The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Focus on the things you can control -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 180
Age IRL : 31
MessageSujet: Focus on the things you can control   Focus on the things you can control EmptyMer 1 Juil 2020 - 16:29
Juillet 2020.

Les deux prunelles azurs qui la fixent sans ciller laissent deviner la fatigue et la nervosité qui l'habitent. Ses insomnies ont empiré de pair avec son état physique et mental. Des semaines maintenant qu'elle se sent au bord d'un précipice dont elle ne peut reculer. La sécurité derrière laquelle la chirurgienne s'est toujours cachée s'effrite de plus en plus et elle ne parvient plus à compartimenter, à prendre le recul nécessaire pour analyser les situations avec pragmatisme. Elle réagit à chaud, se laisse emporte, devient irritable même pour de petites choses sans intérêt. Lentement, la quarantenaire perd ce contrôle qui la caractérise pourtant si bien. Elle devient cette Autre. Qui a ses bras, qui a ses jambes, qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau sans être vraiment elle. Comme si le reflet qu'elle contemple présentement avait pris sa place et que son vrai « elle » avait été enfermé dans cette prison de verre.
Se détournant du miroir, elle réajuste sa ceinture et l'arme blanche accroché à celle-ci, attrapant le sac à dos entreposé dans le couloir avant de descendre les marches pour rejoindre son amie.

Quelques semaines maintenant que Arizona avait emménagé chez elle. Après autant d'années de solitude, la doc avait pensé que la colocation lui demanderait certains efforts, des concessions, qu'il lui faudrait un temps d'adaptation. Mais tout s'était agréablement calé et il était plaisant, elle ne pouvait le nier, d'avoir une présence dans cette grande maison souvent vide. En tant que responsable de la sécurité son amie avait de toute façon un emploi du temps chargé qui permettait à la canadienne de conserver une certaine intimité et une bulle bien à elle. Mais il était parfois plus aisé de ne pas s'enfermer dans de sombres pensées et les ressasser indéfiniment quand une autre personne était là pour vous soutenir.

Les derniers événements avaient au moins eu le mérite de la faire se remettre en question sur certains aspects de sa vie. Le vaccin, le sérum, les risques encourus par ces deux derniers, la pseudo sécurité illusoire dans laquelle elle s'était planquée, sa lâcheté quant à l'extérieur...
Jamais Maeve n'avait ressenti, avant aujourd'hui, l'envie ou le besoin de sortir de l'enceinte du camp. Pourquoi se mettre en danger ? Pourquoi prendre le risque de perdre un atout comme elle ? Égoïste et surtout prétentieuse, elle avait toujours placé sa sécurité avant celle de certains autres. Jusqu'à ce qu'elle devienne un élément instable d'une équation dont elle pensait connaître toutes les inconnus. Jusqu'à ce qu'elle devienne un potentiel danger à surveiller de près.

À présent la toubib avait besoin de trouver un intérêt autre, un projet dans lequel s'investir, élargir son champ des possibles, s'ouvrir à autre chose que le dispensaire et sa maison. Briser ce quotidien millimétré dans lequel elle ne se retrouvait plus. Dans lequel elle ne se reconnaissait plus. Quitter l'enceinte rassurante du fort pour se confronter à l'extérieur et retrouver un semblant de liberté, d'évasion. C'était sans doute futile pour n'importe quel regard externe, mais pas pour elle. Ça ne l'empêchait pas de se sentir nerveuse. Retrouvant Arizona sur le perron devant la maison, elle s'assure que la porte est bien fermée avant de la rejoindre. « Je suis prête. » Elle réajuste son sac à dos, se forçant à sourire à son amie. « Merci encore de céder à mon caprice, tu dois avoir un millier de choses plus importantes à faire qu'assurer ma sécurité. » Mais qui de mieux placé qu'une des personnes en qui elle avait le plus confiance ici ? Et surtout l'une des plus compétentes dans ce domaine ? Sans compter qu'un moment rien qu'à elles loin de toute autre âme vivante avait quelque chose d'incroyablement libérateur et salvateur. Tout ce dont elle avait besoin en ce moment. « Je te suis. » Après tout, la chirurgienne ne connaissait rien en dehors du camp. Une fois passé les portes, elle se retrouverait en terrain inconnu.


+Do your worst+
+I'll do my best+
Revenir en haut Aller en bas  
Arizona S. Winslet
Modératrice
Arizona S. Winslet
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/06/2020
Messages : 171
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Focus on the things you can control   Focus on the things you can control EmptyVen 3 Juil 2020 - 15:46
Je sais pas vraiment pourquoi est-ce que j'avais jamais vraiment pris le temps d'envisager l'option de déménager. Il faut dire qu'avec la quantité de travail que j'ai à charge chaque jour, je ne passe pas énormément de temps chez moi. Pourtant, il aura suffi des quelques heures pendant lesquelles j'étais présente entre ces murs pour que des tensions légères se créent. Des choses relativement basiques et sans réelle importance à mes yeux. Des détails, qui personnellement ne me troublaient en rien, mais qui à l'usure ont fini par avoir raison de l'entente générale de la maison. C'est la raison pour laquelle j'ai préféré migrer sans demander mon reste. Je dois dire que j'ai toujours été relativement habituée à ne pas rester très longtemps avec le même toit au dessus de la tête. Si tant est qu'il s'agisse effectivement d'un toit et pas d'une simple tente comme c'était le cas en Irak et en Afghanistan.

Cela faisait donc maintenant plusieurs semaines que j'avais emménagé chez Maeve. Il faut dire que mes habitudes n'ont pas réellement changé, ma charge de travail restant toujours aussi conséquente et me forçant donc à ne pas passer énormément de temps en compagnie de ceux dont je peux partager la maison. Pourtant, je dois dire que j'apprécie de vivre en colocation avec mon amie. Parce que si au début, lorsque nous nous sommes connues, nous n'entretenions qu'une relation simplement basée sur le lien patient/soignant en raison de mes check-ups réguliers pour ma paresthésie, les choses ont fini par changer et je la considère aujourd'hui comme une véritable amie.

C'est sans aucun doute la raison pour laquelle j'ai rapidement accepté de prendre du temps et de décaler le travail que j'avais à faire -quitte à le faire pendant la nuit- afin de l'accompagner dehors à sa propre demande. Je dois avouer que dans un premier temps, j'ai été relativement surprise. Après tout, les sorties n'étaient pas vraiment sa tasse de thé jusqu'à présent, mais comme disait souvent mon père: il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis. De fait, quelque chose lui a fait certainement changer le sien. Je n'ai pas cherché à savoir quelle était sa motivation.

Ayant assez rapidement terminé de me préparer, cette petite expédition n'ayant pas l'air réellement risquée, j'attends donc Maeve sur le perron devant la maison. De longues minutes passent avant que la chirurgienne ne pointe le bout de son nez à l'extérieur. Je me redresse et glisse les mains dans les poches de mon pantalon lorsqu'elle m'annonce qu'elle est prête avant de m'offrir un léger sourire tout en me remerciant pour ce que je fais. Ne t'en fais pas, tu sais aussi bien que moi que je t'aurais dit non si je n'en avais pas eu envie. J'aurais trouvé quelqu'un d'autre pour le faire.

Je lui fais un rapide signe de tête pour qu'elle me suive alors que nous prenons la direction de la sortie du camp. Je salue poliment d'un nouveau signe de tête ceux qui se trouvent aux postes de garde avant de passer les portes en compagnie de la brune. Une fois à l'extérieur, je me dirige instinctivement vers le nord, prenant la direction du poste de garde numéro six. L'habitude certainement de me rendre à la zone d'entraînement.

Relativement détendue, je tourne la tête vers la brune à mes côtés et l'observe un instant avant de briser le silence qui s'était installé. Tu voulais aller à un endroit en particulier? C'est vrai qu'instinctivement je suis partie dans la même direction que d'habitude mais j'ai oublié de te demander où tu voulais aller, excuse-moi. L'erreur est humaine après tout. De fait, je m'arrête donc un instant pour ne pas faire de chemin inutilement si nous devons retourner sur nos pas.

D'ailleurs, si jamais à un moment tu sens que tu préfères rentrer, n'hésite pas à me le dire, d'accord?



Try me, bitch

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 180
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Focus on the things you can control   Focus on the things you can control EmptyJeu 23 Juil 2020 - 17:20
Emboîtant le pas à Arizona, la chirurgienne sourit à sa première remarque, connaissant le caractère volcanique de sa comparse et récente colocataire. À bien y réfléchir, il y avait peu de chances, dans les débuts, que leur relation évolue de la sorte, mais Maeve se félicitait de compter la jeune femme dans son cercle intime et surtout comme amie. Si la toubib côtoyait pas mal de monde dans leur micro société, ce terme n'était attribué qu'à un très petit nombre, mais sûr. Elle et Quinn appartenait à son noyau dur, celui qu'elle pensait inébranlable, et ces cinq dernières années allaient dans ce sens. S'ajoutait à elles Friedrich, même si leur relation avait évolué plutôt négativement les semaines passées, et récemment, de manière plus surprenant, Roza. Il fallait croire que la canadienne accrochait avec les personnalités forte qui ne lui ressemblaient pas, de prime abord.

Passant les portes du camp, elle ne peut empêcher son regard de détailler chaque recoin de cette périphérie qui lui est étrangère. Stratégiquement planquée entre ces murs, jamais auparavant l'envie d'en sortir ne lui avait frôlé l'esprit. Et pourtant elle était là, dans un projet qui n'était pas primordial pour Fort Ward mais qui l'était pour la quarantenaire. Oublier ses soucis dans un nouveau projet. S'oublier en occupant sa matière grise, tout simplement. Suivant son amie, elle tente d'évaluer la direction empruntée, supposant que leurs pas les conduisent vers le nord sans certitude absolue. Se repérer ou se géolocaliser sans technologie avancée n'était pas l'un de ses talents premiers. Son truc à elle avait toujours été les salles aseptisées éclairées artificiellement, pas les grands espaces naturels où il lui semblait si aisé de se perdre. « Je n'ai pas d'endroit précis en tête, cette première sortie tient plus du repérage à dire vrai. » Pour être parfaitement honnête, la brune aux yeux bleus n'était pas certaine de trouver son bonheur dans une périphérie aussi restreinte. Certes, le bouquin qui trônait sur sa bibliothèque depuis une bonne décennie et qui n'avait, jusqu'à récemment, jamais trouver grâce à ses yeux, situait les plantes médicinales qu'elle convoitait en Amérique du Nord et dans cette région plus précisément mais rien ne garantissait d'en trouver sur Brainbridge Island, même si la végétation y avait retrouvé ses plein droits. La toubib a tout de même pris soin d'emmener avec elle plusieurs feuilles du livre en question afin de mieux visualiser les trois plantes en question, les seules que l'on trouve aisément dans cette partie du globe et dans la région Nord-Ouest des Etats-Unis, merci les amérindiens.

Acquiesçant face à la sollicitude d'Arizona, elle est, à vrai dire, et malgré une certaine nervosité, bien trop heureuse de s'éloigner des hauts murs du camp et de s'enfoncer dans la nature, se sentant beaucoup trop étouffée dans sa cage de verre depuis quelques temps. Maeve ne supportait plus certains regards, certaines remarques, ne parvenait plus à compatir face à certains problèmes puérils et futiles de ses patients. Une sonnette d'alarme qu'elle a jugé bon de ne pas éviter, surtout après ce qui s'était passé avec Zelda. « J'ai trop besoin de cet interlude crois-moi. Depuis.... ce qui est arrivé... la nuit qu'on a tous passé, la mort de Vaughn, ce qu'on appris sur le vaccin, le sérum... j'étouffe...littéralement. » Maeve n'en avait jamais vraiment parlé, peu encline à se morfondre avec quelqu'un d'autre qu'elle-même. Mais à trop garder tout pour elle cette dernière avait fini par exploser et passer pour une folle aux yeux d'une certaine adolescente. Accusation dont elle ne pouvait guère se défendre à vrai dire. « D'ailleurs, tu n'as pas eu d'écho sur un possible face à face un peu houleux avec Zelda au dispensaire récemment ? » Non pas qu'elle craigne la réaction de June, ou même June tout court, mais si elle pouvait éviter que tout le camp la prenne pour une tarée, la chirurgienne était preneuse. Et parce qu'elle n'a pas non plus encore parlé de l'incident à quiconque, elle préfère préciser sa pensée. « Disons qu'il est possible que Zelda se soit pointée au dispensaire un jour en réclamant des excuses pour lui avoir vomi dessus, et qu'une chose en entraînant une autre, elle m'ait.... provoqué en duel... en quelque sorte et que je l'ai menacé de lui enfoncer une aiguille remplie d'air si elle m'approchait. » Résumer comme ça, l'australienne passait certes pour une peste, mais elle passait assurément pour une folle. « J'étais à bout, si tenter que ça puisse justifier quoi que ce soit. Je crois que je le suis toujours. Je veux dire, j'ai menacé une gosse. Un démon certes, mais une gosse... alors à moins d'un risque majeur, je ne compte pas faire demi tour tout de suite. J'ai vraiment besoin de ce temps pour moi. Pour nous. » Parce qu'elle était plus que ravie de pouvoir s'octroyer un moment en privé avec Arizona dont l'emploi du temps chargé ne leur accordait que peu de moment privilégiés finalement.


+Do your worst+
+I'll do my best+
Revenir en haut Aller en bas  
Arizona S. Winslet
Modératrice
Arizona S. Winslet
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/06/2020
Messages : 171
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Focus on the things you can control   Focus on the things you can control EmptyJeu 23 Juil 2020 - 20:29
Au fond de moi, je ne peux m'empêcher d'avoir cette impression que la véritable raison de cette sortie est toute autre qu'une simple recherche de plantes médicinales. Après tout, au cours des cinq dernières années, jamais je n'ai vu Maeve sortir des murs de Fort Ward pour s'occuper elle-même de la "sale besogne". De fait, j'imagine qu'il est normal que je m'interroge sur ses motivations lorsqu'elle me demande de l'accompagner à l'extérieur. Et je ne peux que douter de l'alibi qu'elle m'a présenté.

Alors que nos pas nous éloignent lentement des portes du camp, je glisse mes mains dans les poches de mon pantalon, profitant du silence ambiant et des bruits de la nature qui a repris ses droits au fil du temps. De toute manière, ce n'est pas comme si nous allions réellement nous exposer au danger. Les alentours de Fort Ward sont relativement bien sécurisés, j'y veille d'ailleurs au quotidien, mais pourtant je ne peux m'empêcher de rester attentive au moindre bruit qui me paraîtrait suspect. L'instinct, certainement. Ou bien l'habitude.

Regardant toujours devant moi, cela ne m'empêche pas pour autant d'écouter avec attention les mots de mon amie. Car si au départ nous n'avions qu'une relation parfaitement professionnelle, d'une patiente envers son médecin, les années ont fini par créer des liens qui nous unissent avec force toutes les deux. Tout du moins, c'est la manière dont je ressens les choses entre nous. Je suis convaincue que je pourrai compter sur la quadragénaire au même titre qu'elle pourra toujours compter sur moi. Et ce quoi qu'il advienne. Un simple repérage, hm? Je suis surprise que tu tiennes à le faire toi-même... Je tourne légèrement mon regard vers elle, plus pour jauger sa réaction que pour porter un quelconque jugement. Encore une fois, je ne peux réprimer cette sensation que quelque chose d'autre se cache derrière cette sortie.

La réponse à mes doutes ne tarde pas à se faire connaître d'ailleurs. Alors que nous continuons d'avancer, la chirurgienne reprend la parole et m'apporte le fin mot de l'histoire. Silencieusement, afin de ne pas lui couper la parole, je hoche lentement la tête afin de lui montrer que j'écoute attentivement ce qu'elle me dit. Il est certain que cette nuit du mois d'avril restera longtemps gravée dans nos mémoires à tous. Seulement pour certains, cela a eu un impact bien plus importants que d'autres. La mort de Vaughn, les révélations faites au sujet du vaccin. Ce sont beaucoup de choses à digérer. Et malheureusement, l'esprit met bien plus de temps à le faire que le corps avec de la nourriture. Bien souvent, on se torture avec des suppositions, espérant trouver une solution qui n'aurait pourtant jamais pu voir le jour. Qui ne font que sabrer notre moral dans une situation qui exige pourtant l'inverse. Je suis bien placée pour dire ça. Après tout, j'ai été dans des situations similaires bien souvent. Trop, certainement.

Une légère grimace déforme mes traits un instant lorsqu'elle me demande si j'ai eu des échos d'une altercation entre elle et Zelda. Effectivement, j'en ai entendu parler. J'imagine que beaucoup ont eu droit à des bribes d'histoire sans réellement savoir à quoi s'en tenir. Et si je n'ai jamais pris la peine de venir en parler à Maeve, c'est uniquement parce que j'étais convaincue qu'elle viendrait m'en parler si le coeur lui en disait. Et si elle estimait que cela était nécessaire. A l'évidence, c'est le cas.

Un petit soupir m'échappe alors que je relève mon regard vers le ciel, observant les quelques nuages qui le traversent. Zelda est du genre à savoir taper sur le système des gens avec une facilité déconcertante. Quand elle a quelque chose en tête, il est difficile de la faire entendre raison. Je comprends ta réaction. Il y a des moments où agir avec la raison plutôt qu'avec le coeur est bien plus compliqué qu'on ne le pense.

Mon regard se pose à nouveau sur mon amie et un léger sourire étire le coin de mes lèvres alors que ma main vient se poser sur son bras. On restera aussi longtemps que tu le veux. Tant que tu en as besoin, on restera loin du camp. Je peux bien repousser mon travail de quelques temps. Il s'agit là d'une raison parfaitement légitime. Et je ne compte pas laisser mon amie dans le besoin sans réagir. Par ailleurs, je me sens quelque peu coupable d'être si souvent indisponible. Alors, je me sens obligée de lui présenter mes excuses à ce sujet.

Je suis désolée si je ne suis pas très présente. Il est clair qu'il y a bien mieux que moi, comme amie. J'imagine que vivre avec moi ne doit pas changer grand chose à quand tu étais seule. Donc même comme colocataire, il y a sûrement mieux! Mais je veux que tu saches que quoi qu'il arrive, tu peux venir me voir si tu as besoin de moi. D'accord?



Try me, bitch

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 180
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Focus on the things you can control   Focus on the things you can control EmptyMar 28 Juil 2020 - 14:21
Soulagée de ne pas être jugée et condamnée pour folle par son amie, Maeve ne peut s 'alléger pleinement du poids de sa culpabilité. Ses mots trouvent un écho en elle mais pas suffisant pour faire taire sa raison. Parce qu'elle sait au fond d'elle que sa réaction lors de son face à face avec Zelda n'était pas qu'un instant de perte de contrôle. Elle l'a senti, là, quelque part au fond d'elle, cette noirceur insoupçonnée, cette étincelle capable d'allumer un feu jusque là éteint. Cette colère sourde, cette vague de haine qui lui a littéralement fait péter les plombs. Et ce n'était pas que la goutte de trop qui fait déborder le vase. C'était comme rencontrer une vieille amie, ou une partie de soi-même que n'a jamais renvoyé le reflet du miroir. Une autre version de soi qui a toujours existé mais que l'on a tu jusqu'ici. La chirurgienne aimerait penser que les menaces proférées ce jour là n'étaient que la résultante de cette Nuit, que la conséquence de l'épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Mais c'était trop naturel, trop spontanée. Cette folle furieuse qui a menacé une gamine de quinze ans est une partie d'elle, tapie dans l'ombre depuis longtemps mais bel et bien présente. Et chaque fois qu'elle repense à cette scène, ses idées s'embrouillent et partent vers des chemins irraisonnés. Elle ne peut s'empêcher de se demander si le protocole médical à laquelle on l'a contraint n'est pas la cause, qu'il est en train de la changer sournoisement sans que personne ne le voit. Qu'un jour, elle finirait comme Vaughn et qu'on devrait l'abattre. Ne resterait alors d'elle qu'une vulgaire croix dans la périphérie du camp et quelques larmes en souvenir de ce qu'elle a été. Et c'est finalement toutes ces questions plus que ses actes qui la font penser qu'elle perd peu à peu la raison et la tête. Se raccrocher à son quotidien ne l'aidant plus, la canadienne a finalement céder à n'importe quelle branche à sa portée. « Elle vise juste je te l'accorde. Je me demande si cette gamine n'a pas des prédispositions à la limite du paranormal pour trouver la corde sensible et s'amuser à la faire vibrer jusqu'à ce qu'elle rompe. Et ce qui est fantastique c'est qu'une fois mise dos au mur elle parvient encore à se positionner en victime et à te faire passer pour la coupable ! » Ou une pour folle, mais ça, la toubib ne pouvait guère lui reprocher...

Sentant qu'évoquer l'adolescente ne l'aidera en rien à passer outre son ressentiment, elle balaie ses propres mots d'un revers de la main, préférant se focaliser sur cette sortie, son besoin de liberté et surtout son amie. « Merci de ne pas me juger pour ça en tout cas. »

Continuant à jongler entre son livre et les plantes qui jouxtent le camp, elle ne voit rien de probant et se dit qu'il lui faudra attendre une zone plus boisée ou plus éloignée que les pas humains n'a pas encore piétinée. Gardant une oreille attentive sur les paroles de l'ancienne militaire, un sourire apaisant finit par adoucir ses traits. « Tu sais que j'ai besoin de mon espace vital et que je ne supporterai pas une baby-sitter à temps plein. J'apprécie bien trop ma solitude de vieille fille. Ou j'appréciais... je ne sais plus vraiment. Quoi qu'il en soit tu n'as pas à te sentir coupable, tu es une vraie amie. » La chirurgienne attrape la main posée sur son bras et la serre quelques instants. « Je n'ai confiance qu'en toi et Quinn pour ce genre de confidences. Et vous êtes bien les seules avec qui je sens que je peux tout dire sans restriction. Ça me suffit je t'assure. Je n'ai pas besoin de plus. » Sans compter que la présence d'Arizona ici alors que son emploi du temps ne lui permettait pas forcément était une preuve plus que suffisante de son amitié inébranlable. « C'est juste que... je ne sais pas... je crois que je me rends compte que la sécurité derrière laquelle je me suis enfermée ces cinq dernières années n'est qu'une douce illusion. Je me trouve naïve d'avoir pensé que continuer à être toubib pouvait suffire. Que rester à l'intérieur du camp n'était qu'une façon de m'enfermer dans une bulle en oubliant toutes les horreurs à l'extérieur. Je me trouve stupide, lâche, et un brin pédante d'avoir pensé si longtemps que ma vie était plus importante que celle de certains autres juste à cause de mon statut. » Elle reprend leur marche, d'habitude peu encline à parler de ses problèmes mais reconnaissant qu'il lui faut libérer certains à voix haute pour s'en débarrasser, mise en confiance par la présence de son homologue et le terrain neutre sur lequel elles se trouvent. « Je ne dis pas que j'ai besoin de me mettre en danger ou même de le frôler mais... j'ai besoin d'autre chose. De nouveau. De plus. Je ne sais pas si ça a vraiment un sens. Je ne me fais plus vraiment confiance pour faire les bons choix depuis quelques temps en dehors du dispensaire. » Sans compter son malaise à recentrer toujours le sujet sur elle sans se préoccuper d'Arizona. C'était elle l'amie en carton finalement, et plutôt deux fois qu'une.


+Do your worst+
+I'll do my best+
Revenir en haut Aller en bas  
Arizona S. Winslet
Modératrice
Arizona S. Winslet
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 17/06/2020
Messages : 171
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Focus on the things you can control   Focus on the things you can control EmptyMer 29 Juil 2020 - 11:40
Étrangement, je ne pense que très peu à la charge de travail que j'ai mis sans hésiter de côté pour accompagner mon amie à l'extérieur. Peut-être est-ce dû à ce sentiment qui ne me quitte jamais vraiment. Celui de ne pas être le genre d'amie dont on peut rêver. Je ne suis pas très présente, bien trop absorbée par les responsabilités que j'ai au camp. Je ne reflète pas spécialement aux autres à quel point je peux savoir être à l'écoute. Pourtant, je tente de prouver que je suis capable de cela aujourd'hui. Et cela me fait même du bien. Marcher tranquillement au dehors en bonne compagnie, permettant à mon esprit de se détacher ne serait-ce que quelques minutes ou heures de tout ce qui l'encombre au quotidien.

La remarque que fait la chirurgienne au sujet de l'adolescente me fait sourire. Il est vrai que, parfois, il est difficile de ne pas se demander si le plus grand plaisir de cette jeune fille est de rendre fous les adultes qu'elle côtoie au quotidien. Comme si, au travers de ses piques et de ses bévues, elle se sentait réellement exister. Cependant, je ne suis pas étrangère à ce genre de comportement. Après tout, j'ai le sentiment parfois que j'étais bien pire que Zelda ne peut l'être, lorsque j'avais son âge. De fait, je ne peux m'empêcher de faire cet aveu à la brune qui m'accompagne. Tu sais... Elle me rappelle quelqu'un... Je relève le nez vers le ciel, sans perdre le sourire que j'ai au coin des lèvres, presque prise d'un certain sentiment de nostalgie. Crois le ou non, j'étais presque pire qu'elle quand j'avais son âge. Tout ce qui pouvait rendre mon père dingue était aussi précieux que de l'or à mes yeux. J'ai fini par arrêter de compter les fois où j'ai été ramenée à la maison par les forces de l'ordre après avoir été arrêtée. Graffitis, ivresse en étant mineure, petits larcins à l'épicerie ou dans des magasins de fringues. Heureusement pour moi qu'il avait des amis hauts placés dans la police, sinon j'aurais certainement écopé d'un casier bien chargé.

Mon regard revient se poser sur mon amie et je hausse légèrement les épaules. Parfois, les boutures que l'on pense perdues finissent par se transformer en les plantes les plus robustes. En tout cas, c'est ce qui m'est arrivé. Je regrette simplement de n'avoir réussi à rétablir un lien solide avec mon paternel que lorsqu'il était presque trop tard.

Hochant négativement la tête, je fais un rapide signe de main à Maeve pour lui indiquer qu'elle n'a pas besoin de me remercier pour mon absence de jugement. Me remercie pas pour ça, évidemment que je ne te jugerai pas, tu le sais. Je glisse mes mains dans les poches de mon pantalon alors que nous continuons d'avancer, laissant la brune observer les alentours en jetant des coups d'oeil réguliers à son livre pour voir si elle trouvera ce qu'elle recherche.

Ce n'est qu'en présentant mes excuses pour la médiocrité de mon amitié que je sors l'une de mes mains de ma poche pour venir la poser sur le bras de mon amie. Et lorsque cette dernière place sa main sur la mienne pour la serrer, je ne peux m'empêcher de sourire. Ses mots me rassurent et me font du bien. Pourtant, je retrouve mon sérieux lorsque la chirurgienne se confie sur ses doutes quant à la justesse de son comportement des dernières années.

Nous reprenons notre marche et je l'écoute en silence jusqu'à ce qu'elle ait terminé. Une légère moue déforme mes traits un instant avant que je n'inspire longuement. Ce n'est pas pédant, stupide ou lâche, comme tu dis, mais simplement logique. Tu fais partie de ceux dont la vie est plus importante que celle d'autres personnes, en raison de tes capacités. Ce n'est que du pragmatisme. Dans la balance, la vie d'une chirurgienne aura toujours plus de poids que celle d'un fleuriste ou d'une bibliothécaire. Ce n'est peut-être pas simple à entendre pour beaucoup, mais c'est la vérité. Je hausse légèrement les épaules et tourne à nouveau ma tête vers elle pour la regarder alors que je continue sur ma lancée.

Tu sais que si tu as besoin de quoi que ce soit, tu peux venir me voir. Je ferai toujours en sorte d'avoir du temps à te consacrer. Et pour être franche, il m'arrive aussi de me dire que je ne suis pas toujours à la hauteur. Il me suffit de penser à la facilité avec laquelle ces New Eden ont réussi à réduire en cendres l'un de nos avant-postes au mois d'avril pour me dire que je ne suis peut-être pas plus capable qu'un autre de prendre les bonnes décisions. Mais ce ne sont pas avec des doutes et des craintes que nous arriverons à mettre le doigt sur ce qu'il nous faut réellement... Tu ne crois pas?



Try me, bitch

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 180
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Focus on the things you can control   Focus on the things you can control EmptyMar 4 Aoû 2020 - 15:27
Entendre les frasques adolescentes de son amie a au moins le mérite de la sortir de ses trop sombres pensées et de lui arracher un large sourire amusé. Difficile d'imaginer Arizona en perturbatrice et de l'autre côté de la ligne, elle, la militaire, l'instructrice. D'un autre côté, elle l'imaginait sans mal mener à la baguette une ribambelle de tout frais troufions pour les faire marcher au pas et se faire obéir au doigt et à l'oeil. Un tempérament qui, utilisé à mauvais escient, ne donnait pas forcément une gosse sage comme une image. « Je dirais bien que j'aurais aimé te connaître à cette époque mais... il est plus probable que tu m'aurais racketté mon déjeuner... » Elle laisse échapper un léger rire, se revoyant elle-même en une adolescente coincée, les cheveux toujours devant le visage pour se cacher et sans doute se protéger des autres. Complexée au possible, trop scolaire et d'une timidité presque maladive à cette époque, elle n'avait jamais fait l'unanimité auprès de ses camarades durant toute cette partie de sa vie. Pas beaucoup plus par la suite à bien y réfléchir. Elle avait du faire ses preuves pour gagner le respect de ses pairs et surtout de ses collègues masculins. Même dans la médecine, la patriarcat régnait en maître. « La seule chose que je peux espérer est que notre dragon en herbe s'assagisse et gagne en maturité... » Mais ça, c'était une toute autre histoire à laquelle une fin heureuse était peu crédible, au moins pour l'instant. Chassant Zelda de ses pensées une bonne fois pour toutes afin de ne plus ternir ce moment, elle prête une oreille plus qu'attentive à ce que lui confie Arizona.

Certes, un chirurgien avait plus de valeur dans ce monde qu'un livreur de pizzas. Mais c'était une chose de s'en tenir au fait et une autre de s'enorgueillir de cette idée pour se cacher et se préserver. Et c'était exactement ce qu'elle avait fait. Toute sa vie, Maeve avait laissé les opportunités lui passer sous le nez dans un masochisme volontaire pour se concentrer sur sa carrière et toutes les choses sur lesquelles elle pouvait avoir le contrôle absolu. Et la quarantenaire avait volontairement répété ce processus une fois la fin du monde activée, et une fois intégrée dans ce camp. Maîtriser son environnement sans se laisser d'autres libertés, au point d'arriver à ce point de rupture qui menaçait à une proche horizon. Et avec ce constat s'était installé les regrets, de tout ce qu'elle n'avait pas fait, de tout ce qu'elle n'avait pas dit. Ne plus se sentir pleinement en sécurité, sentir la menace peser au-dessus de leur tête comme une épée de Damoclès avait finalement réveillé cette étincelle que la toubib n'avait jamais voulu attiser. Ce petit bout d'elle-même plus aventureux, moins lâche dans ses sentiments, qui mourrait d'envie d'expérimenter, de prendre des risques – mesurés – et de se lancer vers l'inconnu, aussi banal soit-il.

Le changement n'était pas forcément un mal, le prouvait cette sortie, cette nouveauté, cet avant goût de ce quelque chose qu'elle n'avait jamais connu et sur lequel il lui était encore difficile de poser le doigt. Tournant son visage vers Arizona, elle comprend les doutes de la jeune femme après l'attaque de l'avant poste. « Je m'inquiéterai le jour où tu ne te remettras pas en question pour ça honnêtement. » Au vu du tempérament de son amie, l'inverse l'aurait étonné. Et c'était bien cette menace ci qui l'inquiétait plus qu'une autre. Les New Eden. Rien que leur nom lui donnait des frissons. Elle en retient d'ailleurs un alors qu'elle tente de les éloigner de son esprit. « Je sais que je peux compter sur toi. » Un sourire sincère alors qu'elle repense à ses derniers mots. ''Ce qu'il nous faut réellement.'' Elle ne s'était jamais posée la question honnêtement. Ou peut-être avait-elle toujours pensé l'avoir déjà, d'un point de vue personnel. « Ce qu'il me faut réellement... » Un léger rire, plus amère, alors qu'elle continue sa marche à la même allure que son amie. Si elle relativisait, elle pratiquait toujours son métier, elle avait une place de choix au dispensaire, la maison achetée dix ans plus tôt dont elle n'avait jamais – pour d'évidentes raisons – terminé de rembourser l'emprunt, deux précieuses amies et un amant. Techniquement elle n'avait pas l'amant en question.... « Je crois que je devrais me recentrer sur l'essentiel, et arrêter de me fermer certaines portes. De vouloir absolument tout compartimenter, de me freiner sur certaines expériences. Je crois que même dans ce merdier intersidéral, je dois commencer à apprendre à vivre. Et j'ai déjà toi et Quinn pour m'y aider pas vrai ? » Les deux personnes en qui elle avait le plus confiance à Fort Ward. « Sans doute aussi Friedrich, si on parvient à rester amis après... » Elle s'interrompt, mal à l'aise avec l'idée de balancer cette information tenue secrète depuis de longs mois. « Après que je lui ai dit que je mettais un stop à nos activités nocturnes... » Elle lance un regard en coin à son amie, une mine faussement innocente gravée sur ses traits. Pourquoi conserver un secret qui n'avait plus lieu d'être après tout. Autant profiter de cette sortie pour sortir les squelettes du placard.


+Do your worst+
+I'll do my best+
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Focus on the things you can control   Focus on the things you can control Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Focus on the things you can control -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: