The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Roll the bones -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 1574
Age IRL : 27
MessageSujet: Roll the bones   Roll the bones EmptyJeu 11 Juin 2020 - 21:38
« Je ne suis pas sûr… » marmonna Valérian à l’adresse de Connor, tandis que le blond l’accompagnait jusqu’au motel avec l'intention de lui offrir une heure en compagnie d’une des filles d’Oxana. Pour lui changer les idées l’espace d’une soirée. C’était en tout cas ce que répétait Connor - prétendant qu’un peu de compagnie lui ferait le plus grand bien, chaque fois que le grec faisait mine de vouloir rebrousser chemin.

Il y avait dix jours que Yulia était partie de la distillerie et Valérian oscillait désormais entre un douloureux désespoir et une résignation d’une non moindre intensité. S’il prétendait aller bien et s’esquivait habilement face aux questions de Connor, celui-ci ne semblait pourtant pas dupe et avait par conséquent insisté pour l’accompagner jusqu’au motel. Incapable d'extirper cette idée de l'esprit du sportif, Valérian avait finalement capitulé et, bon gré mal gré, accepté son offre.      

Alors que l’obscurité gagnait peu à peu Seattle, le blond l’avait donc accompagné jusqu’à la réception du motel avant de retourner l’attendre dans son véhicule. Là, Valérian avait patienté d’un air penaud, franchement mal à l’aise, jusqu’à ce qu’une hôtesse vienne le chercher pour le mener à l’étage et le faire entrer dans une petite chambre, au centre de laquelle trônait une estrade.  

« Qu’est-ce que je fous ici ? » grommela alors Valérian, incapable de se résoudre à s’installer dans le fauteuil qui lui était destiné. Si ses pieds étaient cloués au sol sous l’effet de l’appréhension, une puissante envie de prendre la fuite le saisissait pourtant aux tripes. Pourquoi avait-il accepté au juste ? Le grec s’était rarement senti aussi idiot de sa vie. Les bras ballants, il ignorait parfaitement quoi faire et sentait ses paumes devenir moites à la simple idée qu’une femme le rejoigne dans cette pièce. C’était d’un ridicule ! Ses pensées, obscurcies par l’alcool qu’il avait bu avant de se mettre en chemin, lui donnaient l’impression d’un réseau trouble dont il ne comprenait décidément pas le sens.

Toujours, Valérian avait refusé de mettre les pieds dans ce fichu motel. Son orgueil démesuré l’en avait fermement empêché, le persuadant que lui, Valérian Pietro Zacharias, n’avait nullement besoin de se rendre dans un bordel. Et pourtant, il s’y trouvait ce soir-là, comme si un habile coup du sort l’y avait poussé contre son gré. Il voulait partir. Vraiment. Pourtant, ses jambes ne se décidaient pas à le porter hors de cette pièce exsangue pour rejoindre Connor et prendre la fuite.  

Apercevant une bouteille de whisky dans un coin de la pièce, Valérian se dirigea à grandes enjambées vers celle-ci pour s’en remplir un verre généreux et le boire d’une traite. À défaut de pouvoir quitter cette chambre, il s’agissait d’une échappatoire comme d'une autre.

C’est à ce moment-là que claqua doucement la porte de la chambre et qu’apparut aux yeux de Valérian une femme au visage masqué, dont la longue chevelure flamboyante le fit malgré-lui déglutir.


You wear your honor like a suit of armor. You think it keeps you safe, but all it does is weigh you down - George R.R. Martin.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Lucy Fields
Reign of Venus
Lucy Fields
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 11/03/2020
Messages : 344
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Roll the bones   Roll the bones EmptyVen 12 Juin 2020 - 19:11
Encore une soirée de plus au paradis… Sety terminait de choisir sa tenue, ce soir, ce serait ambiance douceur. Un peu de satin autour de ses mains, d’un couleur blanche. Une paire de bas, une petite jupe écossaise et un chemise négligemment laissée ouverte. Voilà la tenue que s’était choisie la rousse. Il fallait qu’elle finisse de se préparer. Un léger rouge à lèvre, un peu de noir sous les yeux. Une queue de cheval et la voilà prête à recevoir le client de ce soir. Qui serait-il ? Un bel homme ? un gros et gras ? En espérant que non… un timide ? Sety adorait les timides, c’est des clients doux et délicat sur lesquels elle pouvait s’amuser. Et ils semblaient si reconnaissant à la fin…

Dans la pièce d’a côté, elle entendit son client rentrer, comme elle l’entendit grommeler sur les raisons de la sa présence ici… Donc ce serait un timide lui aussi. Parfait. Elle se prépara, Sety était prête à l’action, prête à se faire désirer. Il saurait bientôt ce qu’il venait faire là. Dans quelques minutes, il la supplierait de le laisser venir en elle. Sety en était persuadée. Souriante, elle pénétra dans la pièce et constata qu’elle avait un homme, brun, de dos, qui tenait une bouteille de whisky et un verre… Sa bouteille et son verre, enfin, ceux qu’elle avait mis de côté pour Horacio. Un produit de grande qualité, pour les standards actuels. Pinçant les lèvres en voyant ça, elle dissimula sa contrariété sous un sourire un peu plus forcé qu’à l’ordinaire et une voix joyeuse et légèrement ironique : « Ce que tu fous ici… c’est boire le whisky d’une dame sans même attendre qu’elle soit là. Je m’étais mise en écolière pour que tu puisses m’apprendre des choses, mais il semblerait que tu seras mon élèves finalement »

Sety s’avança jusqu’à l’homme, ondulante comme un félin, ses yeux d’azur plongés dans ceux bien plus sombres de son client, il avait une barbe, le teint mate, les cheveux mi-long. Pas dénué de charmes, bien au contraire… Délicatement, Sety lui prit la bouteille et le verre des mains, pour aller les déposer sur la commode. Puis la rousse se plaça derrière le fauteuil, invitant son client à venir s’assoir. Il semblait nerveux, peut-être pourrait-elle le détendre. « Viens t’assoir. » Le ton était suave, mais sans appel. Sety battait doucement des doigts sur le dossier, comme pour marquer un compte à rebours. Quand il serait terminé, alors personnes ne pourraient plus rien pour l’homme.
Finalement, il se décida à s’assoir et quand il exposa ses épaules aux agiles mains de Sety, celle-ci ne retint un petit sourire. Sous sa peau, elle pouvait sentir qu’il était plutôt bien taillé, en dépit de ses vêtements. Un client qui s’entretenait, qui ne savait pas pourquoi il était là… ce n’était pas commun, peut-être voulait-il faire passer une déception ? Alors elle ferait de son mieux, même s’il avait bu SON alcool.

« Tu veux une danse énergique, ou quelqu’une chose de plus… sensuelle ? » Le dernier mot fut porté alors qu’elle mordait doucement le lobe d’oreille de son client. Il allait bientôt comprendre ce qu’il faisait là.


Personne ne t'arrête jamais car tu as l'allure d'une femme
poursuivie par le temps qui passe
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 1574
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Roll the bones   Roll the bones EmptyLun 15 Juin 2020 - 23:50
Lorsque s’éleva une voix féminine dans son dos, Valérian se retourna brusquement, le verre en main, avec l’expression coupable d’un enfant pris la main dans le sac. « Oh, je vous prie de m’excuser. » bredouilla-t-il, en dévisageant d’un air stupéfait la femme qui s’avançait vers lui en faisant lascivement rouler ses hanches. Son corps élancé, ses formes et ses longs cheveux de feu firent malgré-lui déglutir d’appréhension Valérian qui se trouva alors parfaitement coi. Cette femme dégageait un indéniable magnétisme, à tel point que le grec fut tout à fait incapable de détourner les yeux de sa silhouette.

Les yeux écarquillés, Valérian contempla ainsi l’inconnue tandis qu’elle s’approchait de lui et fit glisser ses yeux le long de sa tenue, prenant note des rubans blancs suspendus à ses poignets, de son pâle décolleté et de ses jambes fuselés, ornées de bas. Elle était magnifique - captivante, même. « Je suis navré. » reprit finalement Valérian, véritablement confus, en papillonnant des yeux comme s’il émergeait d’une étrange torpeur. « J’ignorais qu’il s’agissait de vôtre whisky. J’ai.. Je n’ai pas réfléchi. » ajouta-t-il d’un air piteux, tandis que la femme parvenait jusqu’à lui et retirait délicatement de ses mains la bouteille et le verre. Embarrassé, proprement incapable de déterminer quoi faire de ses bras ballants, Valérian fit la grimace tandis que la femme allait déposer le tout sur une commode. Quel crétin ! songea-t-il.   

Le coeur battant la chamade, le grec se tourna vivement vers la jeune femme lorsqu'elle lui ordonna de venir s’installer dans le fauteuil. « Euh, d’accord. Oui. » fit alors Valérian d’un air penaud, avant d’obtempérer et de s’installer devant la rouquine, dont il sentit alors les mains se poser délicatement sur ses épaules. Les pensées du grec s’entrechoquaient alors dans une infernale confusion, si bien qu’il ignorait tout bonnement que faire, que dire dans une telle situation. Merci, Connor ! Vraiment ! pensa-t-il, partagé entre le dépit et la frustration.

Les mains de la femme, agiles, entreprirent alors de masser ses épaules et Valérian sentit presque aussitôt un noeud se défaire dans sa poitrine, tandis que son corps se détendait considérablement. Elle était douée. Oh que oui. « Comme vous… » Il se tendit brusquement lorsque la femme mordit son lobe. « … Voulez. » Hmpf, elle était vraiment douée.  

Une partie de lui ne parvenait cependant pas à lâcher prise et s’entêtait à le rappeler à ses angoisses - à la réalité à laquelle il souhaitait pourtant tant échapper. Aussi, Valérian reprit-il rapidement la parole, d’une voix quelque peu scandée par la nervosité. « Je... Je dois dire que ce whisky était vraiment très bon. Où avez-vous dégotté un produit pareil ? » Le grec se fichait en vérité complètement de cette bouteille. Il était surtout question pour lui de faire la conversation, de rompre ce silence et, d’une certaine manière, de prendre la fuite. D’échapper à ces caresses qui, il le sentait, le faisait peu à peu perdre la pied.


You wear your honor like a suit of armor. You think it keeps you safe, but all it does is weigh you down - George R.R. Martin.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Lucy Fields
Reign of Venus
Lucy Fields
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 11/03/2020
Messages : 344
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Roll the bones   Roll the bones EmptyMar 16 Juin 2020 - 13:33
Qu’il était mignon à se laisser perturber par sa remarque… confus comme un enfant, un enfant qui aurait bien mérité d’être puni. En fait, pendant l’espace d’un instant, Sety envisagea d’aller se changer, de revetir une tenue de maitresse et de lui expliquer la vie et à quel point elle peut-être merveilleuse sous la botte d’une femme aux cheveux de feu. Il aimerait une vie simplement a admirer, elle en était certaine. Sa réaction à ses avances à une simple morsure… Pour Sety, il avait envie d’énergie venant de sa part. Pour la rousse, cet homme voulait tout lâcher et ne penser à rien. Juste, admirer.

Sety continua à passer ses mains sur les épaules de l’homme, descendant de temps en temps sur sa poitrine, longeant la forme de son cou, de sa gorge, l’obligeant à lever la tête pour la regarder. Alors qu’il venait de lui poser une question. Il avait l’audace de lui demander d’où venait ce whisky ? N’avait-il donc pas honte ? Doucement, elle passa un doigt sur les lèvres de son client : « Chuuut, ne pose pas de questions, tu n’es pas là pour réfléchir… c’est mauvais pour quelqu’un dans sa position. » Pour s’assurer qu’il ne parle plus vraiment, la rousse saisit une de ses éternelles écharpes en soie et le bâillonna doucement. Sans vraiment serrer le nœud, simplement pour la symbolique du geste. Puis, elle vint s’assoir à califourchon sur ses genoux. « Je vais danser maintenant, je vais bouger… je vais… faire tout ce que JE veux pour TON plaisir. » Dit Sety en touchant le nez de l’homme. C’est comme ça qu’elle assurer son ascendance sur ses clients, en exigeant, en parlant de ce qu’elle allait faire comme si c’était la vérité seule et unique.

Doucement, elle commença à bouger son bassin sur le corps de l’autre, puis a passer ses mains sur elle, se sublimant, jouant avec ses cheveux, enchainant les mouvements à la fois fluides et brusque, la fermeté de son attitude et la douceur de ses gestes. Une dualité complexe qui n’avait qu’un but, rendre brilliant les yeux du typé, qu’il arrête de se demander ce qu’il faisait là, que son seul dilemme intérieur soit « Toucher ou ne pas toucher. » Sety prendrait presque comme une insulte s’il n’en arrivait pas au point de lever les mains et de se faire rappeler à l’ordre. La rousse se leva brusquement et commença à bouger debout, défaisant sa chemisette, dévoilant ce qu’elle cachait à peine jusque-là. Qu’il cède, qu’il se perde à la regarder. Qu’elle gagne.


Personne ne t'arrête jamais car tu as l'allure d'une femme
poursuivie par le temps qui passe
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 1574
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Roll the bones   Roll the bones EmptyLun 22 Juin 2020 - 16:06
Partagé entre l’envie de s’adonner à ce jeu et celle de prendre la fuite, Valérian se fit violence pour garder son sang-froid et non pas glisser vers le désir que suscitait chez lui cette inconnue. À chacune de ses caresses, les battements de son coeur s’emballaient un peu plus et il sentait une certaine fièvre s’emparer de lui et engourdir les rouages de son esprit. Or, une infime partie de Valérian se raccrochait désespérément à la raison et refusait de lâcher prise. D’une part, parce qu’il trouvait cette situation parfaitement absurde et d’une autre parce qu’il répugnait à perdre le contrôle en compagnie de cette femme - aussi belle et désirable fut-elle. Le grec détestait l’idée d’être réduit à ses désirs, aussi lutta-t-il contre ses propres pulsions tandis que glissaient les mains d’albâtre de l'inconnue sur son torse, ses épaules, son cou, sa gorge…

À sa question, la femme contraignit Valérian à lever les yeux vers elle et posa un doigt sur ses lèvres pour l’intimer au silence. « Je… » eut-il le temps d’articuler avant qu’on ne le bâillonne à l’aide d’une écharpe en soie. Abasourdi, le grec papillonna un instant des yeux, puis retint son souffle lorsque la beauté vint s’installer à califourchon sur ses genoux et lui murmura des propos dont le cerveau de Valérian comprit à peine la teneur tant il était sidéré. Jamais encore le grec n’avait été aussi interdit en compagnie d’une femme : elle lui plaisait, elle était terriblement désirable, mais tout ceci… Cette mise en scène, cette nécessité de lâcher prise quand tous les sens de Valérian lui ordonnaient au contraire de fuir, le tétanisait. Cette femme le poussait dans ses derniers retranchements. Et il avait horreur de ça.

Il aurait aimé lui dire d’arrêter. De mettre un terme à ce manège. Mais, au-delà du bâillon qui l’empêchait d’articuler quoi que ce soit, Valérian était dans un tel état de stupéfaction qu’il aurait été incapable de s’exprimer de façon intelligible. Ses yeux s’arrondirent davantage lorsque la femme entama une danse à la fois sensuelle et provocante, faisant onduler son bassin contre lui tout en jouant avec ses cheveux de feu. Elle était décidément magnifique. Si bien que chacun de ses gestes attisait un peu plus le désir que Valérian s’efforçait, en vain, de refouler. Non, non, non. Il ne pouvait pas perdre le contrôle. Pas ainsi. C’était ridicule. Il ne pouvait pas s’avouer aussi facilement vaincu.

Une certaine angoisse s’immisça dans l’esprit du grec qui sentit son coeur redoubler d’ardeur contre sa poitrine. C’est à ce moment-là que la femme défit son chemisier et que la vue de ses charmes arracha à Valérian un soupir résigné. Malgré-lui, il eut soudain envie d’embrasser l’inconnue, de tendre les mains vers son corps et de s'adonner à ce désir qui le répugnait tant. Il se faisait horreur. Que faisait-il dans ce bordel alors qu'on comptait sur lui à la distillerie ? Comment avait-il pu s’égarer à ce point ? Il était pathétique. Pitoyable, même. Il devait partir. Maintenant. Avant qu’il n’aille plus loin. Avant que son désir ne prenne définitivement le dessus.    
Alors que son angoisse atteignait son paroxysme, Valérian repoussa brutalement la danseuse et se précipita hors du fauteuil, comme si celui-ci avait soudain pris feu. « ÇA SUFFIT ! » scanda-t-il d’une voix rauque après avoir arraché le bâillon de sa bouche. « Arrêtez ! J’en ai eu assez. »    

Les mains légèrement tremblantes, Valérian inspira alors profondément dans l’espoir de chasser de son esprit la fièvre qu’avait suscitée chez lui cette inconnue. Il ferma un instant les yeux, soupira et tâcha de recouvrer son calme. Ce fut finalement un silence anormalement pesant qui le tira de ses pensées et lui rappela, tout à coup, la présence de l'inconnue dans son dos. « Je suis… Vraiment désolé. » dit-il avec une grimace, rassemblant son courage pour lui faire face. « Est-ce que... Je ne vous ai pas fait mal, au moins ? »


You wear your honor like a suit of armor. You think it keeps you safe, but all it does is weigh you down - George R.R. Martin.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Lucy Fields
Reign of Venus
Lucy Fields
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 11/03/2020
Messages : 344
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Roll the bones   Roll the bones EmptyMer 24 Juin 2020 - 14:32
Alors que Sety pensait avoir le contrôle de la situation, son client sembla exploser en vol, il la repoussa avec violence, l’envoyant au sol. La rousse se receptionna heureusement, plus de peur que de mal, mais elle ne comprenait pas. L’espace d’une seconde, elle cru qu’il allait lui sauter dessus pour la violer. Son cœur se mit à battre la chamade, sa respiration se fit sifflante d’un coup, prête à bondir sur sa lame au moindre signe d’agression de la part de l’autre. Mais il semblait simplement… énervé contre lui-même plus que contre elle-même. Il lui tournait le dos, prêt à quitter la chambre.

« Je… je ne comprends pas, j’ai fait quelque chose de mal ? » lâcha-t-elle entre ses dents, alors que l’autre lui tournait encore le dos. Il ne devait pas l’avoir entendu car il se retourna pour lui demander si tout aller bien… En soit, elle n’était pas blessée, mais plutôt humiliée par la situation. Depuis quelques semaines, elle accumulait les clients qui ne semblaient pas vouloir être là. Elle se redressa en ignorant sa question et tacha de retrouver son assurance, le calme, elle l’avait encore. Il semblait évident que le spectacle était terminé. Elle alla enfiler un haut de sport assez lâche et passa un leggin sous sa jupe. Puis elle s’approcha doucement de son client. Un sourire sur le visage : « Tu es encore un de ces hommes qui est venue sans savoir pourquoi il était là… ne t’inquiète pas, tu n’es pas le premier à… me repousser. Elle posa prudemment une main sur son épaule, pour le rassurer, toujours en lui souriant.

Ce n’est pas car la danse était terminée qu’il devait partir, elle lui prit la main et le guida doucement jusqu’au lit. Pas question de s’envoyer en l’air avec lui, pas question de recommencer à danser, mais il allait rester un peu en sa compagnie et elle allait l’écouter s’il se décidait à parler : «Je vais bien, tu veux me raconter ce qui ne va pas, tu n’avais pas envie de venir me voir ? Quelqu’un t’a convaincu de le faire, te disant que ça serait une bonne idée ? » Ce ne serait pas la première fois non plus.

L’air doux, elle se leva et alla chercher la bouteille de whisky et le verre de l’homme. Elle lui en servi un peu avant de lui tendre. Si ça pouvait lui faire un peu de bien, elle n’allait pas l’en priver. Sans retirer son masque, elle se montrait néanmoins plus chaleureuse, moins Sety et bien plus Lucy : « C’est quoi ton nom au fait ? »


Personne ne t'arrête jamais car tu as l'allure d'une femme
poursuivie par le temps qui passe
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 1574
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Roll the bones   Roll the bones EmptyJeu 2 Juil 2020 - 22:47
Lorsqu’il se retourna, Valérian découvrit la jeune femme affalée au sol en train de le contempler d’un air à la fois médusé et… Apeuré ? Était-ce bien de la crainte, cet éclat particulier dans les yeux bleus de la danseuse ?

Passée la stupéfaction, ce fut la honte qui accabla le grec et le réduisit au silence tandis que se redressait la jeune femme pour aller se rhabiller. Le teint blême, Valérian serra les dents et planta un regard troublé dans un coin de la pièce, incapable de déterminer quoi faire ou quoi dire en de telles circonstances. Devait-il partir ? Probablement que oui. Pourtant, indifférentes à ses silencieuses exhortations, ses jambes refusaient de lui obéir et semblaient à présent aussi raides que des piquets.

À la surprise de Valérian, la jeune femme revint rapidement vers lui, un léger sourire aux lèvres, et posa une main sur son épaule dans un geste rassurant. « Encore ? » répéta faiblement le grec, quelque peu amorphe après cette brusque montée en pression. « Je suis vraiment désolé… » Il était plus confus que jamais. « Je n’ai pas réalisé… Je ne voulais pas vous repousser aussi violemment. » C’était la vérité. Gagné par cette espèce de frénésie, Valérian avait perdu toute maîtrise de lui-même et été mû par un puissant et irrésistible instinct lorsqu'il avait repoussé la jeune femme. Nul doute qu’il aurait pu être plus violent encore à l’égard de la danseuse. Cette réalisation fit baisser les yeux à Valérian qui sentit alors une meurtrissure grandir en lui et dévorer ses entrailles.

Docile, le grec se laissa ensuite mener jusqu’au lit par la jeune femme, le coeur gros, la nausée au bord des lèvres. Il osait à peine regarder la danseuse en face. Valérian sentait en effet un étrange mélange de honte et de culpabilité enfler peu à peu en lui et durement sceller ses lèvres en une ligne fine, infranchissable. À la question de la jeune femme, il resta un instant silencieux, incapable de se résoudre à lui répondre. Comme si les mots s’étaient agglutinés dans son gosier et refusaient d’en sortir.

Lorsque la rouquine revint vers Valérian et lui tendit le verre de whisky, le grec poussa un imperceptible soupir avant d’attraper celui-ci et de lui répondre. « Valérian. » Il leva un regard vers elle. « Comment puis-je vous appeler ? » Le grec était tout à fait conscient d’avoir affaire à une professionnelle - à une image taillée sur mesure pour le satisfaire, lui plaire et non pas à la jeune femme dont ce masque dissimulait la réelle identité. Non pas que cette réalité le dérangeait particulièrement. Il était simplement lucide à ce sujet. « On m’a effectivement offert vos… Services. Mais (il se pinça les lèvres) c’est moi qui ai fait une erreur en acceptant de venir. »  

Son verre toujours à la main, le grec soupira et reprit. « Je ne sais pas quel est mon problème. Je suppose que je suis trop… Préoccupé. Je n’arrive pas à lâcher prise. » Et évacuer cette pression qui le dévorait de l’intérieur. « Et d’un autre côté, je ne suis fatigué. De prétendre. J’ai l’impression de… » De craquer. Qu’une brèche s’était formée dans sa carapace et s’agrandissait de jour en jour, exposant à son entourage une vulnérabilité dont le grec avait horreur.

Après avoir finalement bu une gorgée du whisky, Valérian se tourna à nouveau vers la jeune femme et lui demanda brusquement. « Comment faites-vous, vous ? Pour prétendre avec autant de facilité ? Pour endosser ce rôle sans qu’il ne vous pèse à la longue ? »


You wear your honor like a suit of armor. You think it keeps you safe, but all it does is weigh you down - George R.R. Martin.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Roll the bones   Roll the bones Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Roll the bones -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: