparaissent dans notre champ de vision, en courant, pour se ruer vers nous. Mais, bordel…j’entraîne le brun avec moi dans un restaurant de fruits de mer, dont nous traversons les cuisines empestant l’humidité et des relents peu agréables indéfinissables. La porte de livraison fait de la résistance quand on arrive devant, et on arrive à peine à l’ouvrir, assez pour que je puisse glisser ma fine silhouette par l’ouverture, mais pas suffisamment pour qu’il en fasse même. Et pour cause, une benne de l’autre côté de la porte nous bloque. Les bruits de pas précipités se font entendre dans notre dos, les insultes aussi, et je me tourne vers Isha pour attirer son attention. « -Je passe, je bouge la benne, et on se barre. » Et après un regard entendu, je me glisse par l’ouverture, prends à peine deux secondes pour vérifier que la ruelle est libre, et m’empresse déjà de faire bouger cette benne qui pèse une tonne.
Spoiler:
 


Storm in her eyes, peace in her smile.
They've promised that dreams can come true, but forgot to mention that nightmares are dreams, too.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2400
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 4 EmptyJeu 20 Aoû 2020 - 23:54
Celui qui est toujours pas Bob


Joey et moi n’avons même pas me temps de souffler, si au moins je suis satisfait qu’elle est un coup de sang qui lui fasse oublier sa culpabilité d’en avoir sur les mains. Même si j’arrive a deviner son mal être je refuse de la laisser s’enfoncer dedans. L’avoir trop protégée ca ne lui a pas rendu service au final. Ca aurait pu le faire si notre couple avait pas explosé en route ou que son nouveau mec était du genre a veiller convenablement sur les siens. Quand on voit qu’il a réussi a même paumer sa meilleure amie, pas sur qu’elle est choisi le bon de ce coté la. Comment ca, moi aussi j’ai mon quota de raté et de cadavres dans les placards ? Mais attendez !! vous êtes de quel côté là ????   je lui adresse un petit sourire amusé quand je la sens se rebiffer.

« Il va falloir que tu me prouves que j’ai tort »

Je reste à la regarder quand elle semble se perdre sur cette plage. C’est tellement ironique que nous soyons ici tout les deux aujourd’hui, sans Gemma, dans ce contexte de merde. J’arque les sourcils quand elle me parle de rentrer en marchant. Non mais elle est sérieuse ? Attendez, elle ajoute quoi ? Que je serais pas en état de me battre ? Mais non quoi !! Elle me prend pour cette tarlouze de Vaugndemort quand il s’agit d’encaisser des petits bobos ? Comment ça c’est malheureux de traiter Vaughn de tarlouze au regard de ce qui s’est passer ??? Mais putain vous êtes pas agréables aujourd’hui. Je retire rapidement mon coude. Je bougonne, vexé :

« Ca va c’est qu’une éraflure. J’ai connu pire et je m’en sors toujours. Tu sais bien que les cafards c’est increvable. Ensuite, je vais pas te gâcher ton envie de randonner, mais trop de monde vont s’inquiéter si on retourne pas à la maison rapidement. »

Avec mon coup sur la tête je ne percute pas trop, encore, que ma vision de la maison ou du monde qui saurait s’inquiéter ne correspond pas forcement à la situation. Je lève au ciel quand elle me dit que Logan est pas là. Je lui ai parlé il y a pas moins de 5 min. J’ai pas le temps de répondre qu’une voiture passe devant la boutique pendant que Joey me tire pour que l’on se cache.  Je la vois s’équiper tout en essayant de se rassurer avec ses recommandations. Le stress semble monter du coté de mon ex, je lui pose la main sur l’épaule et la force à me regarder :
« Tout va bien se passer Joey. Ca va aller. »

Ces mots son dit avec calme et confiance parce que je sais qu’elle en a besoin. Personnellement l’idée de savoir me venger de ceux qui nous on fait ca me détend incroyablement. En fait je suis calme, comme avant de rentrer en lice. Je lui souris et très sincèrement j’ajoute :

« Tu me connais, je ne suis pas le genre à faire des conneries si ta vie est dans l’équation. »


Après tout dépend de ce qu’on appelle une connerie. Mais de mon point de vue ce que je fais pour elle n’en est pas. Y’a qu’elle qui m’a jamais jugé sur ce qui devait être fait. Je lève les yeux aux ciels quand nous quittons la boutique tous les deux. Même si je n’avais pas le choix que de ne pas la laisser en sécurité, ca ne me plait pas trop qu’on s’expose tous les deux. Nous déambulons pas pendant que j’essaye de me repérer quand une voiture nous prend en chasse et court le risque de rameuter tous les zombies. Je sais vraiment qui est Bob, mais en tout cas ses potes sont vraiment prêts a beaucoup trop de choses pour me chopper a mon gout.

Je suis prêt a les fumer quand mon ex me tire, pas comme je le voudrais, vers une boutique de fruits de mer. Mais d’où qu’on fuit putain ? Je la suis sans la faire chier en me souvenant que c’est plus prudent avec Joséphine et surtout le nombre de morts qui va réabouler. On se retrouve dans une arrière cuisine plus puante que la chambre d’un ado en crise face a une porte fermée. On essaye de la poussée mais l’espace qu’on sait libérer suffit à peine pour que Joey se faufile sans mal. Elle a à peine le temps de passer que je me baisse en entendant une rafale. Soit les types sont des stormtrooper capable de rater un wooky dans un couloir, soit le plafond les a plus fait chier que moi.

J’ai lâché la porte de sécurité qui s’est refermé, protégeant, ainsi Joey d’une éventuellement prochaine rafale. Ca craint mais je m’en branle, que je les poutre ici ou ailleurs ca va le faire, je suis tout terrain avec ma Mauricette.

« Rends toi Bob, cette fois la balade est finie !
- MAIS PUISQUE JE VOUS DIS QUE JE SUIS PAS BOB !
- Et ma mère c’est la reine d’Angleterre ?»


Mais d’où qu’il me cause de sa vieille lui ? Bon, je sens qu’ils sont un peu cons. Je repère qu’ils sont trois, j’ai pas besoin d’en savoir plus. Quand j’entends un parler au talkie pour signaler que la fille est pas avec Bob. Pas patient, je me redresse et fonce sur ces connards avant qu’il ait compris. Avec un pur moulinet que même en arène j’y arrivais pas tous les jours, y’en a deux qui se font trancher pas beau d’un coup. Même moi je suis surpris par mon côté badass pendant que j’essuis l’hémoglobine qui m’a giclé à la gueule. Le troisième reste a me regarder comme un hérisson regarderait les phares d’une voiture. Je note la flaque de pisse a ses pieds. J’avance vers lui, couvert de sang, avant de lui demander.

« C’est lequel qui a les clefs de la bagnole de vous trois. »

Putain, j’espère que Joey notera que je fais des putain d’efforts là. Ah ouai, même en fait elle sait pas, elle est toujours de l’autre côté de la porte qui ne s’ouvre que dans un sens. Bon, pour la forme, j’ajoute un :

« S’IL VOUS PLAIT »

Gros efforts de politesse, c’est pas tous les jours que je vois mon ex. Le type me montre du doigt le coté du bâtiment en tremblant plus qu’un lévrier nain. Je mets un certain a percuter que, grand un, ils n’étaient pas que trois et que, grand deux, c’est vers la ruelle ou est Joey qui me montre. Je prends même pas le temps pour le cogner quand je me précipite vers la porte et fout un grand coup d’épaule dedans sans qu’elle ne bouge. Quoiqu’il se passe de l’autre côté, la benne a pas bougée.

« JOEYYYY !!! »

Je sors en trombe du bâtiment pour courir vers là ou se trouve la mère de Gemma en redoutant le pire.  Putain… j’ai été con !!!



Codage par Libella sur Graphiorum


Lancé:
 






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/02/2020
Messages : 1385
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 4 EmptyDim 23 Aoû 2020 - 0:13
Les roues de la benne semblent bloquées, et elle refuse obstinément de bouger à l’écart de la porte de livraison malgré toute la force que je peux y mettre, porte qui se referme d’ailleurs brusquement d’un coup sec, alors que des coups de feu retentissent dessus et me font reculer subitement. Je ne prends pas la peine de réfléchir, et viens tambouriner de mes poings sur la porte métallique, une fois l’effet de surprise passé. « -Ishaaaaaaaaaa ? Ouvre la porte ! Bordel, ISHA ???!! » Mais il ne me répond pas, et je n’entends strictement rien de l’autre côté de l’accès, pas d’éclat de voix, pas de cris, pas de coup de feu. Rien d’autre que le plus angoissant des silences, qui déclenche aussitôt dans mon esprit des tas de scénarios aux issues plus que catastrophiques. Alors sans réfléchir, je sors mon couteau de son étui, puis quitte la ruelle en courant, avec une seule idée en tête, aussi stupide et irréfléchie soit-elle, retrouver Isha, quoi qu’il advienne, à l’intérieur du restaurant.

J’ai à peine quitté le cul de sac de cette ruelle que je remarque la voiture grise à quelques mètres de l’entrée du restaurant, moteur éteint, la place de conducteur vide. Je ralentis à peine ma course, et refuse à mon esprit embrumé par l’angoisse de me pointer l’évidence : j’agis avec impulsivité, sans prendre le temps de me montrer prudente, ou d’analyser la situation. Et je ne tarde pas à en payer les frais. J’ai à peine le temps de tourner la tête vers les bruits en provenance de ma droite qu’un de ces abrutis me ceinture avec élan, nous entrainant tous les deux vers la carrosserie de la voiture, avec brutalité, alors que je lâche mon couteau. Mais bordel…et la douceur, dans tout ça ? Ils connaissent pas ? Étourdie, il me plaque facilement contre l’aile du véhicule, et me tord le bras pour me maintenir dans cette position, ce qui me fait grimacer de douleur. « -Te voilà, ma jolie. On a choppé Bob, aussi. Votre cavale est terminée. » Ils ont choppé…qui ? J’essaye de me libérer en gigotant, mais le type ressert davantage sa prise, alors qu’il appelle déjà ses petits copains à l’aide d’un talkie.

Avec tout ce raffut, et les coups de klaxon de tout à l’heure, je suis étonnée que la rue ne soit pas encore envahie de rôdeurs, ce qui ne devrait sans doute plus tarder. Ce sale type vient coller son torse contre mon dos, me soufflant à l’oreille des obscénités, certaines dans une langue que je ne connais même pas, et ne comprend donc pas. Le couteau au sol me fait de l’œil autant qu’il me repousse, et je ne peux éloigner les images de l’autre gars, dont le sang colle mes vêtements à ma peau. Inquiète de ne pas voir Isha réapparaître, et sans penser à tout ce qui pourrait mal se passer, je balance ma tête en arrière, avec force, alors qu’un bruit d’os brisé m’indique que son nez n’a pas apprécié la caresse. Sous l’effet de la surprise il me relâche, et j’en profite pour me retourner et m’éloigner en courant, mais il me rattrape aisément en m’attrapant par les cheveux, et me tirant en arrière. « -Me force pas à t’abîmer, ce serait du gâchis. » Il grogne, jure, et je tente un « -Laissez-moi partir… » que je sais déjà vain, à son regard assassin. Pire encore, il se penche pour ramasser une bouteille en verre, qu’il éclate contre la façade pour s’en faire une arme blanche d’appoint. « -Le Boss a dit de pas tuer Bob…mais il a rien dit de spécial concernant son petit bonus. » qu’il me balance, avec un sourire malsain. Merde. Quand est-ce que mon karma s’est mis à merder à ce point, exactement ?

Je ne suis pas certaine de pouvoir décrire exactement tout ce qui s’est passé ensuite. J’ai récupéré le couteau de plongée à ma cheville, celui offert par Tomas, tout en espérant sincèrement qu’il ne me forcerait pas à l’utiliser, même si sa façon de me regarder ne laissait que peu de doutes quant à ses intentions. Mon couteau lacère son épaule quand il me laisse une ouverture à côté de laquelle je ne peux passer, mais la douleur ne le pousse pas à lâcher le tesson de bouteille. Pire, il en devient plus hargneux encore, et se jette sur moi sans que je ne puisse l’esquiver, venant entailler à divers endroits, et sur plusieurs centimètres la peau de ma cuisse, assez profondément, mon pantalon se teintant de rouge aussitôt. Je serre les dents, vacille sous la douleur qui me fait voir des étoiles, et perdre l’équilibre, mais il ne me laisse pas le temps de souffler malgré cela. Même avec le recul, et après y avoir pensé longuement, je serais sans doute bien incapable de dire précisément comment je me suis retrouvée à califourchon sur lui, à le tirer par le col de son t-shirt pour le ramener à moi et écraser mon poing sur son nez déjà malmené avec rage, avant que son crâne claque sur le bitume, ses muscles se relâchant aussitôt. J’ai un moment d’arrêt, le cœur qui manque un battement en le voyant inerte, avant de voir sa poitrine se soulever avec soulagement. Bordel…Je tâtonne ses poches pour y trouver les clés, notre sésame pour quitter cet endroit et rentrer. Incertaine sur mes jambes, je me relève, et me ramasse à genoux à peine deux mètres plus loin, tremblant de tout mon corps. Quand est-ce que cette journée de merde va enfin se terminer ? Je voudrais juste rester là, panser mes plaies, me rouler en boule, et attendre un jour meilleur. Mais comme depuis ces cinq dernières années, l’occasion ne se présente pas, et je me relève en chancelant obsédée par cette question sans réponse : qu’est-il arrivé à Isha ?!

Laissant le gros naze où il est, je courre, enfin…je boite vite vers l’entrée du restaurant, récupérant mon couteau au sol au passage, avant de percuter Isha avec force à l’angle du bâtiment, au moment où lui-même s’y rue avec précipitation. Il me retient in-extremis avant que je me vautre par terre -encore-, et après avoir constaté de mes propres yeux qu’il n’a aucune blessure, je le sers dans mes bras avec toutes les forces qui me restent, et l’énergie du désespoir, avant de me reculer, pour frapper son torse à plusieurs reprises. J’ai vraiment imaginé le pire, crut que la rafale entendue tout à l’heure avait fait mouche, et je n’ai pas de mot pour exprimer mon soulagement. « -C’est ça, pour toi, ne pas faire de conneries ? » J’articule et détache de façon exagérée chaque mot, avant de souffler de manière exaspérée. Une fois encore, mon inquiétude s’exprime de la pire des façons, ce dont je n’ai absolument pas conscience, et je lui lance un regard noir quand aucun autre mot ne me vient pour exprimer mon soulagement de le voir en un seul morceau. Je voudrais que mon geste soit plus triomphal, mais il est surtout las lorsque je lève le trousseau de clés devant ses yeux. « -J’ai les clés. Je vais chercher mon sac, et on rentre. »

Spoiler:
 


Storm in her eyes, peace in her smile.
They've promised that dreams can come true, but forgot to mention that nightmares are dreams, too.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2400
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 4 EmptyDim 23 Aoû 2020 - 23:23
Celui qui traine pour partir


Je rattrape Joey avant qu’elle ne tombe quand elle me percute, ou que je la percute, enfin peu importe. Je sais qu’il y a plus moelleux comme mec. Elle me prend de court en me serrant dans ses bras et spontanément, je lui rends son étreinte. Je suis tellement soulagé qu’elle soit vivante. Je l’avais imaginé morte, blessée, enlevée et plein d’autres trucs affreux en « ée ». Même si j’aurais aimé que ce moment dure un peu, je ne fais rien pour la retenir quand elle s’en libère pour me taper. C’est marrant, ou pas, mais Allia fait exactement la même chose quand je fais des trucs cons. Sauf que là, je vois pas ce que j’ai fait de mal.

« Putain, mais non !! Y’en a même un qui est vivant et je lui ai dit « s’il vous plait » alors d’où que j’ai fait des conneries là ? C’est pas de ma faute si on est tombés sur des relous !»


Je la regarde sortir les clés avec triomphe et esquisse un sourire de fierté qui se meurt rapidement quand j’avise sa pâleur et la couleur de son jean.

« Putain Joey ???! »

Sans sommation, je l’attrape par la taille pour la porter vers la voiture. J’ai un coup de nerf en voyant le corps du mec gisant au sol. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais j’ai pas mal d’idées qui me viennent sur la situation. Il a osé lui faire du mal… oui, je ne repartirais pas sans lui rendu la monnaie de sa pièce, mais pour le moment il y a plus urgent.
Joey a toujours détesté que je lui fasse le coup de la princesse en détresse mais je ne lui laisse pas le choix. Avec ses clés, et sans la lâcher, j’ouvre la portière et je l’allonge presque sur la banquette arrière, ignorant ses protestations quand je lui baisse le pantalon. Et faites pas vos choqués, déjà je sais qu’elle est aussi pudique que moi, ensuite, je pense que je suis le vivant qui l’a le plus vue à poil et pour finir c’est pas ce que vous croyez. Mes gestes sont autoritaires même si j’essaye de ne pas lui faire du mal. Je grogne en découvrant les entailles. Putain…

« Il te faut des points ou de quoi cautériser… pardonne moi d’avoir mis autant de temps… »


Et il faut qu’on se barre d’ici aussi et vite. Je retire mon T shirt que j’applique là où ça saigne et lui file ma ceinture pour qu’elle fasse ses trucs de médecins quand ça saigne trop. Puis, je la regarde dans les yeux en sachant que je dois prendre une décision compliquée. Parce que mon instinct me dit de rester ici, trouver de quoi la soigner et pas risquer de lui faire faire de la route dans son état. Sauf que d’autres risquent de venir et que je ne me leurre pas sur les gémissements que nous entendons de plus en plus. Les klaxons, les tirs… tout cela va attirer tous les moisis du coin. Je passe la main sur le front de Joey pour dégager des cheveux collés par la sueur et lui explique doucement.

« Il va falloir que tu serres les dents, je vais chercher ton sac, je laisse un mot à Logan pour le prévenir que je vais revenir le chercher et on part d’ici. On se fait une étape dès qu’on peut le temps de te soigner. Ça te va ? »

J’aimerais prendre le temps de toper des mecs pour les cuisiner, mais elle passe avant le mystère de Bob. Je lui embrasse rapidement le front avant d’aller chercher ses affaires. Je compte bien embarquer le type au sol avec moi, j’ai des grands projets pour ce con s’il est encore en vie.

« Installe-toi comme tu le peux, je reviens vite. »




Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/02/2020
Messages : 1385
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 4 EmptyJeu 27 Aoû 2020 - 20:21
Il est en vie. Mieux, on est en vie tous les deux. Enfin…pour l’instant. Car impossible de passer à côté des grognements de plus en plus nombreux, trop proches à mon goût, et qui n’annoncent rien de bien réjouissant pour la suite des événements. J’ai tout juste levé les clés de la voiture, durement acquises, pour les exhiber devant les yeux d’Isha qu’il remarque que je ne dois pas être très à mon avantage, là tout de suite, version édulcorée pour simplement dire que je dois avoir une sale tronche. Avant que j’ai le temps d’avoir le moindre geste, il m’arrache les clés des mains d’un geste vif, et me porte façon demoiselle en détresse à la con pour me ramener vers la voiture, où il m’étend sur la banquette arrière. « -Mais…puisque je te dis que ça va ! » Je bougonne, essaye de me redresser, et lâche un grognement quand une douleur vive me vrille la cuisse, et me fais serrer fort la mâchoire. Bon, ok…peut-être que ça va pas si bien que ça. Ses mains me baissent le pantalon, alors que je lâche un « -Hé ! » indigné, avant de me relever sur un coude pour voir l’étendue des dégâts. Merde…c’est pas joli joli tout ça, et il va effectivement falloir faire des points…enfin…si l’occasion se présente. Parce que là, dans l’idéal, il faudrait vraiment qu’on se barre avant que tous les rôdeurs du coin, ou accessoirement l’autre voiture, nous tombent dessus. Je relève la tête pour le fixer quelques instants en fronçant les sourcils quand il s’excuse, en pensant avoir mis trop de temps à venir me retrouver.

Sauf que je n’ai pas le temps de répondre, qu’Isha retire son t-shirt et l’applique sur les plaies qui saignent suffisamment pour avoir déjà salopé la banquette arrière. Sa ceinture vient maintenir tout ça en place, et je ne retiens pas le gémissement entre mes dents crispées quand je serre fort, pour endiguer la perte de sang. Les yeux clos, j’attends que la vague de douleur passe, et les petites étoiles aussi, avant de les rouvrir pour tomber sur le visage sérieux et inquiet du brun, manifestement en pleine réflexion. Mon regard a tout juste le temps de glisser sur son torse marqué d’hématomes récents qu’Isha glisse ses doigts sur mon front pour dégager les mèches crasseuses qui s’y sont collées. Serrer les dents ? Ouais, je peux le faire. Easy même. La mention de Logan me vrille une nouvelle fois le cœur, et alors qu’il se penche sur moi pour déposer ses lèvres sur mon front dans un geste protecteur, je n’ai pas le temps de le retenir qu’il se sauve déjà. Fais chier.

Isha disparait de ma vue, et je ferme de nouveau les yeux quelques instants, pour souffler un bon coup. A cet instant, je donnerais cher pour qu’on soit loin d’ici, que personne ne cherche à nous tuer, nous enlever, nous enfermer dans un coffre, et qu’on nous foute royalement la paix. Mais cette paix, on dirait bien qu’elle ne sera pas pour tout de suite, et je rouvre brusquement les yeux quand un bruit métallique me fait sursauter. A quelques mètres de la voiture, deux rôdeurs avancent dans notre direction, l’un venant de faire tomber le couvercle d’une poubelle. Comme s’il n’y avait pas déjà eu assez de bruits comme ça. Un coup d’œil par la vitre de la voiture ne me permet pas de savoir où est Isha, et après avoir râlé encore un peu plus, je remonte tant bien que mal mon pantalon, avant d’attraper les clés sur le siège passager.

Me faufiler vers l’avant du véhicule et poser mes fesses sur le siège conducteur fait un mal de chien qui m’arrache toutes les grossièretés du monde, et alors que ma tête se met subitement à tourner, j’insère les clés dans le contact, la voiture démarrant aussitôt. Les rôdeurs sont encore à quelques mètres, d’autres sont apparus derrière eux, qui seront là bien assez vite, et j’ouvre brusquement la portière côté passager pour hurler : « -Isha, magne-toi, y’a des rôdeurs qui arrivent ! » C’est de ma faute. J’aurai dû lui dire qu’il ne servait à rien de laisser un mot pour Logan, il n’allait certainement pas le trouver, mais j’ai lâchement gardé le silence parce que je sais que la vérité va lui faire mal. Les charognes se rapprochent dangereusement, alors que je crie une nouvelle fois son prénom. On n’a pas survécu à un enlèvement, un accident de voiture, une tentative d’étranglement, des crapules et leurs armes à feu pour finir grignotés jusqu’à la moelle. Hors de question.


Storm in her eyes, peace in her smile.
They've promised that dreams can come true, but forgot to mention that nightmares are dreams, too.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
The Exiles
Chasseur de primes
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 20/02/2020
Messages : 2400
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 4 EmptyVen 28 Aoû 2020 - 14:04
Celui qui prend le volant


J’ai récupéré le sac de Joey en courant presque, parce que là, maintenant, j’ai la preuve que je ne sais pas la quitter des yeux une minute sans qu’elle se retrouve avec une blessure de plus a son actif. A se demander si elle veut pas me ressembler au final. Je vois que les morts commencent un peu trop a s’approcher, même en trainant la patte. Pour le moment ca ne m’affole pas le moins du monde et c’est quand je retourne vers la ou est la voiture que je tombe nez a nez avec le type qui s’était pissé dessus. Il me regarde, affolé :

« Des walkers !! Il y en a de partout !! Pitié Bob !! Ne me laissez pas ici !!! »
Des walkers ? putain, mais personne ne sait appeler un moisi par son nom. Chacun y va de son petit sobriquet. Comment ca je fais ca aussi ? Mais meme pas vrai !!! Je reste à le regarder en arquant un sourcil :
« Parce que toi et tes potes vous en auriez eu pour nous peut être ? Pis putain, mais pourquoi vous en avez tous après ce Bob ?!
- Je suis désolé… je… c’était pour la prime… a Kennewick… on en est rendu a un an de vivres facilement… et moi j’ai juste suivi pour vous soigner si vous étiez blessé, on vous veut vivant la bas… regardez par vous-même je n’ai pas de flingue.
- Attends c’est quoi ce bordel et c’est où Kennewick ? Il y a une prime pour quoi ?
- Pour vous ramener vivant là-bas… vous ne saviez pas que vous étiez recherché ? »


Rapidement j’essaye de réfléchir si on est passé dans une ville avec un tel nom a la con et si j’ai pas fait une connerie en disant Bob l’éponge, mais avec mon mal de crane, impossible de savoir et je me contente de le regarder avec mon air constipé de mec qui essaye de comprendre. Sauf que la vérité, ou qu’elle soit, elle est ailleurs de ma tête là.
J’entends la voix de Joey qui appelle. Ok, c’est le moment de se barrer. Je grogne en percutant qu’elle a démarré le moteur. Dans son état… y’a des fessées qui se perdent.

« Tu es médecin t’as dit ? »
Il fait oui de la tête et me montre un sac avec des brols comme Joey. Ça me suffit.
« Bah t’as intérêt a pas nous la faire a l’envers. »

Je l’empoigne vigoureusement et le traine presque jusqu’à la voiture. Ouai, ca commence a grouiller de moisis, le type panique a mort alors que je suis calme, beaucoup trop au regard de la situation. J’ouvre le coffre et le balance dedans avant de refermer.

« Joey laisse moi la place j’arrive. »

Au lieu d’aller de suite vers la place du conducteur je m’avance vers le mec qui a osé agresser Joey, sans un regard vers lui, je lève le talon et l’abaisse violement sur sa rotule. Il pousse un hurlement de douleur et se réveille aussi sec en se tenant la jambe. Il est dans un sale état, je ricane en le voyant paniquer de voir les morts avancer vers lui. Ca va pas etre une belle mort.

« Le karma mec… »


Je sors une craie de ma poche et note un truc sur le mur pendant que l’autre braille toujours alors que c’est pas malin vue qu’il arrive pas à se redresser. Ca catalyse tous les morts vers lui. Pour moi, c’est écrit « Isha était là » et un endroit, aucune idée duquel, pour que Logan nous retrouve, mais sans m’en rendre compte j’ai noté « Robin arrive ».  Je saute dans la voiture en prenant la place de Joey avant de démarrer en trombe. J’essaye de regarder la route et mon ex dès que je le peux. Putain je suis grave inquiet la. J’ai trop trainé. J’ai peur qu’elle perde connaissance.

« Joey… Parles moi… surtout… reste avec moi… ne ferme pas les yeux… prouve moi que t’es pas une poupée fragile… raconte moi ce que tu veux… »

Je roule vite, trop, mais je dois me presser. Il nous faudra 15 minutes au moins en suivant le bord de mer pour arriver sur un terrain dégagé et laisser le type dans le coffre racheter sa vie. 15 min qui s’annoncent les plus longues de ma vie. Je lui serre la main dès que j’ai pas à manœuvrer le levier de vitesse et essaye à tout prix de la faire parler.


jet:
 


Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/02/2020
Messages : 1385
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 4 EmptyVen 28 Aoû 2020 - 22:26
Mon cœur s’emballe, et je suis à deux doigts de quitter bêtement la voiture pour me ruer vers le restaurant et aller y chercher moi-même Isha par la peau du cul quand je le vois enfin réapparaître, avec un autre type qui a l’air flippé au possible. Alors que je suis leur parcours du regard sans comprendre tout ce qui se passe, je vois l’ex-gladiateur balancer dans le coffre le mec au regard paniqué, et à la large tâche mouillée à l’entrejambe, un juste retour de ce qu’on vient de vivre nous-même, j’imagine. Enfin…sauf que je suis plutôt certaine que je ne vais pas nous envoyer dans le décor, pas comme son comparse l’a fait un peu plus tôt. La phrase d’Isha me fait froncer les sourcils, et je ne peux cacher que je ne suis pas très chaude pour lui laisser le volant, sans savoir réellement lequel de nous deux est le plus apte à conduire pour autant. Pour tester ma jambe, j’appuie sur l’accélérateur, le frein en main enclenché, et étouffe un gémissement quand la douleur irradie depuis les lacérations de ma peau. En réponse à ce geste inconsidéré, le t-shirt d’Isha s’imbibe un peu plus de sang, et l’environnement autour de la voiture devient encore un peu plus flou. Mouais…j’ai l’impression que choisir qui de nous deux conduira revient à choisir entre la peste ou le choléra, ce qui ne m’enchante pas vraiment.

A contrecœur, mais bien consciente que je nous mettrais en danger en jouant à la têtue, je fais lentement glisser mes fesses jusqu’au siège passager, non sans serrer les dents dans l’opération, puisant dans mes dernières forces. Je me tourne brusquement pour regarder par le parebrise arrière quand un hurlement déchire le silence de la ruelle, et vois le brun écrire je ne sais quoi sur le mur, alors que le mec qui m’a fait ce joli cadeau à la cuisse, et que je n’ai définitivement pas tué – ouf – se tortille au sol. Les rôdeurs se rapprochent de plus en plus, et je suis à peine installée que la portière côté conducteur s’ouvre, qu’Isha prend place, alors que la voiture démarre aussitôt. Il slalome entre les charognes, et je ne remarque pas tout de suite que mes yeux se sont fermés, et que je me sens…plutôt épuisée. Une pression sur ma main me ramène à la réalité de la voiture, alors que mon regard glisse sur le brun, qui conduit comme si on avait l’enfer aux trousses. « -Tu vas voir ce qu’elle va te faire la poupée fragile, quand on descendra… » Ma bouche est pâteuse, le débit lent, mon ton manque clairement de hargne, et j’essaye de serrer les doigts d’Isha en réponse à son geste à lui, mais je crois que même Gemma ferait mieux à cet instant. Je m’étais pas rendue compte avoir perdu tant de sang que ça, et ouais…peut-être que quelques points auraient finalement été nécessaires.

J’ai cette étrange impression de plonger peu à peu dans un profond brouillard, dans lequel les sons autour de moi s’atténuent, les sensations aussi, et mes paupières deviennent si lourdes que je ne leur refuse pas de se fermer, de temps en temps. Seul Isha semble persister à vouloir me tenir éveillée, à vouloir que je discute, alors que j’ai juste envie de me reposer un peu. Sa voix grave me tire une nouvelle fois de cette étrange somnolence, alors que je tourne péniblement la tête vers lui, peinant à garder les yeux ouverts. « -T’as vraiment dit « s’il te plait ? » » Je ne sais pas pourquoi, mais ça me revient là, tout de suite, et je lui adresse ce qui est censé ressembler à un sourire, mais qui doit plus avoir l’air d’être une grimace qu’autre chose. J’ai la tête qui tourne, les points noirs envahissent une nouvelle fois mon champ de vision, jusqu’à en gagner tout l’espace, et avant même de comprendre ce qui m’arrive, l’obscurité se referme sur moi.

Des mains, sur ma cuisse. Une douleur cuisante, vive, qui me fait gémir, et me tire peu à peu des limbes dans lesquelles je suis plongée. Cette sensation, horrible, de quelque chose qui glisse dans les chairs, et fait un mal de chien. Je me tortille faiblement pour échapper à ces doigts inquisiteurs, les repousse mollement, et ai toutes les peines du monde à rouvrir mes yeux, qui papillonnent face à la luminosité. J’ai l’impression qu’il me faut une éternité pour comprendre que ce qui est au-dessus de moi se trouve être le toit de la voiture, que je suis allongée sur la banquette arrière, et je ne comprends pas qui est ce type, en train de me recoudre la cuisse, sous le regard inquiet d’un Isha qui menace sa nuque de Mauricette. J’essaye de me redresser, mais l’habitacle de la voiture se met à tanguer dangereusement, alors que je ferme de nouveau les yeux. L’ex-gladiateur n’aurait certainement pas laissé le premier venu me soigner, j’en suis persuadée. Les points de suture me font serrer les poings, et les dents de concert, et si j’essaye de me montrer docile, je ne parviens pas à retenir les mouvements saccadés qui agitent de temps en temps ma jambe, sous la douleur. « -On est où ? » Ma voix tremblote, mon regard trouve le visage d’Isha, et j’ancre mes yeux dans les siens, pour y puiser cette force qui a toujours coulé en lui, et dont une bonne dose me serait plus que nécessaire à cet instant.

Spoiler:
 


Storm in her eyes, peace in her smile.
They've promised that dreams can come true, but forgot to mention that nightmares are dreams, too.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Uber c'est plus ce que c'etait   Uber c'est plus ce que c'etait - Page 4 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Uber c'est plus ce que c'etait -
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: