The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-31%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 watts – 12000 BTU)
449 € 649 €
Voir le deal

Partagez
- La tête retournée [Zelda et Adrienne] -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2580
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: La tête retournée [Zelda et Adrienne]   La tête retournée [Zelda et Adrienne] - Page 2 EmptyLun 22 Juin 2020 - 18:07
Bon, évidemment, l'autre n'a pas l'air très convaincue par sa maigre performance d'actrice. Pure et innocente ? Même elle n'y croit plus vraiment ? C'est difficile de conserver l'une et l'autre après avoir éclaté le crâne de rôdeurs ou avoir vu des membres du groupe se jeter sur les autres pour les dévorer. Quelque part Zelda est satisfaite qu'Adel ne morde pas à l'hameçon. Ça prouve qu'elle projette un peu l'image d'une jeune adulte. « C'est pas du tout crédible, c'est ça ? » souhaite-t-elle s'assurer avec de lâcher un « Tant mieux ! » satisfait. Les gens purs et innocents, et donc trop faibles pour survivre, sont les plus promptes à mourir. C'est un peu triste mais pour survivre, dans ce monde, il faut être être une saleté ! « Mais j'suis assez d'accord avec cette histoire de talent brute, en tout cas ! J'me vois bien comme un diamant - un gros diamant hein ! - qu'il va falloir un peu tailler pour qu'il devienne trop classe ! » Donc du coup c'est bon ? Elle est excusée pour son manque de tact et son absence de bonnes manières ? Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde. « Ok, j'veux bien qu'on s'entende même si, bon, on peut pas vraiment en décider comme ça ! Cela dit tu pourrais m'apprendre quoi ? Et moi ? » Elle voit mal ce qu'elle pourrait fournir en échange d'un enseignement. En tout cas l'australienne est satisfaite : elles sont déjà en train de négocier pour devenir plus fortes, se renforcer mutuellement. C'est plutôt une bonne chose, ça, pas vrai ?

En tout cas la quarantenaire semble plutôt intéressée par son projet de conquête du monde puisqu'elle se penche maintenant sur la manière dont elle s'y prendra pour asseoir son autorité. Zelda hésite un instant, notamment parce qu'elle ne sait toujours pas si elle peut accorder sa confiance à son interlocutrice. C'est une française. Et puis qui lui dit qu'elle ne lui volera pas son idée ? C'est pour ça, qu'avant, il fallait faire breveter ses inventions. Pour être sûrs que personne n'irait se les approprier ! « Oh, facile ! J'vais commencer par faire des câlins à tout l'monde et entretenir d'bonnes relations avec les gens qui ont d'l'influence sur les autres ! Et après j'organiserai des banquets, des jeux du cirque et des distributions d'fraises ! C'est comme ça qu'on obtient l'respect des gens, non ? » glisse-t-elle en tentant d'arborer un air sérieux. Un rire ne tarde cependant pas à contrecarrer ses efforts. Elle ne l'a de toute façon pas crue, si ? « Non, hein, j'rigole ! J'vais faire comme tous les bons dictateurs, en gros : en utilisant la peur et la violence ! Et les médias, si d'ici là on les a restaurés ! » Obtenir le respect des gens de manière naturelle demande trop de temps et d'efforts. Zelda pourrait se contentée d'être détestée pour peu qu'on lui obéisse. Mais d'ici à ce qu'elle soit en âge de régner, elle espère qu'elle aura réussi à appréhender les techniques de June. Le mieux, quand même, c'est de manipuler les gens sans qu'ils s'en rendent compte...

Toujours est-il qu'elle peut comprendre le besoin d'Adel, celui de pouvoir se faire sa propre idée sur June. Elle ne sera pas déçue, c'est certain. La Boss ne peut pas laisser quelqu'un indifférent. C'est ainsi. Il y a des gens qui nagent pour se faire remarquer et d'autres qui éclaboussent le monde de leur classe naturelle et de leur autorité. « Oh t'en fais pas, tu la verras sûrement ! Elle aime bien traumatiser les nouveaux ! En tout cas oublie pas d'prendre des lunettes de soleil sinon tu risques d'te cramer la rétine ! » plaisante-t-elle à moitié. Elle suppose que tout le monde, dans ce camp, se souvient de son premier passage dans le bureau de la rouquine. Pourquoi en irait-il différemment pour Adel ? Concernant l'histoire de la Révolution française, l'australienne se satisfait aisément de la réponse de son aînée. Elle ne tient pas particulièrement à en apprendre plus. En quoi ça l'aiderait pour le futur ? Mais lorsque la quarantenaire la menace de lui raconter tout ça en chantant, Zelda présente sa main à plat. « Tu sais que si j'te donne un coup comme ça dans la gorge ou qu'j'tape très fort sur l'plexus solaire, tu pourras plus respirer ? Et donc, plus chanter ? » Qu'elle essaie donc de lui faire un cours d'histoire en chanson, pour voir. L'adolescente a beau apprécier un peu cette drôle de noble, il n'en reste pas moins qu'elle ne se laissera pas torturer docilement...

Quoi qu'il en soit, quand Adel se met à parler un langage des plus comiques, Zelda se tape un fou-rire spontané. Il lui faut de longues secondes pour se reprendre et, ceci fait, écraser les larmes qui se sont mises à rouler sur ses joues. « T'es trop une tarée toi ! » s'amuse-t-elle en lui décochant un regard approbateur. « Mais c'est bien ! En gros, t'as compris l'idée générale ! Maintenant te faudra juste un peu d'pratique ! » Elle est sur la bonne voie ! « Par contre évite d'parler à June comme ça quand tu la verras, hein ? Ou alors ne lui dis pas que c'est moi qui t'ai donné des cours, s'te-plaît ! » Et un tout petit peu plus tard, quand Adel lui avoue qu'elle est pilote, Zelda pousse un petit sifflement qui se veut admiratif. C'est l'un des métiers qui la faisait autrefois rêver. Un peu moins aujourd'hui puisqu'il n'y a plus grand chose à piloter et puis, surtout, plus vraiment de contrées lointaines à visiter. « Et tu pilotais quoi, précisément ? » Bah quoi ? Il y a plein de choses qui se pilotaient, avant. Est-ce qu'elle parle bien d'avions ? Probablement puisqu'elle a reconnu son accent. Le signe qu'elle a dû pas mal voyager... « C'est une longue histoire et j'en ai un peu marre d'la raconter ! Mais en gros, ouais, j'ai débarqué ici un peu avant qu'les rôdeurs apparaissent ! » Elle n'oubliera jamais ce passé qui la fait tant souffrir si elle est obligée d'en parler à chaque nouvelle rencontre. Il vaut mieux le laisser là où il est, hors de portée des sentiments et de la conscience. « Tu connais l'Australie ou juste Melbourne ? Parce que là-bas c'était des péteux, un peu ! Sans vouloir offenser ton ami, hein, bien sûr ! D'ailleurs... il est mort ? » Simple question de curiosité...


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Adrienne De Castel
Adrienne De Castel
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/06/2020
Messages : 42
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: La tête retournée [Zelda et Adrienne]   La tête retournée [Zelda et Adrienne] - Page 2 EmptyMar 23 Juin 2020 - 1:25
Notre conversation est passionnante avec Zelda, j’apprécie beaucoup sa vivacité d’esprit et son audace. Vraiment, elle me rappelle moi quand j’avais son âge, peur de rien, motivée et déterminée. « Tu sembles être une fille très débrouillarde Zelda, je suis certaines qu’on saura trouver quoi apprendre l’une de l’autre. Pour commencer, je me pourrais t’aider à affiner ta stratégie pour dominer le monde, elle me semble… un peu incomplète.» Prenant une fausse voix, encore plus pétante à l’accoutumée, je commence à lui expliquer ce que j’entends par là. « il apparait que les dictateurs commencent tous par avoir de bonnes relations, de bons contacts, d’avoir des amis importants et des soutiens. Pense-y »
Je continue après avoir fait craquer mes doigts : « Sans compter qu’un bon dictateur sait provoquer l’admiration de son peuple via des qualités et des talents précis. Je connais presque tous ceux ayant existés en Europe, sur comment ils ont eu le pouvoir, mais aussi comment ils l’ont perdu. Mais tu n’as pas tort non plus, une dose de peur et de propagande ne ferait pas de mal. Mais tout ne dois pas reposer que sur ça. » Oui c’est un peu dense je l’admets volontiers. Mais c’est essentiel si elle veut arriver à dominer son monde un jour. Le pouvoir ça ne s’apprend pas comme ça et ça ne se prend pas comme ça non plus. Il faut savoir minuter ses actions, contrôler ses mots et ses actes et être prévoyante. Je peux l’y aider, ça m’amuse clairement et si ça me permets de nouer une relation de confiance sincère avec cette jeune femme, ce serait une bonne chose.

« Cela pourrais t’intéresser ? Promis, je le ferais sans chanter… alors pose ta main jeune fille, je viens en paix au nom de la nature… Motherfucker ! La fin de ma phrase m’arrache un large sourire et un éclat de rire. Je crois que c’était une bonne utilisation des mots qu’elle voulait m’apprendre, en tout cas, je pense avoir réussi à la surprendre. Toujours en gardant mon sourire, je continue à lui parler : « Je ne lui dirai pas que tu m’as donné des cours, ça sera notre petit secret, promis. »La nostaligie s’empare ensuite de mon sourire alors que je regarde les nuages dans le ciel, Bastien et Daniel doivent bien s’amuser en ce moment. Jouer à cache-cache dans ces formations… Je rêve tant pouvoir de nouveau y aller. Peut-être que j’en aurai l’occasion un jour… Je ne perds pas espoir. « Je pilotais des avions de voltige, je faisais des manœuvres et des acrobaties très compliqués. Ça m’arrivait aussi de donner des cours de pilotage à des gens. C’est peut-être présomptueux de dire ça… Mais je suis une excellente pilote dans mon domaine d’ailleurs.

Gravement, tais mon histoire de vantardise personnelle quand je vois bien que ma question touche Zelda, elle ne reste qu’une jeune femme qui a autant souffert que nous tous. Mais elle n’a hélas pas l’expérience pour l’affronter aussi bien que certains d’entre nous : « Je comprends, ça ne doit pas être simple de toujours la raconter et j’imagine que toi aussi tu as eu ton lot de souffrance… Mais sinon, pour te répondre, je ne suis jamais allé en Australie, je ne connaissais que cet ami et un peu de votre histoire et de vos héros, comme Albert Jacka ou la fameuse grande guerre contre les émeus dans les années 20. » Bien qu’elle soit un peu jeune pour connaitre Albert Jacka, j’ose croire qu’elle a entendue parler de cette guerre quand même, je ne vais pas devoir lui apprendre l’histoire de son propre pays quand même ? Ce ne serait pas une honte pour une femme aussi fière qu’elle ? Mais je n’en ai pas réellement l’occasion car je dois répondre à une question qui me touche sincèrement.

Je ne peux pas dire que j’étais amie avec beaucoup de monde, mais ceux qui étaient avec nous à Vancouver en faisaient partis et je ressent encore leur perte : « Mon ami est mort, comme quasiment tous les autres, à Vancouver, en 2015. En même temps que mon compagnon. » Je me tais en portant ma main à mon cou, les deux bagues, celle de Bastien et celle de Dany semblent peser une tonne à cette seconde… Pourquoi je me sens aussi mal encore maintenant ? Je pince les lèvres en regardant Zelda et de reprendre un demi-sourire : « Parles moi de toi et de Sean, ce serait lui ton compagnon pour dominer le monde ? »





En dépit de mes ailes brisées, j'ai retrouvé le ciel
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2580
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: La tête retournée [Zelda et Adrienne]   La tête retournée [Zelda et Adrienne] - Page 2 EmptyMar 23 Juin 2020 - 18:14
Sa stratégie ? Un peu incomplète ? Bon, d'accord, c'est vrai ! Il faut dire que l'adolescente n'en est pas encore au stade où elle échafaude des plans complexes pour dominer l'humanité. June est en vie, en forme. Et le sera probablement pour les prochaines décennies encore. Même la maladie et le temps ne semblent pas avoir d'influence sur elle. Après, bien sûr, un rôdeur ou un humain pourrait bien priver le groupe de sa Boss. Mais l'australienne refuse d'envisager un tel cas de figure. Elle a encore trop à apprendre de son modèle...« C'est gentil mais j'crois pas avoir b'soin d'conseils à c'niveau-là ! J'suis d'jà bien entourée et puis ce s'rait un peu bizarre que ce soit toi qui m'en donne alors qu'on vient tout juste d'se rencontrer, non ? » s'amuse-t-elle, un brin vexée mais surtout amusée. « Si ça s'trouve j'suis une psychopathe et tu pourrais bien regretter d'm'avoir apporté ton aide... » Ses conseils sont peut-être bons, elle n'en sait rien. Mais pour que la gamine y accorde de la valeur, il faudra auparavant qu'Adel lui prouve qu'elle est digne de confiance. Et plus important encore : d'estime ! Même si, il faut bien le dire, elle est sur la bonne voie pour l'instant. « Et puis j'connais déjà l'essentiel, en fait : faut pas attaquer la Russie ! » Il y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes...

En tout cas la voici soulagée d'apprendre que la quarantenaire n'ira pas répéter aux yeux autre que son langage désormais fleuri est de son fait. Ce sera un secret ! Parfait ! C'est le meilleur moyen de s'assurer qu'elle est digne de confiance. Si elle va le répéter à quiconque et pour peu que ça arrive jusqu'à ses oreilles, Zelda saura qu'il faut se méfier d'Adel en particulier et des françaises en général. « T'es plutôt forte pour garder des secrets en général ou t'es plutôt... ben... comme moi ? » Sa franchise couplée à sa naïveté l'empêche d'être discrète lorsqu'il le faudrait. L'adolescente en est consciente et c'est déjà un premier pas vers la correction de ces vilains défauts. Alors bon, c'est sûr qu'elle ne se présente pas vraiment à son avantage. Mais au moins elle est honnête, pas vrai ? C'est déjà pas mal ! Et puis lorsque son aînée lui annonce qu'elle faisait de la voltige, la cadette écarquille les yeux de surprise.  « Pilote dans un cirque, donc, c'est ça ? » demande-t-elle, désireuse de bien comprendre la nature de son ancien travail.  « J't'imaginais plutôt aux commandes d'un vrai gros avion, t'vois ? Mais après y'a pas d'sous-métier hein ! » s'empresse-t-elle de préciser, désireuse de ne pas vexer son interlocutrice.  « Pilote de foire, c'est bien aussi... » Il en fallait de toute façon pour tous les goûts. Et puis c'est toujours mieux que clown. Parce qu'au fond, Adel n'avait probablement pas à se maquiller et à porter de grosses chaussures bizarres...

La discussion dérivant sur le passé et leurs parcours personnels, Zelda perd un peu de cette enthousiasme qui a tendance à la caractériser d'ordinaire. Cela semble suffisant pour faire comprendre à la française que c'est un sujet sensible qui ne recueille guère ses faveurs. L'intéressée n'insiste pas. Un bon point ! « C'qui n'tue pas rends plus fort, pas vrai ? » glisse-t-elle sobrement avant d'arquer l'un de ses sourcils quand son aînée évoque l'Australie. C'est quoi encore cette histoire d'émeus ? « Alors j'sais qu'on a fait la S'conde Guerre mondiale mais j'savais pas qu'on avait déclaré la guerre à des piafs... » Les années 20... C'était l'époque où les gens vivaient en noir et blanc, ça, non ? Quand ils étaient tout tristes sur les photos et que les hommes avaient une moustache, les femmes des robes bizarres et les enfants, des coups d'fouets quand ils n'étaient pas sages. Brrr ! « Et si c'est vrai j'vois pas trop c'qu'il y'a d'fameux à buter des grosses dindes ! Cela dit on aime bien déclarer la guerre aux animaux ! Genre on a trop d'lapins aussi, ils bousillent tout ! Du coup on a dû les massacrer en masse ! C'triste ! Mais c'est bon, aussi ! » Un bon civet de lapin... Elle donnerait cher pour avoir encore l'occasion de goûter à celui de sa grand-mère !

L'adolescente s'évade un instant dans ses pensées et les souvenirs qu'elle cherchait justement à éviter puis est ramenée sur terre avec une certaine brutalité lorsque Adel lui apprend que son ami est mort et que son compagnon a subi le même sort. Elle ne sait jamais quoi dire dans ces cas là. Si ça la touche ? Plus vraiment. La mort est devenue la norme. Tout le monde a perdu des proches. Et très franchement, si elle apprécie cette drôle de française, elle n'en est pas encore au point de partager un quelconque chagrin avec elle. La solidarité est une denrée rare qu'elle distribue avec parcimonie. « Ballot... » glisse-t-elle sur un ton de circonstance, oscillant entre le neutre et une forme de désintérêt. Ce qui n'est pas le cas lorsque son interlocutrice évoque Sean. Curieusement, elle se sent tout de suite plus concernée, là. « Pourquoi tu m'parles de Sean ? Il a dit quelque chose à mon sujet, c'est ça ? » Elle brûle désormais de curiosité. A-t-il été vanté ses mérites ou sa beauté auprès de l'aviatrice ? Son ego est quelque peu flatté par cette hypothèse. Elle doit en savoir plus, ne serait-ce que pour flatter son jeune narcissisme. « Il a raconté quoiii ? » Elle ne parvient pas à réprimer ce petit sourire qui semble vouloir s'installer durablement sur ses lèvres. Un sourire sincère, candide et quelque peu niais, aussi. L'amour, ça rend bête ! Mais qu'est-ce que c'est bon...


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Adrienne De Castel
Adrienne De Castel
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/06/2020
Messages : 42
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: La tête retournée [Zelda et Adrienne]   La tête retournée [Zelda et Adrienne] - Page 2 EmptyMar 23 Juin 2020 - 19:06
« Libre à toi de faire tes choix et de suivre la voie que tu veux jeune fille. » Dis-je en prenant un air détachée, même si elle m’amuse avec ses remarques. Elle ne se démonte pas facilement il n’y a pas à dire et elle a effectivement retenue l’essentiel si l’on est un dictateur européen. Ne pas attaquer la Russie ou alors porter un bon manteau. Mais ce sont de toute façon des problèmes d’un autre temps, plus vraiment d’actualité par les temps qui courent. Donc nous laissons finalement tomber les plans de domination mondiale de ma cadette pour nous concentrer sur d’autres aspects de la conversation. Je ne peux m’empêcher de laisser éclater un léger gloussement quand elle me dit qu’elle est incapable de garder les secrets. Comme beaucoup d’adolescente, Caroline était pareil aussi, elle adorait me confier les ragots de ses camarades de promotions.

Personnellement, j’ai toujours été détachée de ce genre de choses, les ragots ne sont pas pour moi. Mais si quelqu’un jugeait bon de me confier un secret, je le gardai et je l’emportais avec moi. Mon père m’a toujours enseigné l’importance de savoir se taire le moment venue et ce principe à guidé ma vie pendant longtemps. Je ne vais pas perdre mon temps à expliquer à Zelda pourquoi je sais très bien garder les secrets, je commence un peu à la cerner et je ne serais pas surpris si elle se met à faire « blabla, je m’en fiche. » Donc je ne vais pas nous faire perdre de temps à toutes les deux : « C’est important les secrets Zelda, je te promets que je le garderai. Et je te remercie de me prévenir, je ferai également attention à ce que je te dis. J’éviterai de te confier pour qui je pourrai avoir un intérêt si ça arrivait ». Mais le sourire joueur que j’ai sur le visage se transforme petit à petit quand je l’écoute parler de mon métier. Je joins les mains sous mon menton et je sens un rictus désagréable déformer mes lèvres.

Mais je ne peux pas lui en vouloir, ce n’est pas totalement faux non plus, mais disons que je n’apprécie pas particulièrement le vocabulaire utilisé par Zelda. Cependant dès que l’on parle d’aviation, je sors de ma réserve et je ne peux pas m’empêcher : Alors, je ne te permets pas jeune fille ! Comment tu oses penser que je suis un de ces assistés qui volent du commercial ? Si un truc ne va pas dans leur avion, il suffit de brancher l’ordinateur ! Moi, je ne peux compter que sur mes reflexes et mon talent ! Non mais ! J’ai piloté devant des chefs d’état et avec les meilleurs acrobates du monde. Tu n’imagines même pas ce que je peux faire avec un avion. J’ai même descendu un pilote de chasse une fois ! Oui, une fois, un pilote de la navy s’est présenté à notre société. J’étais tellement heureuse de pouvoir affronter un pilote militaire que je lui ait offert une séance gratuite, simplement pour pouvoir voler contre lui.

Mais je reprends mon calme, je sais que cette enfant ne pensait pas à mal, elle utilise les mots et les connaissances dont elle dispose. Je suis certaine qu’elle comprendra la nuance si elle me voit voler un jour. Je reprends donc mon air calme et mon légfer sourire envers la jeune australienne : « Je ne serai pas contre non plus un civet de lapin Zelda, tu as bien raison en disant que c’est bon… Mais ce qui est intéressant sur cette guerre, c’est que vous l’avez perdu. Le gouvernement a déposé une demande de réédition aux animaux. » Oui, la France a peut-être était vaincue en six semaines pas l’Allemagne, mais l’Australie a perdu une guerre contre des émeus. On porte tous le poids de nos échecs.

Je ne relève même pas le désintérêt total de Zelda pour mes pertes, ce n’est guère surprenant de sa part et nous avons, comme je le disais, des poids à porter. Donc je la suis dans la brèche quand elle me parle de son ami Sean. Quand je vois sa réaction, je suis profondément amusée par ce que je vois, la spontanéité de sa réaction est touchante. En réalité, Sean n’a rien dit de particulier sur Zelda ce matin, il ne l’a cité que comme une de ses amis. La seule chose, c’est qu’il a souri en évoquant son nom. J’en ai déduis qu’il l’aimait particulièrement et Zelda semble également être attachée à lui : « En fait, il ne m’a pas vraiment parlé de toi, mais je l’ai simplement vu sourire comme un amoureux transi ce matin, quand il a évoqué ton nom. Je lui avais demandé à ce qu’il me parle un peu de lui. Et il a évoqué ses amis. Je devine à ton air que vous êtes plus que ça l’un pour l’autre. »

Les amours de jeunesse, c’est adorable… dire que je n’ai embrassé mon premier garçon que quand j’avais 19 ans… J’étais comme une folle à l’époque. J’espère juste qu’elle saura ne pas se faire ralentir par l’amour si elle veut avoir une grande carrière : « Alors ? Il sera le premier homme qui siègera à tes côtés ? »



En dépit de mes ailes brisées, j'ai retrouvé le ciel
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2580
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: La tête retournée [Zelda et Adrienne]   La tête retournée [Zelda et Adrienne] - Page 2 EmptyMer 24 Juin 2020 - 22:28
Libre de faire ses choix et de suivre la voie qu'elle choisit ? Zelda arbore un air pour le moins dubitatif. Elle voudrait bien que ce soit vrai... Mais aujourd'hui ces concepts semblent dépassés. Presque dangereux. Il n'y a plus que quelques manières de survivre aujourd'hui. Et elles sont presque toutes régies par l'égoïsme et tous ces sentiments qui étaient autrefois considérés comme des défauts. En fait l'adolescente suppose qu'elle doit s'acclimater ou périr. Le pragmatisme ou la mort... C'est la seule chose qu'il reste désormais aux derniers survivants de l'épidémie ! Pourtant elle opine du chef. Elle a longuement réfléchi à la portée de l'enseignement de June et son avis étant désormais arrêté, elle n'a guère envie de l'ébranler à nouveau sur l'autel du débat. L'australienne se montre toutefois plus combative lorsqu'il est question du secret et, surtout, le fait que son aînée n'en partagera aucun avec elle. « Ah mais si, hein ! Va bien falloir qu'on en partage si on d'vient potes ! » s'insurge-t-elle sans réellement en avoir conscience. « Et puis surtout s'ils concernent des gens ! J'aime bien savoir c'genre de trucs... J'suis nulle pour garder les secrets mais parfois y'en a quand même que j'répète pas, t'sais ? J'sais faire la part des choses ! » La plupart du temps, en tout cas. Quoi qu'il en soit si Adel peut devenir une source d'information, elle compte bien s'y abreuver. Sinon elle devra être intrusive. Et la française, comme tant d'autres, n'appréciera sans doute pas son acharnement...

Et les voici, un peu plus tard, à évoquer le travail de la quarantenaire. Cette dernière semble un brin outrée par les propos de l'adolescente. Mais pas énervée. Ce qui est plutôt une bonne chose, pas vrai ? Zelda observe d'un regard amusé son interlocutrice alors qu'elle s'applique à souligner sa valeur supérieure par rapport aux pilotes de lignes. Après quoi l'australienne lève deux paumes apaisantes tout en lâchant un petit rire : « Ok, ok, j'voulais pas t'vexer ! J'suis sûre qu't'es une excellente pilote, hein ! » Quoique elle demande tout de même à voir. Si elle était si douée que ça, pourquoi n'était-elle pas aux commandes d'un vrai avion avec des réacteurs badass au lieu d'une petite hélice mignonne ? « Et j'vais même faire comme si j'te croyais quand tu m'dis qu't'as abattu un pilote de chasse, une fois ! » Parce qu'il ne faut pas non plus la prendre pour une imbécile... Comment aurait-elle pu faire une chose pareille aux commandes d'un avion civil à part, peut-être, en s'écrasant contre l'aéronef de son adversaire ? Cela dit l'adolescente a compris qu'il s'agissait d'un sujet sensible. Et qu'il vaut mieux donc l'éviter pour ne pas se retrouver avec une ennemie de plus au sein du camp...

L'amusement finit néanmoins par s'estomper. Il est remplacé par de la gêne lorsque Adel évoque la guerre contre les émeus et... la défaite qui a suivi. Sans être une pure chauvine, loin d'être nationaliste, l'adolescente est néanmoins agacée par cette drôle de conflit et ses conséquences qui doivent faire passer son peuple pour des imbéciles incompétents. Preuve en est, la française en a entendu parler... « En fait j'pense qu'on a fait croire qu'on l'avait perdue, plutôt ! » cherche-t-elle à se justifier, comme si c'était elle qui venait de se couvrir de ridicule. « C'était... une stratégie, t'vois ? » Une stratégie qu'elle serait bien incapable de détailler, d'ailleurs. Elle espère donc que son aînée s'accommodera de ce semblant de justificatif et qu'elles pourront bien vite passer à un autre sujet. Chose faite puisque Zelda évoque bien vite Sean et s'intéresse aux possibles compliments qu'il a pu faire à son égard. Ses épaules s'affaissent lorsqu'elle apprend qu'il n'a rien dit de particulier à son sujet et un petit « Oh ! » déçu franchit le seuil de ses lèvres. Cela dit elle fait un peu la fine bouche puisque la française lui a quand même confié qu'il avait sourit comme un amoureux transit en lui donnant son prénom. Elle fait un peu sa pénible, là. Parce que c'est elle qui lui a demandé de rester discret à propos de leur relation. Pourquoi, alors, se sent-elle blessée par le fait qu'il ait respecté sa volonté ? Quelque part, oui, elle préférerait presque qu'il ignore sa demande et aille crier son amour pour elle sur tous les toits du camp. C'est trop bizarre l'amour... Ou alors c'est peut-être elle qui est trop chiante ?

Quoi qu'il en soit, oui, c'est bel et bien le jeune homme qu'elle voit siéger un jour à ses côtés sur le trône de Fort Ward. Comment pourrait-il en être autrement ? Il accapare la plupart de ses pensées et c'est comme si son coeur la trahissait, battant désormais pour un autre. « Le premier et le dernier, oui ! » confirme-t-elle, presque sans hésiter. « En vrai ça va surtout dépendre de lui, j'pense ! S'il arrive à n'pas devenir un affamé du cul et qu'il continue à n'vouloir que d'moi, ben  j'pense que j'vais l'adopter définitivement ! » Mais il est bien trop tôt pour parler de mariage ou de toutes ces conneries sensées consacrer l'amour mais qui ne semble plus avoir beaucoup de sens aujourd'hui. Mais quelque part, au fond d'elle, candidement, elle espère que leur amour n'est pas comme celui des autres. Qu'il survivra au temps et aux épreuves. Seulement les espoirs, elle le sait, existent seulement pour être déçus... « Comment tu sais si t'es vraiment amoureuse, en fait ? Y'a une sorte de... test ou d'machin comme ça ? » Elle suppose que son interlocutrice pourra l'aider sur cette question-là. C'est étrange mais c'est presque plus facile de parler d'amour avec une inconnue qu'avec une connaissance de longue date. Un peu comme si c'était moins gênant... « J'veux dire... T'dois avoir pas mal d'expérience dans c'domaine vu qu't'es assez... t'sais... vieille ! Tu peux p't-être m'aider ? » C'est sûr, cette femme à de l'expérience ! Alors elle va aimablement la partager avec elle, n'est-ce pas ?


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Adrienne De Castel
Adrienne De Castel
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/06/2020
Messages : 42
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: La tête retournée [Zelda et Adrienne]   La tête retournée [Zelda et Adrienne] - Page 2 EmptyJeu 25 Juin 2020 - 0:12
Zelda semble faire son indignée au fait que je ne veux pas lui donner de secrets. Voilà bien une impatience que je compte calmer, une ardeur que je compte réfréner. Il faut faire attention, elle est presque à deux doigts du chantage et je n’apprécie pas ce genre de comportement et de marchandage : « Nous verrons le moment venu, si j’ai des secrets à te confier, peut-être que je te ferais confiance. Mais pour le moment, personne ne m’a fait de cachoteries, à part toi, donc je n’ai de plus, aucun secret à te confier» J’ai néanmoins gardé le ton cordiale que j’avais jusqu’à présent, il n’y avait pas de nécessité de la réprimander.

Quant à mes talents de pilote, je ne fais pas grand cas de ses excuses et de ses commentaires. Le ciel est un monde qui m’est propre et elle n’est pas l’une des notre. « Si tu le dis. » Dis simplement, avec un ton neutre. Je ne vais pas m’étendre, ni justifier de mes capacités avec quelqu’un qui ne sait pas piloter de toute façon. Je me dépêche donc de balayer ce sujet sous le tapis, sinon je risque de perdre mon calme. Cela tombe d’ailleurs assez bien car finalement, cette jeune fille est beaucoup plus bavarde en ce qui concerne son petit ami et ses projets d’avenir. Voilà un sujet qui ne risque pas de me fâcher.

« Tu as une drôle de façon de voir ton petit ami Zelda, l’adopter ? Je sais qu’il avait un air de chiot adorable ce matin, mais je pense qu’il est capable de prendre des décisions… Si ça se trouve, lui aussi voudrait bien t’adopter. » Il y avait un peu de malice dans mes commentaires, mais rien n’est vraiment méchant. L’amour, l’apprentissage de l’amour est une chose qui est importante dans le cœur des gens. Je ne suis pas une grande experte, n’ayant finalement connu qu’assez peu d’hommes dans ma vie… Cependant, je veux bien partager le peu que je sais en tant que vielle .

« Viens, assieds-toi en face de moi pour commencer, ce genre de conversation doit se faire dans de bonnes conditions ! La jeune australienne s’assied donc dans l’herbe, sagement, elle semble réellement avide d’en savoir plus sur la chose. Je vais tenter de l’aider au mieux de mes capacités. Je peux parler de Bastien, que j’ai aimé de tout mon cœur mais également de Dany, deux hommes très différents, nos relations étaient différentes. Pourtant, il est clair que j’ai aimé les deux. Je toussote légèrement : « Il existe beaucoup de façons d’être amoureuse Zelda, savoir quand on est amoureuse, c’est propre à chaque femme, maintenant, je peux peut-être te donner, quelques indicateurs. » Je repense à ma rencontre avec Bastien, mon premier fiancé, je souriais toujours quand je le voyais, j’attendais de ses nouvelles avec impatience… « Parmi les indicateurs que j’ai moi-même expérimenté, tu avais le fait de penser à lui toute la journée, que penser à lui te procurer du bonheur et de la joie. Je m’imaginais avec Bastien, j’imaginais notre futur. Je voulais son bonheur et il voulait le mien. Je fais une pose, l’espace d’un instant pour remettre mes pensées en place et lui laisser le temps d’imprimer ce que je lui dis.

« Je ne suis pas dans ta tête Zelda, mais je t’ai vu sourire à sa mention et j’ai vu ta déception quand il n’a finalement pas beaucoup parlé de toi. Ce sont des indicateurs ça aussi, si tu veux mon avis. Je ne vous connais ni l’un ni l’autre, mais il y a un très grand attachement entre vous, ça semble maintenant évident… Hum… Je vais te poser une simple question Zelda, elle pourra peut-être t’aider, car dans mon cas et dans celui de la plupart des femmes que je connais, elle révèle si on est amoureuse ou pas de quelqu’un : Le matin, quelle est la première personne à qui tu penses en te réveillant ? » Je pose mes yeux sur les siens, curieuse de connaitre la réponse. Si celle-ci est Sean, alors elle en est certainement amoureuse et je trouve ça adorable.



En dépit de mes ailes brisées, j'ai retrouvé le ciel
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2580
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: La tête retournée [Zelda et Adrienne]   La tête retournée [Zelda et Adrienne] - Page 2 EmptyJeu 25 Juin 2020 - 1:35
Zelda ne peut pas s'empêcher d'arborer un petit sourire mutin lorsque son aîné évoque les cachotteries et argue qu'elle est, pour l'instant, la seule à lui en avoir fait. Elle hausse vaguement les épaules et regarde ailleurs. Elle pressent que la française a compris que ce n'était pas contre elle. Et se réjouit de savoir qu'elle est capable de demeurer un brin mystérieuse aux yeux des autres. Autrefois, on pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert. Il y a du progrès... « D'accord ! Défi accepté ! » Car c'est bien ainsi qu'elle voit désormais le fait de gagner la confiance de la quarantenaire. La vie est bien triste. Lui insuffler des challenge la rend plus supportable. Moins ennuyante, aussi. Elles évoquent encore brièvement son ancien métier puis dévient sur Sean. Il est vrai que le terme adopter n'était sans doute pas le plus avisé pour parler de l'irlandais. « J'voulais pas l'dire dans un sens péjoratif... » se justifie-elle doucement. Cela dit, au fond d'elle-même, l'adolescente aimerait bien qu'il ressente ce genre d'envie à son égard. L'adopter pour la vie. Pour toujours. Jusqu'à ce que la mort les sépare. L'idée a beau évoquer une forme de captivité, elle n'en reste pas moins séduisante...

Quoi qu'il en soit, si l'australienne n'accorde plus aussi aisément sa confiance qu'auparavant, quelque pousse l'incite à croire en cette femme. Le courant passe bien, c'est une évidence. Mais il y a aussi un pressentiment, quelque chose qui ne s'explique guère avec des mots mais qui se vit, tout simplement. Une conviction ? Oui, celle de pouvoir se fier - du moins en partie - à son aînée. Peut-être qu'elle le regrettera. Mais pour l'instant elle ne voit aucune raison de refuser de s'installer face à l'intéressée lorsque celle-ci le lui demande puis à écouter avec attention ses explications quant à l'amour. Oui, elle pense régulièrement à Sean. Presque tout le temps en fait. Et lorsque c'est le cas, c'est souvent pour ressentir des choses agréables. Il y a de la jalousie, oui, c'est vrai. C'est un trait de caractère qu'il lui a permis de découvrir. Mais aussi beaucoup de douceur. Mais elle ne pense que rarement au futur. Pas seulement dans le cas de Sean mais aussi en général. Il apparaît comme un rêve inaccessible, un espoir un peu fou. Comme bien d'autres, elle se contente de vivre au jour le jour. De se féliciter de respirer encore lorsque, le soir, elle pose la tête sur l'oreiller. Chaque lendemain est une épreuve, une muraille de plus qui la sépare de l'avenir. L'adolescente craint qu'on imaginant l'avenir, ce dernier finisse immanquablement par se dérober sous ses pieds...

L'adolescente se mure dans un profond silence. Ce qui est assez rare pour être soulignée. Elle se laisse simplement guider par ses impressions, se plonge dans une introspection pour dénicher la nature exacte de ses sentiments. Elle réagit seulement au moment où Adel lui demande à qui elle pense en premier, le matin, lorsqu'elle se lève. Zelda ferme les yeux et lâche un soupir de culpabilité. « Mes parents...» avoue-t-elle, quelque peu honteuse. Comme si le fait de penser à ses géniteurs la cantonnait au rôle d'une petite fille émotive, indigne d'évoluer dans un monde aussi cruel. « Il y a toujours quelques secondes où je n'sais pas vraiment où je me trouve, ou j'ai l'espoir d'avoir émergé d'un cauchemar et où j'm'attends à les voir ouvrir la porte pour m'dire... je sais pas... juste des trucs gentils, en fait ! » Elle détourne à nouveau le regard et se mordille durement les lèvres. En fait elle déploie surtout beaucoup d'énergie pour ne pas laisser les larmes se manifester. C'est le genre de trucs qu'elle ne peut pas montrer aux autres, qui doit rester entre son oreiller et elle. N'est-elle pas sensée être forte ? « Mais tout d'suite après j'pense à Sean ! Parce qu'avec lui, j'suis... bien ! C'est dur à expliquer mais c'est la seule personne avec qui j'peux être moi-même ! À qui j'peux montrer la plupart d'mes failles et toutes ces choses qui m'rendent faible aux yeux des autres ! » Poser des mots sur tout ceci est un exercice extrêmement difficile. Aussi elle ancre maintenant ses yeux dans ceux de son aînée. « Tu comprends ? » Qu'elle n'est pas aussi forte qu'elle s'acharne à le montrer ? Qu'elle aussi a besoin de tendresse et d'affection malgré ses efforts pour repousser les autres ? Non, probablement pas. Elles ne se connaissent que depuis quelques minutes après tout...

Une pulsion la pousse à fouiller dans sa poche pour en tirer un petit sachet et de quoi rouler. Elle se réfugie dans l'herbe pour soulager ses pensées et tout simplement éviter de penser aux choses qui désarçonnent ses convictions. Ou ce qu'elle prenait pour telles, en tout cas. « Putain ! J'crois bien qu'je suis amoureuse, ouais... » lâche-t-elle, comme si elle évoquait une sorte de maladie particulièrement mortelle. C'est ce qu'elle souhaitait à tout prix éviter jusque-là. Refouler les sentiments qu'elle a pour les autres pour s'assurer que ceux-ci ne seraient jamais en mesure de l'atteindre. Mais malgré tous ses efforts, elle n'est pas June. Juste un petit animal qui reste comme tant d'autre soumis aux caprices de ses instincts. « Ça fait quoi, les chagrins d'amour ? C'est aussi douloureux qu'on l'dit ? Et on fait comment pour en guérir ? J'imagine que ça se soigne à coup d'verres d'alcool ou un truc du genre ? » Puisque elle a attrapé l'amour, il faut maintenant qu'elle anticipe les plus affreux de ses symptômes. Sean la rend peut-être tendre, mais pas au point de lui faire oublier la possibilité que toute cette histoire puisse mal se terminer. « Ça te dérange pas, en fait ? » demande-t-elle à son aînée en désignant le joint qu'elle vient de rouler et qui termine bien vite sa course entre ses deux lèvres. D'ordinaire elle l'aurait déjà allumé, ne posant la question que par simple politesse mais dédaignant la réponse. Tandis que là... Et bien disons que son passage dans la clairière avec June aura au moins eu le mérite de lui rappeler qu'avant d'exiger le respect, il faut accorder le sien aux autres...


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: La tête retournée [Zelda et Adrienne]   La tête retournée [Zelda et Adrienne] - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- La tête retournée [Zelda et Adrienne] -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: