The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- 1, 2, 3, nous irons aux bois. -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashton A. Malkinson
Ashton A. Malkinson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 18/01/2020
Messages : 106
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: 1, 2, 3, nous irons aux bois.   1, 2, 3, nous irons aux bois. - Page 2 EmptyVen 14 Aoû 2020 - 0:48
J'sais ce qu'elle pense d'moi, elle a sûr'ment envie d'me tuer, d'aller dire à mon frangin qu'j'suis le pire des êtres humains mais ça m'fait marrer. Elle est comme toutes les autres de son espèce, dès qu'on commence un peu à la titiller, elle serait prête à vous sauter à la gorge pour un oui ou pour un non, sont toutes comme ça, l'ptites latinas du coin et même avant elles étaient comme ça. J'ai grandis dans un état à la frontière du Mexique, c'pas la première qu'j'vois et j'suis pas ignorant, ces gens-là l'sont pas non plus mais dès qu'on commence un peu à frotter à leurs origines ils s'énervent plus vite qu'le tonnerre dans une tempête. C'est comme s'ils étaient des abeilles et qu'y vivaient dans une ruche avec un seul cerveau qui s'activait quand on parlait de leur ethnie ou de leurs origines, tout ce qu'était au sud des états-unis en gros. Alors qu'j'ai jamais vu un blanc s'énervait parce qu'on parlait mal d'ses origines, j'ai plutôt vu des blancs qu'agissaient plutôt qu'd'se contenter d'faire des p'tits froncements d'sourcil et d'aboyer un peu comme un p'tit chien qui s'prenait pour un Rottweiler. C'était c'qu'était bien avec eux, qu'd'la gueule mais quand il fallait faire plus que parler, ils restaient à subir la chose, c'tait pour ça qu’intrinsèquement on était forcément mieux qu'eux, c'pas de leur faute, c'juste dans leurs gênes y parait.

Quand j'reviens elle m'fait le topo fissa, faut récupérer tout c'qui r'ssemble à du métal sur les pauv' cadavres pour lui donner histoire qu'elle s'improvise Gucci et qu'elle s'amuse à rhabiller tout l'monde, j'espère qu'elle m'fera une jolie jupe avec sa tête d'ssus, j'pourrais m'en servir comme d'un essuie-tout, ça changerait pas vraiment du rôle d'l'originale apparemment. J'lui fais un léger sourire quand j'pense à ça, on est pas des monstres quand même. J'suis content parce qu'au moins, elle me déteste et elle veut s'débarasser d'moi, ça fait une chose qu'on a en commun : s'débarasser d'l'autre le plus vite possible. Sans compter l'fait d'vouloir faire plaisir à Elrik en travaillant à deux, parce qu'en vrai, moi j'm'en branle que les gens soient habillés ou non, j'préfère même qu'ces d'moiselles soient l'moins habillée possible, c'est toujours plus rigolo. Enfin, j'arrive à l'endroit où elle veut aller depuis tout à l'heure, quelques rôdeurs sont là, y sont morts donc y aura pas trop d'problèmes. Je la vois qui s'avance et qui fait les poches d'un premier pauv'gars avant d'lui prendre tout ce qui brille, j'ai presque envie d'lui demander si ça lui change vraiment d'c'qu'elle faisait avant mais j'ai envie d'me barrer vite d'ici.

J'm'approche d'un cadavre d'une femme, rien à caler d'son corps, j'passe mon couteau sur l'bouton d'son jean et j'tire pour l'faire sauter, pas grand chose d'autre alors j'passe un s'cond, un type avec une boucle de ceinture, c'est un peu plus chiant mais j'découpe la ceinture et j'récupère ça, ça peut toujours servir à quelqu'un après tout, pis j'passe le couteau d'nouveau sur les boutons d'métal d'son jean sans prêter attention à la mexicaine qui finit par m'réadresser la parole comme si elle était pas capable d'retenir une leçon. Elle m'pose la question d'pourquoi j'lui parle mal et pourquoi j'parle mal d'gens d'son espèce et des femmes globalement alors j'me relève et j'la regarde avec un léger sourire flottant sur l'visage. "J'ai aucun problème avec l'femmes, j'respecte l'femmes." J'passe mon couteau dans mon autre main avant d'continuer. "T'sais quoi, j'dirais même qu'j'suis le Ritman des femmes d'ce siècle, j'aime chacune de leurs imperfections, chacune d'leurs perfections et j'les retiens parce qu'elles sont la joie d'ce beau bordel." J'pointe du couteau tout ce qu'y a autour d'nous. "Pis sur les étrangers j'y peux rien." J'hausse les épaules. "C'qui n'empêche ma p'tite Old El Paso qu't'aurais pu avoir tout c'que tu voulais d'moi si t'étais pas v'nu comme une grande chevalière dépositaire de l'ordre sacré d'mon frangin pour m'gâcher ma journée." Et pour ça, elle méritait d'payer un peu.

Revenir en haut Aller en bas  
Teresa Guevera
Teresa Guevera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 19/04/2020
Messages : 303
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: 1, 2, 3, nous irons aux bois.   1, 2, 3, nous irons aux bois. - Page 2 EmptySam 22 Aoû 2020 - 16:27
Elle avait les phalanges en feu. Une douleur sourde et qui pulsait à chaque mouvement qu'elle faisait, à chaque corps qu'elle empoignait, retournait, dépouillait. Ses doigts avaient sensiblement gonflés déjà, griffés sur le dessus, et d'une jolie teinte entre le rouge inflammé et le violet hématome. Elle n'avait pas tapé assez fort pour se casser, fracturer ou déplacer quoi que ce soit, mais ça n'empêchait pas ses doigts de commencer à ressembler à des knacky trops cuites.
La cubaine n'en laissait pourtant rien paraître, et ses crispations, sa mâchoire serrée ou ses gestes un peu brusques pouvaient tout à fait passer pour de simples mouvements d'humeur, de colère contenue envers Ashton.
Ce qui n'était d'ailleurs pas totalement faux. Il avait eu le bon goût de fermer sa bouche quand elle lui avait expliqué ce qu'elle attendant de lui, malgré un insupportable, abominable, détestable petit sourire condescendant aux lèvres. De ceux que tu offres à un enfant qui t'explique quelque chose que tu sais déjà. Ou dont tu te fous, mais que tu ne peux rien dire parce que ses parents attendris sont juste à côté de lui et l'écoutent comme le Messie. Est-ce qu'Ashton avait déjà été regardé comme ça par ses parents ? Soit trop, soit pas assez. Mais on pouvait pas devenir aussi con avec un univers familial stable, elle en était persuadée.

Et alors qu'elle s'attaquait à un vieil homme pour lui piquer ses bretelles, la question tournait dans sa tête. Comment Elrik, si droit, si froid, pouvait être le frère de cet énergumène ? Comment pouvaient-il avoir des caractères, voire des convictions aussi opposées ? Jamais le nordique n'avait eu une parole déplacée quant aux origines de Teresa, ou de qui que ce soit d'ailleurs. Est-ce qu'ils avaient été élevés séparément ? Est-ce que c'était l'invasion qui en avait fait changer drastiquement un des deux, voire les deux dans des directions opposées ?
Elrik avait quitté le nid familial pour suivre sa carrière d'acteur et cascadeur... peut-être simplement avait-il su évoluer hors d'un contexte qui n'avait, à priori, rien de très sain pour de jeunes esprits en formation.

La couturière finit par tenter de rouvrir le dialogue avec le merdeux. Pour sur que ça devait l'emmerder, mais il allait quand même pas être le seul à s'amuser un peu à qui casse mieux les couilles à l'autre !
Son discours sur les femmes n'avait rien de très crédible aux oreilles de la brune, et pour cause. Mais ce n'était pas le moment de se lancer dans un argumentaire féministe, le masochisme avait ses limites. En plus, elle savait même pas qui était ce Ritman... Mais elle sentait bien que poser la question allait renforcer Ashton dans ses a priori concernant les latinos.

- Comment ça, sur les étrangers t'y peux rien..? Elle leva un sourcil en tournant la tête vers lui quelques instants, avant de reprendre son ouvrage assidu, couteau en main. Et dans un soupir, elle ajouta : Old El Paso c'est typé mexicain.. Moi j'suis cubaine. Ça rien à voir. C'est comme si j'te disais que t'es Canadien.

Si ça se trouve, il était Canadien..? Enfin, peu importe. Elle retira une flèche du crâne en bouillie du rôdeur, et la posa un peu plus loin, avec les autres qu'elle avait pu récupérer. Et j'suis dépositaire de rien du tout. Surtout pas de ton frangin. C'est pas parce qu'il m'a parlé de toi que j'viens en son nom.. Y'a du boulot à faire, faut le faire, c'est tout. Là encore elle se dit bien que ça ne servait strictement à rien de lui parler du bien commun, un terme qui ne faisait manifestement pas partie de son vocabulaire. Dans un dernier effort pour tenter d'enterrer la hache de guerre, elle reprit : Mais ok, désolée si tu l'as pris comme ça, c'était pas le but. Comment tu t'es retrouvé à Nisqually ?

Le dernier cadavre pillé de ses boutons et boucles, la cubaine entreprit de le tirer pour les entasser et pouvoir brûler le charnier ensuite. Une moitié de corps resta dans ses bras alors que la seconde coulait, littéralement, à ses pieds, la chair putréfiée se détachant de la colonne dans un bruit spongieux. Dépitée, elle lâcha simple :

- Dégueu...





"Mais j'ai pas oublié tes yeux,
Du temps où tu rêvais encore.
Les coups de pieds au cul de Dieu,
Les coups de gueule au nez de la Mort,
Et les clins d’œil à la Folie, si jolie."



 

•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas  
Ashton A. Malkinson
Ashton A. Malkinson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 18/01/2020
Messages : 106
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: 1, 2, 3, nous irons aux bois.   1, 2, 3, nous irons aux bois. - Page 2 EmptyDim 4 Oct 2020 - 2:54
L'problème dans tout ça, j'veux dire entre elle et moi, c'que y a pu aucune chance qu'elle m'aime bien alors j'me dis autant jouer l'carte d'la provoc jusqu'au bout comme ça elle m'foutera la paix jusqu'au bout. J'suis pas un type m'chant, juste qu'si t'es pas sensible à m'personne bah t'as aucun intérêt pour moi, j'trouve ça relativement simple comme théorème à propos d'moi mais l'truc c'que tout l'monde aime pas les trucs simples alors j'me dis qu'si j'fais la terrible erreur d'relancer constamment l'sujet en la voyant tous les jours ça va juste m'apporter des emmerdes alors qu'si elle m'déteste, elle voudra pu m'voir en peinture et j'serais tranquille pour de bon, Elrik pourra aller s'faire mettre à essayer d'me faire bosser comme si j'étais un p'tit cousin à Sari. Alors faut qu'j'sois juste assez correct pour pas qu'elle m'descendre et juste assez détestable pour qu'elle veuille plus jamais voir ma mignonne p'tite gueule d'enculé dans l'coin autant dire qu'c'est pas la chose la plus simple mais c'le seul moyen que j'ai trouvé de m'en sortir même si elle va en parler à mon frangin préféré, en même temps c'le seul.. fin l'seul qui soit pas devenu sûrement une d'ces carcasses. J'rigole intérieurement, l'autre doit avoir une sale gueule maintenant mais j'sais pas si j'en rigole nerveusement ou parce qu'j'm'en fous.

Mais bon, faut bien continuer c'bordel, elle s'met à m'demander pourquoi j'y peux rein, j'ai pas envie d'épiloguer mais bon voilà, j'y peux trop rien, ça s'voit à leur gueule quoi. J'suis pas responsable, j'veux dire, j'suis pas Dieu c'est pas moi qui les ait fait même si j'aurais bien voulu, elles auraient toutes certains arguments vach'ment plus intéressants. Elle m'confie ensuite qu'Old El Paso c'est mexicain et qu'elle est cubaine alors j'm'arrête et j'la dévisage, bordel d'merde c'est encore pire, c'une communiste. J'sais pas trop quoi dire, mon sang américain m'dit d'la poignarder à mort mais d'un autre côté, j'crois que j'ai oublié l'chemin pour rentrer.. "C'vrai qu'j'trouvais qu'pour une latino t'étais un peu trop propre sur toi, j'crois qu'j'te préfère maintenant que t'es toujours latino mais d'une ile, ça a plus d'cachet d'sortir faire des missions comme ça." ça s'trouve son pays était responsable de l'épidémie et elle pouvait m'ramener là-bas où tout l'monde vivait bien.. enfin j'suis pas sûr mais bon, dans l'doute ça vaux p'têt le coup d'essayer.

Elle m'annonce ensuite qu'elle est pas dépositaire d'mon frangin et j'arque un sourcil, c'pas bien d'me mentir ça va pas arranger ton cas. Elle m'justifie tout ça avec du boulot qu'faut faire, ça c'était un détail c'qu'on était en train d'faire, moi j'pouvais très bien rentrer dans une maison et taxer des fringues et ça changeait rien, bon c'sûr que s'il fallait le faire pour tout le monde dans l'fort ça prendrait un certain temps mais bon, quand même. Elle m'pose tout d'suite après une question sur comment j'me suis retrouvé ici. "J'me suis perdu et quand j'me suis retrouvé, j'étais ici avec une cubaine qui essaye d'faire j'sais pas trop quoi pour m'draguer ou pour m'faire bosser et dans les deux cas, ça m'plait po trop." J'ai insisté sur l'cubaine parce que ça me fait rire, en vrai ça change pas grand chose qu'elle soit cubaine ou mexicaine. Enfin, j'la laisse s'saisir d'un gars qu'elle tire et qui se s'sépare en deux et en voyant sa tête pleine de dégoût j'peux pas m'empêcher d'rire. "Hé ben, on peut dire qu'pour le coup t'as trouvé ta moitié." ça m'amuse un peu mais j'enjambe un corps avec de venir prendre par les jambes l'reste du type pour l'aider, j'vais quand même pas la laisser avec un bout d'type sur les bras.

Revenir en haut Aller en bas  
Teresa Guevera
Teresa Guevera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 19/04/2020
Messages : 303
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: 1, 2, 3, nous irons aux bois.   1, 2, 3, nous irons aux bois. - Page 2 EmptyMer 7 Oct 2020 - 17:05
Il arrive un moment où il n'y a plus rien à dire. Où on se dit qu'on a tout essayé pour créer quelque chose mais que ça ne peut simplement pas coller. Ce moment où tu as mis tous les torts sur l'autre, puis sur toi en essayant de rattraper les choses, avant d'en arriver à la conclusion la plus évidente : il s'agit d'une incompatibilité.
C'est comme l'eau et l'huile. Tu peux tenter de remuer, ça pourra donner l'impression de se lier pendant un moment, mais finalement chacun reprendra sa place, sans jamais réussir à se mélanger. J'étais l'eau glaciale, Ashton était l'huile. Avec ses remarques bien grasses.

La vinaigrette avait été secouée dans tous les sens, et l'émulsion était pourtant à peine prise. Teresa espérait juste que ça tienne jusqu'à la fin de ce travail à effectuer, Avant que l'un ou l'autre tente d'étrangler ou de planter son binôme. Et c'était déjà assez mal parti de ce côté-là, soyons honnête : la brune avait une furieuse envie de faire du California rolls avec ce petit merdeux qui pétait bien plus haut que son cul. En temps de crise, le cannibalisme était finalement une façon comme une autre de survivre, non ?

La cubaine serra les dents à la réaction d'Ashton quand elle eut la drôle d'idée de préciser sa réelle origine. A quel moment avait-elle pensé qu'il en avait quoi que ce soit à foutre ? D'autant qu'à force de mâcher ses mots, elle n'avait rien pigé à sa réponse, mais au-delà du fait que ce n'était sans doute pas bien intéressant, elle se doutait que si elle avait le malheur de la lui faire répéter elle aurait droit au couplet sur ces saloperies d'étranger qui se donnent pas la peine d'apprendre la langue anglaise.
Même sa tentative de s'intéresser à son parcours se fit balayer par une réponse aussi inintéressante que désobligeante. Et c'est donc à ce moment-là, précisément, que Tesa se dit qu'il n'y avait plus rien à dire. Voilà.

Il eut, allez savoir pourquoi, la bienséance devenir l'aider pour ramasser son demi-cadavre dont l'odeur avait tout pour donner la nausée même aux plus hardis, et un silence religieux s'installa entre eux à partir de ce moment-là.
La couturière récupérait ses petits trésors, réfléchissant par avance à ce qu'elle en ferait, pour certains. Ces boutons seraient parfaits pour réparer la veste d'untel. Cette boucle terminera la ceinture en cuir que tel autre lui a demandé. Et de pensées en réflexion, de flèche en flèche, de cadavre entier en morceaux épars, finalement les abords du Forts furent nettoyés. Tous les rôdeurs dans la fosse préparée à l'avance pour y être brûlés.

Et sans un mot de plus, d'un simple geste de la tête, elle invita le jeune homme à la suivre pour rentrer au camp, le soir approchant. Un nouveau signe du menton en guise d'au revoir, et la brune rejoignit sa chambre après une toilette. Enfouie sous ses couverture, elle se promit d'une part de ne plus avoir à faire à Ashton, et d'autre part de ne plus rendre service à Elrik. Deux promesses qu'elle ne tiendrait pas par la suite, par ailleurs.
Sale journée.





"Mais j'ai pas oublié tes yeux,
Du temps où tu rêvais encore.
Les coups de pieds au cul de Dieu,
Les coups de gueule au nez de la Mort,
Et les clins d’œil à la Folie, si jolie."



 

•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: 1, 2, 3, nous irons aux bois.   1, 2, 3, nous irons aux bois. - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- 1, 2, 3, nous irons aux bois. -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Petite virée nocturne dans les bois [Pv Angel ^.^] [HENTAÏ]
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: