The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Les déménageurs bretons -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aamir Rahis
The Gentle Bastards
Aamir Rahis
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/05/2020
Messages : 421
Age IRL : 27
MessageSujet: Les déménageurs bretons   Les déménageurs bretons EmptyMer 22 Juil 2020 - 19:17
Les déménageurs bretons
Chris & Aamir
La vie était pleine de surprises, même lorsque le Monde se mourait. Aamir avait souvent entendu que la vie trouvait toujours un chemin, que l’humain avait la capacité de toujours rebondir. Qu’il était donné à tout à chacun de découvrir une nouvelle raison d’être, quand bien même tout semblait s’écrouler. C’était un peu ce que ressentait Aamir à ce moment là. Il avait l’impression d’avoir retrouver goût à la vie ou du moins à ce que cette nouvelle vie pouvait lui offrir. Il ne se contentait plus de survivre, maintenant, il vivait. Il avait à présent un but. On lui avait en fait donné ce but, comme une carotte pour le faire avancer.

Après l’attentat déjoué au No man’s land, les choses s’étaient rapidement enchaînées pour l’ancien chauffeur. La catastrophe à laquelle il avait réchappé avec ses compagnons d’infortune les avaient en quelques sortes rapprochées. Bill avait décidé de monter son petit groupe. Aamir y devait son intégration à Horacio et pour cela, il lui en était redevable. C’était encore une fois grâce au banquier qu’Aamir avait trouvé ce fameux but dans sa vie. La bande n’en était qu’au commencement mais le leader qu’était Bill avait de grandes idées. Parfois un peu atteint de la folie des grandeurs mais Aamir savait qu’il les mènerait loin, aussi haut que son ambition pouvait l’emmener. Le jeune homme n’avait pas réfléchi longtemps à la proposition du banquier. Il allait en être ! Et comme Rome ne s’était pas faite en un jour, les Gentle Bastards allaient devoir redoubler d’effort pour donner naissance et grandeur à cette joyeuse bande. La seule ombre au tableau était que Chris faisait également parti de ce groupe. C’était évidemment puisqu’après tout, il semblait être le chouchou du dandy.

Aamir commençait à tolérer la présence du jeune homme, puisqu’après tout ils avaient été contraints de faire équipe, le jour de l’attaque. Il avait été forcé de lui accorder confiance, aussi minime soit-elle. Cependant, il devait avouer qu’Edison l’irritait encore. Il se remémorait la façon dont il l’avait interpellé en pleine rue après un combat à la cage, comment son poing avait fracassé ses côtes. Il se rappelait aussi comment il avait fini par partir, espérant ne plus jamais le revoir. Mais il fallait croire que leurs destins étaient étroitement liés ; c’était comme si un fil invisible le reliait, les empêchant de s’éloigner trop loin et trop longtemps l’un de l’autre. Après tout, leur route s’était bien trop souvent croisée pour parler de hasard.  Ils allaient même devoir cohabiter, non pas dans le même appartement mais dans le même bâtiment. Si l’idée n’enchantait pas Aamir, il en tirait quand-même une certaine satisfaction. Il se disait que cela devait bouffer Chris de l'intérieur. Car après tout, c’était le groupe d’Aamir qui avait attaqué le sien et non l’inverse.

Aamir s’était toutefois fait la promesse d’essayer de calmer le jeu, pour ne pas que le groupe n’ait à en pâtir. Parce qu’après tout, qu’il le veuille ou non, Chris était et resterait là, dans son entourage.

L’ancien chauffeur était entrain de changer la roue de la camionnette qu’ils avaient récupéré quand, sur ordre du patron, on lui demanda de partir avec Chris, à la recherche de meubles pour leurs futurs appartements. Aamir accepta, non sans tirer la gueule.  

Il avait décidé d’emprunter la camionnette, jugeant que ce serait beaucoup plus simple que de transporter les meubles à la force de leurs bras.

Assis derrière le volant avec Chris à ses côtés, Aamir roulait en direction du centre de la ville dans un silence de plomb. Les minutes défilèrent lorsqu’ils arrivèrent enfin dans un lieu qui semblait propice à Aamir. Magasins, immeubles huppés, ils allaient forcément trouver leur bonheur.

- Prêt pour une virée shopping mon chou ? dit-il en étirant ses lèvres

S’il avait décidé de faire des efforts, il n’allait tout de même pas lâcher son sourire énervant et passer à côté de ses petites phrases tout aussi agaçantes.

- Tu veux commencer par où ?


           
Code by Silver Lungs


Just like that, an honest man blinked
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 340
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Les déménageurs bretons   Les déménageurs bretons EmptyJeu 23 Juil 2020 - 17:19
Les déménageurs bretons.La dure vie d'hommes de main.
Les choses s'étaient enchaînées et accélérées de manière très étonnantes, depuis le banquet avorté et dont je n'avais pas même vu la couleur. C'est tout juste si, avant de repartir avec Bill et Zola pour aller m'effondrer sur mon matelas, j'avais pu récupérer à la sauvette un truc à grignoter et et une bouteille d'alcool qui traînait dans un coin.
C'était pas cher payé pour la nuit qu'on avait passé.

De là, les tenanciers de la Cage avaient décidé de se regrouper avec d'autres survivants, Horacio en tête dont l'esprit et l'astuce semblaient leur plaire particulièrement. Malheureusement, dans le sillage de l'ancien banquier, traînait son homme de main.. ou apprenti.. ou que sais-je. Aamir, donc.
Malgré mes réticences et mes craintes à son égard, et que j'avais partagées avec mon duo préféré, j'étais bien obligé d'admettre qu'il avait assuré durant toute cette nuit explosive. Il semblait fiable, et la confiance qu'Horacio lui portait  avait certainement joué en sa faveur également. Toujours était-il qu'il faisait désormais partie de la "famille", habitant dans le même bâtiment que nous, participant aux mêmes activités. Que veux-tu.. Comme on le dit si bien : "on choisit pas sa famille.". Je prenais sur moi et m'arrangeais pour l'éviter autant que possible, privilégiant l'entente du groupe entier à nos querelles personnelles.

Puis ce jour-là, sur la fin de ce mois de Juillet, Bill m'avait appelé. Selon lui il était temps de meubler cet immense bâtiment qui était nôtre. Avec la classe et l'élégance qui siérait à notre faction de gentlemen et gentlewomen.
J'avais bien tenté d'argumenter que pour la déco et les meubles, j'étais quand même pas le mieux placé pour cette mission, mais l'anglais était tellement, teeeeeeeellement occupé en ce moment, "tu comprends ?" Les négociations, la gestion, les plans à monter, la garde-robe à entretenir, les cocktails à créer.. Et puis il risquait de se salir !
Bref, je n'avais aucune chance de le faire changer d'avis et j'avoue que ça m'avait tiré un sourire amusé.

Bon, le sourire avait duré le temps qu'il avait duré, c'est à dire jusqu'au moment où il avait ajouté qu'il y irait avec Aamir. Sérieusement ? Je crois que j'aurais préféré Yue. Au moins je n'avais rien contre elle, aussi antipathique fut-elle. Je rassemblai mes affaires et me dirigeai vers la camionnette, dont l'indien venait visiblement de changer le pneu crevé. Je le saluai d'un vague signe de tête avant de m'installer à côté de lui, gardant le silence qu'il ne brisa pas d'avantage le temps du trajet jusqu'au centre-ville. Le regard par la fenêtre, je n'avais de cesse de trouver étrange cette virée. On aurait dit un jeune couple pré-apocalypse partant à Ikea pour son aménagement. Enfin, un couple très en froid, vu l'ambiance électrique dans l'habitacle.

Finalement arrivés, il prit la parole avec l'une de ses habituelles gentillesses, à laquelle je répondis avec un sourire faussement enjoué. - Bien sur mon canard, on te rachètera quelques robes de bal ! Je regardai autour de nous avant d'ouvrir la portière pour sortir de la voiture. Il y a un cabinet d'avocat, juste là. On pourrait trouver quelques meubles.. dans le genre de c'que cherche Bill. Pour les parties communes. Ou son "salon" pour recevoir ses invités.

J'attrapai ma batte, avisant au loin un rôdeur isolé qui errait. Pour le moment il ne nous posait pas de souci, aussi je me dirigeai sans attendre vers le bâtiment que j'avais désigné. Par chance, la porte n'était pas verrouillée, sans doute quand les lieux avaient été quittés précipitamment. L'escalier classieux du hall montait directement au premier étage, jusqu'à une porte où l'on lisait "The Law Office of Peyrot & Associates"

Je pris une longue inspiration en pénétrant dans le hall luxueux. Deux portes de bureaux côte à côte, une salle d'attente un peu plus loin, et là le bureau de la secrétaire. Pour sur qu'on trouverait quelques affaires ici.
J'avançai de quelques pas, et histoire de briser le silence qui nous enveloppait depuis un moment, je lançai :

- Alors... tu f'sais quoi, avant tout ça ?

:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Aamir Rahis
The Gentle Bastards
Aamir Rahis
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/05/2020
Messages : 421
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Les déménageurs bretons   Les déménageurs bretons EmptyJeu 23 Juil 2020 - 23:33
Les déménageurs bretons
Chris & Aamir
S’il y a une chose qu’Aamir devait bien admettre, c’était que l’homme assis à ses côtés savait comment lui répondre. Dans d’autres circonstances, dans une autre vie, Aamir était intimement persuadé qu’ils auraient pu s’entendre. Qu’ils auraient pu partager de bons moments et de francs fou-rires autour d’une bière. Oui, si les circonstances avaient été différentes, il aurait même pu apprécier le jeune homme. C’était sans aucun doute les événements qui les liaient qui les avaient fait se haïr pour finir par se tolérer. Aussi, à la réplique de Chris, Aamir ne put s’empêcher de secouer la tête en refrénant un rire. Il devait presque se mordre l’intérieur de la joue pour ne pas glousser.

À l’instar de son coéquipier du jour, Aamir sortit du véhicule en tachant de ne pas claquer la porte trop fort. Il écouta la proposition de Chris sur le cabinet d’avocat puis hocha la tête pour approuver.  Après tout, Chris connaissait bien mieux les goûts et les attentes de leur leader. Machette en main, il marchait derrière lui, comme pour couvrir ses arrières. Ce fût seulement une fois à l’intérieur du bâtiment qu’Aamir se mit à sa hauteur.  Il lâcha un sifflement à la vue du bâtiment. C’était étonnant de voir que l’intérieur soit resté aussi élégant, après des années de désolation. Car, bien que ce ne soit pas le premier lieu auquel on pouvait penser à se rendre quand les morts se mettent à marcher, les années avaient passées. Elles semblaient cependant avoir épargnées ce bâtiment.

Aamir était perdu dans ses pensées lorsque la voix de Chris le ramena sur terre. Il regarda alors son interlocuteur, furtivement avant de ne reporter son regard sur le couloir et les portes. Jamais il n’aurait pensé que l’homme aux yeux vairons voudrait faire la causette.  

- J’étais chauffeur privé pour une grosse tête qui amassait assez de pognon pour se payer un chauffeur et assez influent pour avoir des dossiers jusqu’en Inde.

Et assez louche pour se trouver dans des affaires toutes aussi douteuses. Il s’arrêta devant la porte d’un des bureaux, prêt à l’ouvrir.

- Tu l’as malheureusement déjà rencontré toi aussi, c’était le patriarche de mon groupe.

Sa voix était calme, sans animosité avec peut-être un brin de chagrin.

- Il a eu plusieurs affaires avec Horacio… Avant.

Il posa sa main libre sur la poignée de porte et regarda Chris. Un signe de tête pour lui faire comprendre qu’il allait l’ouvrir.  Une fraction de seconde plus tard, la porte était ouverte. Il balaya rapidement la salle des yeux, tout semblait calme, n’hébergeant aucune âme qui vive. Les meubles, quant à eux, étaient bien là.

- C’est à peu près tout ce que je savais faire de bien, conduire.

Il repensait à la sensation que ça lui procurait. Il pensait aussi au fait qu’il adorerait se faire un petit racing dans un Seattle désert.

- Et toi ?

Sans lui laisser le temps de répondre de suite à cette question, il enchaîna.

- T'as toujours vécu à Seattle ? T’as l’air de bien connaître la ville, j’avais même pas remarqué qu’il y avait un cabinet d’avocat

Il inspecta les lieux mais cependant, il ne pouvait s’empêcher de regarder Chris, il peinait à détacher son regard. Edison avait vraiment l’air décidé à faire des efforts, c’était tout à son honneur. Ou peut-être voulait-il seulement faire la conversation pour passer le temps, ce qui était compréhensible. Quoi qu’il en soit, Aamir allait le suivre dans cette lignée.


           
Code by Silver Lungs


Just like that, an honest man blinked
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 340
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Les déménageurs bretons   Les déménageurs bretons EmptySam 25 Juil 2020 - 23:38
Les déménageurs bretons.La dure vie d'hommes de main.
Aussi étonnant que ça puisse paraître au premier coup d'oeil, voire même au second, j'étais plus du genre à arrondir les angles et trouver des arrangements qu'à déterrer la hache de guerre sans raison. Bien sur, quand je bossais, c'était différent. Mon but était quand même d'être le plus antipathique possible pour qu'on vienne pas emmerder ceux que je devais garder en vie.
Mais en règle générale, je n'étais pas vraiment difficile à vivre. Déjà parce que j'étais très solitaire, et d'autre part parce que je préférais trouver des compromis pour régler les conflits, plutôt que de jouer à "qui a la plus grosse" ou tenter d'affirmer un avis à tout prix. Ça ne menait rarement à grand chose de bon, à long terme.

Tout ça pour dire que j'avais eu le temps de digérer un peu mieux la présence d'Aamir, depuis notre première "re-rencontre". Ma rancœur envers lui restait ancrée quoique minimisée, et c'était finalement surtout le manque de confiance en lui qui me tenait sur la réserve. S'il vous trahissait alors que je lui avais finalement accordé ma confiance, je ne m'en remettrais certainement pas.
Pour autant, puisque nous étions là tous les deux, c'était le moment de faire un peu plus connaissance. Ça ne coûtait rien. Et Aamir sembla accepter de se plier à l'exercice, répondant à ma question sans rechigner. Je glissai un regard vers lui qui approchait de la première porte, allant pour ma part jeter un coup d'oeil rapide vers le bureau de secrétaire. Des papiers, de la bureautique. Rien d'intéressant.

- Hm.. C'est donc pour ça qu'Horacio t'a pris sous son aile. J'vois. Le ton était neutre, une simple constatation alors que je le rejoignais pour l'ouverture de la porte. Le lieu était vide, j'abaissai ma batte et entrai à sa suite, le scrutant un instant avant de m'intéresser à la pièce elle-même.
Ouais, j'ai jamais quitté Seattle. Quasi-littéralement, d'ailleurs... Du coup oui, j'connais bien la cité. Me tournant vers lui pour répondre, je surpris son regard posé sur moi, levant un sourcil interrogatif. J'ai du noir sur le nez ?

J'esquissai un sourire en coin et traversai la pièce en reprenant, sans vraiment le laisser répondre. J'étais tatoueur, avant tout ça moi. J'ai jamais... ne serait-ce qu'effleuré les hautes-sphères et les grosses têtes, comme tu dis.
Je contournai le bureau pour aviser l'énorme siège en cuir, rembourré. Je passai une main dessus pour le dépoussiérer et m'y laisser tomber lourdement. Putain c'était confortable d'être avocat. J'suis sur qu'il va plaire à Bill, celui-là. Faisant lentement tourner le siège sur son pied central, un petit coup à gauche, un petit coup à droite, je reposai à nouveau les yeux sur Aamir.

- Et toi, tu viens d'où ? La situation était tellement étrange, moi assis derrière ce bureau et lui planté là, que je laissai échapper un bref rire avant d'ajouter, presque sérieux : Votre CV, jeune homme ?

:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Aamir Rahis
The Gentle Bastards
Aamir Rahis
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/05/2020
Messages : 421
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Les déménageurs bretons   Les déménageurs bretons EmptyMar 28 Juil 2020 - 22:54
Les déménageurs bretons
Chris & Aamir
Il avait connu des situations cocasses dans sa vie mais celle-ci devait bien se hisser dans les premières places. Jamais il n’aurait pensé se retrouver ici, en compagnie de Chris. Ils étaient encore une fois contraints et forcés de faire équipe mais Aamir se rassura en se disant intérieurement que leur binôme avait déjà fonctionné une fois, lors de l’attaque déjouée du no man’s land. Alors pourquoi pas maintenant ? Aujourd’hui, c’était une simple mission de routine, l’atmosphère était beaucoup plus détendue que lors de cette journée. Il n’y avait aucune voiture qui avait tentée de les écraser et encore moins de bombe cachée. Il y avait seulement eux deux, seuls au milieu de ce cabinet d’avocat.

Lorsque Chris avait décidé d’entamer la conversation, Aamir avait songé que c’était sûrement une idée de Bill ou d’Horacio. Ou peut-être les deux. L’ambiance tendue entre les deux jeunes hommes du groupe ne pouvait pas passer inaperçue si bien que peut-être avaient-ils pensé que cette mission pourrait les rapprocher. Ils avaient une chance sur deux. Soit ils allaient en profiter pour se découvrir, soit ils allaient à nouveau se taper sur la gueule. Forte heureusement, la tendance était plutôt à la première proposition. Aamir n’avait nullement rechigné à parler. Car après tout, il n’avait plus quinze ans. Il devait faire preuve de maturité, tout comme Chris l’avait fait. Alors que celui-ci découvrait la pièce et qu’Aamir le scrutait après avoir répondu et interrogé à son tour, il fît surpris par son interlocuteur. Pour autant, il ne détacha pas son regard, se contentant de secouer la tête lorsque Chris lui demanda s’il avait quelque chose sur le nez. C’était étrange de le voir sourire ainsi.

Aamir écouta avec attention les réponses du jeune homme. Il n’avait donc jamais quitté Seattle et avant tout ça, il était tatoueur. Aamir n’avait qu’un seul tatouage mais il avait toujours aimé ça, il avait toujours admiré le talent des bons tatoueurs. De par sa curiosité qui lui était propre, les questions fusaient dans la tête d’Aamir. Est-ce que Chris se tatouait tout seul ? Avait-il encore son matos ? Quel était le pire tatouage qu’on lui avait demandé ? Aamir serra la mâchoire pour retenir toutes ses questions en lui alors que Chris s’affalait sur le siège en cuir. Peut-être que plus tard, lorsque les choses se seront vraiment apaisées, il pourrait lui demander tout ça.

Il était resté silencieux tout du long, le temps que Chris ne réponde et lui pose à nouveau une question ; non sans ajouter une petite blague. Aamir secoua la tête en laissant un rire s’échapper, il n’avait pu le retenir cette fois-ci.  Il se rapprocha à son tour du bureau, tout en restant de l’autre côté. Il planta ses mains sur le meuble, les poings fermés et les bras écartés. Il prit un air tout aussi sérieux que Chris, soutenant son regard.

- Aamir Rahis, 35 ans. Je suis né et j’habitais à Vancouver. Mais j’bossais et passais la plupart de mon temps à Portland. Chauffeur privé auparavant devenu tueur de zombie et déménageurs  à mes heures perdues ; j’répond aux ordres d’un banquier maintenant. Certains diront que je suis son homme de mains et d’autres… D’autres diront que je suis un toutou bien dressé

Sur cette dernière phrase, Aamir avait haussé les sourcils et son regard, planté sur Chris, était presque amusé.

- Donc t’es toujours resté à Seattle… T’as jamais eu envie de bouger ? Avant et surtout après ?  Fin j’veux dire, après que ce merdier ait commencé. Ça doit être bizarre de rester dans sa ville d’avant. T’avais pas tendance à vouloir chercher tes proches partout ? Ou a retourner dans les endroits que tu fréquentais avant ? Genre ton salon de tatouages, la baraque de ton ex, ton pub préféré ?

Même s’il ne connaissait rien de lui, même s'il ne faisait que des suppositions dans sa question, Aamir était réellement curieux de savoir comment ce jeune homme avait pu continuer à vivre dans sa propre ville en ruine pendant tant d’années.

- J’ai eu du mal à rester à Portland, j’avais trop de souvenirs là-bas. Vancouver je t'en parle même pas parce que comme un con, j'me suis dit que c'était une bonne idée d'aller dans la maison de mes parents.

Aamir n'avait aucune idée de pourquoi il lui racontait tout ça, Chris ne lui avait nullement demandé de raconter sa vie en détail.

- J’avais besoin de bouger avec mon groupe. Tu sais, à cause de cette connerie de l’herbe qui est plus verte ailleurs. Et j’dois dire que si j’étais pas tombé sur Horacio, j’aurais sans doute continué d’avancer vers le Nord. Va savoir pourquoi…

Il se déplaça ensuite de l’autre côté du bureau et fît pivoter le siège sur lequel le tatoueur se trouvait.

- Si m’sieur veut bien se donner la peine, vaudrait mieux le descendre maintenant, tant que tout est calme.

Attendant un mouvement du jeune homme, il continua.

- Comment tu t’es retrouvé à travailler pour Bill à la cage du coup?  


           
Code by Silver Lungs


Just like that, an honest man blinked
Revenir en haut Aller en bas  
Chris Edison
The Gentle Bastards
Chasseur de primes
Chris Edison
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/06/2020
Messages : 340
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Les déménageurs bretons   Les déménageurs bretons EmptyMer 29 Juil 2020 - 1:57
Les déménageurs bretons.La dure vie d'hommes de main.
J'avoue, je ne m'attendais vraiment pas à ce qu'Aamir se montre aussi prolixe et... agréable ? Je m'autorisais lentement mais surement à baisser ma garde vis à vis de lui. Après tout, il aurait eu mille fois l'occasion de me descendre. Directement ou indirectement. Et étant donné qu'il avait la confiance d'Horacio, et celle de Bill suffisamment pour l'intégrer à notre groupe... Bref, il ne l'avait pas fait et c'était le principal à retenir.

Je le regardai approcher et se planter devant moi, détaillant ses traits tandis qu'il me répondait, bien plus en détails que je ne l'avais demandé et imaginé. Mais je ne m'en serais pas plaint, au contraire.
Puisqu'on devait désormais cohabiter, autant apprendre à se connaître.
Je ricanai à sa remarque sur le toutou bien dressé, c'était de bonne guerre. Homme de main, garde du corps ou chien d'attaque, la différence était mince. En dehors du fait qu'on perdait moins de poils que ces derniers sur le canapé...

- Ma mère avait du mal à joindre les deux bouts, et elle m'a élevé seule. Alors.. on a pas quitté Seattle, outre quelques rares vacances dans les alentours. Pardon du cliché, mais je m'évadais avec les bouquins. Je continuai à tourner doucement, un peu d'un côté, un peu de l'autre. Après l'invasion, j'suis resté un moment dans mon appart avec les réserves.. des apparts voisins. Mais j'ai pas trouvé.. malin de sortir alors que tout l'monde mourrait et paniquait, non. Et quand j'ai fini par sortir, ce n'était plus le moment d'aller chercher ici et là. et, dans l'ordre pour te répondre : J'habitais au-dessus de mon salon de tatouage. j'avais pas de mec. Et je sortais très peu. Alors au final.. pas beaucoup d'attache.

Je haussai les épaules doucement. En fait.. j'avais très peu d'amis. Et très récemment j'ai eu l'idée débile d'aller voir dans l'appart de ma mère. Et... c'était une idée débile. Elle est aussi morte que j'aurais pu croire qu'elle l'était.

Ma voix se serra probablement à cette évocation, avant de reprendre plus clairement.
J'ai très vite rencontré les Robinson. Le groupe que tu as attaqué avec tes potes. Le ton était assez neutre, ce n'était pas un énième reproche, mais un simple fait évoqué. On a pas mal bourlingué mais en restant dans les alentours de la ville. On avait pas les épaules pour partir plus loin.

Il se redressa un peu et j'oscillai machinalement:avant de reprendre : C'est les Scarescrows. Qui ont décimé tout mon groupe. Je suis l'seul survivant. Comme pour imaginer mes mots, je redressai mon t-shirt pour dévoiler la cicatrice encore presque fraîche qui me traversait le ventre.

Je me redressai tranquillement pour libérer le siège, et l'attraper d'un côté. Emmenons-le, on remontera après pour trouver un bureau à mettre avec. Et un peu de déco chic.
J'attendis qu'il se mette en mouvement avec moi, repartant vers la camionnette pour reprendre : Je bosse pour Bill depuis Avril 2019, en somme. Quand j'ai perdu mon groupe, je m'suis retrouvé.. désœuvrée. Et Bill avait besoin de gros bras. J'me suis proposé, et ça a matché. On est devenu.. amis en plus d'employeurs et employés.

La chaise, plus lourde que confortable finalement, se retrouva doucement descendue par nos soins, jusqu'à la camionnette qui n'avait pas attiré les rôdeurs curieux pour le moment.

- Tu comptes rester ici pour le moment ? Et toi...? Pas de petite amie à retrouver..?

Tout en parlant, on déposa notre trouvaille avant de remonter dans le cabinet. Il y avait certainement encore à récupérer pour la déco.

:copyright: 2981 12289 0



C'est pas contre toi.
J'aime juste pas les gens.
Revenir en haut Aller en bas  
Aamir Rahis
The Gentle Bastards
Aamir Rahis
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/05/2020
Messages : 421
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Les déménageurs bretons   Les déménageurs bretons EmptyMer 29 Juil 2020 - 13:45
Les déménageurs bretons
Chris & Aamir
Si le trajet s’était déroulé dans un silence de plomb, pour ne pas dire pesant ; l’ambiance était maintenant plus légère. Singulièrement détendue même. La tension palpable entre les deux hommes semblait se dissoudre petit à petit, l’espace d’un instant pour laisser place à la découverte. C’était sans doute grâce à l’initiative pour le moins inattendue de Chris, cette décision de briser la glace en entamant une conversation. Et contrairement à ce que ce dernier avait pu penser, avant, Aamir n’était pas un mauvais gars. Il avait certes été entouré de mauvaises personnes, il avait certes fait des choses abjectes dans sa vie mais il était loin d’avoir un mauvais fond. Il savait que tout ça, toutes ses justifications ne l’excusaient en rien mais il était agréablement surpris de voir que Chris pouvait tenter de passer outre. Même si cela était sans doute que pour les besoins du groupe uniquement, Aamir appréciait le geste.

Il répondait à ses questions, il parlait plus que de raisons. Sans doute avait-il ce besoin, bien enfoui à l’intérieur de lui, de se confier. Il avait été seul depuis trop longtemps et cette solitude ne pouvait que le manger de l’intérieur. À son grand étonnement, Chris répondit à son tour aux questions de l’ancien chauffeur. Il ne se contentait pas d’un simple oui ou d’un simple non. Il parlait, sans pique, sans son air renfrogné. Il lui racontait brièvement son passé, les raisons pour lesquelles il n’avait pratiquement jamais quitté Seattle. Qu’il avait très peu d’amis, qu’il ne sortait quasiment pas avant et qu’il n’avait pas de petit-ami. Aamir sourcilla un instant sur le mot ‘mec’. Il n’aurait pas pensé que l’homme qui lui faisait face était homosexuel. Dans les recoins de son esprit lobotomisé par les stéréotypes imposés par la société dans laquelle il vivait, il se disait que Chris ne ressemblait pas à une personne gay. C’était ridicule de penser ça mais les clichés avaient la vie dure.  

Aamir dodelinait cependant de la tête de temps à autre, comme pour montrer qu’il avait toute son attention. Il était presque attendri par ce que lui racontait son coéquipier. Peut-être parce qu’il n’avait jamais aimé laisser les gens dans leur solitude, peut-être à cause du timbre de sa voix ou peut-être aussi parce que cela faisait écho à ses propres souvenirs.  Lorsqu’il avait vu son père devenu rôdeur et qu’il avait aisément deviné que celui-ci avait littéralement bouffé sa mère à en juger par le sang et les os restant. Il grimaça lorsque Chris lui montra la récente cicatrice qu’il avait sur le ventre. Il avait soudainement pleine conscience de la chance qu’il avait, lui. Bien-sûr, il avait assisté à l‘exécution de son groupe mais les cicatrices qu’il portait étaient uniquement dans son cœur.

Chris se leva finalement du siège et les deux comparasses entreprirent de le descendre. Aamir se proposa pour passer devant, comme pour lui montrer qu’il faisait de plus en plus confiance au Edison. Ce dernier pouvait très bien le pousser avec le siège dans les escaliers mais fort heureusement, il ne fît rien. Il continua seulement de répondre aux questions d’Aamir alors qu’ils arrivèrent rapidement à la camionnette. D’un revers de main, Aamir s’essuya le front. Ce foutu siège n’était pas des plus légers ! Il attrapa au passage une bouteille d’eau qu’il avait laissé dans le véhicule et après avoir bu quelques gorgées, il la proposa à Chris ; lui laissant le choix ou non de boire.

- Nan… Fin j’étais marié à l’époque mais j’ai pas essayé de la retrouver. J’veux pas passer pour le gros connard décérébré mais j’étais plus marié pour la forme. Une idée de mon boss. Avec elle, c’était juste… physique dirons nous. J’étais pas amoureux d’elle ; de personne d’ailleurs.

Il ne prononçait même pas son prénom.

Ils rentrèrent à nouveau dans le bâtiment et Aamir se demandait encore pourquoi il disait ça. Qu’il n’avait jamais été amoureux de toute sa vie, est-ce que cela intéressait réellement Chris ? Probablement pas.

- Fin tu vois p’t-être ce que je veux dire mais je ressentais pas le besoin de la retrouver. J'pense que ça en dit long

Il haussa les épaules. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas pensé à son ex-femme. S’il n’éprouvait aucun sentiment pour elle, il espérait tout de même qu’elle allait bien… Ou qu’elle était dans un monde meilleur, allez savoir.

- Quant à si je veux rester dans le coin… J’sais pas trop. J’voulais bouger mais toute cette histoire a un peu changé mes plans. Si on peut appeler ça des plans. Cette histoire de groupe, des nouveaux lieux à investir et aménager, ça motive. Clairement je vais pas te mentir, j’ai toujours été un suiveur et là, j’ai presque l’impression d’avoir retrouver ma place.

Et alors qu’ils remontaient les escaliers, Aamir se permit un léger coup de coude dans le bras de Chris

- Et clairement, j’pense que tu te ferais chier sans moi !

Il retrouva son sourire narquois mais pas insolent.

- Et toi alors ? T’as pas envie de bouger un peu ? Genre… visiter du pays ? Enfin ce qu’il en reste !  Un p’tit week-end à la campagne, ça t’irait bien au teint !

Son ton était blagueur, mais pas moqueur.

Il ouvrit une nouvelle porte, pour arriver dans un autre bureau. Là, au beau milieu, se trouvait un énorme bureau en bois massif. Il jeta un coup d’œil à Chris, l’air presque blasé.

- Laisses moi deviner, Bill va adorer ça ? J’peux te dire qu’après cette journée, je vais vider le bar ! lâcha-t-il avec un rictus.

Il regrettait presque de ne pas avoir emmener une flasque.


           
Code by Silver Lungs


Just like that, an honest man blinked
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Les déménageurs bretons   Les déménageurs bretons Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Les déménageurs bretons -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: