The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- dances with wolves -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elena Hortos
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/05/2020
Messages : 117
Age IRL : 25
MessageSujet: dances with wolves    dances with wolves  EmptySam 9 Mai 2020 - 0:36
Le faisceau lactescent de sa lampe torche perça l’obscurité ambiante. Les toiles d’araignées tendues entre les rayons témoignaient du peu de passage ici. Presque à tâtons, la grecque fouilla une des caisses en plastique présentes sur l’étagère, ses doigts agitant les boulons métalliques avant d’en cueillir une poignée. La source de lumière entre ses lèvres, elle plissa le front en vérifiant de nouveau la liste qu’elle tenait dans une main, maudissant intérieurement Logan. Le papier froissé était noirci de références qui ne lui parlaient pas. L’étiquette sur la boite d’outils était à peine lisible en plus. Elle fit glisser les billes d’acier dans son sac à dos ouvert à ses pieds, retirant la lampe de sa bouche et laissa échapper un souffle à peine perceptible. L’aménagement de l’ancien bureau de police pour accueillir le petit groupe qu’elle avait rejoint nécessitait un énorme travail tant le lieu n’était pas conditionné pour devenir un lieu d’habitation. Heureusement qu’ils pouvaient compter sur les compétences de l’ancien chef de chantier en matière de bricolage. Il avait donc dressé une liste avec un certain nombre d’outils indispensables aux travaux, et Elena s’était portée volontaire pour fouiller les environs.

Après quelques années à endosser le rôle de responsable des expéditions, la jeune femme pouvait se vanter de connaître assez bien le secteur. Elle s’était dénichée un nouveau plan de la ville et avait quitté le No Man’s Land en début d’après-midi après avoir brièvement échangé avec Jack le chasseur de primes au sujet des nombreuses opportunités qui s'offraient aux survivants volontaires et qui pourraient fournir une source de revenus régulière aux compagnons de la grecque. Une activité qui serait profitable pour tout le monde. Restait à réfléchir à sa mise en place, et seule la forgeronne répondant au nom de Kara serait en mesure d'accepter ou non une telle idée.

Quand elle put rayer grossièrement un dernier élément de la liste, Elena fit glisser la fermeture éclair de son sac, jaugea rapidement son poids en fronçant légèrement les sourcils. Elle le hissa sur son dos avant de sortir du magasin d'outillage à la hâte, pas mécontente d’en avoir terminé avec ça. Rentrer maintenant. Ses orbes balayèrent l’extérieur avec une défiance propre aux survivants. La crainte d’être retrouvée par les hommes de New Eden était toujours vicieusement accrochée à elle, exacerbait sa méfiance habituelle. Et même si les rumeurs de leur disparition peu de temps après la sienne ne lui avaient pas échappé, elle redoutait la réapparition de ce gros poisson venu dévorer les plus petits que lui. Et puis, elle le pressentait, ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’ils ne fassent de nouveau parler d’eux.

Du coup quand elle capta les bruits de pas juste avant d’apercevoir à l’angle d’un bâtiment la silhouette d’un homme, elle s’immobilisa presque aussitôt. Si l’autre sembla la juger de loin aussi, ses yeux cherchèrent derrière lui. Etait-il seul ? Elle le détailla sans rompre la distance. Elle l’avait croisé au No Man’s Land, elle en était à peu près persuadée. Elle avait de la mémoire pour les visages. Elle les imprimaient facilement. Celui-ci se rappelait vaguement à elle, comme une image floue, imprécise. Elle ne bougea pas d’un centimètre. Les doigts de sa main le long de son corps caressèrent brièvement et instinctivement l’étui de son couteau contre sa cuisse. Il y avait plus de monde aux abords de Seattle, elle le savait. Mais le fait que des communautés semblaient disposées à adopter un mode de vie solidaire n’écartait pas les fumiers solitaires.  
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: dances with wolves    dances with wolves  EmptySam 9 Mai 2020 - 20:27
Batte nonchalamment posée sur l’épaule, je remonte l’avenue d’une ville devenue méconnaissable avec les années. D’interminables lignes de voitures désossées par les survivants sont devenues d’espèces de pépinières sauvages, l’eau s’est accumulée dans les crevasses de la route jusqu’à former des semblants de marécages. Les dépouilles humaines sont plus rares mais par deux fois, j’ai vu des carcasses de cerf copieusement dévorées. Les mouches nécrophages bourdonnaient au-dessus des restes et putain, je l’avoue, j’ai été jaloux. Bah oui quoi : visiblement, des rôdeurs – ou n’importe quel autre animal sauvage – s’est offert un festin et moi, je crève la dalle.

Je repense beaucoup aux dernières ressources que j’ai filé à Johanna, en me disant que ça aurait pu me faire un repas de plus. Une bonne pipe, ça fait du bien, mais ça nourrit pas son homme. Bref, j’ai perdu l’espoir de dégoter des conserves dans le quartier industriel – trop fréquenté depuis trop longtemps – alors je le traverse avec dans l’idée l’est de Seattle et sa végétation bien plus développée. Avec un peu de chance, je dégoterai un autre jardin avec des fruits sauvages, quitte à les piquer à un pauvre type qui les a honnêtement cultivés.

Oh, je m’immobilise. Une nana vient de se planter dans mon champ de vision. Le genre brune ténébreuse, avec des sourires aussi rares qu’un bon KFC. Méfiante ? Normal : je le suis aussi. Néanmoins, un grand sourire et je m’approche avec une fausse assurance. En vérité, j’en profite pour vérifier qu’elle soit bien toute seule. Ma main passe dans ma barbe mal rasée et je m’arrête finalement à une distance raisonnable. D’un geste de main ouverte, je signale que je ne viens pas en menace. Pas encore.

- J’ai eu peur ! J’ai cru qu’t’étais cette nénette qui tabasse tout l’monde au No man’s land, j’ai un petit ricanement – j’irai pas jusqu’à parler de la démonstration qu’elle m’a mise dans la cage, sale histoire c’te meuf, ceci dit, je devrais peut-être retourner la brancher… elle n’avait pas l’air contre l’idée de se faire chevaucher gratuitement, if you know what I mean, c’quoi la règle quand un mec accoste une fille maint’nant ? Dans la mesure où y’a plus d’06… on s’fait passer des mots comme au collège ?

Putain ses yeux. Elle me ferait presque flipper. Mais elle a un sac à dos et peut-être de quoi bouffer dedans, alors je vais pas rater l’occasion d’y jeter un coup d’œil.
Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/05/2020
Messages : 117
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: dances with wolves    dances with wolves  EmptySam 9 Mai 2020 - 21:14

Le sourire qui fendait son visage ne rassura d’aucune manière possible la grecque qui demeura statique, dévisageant l’autre avec une méfiance non dissimulée. Les bonnes rencontres existaient, elle pouvait en témoigner. Mais les mauvaises ne laissaient que peu d’issues favorables, elle le savait aussi. Elle n’était plus certaine de l’avoir déjà croisé maintenant qu’il approchait en présentant sa paume comme on aurait hissé un drapeau blanc autrefois. Ses yeux plissés scrutèrent les traits de ce visage peu commun. La cage. Bien sûr. Sa curiosité l’y avait tirée déjà deux fois, à moins que ce ne soit l’espoir idiot d’y apercevoir quelqu’un… Quelqu’un qu’elle avait laissé en piètre état il y avait des mois de cela. Quelqu’un qui aurait facilement pu exorciser ses démons perfides en sombrant dans la violence, dans la lutte brute. Briser l’épiderme de l’adversaire pour camoufler la douleur lancinante. Encaisser physiquement pour oublier les affres de l’esprit. Connor aurait pu s’y trouver. Il aurait pu s’y perdre plutôt…

« Rassure toi alors, je ne mords que si c’est nécessaire. » l’avertissement à peine masqué, comme un appel de phares courtois, solidaire. Elena n’était pas spécifiquement violente. Pas tant qu’elle n’était pas poussée dans ses retranchements. Elle recherchait toujours l’option la plus pacifique, jusqu’à ce que ce ne soit plus possible, jusqu’à ce que tomber dans la fange sauvage et sanglante d’une barbarie animale ne soit la dernière alternative qui s’offre à elle. La jeune femme haussa les sourcils ensuite. Elle regarda brièvement autour d’eux, s’assurant qu’elle n’était pas tombée dans un guet-apens, et secoua les épaules. « Epargne toi cette peine, mais c’est vrai que les petits mots ça a toujours eu son charme. » commenta-t-elle sur un ton presque léger. Elle aurait bien aimé retrouver cette époque, le collège… Quand tout était définitivement plus simple qu’aujourd’hui et que leurs préoccupations se résumaient à des problématiques triviales, loin, très loin des difficultés rencontrés maintenant pour survivre. Et à ce propos…

« Tu es un de ces types qui gagnent leur vie dans la Cage, c’est ça ? » à vrai dire, elle n’était pas parfaitement renseignée sur les activités pratiquées dans cette ancienne piscine réaffectée à un sport autrement plus brutal. Elle avait entendu parler de paris sur les combats sans trop en savoir sur les conditions dans lesquelles ils s’organisaient. Loin d’elle l’idée d’y envoyer un de ses compagnons d’infortune, elle était juste curieuse de ce que pouvait rapporter ce genre de « spectacles ».

Elena ne savait pas trop pourquoi elle parlait de ça avec ce type. Peut-être parce qu’elle redoutait un peu le moment où elle devrait lui tourner le dos. Parce qu’elle appréhendait que son vrai visage ne surgisse et qu’elle ait elle aussi à succomber aux ténèbres pour sauver sa vie ou son honneur selon ce qu’il préférerait lui dérober. Vigilante, tendue, prête à attraper son beretta si la situation dégénérait. Une rencontre comme les autres…





what is dead may never die but rises again
- harder and stronger
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: dances with wolves    dances with wolves  EmptyLun 11 Mai 2020 - 19:20
J’expire un ricanement quand elle commente ma plaisanterie sur les mots de collégiens. Ouais elle me met en garde mais n’est pas complètement fermée non plus. Ça se trouve, elle pourrait être cool comme meuf. Je vois qu’elle a aussi l’air sur le qui-vive et je vais rien faire pour la tranquilliser. Qu’elle craigne que je ne sois pas seul, c’est aussi un bon point pour moi – pour éviter qu’elle n’essaye de me planter dans les couilles par exemple. Lorsqu’elle parle de la cage, j’ai la mâchoire qui se serre brièvement et je me frotte la barbe. Je sais pas, ça sonne péjoratif non ? Genre « t’es un de ces mâles sans cervelles qui se tapent dessus pour deux pommes, non ? » ; alors oui, je suis un bonhomme et oui, je n’ai pas fait de longues études… mais ça me plait pas. Barf, un psy dirait que j’ai une sorte de sentiment de culpabilité à évacuer.

- Comme t’l’as dit bébé, je « gagne » dans la cage, que je rétorque malgré tout avec un sourire arrogant.

Je vais quand même pas parler de la nénette qui m’a humilier, ça ferait pas une bonne pub. Par contre, le boxeur de 90kg que j’ai mis à genoux – littéralement – ça me fait une bonne bande annonce ça. Ceci dit, ça me fait un peu chier qu’elle m’ait reconnu. Parce que si elle sait ou je traîne, ça veut dire qu’elle saura également où me retrouver si je la rackette maintenant. J’ai moyen envie de voir ses potes débarquer pour me casser la gueule – parce qu’un brin de fille comme ça a toujours des potes ; autrement, c’est comme laisser une Ferrari sans surveillance avec les clefs sur le contact.

- Du coup ça d’vient embarrassant… mais t’m’as branché avec cette histoire de morsure, clin d’œil exagéré, petite œillade entendue, chez toi ou chez moi ? A voir sa tête, je peux pas m’embaucher de glousser gauchement, ça va, détends-toi meuf ! Parait qu’ça donne des hémorroïdes d’être coincés comme ça.

Et honnêtement, même sur la plus belles des nanas, c’était pas sexy-sexy. Mais mon attention est attirée par autre chose que la gothique que j’ai sous les yeux : des halètements discrets, le cliquetis de griffes sur le bitume abimé. Dans l’angle mort de ma charmante compagnie, je compte un, deux, trois, quatre… cinq loups. Ils sont grands, svelte, le poil épais et le regard perçant. Ils sont calmes. Trop calme.

- Dis chérie, ils sont à toi les chihuahas, hein ?
Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/05/2020
Messages : 117
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: dances with wolves    dances with wolves  EmptySam 16 Mai 2020 - 10:20

Elena haussa les sourcils en guise de réponse, feignant l’admiration devant les prétendus exploits du brun. Elle s’était toujours questionnée sur ce besoin primitif et quasi systématique qu’avaient les hommes en règle générale de faire leurs preuves et s’affirmer à l’aide d’une virilité exacerbée et revendiquée. Comme si se pavaner avec un drapeau clamant haut et fort « c’est moi qui les plus grosses » était une sorte de coutume ancestrale à laquelle aucun n’osait déroger. À son sens, elle trouvait ces fausses démonstrations de force ou tentatives d’intimidation, au mieux ridicule, au pire pathétique. Mais loin d’elle l’envie de froisser l’égo pointilleux de son étranger d’interlocuteur dont l’attitude, sans qu’elle ne sache pourquoi, tendait davantage à réveiller ses instincts de survie plutôt qu’une lointaine capacité à persifler l’arrogance d’autrui. Même s’il était seul, l’homme n’en restait pas moins une menace potentielle, un danger certain s’ils en venaient aux mains d’où la grecque n’était pas sûre d’en sortir gagnante. Peu importait qu’elle ait pratiquait et qu’elle continue d’exercer de la boxe, la survie et la cage entraînaient automatiquement les survivants, les préparant d’office à des situations extrêmes dans lesquelles aucunes règles ne régissaient les coups. La seule alternative qui s’offrait à elle était sa réactivité ; l’espace entre leurs deux corps lui laisserait la latence requise pour pointer et tirer simultanément, sans brèche pour se permettre de douter. Hésiter, c’était mourir après tout, non ?

Raide comme macchabée froid de plusieurs jours, la brune ne baissa pas sa vigilance, ses doigts frôlant l’étui de son beretta. Au moindre mouvement suspect, à la moindre tentative… Mais pour le moment, l’homme semblait plutôt s’amuser d’elle. À son inélégante remarque, la brune ne réagit pas. Elle ne souhaitait pas rentrer dans son jeu, elle voulait simplement rentrer chez elle. « Ecoute, je rentre juste au No Man’s Land. » C’était la partie compliquée quand deux survivants se croisaient par hasard. Ils jouaient aux chats arrondissant le dos et marchant en crabe jusqu’à pouvoir filer sans risque de se faire surprendre par derrière. « On s’y recroiser peut-être un de ces jours. » fit-elle, sans vraiment éprouver l’envie de le revoir toutefois. Elle s’apprêtait à filer quand son regard sembla buter sur quelque chose derrière elle. Elle s’immobilisa froidement, un frisson coulissant le long de sa colonne vertébrale. Etait-ce là l’oeuvre d’un leurre sournois ? Un guet-apens peut-être ? Le temps de réflexion raccourci, la grecque se saisit de son arme à la ceinture avant de la pointer du bout de son bras sur l’homme.

Le doute cloué au visage, ses yeux sombres le fixèrent sans ciller. « Si c’est un piège… » elle laissa sa menace en suspens. Mais qu’il ne se fasse aucune idée : si elle découvrait des complices, la première balle serait pour lui. Elle avait cessé de se nourrir d’illusions décevantes, elle l’abattrait sans chercher à parlementer en vain. Mais ce qu’elle redoutait présentement, c’était qu’il essaye de s’en prendre à elle pendant qu’elle aurait le dos tourné. Elle recula prudemment de quelques pas, pivotant légèrement le buste de sorte de l’avoir dans son visuel en diagonale. Aux aguets, elle le garda en joue avant d’apercevoir et d’entendre surtout une meute de loups dans l’angle de son oeil droit. « Oh putain. » lâcha-t-elle dans un murmure. « Faut qu’on s’abrite dans un des bâtiments. » chuchota-t-elle à l’adresse du brun, la tension lui engourdissant les membres. D'autres moins bien intentionnés et vidés de tous scrupules auraient sûrement profité de l'occasion pour blesser et handicaper l'inconnu l'abandonnant ainsi à l'appétit évident des bêtes sauvages pour fuir... Mais heureusement pour lui, Elena raisonna différemment.





what is dead may never die but rises again
- harder and stronger
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: dances with wolves    dances with wolves  EmptySam 16 Mai 2020 - 22:38
- Un piège ?! Que je « crie-murmure » entre mes dents, que coño te…

Promis, c’est pas le canon de l’arme de la nénette qui me cloue le bec mais plutôt le patron des loups – une grosse bête qui a une belle gueule de mâle alpha – qui incline légèrement la tête. Un geste silencieux, les yeux perçants, qui ne veut dire qu’une chose : ils vont attaquer. Le calcul est simple, même pour un mec comme moi qui n’a pas fait de longues études : j’ai un flingue. Cool. Il est encore dans ma veste. Pas cool. J’ai une batte. Cool. Pas sûr que je sois plus vif que cinq prédateurs sauvages. Pas cool du tout. Alors quand la brunette me dit qu’on ferait  mieux de se planquer, je la regarde en mode « dafuq ?! ». Mais j’ai pas le temps de me plaindre, je fais plutôt le décompte avec mes doigts. Trois. Deux. Un.

Je pars d’un coup en direction du centre commercial d’antiquités qui est en vérité le bâtiment le plus proche. La gonzesse me suit et… les loups aussi. Je passe les portes vitrées explosés et cours comme un dératé dans les allées. Bizarrement, personne n’a l’air d’être trop venu braquer cet endroit ; sauf peut-être des fétichistes des décorations de blancs super moches. Je réalise bien vite que l’idée de ma nouvelle copine n’est pas excellente : il fait sombre dans ce putain de bordel !

- Putain-de-merde-de-torche-de-cul-de-putamadre-de…

Ça y est, je cesse de marmonner des jurons parce que j’ai pu trouver ma lampe dans ma poche et je l’allume. C’est grave glauque toutes ces vitrines avec des tableaux, des mannequins, des vieux vases et des poupées. J’entends les animaux qui nous rattrapent, je bifurque au hasard, les poumons en feu, pour espérer gratter de précieuses secondes. On traverse un magasin plein de bibelots, de vieilles fourrures – des vraies je crois bien –, des coffres en bois, des étagères que je prends soin de renverser derrière nous…

- Là !

Une porte ! Je crois que c’est une réserve, ou un placard à balai, mais j’avoue que je m’en bats les couilles tant que le battant ferme et qu’il n’y a pas de rôdeur dedans. PAM. Il claque derrière nous, alors qu’on se réfugie dans un amoncellement de vieilleries de mauvais goûts et infestées de toiles d’araignées. On a tout juste 3 m² pour deux alors qu’on peut enfin reprendre notre souffle – ou mourir d’hyperventilation. De l’autre côté, les loups grognent de frustration et leurs griffes grattent furieusement la porte.

- J…je…, pas facile de parler dans ces conditions, j’savais… qu’t’avais eu un crush… sur moi, je souris, en dépit des circonstances et de la gueule encore effarée, on pouvait… aussi s’barrer séparément.

Les loups ne traquent qu’une proie à la fois, ça nous laissait chacun 50% de ne PAS être pris en chasse.
Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 07/05/2020
Messages : 117
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: dances with wolves    dances with wolves  EmptyJeu 21 Mai 2020 - 11:30
Les semelles de la grecque foulaient le bitume avec urgence, alors que la meute les talonnaient de près, le crissement lugubre de leurs griffes se rappelant à eux comme le sombre présage d’une issue incertaine. Est-ce qu’ils étaient en mesure de semer ces loups affamés ? Elle n’en avait pas la moindre fichue idée. Parce qu’elle n’avait encore jamais été confrontée à ce genre de problème. Prendre de vitesse des rôdeurs, c’était simple, mais ces bêtes sauvages à l’endurance exacerbée par la survie ne leur offraient qu’une faible marge d’avance. Ses poumons se gonflaient de grandes goulées d’air, de plus en plus douloureuses, brûlantes.

La grecque suivit le brun, manquant de tomber en glissant sur des débris de verre, vestiges de la vitrine exposée. Dans sa demi-chute, son bras s’écorcha contre un fragment encore fidèlement accroché, et la jeune femme étouffa un grognement plaintif. Ses doigts agrippèrent machinalement la plaie superficielle sans cesser de courir. Les divers outils dans son sac s’entrechoquaient joyeusement dans leur prison de tissu, comme une ribambelle de clochettes qui sonnaient, semblaient narguer de leur mélodie hasardeuse leurs redoutables prédateurs.

Derrière eux, l’homme rencontré quelques instants plus tôt, compagnon de son infortune, prit soin de renverser une étagère pour encombrer le passage et leur offrir un précieux avantage de quelques secondes sur leurs chasseurs. Elena ne s’arrêta de courir que lorsqu’ils furent tous les deux presque écrasés l’un contre l’autre dans un placard, une réserve peut-être. Des bibelots au goût douteux furent surpris dans leur longue léthargie et valsèrent dans l’étroit débarras lorsque la porte claqua, les rugissements furieux déferlant contre celle-ci. La jeune femme, pliée en deux autant que l’espace le lui permettait, les mains calées contre les genoux, peinait à retrouver son calme, le souffle hachuré. Elle leva un regard sidéré sur le survivant qui trouvait encore assez d’énergie pour plaisanter.

Sa poitrine se soulevait encore dans un rythme effréné et les raclements menaçants contre l’unique obstacle entre la mort et eux la laissèrent silencieuse quelques instants supplémentaires. Quand son coeur se modéra, elle lâcha un soupir éreinté et soulagé à la fois, avant de d’observer de biais son curieux partenaire. « Ne me fais pas regretter de ne pas t’avoir tiré dessus. » souffla-t-elle, avant de laisser tomber l’arrière de son crâne contre l’arrête d’une étagère. La pulpe de ses doigts tâtonna la blessure contre son bras, cueillant quelques filets empourprés qu’elle essuya avec empressement contre son pantalon. Avec difficulté, elle fit glisser la lanière de son sac le long de son bras indemne et l’ouvrit sans ménagement pour y plonger la main. Entre les boulons, les vis, et les autres outils qu’elle était venue piller, elle attrapa sa lampe torche qu’elle vint caler entre ses dents avant de récupérer une gourde plastifiée. Après en avoir dérobé une gorgée d’eau, elle la tendit au jeune homme. « T’as un nom ? » Elle alluma sans attendre de réponse sa lampe, hasardant le faisceau opalescent au plafond d’abord, puis autour d’eux. Pas de faux plafonds, pas de trapes…

Son regard s’arrêta sur la porte derrière laquelle la meute s’enrageait. Elle se pinça les lèvres, l’air embêté : « On a réveillé leur instant de chasse, c’est ça ? » Elle n’attendait pas spécialement de lui qu’il lui confirme ce qu’elle devinait déjà. Fuir devant des prédateurs semblait une assez mauvaise idée. C’était juste le réflexe le plus humain qu’elle ait eu depuis longtemps. Et maintenant qu’ils étaient coincés ici, elle se remémorait quelques enseignements d’Arthur au chalet à leur propos. Oui ok, c’était un mauvais plan. « Tu penses qu’on peut les avoir à travers la porte ? » Elle baissa les yeux sur son arme à feu au bout de son bras. Si c’était une démonstration de force dont ils avaient besoin, la méditerranéenne pouvait s’adapter.





what is dead may never die but rises again
- harder and stronger
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: dances with wolves    dances with wolves  Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- dances with wolves -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: